UCB : bien orienté avec des propos de broker

(CercleFinance.com) – UCB gagne près de 2% à Bruxelles, sur fond de propos favorables d’Oddo BHF qui réitère sa recommandation ‘surperformance’ et son objectif de cours de 108 euros sur le titre du laboratoire pharmaceutique belge.

Le bureau d’études met en avant la recommandation positive du CHMP de l’EMA pour bimekizumab dans le traitement du psoriasis en plaques modéré à sévère, recommandation qui ‘confirme la bonne dynamique du médicament’.

Oddo juge en outre la valorisation attractive à 12,2 fois le PE 2022, soit une décote de 25% par rapport à la médiane des specialty pharma européennes, et avec un TMVA du BPA 2021-23 de 8,8% et un PEG à 1,4 fois.

DSM : dans le vert avec des propos de broker

Connectez-vous pour conserver cet article et le lire plus tard.

(CercleFinance.com) – DSM grappille près de 1% à Amsterdam, aidé par UBS qui réaffirme sa recommandation ‘achat’ sur l’action du groupe de chimie néerlandais spécialisé en nutrition et en santé, avec un objectif de cours relevé de 175 à 200 euros.

Dans le résumé de sa note de recherche, le broker justifie son relèvement d’objectif de cours par la perspective d’une ‘phase clé concernant les projets du pipeline’, 2022 s’annonçant selon lui comme une année importante sur ce front.

Copyright (c) 2021 Cercle Finance. Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu’une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l’utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Signaler le commentaire

Signaler le commentaire

Ryanair : soutenu par des propos de broker








































17/09/2021 | 15:43







































Ryanair gagne près de 2% à Londres, aidé par des propos de Credit Suisse qui réaffirme son opinion ‘surperformance’ tout en remontant son objectif de cours de 7% à 20,19 euros, dans le sillage d’estimations rehaussées pour la compagnie aérienne irlandaise.Pointant notamment une ‘dynamique d’activité améliorant les perspectives à court terme’, le broker anticipe désormais une perte de 73 millions d’euros en 2022 (et non plus de 138 millions), puis des profits de 1488 millions en 2023 et de 2,5 milliards en 2026.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.







































Réagir à cet article

Réagir le premier

Publier






Toute l’actualité sur RYANAIR HOLDINGS PLC

17:02Résumé des principales informations économiques du vendredi 19 novembreAW

12:09Ryanair va cesser d’être cotée à la Bourse de LondresMT

10:48Les matières premières et les ventes au détail stimulent le FTSE 100 au Royaume-UniZR

10:40RYANAIR : ne sera bientôt plus cotée sur la place de LondresAO

10:18Rynair retire ses actions de la Bourse de LondresAW

09:46RYANAIR : le retrait de la Bourse de Londres est confirméCF

09:03BOURSE DE PARIS : Nasdaq en feu, Alibaba en berne

08:24EN DIRECT DES MARCHES : TotalEnergies, Vivendi, CNP, Alibaba, Applied Materials, Unilev..

08:17Ryanair se retire de la Bourse de Londres en décembreMT

05:50Fitch relève la perspective de Ryanair à stable en raison des prévisions de reprise du ..MT

Plus d’actualités

Recommandations des analystes sur RYANAIR HOLDINGS PLC

17/11RYANAIR HLDGS : UBS toujours neutre sur le dossierZD

15/11RYANAIR : Oddo n’est plus à surperformanceCF

09/11RYANAIR HLDGS : Opinion positive de Goldman SachsZD

Plus de recommandations






Données financières

CA 2022

5 303 M
6 002 M

Résultat net 2022

-167 M
-188 M

Dette nette 2022

1 905 M
2 156 M

PER 2022
-111x

Rendement 2022

Capitalisation

18 388 M
20 867 M

VE / CA 2022
3,83x

VE / CA 2023
2,04x

Nbr Employés
17 000

Flottant
95,3%

Plus de Données financières


Graphique RYANAIR HOLDINGS PLC



Durée :


Période :









Graphique plein écran

Tendances analyse technique RYANAIR HOLDINGS PLC

Court TermeMoyen TermeLong TermeTendancesNeutreHaussièreHaussière

Analyse technique

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Données financières

Consensus

VenteAchat

Recommandation moyenne
ACHETER

Nombre d’Analystes
21

Dernier Cours de Cloture

16,29 €

Objectif de cours Moyen

19,51 €

Ecart / Objectif Moyen

19,7%

Consensus



Révisions de BNA

Plus de Révisions des Estimations

Dirigeants et Administrateurs







Michael O’Leary
Group Chief Executive Officer & Executive Director
Neil Sorahan
Group Chief Financial Officer
Stan McCarthy
Non-Executive Chairman
John Hurley
Chief Technology Officer
Julie O’Neill
Independent Non-Executive Director

Plus d’informations sur la société

Secteur et Concurrence

Var. 1janvCapi. (M$)

RYANAIR HOLDINGS PLC0.22%20 867

DELTA AIR LINES, INC.-0.22%25 588

AIR CHINA LIMITED-8.20%16 417

CHINA SOUTHERN AIRLINES COMPANY LIMITED3.68%16 045

UNITED AIRLINES HOLDINGS, INC.9.66%15 358

CHINA EASTERN AIRLINES CORPORATION LIMITED2.99%12 333

Plus de Résultats





Ryanair gagne près de 2% à Londres, aidé par des propos de Credit Suisse qui réaffirme son opinion ‘surperformance’ tout en remontant son objectif de cours de 7% à 20,19 euros, dans le sillage d’estimations rehaussées pour la compagnie aérienne irlandaise.Pointant notamment une ‘dynamique d’activité améliorant les perspectives à court terme’, le broker anticipe désormais une perte de 73 millions d’euros en 2022 (et non plus de 138 millions), puis des profits de 1488 millions en 2023 et de 2,5 milliards en 2026.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Ryanair gagne près de 2% à Londres, aidé par des propos de Credit Suisse qui réaffirme son opinion ‘surperformance’ tout en remontant son objectif de cours de 7% à 20,19 euros, dans le sillage d’estimations rehaussées pour la compagnie aérienne irlandaise.

Pointant notamment une ‘dynamique d’activité améliorant les perspectives à court terme’, le broker anticipe désormais une perte de 73 millions d’euros en 2022 (et non plus de 138 millions), puis des profits de 1488 millions en 2023 et de 2,5 milliards en 2026.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Durée :


Période :

Tendances analyse technique RYANAIR HOLDINGS PLC

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Révisions des Estimations

Plus d’informations sur la société

Métiers du Nautisme – Gerry Jacob, broker chez Dream Yacht Charter

Le plus grand loueur de la planète offre à la location, sur quatre continents, plus de 1200 bateaux. Placés en majorité sous contrats de gestion, ces bateaux sont exploités neufs pendant une période de 5 ou 7 années puis quittent la flotte. Le rôle de Gerry consiste à vendre certains de ces voiliers, localisés au quatre coins du monde !
 

L’équipe Brokerage de DYC, à laquelle appartient Gerry, revend plus de 150 voiliers d’occasion chaque année ce qui en fait l’un, si ce n’est le plus gros broker de voiliers de la planète !

Gerry n’est pas tombé dans le nautisme par hasard. Diplômé de commerce international en Angleterre, broker Badgé AYBA (la plus importante association professionnelle mondiale de brokers), il a commencé sa carrière comme préparateur de bateaux et vendeur de bateau sur les rives du Solent et est évidemment bilingue.
Gerry navigue depuis tout petit et connaît les bateaux sur le plan technique mais aussi comme les aime un voileux qui fréquentait, enfant, les côtes dalmates sur le transportable familial. 
 

Quels bateaux sont vendus par Dream Yacht Charters ?

Quels bateaux sont vendus par Dream Yacht Charters ?

Tous les bateaux sortent de la flotte après 5 à 7 années d’exploitation.
Cette sortie de flotte peut se faire au profit de leur propriétaire (des particuliers en contrats avec DYC) ou de tiers. Plus de 99% des bateaux sont revendus à des tiers, les clients DYC en contrat de gestion optant généralement, en fin de contrat, pour un nouveau joujou.
Les bateaux revendus se composent pour 50% de monocoques et pour 50% de catamarans.
Côté valeurs résiduelles, elles s’établissent entre 50 % (moyenne) et 60 % (modèles très demandés).
 

Comment se déroule une vente chez DYC

Comment se déroule une vente chez DYC

Tout d’abord, il faut comprendre que les bateaux vendus le sont depuis leur base de location. L’acheteur devra s’y rendre pour en prendre livraison puis le convoyer à ses frais.

Les voiliers sont mis en vente au cours de leur exploitation.
Ceci garantit une rapidité du processus de vente et permet aux prospects d’essayer le bateau convoité.
Le prospect se déplace, visite le bateau.
Puis, signature d’une promesse et paiement d’un acompte.
A ce moment le bateau est immobilisé dans l’attente d’une expertise pour le compte de l’acheteur
Si l’expertise est concluante, la vente se fait.
Si elle montre un défaut fondamental, la vente est cassée et l’acompte rendu.
 

La journée type d’un broker chez DYC

La journée type d’un broker chez DYC

Les ventes de tous les bateaux d’occasion DYC passent par l’équipe de brokers français qui travaille sur plusieurs fuseaux horaires. Ce n’est pas de tout repos quand on connaît le sens du service des américains et leur ignorance (parfois) du décalage horaire.

08h00-10h00 : Tri des emails de la nuit.
10h00 -12h30 : Relances des clients, appels des collègues.
13h00-15h00 : Réalisation des annonces de vente, veille du marché.
15h00 : Réveil des américains et démarrage de la seconde journée dans la journée.
16h00 – 20h00 : Réception des appels et traitement des retour des mails de la nuit précédente.
Le contact avec les américains se poursuit tard dans la soirée.
 

Des contacts et des anecdotes dans le monde entier

Des contacts et des anecdotes dans le monde entier

Gerry échange avec des gens très variés difficiles à rencontrer dans la vie courante.
Ainsi le foreur sur plateforme pétrolière qui achète, démuni d’adresse, un voilier, le néo-zélandais qui choisit un bateau au Mexique et le ramène à la maison, avec un aller-simple en avion en poche ou le polonais cherchant à assurer son voilier fraichement acquis pour une croisière retour par le canal de suez et les eaux infestées de pirates du golfe d’Aden… 
Mais aussi l’acquéreur d’un grand Dufour qui s’échoue, dès la sortie du port de la Trinité où il avait réceptionné son voilier.
La palme de la ténacité revient au très motivé acquéreur d’un monocoque qui, venu du Venezuela, atterrit en Suisse pour prendre la route vers le Monténégro (port d’attache du bateau), passant, successivement et sans succès par la Croatie, la Bulgarie et l’Italie, toutes frontières fermées pour cause de COVID pour finalement parvenir à embarquer et partir vivre sur son voilier. ..
 

Hugo Boss : gagne près de 1%, un broker relève sa cible

Hugo Boss a gagné près de 1% à Francfort, soutenu par une analyse de Stifel qui a réaffirmé aujourd’hui son conseil ‘conserver’ sur le titre, tout en remontant son objectif de cours de 50 à 56 euros, dans le sillage d’estimations de profit opérationnel 2021-22 rehaussées de 3% après la publication semestrielle et la journée investisseurs.’Ceci reflète une croissance des ventes plus élevées, une marge brute plus basse et des réinvestissements plus forts’, explique le broker, pour qui ‘Hugo Boss se traite encore avec une prime substantielle par rapport à PVH et Ralph Lauren, ses deux pairs mondiaux clés’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Hugo Boss a gagné près de 1% à Francfort, soutenu par une analyse de Stifel qui a réaffirmé aujourd’hui son conseil ‘conserver’ sur le titre, tout en remontant son objectif de cours de 50 à 56 euros, dans le sillage d’estimations de profit opérationnel 2021-22 rehaussées de 3% après la publication semestrielle et la journée investisseurs.

‘Ceci reflète une croissance des ventes plus élevées, une marge brute plus basse et des réinvestissements plus forts’, explique le broker, pour qui ‘Hugo Boss se traite encore avec une prime substantielle par rapport à PVH et Ralph Lauren, ses deux pairs mondiaux clés’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Veolia : dans le vert, un broker rehausse sa cible

Veolia gagne plus de 1% à Paris, profitant d’une analyse d’AlphaValue qui a relevé son conseil sur le titre, passant de ‘vente’ à ‘achat’ avec un objectif de cours rehaussé de 20,7 à 39,9 euros.Dans une note de recherche, le bureau d’études indépendant explique que sa précédente recommandation commençait à dater, puisqu’elle ne tenait pas compte de l’annonce du projet de fusion avec Suez.A ce titre, AlphaValue explique qu’il rejette le concept d’une ‘fusion’ entre égaux, préférant retenir celui d’un rachat d’une large gamme d’activités, éloigné du principe d’un rapprochement.’Et c’est précisément la raison pour laquelle l’opération crée de la valeur’, estime le cabinet parisien.’Elle confère à Veolia une empreinte géographique cohérente avec une focalisation sur des marchés-clé (Royaume-Uni, Europe centrale et de l’Est, USA, Péninsule Ibérique, Chine,…) et une capacité renforcée à s’adjuger des projets créateurs de valeur au niveau local’, souligne AlphaValue.Le bureau d’études y voit l’occasion de constituer un modèle économique ‘résistant’ face à l’envolée des prix des matières premières.Les analystes évoquent par ailleurs un potentiel de création de valeur dans les questions ESG, avec une structure de gouvernance d’entreprise susceptible d’être grandement améliorée selon eux.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Veolia gagne plus de 1% à Paris, profitant d’une analyse d’AlphaValue qui a relevé son conseil sur le titre, passant de ‘vente’ à ‘achat’ avec un objectif de cours rehaussé de 20,7 à 39,9 euros.

Dans une note de recherche, le bureau d’études indépendant explique que sa précédente recommandation commençait à dater, puisqu’elle ne tenait pas compte de l’annonce du projet de fusion avec Suez.

A ce titre, AlphaValue explique qu’il rejette le concept d’une ‘fusion’ entre égaux, préférant retenir celui d’un rachat d’une large gamme d’activités, éloigné du principe d’un rapprochement.

‘Et c’est précisément la raison pour laquelle l’opération crée de la valeur’, estime le cabinet parisien.

‘Elle confère à Veolia une empreinte géographique cohérente avec une focalisation sur des marchés-clé (Royaume-Uni, Europe centrale et de l’Est, USA, Péninsule Ibérique, Chine,…) et une capacité renforcée à s’adjuger des projets créateurs de valeur au niveau local’, souligne AlphaValue.

Le bureau d’études y voit l’occasion de constituer un modèle économique ‘résistant’ face à l’envolée des prix des matières premières.

Les analystes évoquent par ailleurs un potentiel de création de valeur dans les questions ESG, avec une structure de gouvernance d’entreprise susceptible d’être grandement améliorée selon eux.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Charles Von Simson : Le Nigeria a besoin de se doter de lois fortes sur les cryptomonnaies

Professeur de droit et d’entrepreneuriat de l’Université du Wisconsin aux États-Unis, Charles Von Simson suit de très près les progrès réalisés par le Nigéria dans la fintech. Le pays s’est d’ailleurs illustré récemment en devenant la première nation africaine à lancer sa monnaie numérique. Si son statut de pionnier au plan local ne souffre d’aucune contestation, le pays devrait se doter d’une législation forte sur les cryptomonnaies d’après M. Von Simson.

Protéger un marché en pleine émergence

Protéger un marché en pleine émergence

Chaque année, le cabinet Punuka Attorneys and Solicitors organise une conférence sur les défis juridiques à relever dans les différents secteurs de l’économie nigériane. Pour sa 13e édition, l’évènement a invité au titre de conférencier le professeur Charles Von Simson. S’exprimant sur le thème Fintech, Crypto & Frontier Technologies in Trade, M. Von Simson a salué les progrès faits par le Nigéria en la matière. Il a également déclaré que le pays a besoin de voter rapidement des lois strictes qui protégeront ce marché émergent.

Invité d’honneur de l’évènement et ministre d’État au Budget et à la Planification nationale, Prince Clem Agba, a félicité les organisateurs pour avoir choisi un sujet pertinent et d’actualité. Il faisait notamment référence au lancement de l’e-naira qui a été présenté comme un outil d’inclusion financière dans le pays. Rebondissant sur les propos du professeur Von Simson, il a réaffirmé l’engagement du gouvernement à prendre les mesures nécessaires pour régler la question de la réglementation. Il espère que des millions d’emplois seront créés au cours des cinq prochaines années avec la Fintech et les cryptomonnaies dans l’économie du pays.

Éduquer l’industrie crypto locale

Éduquer l’industrie crypto locale

Organisateur de l’évènement et associé principal de Punuka Attorneys and Solicitors, Chief Anthony Idigbe a déclaré que la fintech a affecté tous les secteurs de la nation. Les banques traditionnelles ont notamment connu un grand changement depuis l’introduction de cette technologie dans le monde bancaire. M. Idigbe reconnait qu’il est donc nécessaire de réglementer correctement les marchés cryptographiques afin de protéger les Nigérians. Il a aussi souligné la nécessité pour les acteurs de l’industrie de comprendre ce dans quoi ils s’engagent et de se couvrir juridiquement des différents risques associés à leur activité.

À l’heure actuelle, le gouvernement nigérian continue d’interdire les cryptomonnaies dans le pays afin de promouvoir l’e-naira. Malgré la présentation élogieuse faite par le ministre d’État au Budget lors de cette conférence, la CBDC locale continue d’essuyer de vives critiques. Il est notamment reproché à celle-ci de ne pas couvrir les personnes non bancarisées.

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

Les cryptomonnaies enregistrent des entrées record au cours de la dernière semaine – Données de CoinShares

Les produits et fonds de cryptomonnaies ont enregistré des entrées record la semaine dernière, à hauteur de 1,5 milliard de dollars, leur 10e semaine consécutive d’investissements, alors que l’optimisme a grimpé en flèche avec la négociation des fonds négociés en bourse en bitcoin, a montré lundi un rapport du gestionnaire d’actifs numériques CoinShares.

Depuis le début de l’année, les flux entrants ont atteint 8 milliards de dollars, dépassant de loin le record de 6,7 milliards de dollars établi pour toute l’année 2020, selon les données de la semaine terminée le 22 octobre.

Le total des actifs sous gestion a également atteint un nouveau record de 79,2 milliards de dollars, bien qu’il ait terminé la semaine à 76,7 milliards de dollars.

Pour la sixième semaine consécutive, la majeure partie des flux entrants est allée au bitcoin, avec 1,45 milliard de dollars, selon les données. Les flux entrants vers la plus grande cryptomonnaie du monde depuis le début de l’année s’élèvent à 6,1 milliards de dollars.

L’ETF ProShares Bitcoin Strategy et l’ETF Valkyrie Bitcoin Strategy ont été lancés la semaine dernière, un moment décisif pour le secteur de la crypto-monnaie qui devrait attirer davantage d’entrées de fonds de la part des grands investisseurs institutionnels.

Le bitcoin a ainsi atteint un sommet historique de 67 016,50 $. La dernière fois, il était en hausse de 4,6 % à 63 682 $.

« Le fait que le bitcoin atteigne de nouveaux sommets historiques montre à la fois le chemin parcouru et la capacité du bitcoin à bouleverser le système financier et à créer une économie mondiale, en reliant les marchés développés et émergents comme jamais auparavant », a déclaré Ray Youssef, cofondateur et directeur général de Paxful, une plateforme mondiale de fintech peer-to-peer.

« Si cette récente remontée des prix peut être attribuée à des mouvements comme l’approbation du premier ETF bitcoin pour les investisseurs institutionnels, nous ne pouvons pas ignorer l’impact du développement et de l’adoption significatifs dans les marchés émergents », a-t-il ajouté.

L’Ethereum, quant à lui, a connu des sorties de fonds pour une troisième semaine consécutive, totalisant 1,4 million de dollars. CoinShares a estimé que les sorties étaient dues à des prises de bénéfices mineures alors que le prix approche des records. L’Ether, la monnaie de la blockchain Ethereum, a été échangé pour la dernière fois à 4 224,30 dollars, en hausse de 3,5 %.

D’autres altcoins ont connu des afflux. Solana, Cardano et Binance ont enregistré des entrées totalisant 8,1 millions de dollars, 5,3 millions de dollars et 1,8 million de dollars, respectivement.

Les actifs sous gestion de Grayscale et Coinshares, les deux plus grands gestionnaires d’actifs numériques, ont grimpé la semaine dernière à 54,6 milliards de dollars et 5,2 milliards de dollars, respectivement. (Reportage de Gertrude Chavez-Dreyfuss à New York ; édition de Matthew Lewis)

Stablecoins : les crypto « stables » font de plus en plus peur aux États-Unis

Après l’intense polémique Tether, les stablecoins continuent d’être critiquées. Le Trésor américain juge que ces cryptomonnaies «stables », de plus en plus populaires, doivent être régulées bien plus fermement.

C’est un rapport sans appel que vient de livrer le département du Trésor, la réserve fédérale US et d’autres régulateurs américains sur les stablecoins. Selon eux, ces cryptomonnaies dites « stables » font courir un risque financier significatif aux États-Unis et doivent par conséquent être régulées très fermement. Mais pourquoi ces cryptomonnaies inquiètent-elles tant les US ?

Comme leur nom l’indique, les stablecoins ont pourtant une volatilité bien moins grande que celle des cryptomonnaies classiques, telles que le bitcoin ou l’ether. La valeur de ces crypto « stables » est adossée à un autre cours, souvent celui d’une monnaie fiduciaire (dollar, euro, etc.) ou à celui d’un métal (or, etc.). Le cours des stablecoins va donc varier, mais de manière normalement bien plus mesurée que celui de cours de cryptomonnaies classiques.

Les US s’inquiètent cependant de voir la place très importante qu’occupent désormais les stablecoins. Ces cryptomonnaies sont en effet de plus en plus utilisées, car elles fluidifient les processus d’achat et de vente de cryptomonnaies. Au lieu de convertir leurs cryptomonnaies en dollars ou en euros, les investisseurs peuvent faire le choix de les convertir en stablecoins adossés à ces monnaies pour mettre leurs gains « à l’abri ». Le processus est plus rapide et plus simple. Par ailleurs, cela évite aux investisseurs d’avoir à déclarer leurs plus et moins-values (ils ne devront le faire que lors de l’année où ils convertiront leurs stablecoins en monnaie fiduciaire).

La crainte de mouvements de panique

La crainte de mouvements de panique

Ces avantages ont séduit et permis aux stablecoins de se développer très fortement : ce marché pèse désormais plus de 110 milliards d’euros. Mais cette croissance rapide inquiète les autorités américaines. Les stablecoins ne sont pour l’heure pas du tout régulés aussi strictement que peuvent l’être des institutions bancaires. Le Trésor US juge que si des stablecoins se trouvaient en difficulté, cela pourrait créer des dommages collatéraux importants.

Les autorités américaines s’inquiètent particulièrement du risque qu’un ou des émetteurs de stablecoins perdent la confiance des utilisateurs, conduisant ces derniers à vouloir les revendre en masse. « Si des émetteurs ne sont pas en capacité de racheter leurs stablecoins lorsque leurs clients en font la demande, ou si des utilisateurs se mettent à douteur de leur capacité à le faire, l’inquiétude pourrait conduire un nombre massif d’utilisateurs à vouloir vendre leurs stablecoins, ce qui pourrait nuire aux autres personnes et au système financier plus généralement », détaille ainsi le rapport. Les régulateurs américains redoutent notamment que de tels mouvements de panique se propagent d’un stablecoin à un autre et génèrent un effet domino problématique.

La polémique Tether en toile de fond

La polémique Tether en toile de fond

À l’évidence, l’affaire Tether était encore vivace dans les esprits des auteurs de ce rapport. Le Tether est le stablecoin le plus populaire du secteur (il y en a désormais 69 milliards en circulation). Cette célébrité a cependant récemment conduit l’agence américaine chargée de réguler les bourses de commerce (la CFTC) à se pencher d’un peu plus près sur la société qui l’émet afin de vérifier sa fiabilité. Et ce faisant, elle s’est aperçue que Tether avait communiqué de manière fallacieuse sur son fonctionnement. L’émetteur du Tether promettait aux utilisateurs que, pour chaque USD Tether en circulation, il disposait en réserve d’un dollar américain (USD) sur ses propres comptes bancaires. En réalité, a révélé la CFTC, les réserves de Tether n’étaient « pas garanties la plupart du temps ».

Dans son communiqué de presse, la CFTC précise ainsi que Tether détenait suffisamment de réserves fiduciaires pour garantir ses tokens pendant seulement 27,6 % du temps, sur la période de 26 mois étudiée entre 2016 et 2018. « Contrairement à ce qui était affirmé, Tether ne détenait pas la totalité des réserves de son token USDT en dollars américains : elle s’appuyait sur des entités non régulées et des tiers pour détenir une partie de ses réserves. Elle avait également une portion de sa réserve en commun avec Bitfinex (nldr : une plateforme de crypto trading) », révèle l’agence, précisant qu’une partie des réserves de Tether provenaient, par ailleurs, de produits financiers non fiduciaires.

Réguler les émetteurs de stablecoins comme des banques

Réguler les émetteurs de stablecoins comme des banques

Dans ce contexte tendu, les régulateurs américains réclament que les stablecoins soient régulés bien plus fermement qu’à l’heure actuelle. Ils vont d’ailleurs assez loin dans leur réflexion puisqu’ils demandent que les établissements autorisés à émettre des stablecoins soient encadrés de la même manière que des banques, avec l’obligation d’avoir un certain niveau de réserves et une supervision de la réserve fédérale des États-Unis (la FED).

Il n’est pas sûr que le Congrès américain se mette d’accord sur des mesures de ce type. Les régulateurs ont cependant une deuxième option dans leur manche : le conseil de supervision de stabilité financière du Trésor américain pourrait évaluer la menace que posent certains stablecoins — avec la mise en place de nouvelles règles le cas échéant. À noter que les autorités américaines suggèrent également de ne pas autoriser des géants de la tech à émettre des stablecoins. Comme le souligne Bloomberg, cette recommandation risque de contrarier Mark Zuckerberg, le PDG de Meta (Facebook, WhatsApp, etc.) envisageant en effet de lancer une crypto de type stablecoin baptisée Diem.

De régulé à régulateur – Ripple (XRP), tente de renverser la tendance

Ripple (XRP) se rêve en auxiliaire des régulateurs – La société émet une proposition de réglementation pour les cryptomonnaies. Elle suit ainsi le mouvement initié par d’autres entreprises cryptos qui veulent s’assurer que le secteur soit encadré par un cadre réglementaire sain pour son développement.

Le 16 novembre 2021, Ripple publie une proposition de cadre réglementaire pour les cryptomonnaies. Le document intitulé « A real approach to cryptocurrency regulation » véhicule selon Ripple, la « vision de l’entreprise sur la façon dont les cadres réglementaires financiers existants peuvent être utilisés pour faire progresser l’innovation et améliorer les protections des consommateurs et du marché ».

Le CEO de Ripple, Brad Garlinghouse, a indiqué que le « cadre politique proposé par sa société est une approche en trois volets de ce qui peut être fait maintenant ». Le document préconise notamment la collaboration public – privé, l’adaptation des cadres réglementaires existant, et l’appui aux bacs à sable permettant l’innovation pour les cryptomonnaies.

Selon Garlinghouse, le cadre proposé par Ripple est le fruit des échanges de la société « avec les régulateurs et les décideurs politiques bipartisans ».

>> Jouez la sécurité, inscrivez-vous sur la référence des exchanges crypto FTX <<

SEC et règlementation des cryptomonnaies : approche coercitive et pression des entreprises cryptos

SEC et règlementation des cryptomonnaies : approche coercitive et pression des entreprises cryptos

Ripple n’est pas la première entreprise crypto à proposer un cadre réglementaire pour les cryptomonnaies. Coinbase en avait fait de même, avançant quatre recommandations clés. C’est en effet tendance : les acteurs majeurs de la cryptosphère mettent désormais la pression sur les régulateurs pour une réglementation saine et claire des cryptomonnaies. Binance a ainsi appelé le 16 novembre 2021, à des cadres réglementaires mondiaux pour réguler le secteur. L’exchange a lancé la campagne « Crypto Is Evil » présentant les « 10 droits fondamentaux pour les utilisateurs cryptos ».

Ces initiatives visent notamment à recadrer l’approche jugée coercitive de la SEC américaine dans la réglementation des cryptomonnaies. Le commissaire de la SEC, Hester Peirce, a lui-même critiqué cette ligne de conduite de l’institution en août 2021, après que l’agence ait annoncé des actions visant l’exchange Poloniex.

La SEC est également engagée dans un bras de fer judiciaire avec Ripple depuis environ un an. L’agence reste pour le moment muette face aux demandes formulée par des entreprises cryptos, pour avoir des éclaircissements sur la réglementation des cryptomonnaies.

Les cadres réglementaires proposés par Ripple et Coinbase changeront-ils la vision que porte la SEC sur les cryptomonnaies ? L’agence ne semble pas pour le moment être prête à desserrer l’étau. Elle veut aujourd’hui dompter une DeFi qui serait selon elle, trop opaque.

Que vous soyez addict de XRP, fan de Bitcoin contre vent et marée ou que votre cœur batte la chamade pour Ethereum, retrouvez toutes les cryptomonnaies -star du Marketcap sur FTX, la plateforme crypto de référence. Inscrivez-vous sans attendre sur FTX et bénéficiez d’une réduction à vie sur vos frais de trading (lien affilié, voir conditions sur site officiel)

Les volumes d’échange de cryptomonnaies de Saxo Bank ont dépassé les $2,5 milliards depuis le début de l’année

Cet excellent résultat a poussé le courtier en ligne danois à rehausser les limites de position et à proposer de nouveaux produits cryptomonnaies en réponse à la forte demande des clients.


Lancé en juillet 2021, Crypto FX permet aux clients de Saxo Bank de trader du Bitcoin, de l’Ethereum et du Litecoin contre de l’euro (EUR), du dollar (USD) et du yen (JPY) à partir d’un compte unique, sans passer par un portefeuille électronique de cryptomonnaies. La demande pour l’offre Crypto FX de Saxo a dépassé les attentes et devrait continuer à croître car les investisseurs cherchent de plus en plus des actifs alternatifs pour diversifier leurs portefeuilles et se protéger contre l’accélération de l’inflation.


En réponse à la demande croissante des clients, Saxo étoffe son offre de cryptomonnaies en :


• Proposant de nouveaux produits cryptomonnaies : Saxo propose désormais neuf paires de cryptomonnaies avec effet de levier et plus de 50 produits négociés en bourse (« exchange-traded products » – ETP) répliquant la performance d’actifs comme Cardano, Solana, Polkadot, Stellar, Ripple et d’autres actifs numériques prisés. L’un des derniers ajouts est le premier ETF américain sur cryptomonnaies créé par Proshares et disponible pour les clients professionnels français depuis la semaine dernière sous le code mnémonique BITO.


• Rehaussant les limites d’exposition : Saxo relève les limites d’exposition sur Crypto FX de 50 000 à 200 000 dollars pour les clients particuliers et de 200 000 à 500 000 dollars pour les comptes professionnels*.


Stanislav Kostyukhin, directeur commercial, segment Trading, explique :« Saxo Bank s’est fixé pour objectif de proposer un produit aussi sécurisé et simple d’utilisation que les actifs traditionnels, et qui permet de surfer sur les tendances de marché et les dynamiques de cours de l’univers des cryptomonnaies. La réaction exceptionnelle des investisseurs et la forte activité observée dans les six mois qui ont suivi le lancement de notre offre Crypto FX montrent clairement que les cryptomonnaies constituent une classe d’actifs de plus en plus importante pour nos clients ».


Thomas Jegu, Président de Saxo Banque ajoute :« À l’heure où de plus en plus d’investisseurs se tournent vers les cryptomonnaies pour se protéger contre l’inflation et pour diversifier leurs portefeuilles, nous nous réjouissons de proposer à nos clients une large gamme de produits fiables garantissant un accès contrôlé et sécurisé au marché des cryptomonnaies. Nous sommes convaincus que l’intérêt pour les cryptomonnaies ira croissant à mesure que l’industrie gagnera en maturité et nous avons l’intention d’étoffer notre offre pour répondre aux attentes évolutives du marché et des investisseurs ».


Les clients peuvent négocier des paires de Crypto FX durant les heures de trading du dimanche soir au vendredi soir, et ont la possibilité d’ouvrir des positions longues et courtes. L’offre Crypto FX complète la gamme de 200 paires de devises disponibles sur les plateformes primées SaxoTraderGO et SaxoTraderPRO.


Le cours des cryptomonnaies peut être très volatil. Négocier des instruments financiers liés aux cryptomonnaies implique des risques et ne convient pas à tous les investisseurs.


* L’augmentation des limites d’exposition ne s’applique pas aux clients de Suisse, ni aux clients particuliers basés à Singapour et au Royaume-Uni.


A propos de Saxo Bank
Le groupe Saxo Bank est un spécialiste des technologies de premier plan qui relie les potentiels investisseurs aux opportunités d’investissements des marchés mondiaux de capitaux. En tant que leader mondial du trading et de l’investissement multi-actifs, la vision de Saxo est de permettre à ces potentiels investisseurs de remplir leurs aspirations d’investissements et d’avoir un impact.
Créé à Copenhague en 1992, Saxo est l’une des premières institutions financières à développer des plateformes de trading en ligne qui offrent aux investisseurs amateurs les mêmes outils et accès aux marchés que les tradeurs professionnels, les institutions et les gestionnaires de fonds. Elle offre un large accès aux marchés mondiaux de capitaux grâce à différentes catégories d’actifs, où ils peuvent échanger plus de 40 000 instruments financiers dans près de 20 langues à partir d’un seul et unique compte. En tant que partenaire, le groupe Saxo Bank fournit plus de 135 institutions financières, en renforçant l’expérience d’investissement qu’elles peuvent offrir à leurs clients via sa technologie d’open banking. Que ce soit par leurs investissements ou le résultat de leurs investissements, Saxo donne à ses clients et partenaires les outils, les plateformes et connaissances pour avoir un impact sur le monde.
Saxo Bank détient quatre licences bancaires et est réglementée à l’échelle mondiale. Avec des actifs clients qui s’élèvent à plus de 70 milliards d’euros, Saxo est une entreprise internationale présente également sur le plan local avec plus de 2 100 collaborateurs dans les centres financiers mondiaux, dont Londres, Paris, Singapour, Amsterdam, Zurich, Dubaï, Shanghaï, Hong-Kong et Tokyo.
Saxo Banque, succursale de BinckBank N.V., est présente en France depuis 2006.
http://www.home.saxo/fr-fr

Coup de tonnerre dans la DeFi : Elrond va distribuer 1,3 milliards de dollars en cryptomonnaies

Changer définitivement le visage de la DeFi – Que le marché tutoie les sommets ou qu’il fasse triste mine comme ces derniers jours, certains projets n’en ont cure et se contentent de décliner leur feuille de route, une étape à la fois, conscient que seul le temps permettra de dévoiler la solidité et la pertinence d’un édifice patiemment érigé. Le projet Elrond rentre indéniablement dans cette catégorie de bâtisseurs de crypto-cathédrales et s’apprête en ce jour à dévoiler sa nef centrale : la plateforme décentralisée Maiar Dex. Et déjà belle, la fête vient soudainement de monter en intensité avec l’annonce surprise d’un colossal plan d’incitation et de récompenses d’un montant d’1.3 milliard de dollars en cryptomonnaies MEX afin de booster l’adoption de la Finance Décentralisée et celle du Maiar Dex.

Maiar, le royaume Crypto d’Elrond

Maiar, le royaume Crypto d'Elrond

Difficile d’être resté insensible à Elrond en cette année 2021. Et si le projet blockchain aligne de sacrées ambitions en terme de proposition de valeur technologique (un réseau ultra efficient, peu cher, très scalable), c’est autant pour la qualité de sa communication et un sens évident du marketing, que par sa capacité à occuper tous les terrains, qu’Elrond sort du lot du marché crypto traditionnel.

partenariats en pagaille – y compris avec des ténors de l’écosystème comme Cardano dont il garantira le stablecoin – virage négocié en direction des métavers avec un récent accord avec Holoride (backé par Audi, et dans les petits papiers du géant Disney pour la construction de ses propres univers virtuels), plateformes de launchpad pour exposer et propulser des projets innovants… C’est comme si Elrond ne souhaitait laisser de côté aucun versant de l’industrie, tous méritant manifestement d’y consacrer une part de son expertise.

Et s’il y a bien un secteur pour lequel le projet n’a jamais caché ses ambitions, et ce depuis ses origines, c’est bien celui de la Finance Décentralisée, désignée comme le véritable nouveau territoire à conquérir.

On découvrait ainsi en avril dernier les contours des projets d’Elrond en la matière. Token de gouvernance MEX, plateforme décentralisée Maiar Exchange (intimement liée et interconnectés avec l’application mobile du même nom), technologies déployées…. Du classique (des pool de liquidités, des mécaniques des rewards…) mais également du plus surprenant.

On apprenait en effet à cette occasion que le token MEX serait intégralement distribué à la communauté Elrond détentrice d’EGLD, mais profiterait également en partie aux holders de plusieurs autres protocoles emblématiques de l’écosystème, comme UniSwap, SushiSwap ou PancakeSwap.

Sur le fonds, une volonté affichée de décentraliser la future gouvernance de Maiar Dex, en y associant la plus large communauté possible et sur la forme l’ambition de prendre le temps de construire une plateforme et un protocole de DeFi tellement optimisés que l’ensemble permettrait d’établir les nouveaux standards de l’industrie.

7 mois plus tard, l’attente est désormais récompensée : le 19 novembre 2021 restera comme celui de l’activation de Maiar Dex. A noter que l’apport de liquidité est ouvert depuis 2 jours et que le moins que l’on puisse dire c’est que l’engouement est déjà réel, le protocole ayant déjà attiré au moment de la rédaction 113 millions de dollars de TVL (Total Value Locked), un chiffre impressionnant pour un plateforme encore inactive.

Déja promis à un avenir radieux, Maiar Dex va également profiter à plein de l’annonce officielle d’Elrond ce jour : le dévoilement d’un plan d’incitation d’1.3 milliards de dollars afin de faire passer l’adoption de la DeFi à un niveau supérieur, mais également de remercier dignement les premiers utilisateurs de sa plateforme.

>> Il est encore temps d’aller vous procurer quelques EGLD sur FTX pour profiter de Maiar Exchange <<

1.3 milliards de $ en tokens MEX à se partager

1.3 milliards de $ en tokens MEX à se partager

On s’en souvient, dès l’annonce du futur Maiar Dex, le JDC exposait les différentes modalités d’attribution des tokens MEX, distribués selon un schéma assorti à la fois d’un calendrier de déblocage progressif et de divers bonus. Vous pouvez allez consulter l’article dédié pour réviser vos classiques.

Quelques modification ont cependant été apportées au modèle initial et plus particulièrement un changement d’importance dans la tokenomique du MEX : une multiplication par 1000 à la fois du supply, mais également des mécanismes d’émissions et de récompenses (autrement dit, pas de différence de valeur pour l’utilisateur, mais la volonté affichée de disposer d’un modèle économique apte à absorber la charge d’un usage croissant pour les décennies à venir).

Ce qui ne change pas en revanche, c’est la volonté d’Elrond de récompenser très largement les premiers utilisateurs de ses nouveaux services et de provoquer un veritable “choc d’adoption”. C’était déjà l’approche choisie pour le lancement de l’application Maiar, c’est de nouveau le modèle adopté pour les premiers pas de Maiar Exchange.

Ainsi, les utilisateurs de la plateforme vont-ils profiter dans les premières semaines de fonctionnement d’impressionnants bonus, à la condition d’apporter de la liquidité sur les quelques pools déjà disponibles, en l’occurrence MEX/EGLD, MEX (staking simple) et dès aujourd’hui EGLD/USDC (le stablecoin de Coinbase)

A la clef, des multiplicateurs de rewards assez impressionnant, y compris dans un contexte DeFi habitué aux superlatifs, avec par exemple une bonification de X75 sur la pool EGLD/MEX (offrant une APR potentielle de 4121%, vous ne rêvez pas).

Une somme sans équivalent dans la DeFi

Pour garantir ces niveaux de récompenses, Elrond a fait connaître les détails de son plan financier. C’est ainsi 1.3 milliard de dollars en tokens MEX qui vont être consacrés à l’apport de liquidité et à l’alimentation des systèmes de récompenses des différentes pools disponibles.

Déjà coutumier à la distribution de grosses sommes, y compris pour inciter à la mise à l’épreuve de la robustesse de ses protocoles, Elrond tape cependant un très grand coup avec une somme qui pourrait ne pas avoir de précédent ou d’équivalent à l’échelle de l’ensemble de l’industrie.

A noter que 282 millions de dollars seront distribués, rien que le premier mois, aux premiers contributeurs à la liquidité du protocole.

« En distribuant la propriété du Maiar DEX au prochain milliard d’utilisateurs, nous jetons les bases d’un système financier véritablement mondial, accessible à tous, partout »

Dans son communiqué officiel, l’équipe Elrond revient enfin sur le fait que des utilisateurs d’autres plateformes DeFi pourront également prétendre à une partie du trésor de guerre :

« Au-delà du premier mois, les plans visant à accélérer l’adoption se poursuivront avec un programme d’incitation de suivi destiné aux utilisateurs des plus grandes plateformes DeFi de l’écosystème, qui pourront également réclamer des jetons MEX proportionnellement à leur activité impliquant des produits tels que Uniswap, Pancake Swap ou Sushi Swap. »

Avec ce plan de distribution inédit par son ampleur et son impact potentiel, Elrond cherche à démontrer la pertinence de son modèle économique, autant que sa capacité à réaliser les ambitions affichées par l’équipe : apporter l’économie crypto et la DeFi au prochain milliard d’individus.

Si vous lisez ceci, il n’est pas trop tard pour aller récupérer quelques EGLD sur la plateforme de référence FTX, les placer en pool de liquidité en quelques clics, et profiter des rendements affolants en MEX des premières semaines du Maiar Dex ! Vous profiterez au passage d’une réduction à vie sur vos frais de trading.

Démocratisation de la finance et cryptomonnaies… avec Yoann Lopez

Tendance la plus étonnante de l’année : des dizaines de millions de personnes se sont lancées en Bourse. Un chiffre record qui souligne combien notre rapport à l’argent est en train de profondément changer. Interview de Yoann Lopez.

Yoann Lopez, ancien directeur marketing d’une startup, s’est reconverti pour lancer début 2020 Snowball, une newsletter didactique et accessible sur les finances personnelles. Pour lui, la démocratisation de l’investissement sur les réseaux sociaux est à double tranchant, c’est un premier pas vers une meilleure connaissance du monde financier, mais aussi la porte ouverte à des arnaques et à de faux espoirs. Entretien.

Pourquoi militez-vous pour une démocratisation de la finance ?  

Pourquoi militez-vous pour une démocratisation de la finance ?  

Yoann Lopez : Il y a deux sujets qui impactent vraiment notre vie : la santé et la finance. Et ce sont pourtant deux univers pour lesquels les gens manquent souvent de motivation pour s’y intéresser. Tout l’enjeu est de rendre la finance – qui peut être un sujet ennuyeux – attrayante et accessible, de montrer que c’est non seulement important, mais intéressant. Le tout sans aller jusqu’à la « gamification » façon application Robinhood, qui simplifie au maximum l’investissement, et affichait même des petits confettis quand on achetait une action (l’application a finalement retiré cette fonctionnalité, après une vague de critiques, ndlr).

L’ennui du confinement, les booms des cryptos en début d’année, ont poussé de nouveaux investisseurs à se lancer. Faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?

L’ennui du confinement, les booms des cryptos en début d’année, ont poussé de nouveaux investisseurs à se lancer. Faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?

Y. L. : Il y a des dizaines de millions de personnes qui se sont lancées en Bourse en 2020-2021, un chiffre record. Tout le monde se prend pour Warren Buffett. J’estime que mon rôle, et celui des éducateurs de la finance en général, c’est justement de montrer que le risque est réel, que l’on ne va pas vivre tout le temps des périodes d’euphorie comme celle-ci avec des marchés haussiers. C’est aussi de rappeler que le but n’est pas forcément de devenir riche rapidement, mais de placer à long terme.

Beaucoup de « money gourous » apparaissent sur TikTok et les autres réseaux sociaux, comment percevez-vous cette tendance ?

Beaucoup de « money gourous » apparaissent sur TikTok et les autres réseaux sociaux, comment percevez-vous cette tendance ?

Y. L. : Effectivement, en France, la tendance de la démocratisation de la finance s’accélère depuis le début d’année, et elle a commencé plus tôt aux États-Unis. Je dirais qu’il y a deux catégories. Il y a le côté éducation, pédagogie, parfois fait en moins d’une minute sur TikTok, par exemple. Et certains le font très bien. C’est un bon premier pied dans la finance pour des personnes qui n’ont pas l’envie, ni l’énergie de prendre le temps de lire une newsletter comme la mienne. Et il y a un côté moins sain – qui malheureusement prend plus de place – de personnes qui se targuent d’avoir gagné des milliers en investissant dans telle ou telle crypto. Il y a aussi des arnaques. J’ai souvent des messages de personnes de ma communauté me demandant ce que je pense de telle ou telle vidéo sur YouTube. Ce sont souvent des schémas d’arnaque pyramidale classique, de multilevel marketing, où il faut recruter d’autres personnes pour être accepté dans une communauté. C’est le côté noir de la chose. 

Votre newsletter fonctionne comme une communauté. Quelle est-elle et comment l’animez-vous ?

Votre newsletter fonctionne comme une communauté. Quelle est-elle et comment l’animez-vous ?

Y. L. : J’ai 14 000 abonnés, dont 2 550 payants, qui reçoivent des « Snowflakes », des sortes d’actions qui leur permettent d’obtenir des dividendes en fin d’année. Mes lecteurs sont majoritairement des urbains entre 25 et 35 ans, beaucoup d’hommes, et souvent issus du milieu des start-up. Sur ma newsletter gratuite, je décrypte des concepts économiques et financiers. Sur ma newsletter payante et sur WhatsApp au quotidien, je reviens sur des actualités : une entreprise qui entre en Bourse, les chiffres de l’inflation… J’ai aussi mis en place un forum pour que les membres de ma communauté échangent entre eux. Et là je commence à réfléchir à d’autres services en plus du contenu. Pourquoi pas une application qui permettrait à des particuliers de poser des questions via un tchat à des conseillers en gestion financière, un peu comme l’application Alan le fait avec des médecins. L’autre application que j’envisage est une plateforme d’investissement, avec un côté pédagogique. Je trouve que les applications actuelles comme eToro manquent de transparence, et incitent trop les utilisateurs à aller vers des produits financiers dangereux.

Argentine : Introduction d’une nouvelle taxe sur les cryptomonnaies avec effet immédiat

ven 19 Nov 2021 ▪ 18h00 ▪

4
min de lecture – par
Jean-Louis Lefevre

Selon un avis officiel publié le 16 novembre, la banque centrale d’Argentine a introduit un nouveau règlement fiscal pour les exchanges de cryptomonnaies, avec effet immédiat. La taxe de 0,6 % sur les transactions crypto concerne les exchanges qui ont des comptes bancaires en Argentine.

Les exchanges crypto devront désormais tenir compte d’un taux d’imposition de 0,6 %

Les exchanges crypto devront désormais tenir compte d’un taux d’imposition de 0,6 %

La taxation, soumise à la taxe d’État, prend effet immédiatement. Il s’agit de la taxe sur les crédits et les dettes. Par conséquent, cette taxe proviendra des achats et des ventes exécutées sur les exchanges crypto.

Avant cette déclaration, les transactions en cryptomonnaies étaient classées comme des transactions en espèces. Par conséquent, elles étaient exemptées d’impôt. Conformément à ce nouveau décret la taxe sera prélevée à un taux de 0,6 %. Toutefois, les transactions en cryptomonnaies sont soumises à l’impôt sur les plus-values depuis 2017.

Au décret, il est énoncé ce qui suit :

« Les exonérations prévues par le présent décret et par d’autres réglementations de même nature ne seront pas applicables dans les cas où les mouvements de fonds sont liés à l’achat, à la vente, à l’échange, à l’intermédiation et/ou à toute autre opération sur des cryptoactifs, des cryptomonnaies, des monnaies numériques ou des instruments similaires, dans les termes définis par les textes réglementaires en vigueur. »

La taxe ne s’applique qu’aux exchanges qui ont des comptes bancaires en Argentine

La taxe ne s’applique qu’aux exchanges qui ont des comptes bancaires en Argentine

Ce sont les utilisateurs qui supporteront le coût de cette nouvelle taxation, car les exchanges risquent de leur en faire supporter la charge. Cela n’affectera que les exchanges crypto qui ont un compte bancaire argentin.

La nouvelle règle de taxation aura certainement un impact sur le marché du pays, d’autant plus que les citoyens se sont montrés plutôt enthousiastes à l’égard des cryptomonnaies. Les plateformes de peer-to-peer mènent une activité modeste.

Surveiller de plus près le marché crypto

Surveiller de plus près le marché crypto

Le président de la Banque centrale d’Argentine, Miguel Pesce, a indiqué que le pays allait observer le marché des cryptomonnaies rigoureusement en raison de l’engouement des citoyens pour ce marché. Lors d’une réunion organisée en septembre 2021, il a déclaré que la banque allait « surveiller de près » le marché des cryptomonnaies.

L’introduction d’un nouveau règlement fiscal n’est qu’une étape dans ce qui sera probablement un long chemin vers la réglementation. Le bon côté de la chose est que le gouvernement semble disposé à autoriser le marché des cryptomonnaies. La volatilité serait une préoccupation majeure. Toutefois, Pesce se montrerait favorable à l’idée d’autoriser les paiements en cryptomonnaies.

Une réglementation plus raisonnable pourrait attirer les investisseurs qui hésitent davantage à entrer sur le marché en l’absence de réglementation claire. Cependant, les cryptomonnaies sont populaires en Argentine, où les achats de bitcoins se sont multipliés après l’effondrement des marchés des valeurs mobilières de 2019.

Il vous reste encore une chance de participer au concours organisé par Bybit afin de gagner 2000 $ en bitcoin ! Pour jouer, cliquez ici.

Je suis convaincu que les cryptomonnaies nous ouvrent des perspectives inédites extraordinaires que je ne veux rater sous aucun prétexte ! J’essaie d’enrichir en permanence mes compétences en la matière et de partager avec vous tout ce que j’apprend avec mes followers et mes heures passées à explorer cet univers.

Critères ESG et cryptomonnaies – Vers des investissements crypto durables?

Les institutionnels se penchent sur l’impact social et environnemental de leurs actifs cryptos. En jeu: concilier leurs engagements ESG avec une exposition croissante aux cryptomonnaies.

Le jeu blockchain Axie Infinity pourrait aider les joueurs des pays en voie de développement à générer et conserver un revenu.

La polémique qui ne désenfle pas sur l’impact environnemental de la blockchain atteint désormais les institutionnels, dont plusieurs d’entre eux s’étaient déplacés ce mercredi au Mandarin oriental à Genève, pour suivre une conférence organisée par Academy & finance. Durant trois heures, les intervenants ont détaillé des pistes pour réconcilier les deux tendances lourdes du moment dans la finance: investissement dans les cryptos et approche ESG.

La question devient inévitable tant les cryptoactifs s’imposent dans la finance classique. Selon un rapport produit par Fidelity investment en 2020, 36% des institutions financières en Europe et aux Etats-Unis affirment détenir des cryptomonnaies ou dérivés. Florence Anglès, membre du board du cabinet de conseil CAPCO à Genève, a rappelé en ouverture que «la régulation arrive». Alors que le projet MICA (Market in crypto assets) de l’Union européenne est attendu pour 2024, la directive MIFID, amendée, impose désormais la transparence dans les critères ESG. «D’ici deux à trois ans les investissements dans les cryptoactifs n’échapperont plus à l’analyse ESG.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

Abo300 plus riches de SuisseBitcoin, des millionnaires encore discrets

Abo300 plus riches de SuisseBitcoin, des millionnaires encore discrets

Si quelques réussites s’affichent désormais, la majorité des cryptofortunes reste largement sous le radar. Les demandes de régularisation augmentent, mais l’origine des fonds ne peut pas toujours être prouvée.

Podcast Bilan On ChainÉpisode 1: Ethereum, trop chère et bientôt dépassée?

Podcast Bilan On ChainÉpisode 1: Ethereum, trop chère et bientôt dépassée?

Victime de son succès, critiquée pour ses frais de transactions, Ethereum fait face à l’émergence de blockchains concurrentes, y compris sur sa chasse gardée de la finance décentralisée. Jérôme de Tichey, président d’Ethereum France, tente de répondre aux interrogations de la communauté.

AboSatoshi CardCe Genevois qui a inventé le NFT

AboSatoshi CardCe Genevois qui a inventé le NFT

Lancés il y a cinq ans, les NFT de Shaban Shaame, Spells of Genesis, s’arrachent aujourd’hui à prix d’or. Une revanche tardive pour celui qui a dû s’expatrier pour percer.

En pleine envolée du bitcoin, New York veut devenir la capitale des cryptomonnaies

New York, bientôt la nouvelle capitale du bitcoin ? Après le Salvador qui a donné un statut de monnaie d’échange à la toute première cryptomonnaie pour les achats du quotidien, c’est au tour du maire de New York de vouloir faire de la « Big Apple » la terre promise de cet actif numérique qui s’échange grâce à la technologie décentralisée de la blockchain, sans intermédiaires bancaires. Le maire démocrate, Eric Adams, fraîchement élu, a fait lundi la promotion d’une nouvelle cryptomonnaie, le « NewYorkCityCoin », reposant sur la blockchain réputée inviolable du Bitcoin, et qui doit se lancer mercredi.

Alors que le bitcoin a franchi le pallier des 60.000 dollars le 15 octobre, culminant même à 68.513 dollars ce mardi, soit une hausse de de plus de 50% sur un mois et de plus de plus de 450% sur un an, l’enjeu pour la mégalopole est d’attirer les investisseurs et les startups du secteur. Coeur de Wall Street, la ville doit ainsi bénéficier des activités liées aux cryptomonnaies, pour l’heure principalement spéculatives, à l’image d’un premier fonds indiciel indexé sur les cours et récemment autorisé aux Etats-Unis.

Durant sa campagne, Eric Adams, ancien policier disait notamment vouloir en faire un « centre des bitcoins », du nom de la cryptomonnaie star. Jeudi dernier, deux jours après son élection, Eric Adams a annoncé qu’il recevrait ses trois premiers salaires en bitcoins après sa prise de fonction (début janvier) et a affirmé que New York allait devenir « le centre de l’industrie des cryptomonnaies ».

L’attractivité de la ville en jeu

L'attractivité de la ville en jeu

Le projet, dont des versions ont déjà été lancées à Miami (Floride) et Austin (Texas), vise à fédérer des acteurs des cryptomonnaies autour d’une ville pour favoriser son développement technologique. La compétition que mènent les villes est d’autant plus importante que la Chine a récemment banni toutes activités de minage (la production information des bitcoins) de son sol.

Miami, qui a déjà sa MiamiCoin, a pris quelques longueurs d’avance et organise un salon annuel considéré comme le plus important aux Etats-Unis. Quelques heures avant Eric Adams, le maire républicain de Miami, Francis Suarez, avait annoncé le 2 novembre qu’il recevrait son prochain salaire en bitcoins.

Mais, le hashrate (les calculs informatiques réalisés pour le bitcoin) émanent principalement de New York (19,9%), 18,7% du Kentucky, 17,3% en Géorgie et à 14% au Texas, selon une étude Foundry USA citée par CNBC.

Pour ces producteurs de bitcoins (les mineurs), l’enjeu est en effet de trouver une électricité à bas coût pour alimenter leurs ordinateurs de minage. En échange, le « mineur » est rémunéré en unités de cryptomonnaies créées. Et au nord de l’Etat de New York, l’énergie hydraulique est l’une des sources de production d’électricité disponible.

En plein débat sur la lutte contre le réchauffement climatique, la production de bitcoin pose aussi des questions en matière d’environnements auprès de certaines associations.

« Nous comptons sur la technologie et l’innovation pour aider à propulser notre ville vers l’avant », a néanmoins tweeté lundi Eric Adams. Ces nouvelles recettes sont d’autant plus importantes que le maire hérite aussi d’un déficit de 5 milliards de dollars, pouvant tripler d’ici 2022 et 2024.

L’étonnant Eric Adams, ex-délinquant, ex-policier, et nouveau maire de New York

Des NYCCoins pour des échanges dans la ville

Des NYCCoins pour des échanges dans la ville

Dans la capitale financière américaine, il s’agit dans un premier temps de créer des NYCCoins, mais ceux-ci ne seront pas accessibles aux particuliers et pas échangeables sur une plateforme de cryptomonnaies grand public.

L’idée est de favoriser le développement d’une communauté locale d’entrepreneurs et de services avec comme dénominateur commun les NewYorkCityCoins, qui pourront être utilisés ultérieurement pour des échanges, dans le cadre d’un programme de fidélité ou pour donner accès à certains sites voire des espaces physiques de la ville.

Quelque 30% de la valeur créée lors du « minage » sera versée sur un compte réservé à la ville de New York et qu’elle pourra utiliser à sa discrétion.

Au global, le marché des cryptomonnaies représentait mardi vers 9H00 GMT (10H à Paris) 3.081 milliards de dollars, selon le site CoinGecko, qui suit le marché de plus de 10.000 cryptomonnaies.

Bitcoin: le verrou du fonds indiciel indexé sur la cryptomonnaie va sauter aux Etats-Unis

Suivez La Tribune
Partageons les informations économiques, recevez nos newsletters

Australie : La Banque de réserve met en garde contre des cryptomonnaies « bizarres »

La Banque de réserve d’Australie (RBA) a mis en garde les investisseurs australiens contre la spéculation sur les cryptoactifs, mettant en doute l’ensemble du secteur de la cryptomonnaie.

Le discour de Tony Richards

Le discour de Tony Richards

Le 18 novembre, lors de son discours devant l’Association australienne corporative du Trésor, le chef de la politique de paiement de la RBA Tony Richards a présenté un aperçu de la technologie d’un réseau distribué, des cryptoactifs, des stablecoins et de la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC).

Selon afr.com, dans son discours, Richards a mis en doute la validité de cryptomonnaies et leur croissance en 2021, après l’examen du capital total investi dans les monnaies mèmes, tels que Dogecoin (DOGE) et Shiba Inu (SHIB) :

« Le fait que le Dogecoin, la cryptomonnaie lancée comme une blague à la fin de 2013, avait une capitalisation boursière de 88 milliards de dollars en juin de cette année illustre peut-être le mieux le niveau d’absurdité de la situation. Et le token Shiba Inu, qui ne semble pas avoir de fonction utile, est actuellement la neuvième plus grande cryptomonnaie avec une capitalisation boursière d’environ 26 milliards de dollars », a-t-il ajouté.

Richards a également souligné que l’attention du public capturée par les cryptomonnaies en 2021 « a sans aucun doute été réchauffée par les influenceurs et les tweets de célébrités ». En outre, il a douté des rapports sur l’adoption généralisée de la cryptomonnaie dans le pays.

« Certaines études affirment qu’environ 20 % de la population australienne possède des cryptomonnaies, et l’une d’entre elles affirme que seul le Dogecoin est possédé par 5 % des Australiens. Je dois dire que je trouve ces statistiques un peu invraisemblables », a-t-il annoncé.

Richards a partagé l’opinion que, premièrement, les investisseurs devraient « être moins influencés par les bizarreries » et accorder plus d’attention aux avertissements des régulateurs et des décideurs. Deuxièmement, les gouvernements du monde entier devraient s’efforcer de limiter l’utilisation de cryptomonnaies à forte intensité énergétique basées sur le principe proof-of-work, telles que le bitcoin (BTC). Enfin, les autorités fiscales devraient chercher à éliminer l’anonymat pour lutter contre la criminalité financière.

Les contre-arguments de Steve Vallas

Les contre-arguments de Steve Vallas

Commentant le discours de Richards, Steve Vallas, PDG de Blockchain Australia, a réfuté les arguments spéculatifs contre l’ensemble du secteur, affirmant que :

« Certains régulateurs maintiennent un accent inutile et étroit sur les éléments spéculatifs du secteur. Sous cet angle, les aspects positifs du développement des infrastructures qui se sont produits ces dernières années sont négligés. »

Cependant, de nombreux politiciens australiens bien connus croient toujours que la RBA est à courte vue sur les cryptomonnaies. Et leur patronage permettra au secteur de la cryptomonnaie de démontrer son utilité et sa valeur.

Il vous reste encore une chance de participer au concours organisé par Bybit afin de gagner 2000 $ en bitcoin ! Pour jouer, cliquez ici.

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

Avis Crypto : Le PDG de Binance s’exprime sur les bulles, les mèmes coins et les fluctuations du cours

Publié le 19 novembre 2021, 10:15

Le PDG de Binance, la plus grande bourse de crypto-monnaies au monde, n’essaie pas d’expliquer pourquoi certaines crypto-monnaies qui ont commencé comme une simple blague ont connu une telle envolée. Il ne veut pas non plus dire si l’exubérance pour les monnaies mèmes comme Dogecoin est une indication d’une bulle dangereuse.

Mais Changpeng Zhao, qui se fait appeler « CZ », affirme que cela montre le pouvoir de la décentralisation, qui a sous-tendu l’énorme croissance des crypto-monnaies. Emmenées par le bitcoin, les crypto-monnaies ont atteint une valeur de plus de 2 600 milliards de dollars, ce qui les place au même niveau que l’action la plus précieuse du monde, Microsoft. Cette croissance rapide attire de plus en plus d’investisseurs et attire l’attention des régulateurs du monde entier. M. Zhao s’est entretenu avec l’Associated Press après que son entreprise a lancé un appel en faveur d’une plus grande régulation des marchés de cryptomonnaies dans le monde.

Outre les bulles et les monnaies mèmes, il a parlé des cryptomonnaies qu’il possède et de sa promesse de faire don de la majeure partie de sa fortune. Cette conversation a été éditée pour plus de clarté et de longueur.

Q : Quelle est votre réaction lorsque des crypto-monnaies qui ont commencé comme une blague prennent de la valeur ? Zhao : Pour être honnête, je ne comprends pas Dogecoin. Mais cela montre le pouvoir de la décentralisation.

Ce que je pense n’a pas forcément d’importance. Si un nombre assez important de personnes dans la communauté l’apprécie parce que c’est mignon, parce qu’ils aiment le mème, alors il a de la valeur. Et le Dogecoin a duré tant d’années. Il a connu des hauts et des bas, des hauts et des bas, mais il a duré. Et maintenant nous avons Shiba, qui est aussi une monnaie mème. Nous avons beaucoup plus de pièces mèmes. Mais devinez quoi ? Pour qu’une chose ait de la valeur, il suffit qu’une autre personne veuille l’acheter. Pour qu’une chose ait de la liquidité, il faut qu’un grand nombre de personnes veuillent l’acheter ou la vendre. Une fois que vous avez la liquidité, une chose a de la valeur, selon le marché neutre. Ce n’est donc pas à moi d’en juger. En tant que plateforme, nous voulons fournir une place de marché pour toutes les crypto-monnaies relativement précieuses dans le monde.

Q : Lorsque les gens achètent des choses uniquement parce que la prochaine personne les achètera, n’est-ce pas le signe d’une bulle ? Zhao : Dans une certaine mesure, oui. Mais ce n’est pas tout noir ou tout blanc. Il n’y a pas de définition claire de ce qu’est une bulle. Si le prix d’un actif chute de plus de 80 % ? Le bitcoin a chuté plus que ça, puis s’est redressé. Amazon a chuté de plus de 90 % entre le début de l’année 2000 et septembre 2001, et c’est aujourd’hui l’une des entreprises les plus précieuses du monde. Est-il passé par une bulle ? Selon la définition la plus courante, c’est probablement le cas. Jeff Bezos, lui, ne serait probablement pas d’accord. Ce qui est important, c’est qu’il y a de fortes fluctuations. Tant que les gens comprennent ce qu’ils détiennent, quels sont les risques, tout va bien.

Q : Pourquoi les prix des crypto-monnaies sont-ils si volatils et montent et descendent si rapidement ? Zhao : Pour les consommateurs de masse, la première chose que je voudrais qu’ils comprennent est que tout est volatile. Vous devez placer votre valeur quelque part. Cela peut être une maison, des actions, des dollars américains. Mais toutes ces choses fluctuent par rapport à d’autres. La crypto a une forte volatilité parce que c’est un marché relativement petit. C’est beaucoup, beaucoup plus petit que les actifs traditionnels. Plus la valeur marchande d’un actif est importante, plus la volatilité est faible. C’est juste des maths. Disons que vous regardez une petite pièce dont la valeur marchande totale est de 10 millions de dollars. Si quelqu’un essaie d’utiliser 1 million de dollars pour acheter cette pièce, le prix va augmenter de plus de 10 % parce que tout le monde ne vend pas cette pièce. Si vous considérez un marché d’actifs de 100 000 milliards de dollars, investir 1 million de dollars ne fera pas bouger les prix du tout Si vous devez payer votre loyer en dollars américains le mois prochain, vous devez détenir des dollars américains. Vous ne pouvez pas mettre cet argent à risque dans des actifs très volatils. Mais l’argent que vous pouvez mettre de côté pendant deux ans, cinq ans, vous pouvez le placer dans des actifs très volatils.

Q : Cette volatilité est-elle le principal obstacle qui empêche les gens d’investir dans les cryptomonnaies aujourd’hui ? Zhao : Aujourd’hui, dans l’espace crypto, il y a beaucoup de traders actifs. Il y a un grand nombre de personnes qui sont dans ce secteur pour des gains d’investissement ou des échanges spéculatifs, et ces personnes préfèrent en fait la volatilité. Je pense en fait que le plus grand facteur qui bloque ou entrave la croissance de la crypto est la facilité d’utilisation. Aujourd’hui, il est assez difficile de détenir sa crypto-monnaie de manière sécurisée, ce qui signifie que si votre ordinateur se casse ou si votre ordinateur est infecté par un virus, votre crypto-monnaie est toujours en sécurité. Si vous perdez votre ordinateur, ou si vous perdez votre porte-monnaie, vous pouvez toujours le récupérer. Et cela signifie que vous devez avoir des sauvegardes et que celles-ci doivent être sécurisées. Elles ne peuvent pas être volées. Et la dernière partie à laquelle beaucoup de gens ne pensent pas est : Que se passe-t-il si vous disparaissez ? Les gens meurent. Si vous devenez soudainement indisponible, vos enfants pourront-ils l’obtenir ? Comment l’obtiendront-ils ? Existe-t-il des moyens de garantir qu’ils l’obtiendront et qu’ils ne l’obtiendront qu’après votre mort ? Il n’existe pas de très bons outils pour gérer tous ces aspects. Les échanges centralisés offrent une solution : Nous détenons la garde des pièces des gens. (Mais) la manière de conserver vos jetons en toute sécurité est un facteur de limitation fondamental. Nous n’avons pas encore fourni d’outils suffisamment faciles à utiliser et suffisamment sûrs. Mais je pense qu’à mesure que le secteur évolue, les choses vont s’améliorer.

Q : Comment investissez-vous personnellement votre argent ? Zhao : En fait, je n’investis pas beaucoup. Je suis l’un de ces très mauvais exemples à suivre pour la plupart des gens. J’ai acheté quelques bitcoins en 2014. J’en ai dépensé un peu au fil du temps, mais j’en ai gardé la majeure partie. Je n’ai pas vendu. L’autre actif que je détiens, qui représente la majorité de ma valeur nette, est BNB (pièce Binance). Personnellement, je ne détiens pas d’autres pièces. Je suis un actionnaire de taille décente de Binance, si nous voulons un jour réaliser la valeur de l’équité. Je ne détiens personnellement aucune participation dans un autre projet, qu’il s’agisse de crypto ou de non crypto. Je le fais très délibérément parce que je ne veux pas de conflits d’intérêts potentiels. Je suis donc très, très peu diversifié, ce que je ne recommande pas à la plupart des gens. Mais pour moi, je peux prendre le risque. Tant que je ne fais rien de contraire à l’éthique – même si quelque chose arrive à Binance, et que nous ne réussissons pas, et si je dis que je vais faire un autre projet, je crois que ma crédibilité est là pour que d’autres personnes investissent beaucoup d’argent. Personnellement, je suis libre financièrement.

Je n’ai pas besoin de beaucoup d’argent et je peux maintenir mon style de vie de cette manière.

J’ai l’intention de donner la majeure partie de ma fortune, comme l’ont fait de nombreux entrepreneurs ou fondateurs fortunés, de Rockefeller à aujourd’hui. J’ai l’intention de donner 90, 95 ou 99 % de ma fortune. Q : Crypto semble si divisé, où les gens sont soit des croyants fervents ou pensent que cela ne vaut rien. Est-ce que ce sera toujours une question de tout ou rien ? Zhao : Depuis quelques années, c’est un phénomène bipolaire. Il y a un petit groupe de gars qui sont des fans inconditionnels de la crypto, et puis il y a une majorité de gens qui ne savent même pas ce qu’est la crypto. Mais comme de plus en plus de gens entrent dans la crypto, nous voyons ce juste milieu. Je parle à beaucoup d’athlètes qui s’intéressent maintenant aux NFT (ou jetons non fongibles, qui utilisent la technologie sous-jacente à la crypto pour créer des objets de collection numériques uniques). Ils se rendent compte de la valeur de cette technologie. Ils ne sont peut-être pas des fans inconditionnels de la crypto, mais ils ne sont plus non plus super sceptiques à son sujet. Même les gouverneurs des banques centrales, quand je leur ai parlé il y a un an, ils étaient très sceptiques. Mais maintenant, quand je leur parle, ils disent : « Nous en avons besoin pour développer notre économie. » Mais ils ont encore des inquiétudes sur certains aspects de la crypto.

Top 3 des brokers recommandés pour investir dans la Crypto en novembre 2021

Top 3 des brokers recommandés pour investir dans la Crypto en novembre 2021

#1 🥇 eToro : le plus simple à prendre en main

✔️ Plateforme régulée numéro 1 dans le Monde ✔️ Dépôt via PayPal + 9 autres options de dépôt dès 50€! ✔️ Copiez automatiquement les transactions des meilleurs traders

» Guide complet pour trader des cryptos « 

#2 🥈 Bitcoin Trader : le robot de trading n°1

✔️ Robot de trading automatique numéro 1 ✔️ Compte démo gratuit etservice client 24 / 7

#3 🥉 DogeCoin Millionnaire : la plateforme100% DogeCoin

✔️ Le spécialiste de la crypto DogeCoin ✔️ Compte démo gratuit etservice client 24 / 7

67% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils négocient des CFD avec ces fournisseurs. Vous devriez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

Après des études d’économie, Olivier s’est orienté dans un cursus informatique. Il allie aujourd’hui ces deux centres d’intérêts, en pilotant la rubrique Fintech de Miroir Mag.

Binance propose 10 droits fondamentaux sur les cryptomonnaies pour l’élaboration d’un cadre réglementaire

Plus grand exchange crypto au monde, Binance mérite sans doute d’exprimer son avis quant à l’élaboration d’un cadre réglementaire sur les cryptomonnaies. Favorable à l’avènement de celle-ci, elle vient de publier une liste de 10 droits fondamentaux pour les utilisateurs des cryptomonnaies. L’exchange espère que ces droits guideront les régulateurs lors des discussions sur la réglementation.

Des droits axés sur la réglementation pour protéger les utilisateurs

Des droits axés sur la réglementation pour protéger les utilisateurs

Dans sa première proposition, Binance suggère que chaque humain puisse jouir du droit d’accéder aux cryptomonnaies pour se garantir une plus grande indépendance économique. Dès le second point, l’exchange va prouver son attachement à la réglementation en invitant les acteurs de l’industrie à collaborer avec les régulateurs pour doter les cryptomonnaies de nouvelles normes. Elle va même plus loin en affirmant dans le point suivant que les plateformes crypto auront désormais l’obligation d’appliquer les mesures KYC (Know Your Customer).

Il s’agit là d’une proposition majeure qui leur permettra de se protéger d’éventuels crimes commis par leurs clients. Dans son ensemble, la charte proposée par Binance vise à protéger les utilisateurs des cryptomonnaies sans causer d’entraves à l’innovation et la croissance de celles-ci. Elle s’apparente à un compromis entre le contrôle des transactions crypto et le respect de la vie privée des consommateurs. PDG de l’exchange, Changpeng Zhao espère ainsi garantir un accès sécurisé aux personnes exclues par le système financier traditionnel.

« Chez Binance, notre priorité a toujours été l’utilisateur quotidien, de sa sécurité à son expérience en tant que membre d’une plus grande communauté. C’est ce qu’est la cryptomonnaie, et il est important que nous ne perdions pas cela de vue en tant qu’industrie. Avec ces dix droits fondamentaux, nous espérons donner une voix à ceux qui ont traditionnellement été mis en sourdine par la haute finance », a-t-il déclaré.

Une réglementation inévitable, mais intelligente et inclusive

Une réglementation inévitable, mais intelligente et inclusive

Binance espère que ses dix droits fondamentaux pour les utilisateurs de cryptomonnaies marqueront le début d’engagements plus productifs avec les régulateurs et les gouvernements. L’exchange crypto a également reconnu que la réglementation est inévitable, mais a souligné que toute réglementation devrait être intelligente et inclusive. Elle a ajouté que ces types de réglementation offriraient au quotidien un plus grand niveau de protection sur le marché pour les utilisateurs.

« La réglementation et l’innovation ne s’excluent pas mutuellement. Nous voulons faire tout ce qui est possible en tant qu’industrie pour travailler avec les régulateurs et les leaders mondiaux afin d’identifier ce qui sera la politique réglementaire efficace qui, plus important encore, protège les utilisateurs et stimule l’innovation. Chez Binance, nous sommes impatients de travailler en étroite collaboration avec les régulateurs pour contribuer à accroître leurs connaissances sur le secteur et ses possibilités », a conclu Changpeng Zhao.

La proposition de Binance intervient après qu’elle ait fait l’objet d’une persécution de la part des régulateurs à travers le monde. Elle espère sans doute entrer dans les bonnes grâces de ces derniers en prenant très tôt position pour l’avènement d’une réglementation de l’industrie.

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

Cet adolescent vole 36,5 millions en cryptomonnaies en piratant un smartphone, un record !

Un jeune canadien originaire d’Hamilton a réussi à voler pas moins de 36,5 millions de dollars en cryptomonnaies à une personne grâce à une simple arnaque à la carte SIM ou SIM Swap. Après une enquête du FBI et l’Electronic Crimes Task Force, le voleur a été interpellé.

Début novembre, un pirate appelé PluwalkJoe a fait les gros titres pour avoir volé 784 000 dollars en cryptomonnaies via une arnaque SIM Swap. Cette technique consiste à obtenir le contrôle de la carte SIM d’une cible, notamment en demandant une autre à son opérateur téléphonique. Pour ce faire, les arnaqueurs font appel à de l’ingénierie sociale ou bien des attaques de phishing pour amasser un maximum d’informations personnelles sur la victime. Le but étant de la connaître suffisamment pour convaincre l’opérateur d’envoyer cette carte SIM.

Si ce pirate a réussi à obtenir cette somme en escroquant plusieurs utilisateurs, un jeune canadien originaire de la ville d’Hamilton a fait bien mieux, nettement mieux. Et cerise sur le gâteau, en ciblant une seule personne. Comme le rapportent les forces de police de la ville, cet adolescent a réussi à voler pas moins de 36,5 millions de dollars en cryptomonnaies sur le portefeuille numérique d’une victime résidant aux États-Unis.

À lire également : Cryptomonnaies – les victimes de l’arnaque BitConnect vont récupérer 57 millions de dollars

Il vole 36,5 millions de cryptomonnaies à une seule personne

Il vole 36,5 millions de cryptomonnaies à une seule personne

Ici encore, le jeune homme a procédé à une simple arnaque à la carte SIM. Une fois les communications de la victime détournée, il a pu avoir accès aux codes utilisés dans la double authentification par SMS. C’est comme ça que le délinquant a réussi à détourner le portefeuille numérique de la victime, qui était visiblement bien garni. Il s’agit ni plus ni moins que du vol de cryptomonnaies le plus important jamais commis sur un particulier.

En mars 2020, les forces de l’ordre d’Hamilton ont ouvert une enquête conjointe avec le FBI ainsi que l’ECTF (Electronic Crimes Task Force). Durant leur investigation, les autorités ont découvert qu’une partie des cryptomonnaies volées ont été dépensées pour acheter un nom d’utilisateurs en ligne rare dans un jeu vidéo multijoueur. Cette transaction a permis aux enquêteurs de remonter jusqu’au titulaire de cet identifiant “premium”.

Le jeune homme a été arrêté pour vol de plus de 5000 dollars et possession de biens obtenus par un crime. Sur les 36,5 millions de dollars subtilisés, la police a réussi pour l’instant à en récupérer uniquement 5,53 millions en cryptomonnaies. L’affaire est toujours devant les tribunaux tandis que l’enquête suit son cours.

Demandez nos derniers articles !

Bitcoin : ce procès va-t-il dévoiler la véritable identité de son créateur, Satoshi Nakamoto ?

Un procès en Floride pourrait-il déboucher sur la véritable identité de Satoshi Nakamoto, le légendaire créateur du Bitcoin ? Devant les tribunaux américains, Craig Wright, l’excentrique expert en cryptographie qui prétend avoir conçu la cryptomonnaie, pourrait être forcé de fournir…

Un artiste crée The NFT Bay, un site pour pirater tous les NFT

Et s’il était possible de télécharger gratuitement tous les NFT du web ? L’artiste australien Geoffrey Huntley s’est posé la question, et la réponse est venue sous la forme de The NFT Bay. Parodie du véritable site pirate, ce dernier…

Cryptomonnaies : les autorités font fermer l’une des plus importantes fermes de minage clandestines

Les autorités du Kirghizistan ont récemment fait une jolie découverte. Elles ont en effet mis fin à l’activité d’un groupe de mineurs de cryptomonnaies, qui occupaient illégalement une ferme composée de 2500 rigs. Malgré ses efforts, le pays a bien du…

Cryptomonnaies : les victimes de l’arnaque BitConnect vont récupérer 57 millions de dollars

Bitconnect, l’une des plus célèbres fraudes du monde des cryptomonnaies, est parvenu à voler 2 milliards de dollars aux investisseurs en l’espace de deux ans. Plusieurs années après les faits, le procès des administrateurs du site frauduleux arrive à son terme. Les…

Bitcoin : qu’est-ce que c’est, comment investir et gagner de l’argent

Vous entendez souvent parler de Bitcoin, de Blockchain et de cryptomonnaie mais vous n’avez aucune idée de comment ça marche ? Vous ne savez pas non plus en quoi consiste une monnaie virtuelle ni ce que ça implique ? C’est le moment de tout savoir sur le Bitcoin et son fonctionnement !

Cryptomonnaies : des pirates attaquent les serveurs d’Alibaba pour miner du Monero

Alibaba est devenue la cible de plusieurs pirates qui utilisent ses serveurs pour miner du Monero. Complètement intraçable, la cryptomonnaie est particulièrement prisée par les hackers. Même constat pour la firme chinoise, qui offre plusieurs fonctionnalités de gestion des données…

Bitcoin : l’Inde va interdire toutes les transactions en cryptomonnaies

L’Inde s’apprête à interdire toutes les transactions en Bitcoin et en cryptomonnaies. Comme la Chine, le gouvernement indien souhaite éviter que les cryptodevises soient utilisées comme moyen de paiement. La détention de crypto-actifs resterait cependant autorisée.  Si certains pays adoptent…

Le cours du Bitcoin s’effondre, plus de 200 milliards de dollars disparaissent du marché

Le cours du Bitcoin, la cryptomonnaie la plus importante et la plus connue au monde, est passé sous la barre des 60 000 dollars mardi, après s’être effondré de plus de 12 % depuis le record de 69 000 dollars atteint…

Le Bitcoin et l’Ethereum sont dans le Top 3 des cryptomonnaies les plus polluantes

  Le Bitcoin et l’Ethereum font partie des cryptomonnaies les plus polluantes. C’est en tout cas ce que révèle la dernière étude baptisée “Global Impact of Crypto Trading” de la plateforme Forex Suggest. Comme vous le savez, les cryptomonnaies sont…

Bitcoin : cette mise à jour améliore la confidentialité et la sécurité de la cryptomonnaie

Bitcoin vient de recevoir une importante mise à jour. Intitulée Taproot, cette mise à niveau très attendue permet d’améliorer la sécurité et la confidentialité des transactions sur la blockchain tout en réduisant le coût des transferts. Surtout, elle facilite la…

Comment le foot professionnel se met aux cryptomonnaies

Jose Breton / NurPhoto / NurPhoto via AFP

À l’image de Lionel Messi, dont une partie de la rémunération au PSG est versée en jetons numériques, les clubs européens investissent ce nouveau marché, source de revenus additionnels et manière d’impliquer les supporters.

La cryptomonnaie, une pièce de plus dans la machine du foot ? Arrivé à l’été 2021 en provenance de Barcelone, Lionel Messi a touché une partie de son premier salaire en « fan tokens » du Paris SG, uniquement sur ce premier mois, pour une valeur d’environ un million d’euros, selon une source bancaire et une autre source proche du club. Ce paiement unique est le fruit d’un partenariat avec l’entreprise Socios.com qui permet, depuis 2020, aux fans d’acheter ces jetons avec des chiliz, une cryptomonnaie moins connue que le bitcoin ou l’ethereum.

Grâce à ces « fan tokens », les supporters peuvent participer à la vie du club sans se rendre au stade, en votant pour choisir le design du rideau entre le couloir des vestiaires et la pelouse, ou la phrase inscrite à l’intérieur du brassard du capitaine par exemple. L’entreprise a pris une autre ampleur depuis son partenariat entamé avec le PSG en 2018: elle a signé des contrats avec 56 clubs et près d’une centaine d’équipes dans divers sports, selon son président Alexandre Dreyfus, qui espère que le contrat de Messi « lance une mode« .

« On espère que dans deux ans, pendant le mercato, un joueur dira : Oui, je vais rejoindre cette équipe mais ce serait bien qu’elle me propose un million de dollars en fan tokens« , explique-t-il depuis son bureau à Malte. Le président de Socios.com en convient, son entreprise a bénéficié de la crise économique qui a suivi la pandémie, lui permettant de multiplier les partenariats. « Certains clubs ont soudainement perdu 50, 70 voire 80% de leurs revenus et se sont dits: Nous avons des fans partout dans le monde, qu’est-ce qu’on pourrait leur vendre ? » , poursuit Alexandre Dreyfus, qui a aussi cofondé l’opérateur de paris sportifs et de poker Winamax.

Une étude du cabinet KPMG montre que plus de quarante contrats de sponsoring maillot ont été signés dans les cinq grands championnats européens depuis le début de la pandémie. Et les cryptomonnaies ont fait une percée remarquée. Selon KPMG, l’Inter Milan a par exemple doublé le revenu lié à son principal sponsor maillot en délaissant le manufacturier Pirelli pour afficher Socios.com sur le torse de ses joueurs. DigitalBits, autre acteur du secteur de la technologie « blockchain », a pris place sur le maillot de l’AS Rome depuis juillet dernier, après avoir signé un contrat de trois ans (12,4 millions d’euros) avec le club italien.

L’essor du marché de la cryptomonnaie dans le football intervient alors que l’Espagne a interdit aux opérateurs de jeux d’argent de sponsoriser les clubs de foot, ce que le Royaume-Uni envisage de faire. « Ce vide devra être rempli et les fan tokens, ou quelque chose qui ne se définit pas comme des jeux d’argent mais qui en sont, devraient être les favoris« , analyse Kieran Maguire, maître de conférences en finances du football à l’Université de Liverpool.

« Produits spéculatifs »

« Produits spéculatifs »

Mais certains s’inquiètent que des parieurs curieux s’embarquent dans ce marché sans trop le comprendre, alors même que la valeur des cryptomonnaies est très volatile. Initialement vendu au prix de deux euros, le jeton numérique du PSG a atteint 42,49 euros le 9 août dernier à la veille de la signature de Messi. Mercredi soir, son cours s’établissait à 17,82 euros, selon le site coinmarketcap. « En définitive, ce sont des produits spéculatifs, tempère M. Maguire. Un ami me les a décrit comme des jeux d’argent avec un petit J » . « Les clubs visent en fait les supporteurs +non traditionnels en se demandant: est-ce qu’on peut faire de l’argent avec ces nouveaux fans ?« , commente Kieran Maguire. « Manchester United, par exemple, revendique 1,1 milliard
de supporters et dégage environ 715 millions d’euros de chiffre d’affaires, ce qui équivaut à environ 60 centimes par fan, par an« , un chiffre qui laisse entrevoir une grande marge de progression, estime-t-il.

Mais ces « deux générations différentes » de supporters ne sont pasincompatibles, selon Alexandre Dreyfus, pour qui « elles ne voient simplement pas la même chose ». « Je plaisante souvent en disant que les clubs ne visent pas le gars qui a un tatouage et vit à deux pas du stade. Notre marché est davantage tourné vers les fans en ligne, partout dans le monde et qui, historiquement, consomment le sport différemment de vous et moi », conclut-il.

Hillary Clinton : « Les cryptomonnaies peuvent affaiblir le dollar et déstabiliser des nations »

Pour Hillary Clinton, les cryptomonnaies concurrencent le dollar

Pour Hillary Clinton, les cryptomonnaies concurrencent le dollar

L’ancienne Secrétaire d’État a fait part de son avis dans le cadre d’une intervention au Bloomberg New Economy Forum. Pour Hillary Clinton, les cryptomonnaies ont bel et bien le pouvoir de menacer la monnaie fiat des États-Unis :

« J’espère que les États-nations vont commencer à faire plus attention à la percée des cryptomonnaies – car ce qui semble être un effort très intéressant et exotique […] a le potentiel d’affaiblir des monnaies, d’affaiblir le rôle des dollars en tant que devises de réserve, de déstabiliser des nations. »

Si Hillary Clinton ne fait que faire écho aux craintes habituelles en ce qui concerne les cryptomonnaies, elle se distingue en admettant leur portée potentielle.

Cela montre bien la progression qui a eu lieu dans les discours des politiques, qui sont passés de railleries pour ce qu’ils considéraient comme un secteur peu sérieux, à une prise en compte du potentiel des crypto-actifs.

👉 À lire – États-Unis : une étude assure que 16 % des Américains ont investi dans les cryptomonnaies

Les cryptomonnaies menaceraient les marchés de devises

Les cryptomonnaies menaceraient les marchés de devises

Hillary Clinton fait par ailleurs un parallèle direct entre les devises fiat et les cryptomonnaies, expliquant :

« Il y a toute une nouvelle couche d’activité qui pourrait être extrêmement déstabilisante, ou entre les mauvaises mains ou alliances avec les mauvaises personnes, elle pourrait représenter une menace directe pour beaucoup de nos États-nations, et certainement pour les marchés de devises globaux. »

Du côté de la crypto-communauté, les réactions ont bien sûr été plutôt enthousiastes. Certains affirment que « Les cryptomonnaies ont le pouvoir de déstabiliser des nations » est un slogan particulièrement efficace pour faire la publicité des cryptos…

👉 Pour aller plus loin – États-Unis : un émetteur de stablecoins va-t-il être assimilé à une banque ?

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n’y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n’est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l’utilisation d’un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l’auteur : Marine Debelloir

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.Tous les articles de Marine Debelloir.

Cryptomonnaies : des évènements importants causent une forte volatilité sur le BTC ?

Le cours des cryptomonnaies corrige depuis le début du mois de novembre et teste un niveau important, qui devrait donner la tendance à moyen terme. Par ailleurs, cette correction est observée alors que de nombreux évènements se passent concernant le marché du Bitcoin. Le Salvador, une mise à jour sur la blockchain ou encore la signature d’une loi par le président Joe Biden aux Etats-Unis.

« Adopting Bitcoin » au Salvador cette semaine

« Adopting Bitcoin » au Salvador cette semaine

Le Salvador accueillait cette semaine la communauté internationale du Bitcoin, avec l’organisation de conférences durant trois jours, appelé « Adopting Bitcoin », sur le sujet du Lightning (permettant des paiements instantanés en cryptomonnaies). Cette technologie est celle utilisée au Salvador par les commerçants afin de leur permettre de proposer des paiements en Bitcoin.

Ce sommet permet au Salvador de promouvoir l’utilisation du Bitcoin dans le pays, mais également d’avancer les premières pierres au minage dans le pays, avec notamment l’utilisation de la géothermie des volcans.

Taproot, la mise à jour tant attendue sur Bitcoin

Taproot, la mise à jour tant attendue sur Bitcoin

Un autre évènement important à eu lieu, mais cette fois-ci concernant la Blockchain Bitcoin. Une mise à jour, sans doute la plus importante depuis Segwit en août 2017, a eu lieu dimanche. Segwit avait, elle, permis d’élargir la taille des blocks et donc d’augmenter le nombre de transactions par blocks, augmentant la capacité de traitement du réseau. Cela avait notamment permis la mise en place du Lightning.

Cette nouvelle mise à jour, appelée Taproot, permettra entre autres de réaliser des contrats intelligents (smart contract) plus complexes et rivaliser avec la blockchain Ethereum, qui rencontre depuis longtemps des problèmes de scalabilité.

Profitez de la volatilité sur le Bitcoin avec un compte de trading multiproduits IG

Joe Biden signe le plan d’investissements en infrastructure

Joe Biden signe le plan d’investissements en infrastructure

Enfin, la signature par Joe Biden du plan d’investissements en infrastructure à 1000 milliards de dollars est un évènement suivi par les acteurs du marché des cryptomonnaies, car il comporte un volet concernant le Bitcoin.

En effet, les acteurs comme les investisseurs, les mineurs ou encore les personnes qui font tourner un nœud, vont devoir se conformer à une régulation stipulant que pour toute transaction supérieure à 10 000 euros, les parties en cause devront être formellement identifiées par le fisc américain.

Cela permettra à l’Etat américain de financer une partie du plan d’investissements, mais également de mettre à jour une partie des transactions réalisées, ainsi que les parties responsables.

Le bitcoin cash: En tête alors que les plus grandes cryptomonnaies sont en baisse

Publié le 19 novembre 2021, 14:23

Toutes les principales crypto-monnaies étaient en baisse dans les échanges matinaux mercredi, avec Bitcoin Cash.BCHUSD,+1.29%ayant connu le plus grand mouvement, avec une baisse de 2,74 % à 589,04 $.

Litecoin

Litecoin

LTCUSD,+4.17%a baissé de 2,55% à 227,56$, et le CardanoADAUSD,+1.37%a baissé de 2,24% à 1,86$.

Ethereum

ETHUSD,+3.30%a perdu 2,24% à 4 176,85$ mercredi, tandis que le DogecoinDOGEUSD,+1.45%a chuté de 1,48% à 24 cents et le BitcoinBTCUSD,-0.74%a baissé de 1,51% à 59 645,26 dollars.

Uniswap

Uniswap

UNIUSD ,+2.89%et PolkadotDOTUSD,+2.01%ont baissé de 1,41% à 21,59$ et de 1,29% à 40,85$.

Ripple

Ripple

XRPUSD,+1.40%a enregistré la plus petite baisse avec un recul de 1,00 % à 1,09 $.

Dans les nouvelles de sociétés liées à la crypto-monnaie, les actions de Coinbase Global Inc.COIN,-6.62%ont glissé de 0,93% à 338,93$, tandis que MicroStrategy Inc.MSTR,-3.41%a reculé de 0,79% à 746,10$. Riot Blockchain Inc.RIOT,-4.68%a chuté de 1,79% à 36,24$, et les actions de Marathon Digital Holdings Inc.MARA,+1.00%ont chuté de 3,29% à 53,55$.

Overstock.com Inc.OSTK,+2.13%a augmenté de 1,73% à 110,17$, tandis que Square Inc. Cl ASQ,-0.65%a grimpé de 0,11% à 238,73 dollars et Tesla Inc.TSLA,+0.68%a progressé de 1,85 % à 1 074,24 $.

PayPal Holdings Inc.PYPL,-2.80%a perdu 3,48% à 208,16 dollars, et Ebang International Holdings Inc. Cl AEBON,-4.79%a chuté de 1,03% à 1,92$. NVIDIA Corp.NVDA,+8.25%a baissé de 1,50% à 297,51$, et Advanced Micro Devices Inc.AMD,+2.43%a chuté de 3,48 % à 150,47 $.

Dans l’espace des fonds, le FNB Amplify Transformational Data Sharing, axé sur la chaîne de blocs, a reculé de 3 % à 150,47 $.BLOK,-2.63%a glissé de 0,62% à 58,84$. L’ETF Bitwise Crypto Industry InnovatorsBITQ,-4.72%,qui se concentre sur les sociétés de crypto pure-play, a baissé de 1,13% à 31,35 dollars. Grayscale Bitcoin TrustGBTC,-3.93%,qui suit le cours du marché du bitcoin, a augmenté de 0,64 % à 47,37 $.

Top 3 des brokers recommandés pour investir dans la Crypto en novembre 2021

Top 3 des brokers recommandés pour investir dans la Crypto en novembre 2021

#1 🥇 eToro : le plus simple à prendre en main

✔️ Plateforme régulée numéro 1 dans le Monde✔️ Dépôt via PayPal + 9 autres options de dépôt dès 50€ !✔️ Copiez automatiquement les transactions des meilleurs traders

» Guide complet pour trader des cryptos «

#2 🥈 Bitcoin Trader : le robot de trading n°1

✔️ Robot de trading automatique numéro 1✔️ Compte démo gratuit et service client 24 / 7

#3 🥉 DogeCoin Millionnaire : la plateforme100% DogeCoin

✔️ Le spécialiste de la crypto DogeCoin✔️ Compte démo gratuit et service client 24 / 7

67% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils négocient des CFD avec ces fournisseurs. Vous devriez vous demander si vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.

Après des études d’économie, Olivier s’est orienté dans un cursus informatique. Il allie aujourd’hui ces deux centres d’intérêts, en pilotant la rubrique Fintech de Miroir Mag.

Etats-Unis : les cryptomonnaies à l’assaut de la Constitution

Publié le 19 nov. 2021 à 17:52

Acheter un document vieux de plus de deux siècles en levant une somme en monnaie virtuelle : c’était le pari fou d’amateurs de cryptomonnaies, à qui il a finalement manqué trois millions de dollars pour obtenir une rare copie originale de la Constitution américaine, vendue aux enchères. Si l’acheteur du précieux document vendu à 43,2 millions de dollars n’est pas encore connu, un groupe d’investisseurs en monnaie virtuelle avait publiquement manifesté son intérêt pour cette rareté, écrit le magazine « Forbes » .

Le groupe est baptisé « Constitution DAO », la DAO désignant une « organisation autonome décentralisée » qui utilise la blockchain pour sa gouvernance et s’organise sur les plateformes en ligne. En quatre jours et à l’aide d’une campagne éclair sur les réseaux sociaux, ses membres ont rassemblé l’équivalent de 40 millions de dollars en Ethereum, une cryptomonnaie populaire, attirant des milliers de donateurs. Le groupe aurait tout de même dû convertir la somme en dollars pour acheter l’exemplaire, qu’il voulait ensuite exposer dans un musée ou un lieu public.

« Démystifier » les DAO et les monnaies virtuelles

« Démystifier » les DAO et les monnaies virtuelles

Selon le magazine, le montant final de la levée de fonds n’est pas connu, mais le groupe avait dit vouloir rembourser l’argent des investisseurs s’il ne remportait pas la vente aux enchères. L’enthousiasme record des amateurs de cryptomonnaies pour cette vente réjouit les promoteurs de ces nouvelles formes de gouvernance : « Les termes ‘DAO’ et ‘crypto-monnaie’ peuvent vraiment sembler être des termes étrangers. Nous les démystifions à travers une approche accessible : acheter un document rare », a confié à « Forbes » le PDG d’une entreprise de conseil pour les investisseurs en cryptomonnaies.

Biden et la Fed : pourquoi Powell ou Brainard ne changeront pas grand-chose pour la crypto | Cryptomonnaie

Les deux candidats sont considérés comme ayant une position ferme sur la réglementation des crypto-monnaies, mais les deux sont considérés comme appropriés, peut-être bénéfiques pour le récit de l’inflation de Bitcoin.

Pariez sur qui serait le candidat à la présidence de la Réserve fédérale pour les crypto-monnaies ? La réponse peut être décevante : le titre Jerome Powell et le premier sous-gouverneur de la Fed Lael Brainard semblent avoir le même impact.

Les spéculations s’intensifient sur qui sera le prochain président de la Fed, après que le président de la Banque du Sénat, Sherrod Brown, a déclaré cette semaine que les responsables de la Maison Blanche s’attendaient à une nomination à court terme du président Joe Biden. Les prévisions étaient surchargées après que Biden a déclaré qu’il prendrait une décision finale dans « environ quatre jours » mardi. Ce commentaire concernait l’heure du vendredi ou du samedi.

Brainard est considéré comme un pionnier pour remplacer Powell et a été l’un des principaux régulateurs à s’être initialement immergé dans les crypto-monnaies.

Mais certains experts en économie de la crypto-monnaie affirment que les différences entre les positions des deux candidats, à la fois en matière de réglementation des actifs numériques et de politique économique, sont si claires et subtiles que les options peuvent ne pas faire une grande différence pour l’industrie ou les marchés de la crypto-monnaie.

Powell et Brainard sont tous deux considérés comme des pigeons dans la politique monétaire – qui sera probablement plus tolérante à l’inflation si on leur en donne l’occasion – et cela pourrait être positif pour le bitcoin, car de nombreux investisseurs utilisent la crypto-monnaie comme couverture contre la hausse des prix. En général, ils partagent également la conviction que les crypto-monnaies ne devraient pas être autorisées à se développer sans entrave, au point de menacer le système financier existant.

« Je ne pense pas que les politiques de crypto-monnaie de la Fed seront si différentes de celles de Brainard’s Powell », a déclaré Ian Katz, directeur général de Capital Alpha Partners, une société de conseil qui conseille les investisseurs sur les politiques fédérales. « Tous deux sont des institutionnalistes traditionnels de la Fed qui souhaitent que les régulateurs jouent un rôle important dans la supervision de la crypto-monnaie et s’assurent qu’il n’y a aucun risque pour la stabilité financière. »

La position politique de Powell et l’histoire de l’utilisation de stimuli monétaires généreux sont bien documentées pour nous aider à sortir du ralentissement économique et des turbulences sur les marchés causés par la pandémie économique américaine. Mais qui est Brainard et, plus important encore, que pourrait signifier sa désignation pour l’industrie de la crypto-monnaie ?

Qui est Lael Brainard ?

Qui est Lael Brainard ?

Brainard siège au Conseil des gouverneurs de la Fed depuis 2014 et était auparavant sous-secrétaire du Département du Trésor américain. Il est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en économie de l’Université Harvard.

Brainard est l’une des crypto-monnaies les plus officielles de la Fed depuis 2016 et a récemment exploré l’émission possible de monnaie numérique (CBDC) par la banque centrale.

« En incorporant de la monnaie de banque centrale sécurisée et abordable dans les systèmes de paiement numérique, une CBDC réduirait le risque de contrepartie et les risques pour la protection des consommateurs et la stabilité financière », a déclaré Brainard dans une note préparée lors de l’événement Consensus 2021 de CoinDesk. en mai.

Powell a récemment déclaré qu’il n’avait pas l’intention d’interdire complètement les crypto-monnaies, mais a déclaré que les devises stables avaient besoin d’une surveillance réglementaire accrue. Un stablecoin est un type de crypto-monnaie dont la valeur est liée à un actif étranger, tel que le dollar américain ou l’or, pour stabiliser le prix.

dollar numérique

dollar numérique

Un dollar numérique – une forme symbolique émise par la banque centrale américaine – pourrait contribuer à améliorer l’accès financier des personnes sans banque et faciliter le paiement des aides gouvernementales, selon certains partisans de l’innovation. Certains opposants pensent que les technologies existantes peuvent être mieux adaptées à ces tâches.

Dans la course mondiale aux pays hébergeant des CBDC, les États-Unis sont considérés comme à la traîne, plusieurs pays expérimentent déjà le concept et le yuan numérique chinois est déjà jugé.

« Si d’autres grandes juridictions incluent les CBDC non seulement pour les paiements nationaux mais aussi pour les paiements internationaux, j’ai du mal à imaginer que les États-Unis, étant donné leur statut de principale monnaie des paiements internationaux en dollars, ne viendraient pas à la table » Brainard a déclaré en septembre lors d’une table ronde sur l’économie américaine par la National Economic Association (NABE).

Powell contre Brainard

Powell contre Brainard

Une nomination Brainard indiquerait-elle donc une voie claire vers l’émission d’une CBDC adossée au dollar américain ? C’est compliqué.

« Je pense certainement que ceux qui veulent voir une Fed plus active et une Fed plus pratique seraient en faveur de Brainard lorsqu’il s’agit d’étendre la monnaie numérique de la banque centrale, et ils sont certainement à nouveau au sein du Parti démocrate progressiste.  » a déclaré Garrick Hileman, responsable de la recherche chez Blockchain.com dans une interview avec CoinDesk.

Cependant, la décision peut appartenir au Congrès, car il est peu probable que la Fed soit en mesure de décider sans la contribution de la législature.

« Bien que la Fed puisse obtenir un soutien plus prononcé pour la CBDC, je pense que c’est en fin de compte une décision du Congrès », a déclaré Hileman. Il a ajouté qu’il y a une résistance croissante à Washington à l’idée d’une CBDC et est sceptique quant au fait que sa nomination changera son état d’esprit.

Katz, de Capital Alpha Partners, déclare que les démocrates semblent être plus sceptiques à l’égard des crypto-monnaies que les républicains.

Les États-Unis ont-ils besoin d’une CBDC ?

Les États-Unis ont-ils besoin d'une CBDC ?

La façon dont Brainard a soutenu les CBDC n’était pas linéaire. Sa position a changé lorsque la monnaie stable de Facebook, connue à l’origine sous le nom de livre sterling, a été introduite dans le débat sur le COVID-19.

En 2017, Brainard a déclaré qu’il ne voyait « aucun besoin prouvé et crédible de monnaie numérique émise par la Fed ». Puis Facebook, depuis qu’il a pris le nom de Meta, a introduit sa livre numérique « pound » en 2019, qui menaçait l’état du cash émis par la banque centrale.

L’avènement de COVID-19 au début de 2020 a accéléré la poussée des paiements sans contact et a probablement renforcé les arguments pour que les crypto-monnaies deviennent plus dominantes.

Brainard faisait partie de ceux qui ont critiqué le projet « livre », révélant qu’en février 2020 la Fed avait déjà commencé à rechercher les paiements numériques et à identifier les problèmes potentiels autour d’eux.

« Je pense qu’il est essentiel pour nous de demander un large éventail d’opinions sur les avantages et les risques potentiels associés à l’afflux de dollars numériques de la banque centrale », a déclaré Brainard du panel NABE.

Lael Brainard est-il une colombe ?

Lael Brainard est-il une colombe ?

Pour évaluer l’implication de la présidence dans la prochaine Fed, l’élément clé est l’inflation américaine, qui a atteint 6,2 % en octobre, la plus rapide depuis trois décennies.

L’inflation est devenue un problème encore plus important pour l’industrie de la crypto-monnaie, car le bitcoin, la plus grande crypto-monnaie, est de plus en plus considéré comme un « or numérique » ou une réserve de valeur pour se protéger contre la hausse des prix. Certains analystes et économistes le considèrent comme plus approprié que Brainard Powell, bien que de nombreux investisseurs aient fait valoir qu’il serait difficile de mettre en œuvre une politique monétaire plus souple que celle que le président actuel a supervisée.

« Bien que nous considérions le gouverneur Brainard comme légèrement plus approprié que Powell, en particulier en ce qui concerne l’accent mis par la Fed sur la nouvelle nature » large et inclusive « de l’objectif d’emploi, il y a certaines raisons pour lesquelles nous ne le pensons pas. La nomination aura un grand impact sur la trajectoire politique globale. », a-t-il déclaré à Matthew Luzzetti, économiste en chef américain à la Deutsche Bank, dans une récente note de recherche.

Luzzetti a fait valoir que l’inflation devrait rester élevée l’année prochaine et que la Fed est devenue « mal à l’aise » quel que soit le candidat. De plus, le président de la région de la Foi et les membres du conseil comme Waller devraient rester noirs.

« C’est pourquoi il y aurait des limites à la façon dont le comité peut changer sa position, même si le nouveau président de la Fed veut pousser la politique dans cette direction », a déclaré Luzzetti.

En outre, Brainard est susceptible d’être hawkishago s’il est nommé et confirmé, a déclaré Hileman à Blockchain.com.

« Une chose que je voudrais souligner, c’est que les personnes qui ont souvent la réputation d’être « plus appropriées » dans le rôle de président de la foi seront plus noires, du moins au début parce que leur crédibilité doit être établie, leur crédibilité auprès de la marchés et les sceptiques », a-t-il déclaré. .

Bitcoin (BTC) : Plus de 40 % des personnes dans le monde font confiance à la première cryptomonnaie

Une nouvelle enquête de la plate-forme d’achat Premise a mis en évidence la perception des monnaies numériques dans différents pays, un nombre important de personnes préférant le bitcoin aux monnaies locales.

Bitcoin est plus fiable que les monnaies locales

Bitcoin est plus fiable que les monnaies locales

Dans un communiqué de presse, Premise note que 41% des personnes interrogées considèrent le bitcoin comme plus fiable que la monnaie locale. Ce résultat montre que les partisans du bitcoin pensent que cet actif devrait avoir cours légal.

De plus, 33% des personnes interrogées considèrent que le bitcoin est plus fiable que leur monnaie locale, principalement en raison de l’aspect décentralisé de la technologie blockchain.

L’enquête met également en évidence le statut du bitcoin en tant que moyen de paiement. 23% ont indiqué échanger et recevoir des paiements en bitcoins via la plateforme Build, tandis que 46% déclarent les convertir en devise locale.

Fait intéressant, 26% des personnes interrogées ont indiqué qu’elles préféraient utiliser Bitcoin plutôt que leur monnaie locale. Ces résultats surviennent une année où la valeur du bitcoin a toujours grimpé en flèche pour atteindre un nouveau sommet, et El Salvador a adopté l’actif comme monnaie légale.

Près de la moitié des personnes interrogées ont des bitcoins

Près de la moitié des personnes interrogées ont des bitcoins

Près de la moitié des personnes interrogées, soit 41%, possèdent des bitcoins, envisageant éventuellement de les retirer lorsque leur valeur augmentera. Il est important de noter que les actifs tels que le bitcoin et l’éther ont un potentiel de croissance de la valeur alors que le secteur financier traditionnel a du mal à rester à flot.

L’enquête, qui se déroule depuis le 30 août, a jusqu’à présent interrogé 11 000 participants dans 76 pays. En outre, Premise a déclaré qu’il continuerait d’enquêter sur la différence entre la monnaie numérique et la monnaie fiduciaire.

Les chercheurs ont souligné que le bitcoin peut avoir un profil plus élevé, étant donné qu’une partie importante de la population mondiale n’a pas de compte bancaire.

L’enquête reconnaît également que les crypto-monnaies émergent comme une alternative possible à la monnaie fiduciaire et que la plupart des gens les considèrent de plus en plus comme une opportunité d’investissement. Il a souligné la récente augmentation de la popularité des altcoins comme Dogecoin en tant que jetons offrant des opportunités de rendement élevées.

Vous avez encore une chance de participer au combat organisé par Bybit pour gagner 2000$ en bitcoin ! Pour jouer, cliquez ici.

Je suis sûr que la blockchain et les crypto-monnaies sont l’avenir, et je veux faire passer cette idée parce que plus il y a de gens qui croient en la crypto-monnaie, plus tôt l’avenir viendra.

StakeMoon se lance sur PancakeSwap après une prévente réussie | Cryptomonnaie

StakeMoon, un nouveau projet innovant de crypto-monnaie numérique, a collecté plus de 500 000 $ lors de la pré-vente et étend maintenant ce succès aux masses en lançant aujourd’hui sur PancakeSwap.

PancakeSwap ajoute la prise en charge de StakeMoon

PancakeSwap ajoute la prise en charge de StakeMoon

La liste StakeMoon sur PancakeSwap a créé un marché permettant aux acheteurs et aux vendeurs d’acheter, de vendre et d’échanger le jeton contre des centaines de devises de la finance décentralisée (DeFi) sans intervention d’un tiers. Par conséquent, dicter la valeur est StakeMoon par le biais des forces du marché.

PancakeSwap est un échange décentralisé (DEX) connu sous le nom de teneur de marché automatisé (AMM). Il offre des avantages uniques pour une expérience de trading exceptionnelle, notamment des frais de transaction extrêmement bas et des délais de confirmation rapides pour un trading rapide et sûr.

« Avec la plus grande base d’utilisateurs de toutes les plateformes décentralisées, PancakeSwap était le choix évident pour la liste d’échange initiale de StakeMoon », a déclaré Scott Ryder, PDG de StakeMoon. « Nous avons suivi de près notre feuille de route et sommes ravis de lancer avec succès PancakeSwap. Nous faisons confiance à l’interface sans tracas de PancakeSwap, qui est conçue pour accueillir des fonctionnalités telles que l’échange, le jalonnement et le pontage d’actifs.

StakeMoon, une technologie autonome de création de liquidités et de jalonnement basée sur Binance Smart Chain, a très bien réussi à lancer et à pré-vendre son jeton en douceur. Tokenomics pour ce jeton comprend un taux d’imposition de 15 % sur toutes les transactions pour décourager les day traders et les spéculateurs du marché d’acheter et de vendre le jeton StakeMoon dans le cadre d’une stratégie d’investissement à court terme. Sur ce total, 10 % sont distribués aux détenteurs de jetons existants, tandis que les 5 % restants sont alloués au pool de trésorerie StakeMoon.

« L’équipe StakeMoon a opté pour un modèle de staking flexible. En tant que tels, les jetons StakeMoon ne sont pas bloqués dans une période de rachat minimale. Au lieu de cela, les enjeux peuvent retirer leur STAKEMOON à tout moment », a conclu Ryder.

Basket : une plateforme d’échange de cryptomonnaies s’offre le nom du stade des Lakers pour un montant record

Une page de l’histoire du basket américain se ferme, et l’autre, plus futuriste, s’ouvre. À partir du 25 décembre, le légendaire Staples Center, qui accueille les équipes de basket-ball de Los Angeles (Lakers, Clippers et Sparks), ainsi que le hockey sur glace (Kings) changera de nom, ou de sponsor, en « Crypto.com Arena ». Un deal historique, surtout pour le montant précité : diverses sources outre-Atlantique parlent d’un contrat de 20 ans d’une valeur de 700 millions de dollars, soit 35 millions de dollars par an.

« Ce partenariat est la plate-forme de crypto-monnaie à la croissance la plus rapide et la plus grande société de sports et de divertissement en direct au monde fusionnant pour stimuler l’avenir du sport et du divertissement ainsi que l’incroyable héritage de cette arène pour les décennies à venir », a déclaré Todd Goldstein, directeur des revenus d’AEG. . , le propriétaire du stade, mercredi jusqu’à l’annonce du partenariat.

Augmentation de la génération de revenus avec NFT dans le monde du sport

Augmentation de la génération de revenus avec NFT dans le monde du sport

Cela fait 22 ans depuis son ouverture en 1999 que l’arène de 20 000 places porte le nom du géant américain Staples pour les fournitures de bureau. Le successeur, Crypto.com, est dans un tout autre métier : c’est une plateforme qui fait office d’échange de crypto-monnaie, où vous pouvez consulter et échanger ces monnaies virtuelles valant parfois plusieurs milliers de dollars. euros l’unité, pour les plus chères (BitCoin, par exemple, actuellement valorisé à plus de 57 000 $, ou Etehereum, un peu plus de 4 000) ou NFT. La jeune entreprise, fondée en 2016 basée à Singapour, a déjà tissé des liens importants dans le monde du sport, notamment en devenant partenaire du Paris Saint-Germain cette année, mais aussi en signant des partenariats avec la Formule 1, la Serie A ou l’UFC.

Un changement extrêmement symbolique qui ne fait pas le bonheur des gens en ce moment. « C’est un peu difficile, les fans des Lakers et les amateurs de sport connaissent généralement ce stade sous le nom de Staples Center », a déclaré l’entraîneur des Lakers Frank Vogel. Je peux comprendre la déception des fans. Mais c’est l’évolution de notre monde. Russell Westbrook, MVP 2017, natif de la région et joueur des Lakers depuis cet été, préfère rendre hommage au bâtiment lui-même : « Enfant ayant grandi à LA, je garde de bons souvenirs du Staples Center. Tant de grandes choses se sont produites dans ce bâtiment, quel que soit son nom. Le bâtiment lui-même est toujours un bâtiment. Et c’est ce qui est le plus important. « 

Ce partenariat historique, qui serait potentiellement l’accord de nommage sportif le plus cher de l’histoire, marque une place de plus en plus importante occupée par les crypto-monnaies et le NFT (tokens non fongibles, ou « non fongible tokens », collectibles. Dématérialisés). En France, le PSG l’a notamment fait s’exprimer en annonçant qu’une partie du salaire de Leo Messi sera versée en « Fan Tokens », la crypto-monnaie du club publiée depuis 2018 en partenariat avec la plateforme Socios, qui revendique plus de 40 partenariats. avec des clubs de football du monde entier et des dizaines d’autres dans d’autres sports. Un développement qui rappelle le grand succès de la startup française Sorara, une fantastique plateforme de football qui combine crypto-monnaies et cartes de football collector.

Avec une monnaie numérique d’Etat, le pouvoir « aura une vision en temps réel de tout ce qu’on fait avec cet…

Si nous ne considérons les crypto-monnaies que comme des actifs spéculatifs, ne perdrons-nous pas la révolution ? & # xD;

La Banque centrale européenne a annoncé jeudi qu’elle lancerait un prototype & # xD;

Qu’est-ce qui différencie la crypto-monnaie comme le bitcoin des devises numériques comme le Diem de Facebook (anciennement Libra) ou le yuan numérique chinois ?

Qu'est-ce qui différencie la crypto-monnaie comme le bitcoin des devises numériques comme le Diem de Facebook (anciennement Libra) ou le yuan numérique chinois ?

alors que la Chine se prépare à lancer bientôt son yuan numérique.

Facebook travaille sur sa devise dans son & # xD;

Comment expliquer que dans un contexte, la monnaie virtuelle protège la vie privée et dans un autre, devienne un outil de surveillance ?

Comment expliquer que dans un contexte, la monnaie virtuelle protège la vie privée et dans un autre, devienne un outil de surveillance ?

Projet Diemi, ancien Balance. Bien que les monnaies numériques nationales et d’entreprise partagent des éléments technologiques avec des crypto-monnaies telles que & # xD;

Quoi alors ?

Quoi alors ?

bitcoin ou éther, philosophiquement ils n’ont absolument rien à voir avec ça. Sajida Zouarhi, ingénieure et experte Blockchain qui, selon Forbes, fait partie des 40 femmes les plus influentes de France en 2019, revient sur les origines du bitcoin Le Mystère Satoshi dans une excellente série documentaire & # xD;

Dans ce cas, doit-on avoir peur de créer une monnaie numérique européenne ?

Dans ce cas, doit-on avoir peur de créer une monnaie numérique européenne ?

Arte. Il parle des dangers d’une monnaie numérique centralisée.

La principale différence entre une crypto-monnaie publique et une monnaie numérique d’entreprise ou nationale est la décentralisation. Avec une monnaie numérique d’entreprise ou une monnaie numérique nationale, nous sommes centralisés dans des devises où l’opérateur a un contrôle total sur l’émission et la gestion de cette devise. Bitcoin a été créé pour répondre aux valeurs cypherpunk [assurer la confidentialité grâce à l’utilisation préventive de la cryptographie]. L’idée était de proposer un système alternatif au système financier existant. Les monnaies numériques du pays ne sont qu’une autre itération du système actuel. Les monnaies numériques d’entreprise sont un autre outil de collecte de données utilisateur. Facebook (Meta) possède déjà nos cercles et maintenant ils veulent accéder à notre comportement financier.

Pourquoi les crypto-monnaies, qui sont considérées comme une alternative au système financier d’origine, comme le souligne The Satoshi Mystery, suggèrent plutôt d’être un outil capitaliste ?

Pourquoi les crypto-monnaies, qui sont considérées comme une alternative au système financier d'origine, comme le souligne The Satoshi Mystery, suggèrent plutôt d'être un outil capitaliste ?

« L’État a un aperçu en temps réel d’absolument tout ce qui est fait avec cet argent »

Comment créer une monnaie numérique qui favorise la confiance du plus grand nombre, du plus faible, et qui évitera de tomber dans le piège ?

La technologie est une chose, comment la mettre en œuvre en est une autre. Nous pouvons créer un circuit de blocs et décider que les nœuds exécutant ce protocole sont centralisés dans l’entreprise. C’est juste une base de données glorifiée. A l’inverse, on peut créer une blockchain et une monnaie et espérer que des milliers de personnes rejoindront ce réseau, comme on le voit avec Bitcoin. La mise en œuvre est importante. Les monnaies numériques créées par les banques centrales sont bien entendu gérées de manière centralisée par ces autorités. Ils peuvent utiliser le terme blockchain et essayer de faire croire aux gens qu’il s’agit d’une crypto-monnaie, mais ce n’est pas le cas.

Un jeune cybercriminel canadien arrêté pour un vol de cryptomonnaie de 32 millions d’euros

Environ 46 millions de dollars canadiens (32 millions d’euros) de crypto-monnaie ont été volés à la victime. Il s’agit du vol le plus grave signalé par une personne.

La police de Hamilton, une ville de la province canadienne de l’Ontario, a déclaré que le suspect avait dupliqué les numéros de téléphone afin de pouvoir intercepter les deux identités personnelles de la victime. Depuis mars 2020, la police de Hamilton travaille avec le FBI et le groupe de travail sur les crimes électroniques des services secrets américains.

L’enquête a révélé qu’une partie de la crypto-monnaie volée avait été utilisée pour acheter le nom de marque d’un joueur en ligne, ce qui a finalement conduit les enquêteurs à trouver le propriétaire des informations utilisées. Aucune information n’a été fournie sur le type de crypto-monnaie volée, le nom du suspect ou le jeu qui a conduit à l’arrestation.

Le vol de crypto-monnaie est courant

Le vol de crypto-monnaie est courant

Les transactions cryptographiques sont souvent intimidantes. L’un des plus gros vols a eu lieu en août dernier. Des cybercriminels ont volé 610 millions de dollars en espèces à la plateforme chinoise PolyNetwork. Finalement, les pirates ont rendu l’argent.

L’authentification à deux facteurs est-elle suffisante ?

L'authentification à deux facteurs est-elle suffisante ?

Un « jeton » peut être un code PIN ou un mot de passe, un accès à un téléphone portable, une empreinte digitale ou une reconnaissance faciale. Beaucoup d’entre eux sont difficiles à obtenir en même temps, d’où la popularité du double standard.

Dans certains cas, un code PIN SMS à usage unique est envoyé aux clients. Si des téléphones portables ou des SMS sont volés, l’une des parties sera lésée, comme dans le cas de ce crime.

Quelles sont les solutions ?

Quelles sont les solutions ?

Alors pouvons-nous stocker nos crypto-monnaies en toute sécurité ? Une chose est sûre, l’utilisation d’outils de portefeuille peut protéger les utilisateurs de ce type d’attaque.

Il y aura toujours une faille dans les systèmes de sécurité. Google, Amazon et Microsoft se sont également rencontrés récemment à la Maison Blanche pour discuter de cybersécurité avec le président américain. Parce que si rien d’autre, le géant de l’Internet a tout espoir de rendre la vie plus difficile pour les criminels en ligne.

Cryptomonnaie : le cours du bitcoin atteint un taux historique

Le prix du Bitcoin a grimpé au-dessus de 65 000 $ le mercredi 20 octobre. Un geste considéré comme historique du fait de sa démocratisation.

Le prix du Bitcoin a grimpé au-dessus de 65 000 $ le mercredi 20 octobre. Un geste considéré comme historique du fait de sa démocratisation.

Cette crypto-monnaie, qui n’existait pas il y a plus de dix ans, fait désormais paniquer les marchés. Mercredi 20 octobre, le prix du bitcoin a grimpé à 65 000 $. Une étape considérée comme historique pour sa démocratisation, qui a été rendue possible par le lancement d’un produit financier à Wall Street lié à la crypto-monnaie. La crypto-monnaie, qui était cotée à moins d’un dollar il y a 12 ans, a culminé ce mercredi, vers 13h45 GMT (15h45 à Paris), à 65 490 dollars. En d’autres termes, le bitcoin a augmenté de plus de 50% en un mois et de plus de 450% en un an.

Bitcoin profite depuis un mois du lancement de son premier fonds indiciel (ETF) lié à son cours à la Bourse de New York, dont la cotation a débuté mardi : les investisseurs s’attendent à ce que les nouveaux fonds entrent en bourse à l’aide de la crypto-monnaie. cette. nouveau produit financier réglementé. La première séance de bourse semble avoir été un succès, car le premier fonds indiciel s’est échangé à 24,4 millions et a fini par beaucoup augmenter.

« Une forte faim d’exposition »

« Cela montre qu’il existe un fort appétit pour une exposition au bitcoin », explique Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets, qui note toutefois que l’achat de cet ETF ne représente pas un investissement direct dans le bitcoin. Lors de l’achat d’actions de ce nouvel ETF, les investisseurs ne parieront pas directement sur les bitcoins. Leur argent sera placé dans des contrats à terme liés aux bitcoins.

LIRE AUSSI Après avoir fait fortune avec le bitcoin, cherche à l’interdire L’aspect indirect de cet investissement était crucial aux yeux du régulateur américain du marché, la SEC, qui a régulièrement mis en garde contre l’importante volatilité du bitcoin. Les régulateurs peinent à se positionner sur la question des crypto-monnaies, dont le réseau décentralisé est difficilement contrôlable. Cependant, de nombreux grands noms de la technologie et de la finance à Wall Street ont annoncé de nouveaux projets liés à la crypto-monnaie au cours des douze derniers mois. Il y a un an, le 21 octobre 2020, le géant des paiements en ligne PayPal a commencé à augmenter les prix en lançant un service d’achat, de vente et de paiement de crypto-monnaie.

LIRE AUSSI Après avoir fait fortune avec le bitcoin, il cherche à se faire bannir

Vous lisez actuellement : Crypto-monnaie : Le prix du Bitcoin atteint le taux historique

Bitcoin : Une énorme opportunité d’achat à 54500/54000 [Video] | Cryptomonnaie

Bitcoin est plus bas que prévu car nous recherchions une opportunité commerciale plus importante à 54500/54000.

Le Ripple s’est effondré en moyenne de 100 à 11 100 jours comme prévu pour une forte vente à moyen terme avec des gains importants dans nos shorts alors que nous tombions à 10155. Cependant, la contraction peut être plus facile maintenant, alors courez à découvert. plus que cela, c’est dangereux. Prenez l’argent!

Hier, bien sûr, nous sommes revenus à la résistance de 11500/11,0000 plus haut quotidien au milieu du réseau – les shorts ont donc parfaitement fonctionné avec un gain rapide de 1400 pips possible. Cela doit arriver !

Ethereum, nous devrions avoir une longue chance d’acheter à 4050/4000 (là où j’avais prédit qu’il y aurait une correction) en s’arrêtant en dessous de 3950.

Analyse quotidienne

Analyse quotidienne

Bitcoin brise le support à 62000/61500 et se maintient en dessous de 60 000 cibles de trading ciblant 58000/57500, qui se casse ensuite comme prévu pour la prochaine cible de 56000 (du jour au lendemain) et une plus grande opportunité de trading. ‘achetez à 54500/54000 aujourd’hui et arrêtez-le en dessous de 53000. Je serais très surpris si cela tombait en panne, mais si cela se produit au cours du week-end, c’est un signal de vente menant à 50 000.

Nous espérons acheter entre 50 000 et 50 000 parcelles longues pour rebond à 57 000, 60 000 et 61 500/62000. Les traders ont besoin d’une pause de plus de 63000 pour fournir un signal d’achat.

Les bénéfices d’ondulation sont susceptibles de baisser maintenant, résistance à 11000/11100 et 11400/11500. Cependant, une cassure au-dessus de 11600 est un signal d’achat.

Il est possible que nous ayons légèrement baissé à une moyenne de 200 jours à 9950/9920. En bas pour le jour où la correction est possible ici. Long devrait s’arrêter en dessous de 9700.

Ethereum est aussi long que 4050/4000 avec des arrêts inférieurs à 3950. Un faible débit est un signal de vente fort menant à 3800 et supportant 3750/3700. Essayez plus longtemps avec des arrêts inférieurs à 3650.

Notre objectif à long terme pour 4150/70 puis la première résistance est 4300/4330. Nous devons lutter ici, mais les shorts peuvent être très dangereux une fois que le support principal est réduit à 4050/4000. (si vous essayez, scalpez 100 pips et commencez plus longtemps). Soyez prêt à acheter un flux au-dessus de 4350 face à 4400/10 et une forte résistance à 4500/4550.

Verallia : le titre gagne 2%, soutenu par un broker

L’action Verallia gagne plus de 2% à Paris, profitant d’une analyse d’Oddo qui maintient sa note de ‘ surperformance ‘ sur le titre, avec un objectif de cours inchangé de 41 euros. Le bureau d’analyses indique que Verallia dispose d’un fort levier opérationnel et que les objectifs fixés lors de l’IPO de 2019 ont été atteints avec un an d’avance – dont une marge EBITDA de plus de 25% malgré la crise sanitaire. Par ailleurs, Verallia s’est assigné de nouveaux objectifs environnementaux, avec la volonté de réduire de 46% ses émissions de CO2 (Scope 1 et 2) d’ici 2030, contre -27,5% précédemment. Verallia indique aussi viser un accroissement d’au moins 10% des BPA et du dividende. ‘ Sur la base du milieu de fourchette des guidances topline, le groupe devrait atteindre 3 MdsE de CA en 2024 avec un EBITDA ajusté compris entre 820 et 930 ME (vs 677 ME estimés pour 2021) ‘, rapporte Oddo qui révise ainsi de +7% son estimation d’EBITDA ajusté 2024.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

L’action Verallia gagne plus de 2% à Paris, profitant d’une analyse d’Oddo qui maintient sa note de ‘ surperformance ‘ sur le titre, avec un objectif de cours inchangé de 41 euros.

Le bureau d’analyses indique que Verallia dispose d’un fort levier opérationnel et que les objectifs fixés lors de l’IPO de 2019 ont été atteints avec un an d’avance – dont une marge EBITDA de plus de 25% malgré la crise sanitaire.

Par ailleurs, Verallia s’est assigné de nouveaux objectifs environnementaux, avec la volonté de réduire de 46% ses émissions de CO2 (Scope 1 et 2) d’ici 2030, contre -27,5% précédemment.

Verallia indique aussi viser un accroissement d’au moins 10% des BPA et du dividende.

‘ Sur la base du milieu de fourchette des guidances topline, le groupe devrait atteindre 3 MdsE de CA en 2024 avec un EBITDA ajusté compris entre 820 et 930 ME (vs 677 ME estimés pour 2021) ‘, rapporte Oddo qui révise ainsi de +7% son estimation d’EBITDA ajusté 2024.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Sopra Steria : cède 4%, pénalisé par l’avis d’un broker

Sopra Steria lâche près de 4% à Paris, pénalisé par une analyse de Stifel qui a initié une couverture du titre avec une recommandation ‘vente’ et un objectif de cours de 155 euros. Le broker juge que l’objectif d’une marge d’OPBA d’environ 10% en 2023 est ‘trop optimiste et susceptible d’être repoussé une nouvelle fois’.’Nous considérons aussi le consensus comme trop offensif sur la marge pour 2023′, ajoute Stifel, dont la propre prévision de 8,2% à cet horizon est inférieure de 150 points de base à l’anticipation moyenne du marché.Stifel se dit en outre prudent quant à la future stratégie M&A de Sopra Steria, notant que le multiple VE /CA moyen payé pour ses acquisitions depuis 2015 est supérieur d’environ 80% à celui du groupe, sans effet positif visible sur sa croissance du CA et ses marges.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Sopra Steria lâche près de 4% à Paris, pénalisé par une analyse de Stifel qui a initié une couverture du titre avec une recommandation ‘vente’ et un objectif de cours de 155 euros.

Le broker juge que l’objectif d’une marge d’OPBA d’environ 10% en 2023 est ‘trop optimiste et susceptible d’être repoussé une nouvelle fois’.

‘Nous considérons aussi le consensus comme trop offensif sur la marge pour 2023’, ajoute Stifel, dont la propre prévision de 8,2% à cet horizon est inférieure de 150 points de base à l’anticipation moyenne du marché.

Stifel se dit en outre prudent quant à la future stratégie M&A de Sopra Steria, notant que le multiple VE /CA moyen payé pour ses acquisitions depuis 2015 est supérieur d’environ 80% à celui du groupe, sans effet positif visible sur sa croissance du CA et ses marges.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Bouygues : dans le vert avec un relèvement de broker



Accueil ZonebourseActionsFranceEuronext ParisBouyguesActualitésSynthèse    EN   FR0000120503






(EN)



Ajouter à ma liste






  Rapport
















 Temps réel Euronext Paris – 18/11 17:35:23

31.5
EUR
 


-2.02%













17:53BOUYGUES : TF1 group ranked in the top 3 most responsible companies in France (French version)PU

08:49BOUYGUES : Nouveau test d’une zone support

17/11Une consolidation « inévitable » dans les télécoms en France, dit le CFO d’OrangeRE






SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté SynthèseToute l’actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse






























28/09/2021 | 14:06







































A contre-courant de la tendance à Paris, Bouygues gagne près de 1% sur fond d’un relèvement de recommandation chez Jefferies de ‘conserver’ à ‘achat’ avec un objectif de cours porté de 34 à 40 euros sur le titre du conglomérat.’Malgré un rallye au deuxième trimestre, Bouygues se négocie avec l’une des décotes les plus importantes que nous ayons vues depuis des années’, pointe le broker, qui juge pourtant les perspectives de croissance ‘solides’, et la dynamique prévisionnelle ‘positive’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.







































Réagir à cet article

Réagir le premier

Publier






Toute l’actualité sur BOUYGUES

17:53BOUYGUES : TF1 group ranked in the top 3 most responsible companies in France (French vers..PU

17/11Une consolidation « inévitable » dans les télécoms en France, dit le CFO d’OrangeRE

17/11Le directeur financier d’Orange prévoit une fusion « inévitable » au sein des télécoms fr..ZR

17/11La Commission européenne approuve l’acquisition de Destia par BouyguesMT

17/11BOUYGUES : parmi les plus fortes baisses du CAC 40 à la mi-séance du mercredi 17 novembre ..AO

16/11BOURSE DE PARIS : Paris termine sur de nouveaux recordsAW

16/11L’Europe finit sur de nouveaux recordsRE

16/11HYDROGÈNE : Engie accélère le rythmeAW

16/11BOURSE DE WALL STREET : Calme plat en vue à Wall Street avant les ventes au détail USRE

16/11BOUYGUES : plus forte baisse du CAC 40 à la mi-séance du mardi 16 novembre 2021 -AO

Plus d’actualités

Recommandations des analystes sur BOUYGUES

10/11BONDS : S&P place la note de Bouygues sous surveillance avec implications négativesDJ

28/09BOUYGUES : Jefferies relève sa recommandationCF

28/09AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Bouygues, Eutelsat, SES, Nokia, Adidas, Flutter, Logitech, Enta..

Plus de recommandations






Données financières

CA 2021

37 167 M
42 201 M

Résultat net 2021

1 128 M
1 281 M

Dette nette 2021

2 160 M
2 453 M

PER 2021
11,0x

Rendement 2021
5,29%

Capitalisation

12 296 M
13 899 M

VE / CA 2021
0,39x

VE / CA 2022
0,38x

Nbr Employés
129 000

Flottant
55,5%

Plus de Données financières


Graphique BOUYGUES



Durée :


Période :









Graphique plein écran

Tendances analyse technique BOUYGUES

Court TermeMoyen TermeLong TermeTendancesBaissièreNeutreNeutre

Analyse technique

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Données financières

Consensus

VenteAchat

Recommandation moyenne
ACCUMULER

Nombre d’Analystes
14

Dernier Cours de Cloture

32,15 €

Objectif de cours Moyen

39,36 €

Ecart / Objectif Moyen

22,4%

Consensus



Révisions de BNA

Plus de Révisions des Estimations

Dirigeants et Administrateurs







Olivier Roussat
Chief Executive Officer
Pascal Grangé
Chief Financial Officer, Deputy CEO & SVP
Martin Bouygues
Chairman
Gilles Zancanaro
Senior Vice President-Digital, Innovation & Risks
Colette Lewiner
Independent Director

Plus d’informations sur la société

Secteur et Concurrence

Var. 1janvCapi. (M$)

BOUYGUES-4.46%13 899

VINCI14.16%60 047

LARSEN & TOUBRO LIMITED51.57%36 880

CHINA STATE CONSTRUCTION ENGINEERING CORPORATION LIMITED-5.43%30 912

FERROVIAL, S.A.19.37%21 998

JACOBS ENGINEERING GROUP INC.35.10%18 949

Plus de Résultats





A contre-courant de la tendance à Paris, Bouygues gagne près de 1% sur fond d’un relèvement de recommandation chez Jefferies de ‘conserver’ à ‘achat’ avec un objectif de cours porté de 34 à 40 euros sur le titre du conglomérat.’Malgré un rallye au deuxième trimestre, Bouygues se négocie avec l’une des décotes les plus importantes que nous ayons vues depuis des années’, pointe le broker, qui juge pourtant les perspectives de croissance ‘solides’, et la dynamique prévisionnelle ‘positive’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

A contre-courant de la tendance à Paris, Bouygues gagne près de 1% sur fond d’un relèvement de recommandation chez Jefferies de ‘conserver’ à ‘achat’ avec un objectif de cours porté de 34 à 40 euros sur le titre du conglomérat.

‘Malgré un rallye au deuxième trimestre, Bouygues se négocie avec l’une des décotes les plus importantes que nous ayons vues depuis des années’, pointe le broker, qui juge pourtant les perspectives de croissance ‘solides’, et la dynamique prévisionnelle ‘positive’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Durée :


Période :

Tendances analyse technique BOUYGUES

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Révisions des Estimations

Plus d’informations sur la société

Rubis : le titre s’enfonce, un broker abaisse sa cible

Rubis cède plus de 7% à Paris, pénalisé par une analyse d’Oddo BHF qui, ce matin, a réduit son objectif de cours sur le titre de 44 à 33 euros, tout en maintenant son conseil à ‘ neutre ‘. Si les résultats du 1er semestre sont ressortis en ligne avec les attentes – avec un résultat net quasi-stable à 136 ME quant Oddo anticipait 139 ME – ‘ le retour à la normale prend plus de temps que prévu ‘, estime le broker. En effet, ‘ les difficultés se concentrent toujours sur la zone Caraïbes, lourdement impactée par la crise en Haïti et par l’exposition au tourisme.L’envolée des cotations pétrolières (+40%) limite également le potentiel de gonflement des marges unitaires (+2%) et le plan d’incentive des salariés pèse sur les frais de holding ‘, poursuit l’analyste.Dans ces conditions, Oddo a annoncé réduire ses prévisions de résultat net de 6% en moyenne sur les trois prochains exercices. Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Rubis cède plus de 7% à Paris, pénalisé par une analyse d’Oddo BHF qui, ce matin, a réduit son objectif de cours sur le titre de 44 à 33 euros, tout en maintenant son conseil à ‘ neutre ‘.

Si les résultats du 1er semestre sont ressortis en ligne avec les attentes – avec un résultat net quasi-stable à 136 ME quant Oddo anticipait 139 ME – ‘ le retour à la normale prend plus de temps que prévu ‘, estime le broker.

En effet, ‘ les difficultés se concentrent toujours sur la zone Caraïbes, lourdement impactée par la crise en Haïti et par l’exposition au tourisme.L’envolée des cotations pétrolières (+40%) limite également le potentiel de gonflement des marges unitaires (+2%) et le plan d’incentive des salariés pèse sur les frais de holding ‘, poursuit l’analyste.

Dans ces conditions, Oddo a annoncé réduire ses prévisions de résultat net de 6% en moyenne sur les trois prochains exercices.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

La corrélation entre trader et broker

La différence entre trader et broker

La différence entre trader et broker

Les termes « trader » et « broker » sont récurrents dans le domaine du trading en ligne. Ces deux termes sont souvent confondus. Pourtant, ils désignent 2 choses différentes, aux rôles bien distincts.

Le trader est l’investisseur, c’est-à-dire le commanditaire des investissements. Le trader est celui qui est responsable de choisir quel actif acheter ou revendre. C’est également lui qui fournit les fonds nécessaires à l’investissement. Donc, le trader est le premier concerné en matière de trading. Le trader peut être une entité physique ou morale.

Le broker est une plateforme virtuelle. Il s’apparente au courtier dans le trading dit traditionnel. La différence est que le broker en ligne laisse une liberté totale au trader en ce qui concerne les actions financières. En effet, le broker ne fait que fournir les informations liées au marché. Il existe de nombreux brokers en ligne. Tous sont comparables sur Internet. Par exemple, ig markets avis 2021 peuvent facilement se trouver sur le web. D’ailleurs, la plupart des brokers sont mis à jour constamment. Les informations données par le broker sont tout aussi importantes que les données sur le broker lui-même.

Si devenir trader en ligne ne demande aucun diplôme ou aucune étude en particulier, le broker en ligne doit suivre des règles bien précises. Des lois régissent les brokers en ligne. En cas de non-respect des lois, l’Autorité du Marché Financier est habilitée à sanctionner le broker. Ces pénalités peuvent mener jusqu’à l’interdiction définitive de l’exercice de ses fonctions.

Le lien entre le trader et le broker

Le lien entre le trader et le broker

Le trader et le broker sont intimement liés.

Le trader a besoin du broker. En effet, le trader effectue ses actions grâce aux informations fournies par le broker en ligne. Qu’elles concernent la valeur d’un actif financier en particulier ou les fluctuations du marché, les renseignements fournis par le broker sont capitaux pour le trader. C’est par rapport à ces informations qu’il effectuera les actions d’achat ou de vente afin de faire des bénéfices.

Le broker a également besoin du trader. Afin de s’inscrire sur une plateforme de broker en ligne, il est nécessaire de débourser des frais d’inscription. Une fois les actions financières effectuées, le broker empoche une petite partie des bénéfices du trader. Ce sont ces revenus qui permettent au broker de survivre et de se développer continuellement. Sans ces apports financiers et ces investissements, les plateformes de brokers ligne peuvent être supprimées et générer alors des pertes considérables.

A lire également :

ENTRETIEN CHEVEUX COLORÉS : 14 SOINS EXCELLENTS POUR ENTRETENIR FACILEMENT SA COULEUR CHEZ SOI

12 IDÉES POUR AMÉNAGER UN ESPACE DE YOGA À LA MAISON

Renault : gagne 2%, un broker maintient son conseil

(CercleFinance.com) – Renault gagne plus de 2% à Paris, alors qu’en début d’après-midi, Stifel a confirmé sa note ‘conserver’ sur le titre, avec un objectif de cours inchangé de 42 euros, à la suite de la publication par le Losange d’un chiffre d’affaires trimestriel consolidé de 8.99 MdsE, en recul de 13,4% par rapport au 3e trimestre 2020, un chiffre conforme au consensus.

Le bureau d’analyses indique qu’en raison de la pénurie de semi-conducteurs, la production de véhicules du constructeur devrait chuter d’environ 500 000 unités en 2021, un chiffre là encore conforme aux anticipations de Stifel.

Malgré cela, Renault maintient sa guidance de marge annuelle à 2,8%, ce qui est positif souligne Stifel.

Néanmoins, les perspectives annuelles du constructeur sont révisées à la baisse avec des prévisions de marché stable en Europe pour 2021 (contre +10% précédemment) et de +10% en Amérique latine, contre 15% auparavant.

NIGERIA : Le Libano-nigérian Simon Naoum, armurier de l’ombre de l’armée


Un e-mail vous est envoyé lorsqu’un article correspondant à vos centres d’intérêt est publié sur l’un des sites d’Indigo Publications. Ce service est entièrement gratuit et sans obligation d’achat.

Vous pouvez créer vos veilles par e-mail de 3 manières différentes :

N’hésitez pas à créer plusieurs veilles en fonction de vos centres d’intérêt : plus les critères seront définis, plus les résultats seront précis.

Vous pouvez les modifier ou supprimer depuis votre espace « Mon Compte ».

Moderna : le titre dégringole, un broker abaisse sa cible

(CercleFinance.com) – Le titre Moderna lâche plus de 20% à New York, pénalisé par une analyse de Oddo qui maintient sa note de ‘surperformance’ sur le titre, mais abaisse son objectif de cours de 465 à 440 dollars.

Le broker rappelle que la titre a cédé 18% hier, à la suite d’une publication trimestrielle en-dessous des attentes, avec un résultat net de 3,3 Mds$ contre 3,9 Mds$ espérés par le consensus.

Par ailleurs, ‘les contraintes au niveau des chaines d’approvisionnement, une partie des commandes 2021 repoussées à 2022 ainsi que la priorisation des doses à destination des pays à bas revenus ont conduit le management à abaisser ses attentes de ventes pour 2021’, indique l’analyste.

Selon Oddo, un ajustement à la baisse d’environ 19% devrait s’opérer sur les attentes du consensus qui jusque-là étaient en ligne avec l’ancienne guidance (20.3 Mds$ sur 2021). A contrario, ce décalage conduit le management à ajuster à la hausse sa fourchette de guidance de CA sur l’exercice 2022 : 17-22 Mds$ (contre 12-20 Mds$ auparavant).

‘Les questions restent focalisées sur la capacité du groupe à répondre aux attentes des autorités de santé pour son approbation et sa capacité de livraison’, résume l’analyste.

Linde : dans le vert, un broker relève sa cible

Linde gagne près de 1% à Francfort, profitant d’une analyse d’UBS qui réaffirme sa recommandation ‘achat’ sur le titre avec un objectif de cours rehaussé de 325 à 350 euros, une nouvelle cible impliquant un potentiel de progression de 25% pour l’action du fournisseur allemand de gaz industriels.’Linde continue de générer une conversion en espèces plus élevée que ses pairs et nous prévoyons que le ROIC (retour sur capitaux investis) doublera au cours des cinq prochaines années’, estime le broker dans le résumé de sa note de recherche.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Linde gagne près de 1% à Francfort, profitant d’une analyse d’UBS qui réaffirme sa recommandation ‘achat’ sur le titre avec un objectif de cours rehaussé de 325 à 350 euros, une nouvelle cible impliquant un potentiel de progression de 25% pour l’action du fournisseur allemand de gaz industriels.

‘Linde continue de générer une conversion en espèces plus élevée que ses pairs et nous prévoyons que le ROIC (retour sur capitaux investis) doublera au cours des cinq prochaines années’, estime le broker dans le résumé de sa note de recherche.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Nemetschek : Dans le rouge, un broker dégrade son conseil

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par

Les données collectées sont indispensables à ces traitements et sont destinées aux services concernés de BFM Bourse et, le cas échéant, de ses prestataires. Elles sont conservées pendant la durée du traitement et/ou pour la durée des traitements spécifiques auxquels vous aurez consenti et/ou pour les durées légales de conservation.
Les DCP pourront être traitées par le personnel habilité de BFM Bourse, de ses sous-traitants, partenaires ou prestataires. Si les données collectées font l’objet d’un transfert hors UE et que des traitements y sont effectués, ceux-ci se feront alors, conformément à la Réglementation, sur la base d’une décision d’adéquation de la Commission européenne ou de « clauses contractuelles types ».

BFM Bourse responsable du traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel pour la gestion de ses relations avec ses clients et prospects.

En application de la règlementation relative à la protection des données personnelles, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation et de portabilité qui s’exerce : ici
Consultez notre politique de confidentialité des données : ici

Amazon recrute un spécialiste des cryptomonnaies pour accélérer l’adoption des actifs numériques

Amazon déclare vouloir stimuler l’adoption des cryptomonnaies

Ce 30 octobre 2021, Amazon a publié une nouvelle offre d’emploi détaillant un poste à pourvoir dans les bureaux d’Amazon Web Services (AWS), la branche spécialisée dans les services de cloud computing, à New York. Le géant du commerce en ligne cherche à recruter un « spécialiste des actifs numériques » qui a une bonne compréhension de la cryptomonnaie, des monnaies numériques de banque centrale, des stablecoins et des tokens non fongibles (NFTs).

D’après le descriptif publié sur Linkedin, ce spécialiste des services financiers sera chargé de stimuler l’adoption des actifs numériques en collaborant avec les « clients les plus stratégiques » d’Amazon, les « principales institutions financières mondiales » et des « fintechs innovantes ». 

Le spécialiste qui sera recruté par Amazon devra aussi aider les clients du groupe à comprendre et à tirer profit des atouts de la blockchain. Le candidat doit justifier de 7 ans d’expérience dans le développement de services financiers avec une connaissance des technologies blockchain, précise le descriptif.

👉 Lire aussi : Le service blockchain d’Amazon soutient désormais Ethereum (ETH)

Amazon confirme ses ambitions dans le secteur des cryptomonnaies

Amazon confirme ses ambitions dans le secteur des cryptomonnaies

Ce n’est pas la première fois qu’Amazon recrute un spécialiste des devises numériques. En juillet dernier, le géant américain s’est mis à la recherche d’un chef de produit en monnaie numérique et blockchain. Quelques semaines plus tôt, Amazon Web Services lançait le recrutement d’un employé spécialisé dans la blockchain ayant une expérience dans la finance décentralisée (DeFi).

Cette nouvelle offre d’emploi confirme l’intérêt grandissant d’Amazon pour les crypto-actifs. D’après une autre offre d’emploi parue en février 2021, Amazon développe d’ailleurs un projet de monnaie numérique à destination de pays émergents. Ce token, dont le développement est encore à ses balbutiements, devrait permettre aux clients Amazon de convertir des espèces pour acheter des services en ligne.

👉 Sur le même sujet – Amazon Web Services déploie une solution de minage pour la cryptomonnaie Chia

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n’y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n’est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l’utilisation d’un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l’auteur : Florian Bayard

A propos de l’auteur : Florian Bayard

L’identité du créateur du bitcoin sera-t-elle dévoilée lors d’un procès en Floride ?

Connu sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, la véritable identité de cet homme est l’un des plus grands mystères du monde de la finance.

Connu sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, la véritable identité de cet homme est l’un des plus grands mystères du monde de la finance.

C’est un procès en apparence banale, mais qui pourrait secouer le milieu des cryptomonnaies. En Floride, la famille d’un homme décédé en 2013 poursuit son ancien associé. Comme le relate le Wall Street Journal, elle veut ainsi régulariser le contrôle de ses actifs, soit environ un million de bitcoins, l’équivalent aujourd’hui d’à peu près 56 millions d’euros. Une somme qui appartiendrait au créateur de la cryptomonnaie lui-même aujourd’hui connu sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, mais dont l’identité exacte reste inconnue pour le moment.

Selon la famille du défunt, David Kleiman et son associé Craig Wright, se cachaient ensemble derrière le nom de Nakamoto. Ils auraient travaillé et « miné » du bitcoin, donnant droit à la famille de David Kleiman à un demi-million d’unités. « Nous pensons pouvoir prouver qu’il y a eu un partenariat pour créer et extraire plus d’un million de bitcoins », détaille l’un des avocats de la famille qui affirme pouvoir amener des preuves montrant que les deux hommes étaient impliqués dans la cryptomonnaie depuis sa création et travaillaient ensemble.

L’un des plus grands mystères du monde de la finance

L’un des plus grands mystères du monde de la finance

De son côté, Craig Wright a revendiqué à plusieurs reprises depuis 2016 être à l’origine du bitcoin et affirme qu’il n’a jamais intégré David Kleiman dans son aventure. Des spécialistes du monde de la finance doutent toutefois que Craig Wright soit bien le père de la cryptomonnaie et l’homme n’a cessé d’affirmer puis démentir sa paternité. Une seule chose pourrait toutefois révéler la véritable identité du créateur du bitcoin : la clé privée qui contrôle le compte où Nakamoto a stocké le million d’unités, lui permettant de les retirer du compte où ils sont placés.

>> A lire aussi – Bitcoin : depuis sa chambre, un adolescent monte une arnaque à 2,5 millions d’euros

Ce procès pourrait donc lever le voile sur l’un des plus grands mystères du monde de la finance en révélant la ou les personnes à l’origine de la création de la fameuse cryptomonnaie. Un enjeu de taille, alors qu’elle est devenue un marché pesant près de mille milliards de dollars avec des dizaines de millions d’investisseurs. Pourtant, depuis sa création en 2009, l’identité de son créateur et ses motivations restent un mystère.

50 débatteurs en ligne50 en ligne

Faut-il plus réglementer l’usage du bitcoin ?

Le réguler pourquoi pas, mais si c’est pour qu’il tombent dans les mains des banques ou autre institutions qui vont encore nous ponctionner par des fr …Lire plus

Les rageux, les envieux, les conservateurs pourront toujours réclamer une législation c est trop tard, le maximum a été fait de se côté. On le voit d …Lire plus

L’Australie s’apprête à passer un très joyeux Noël crypto

L’Australie continue d’introduire les cryptomonnaies dans tous les domaines de son économie. Cette fois-ci, les cryptoactifs font partie des festivités de Noël de cette année.

Noël crypto

Noël crypto

Selon une recherche récente de Crypto.com, « les cadeaux crypto occupent cette année une place importante sous le sapin de Noël dans les maisons australiennes ». Lors de l’enquête d’octobre, menée par le fournisseur de services crypto, ont été interrogés 2 020 Australiens âgés de 18 à 59 ans. Les résultats ont montré qu’environ un quart des utilisateurs australiens de cryptomonnaies prévoient d’acheter des cadeaux liés aux cryptomonnaies pour leurs proches.

Plus de la moitié des personnes interrogées ont confirmé qu’ils envisageaient d’acheter des cryptomonnaies telles que le bitcoin et l’ether comme cadeaux. Cette réponse reflète leur enthousiasme à utiliser les cryptomonnaies dans leur vie quotidienne.

Alors que 26 % prévoient d’acheter des cadeaux liés aux cryptomonnaies, 8 % ont répondu qu’ils aimeraient utiliser des cryptomonnaies ou des cartes crypto pour payer les cadeaux de Noël cette année.

La majorité de ceux qui prévoient d’acheter des cadeaux liés aux cryptomonnaies ont moins de 44 ans. Parmi eux, 29,2 % ont l’intention d’acheter des cadeaux liés à des tokens non fongibles (NFT), 41,8 % veulent acheter des bons de monnaie et 35,5 % pensent acheter des cryptomonnaies.

L’une de ces personnes est Jonny Rottcher-Dalton, un jeune homme de 24 ans originaire de Sydney. Il a investi 30 000 dollars en bitcoin, ether et d’autres altcoins au cours des trois derniers mois. Jusqu’à présent, il a reçu 9 000 dollars de son investissement et il est très heureux de ses bénéfices. Il prévoit d’initier d’autres personnes au monde des cryptomonnaies en leur offrant des cryptomonnaies. Dans une interview accordée aux médias locaux, il a annoncé : « Je prévois d’offrir à mes amis des monnaies comme Solana, quelque chose de petit qui va augmenter et être utile à l’avenir, et peut-être des produits crypto. »

Justin El-Sheikh de 18 ans, qui vient d’obtenir son diplôme d’études secondaires, prévoit également d’offrir des cryptomonnaies cette année. Selon Cointelegraph, il prévoit de créer un portefeuille contenant de petites quantités de bitcoins pour ses amis. « Beaucoup de mes amis ont entendu parler des cryptomonnaies et ont dit qu’ils aimeraient s’y mettre, mais ne savent pas comment commencer. C’est une idée de cadeau amusante et réfléchie », a-t-il déclaré.

Adoption des cryptomonnaies en Australie

Adoption des cryptomonnaies en Australie

Les statistiques sur l’adoption des cryptomonnaies en Australie pour le mois d’octobre montrent que l’Australie reste favorable aux cryptomonnaies. Selon les recherches menées par Finder, l’Australie compte le troisième plus grand nombre de propriétaires crypto, soit 17,8 %. L’indice d’adoption des cryptomonnaies de Finder mesure la croissance crypto dans le monde entier grâce à un sondage régulier de 41 645 personnes dans 22 pays.

Le bitcoin est la monnaie la plus populaire parmi ceux qui possèdent des cryptomonnaies, avec 65,2 % des Australiens qui en possèdent. Il s’agit du 5e pourcentage le plus élevé de possession de bitcoins parmi les 22 pays étudiés. L’ether, avec une part de 42,1 %, est la deuxième cryptomonnaie la plus populaire. Cardano prend la troisième place avec une part de 26,4 %.

Il vous reste encore une chance de participer au concours organisé par Bybit afin de gagner 2000 $ en bitcoin ! Pour jouer, cliquez ici.

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

Un collectif crypto lève des millions pour acheter une version rare de la Constitution américaine

Un collectif crypto, ConstitutionDAO, cherche à acheter une version rare de la Constitution des États-Unis qui sera mise aux enchères le 18 novembre par Sotheby’s. En une semaine, le groupement a réussi à réunir plus de 40 millions de dollars en Ethereum.

Qui a dit que les amateurs de cryptomonnaies ne s’intéressaient pas aussi aux anciens manuscrits ? Le collectif ConstitutionDAO nous le montre aujourd’hui : composé d’amateurs de crypto, ce groupement tente de mettre la main sur une version rare de la Constitution américaine qui sera mise aux enchères ce 18 novembre, à 18h30 heure EST (minuit et demi à Paris).

L’enchère est organisée par la maison Sotheby’s et ConstitutionDAO est désormais bien placé pour la remporter. En moins d’une semaine, le collectif est en effet parvenu à collecter plus de 40 millions de dollars en Ethereum, afin d’enchérir sur le précieux document. C’est nettement plus que la cible que le groupement espérait atteindre. ConstitutionDAO se donnait pour objectif de réunir entre 15 et 20 millions de dollars — une fourchette qui correspond à la valeur estimée de la copie de la Constitution américaine qui sera vendue ce 18 novembre.

Comme l’explique le média Decrypt, ConstitutionDAO a réussi à attirer plus de 15 000 personnes. Le 17 novembre a été une journée particulièrement bonne pour les organisateurs du projet puisqu’ils ont reçu plus de 5 millions de dollars de dons, dont quatre millions d’un donneur anonyme.

Maintenir la copie de la Constitution dans la sphère publique

Maintenir la copie de la Constitution dans la sphère publique

Mais que fera le collectif de la copie de la Constitution américaine s’il parvient à remporter l’enchère ? L’idée n’est évidemment pas d’attribuer à chaque donateur des « jours de garde » et, encore moins, un morceau du précieux document. L’objectif global affiché dès le départ par le collectif est de maintenir cette copie rare de la Constitution des États-Unis dans la sphère publique.

« Le Web3 (ndlr : concept qui renvoie à un internet décentralisé avec des blockchains publiques) renvoie à l’idée de décentraliser les biens publics. Quel objet peut davantage prétendre à ce titre que la Constitution qui a fondée notre pays », explique un des participants, Ittai Svidler, au média Décrypt.

Comme le souligne Gizmodo, le projet comporte toutefois des risques. ConstitutionDAO promet que s’il ne remporte pas l’enchère, il renverra aux donateurs leurs fonds. Le collectif rappelle toutefois que les technologies utilisées pour former un DAO (Decentralized Autonomous Organisation) restent exposées à certaines menaces telles que le vol ou le hack. En 2016, un DAO avait ainsi été hacké, conduisant au vol de 50 millions de dollars.

Un projet crypto qui comporte des risques

Un projet crypto qui comporte des risques

Interrogé par Gizmodo, Andrew Miller, professeur assistant de l’université de Illinois, et directeur associé de l’Initiative pour les Cryptomonnaies et les Contrats (IC3) rappelle que ce type de projets comportent aussi le risque d’être organisés par des personnes malintentionnées ou d’être détourné par un des participants. Pour participer à un DAO, les internautes achètent en effet des « droits de vote » en versant des cryptomonnaies. Ces droits de vote leur donnent la possibilité d’indiquer dans quoi le DAO devrait investir. Le risque est donc qu’un participant ayant une grande quantité de droits de vote puisse détourner le projet de son objectif de départ.

Reste à voir donc si le DAO remportera l’enchère et tiendra ses promesses. ConstitutionDAO n’a pas encore réglé tous les détails sur la manière dont le document sera mis à disposition du public s’il remporte l’enchère, mais le collectif souhaite l’entreposer dans un lieu ouvert au public, un musée par exemple. La possibilité de faire voyager le document afin de le rendre accessible aux habitants et habitantes de différentes zones géographiques est également étudiée.

IG crypto news : Polygon (MATIC) et Polkadot (DOT)

Avant de parler de MATIC et DOT il est bon de rappeler quelques rudimentaires sur la blockchain et les cryptomonnaies. Ces deux notions bien distinctes rassemblent pourtant un marché et un secteur d’activité naissant, mais d’une importance de plus en plus évidente.

Blockchain

Blockchain

Imaginez un code qui régit les transactions, bancaires entre autres, de manière anonyme un code qui évolue en fonction des décisions d’un grand nombre de personnes, indépendantes. Une technologie mise en place pour faciliter les transactions numériques, contrôlées de manière collégiale et ainsi éviter les intermédiaires.

Il existe de très nombreuses entreprises travaillant sur leur propre blockchain ou sur une déjà existante et très souvent ces projets sont liés à des tokens, dont le prix est parfois très volatil et en fait un actif spéculatif risqué.

Marché des cryptomonnaies

Marché des cryptomonnaies

Au-delà de la technologie blockchain et de l’utilité des tokens dans leur blockchain respective, le marché spéculatif de cryptomonnaies permet d’investir sur un projet qui paraît prometteur (que ce soit de nature fondamentale, psychologique ou spéculative).

Il est en revanche très difficile d’évaluer financièrement les différents projets et la valeur de marché ne reflète pas la valeur réelle de ces derniers. Les perspectives concernant le projet et les informations donnent une meilleure visibilité sur le potentiel du token. La psychologie et l’analyse technique, permettent également d’anticiper les tendances sur le marché des cryptomonnaies.

Nous allons examiner brièvement les projets, puis analyser l’évolution du prix du token des blockchains de Polygon (MATIC) et Polkadot (DOT).

Profitez de la volatilité sur le marché des cryptomonnaies grâce au compte de trading multiproduits IG

Polygon (MATIC)

Polygon (MATIC)

Blockchain

Polygon est une blockchain de type, internet des blockchains. Celle-ci regroupe plusieurs blockchains, de couche 2, fonctionnant sur une blockchain initiale, qui se trouve être l’Ethereum. En effet bien qu’Ethereum soit la plus utilisée des blockchains en matière de « smart contract », celle-ci rencontre des problèmes de scalabilité, soit de mise en application à grande échelle, ce qui créé des congestions ainsi que des délais et des frais de transactions parfois très élevés.

Ainsi, Polygon propose aux développeurs de créer leur blockchain, compatible avec Ethereum, mais sans les inconvénients cités plus haut. Les blockchains peuvent être souveraines et donc indépendantes de la blockchain Ethereum, avec leurs propres validateurs.

La validation se fait en PoS (proof of stake) et ne nécessite donc aucun minage. Le nombre de token en circulation est de 6,5 milliards pour une quantité totale de 10 milliards de token.

Coin

Le jeton MATIC permet de récompenser les validateurs de blocks (de transactions) comme sur une blockchain classique et il peut également être stacker par ceux qui en possède, afin de recevoir une partie des récompenses acquises par le validateur.

Au-delà de son utilité première, le coin MATIC est négociable sur des plateformes de négociations. En 2021 sa capitalisation boursière est passé de 85 millions à 11 milliards de dollars mi-novembre avec un prix passant de 0,0178 à 1,59 dollar dans le même laps de temps.

Polkadot (DOT)

Polkadot (DOT)

Blockchain

Polkadot est aussi considéré comme un internet des blockchains, car il permet la superposition de plusieurs blockchains et une interconnexion entre elles, sans intermédiaire. La technologie fonctionne également sur la blockchain initiale Ethereum mais comme Polygone permet de neutraliser les problèmes de congestion en utilisant d’autres chaines de couche 2 pour fluidifier le fonctionnement.

La validation se fait en NPoS (Nominated Proof of Stake) et ne nécessite aucun minage. Il diffère du PoS classique par le fait que les validateurs sont nominés pour une certaine période (actuellement 4 heures puis projet de passer à 24h). Cela permet une meilleure décentralisation, car les validateurs changent régulièrement.

Le nombre de tokens en circulation est d’un peu plus de 987 millions et la quantité totale est limitée à 1,103 milliards.

Coin

Le Jeton associé à la blockchain de polkadot est également utilisé pour récompenser les validateurs et peut être stacker pour profiter d’une partie de la récompense.

En 2021, la capitalisation boursière est passée de 7,8 milliards le 1er janvier à un peu plus de 40 milliards en novembre, pour un prix passant de 9,30 $ à 41 dollars. Ce jeton est négociable sur la plupart des plateformes de trading crypto ou au travers de certains produits dérivés.

Graphique du cours de DOT en données journalières (2021)

L’application Android SharkBot vole des comptes bancaires et des cryptomonnaies

Des chercheurs en cybersécurité ont démasqué lundi une application Android qui, à partir des fonctionnalités d’accessibilité des appareils, dérobe les informations sensibles des services bancaires et des cryptomonnaies. Appelé SharkBot par Cleafy, le malware aurait touché vingt-sept cibles dont vingt-deux banques internationales anonymes en Italie et au Royaume-Uni, ainsi que cinq applications de cryptomonnaie aux États-Unis environ, depuis fin octobre 2021.

Le SharkBot, qui serait à ses premiers stades de développement, procèderait à des transferts d’argent à partir des appareils compromis par la technique des Systèmes de Transfert Automatique (ATS) en truquant les mécanismes d’authentification multifacteur comme le SCA par exemple.

Il attaquerait après avoir été installé sur l’appareil de la victime. Son but serait d’obtenir des informations bancaires sensibles telles que les informations personnelles, les informations d’identification, le solde, et autres, ainsi que d’exécuter certaines commandes.

Un nouveau dangereux prédateur de la toile

Un nouveau dangereux prédateur de la toile

Il se ferait passer pour une télévision en direct, un lecteur multimédia, ou une application de récupération de données tout comme d’autres logiciels malveillants tels que TeaBot et UBEL. Le principe est simple. Il amène la victime à lui fournir des autorisations plusieurs fois en ouvrant des fenêtres contextuelles malveillantes. C’est ainsi qu’il vole les données.

La différence entre lui et les autres applications sécurisées se trouve au niveau de l’exploitation des paramètres d’accessibilité pour mener des attaques ATS. Il fait remplir aux utilisateurs automatiquement des champs dans les applications bancaires mobiles légitimes et ensuite effectue des transferts d’argent depuis ces appareils vers un réseau de muletiers d’argent sous le contrôle de l’auteur du vol.

SharkBot a un mode opératoire qui empêche l’enregistrement d’un nouvel appareil pour pouvoir commettre des activités frauduleuses, et cela en contournant les mécanismes d’authentification à deux facteurs mis des applications bancaires. L’application possède les fonctionnalités connues chez les chevaux de trois bancaires Android. Il pourrait ainsi faire des attaques par superposition afin de voler les informations de carte de crédit et les identifiants de connexion, et avoir un contrôle à distance complet des appareils compromis.

Un malware presque impossible à détecter ?

Un malware presque impossible à détecter ?

SharkBot a la capacité d’échapper à l’analyse et à l’identification en faisant des vérifications d’émulateur, en cryptant les communications de commande et de contrôle avec un serveur à distance. Il peut aussi cacher l’icône de l’application de l’écran d’accueil après son installation.

D’ailleurs, Google Play Store n’a pas retrouvé d’échantillon de malveillance. Cela signifie qu’il est probablement installé sur les appareils à travers des programmes d’ingénierie sociale ou de chargement latéral.

Cryptomonnaies : Le Minpostel, la COSUMAF, la BEAC, le MINFI, l’Antic et l’ART prévoient un « bac à sable réglementaire » pour tester la technologie blockchain pour une durée déterminée

[DIGITAL Business Africa] – La ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, Minette Libom Li Likeng, a conduit un atelier de réflexion autour des cryptomonnaies. C’était ce mardi 15 novembre 2021 à Yaoundé. La thème retenu pour cette séance de travail était « les enjeux, opportunités et risques de la cryptomonnaie au Cameroun« . Étaient présents aux assises, les responsable de l’Union internationale de Télécommunications (UIT), Jean-Jacques Massima Landji, les responsables de la Commission de Surveillance du Marché financier de l’Afrique centrale (Cosumaf), de l’Agence nationale des Technologies de l’Information et de la Communication et de l’Agence de régulation des Télécommunications, entre autres administrations.

Les travaux avaient pour objectif de << mobiliser les administrations compétentes, en vue d’une concertation permettant au gouvernement d’avoir une compréhension stratégique et opérationnelle de ces monnaies numériques. Bien plus, il était question de réfléchir sur les axes de régulation du secteur de la cryptomonnaie, tout en prenant en compte les exigences du développement de l’économie numérique. Et enfin, de définir les concepts de base qui régissent le fonctionnement des cryptomonnaies>>.

Après avoir examiné  les interventions des participants Libom Li Likeng a reçu les recommandations finales, au terme de dix heures d’horloge. Au nombre de ces recommandations, figurent « la sensibilisation de la population sur les avantages et les risques de la cryptomonnaie, la formation des jeunes camerounais sur les technologies innovantes« .

Mais aussi et surtout, recommandation a été faite de « mettre en place, en collaboration avec les principaux régulateurs sectoriels (COSUMAF, BEAC, MINFI, ART….) dans le cadre du Cercle de Concertation Public Privé du secteur des communications électroniques, un « bac à sable » réglementaire, ouvert et multitenant,  devant permettre aux acteurs exerçant dans le domaine de la FINTECH plus particulièrement de la cryptomonnaie, de tester sous certaines conditions la technologie de la blockchain pour une durée déterminée ».

L’atelier tenait sur quatre panel. Chacun d’eux avait deux moments, dont les exposés et l’échange entre exposants et l’assistance. Participants et représentants de différentes administrations ont soutenu que le développement du numérique exige que les Camerounais se défasse de leur habitudes traditionnelles afin de s’arrimer aux nombreuses innovations qu’offre le développement numérique, à l’instar des monnaies virtuelles, nonobstant les risques qui planent au-dessus de cette économie numérique. Pour le Minpostel:

« Les recommandations de vos travaux devront permettre au gouvernement de renforcer la réflexion engagée afin d’assurer un encadrement idoine pour cet activité et en même temps de protéger le citoyen camerounais. Aussi envisageons-nous, a-t-elle ajouté, de tout mettre en œuvre dans le cadre d’une synergie gouvernementale et dans la limite des compétences du Minpostel, pour leur mise en œuvre« , a déclaré la ministre. Pour ainsi clore son propos, Minette Libom Li Likeng va exprimer le souhait que les participants soient des apôtres et les défenseurs de la cause.

Écrit par Jean Materne Zambo ( Stg)

Minette Libom Li Likeng:  » Les monnaies digitales pourront accompagner le développement des industries et des services au Cameroun »

La plateforme d’extraction de crypto-monnaies Bitdeer va entrer en bourse grâce à une fusion SPAC de 4 milliards de dollars.


Bitdeer Technologies a déclaré jeudi qu’elle envisageait de s’introduire en bourse en fusionnant avec l’entreprise à chèque en blanc Blue Safari Group Acquisition Corp dans le cadre d’une opération valorisant la plateforme de minage de cryptomonnaies à 4 milliards de dollars. (Reportage de Mehnaz Yasmin à Bengaluru ; édition de Ramakrishnan M.)

Bitdeer Technologies a déclaré jeudi qu’elle envisageait de s’introduire en bourse en fusionnant avec l’entreprise à chèque en blanc Blue Safari Group Acquisition Corp dans le cadre d’une opération valorisant la plateforme de minage de cryptomonnaies à 4 milliards de dollars. (Reportage de Mehnaz Yasmin à Bengaluru ; édition de Ramakrishnan M.)

Binance publie les « 10 droits fondamentaux » des utilisateurs de cryptomonnaies

Binance continue de modifier sa communication

Binance continue de modifier sa communication

Il n’y a pas si longtemps que cela, Binance était considérée comme une plateforme d’échange hors cadre, dont on ne connaissait pas le centre névralgique. L’exchange affichait une distance marquée avec les régulateurs… Jusqu’à ce que ceux-ci lui tombent sur le râble cette année.

Depuis, Binance a opéré un changement radical au niveau de sa communication. Changpeng Zhao a confirmé que la plateforme est désormais une institution financière, et qu’elle se soumettra aux demandes des régulateurs. Elle envisageait par ailleurs d’installer son siège social en Irlande.

👉 Sur le même sujet – France : Binance souhaite obtenir le statut de PSAN « dans les 6 à 12 mois »

Les droits des utilisateurs de cryptomonnaies, selon Binance

Les droits des utilisateurs de cryptomonnaies, selon Binance

Sans grande surprise, cette nouvelle publication de Binance est donc elle aussi particulièrement axée sur la régulation. Elle s’inspire du « Bill of Rights » des États-Unis, c’est-à-dire les premiers amendements à la Constitution du pays. Et le ton est plutôt ronflant :

Le document détaille donc les droits fondamentaux des utilisateurs de cryptomonnaies. Le premier est le suivant :

« Chaque être humain devrait avoir accès à des outils financiers, comme les cryptomonnaies, qui permettent une plus grande indépendance économique. »

Des droits très « pro-régulation »

Des droits très « pro-régulation »

Mais la liste vire tout de suite du côté de la régulation, avec le second « droit » :

« Les participants à l’industrie ont la responsabilité de travailler avec les régulateurs et les décideurs afin de former de nouvelles normes pour les crypto-actifs. Une régulation intelligente encourage l’innovation et aide les utilisateurs à rester en sécurité. »

Dans la suite de la liste, Binance considère que les plateformes ont l’obligation (et pas le droit) d’appliquer des mesures d’identification (KYC) pour se prémunir des crimes financiers… Tout en estimant que « la vie privée est un droit humain ». Un grand écart assumé, puisque la publication explique ensuite que « la régulation et l’innovation ne sont pas mutuellement exclusives ».

Le positionnement de Binance est bien résumé par le dernier point :

« La régulation des cryptomonnaies est inévitable. »

Il est en tout cas saisissant de voir la volte-face opérée par Binance en l’espace de quelques mois. Ce type de communications suffira-t-il pour que l’exchange continue à s’implanter un peu partout dans le monde sans faire trop de vagues ? Ce qui est certain, c’est qu’il est en première ligne et qu’il devrait encore une fois ouvrir la voie pour les autres plateformes.

👉 Retrouvez toute l’actualité liée à la régulation

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

A propos de l’auteur : Marine Debelloir

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.Tous les articles de Marine Debelloir.

Face au succès des cryptomonnaies, la BCE veut lancer un prototype d’euro numérique en 2023

Virements ou achats

Virements ou achats

En juillet, l’institution avait annoncé le lancement d’une phase de travaux en vue d’introduire l’euro numérique d’ici 5 ans, le temps d’offrir la « forme de monnaie la plus sûre », celle d’une banque centrale, selon ses termes. La phase exploratoire du projet, commencée en octobre, va durer deux ans, après quoi sera mené l’examen des solutions technologiques.

L’euro numérique pourrait servir à faire des virements ou régler des achats, en ligne via une application sur smartphone, ou à l’aide de cartes de paiement similaires à la carte de débit.

À lire : Pourquoi la Chine veut-elle limiter le développement des cryptomonnaies sur son territoire ?

Aussi, la conception d’un euro numérique « va nécessiter de considérer non seulement le paysage des paiements d’aujourd’hui », où se bousculent déjà beaucoup de géants de la tech comme Apple et Google, mais aussi « le paysage de demain » avec de « nouveaux acteurs, de nouveaux actifs numériques et de nouvelles solutions de paiement », a expliqué le banquier central.

Extrait JT 13/05/2021:

Extrait JT 13/05/2021:

Recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité.

Nous avons besoin d’un cadre réglementaire mondial pour les marchés de cryptomonnaies

Cela apportera la confiance nécessaire pour que le marché des cryptomonnaies s’ouvre à d’autres d’utilisateurs, tout en étant bénéfique pour l’ensemble de la communauté.

Dans l’écosystème des cryptomonnaies, la priorité a toujours été l’utilisateur quotidien, de sa sécurité à son expérience en tant que membre d’une communauté. C’est l’essence même des cryptomonnaies, et il est important que nous ne perdions pas cela de vue en tant qu’industrie en plein développement.

C’est pourquoi un développement des réglementations du marché est inévitable : cela apportera la confiance nécessaire pour que le marché des cryptomonnaies s’ouvre à d’autres d’utilisateurs, tout en étant bénéfique pour l’ensemble de la communauté. Comme les ceintures de sécurité d’une voiture, un marché des cryptomonnaies plus réglementé offrira une meilleure protection aux utilisateurs quotidiens. J’irais même plus loin : la réglementation et l’innovation ne s’excluent pas mutuellement car elles favorisent un meilleur écosystème.

Au-delà de la réglementation des États

Au-delà de la réglementation des États

Il est donc du devoir des leaders de l’écosystème crypto de faire tout ce qui est possible en tant qu’industrie pour travailler avec les régulateurs mondiaux afin de créer une politique réglementaire efficace qui protège les utilisateurs et stimule l’innovation. Toutefois, cela ne suffit pas.

Il est également nécessaire pour un acteur comme Binance d’aller bien au-delà de la réglementation des États et de développer une autorégulation. Un tel processus servira de guide dans les futures discussions sur la réglementation et le développement de cadres mondiaux des marchés des cryptomonnaies. Nous avons donc décidé de développer cette autorégulation sous la forme d’une charte des droits des utilisateurs des cryptomonnaies destinée à garantir un accès sûr aux technologies émergentes, à la liquidité et aux plateformes sécurisées. Cela permettra de protéger les utilisateurs sans toutefois limiter la croissance et l’innovation.

Nous croyons aux droits de nos utilisateurs

Nous croyons aux droits de nos utilisateurs

Une telle charte des droits donnera une voix à ceux qui ont traditionnellement été mis en sourdine par le secteur financier. Elle servira également de point d’orientation pour lancer des conversations plus productives avec l’ensemble du secteur, y compris avec les autres plateformes d’échange, les innovateurs blockchain, les décideurs politiques et les leaders mondiaux. Ces dix droits fondamentaux seront les suivants :

Il est temps pour les leaders du secteur, les régulateurs, les décideurs politiques et les utilisateurs de contribuer à façonner ensemble l’avenir de la finance mondiale. Il devrait appartenir aux décideurs politiques de chaque nation et à leurs électeurs de décider qui devrait avoir la surveillance de l’industrie. Les cryptomonnaies appartiennent à tout le monde. Alors faisons en sorte qu’elle soit accessible à tous. 

Lydia : l’achat d’actions et cryptomonnaies arrive, notre test

Un choix de plus de 200 actifs, comprenant des actions en Bourse, des ETF, mais aussi des cryptomonnaies et des matières premières… c’est avec ce panel que l’application de paiement Lydia a annoncé sa nouvelle plateforme Lydia Trading ce jeudi dans un mail obtenu par Presse-citron à destination d’une liste de premiers utilisateurs sélectionnés.

Le 27 octobre dernier, c’est à travers une page web que la fintech française avertissait ses plus de 4,5 millions d’utilisateurs de la nouvelle, sans toutefois apporter de détails quant aux actifs proposés (seulement des actions ?). Aujourd’hui, nous voilà avec un premier aperçu de l’application mise à jour, du processus pour commencer à investir avec Lydia, et de son partenaire qui gère votre argent.

Lydia Trading : tout savoir

Après mise à jour, l’application propose un encart sur son menu d’accueil avec un premier aperçu de la plateforme. Les actions, ETF, cryptomonnaies et matières premières sont catégorisées et leurs performances sont affichées à l’année. La cryptomonnaie Solana, en tête de la liste de Lydia dans la catégorie des devises numériques, affiche ainsi une performance de 9 700% sur un an.

Pour pouvoir accéder aux achats, Lydia affiche plusieurs écrans pour vous alerter sur les risques liés à l’investissement en Bourse, dans les cryptomonnaies et les matières premières, en termes de spéculation et de volatilité des prix. Une fois cette étape franchie, il est l’heure de s’inscrire et de répéter ses coordonnées. Ici, l’application rencontre encore quelques difficultés et il nous est pas possible d’intégrer notre numéro de téléphone.

Nous mettrons à jour cet article avec les informations restantes lorsque nous pourrons arriver à nous inscrire.

Bitpanda comme partenaire

Bitpanda comme partenaire

Autrement, Lydia n’a pas bâti sa plateforme toute seule et la fintech française explique avoir fait appel à Bitpanda, une société autrichienne basée à Vienne et qui propose elle aussi une plateforme de négociation d’actions, d’ETF et de cryptomonnaies.

De ce que nous avons pu découvrir, l’offre “trading” de Lydia ressemble à celle de Revolut, la néobanque britannique qui propose à ses clients d’investir en bourse, acheter des matières premières ou d’échanger leurs euros en devises numériques. Elle n’est pas aussi pointu qu’un vrai courtier en ligne comme Degiro ou Boursorama.

Cela dit, Lydia peut aussi s’appuyer sur son offre de crédit à la consommation ou son partenariat avec Mon Petit Placement pour proposer quelque chose de très complet pour le grand public.

Article en cours de développement…

Cryptomonnaies : vers un avenir moins énergivore

Le bitcoin est dans la tourmente. En cause : un fonctionnement trop intensif en calculs qui alourdissent son impact environnemental. À l’heure de l’éveil de la conscience écologique, cette lourdeur semble bien anachronique et ouvre un boulevard à d’autres cryptomonnaies plus jeunes, prêtes à corriger le tir.

Les investisseurs du dimanche le rêvaient en nouvel eldorado spéculatif. Les enthousiastes le voyaient percer le plafond des 100 000 dollars. Et pourtant, la chute a été brutale : entre avril et juin 2021, le cours du bit coin s’est effondré, passant de 65 000 dollars à moins de 30 000. À l’origine de ce mini krach, plusieurs annonces successives. D’abord celle de l’influent PDG de Tesla, Elon Musk. D’un tweet le 13 mai, le milliardaire a signifié que son entreprise n’accepterait plus les paiements en bit coins. Puis celle de la République populaire de Chine qui, le 20 juin, a procédé à la fermeture très médiatisée de 26 entreprises de minage de bit coins dans la province du Sichuan, dédiées à l’enregistrement des transactions à la base du système. Un argument revient dans les deux cas : la consommation énergétique -et donc l’impact environnemental -de moins en moins soutenable de la plus célèbre des cryptomonnaies.  » Le réseau Bitcoin recourt, de par sa conception même, à des calculs de plus en plus lourds à mesure qu’il se développe, ce qui menace sa pertinence à long terme « , confirme l’économiste Nathalie Janson. Ce qui mène certains observateurs à prévoir sa mort :  » Je suis convaincu que, malgré son côté pionnier, le bit coin constitue une sorte de Minitel des cryptomonnaies ; il sera dépassé par d’autres systèmes plus récents et optimisés « , avance le mathématicien Jean-Paul Delahaye, chercheur émérite à l’université de Lille. Mais qu’est-ce qui cloche, au juste, dans la maison Bitcoin ? Et faut-il aussi se méfier des centaines d’autres cryptomonnaies qui ont fleuri dans son sillage ?

>> Lire aussi : Streaming, bitcoin, IA : le délire énergétique !

L’INGÉNIOSITÉ DE LA BLOCKCHAIN

L'INGÉNIOSITÉ DE LA BLOCKCHAIN

Pour le comprendre, il faut d’abord saisir le potentiel révolutionnaire associé au bit coin depuis sa création, il y a douze ans, par un (ou plusieurs ?) mystérieux informaticien (s) répondant au pseudonyme de Satoshi Nakamoto -et dont l’identité n’a toujours pas été révélée.  » Le bit coin est bien plus qu’un simple phénomène spéculatif. Il a montré qu’une monnaie pouvait se passer des tiers de confiance habituels, comme les banques « , explique Nathalie Janson.  » C’est la première monnaie décentralisée qui fonctionne à grande échelle !  » s’enthousiasme Jean-Paul Delahaye. Or, cette révolution se base elle-même sur une innovation technique majeure : la blockchain.

Son principe est simple : dans une transaction bancaire classique, la transaction d’un utilisateur Avers un utilisateur B passe par la banque, dont le rôle est de valider les transactions et d’en garder un historique, garantissant ainsi la confiance dans le fonctionnement de l’économie. Avec la blockchain, plus besoin de banque : ce sont des utilisateurs du réseau eux-mêmes qui certifient les transactions. Pour ce faire, toutes les transactions en cours (comme celle entre A et B) sont enregistrées sur chaque ordinateur (les nœuds du réseau) dans un registre temporaire appelé bloc. À intervalles réguliers, l’un des nœuds vérifie son bloc.

Le bit coin constitue une sorte de Minitel des cryptomonnaies ; il sera dépassé par d’autres systèmes plus récents et optimisés

Seuls certains nœuds participent à la validation, on les appelle nœuds validateurs. Sur des millions d’utilisateurs, il y a environ 10 000 nœuds validateurs. Tous les autres blocs sont alors effacés et alignés sur le bloc vérifié. L’historique de l’ensemble des blocs validés constitue la blockchain – littéralement  » la chaîne de blocs « .  » Le fait que cette blockchain soit partagée et vérifiable par tous limite les risques de fraude. Avec ce système, il est par exemple impossible de payer simultanément deux utilisateurs avec le même argent « , illustre Olivier Blazy, informaticien à l’université de Limoges.

PREUVE DE TRAVAIL VS ENJEU

PREUVE DE TRAVAIL VS ENJEU

Pour inciter les utilisateurs à participer au travail de vérification -car cela demande de mobiliser la puissance de calcul de son ordinateur -, Satoshi Nakamoto a imaginé un ingénieux système de mise en concurrence : le premier utilisateur à avoir validé son bloc se voit récompensé… en bit coins !  » C’est d’ailleurs le seul système de création monétaire possible dans le réseau bit coin. Ce système déflationniste assure une certaine rareté, et donc une valeur au bit coin « , précise Jean-Paul Delahaye. Concrètement, les candidats doivent résoudre, via leurs machines, un problème mathématique dont la complexité augmente avec le temps, de sorte qu’une solution, et donc une validation, doive être trouvée toutes les 10 minutes en moyenne. Dans ce système, la probabilité de résoudre le calcul, et par conséquent d’empocher les bit coins, est ainsi proportionnelle à la puissance de calcul que l’on engage.  » Par exemple, celui qui possède 5 % de la puissance de calcul du réseau a statiquement 5 % de chance d’être celui qui va valider le prochain bloc « , illustre Jean-Paul Delahaye.

 » Ce système appelé ‘preuve de travail’ (proof of work) a fait le succès du réseau Bitcoin, d’autant qu’au début, un simple ordinateur suffisait à effectuer ces calculs. Mais son essor a engendré une véritable ‘course à l’armement’ces dernières années « , expose Olivier Blazy. Désormais, les  » mineurs de bit coins  » professionnels sont à la tête d’usines informatiques truffées de cartes optimisées pour le calcul cryptographique… et dotées d’un appétit énergétique exponentiel.  » Pour alimenter et refroidir ces machines, les mineurs recherchent une électricité peu chère, souvent produite à base de charbon polluant dans des pays peu réglementés « , rappelle Jean-Paul Delahaye. Une étude de l’université de Cambridge de février 2021 montrait ainsi que la consommation annuelle d’électricité pour le minage des bit coins, chiffrée à 126 TWh, dépassait celle d’un pays comme l’Argentine, et que la cryptomonnaie émettait autant de gaz à effet de serre que la métropole de Londres. En plus de cette lourdeur des calculs, chaque nouvelle page (bloc) ne peut dépasser 1 mégaoctet, un choix qui a été fait au départ pour que la taille de la blockchain n’augmente pas trop vite. Résultat : cela limite le nombre de transactions simultanées sur l’ensemble du réseau à environ 7 par seconde,  » ce qui empêche d’envisager le bit coin comme un système de paiement universel, capable d’assurer le même volume de transactions que les monnaies traditionnelles « , estime Jean-Paul Delahaye.

LA BLOCKCHAIN, UNE CERTIFICATION DÉCENTRALISÉE

Pour pallier ces défauts, des cryptomonnaies plus récentes comme cardan o ou sol ana misent sur une méthode de certification alternative appelée  » preuve d’enjeu  » (proof of stake). Dans ce système, chaque vérificateur peut immobiliser une somme de ses jetons sur le réseau, qui lui donnent autant de chances d’être celui qui valide le prochain bloc en cours.  » Cette fois, si l’utilisateur a immobilisé 5 % des jetons immobilisés totaux, il a 5 % de chance de valider le bloc « , illustre Jean Paul Delahaye. Avec un avantage de poids :  » Ce système s’apparente à un simple tirage de loterie, une opération très simple qui requiert une puissance de calcul négligeable « , poursuit Olivier Blazy. Une perspective si séduisante que le réseau Ethereum, qui porte l’ether, seconde cryptomonnaie mondiale en termes de capitalisation, envisage de l’adopter dans les prochains mois.

Le bit coin serait-il donc condamné ? Rien n’est écrit.  » Le réseau Bitcoin est lui aussi doté de procédures par lesquelles les utilisateurs peuvent réformer son fonctionnement. Pour autant, un changement de cette ampleur est difficile à envisager : les mineurs qui ont prospéré grâce à la preuve de travail, et qui détiennent l’essentiel du pouvoir de vote, n’ont pas intérêt à basculer vers la preuve d’enjeu. De plus, ils ont investi massivement pour acheter des machines spécialisées qui deviendraient inutiles si le bit coin passait à la preuve d’enjeu « , observe encore Jean-Paul Delahaye.

 » On peut aussi envisager une preuve de travail dans laquelle le calcul demandé aurait une utilité réelle, comme simuler le repliement de protéines pour la recherche médicale, mais personne n’a pour l’heure réussi à mettre au point un tel système « , ajoute Olivier Blazy. In fine, la rareté du bit coin pourrait aussi lui valoir le statut d’or numérique, sur lequel seraient adossées d’autres cryptomonnaies plus souples,  » comme les monnaies furent dans le passé indexées sur des réserves d’or « , esquisse Nathalie Janson. Gageons que Satoshi Nakamoto lui-même serait bien en peine de prédire l’avenir de son bébé !

Un nombre fini de bit coins

21 millions : c’est la limite théorique du nombre de bit coins. De fait, si le réseau émet une nouvelle quantité de bit coins toutes les dix minutes, cette quantité est divisée par deux tous les quatre ans.  » On est ainsi passé de 50 bit coins en 2008 à 25, puis à 12,5 et à 6,25 aujourd’hui. Ce mécanisme devrait donc faire plafonner le total à 21 millions de bit coins aux alentours de 2140 « , pointe le mathématicien Jean-Paul Delahaye. Pas de quoi alerter les observateurs.  » Celui qui valide le bloc toutes les dix minutes reçoit non seulement de nouveaux bit coins, mais aussi une commission liée à chaque transaction. Selon une logique de marché, il est probable que plus l’émission de bit coins vase tarir, plus cette commission va s’élever. De sorte que l’incitation à miner devrait être maintenue « , rassure l’informaticien Olivier Blazy.

Mais ce problème semble surtout très abstrait pour une monnaie si jeune, née il y a treize ans à peine.  » D’ici à 2140, les cryptomonnaies, et le monde en général, auront connu d’innombrables évolutions « , glisse Jean-Paul Delahaye.

La cryptographie, au cœur de la cryptomonnaie

En quoi consiste le fameux calcul que les mineurs de bit coin doivent réaliser pour valider un bloc ?

Tout commence par un procédé cryptographique appelé fonction de hachage.  » Cette fonction consiste à prendre un fichier de n’importe quelle taille, ici l’historique des transactions précédentes, et de le convertir en une suite finie de 0 ou de 1 « , explique l’informaticien Olivier Blazy. Grâce à cette opération, la plus infime modification du fichier initial -par exemple une falsification d’un bloc de transactions -induira un changement radical du hash final, très facilement repérable. Histoire de corser l’affaire, et de créer une compétition artificielle pour la validation des blocs, le réseau Bitcoin impose aux mineurs d’ajouter à ce hash (qui encode l’historique des transactions) un suffixe constitué d’une certaine quantité de 0, dont le nombre augmente avec le temps pour accroître la complexité du calcul ; puis de trouver un fichier qui corresponde au nouveau hash.

 » Cet exercice totalement arbitraire oblige les mineurs à procéder à un hachage inverse, c’est-à-dire générer un fichier dont le hash correspondra au résultat attendu. Or, pour réaliser cette opération, il n’existe pas d’autre solution que la force brute : il faut générer aléatoirement le plus grand nombre de propositions jusqu’à trouver par hasard le fichier qui corresponde au hash demandé.

À ce petit jeu, la primauté revient statistiquement à l’utilisateur qui aligne la plus grande puissance de calcul !  » conclut Olivier Blazy.

Le Bitcoin s’effondre sous $60K, le Crash des Cryptomonnaies s’accélère – Explications Par Investing.com

Merci d’essayer une autre recherche

Investing.com – Le et la plupart des autres cryptomonnaies du marché s’affichent en forte baisse ce mardi matin, le BTC/USD testant actuellement le seuil de 60.000$ alors que la mi journée approche, avec pour l’instant un creux à 59.700$, en baisse de 10% environ par rapport au sommet d’hier matin à 66.320$.

L’ perd de son près de 10%, vers 4250$. La plus forte baisse dans le top 10 est affichée par le , avec un recul de plus de 11% depuis hier.

Validation d’une loi défavorable aux cryptomonnaies aux Etats-Unis

Validation d’une loi défavorable aux cryptomonnaies aux Etats-Unis

Parmi les dernières informations importantes à relever en ce qui concerne les cryptomonnaies, on notera que le Sénat et de la Chambre des représentants des États-Unis, ont officiellement validé le projet de loi sur les infrastructures, très critiqué par l’industrie des cryptomonnaies.

Rappelons que cette loi bipartisane vise à financer vise en premier lieu à financer de grands projets d’infrastructure, mais les législateurs en ont profité pour inclure des dispositions qui concernent crypto-monnaies.

Cela concerne par exemple des règles plus strictes pour les entreprises manipulant des cryptomonnaies, et l’élargissement des exigences de déclaration pour les courtiers. Le projet de loi exige qu’à l’avenir, les transactions d’actifs numériques d’une valeur supérieure à 10 000 dollars soient déclarées à l’Internal Revenue Service. Un groupe de sénateurs avait initialement proposé un amendement au projet de loi qui aurait clarifié les exigences de déclaration des crypto-monnaies, mais la proposition n’a pas été approuvée en août.

Soulignons que Pat Toomey a été l’un des rares législateurs à critiquer la loi, la jugeant « trop coûteuse, trop expansive, trop impayée et trop menaçante pour l’économie innovante des crypto-monnaies » et qualifiant l’obligation de déclaration fiscale des crypto-monnaies d' »irréalisable ».

Un rappel de la plus grande menace qui pèse sur les cryptomonnaies

Un rappel de la plus grande menace qui pèse sur les cryptomonnaies

Bien qu’il soit peu probable que la validation de cette loi, qui était anticipée, soit le seul facteur expliquant la chute du Bitcoin et autres cryptomonnaies depuis hier, il est indéniable que cet événement est de nature à raviver les craintes des investisseurs crypto en ce qui concerne une future régulation plus stricte des monnaies numériques, avec à la clé des entraves au développement.

En effet, la majorité des gouvernements du monde entier ont clairement fait savoir leur hostilité aux cryptomonnaies, mais rares sont ceux qui sont réellement passé à l’action. La loi qui vient d’être voté aux Etats-Unis prouve donc que la régulation des cryptos est un sujet qui avance, ce qui a de quoi susciter des craintes chez les investisseurs.

D’ailleurs, un autre rappel de l’hostilité des gouvernements envers les cryptomonnaies a eu lieu pas plus tard que la nuit dernière, la Commission nationale du développement et de la réforme (CNDR), responsable de l’aménagement du territoire en Chine, ayant déclaré mardi, qu’elle continuerait à combattre le mining Bitcoin dans le pays.

Le minage BTC « entraîne une forte consommation d’énergie et des émissions de carbone. Il n’a aucun impact actif sur le développement de l’industrie ou le progrès scientifique », a déclaré mardi Meng Wei, porte-parole de la NDRC, selon des propos rapportés par CNBC.

Enfin, on soulignera que l’on a aussi appris hier soir que la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a ordonné à la société de mining de Bitcoin Marathon Digital Holdings de produire des documents et des communications pour l’une de ses installations minières dans le Montana, ce qui a fait chuter les actions de plus de 27% en clôture.

Twitter (NYSE:) exclut d’investir dans le Bitcoin

Twitter (NYSE:) exclut d'investir dans le Bitcoin

Une autre raison évoquée par la presse spécialisée pour justifier, au moins en partie, la forte chute du Bitcoin depuis hier concerne une déclaration du CFO de Twitter.

Investir dans les crypto-monnaies « n’a pas de sens à l’heure actuelle », a en effet déclaré le directeur financier de Twitter, Ned Segal, selon le Wall Street Journal, soulignant que la société devrait modifier sa politique d’investissement pour détenir des actifs plus volatils, tels que le Bitcoin, dans son bilan.

Sachant que Square (NYSE:), qui est également dirigée et cofondée par Jack Dorsey, CEO de Twitter, qui a publiquement affiché son soutien au Bitcoin et autres cryptomonnaies, les investisseurs avaient peut-être nourri l’espoir de voir Twitter emboiter le pas, d’où la possible déception face aux déclarations du CFO de Twitter.

Seuils à surveiller sur le Bitcoin

Seuils à surveiller sur le Bitcoin

D’un point de vue graphique, on notera que la chute du Bitcoin depuis hier n’est pas encore suffisante pour remettre en question son profil haussier en données journalières.

En revanche, une cassure sous le seuil psychologique majeur de 60.000$ constituerait une alerte baissière à prendre au sérieux. Dans ce cas, le prochain support à surveiller se situera vers 57.500$.

Lire Aussi

Lire Aussi

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Un fonds géant à 2,5 milliards pour faire émerger les cryptomonnaies du futur – Paradigm joue gros

Un futur toujours plus radieux pour les cryptos – Le fonds d’investissement Paradigm, créé en 2013, a largement contribué à la croissance de l’écosystème de la finance décentralisée. Et il semble que ce ne soit qu’un début, car Paradigm va intensifier ses efforts grâce au lancement d’un nouveau fonds d’investissement à l’envergure inédite dans l’écosystème.

Paradigm lance un nouveau fonds de capital-risque crypto pour 2,5 milliards de $

Paradigm lance un nouveau fonds de capital-risque crypto pour 2,5 milliards de $

Le fonds d’investissement Paradigm vient tout juste d’annoncer la création d’un nouveau fonds de capital-risque dénommé Paradigm One d’une valorisation colossale de 2,5 milliards de dollars. Ce fonds a été lancé avec l’objectif de financer la prochaine génération de sociétés cryptos et de finance décentralisée. D’ailleurs, cette annonce est l’occasion pour les deux co-fondateurs de Paradigm de réitérer leur ambition :

« Notre mission chez Paradigm reste inchangée : être le partenaire le plus ancien et le plus utile des entrepreneurs et des communautés crypto. Nous continuerons à incuber des idées. Nous continuerons d’investir dès les premières étapes lorsqu’il n’y a qu’un commencement d’idée. »

Ces deux fondateurs savent ce qu’ils font. En effet, ils ont tous deux fait largement leurs preuves au sein de la cryptosphère. Fred Ehrsam est également cofondateur de l’exchange Coinbase, tandis que Matt Huang est un ancien associé de Sequoia Capital.

Enfin, grâce à cette levée de fonds, Paradigm One détrône le fonds de capital-risque lancé par Andreesen Horowitz (a16z) qui était parvenu à lever 2,2 milliards de dollars.

>> Préparez le prochain bull run de Bitcoin en vous inscrivant dès maintenant sur la plateforme FTX <<

Paradigm se donne les moyens de son ambition d’améliorer la cryptosphère

Paradigm se donne les moyens de son ambition d’améliorer la cryptosphère

On notera qu’il est regrettable que Paradigm n’ait pas détaillé dans son communiqué quels seront les secteurs de la cryptosphère auxquels les fonds seront alloués. Jusqu’ici, Paradigm a essentiellement investi dans des projets crypto tournés vers le Web 3.0. Dès lors, rien de surprenant au fait qu’un quart des sociétés ou des projets présents dans son portefeuille soit axé vers la finance décentralisée.

De plus, le fonds d’investissement a également soutenu des exchanges et des plateformes de prêts et d’emprunts en cryptomonnaies. À ce titre, Paradigm a investi dans Coinbase, Uniswap ou encore FTX. Plus récemment, le fonds a investi dans le protocole de prêt Jet Protocole, basé sur la Blockchain Solana (SOL).

En toute hypothèse, la cryptosphère a de beaux jours devant elle grâce aux milliards de dollars détenus par les fonds d’investissement crypto.

Il n’a jamais été aussi important et urgent qu’actuellement de mieux découvrir, et de s’exposer raisonnablement à Bitcoin et aux cryptomonnaies ! Pour ce faire, le Journal du Coin vous conseille la plateforme FTX. En allant vous inscrire sur cet exchange crypto de référence, une réduction à vie sur vos frais de trading vous attend grâce au lien affilié du JDC.

A l’image de Messi au PSG, le foot passe aux cryptomonnaies

La cryptomonnaie, une pièce de plus dans la machine du foot ? A l’image de Lionel Messi, dont une partie de la rémunération au PSG est versée en jetons numériques, les clubs européens investissent ce nouveau marché, source de revenus additionnels et manière d’impliquer les supporters. La superstar argentine a touché une partie de son premier salaire en « fan tokens » du Paris SG, uniquement sur ce premier mois, pour une valeur d’environ un million d’euros, selon une source bancaire et une autre source proche du club.

Ce paiement unique est le fruit d’un partenariat avec l’entreprise Socios.com qui permet, depuis 2020, aux fans d’acheter ces jetons avec des chiliz, une cryptomonnaie moins connue que le bitcoin ou l’ethereum. Grâce à ces « fan tokens », les supporters peuvent participer à la vie du club sans se rendre au stade, en votant pour choisir le design du rideau entre le couloir des vestiaires et la pelouse, ou la phrase inscrite à l’intérieur du brassard du capitaine par exemple.

L’entreprise a pris une autre ampleur depuis son partenariat entamé avec le PSG en 2018: elle a signé des contrats avec 56 clubs et près d’une centaine d’équipes dans divers sports, selon son président Alexandre Dreyfus, qui espère que le contrat de Messi « lance une mode ». « On espère que dans deux ans, pendant le mercato, un joueur dira : +Oui, je vais rejoindre cette équipe mais ce serait bien qu’elle me propose un million de dollars en fan tokens+ », explique-t-il depuis son bureau à Malte.

Le président de Socios.com en convient, son entreprise a bénéficié de la crise économique qui a suivi la pandémie, lui permettant de multiplier les partenariats. « Certains clubs ont soudainement perdu 50, 70 voire 80% de leurs revenus et se sont dits: +Nous avons des fans partout dans le monde, qu’est-ce qu’on pourrait leur vendre ?+ », poursuit Dreyfus, qui a aussi cofondé l’opérateur de paris sportifs et de poker Winamax.

Une étude du cabinet KPMG montre que plus de quarante contrats de sponsoring maillot ont été signés dans les cinq grands championnats européens depuis le début de la pandémie. Et les cryptomonnaies ont fait une percée remarquée. Selon KPMG, l’Inter Milan a par exemple doublé le revenu lié à son principal sponsor maillot en délaissant le manufacturier Pirelli pour afficher Socios.com sur le torse de ses joueurs.

DigitalBits, autre acteur du secteur de la technologie « blockchain », a pris place sur le maillot de l’AS Rome depuis juillet dernier, après avoir signé un contrat de trois ans (12,4 M EUR) avec le club italien. L’essor du marché de la cryptomonnaie dans le football intervient alors que l’Espagne a interdit aux opérateurs de jeux d’argent de sponsoriser les clubs de foot, ce que le Royaume-Uni envisage de faire. « Ce vide devra être rempli et les +fan tokens+, ou quelque chose qui ne se définit pas comme des jeux d’argent mais qui en sont, devraient être les favoris », analyse Kieran Maguire, maître de conférences en finances du football à l’Université de Liverpool.

Mais certains s’inquiètent que des parieurs curieux s’embarquent dans ce marché sans trop le comprendre, alors même que la valeur des cryptomonnaies est très volatile. Initialement vendu au prix de deux euros, le jeton numérique du PSG a atteint 42,49 euros le 9 août dernier à la veille de la signature de Messi. Mercredi soir, son cours s’établissait à 17,82 euros, selon le site coinmarketcap. « En définitive, ce sont des produits spéculatifs, tempère M. Maguire. Un ami me les a décrit comme des jeux d’argent avec un petit J. »

>> Découvrez 21 millions, la nouvelle newsletter consacrée aux cryptomonnaies de Capital. Décryptages et conseils pour maximiser vos profits en crypto-actifs

« Les clubs visent en fait les supporteurs +non traditionnels+ en se demandant: +est-ce qu’on peut faire de l’argent avec ces nouveaux fans ? », commente M. Maguire. « Manchester United, par exemple, revendique 1,1 milliard de supporters et dégage environ 715 M EUR de chiffre d’affaires, ce qui équivaut à environ 60 centimes par fan, par an », un chiffre qui laisse entrevoir une grande marge de progression, estime-t-il.

>> Notre service – Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à notre plateforme d’achat de vente en ligne partenaire

Mais ces « deux générations différentes » de supporters ne sont pas incompatibles, selon M. Dreyfus, pour qui « elles ne voient simplement pas la même chose ». « Je plaisante souvent en disant que les clubs ne visent pas le gars qui a un tatouage et vit à deux pas du stade. Notre marché est davantage tourné vers les fans en ligne, partout dans le monde et qui, historiquement, consomment le sport différemment de vous et moi », conclut-il.

Période cruciale pour les cryptomonnaies en Inde

Discussions cryptos en Chambre – Le gouvernement et les législateurs indiens semblent vouloir mieux comprendre les cryptomonnaies en vue de les réglementer plutôt que les interdire brutalement. L’industrie crypto indienne a ainsi échangé récemment dans un cadre officiel, avec les autorités du pays.

Inde et cryptomonnaies : une rencontre autour de la nouvelle finance

Inde et cryptomonnaies : une rencontre autour de la nouvelle finance

Le Lok Sabha qui est la chambre basse du Parlement indien, avait publié un avis durant la semaine du 8 novembre 2021, informant de la rencontre entre des fonctionnaires et des acteurs cryptos le 15 novembre 2021. L’avis mentionnait comme ordre du jour l’ « Audition des points de vue des associations/experts du secteur sur le sujet ‘CryptoFinance : Opportunités et Défis ». Il précisait également que la réunion serait dirigée par le Comité permanent des finances du Parlement.

Ce Comité est composé de 30 membres de la chambre basse et haute, avec à sa tête l’ancien ministre d’ d’État aux Finances et ministre d’État à l’Aviation civile, Jayant Sinha.

Du côté des acteurs de l’industrie crypto, le cofondateur et COO de la bourse crypto indienne Unocoin, Harish BV, avait indiqué au media The Block, qu’il serait présent à la réunion et que les membres du Blockchain & Crypto Assets Council (BACC) y seraient invités. On rappelera que le BACC avait remporté la bataille judiciaire contre la Banque de réserve de l’Inde. Ce groupe avait réussi à faire annuler par la Cour suprême en 2020, la décision de la banque centrale d’interdire purement et simplement les cryptomonnaies dans le pays.

Le BACC participe également activement à la réglementation des cryptomonnaies. Il a mis en place en juin 2021, un conseil officiel de supervision d’un code de conduite auto-réglementé, qui prévoit notamment le respect volontaire des normes AML/CFT et KYC, pour les exchanges cryptos membres. Le code comprend également des dispositions sur la fiscalité.

>> Le Bitcoin fluctue, c’est aussi pour ça qu’on l’aime ! Embarquez sur la plateforme de référence FTX <<

Règlementation des cryptomonnaies en Inde : vers une voie médiane ?

Règlementation des cryptomonnaies en Inde : vers une voie médiane ?

Pour le COO de l’exchange Unocoin, cette rencontre reflète la volonté du gouvernement de mieux comprendre l’industrie crypto. Il a souligné qu’il s’agit de la première réunion de ce type depuis 2017. Il a rappelé que le secrétaire spécial du département des Affaires économiques de l’époque du gouvernement, Dinesh Sharma, avait demandé une réunion avec les acteurs cryptos il y a 4 ans.

Le gouvernement semble faire un pas confirmant les nouvelles rapportées par les media sur une réglementation qui encadrerait les cryptomonnaies, sans les interdire pour autant. The Economic Times avait cité une source gouvernementale anonyme, indiquant que le gouvernement pourrait adopter « une voie médiane » sur les cryptomonnaies.

La banque centrale du pays continue cependant d’afficher une position peu favorable aux cryptomonnaies. Le gouverneur de l’institution, Shaktikanta Das, a ainsi déclaré récemment que la banque centrale avait informé le gouvernement de ses préoccupations sur les cryptomonnaies, des inquiétudes qui portent notamment sur la stabilité macroéconomique et financière du pays.

La Banque de réserve de l’Inde semble être le principal obstacle à une plus grande ouverture du pays aux cryptomonnaies. Le gouvernement et les législateurs affichent quant à eux à travers cette réunion, leur volonté d’emprunter une voie modérée quant à l’adoption des cryptomonnaies.

Etats, entreprises, institutions monétaires… C’est désormais toute l’économie dite “traditionnelle” qui se met en ordre de bataille pour profiter des potentialités de Bitcoin et des cryptomonnaies. Et vous ? N’attendez plus pour vous inscrire sur l’exchange crypto de référence FTX. Une réduction à vie de vos frais de trading vous y attend grâce au lien affilié du JDC.

Cryptomonnaies : les victimes de l’arnaque BitConnect vont récupérer 57 millions de dollars

Bitconnect, l’une des plus célèbres fraudes du monde des cryptomonnaies, est parvenu à voler 2 milliards de dollars aux investisseurs en l’espace de deux ans. Plusieurs années après les faits, le procès des administrateurs du site frauduleux arrive à son terme. Les victimes de l’arnaque vont percevoir 57 millions de dollars en guise de compensation. 

En 2016, une entreprise du secteur des cryptomonnaies appelée Bitconnect a vu le jour. La firme proposait une plateforme d’échange de crypto-actifs concurrente de Coinbase, Binance et consorts. L’exchange tirait son épingle du jeu en promettant un programme d’investissement à haut rendement à ses utilisateurs.

Bitconnect garantissait 1% d’intérêt par jour aux investisseurs. Pour investir, la plateforme demandait d’acheter sa propre devise numérique, le BitConnect Coins (BCC), par le biais de dépôts en Bitcoin. Fin 2017, après la hausse fulgurante du Bitcoin et de la plupart des altcoins, un BCC s’échangeait contre 477 dollars et la capitalisation boursière de Bitconnect s’envolait à 3 milliards de dollars.

Les victimes de Bitconnect ont perdu 2 milliards de dollars

Malheureusement pour les investisseurs tombés dans le piège, Bitconnect reposait sur un schéma de Ponzi tout à fait classique. Pour ceux qui ne connaissent pas, une pyramide de Ponzi est une arnaque financière qui promet des rendements importants aux anciens investisseurs grâce aux ajouts financiers des nouveaux venus. “BitConnect a exploité un schéma de Ponzi classique en payant les premiers investisseurs de BitConnect avec l’argent des investisseurs ultérieurs “, explique la justice américaine.

Le 18 janvier 2018, Bitconnect a finalement révélé son vrai visage. Le site web, où reposait l’argent des investisseurs, a fermé sous la pression des autorités de régulation. Tous les actifs de l’entreprise ont été gelés. Le cours du BCC est brutalement tombé à 0. L’affaire est connue comme l’une des plus importantes fraudes du marché des cryptomonnaies.

Sur le même thème : Le cours du Bitcoin s’effondre, plus de 200 milliards de dollars disparaissent du marché

Après la fermeture, tous les utilisateurs ont perdu leur argent. Pendant ses deux années d’activité, Bitconnect s’est en effet emparé de 2 milliards de dollars. Plus de trois ans après les faits, les investisseurs escroqués vont finalement percevoir une compensation. Au terme du procès des administrateurs de Bitconnect, la justice américaine est en effet parvenue à récupérer 57 millions de dollars sur les comptes des accusés. Cette somme sera reversée aux victimes de Bitconnect. Pour réclamer la compensions financière, les victimes américaines sont invitées à remplir un formulaire en ligne. Á l’aune de cette arnaque, on vous conseille de rester prudent lorsque vous investissez sur des monnaies numériques.

Demandez nos derniers articles !

Cryptomonnaies : les autorités font fermer l’une des plus importantes fermes de minage clandestines

Les autorités du Kirghizistan ont récemment fait une jolie découverte. Elles ont en effet mis fin à l’activité d’un groupe de mineurs de cryptomonnaies, qui occupaient illégalement une ferme composée de 2500 rigs. Malgré ses efforts, le pays a bien du…

Bitcoin : qu’est-ce que c’est, comment investir et gagner de l’argent

Vous entendez souvent parler de Bitcoin, de Blockchain et de cryptomonnaie mais vous n’avez aucune idée de comment ça marche ? Vous ne savez pas non plus en quoi consiste une monnaie virtuelle ni ce que ça implique ? C’est le moment de tout savoir sur le Bitcoin et son fonctionnement !

Cryptomonnaies : des pirates attaquent les serveurs d’Alibaba pour miner du Monero

Alibaba est devenue la cible de plusieurs pirates qui utilisent ses serveurs pour miner du Monero. Complètement intraçable, la cryptomonnaie est particulièrement prisée par les hackers. Même constat pour la firme chinoise, qui offre plusieurs fonctionnalités de gestion des données…

Bitcoin : l’Inde va interdire toutes les transactions en cryptomonnaies

L’Inde s’apprête à interdire toutes les transactions en Bitcoin et en cryptomonnaies. Comme la Chine, le gouvernement indien souhaite éviter que les cryptodevises soient utilisées comme moyen de paiement. La détention de crypto-actifs resterait cependant autorisée.  Si certains pays adoptent…

Le cours du Bitcoin s’effondre, plus de 200 milliards de dollars disparaissent du marché

Le cours du Bitcoin, la cryptomonnaie la plus importante et la plus connue au monde, est passé sous la barre des 60 000 dollars mardi, après s’être effondré de plus de 12 % depuis le record de 69 000 dollars atteint…

Le Bitcoin et l’Ethereum sont dans le Top 3 des cryptomonnaies les plus polluantes

  Le Bitcoin et l’Ethereum font partie des cryptomonnaies les plus polluantes. C’est en tout cas ce que révèle la dernière étude baptisée “Global Impact of Crypto Trading” de la plateforme Forex Suggest. Comme vous le savez, les cryptomonnaies sont…

Bitcoin : cette mise à jour améliore la confidentialité et la sécurité de la cryptomonnaie

Bitcoin vient de recevoir une importante mise à jour. Intitulée Taproot, cette mise à niveau très attendue permet d’améliorer la sécurité et la confidentialité des transactions sur la blockchain tout en réduisant le coût des transferts. Surtout, elle facilite la…

Le PDG d’Apple Tim Cook révèle détenir du Bitcoin et de l’Ethereum

Tim Cook, l’actuel PDG d’Apple, détient du Bitcoin et de l’Ethereum. Lors d’une interview, le dirigeant d’entreprise a révélé s’intéresser au secteur des cryptomonnaies à titre personnel depuis quelques temps. En dépit de son intérêt, Tim Cook n’envisage pas d’y…

Le cours du Bitcoin a dépassé les 68 000 dollars, un nouveau record pour la cryptomonnaie

Le cours du Bitcoin vient de passer la barre des 68 000 dollars. Craignant le retour de l’inflation dans le sillage de la pandémie de Covid-19, des milliers d’investisseurs ont investi dans la reine des cryptomonnaies. Après ce nouveau record,…

Elon Musk change son nom sur Twitter et inspire une nouvelle cryptomonnaie

Elon Musk vient de changer son nom sur Twitter pour “Lorde Hedge”. En référence au nouveau nom du milliardaire, des internautes ont lancé une nouvelle cryptomonnaie sur la blockchain Ethereum, le EdgeElon. Les créateurs du token espèrent récolter des bénéfices en…

Top 5 des Cryptomonnaies qui affichent le plus fort rebond depuis le crash Par Investing.com

Merci d’essayer une autre recherche

CryptomonnaiesIl y a 15 heures (18/11/2021 03:33)

Investing.com – Bien que le ait toujours du mal à regagner durablement le seuil de 60.000$ suite au crash de mardi, le vert domine le marché des cryptomonnaies ce jeudi matin. Le BTC affiche en effet un gain de près de 2% sur 24h au moment de la rédaction de cet article, à 60.400$. L’Ethereum de son côté rebondit de plus de 4% depuis hier, à 4300$.

Cependant, les deux plus importantes cryptomonnaies ne sont pas celles qui affichent la meilleure performance ce jeudi. En effet, d’autres cryptos affichent des hausses bien plus amples depuis hier. Nous les avons repérées et listées ci-dessous pour vous, en limitant notre recherche au Top 100 Crypto.

1 –

1 –

2 –

2 –

La hausse de Crypto.com Coin a profité, en plus du rebond, de l’annonce d’un partenariat de 20 ans pour renommer le Staple Center de Los Angeles, qui accueille de nombreuses manifestations sportives, en « Crypto.com Arena ».

3 –

3 –

4 –

4 –

5 –

5 –

Lire Aussi

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Cryptomonnaies : les autorités font fermer l’une des plus importantes fermes de minage clandestines

Les autorités du Kirghizistan ont récemment fait une jolie découverte. Elles ont en effet mis fin à l’activité d’un groupe de mineurs de cryptomonnaies, qui occupaient illégalement une ferme composée de 2500 rigs. Malgré ses efforts, le pays a bien du mal à contenir l’arrivée massive des mineurs qui fuient les restrictions drastiques de la Chine.

Depuis que la Chine a rendu illégal le minage de cryptomonnaies sur son territoire, les concernés cherchent refuge dans les pays d’Asie centrale et du Sud-Est. Avec leurs prix avantageux sur la consommation d’électricité et leur proximité géographique, ces derniers sont devenus le véritable El Dorado du Bitcoin et autres devises virtuelles. La République du Kirghizistan en fait partie et s’efforce depuis de monitorer l’activité de ses chercheurs d’or d’un nouveau genre.

Si dans ce petit pays le minage n’est pas interdit, il est surveillé de près et ceux qui ne se conforment pas aux règles sont traqués et sanctionnés. C’est ainsi que des fermes clandestines sont régulièrement retrouvées et fermées par le Comité d’État pour la sécurité nationale (GKNB). Récemment, ce dernier a fait une très jolie prise. Au terme de son enquête, l’organisme a mis la main sur une ferme secrète composée de 2500 rigs de minage.

Une ferme de 2500 rigs de minage fermée lors d’une opération coup de poing

Une ferme de 2500 rigs de minage fermée lors d’une opération coup de poing

C’est dans une serre que les mineurs ont décidé d’installer leur équipement. D’après le rapport des autorités, ces dernières ne sont pas de nationalité kirghiz. Leur origine exacte n’a pas été précisée et tous n’ont pas encore été démasqués. Le communiqué indique en revanche que la ferme de minage « a causé des dommages colossaux aux réseaux électriques du Kirghizistan ». Le GKNB cherche désormais à évaluer précisément la perte engendrée par le data center illégal.

Sur le même sujet : Bitcoin — des policiers découvrent une ferme de minage à la place d’un trafic de cannabis

Au Kirghizistan et dans les pays voisins, l’arrivage massif de mineurs de cryptomonnaies a déjà causé des pénuries d’électricité. Une étude d’octobre dernier a révélé que le gouvernement local a augmenté le prix de l’énergie pour les entreprises de minage. Nul doute que ces mesures poussent encore certains à tenter de passer sous le radar.

Demandez nos derniers articles !

Cryptomonnaies : les victimes de l’arnaque BitConnect vont récupérer 57 millions de dollars

Bitconnect, l’une des plus célèbres fraudes du monde des cryptomonnaies, est parvenu à voler 2 milliards de dollars aux investisseurs en l’espace de deux ans. Plusieurs années après les faits, le procès des administrateurs du site frauduleux arrive à son terme. Les…

Bitcoin : qu’est-ce que c’est, comment investir et gagner de l’argent

Vous entendez souvent parler de Bitcoin, de Blockchain et de cryptomonnaie mais vous n’avez aucune idée de comment ça marche ? Vous ne savez pas non plus en quoi consiste une monnaie virtuelle ni ce que ça implique ? C’est le moment de tout savoir sur le Bitcoin et son fonctionnement !

Cryptomonnaies : des pirates attaquent les serveurs d’Alibaba pour miner du Monero

Alibaba est devenue la cible de plusieurs pirates qui utilisent ses serveurs pour miner du Monero. Complètement intraçable, la cryptomonnaie est particulièrement prisée par les hackers. Même constat pour la firme chinoise, qui offre plusieurs fonctionnalités de gestion des données…

Bitcoin : l’Inde va interdire toutes les transactions en cryptomonnaies

L’Inde s’apprête à interdire toutes les transactions en Bitcoin et en cryptomonnaies. Comme la Chine, le gouvernement indien souhaite éviter que les cryptodevises soient utilisées comme moyen de paiement. La détention de crypto-actifs resterait cependant autorisée.  Si certains pays adoptent…

Le cours du Bitcoin s’effondre, plus de 200 milliards de dollars disparaissent du marché

Le cours du Bitcoin, la cryptomonnaie la plus importante et la plus connue au monde, est passé sous la barre des 60 000 dollars mardi, après s’être effondré de plus de 12 % depuis le record de 69 000 dollars atteint…

Le Bitcoin et l’Ethereum sont dans le Top 3 des cryptomonnaies les plus polluantes

  Le Bitcoin et l’Ethereum font partie des cryptomonnaies les plus polluantes. C’est en tout cas ce que révèle la dernière étude baptisée “Global Impact of Crypto Trading” de la plateforme Forex Suggest. Comme vous le savez, les cryptomonnaies sont…

Bitcoin : cette mise à jour améliore la confidentialité et la sécurité de la cryptomonnaie

Bitcoin vient de recevoir une importante mise à jour. Intitulée Taproot, cette mise à niveau très attendue permet d’améliorer la sécurité et la confidentialité des transactions sur la blockchain tout en réduisant le coût des transferts. Surtout, elle facilite la…

Le PDG d’Apple Tim Cook révèle détenir du Bitcoin et de l’Ethereum

Tim Cook, l’actuel PDG d’Apple, détient du Bitcoin et de l’Ethereum. Lors d’une interview, le dirigeant d’entreprise a révélé s’intéresser au secteur des cryptomonnaies à titre personnel depuis quelques temps. En dépit de son intérêt, Tim Cook n’envisage pas d’y…

Le cours du Bitcoin a dépassé les 68 000 dollars, un nouveau record pour la cryptomonnaie

Le cours du Bitcoin vient de passer la barre des 68 000 dollars. Craignant le retour de l’inflation dans le sillage de la pandémie de Covid-19, des milliers d’investisseurs ont investi dans la reine des cryptomonnaies. Après ce nouveau record,…

Elon Musk change son nom sur Twitter et inspire une nouvelle cryptomonnaie

Elon Musk vient de changer son nom sur Twitter pour “Lorde Hedge”. En référence au nouveau nom du milliardaire, des internautes ont lancé une nouvelle cryptomonnaie sur la blockchain Ethereum, le EdgeElon. Les créateurs du token espèrent récolter des bénéfices en…

Le prix du Dogecoin risque de chuter à 0,18 $ | Cryptomonnaie

Le prix du Dogecoin, comme la plupart du marché des crypto-monnaies, a connu une forte baisse ces derniers jours. Mais contrairement à la plupart des altcoins, Dogecoin est confronté à une baisse de prix imminente.

Le prix de Dogecoin pourrait chuter à 0,18 $, il pourrait chuter de plus de 75 % à 0,08 $

Le prix de Dogecoin pourrait chuter à 0,18 $, il pourrait chuter de plus de 75 % à 0,08 $

Le prix du Dogecoin est à un tournant. Une clôture à ou en dessous de la zone de 0,23 $ entraînerait probablement un mouvement rapide vers le niveau de 0,18 $. À partir de ce moment, Dogecoin porte le plus grand risque de baisse.

Un examen du profil de volume de 2021 montre une fourchette de négociation extrêmement étroite comprise entre 0,18 $ et 0,08 $ – il n’y avait pratiquement pas de négociation entre ces niveaux de prix. Ceci est inquiétant car le prix traite ces faibles niveaux de volume comme un vide. En d’autres termes, si le prix de Dogecoin est tombé en dessous de 0,18 $, il sera probablement « aspiré » dans le vide de volume gratuit vers le prochain nœud à volume élevé. Le prochain nœud à haut volume n’apparaît qu’entre 0,08 $ et 0,09 $.

Malgré les nouvelles optimistes d’un prochain satellite lunaire entièrement financé par Dogecoin et baptisé DOGE-1, le prix de Dogecoin a suscité peu d’intérêt. Cela peut être vu en regardant les oscillateurs. L’indice composite est à un angle où il tombera bientôt en dessous de ses moyennes mobiles. De plus, l’indicateur de force relative est supprimé du premier niveau de surachat du marché baissier de 55.

Graphique Ichimoku journalier DOGE/USDT

Le prix du Dogecoin a du mal à invalider toute perspective baissière à court terme. En raison du profil de volume, il est plus facile pour Dogecoin d’aller plus bas que plus haut. Dogecoin doit également clôturer au-dessus de tous les niveaux d’Ichimoku sur le graphique hebdomadaire pour revenir à un marché haussier pur. Cela ne se produira que si Dogecoin peut se mobiliser et s’approcher d’au moins 0,38 $.

Le bitcoin à la peine après les nouvelles attaques de la Chine contre le minage

La principale agence de planification chinoise a annoncé les détails de sa suppression de crypto-monnaie le mardi 16 novembre. Les deux principales monnaies virtuelles, le bitcoin et l’éther, se sont immédiatement effondrées.

La Chine a détaillé son plan d’attaque de minage de crypto-monnaie le mardi 16 novembre, qui a immédiatement réduit le bitcoin de près de 7% à 60 889 $, rapporte CNN Business.

Meng Wei, porte-parole de la principale agence de planification économique de Pékin, a déclaré à Pékin que l’extraction de crypto-monnaies « consomme beaucoup d’énergie », « bloque beaucoup d’émissions de CO2 » et est « extrêmement nocive » pour l’économie. , a annoncé une suppression « à grande échelle » du minage de crypto-monnaie », décrit en détail la chaîne économique de la chaîne américaine.

La Chine a « donné plus de détails sur la façon dont elle entend tenir sa promesse de démanteler les mines de crypto-monnaie », a déclaré Caixin, un portail économique chinois. Qui rapporte les déclarations de Meng Wei :

Le développement aveugle et désordonné des [fermes de Bitcoin] a un impact négatif sur le développement économique et social, les économies d’énergie et la réduction des émissions.

« La prochaine phase de répression se concentrera sur l’exploitation minière à l’échelle industrielle et l’implication des pouvoirs publics. » Les exploitations minières doivent payer un prix élevé pour l’électricité et ne peuvent plus abuser des tarifs énergétiques préférentiels pour les écoles et autres services publics.

Un fossé énergétique

Un fossé énergétique

L’extraction de monnaies virtuelles est une activité énergivore, « tant en termes de quantité d’électricité consommée que de matériel informatique nécessaire » pour effectuer des calculs cryptographiques et éviter la surchauffe des ordinateurs, ajoute le magazine chinois.

En mai, la Chine a annoncé son intention d’interdire l’extraction et le commerce de crypto-monnaies. En septembre, l’agence de planification et dix autres agences gouvernementales ont promis de « éliminer progressivement les fermes de crypto-monnaie ».

Jusque-là, la Chine était l’eldorado des bitcoins, « selon une étude publiée en avril par la revue scientifique Nature Communications, le monde représentait plus de 75 % du minage de bitcoins », a rapporté CNN.

Mardi, après l’annonce, « la valeur du bitcoin a chuté de plus de 7% » et la valeur de l’éther de 8%, atteignant « le niveau le plus bas en deux semaines ».

Tim Cook s’intéresse à la cryptomonnaie, sa société un peu moins

La crypto-monnaie est omniprésente dans l’actualité technologique. Qu’il s’agisse de Bitcoin, Dogecoin, ou de toute autre devise, ce sujet est abordé régulièrement. Si Elon Musk ne lésine pas sur les détails sur le sujet, Tim Cook s’est fait beaucoup plus discret malgré avoir affirmé s’y intéresser « de temps en temps ».

Dans une interview accordée au Times, Apple PGD, évalué à plus de 1,4 milliard de dollars, a déclaré qu’il était « raisonnable » d’avoir la crypto-monnaie « dans un portefeuille diversifié ». Une déclaration prudente qui ne précisera pas, contrairement au PDG de Tesla, la nature des crypto-monnaies détenues.

Apple s’y intéresse de loin.

Apple s'y intéresse de loin.

De son côté, la société n’a pas l’intention d’accepter le paiement de ses marchandises en crypto-monnaie dans un avenir proche. De même, la société basée à Cupertino ne veut pas acheter avec son cash, contrairement à ce qu’a fait Tesla. Lors de l’entretien, on lui a demandé si Apple Pay intégrerait la crypto-monnaie comme son concurrent PayPal. Évitant toute réponse, cependant, Cook a déclaré qu’il y avait « d’autres choses sur lesquelles nous enquêtions » sans donner aucun détail.

Bien que la déclaration de Steve Jobs, « Les gens doivent savoir dans quoi ils s’embarquent et qu’on leur demande leur consentement à plusieurs reprises dans un langage simple », visait principalement à protéger la vie privée, ce qui a fait une grande différence. la première partie de la déclaration peut également faire référence à la politique générale de l’entreprise.

Au moins, le point de vue du PDG actuel est assez clair et va clairement dans cette direction : « Je ne pense pas que les gens achètent des actions Apple pour s’exposer aux crypto-monnaies », a-t-il déclaré. Par conséquent, nous ne devrions pas nous attendre à ce que Bitcoin frappe le monde Apple avec un bang dans un proche avenir de toute façon.

Article de CNET.com adapté par CNETFrance

Rejoindre la conversation

Rejoindre la conversation

La crypto Genopets (GENE) explose de 40.000% ! Est-ce une arnaque ? Par Investing.com

Veuillez essayer une autre recherche

Crypto-monnaie il y a 3 heures (18/11/2021 14:06)

Investing.com – La crypto-monnaie Genopets est sans aucun doute récemment apparue sur le radar de nombreux commerçants, avec une hausse phénoménale jeudi pour son lancement. Selon les données de Coinmarketcap, Genopets (GENE) est passé d’environ 0,0044 $ ce matin à un sommet historique de plus de 18 $ en début d’après-midi, soit une augmentation de plus de 40 000% !

Sans surprise, cela en fait la crypto-monnaie la plus performante sur l’ensemble du marché au cours des dernières 24 heures.

Et contrairement aux autres crypto-monnaies que nous avons mentionnées récemment, comme ou, des informations intéressantes peuvent être notées sur les Genopets.

Qu’est-ce que Genopet (GENE) ?

Qu'est-ce que Genopet (GENE) ?

Selon le Livre blanc sur la crypto-monnaie, Genopets est une blockchain basée sur le jeu vidéo mobile NFT. Les Genopets utilisent les données des appareils de suivi de l’activité physique, tels que les montres connectées.

Concrètement, plus les joueurs sont physiquement actifs dans la vraie vie, plus ils gagnent de points d’expérience dans le jeu Genopets. Les joueurs peuvent alors décider de participer à des activités dans le jeu qui offrent un gain financier grâce aux NFT.

Le jeu Genopets consiste à prendre soin de votre Genopet personnel, une bête à l’esprit numérique NFT, afin qu’il évolue.

En se connectant à leur téléphone ou appareil mobile, les utilisateurs sont récompensés pour leur participation à des activités physiques. Ces récompenses s’accumulent sous forme de jetons $ KI qui vous permettent de faire évoluer vos animaux, de cristaux alchimiques, de créer de nouveaux habitats et de participer à des batailles.

Les développeurs affirment que le jeu emprunte des éléments du jeu Tamagotchi des années 90, dans lequel les joueurs devaient exécuter leur animal de compagnie virtuel porte-clés, ainsi que « entraîner et combattre » le Pokémon.

« Genopets combine les soins et le développement de Tamagotchi avec l’entraînement et le combat de Pokémon dans des minipiles asynchrones. »

Dans Genopets, les joueurs peuvent explorer le Genoverse, débloquer des royaumes incroyables, créer des objets et affronter d’autres joueurs au combat.

Pourquoi la crypto Genopets explose-t-elle ce jeudi ?

Pourquoi la crypto Genopets explose-t-elle ce jeudi ?

Quant au boom haussier d’aujourd’hui, il convient de noter que la crypto-monnaie est disponible dans l’échange de crypto-monnaie FTX depuis aujourd’hui, suite à une annonce faite hier soir.

Le compte Twitter officiel de Genopets (NYSE 🙂 a également discuté de la liste sur d’autres plateformes aujourd’hui :

Cette liste des GENO sur plusieurs plateformes depuis le lancement de la crypto-monnaie semble donc avoir joué un rôle dans la hausse.

De plus, il faut avouer que le concept de Genopets est innovant, et qu’il lui permet de naviguer idéalement dans la vague du NFT. On rappellera également que Genopets a collecté 8,3 millions d’euros auprès de Konvoy Ventures et Pantera Capital en octobre, ce qui inspire confiance.

De plus, les fondateurs sont clairement identifiés sur le site de crypto-monnaie, qui a publié un livre blanc complet, passant ainsi les premiers filtres « anti-arnaque ».

De là à justifier l’augmentation de 40.000% de cette crypto-monnaie, il y a cependant un écart que l’on ne risquera en aucun cas de franchir.

Lire aussi

Lire aussi

Responsabilité : Fusion Media tient à vous rappeler que les données contenues sur ce site Web ne sont pas nécessairement en temps réel ou exactes. Tous les CFD (actions, indices, contrats à terme) et les prix du Forex ne sont pas fournis par les bourses mais plutôt par les teneurs de marché, et donc les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer du prix réel du marché, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et ne conviennent pas à des fins commerciales . C’est pourquoi Fusion Media n’assume aucune responsabilité pour les pertes commerciales que vous pourriez subir en raison de l’utilisation de ces données.

Fusion Media ou toute personne impliquée avec Fusion Media n’acceptera aucune responsabilité pour les pertes ou dommages résultant de la confiance accordée aux informations, y compris les données, les citations, les lettres et les signaux d’achat/vente contenus sur ce site Web. Veuillez être pleinement conscient des risques et des coûts associés au trading sur les marchés financiers, c’est l’une des formes d’investissement les plus risquées possibles.

Le prix MATIC déclenchera bientôt un rallye de retour de 25% | Cryptomonnaie

Le prix du MATIC a baissé depuis le 29 octobre et se rapproche rapidement du milieu de la fourchette de négociation. Un rebond de cette baisse devrait pousser Polygon à la hausse.

Tarif MATIC sur le lieu de départ ou d’arrêt

Le prix du MATIC a chuté d’environ 21 % entre le 29 octobre et son niveau actuel, à 1,63 $. Cette chute est revenue à la fourchette commerciale de 1,05 $ à 1,80 $. La retraite qui a commencé le 29 octobre a poussé Polygon à réessayer le point médian à 1,42 $, mais cela n’a pas été le cas.

La hausse prématurée a fait grimper le prix du MATIC de 16 % et semble prête à une légère baisse avant de se lancer dans une hausse.

L’indice de force relative (RSI) est la principale raison de ce biais à la hausse. Cet indicateur a produit environ six plus hauts inférieurs, qui peuvent être reliés par une ligne de tendance pour révéler une barrière de résistance en pente. Cette baisse de l’indicateur technique suggère qu’il est prêt pour une cassure haussière.

Si ce mouvement se produisait, le prix MATIC connaîtrait une augmentation significative de la pression d’achat qui le propulserait au-delà de la fourchette haute à 1,80 $ et marquerait la barrière de résistance à 2,06 $. Cette augmentation signifierait une augmentation de 25 %.

Alors que les choses semblent bonnes pour le prix MATIC, une ventilation du point médian à 1,42 $ indiquera que Polygon se dirige vers une phase de remise. Si un retour rapide au-dessus de 1,42 $ n’est pas obtenu, cela indiquera que la baisse pourrait s’étendre à la zone de demande immédiate de 1,15 $ à 1,24 $.

Ici, les acheteurs peuvent commencer la récupération. Cependant, une clôture journalière en dessous de 1,15$ invalidera la thèse haussière et provoquera une correction en bas du range à 1,05$.

Un ado ontarien arrêté pour avoir fraudé 46 M$ en cryptomonnaie

Un adolescent de la région de Hamilton a été arrêté mercredi pour avoir fraudé plus de 46 millions de dollars en crypto-monnaie.

• Lire aussi : Bitcoin dépasse 68 000 $

Le service de police de Hamilton a travaillé avec le Federal Bureau of Investigation (FBI) pour retrouver le jeune homme qui a reçu la grosse somme d’argent grâce à une inversion de carte SIM, une forme connue de fraude.

« L’enquête conjointe a révélé qu’une partie de la crypto-monnaie volée a été utilisée pour acheter un nom d’utilisateur en ligne qui était considéré comme rare dans une communauté de jeux vidéo », a déclaré un communiqué de la police. « Cette transaction a conduit les enquêteurs à découvrir le titulaire du compte. »

Le service de police a déclaré à CTV News que l’affaire était la plus grande arnaque à une seule personne de l’histoire du Canada.

VOIR ÉGALEMENT

VOIR ÉGALEMENT

Le minage de la crypto Ethereum atteint des niveaux historiques

Il n’y a pas de répit pour les mineurs d’Ethereum en ce moment, début novembre 2021. La puissance de calcul mondiale allouée au minage de cette crypto-monnaie a battu des records.

850 billions de hachages par seconde. C’est la puissance de calcul vertigineuse qui est maintenant affectée dans l’exploitation de la crypto-monnaie Ethereum dans le monde. Pour donner une idée, la carte graphique RTX 3070 Ti propose un hashrate de 80 MH/s (qui descend à 40 Mh/s dès que le système anti-minage est activé). Qu’il suffise de dire, alors, que l’extraction d’éther occupe le monde et les machines en ce moment.

Mais pourquoi la puissance de calcul (ou hashrate) attribuée à l’extraction d’éther a-t-elle monté en flèche ces derniers temps ? Cela est en partie dû au fait que le prix des crypto-monnaies bat également des records en ce moment. Le 2 novembre 2021, il atteignait un plus haut historique, atteignant 4 584 $ (environ 3 960 €).

Ethereum bat des records

Ethereum bat des records

Il est vrai qu’on est encore loin du prix du bitcoin, qui a également battu tous les records en octobre 2021, franchissant momentanément le seuil des 66 000 dollars. Mais c’est bien au-dessus du troisième crypto le plus élevé en ce moment, Binance Coin, qui est actuellement à 547 $.

Évidemment, puisque les mineurs d’Ethereum sont payés en Ethereum, plus cela vaut, plus leur travail est rentable. Comme l’a révélé le magasin The Block, ils ont empoché 1,85 milliard de dollars de revenus le mois dernier, dépassant les mineurs de bitcoins dans ce classement pour le sixième mois consécutif.

Alors que Bitcoin attire beaucoup l’attention, les passionnés de cryptographie savent qu’Ethereum a également connu une excellente année. Malgré un creux en juillet (période durant laquelle son prix est tombé à 1 900 dollars), son prix a été multiplié par six en un an.

« un pas en avant » vers la preuve d’intérêt

"un pas en avant" vers la preuve d'intérêt

On vous en parlait il y a quelques mois, Ethereum est aussi en train de mener une transition à grande échelle qui devrait le faire basculer vers la preuve d’enjeu, un mode de fonctionnement censé consommer 99% moins d’énergie que le système. travail sur lequel repose notamment le bitcoin. Et le fait est que cette transition semble très avancée. La semaine dernière, le lancement réussi de la mise à jour Altair a rapproché la base Ethereum de son objectif ultime.

Le coordinateur de l’équipement de développement du protocole Ethereum, Tim Beiko, a confirmé à CNBC que cette mise à jour était un « pas en avant » majeur vers la migration d’Ether vers la preuve d’enjeu. Il reste encore de nombreuses étapes à franchir avant cela : la transition complète n’est attendue qu’en 2022. Mais ces petites étapes successives sont potentiellement un signe rassurant pour les investisseurs en crypto.

Avalanche a gagné 25 % en une semaine alors que les autres cryptomonnaies ont dégringolé

Le marché des crypto-monnaies a connu une semaine difficile. Près de 300 milliards de dollars d’une valeur marchande totale ont été anéantis dans les jours qui ont suivi le retrait d’importantes sommes par les investisseurs à des niveaux records récents. Mais une crypto-monnaie a évité cette tendance. Le jeton avax d’Avalanche a augmenté de plus de 20 % depuis la semaine, le bitcoin enregistrant une perte d’environ 9 % et son concurrent direct l’éther de 11 %. Selon CoinMarketCap, les crypto-monnaies des réseaux Cardano et Solana ont chuté d’environ 13%.

Le catalyseur d’Avalanche a été le partenariat du développeur Ava Labs avec le cabinet d’audit Deloitte, que le PDG Emin Gün Sirer a révélé sur Twitter le mercredi 17 novembre. Avax a culminé à environ 110 $ sur Binance jeudi. « Ava Labs est heureux d’annoncer son partenariat avec Deloitte pour créer des plateformes de secours en cas de catastrophe plus efficaces en utilisant la blockchain Avalanche », a tweeté Emin Gün Sirer, fondateur d’Avalanche.

& gt; & gt; Investissez dans les crypto-monnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à la plateforme d’achat et de vente en ligne Coinhouse

Les services de gestion de crise de Deloitte construiront une plateforme de gestion des créances sur la blockchain Avalanche, selon le communiqué du cabinet d’audit. Le service « Close as You Go » simplifiera les demandes d’indemnisation des victimes de catastrophes naturelles.

« La nouvelle plate-forme offre aux autorités nationales et locales un système décentralisé, peu coûteux et totalement immuable qui permet aux donateurs et aux bénéficiaires de l’aide, tout en utilisant la transparence de la blockchain pour réduire la fraude, le gaspillage et les abus », a tweeté Emin Gün Sirer d’Ava Labs. .

Le fait qu’un grand cabinet de conseil s’attaque à la technologie blockchain montre à quel point le monde numérique est répandu. Deloitte est l’une des quatre plus grandes sociétés d’audit au monde, avec PricewaterhouseCoopers (PwC), Ernst & amp; Jeune chez KPMG.

« Ces efforts combinent la vitesse, la résilience et la flexibilité d’Avalanche et la connaissance des sociétés Fortune 100 de Deloitte », a tweeté Emin Gün Sirer.

Avalanche est l’un des nombreux blocs concurrents d’Ethereum, offrant des capacités de contrat intelligent qui sont un élément clé du financement décentralisé, car elles permettent à deux parties d’exécuter automatiquement une transaction sans intermédiaire lorsque certains critères sont remplis.

Sa crypto-monnaie Avax est l’une des meilleures depuis le début de l’année, avec plus de 3 000 % de profit pour Solana, qui a augmenté d’environ 14 000 %, contre environ 100 % de profit pour le bitcoin. .

Version originale : Camomille Shumba / Insider

Lire aussi – Le milliardaire de crypto-monnaie Sam Bankman-Fried pense que Solana est meilleur qu’Ethereum

Cryptomonnaie : le bitcoin atteint un nouveau record historique

Bitcoin a franchi une nouvelle étape mercredi, dépassant les 66 000 $, son plus haut niveau depuis son lancement en 2009, après des mois de fluctuation. Un pas de plus vers la démocratisation.

Bonne nouvelle pour les investisseurs. Le prix du bitcoin s’est envolé mercredi 20 octobre à plus de 66 000 dollars, dopé par le lancement à Wall Street d’un produit financier lié à la crypto-monnaie. Une étape historique pour sa démocratisation.

La crypto-monnaie, qui s’échangeait à moins d’un dollar il y a 12 ans, a culminé lors de la cotation à 66 273 $ vers 14h GMT (16h à Paris), en hausse de plus de 50% sur le mois et de plus de 450% sur l’année.

Bitcoin profite depuis un mois du lancement de son premier fonds indiciel (ETF) lié au prix à la Bourse de New York, dont les négociations ont débuté mardi : les investisseurs espèrent que le nouveau fonds pourra entrer sur le marché des crypto-monnaies grâce à ce nouveau produit financier réglementé.

La première séance de négociation a semblé être un succès, car l’ETF a réalisé 24,4 millions de transactions et a fini en nette hausse.

« Cela prouve qu’il existe un fort appétit pour l’exposition au bitcoin », a commenté Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets, qui a toutefois noté que cet achat d’ETF ne représente pas un investissement direct dans le bitcoin.

En achetant des actions de ce nouvel ETF, les investisseurs ne parieront pas directement sur le bitcoin. Leur argent sera placé dans des contrats à terme liés au bitcoin.

L’aspect indirect de ce placement est fondamental aux yeux du régulateur américain du marché, la SEC, qui met régulièrement en garde contre la volatilité importante du bitcoin.

Les régulateurs peinent à se positionner sur le sujet des crypto-monnaies, dont les réseaux décentralisés sont difficiles à contrôler.

De nombreux grands noms de la technologie et de la finance à Wall Street, en revanche, ont annoncé de nouveaux projets liés à la crypto-monnaie au cours des douze derniers mois.

Il y a un an, le 21 octobre 2020, le géant des paiements en ligne Paypal lançait une hausse des prix en lançant un service d’achat, de vente et de paiement de crypto-monnaie.

TEMOIGNAGES. Cryptomonnaies : étrangers au monde de la finance, ils se passionnent pour cette « révolution fina

Bitcoin a été enregistré pour la dernière fois en octobre, évalué à 53 000 euros. Le système de crypto-monnaie et les succès étoilés qu’il promet attirent les investisseurs amateurs.

Caroline ne pouvait pas se signer. « Je n’étais pas du tout destiné à m’intéresser au monde des crypto-monnaies : je n’avais pas de formation financière, j’ai toujours été nul en mathématiques… J’ai aussi fait un bac en lettres », s’exclame cet animateur du Loiret. Onze mois après avoir commencé à investir une partie de ses économies dans des actifs numériques, Caroline s’est tournée vers des mots qui pourraient créer un dilemme inconnu. « Récemment, je me suis intéressé aux jeux vidéo à trouver, ou encore DeFi, le fonds omniprésent. J’aime beaucoup connaître les astuces, les shitcoins… Il y a tellement de choses à apprendre ! » Passionnée d’une trentaine d’années, qui a désormais cédé son entreprise à des services privés.

Alors que le bitcoin enregistrait un nouveau record (environ 59 000 euros bitcoin), mardi 9 novembre, de nombreuses personnes intéressées ont rejoint les rangs des crypto-amateurs alors qu’elles n’avaient jamais pensé qu’elles seraient intéressées un jour par la gestion d’actifs numériques.

Employé indépendant dans le monde de l’informatique, Nuwan a profité de la baisse constante des prix du bitcoin en 2019 pour en savoir plus sur le fonctionnement des crypto-monnaies. « Je cherchais un moyen de faire fructifier mon stock sans toucher à quoi que ce soit qui était la bourse : dans mon esprit, c’était un monde qui mettait 10 ans à investir pour devenir rentable et nécessitait le recours à de nombreux médiateurs, comme des courtiers. L’habitant des Yvelines de 34 ans.

Comme Caroline, Nuwan a menti sur ses recherches dans sa règle subordonnée : la blockchain – la technologie répandue qui fait fonctionner les crypto-monnaies – est la première pierre angulaire d’une révolution économique majeure. « Plus je désespère, plus je vois cela comme une révolution économique naissante », a déclaré Nuwan.

« Échange libre, confidentiel, à l’abri des gouvernements et des institutions financières qui peuvent dévaluer l’argent quand ils le veulent… »

Nuwan, l’investisseur des crypto-monnaies

Satisfait, Nuwan a acheté ses premiers cryptos à la rentrée 2019, pour entre 10 000 et 15 000 euros. Son premier investissement, il s’est principalement concentré sur deux monnaies numériques avec une majuscule : bitcoin et ethereum.

Depuis ses premiers pas, il a investi de l’argent équivalant à « quatre à cinq fois » son total précédent. Sa démarche est également ressortie beaucoup : « Aujourd’hui, j’ai pris connaissance des différentes innovations créées autour du secteur des crypto-monnaies, comme les jeux vidéo ou le métaverse et j’essaie de miser sur ceux qui sont capables d’être des leaders dans leur domaine. ».

Caroline et Nuwan n’avaient probablement jamais imaginé il y a quelques mois qu’elles passaient des heures à chercher des nouvelles avant d’investir dans leurs actifs numériques, mais aucun d’eux ne regrette son choix. « Je suis l’actualité de la rubrique en journée sur Twitter, en discutant avec des journalistes professionnels, des influenceurs… Le soir, j’assiste souvent aux réunions voix Discord pour discuter avec d’autres investisseurs amateurs et échanger des conseils », énumère l’ancien chef d’entreprise du Loiret.

« La première chose que je fais quand j’ouvre les yeux le matin, c’est de regarder mon téléphone pour voir la valeur de mes actifs ! (…) Mon mari, qui s’est lancé dans les cryptos en 2018, a appris à en parler. C’est beaucoup aujourd’hui! »

Caroline, investisseur en crypto-monnaie

La demoiselle ne veut pas s’arrêter de sitôt : après avoir acheté quelques crypto-monnaies achetées à titre privé et revendues des NFT (certificat d’identification numérique pour contenu en ligne, également basé sur la technologie blockchain) durant l’été, la valeur de ses actifs avoisine les 10.000 euros. Loin des vrais 750 euros investis en douze mois.

Si Guillaume* est monté dans la voiture bitcoin, c’est pour des raisons politiques. « J’avais une très mauvaise image du système bancaire et des marchés financiers, qui à mon avis conduisaient le monde dans une direction inégale », a déclaré le Parisien de 39 ans, devenu chef de projet informatique après avoir travaillé pour un ingénieur. attendre.

« A l’époque, je ne faisais rien de mes économies : je ne voulais pas mettre mon argent ailleurs que sur mon cahier A. Prêter mon argent aux banques pour acheter des actions, je déteste faire ça. »

Guillaume, investisseur en crypto-monnaie

« Intéressé » par le fonctionnement généralisé des crypto-monnaies qui se contentent de la « promesse que le bitcoin sera la monnaie en ligne », le trentenaire a dépensé 630 euros pour acquérir trois bitcoins en mars 2015… et passe à autre chose. « A cette époque, nous n’avions besoin d’aucune devise en particulier. J’ai donc regardé un peu la valeur du bitcoin et je n’y ai touché qu’en février 2021 », a déclaré Guillaume. La monnaie numérique est alors échangée pour environ 47 000 euros l’unité : ses trois bitcoins s’élèvent à 141 000 euros.

Le chef de projet, qui avait pourtant une grande confiance dans le monde financier, s’est alors surpris à vouloir « mettre la main » sur les marchés des crypto-monnaies, dont l’activité a éclaté en six ans. Il a mis de côté la plupart des trois bitcoins, et a décidé d’utiliser « 5 à 10 % » pour acheter et vendre des pièces moins populaires, dont la valeur varie parfois rapidement. Depuis février, un trentenaire effectue des opérations « quotidiennes ». « La semaine dernière, j’ai vu une crypto-monnaie qui faisait comme si son prix avait explosé il y a quelques jours. J’ai donc acheté 0,1 bitcoin [5 300 euros au moment de l’entretien] avant de tout revendre dix minutes plus tard, car son prix a augmenté. . 20% », s’amuse le Parisien.

Guillaume ne croyait pas qu’il serait un jour aussi passionné par ce monde. « Mais avec le recul, je me dis qu’expérimenter, expérimenter des choses moi-même, me convient toujours », a-t-il soupiré. L’investisseur ne se voit cependant pas comme allant rester dans cette jungle : « Je suis très convaincu d’avoir trouvé ce monde, mais j’envisage d’arrêter dans quelques mois : tout cela ne fixe pas mes valeurs et c’est trop loin. inhabituel pour moi au début. « 

Contrairement à Guillaume, Alexandre compte passer les prochaines années à activer le marché des crypto-monnaies. Le jeune homme de 24 ans, qui travaille comme logisticien père et mère de la secrétaire d’administration, est « loin du milieu de l’économie » et avoue s’intéresser au sujet en découvrant les réels avantages offerts par ses followers. « Je viens de passer ma première formation professionnelle télévisuelle chez mes parents et j’ai pu économiser beaucoup d’argent pendant ce temps », a déclaré l’étudiant de 24 ans des Bouches-du-Rhône, qui a alors déménagé sans beaucoup de jugement dans le service des ventes.

Après avoir passé plusieurs mois à apprendre le fonctionnement des monnaies numériques, le jeune homme a investi 2 000 euros dans la crypto-monnaie de janvier 2021 pour financer un projet coparrainé par le fondateur de PayPal Peter Thiel. « Il s’agit d’une demande qui permet aux résidents de pays confrontés à une forte inflation de convertir leurs réserves de crypto-monnaie en réserves stables, car elles sont adossées au dollar », a déclaré Alexandre.

L’étudiant essaie de se calmer, même lorsque ses premiers pas sur le marché lui procurent de la joie. « La valeur de la crypto-monnaie dans laquelle j’ai investi a quadruplé en mai, avant d’effectuer une forte correction depuis la rentrée. Je me tais, car je crois en ce projet et je n’envisage pas de le vendre pour le moment », a-t-il déclaré. continue. une vingtaine d’articles, qui entend désormais diversifier votre portefeuille en privilégiant de nouvelles valeurs.

Son dernier amour pour le monde des monnaies numériques a profondément changé le paysage de ses projets : après avoir longtemps pensé à s’enrichir dans le monde du jeu, Alexandre a commencé un programme de stage dans le secteur bancaire. « A mon avis, c’est la meilleure façon de faire confiance à mon CV donc j’espère un jour travailler dans le monde de la crypto », espère-t-il.

* L’ancien nom a été remplacé par une demande de l’intéressé.

Air France-KLM : le titre décolle, un broker relève sa cible

(CercleFinance.com) – Air France-KLM gagne plus de 4% à la bourse de Paris, porté par une analyse de Oddo qui maintient sa note de sous-performance sur le titre, avec un objectif de cours toutefois relevé de 3,8 à 4,5 euros, le broker soulignant des progrès ‘clairs’ et ‘plus rapides qu’anticipé’.

L’analyste met notamment en avant l’ampleur du levier opérationnel au 3e trimestre. Ainsi, ‘en prenant pour base de référence l’exercice 2019, les Opex hors carburant (ex-D&A) T3 affichaient un recul de 34% par rapport au T3 2019 pour une baisse du CA de 40%, soit une variabilité des coûts de 84% en accélération par rapport au T1 et T2’, note le bureau d’analyses.

Dans ce contexte, Oddo révise à la hausse sa séquence de résultats et table désormais sur un EBITDA de +59 ME sur 2021, puis 2546 ME en 2022, 3892 ME en 2023 avant de dépasser le niveau de 2019 en 2024.

La société a dévoilé l’état de sa couverture, ce qui permet de réduire quelque peu la volatilité sur les prochains trimestres avec 61% de sa consommation couverte sur le T4 et 34% sur 2022. Malgré cela, Oddo indique anticiper une hausse de la facture de carburant de 53% en 2022.

Covivio : dans le vert, un broker relève sa cible

Covivio gagne plus de 1% à Paris, profitant d’une analyse d’Invest Securities qui réitère sa position ‘neutre’ sur le titre tout en relevant légèrement son objectif de cours de 75 à 76 euros, en ligne avec la révision de son RNR normatif attendu à 411,9 millions d’euros pour 2021, là où la société table désormais sur plus de 400 millions.Le bureau d’études note que Covivio a relevé sa guidance dans un contexte d’accélération de la reprise sur les hôtels, en marge de l’annonce de revenus à neuf mois qui restent pénalisés par la faiblesse du secteur hôtelier. ‘Les données du troisième trimestre traduisent néanmoins une nette accélération de la reprise mais l’incertitude demeure quant à la clientèle d’affaires’, souligne l’analyste, pointant en outre un taux d’occupation des bureaux intact sur trois mois.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Covivio gagne plus de 1% à Paris, profitant d’une analyse d’Invest Securities qui réitère sa position ‘neutre’ sur le titre tout en relevant légèrement son objectif de cours de 75 à 76 euros, en ligne avec la révision de son RNR normatif attendu à 411,9 millions d’euros pour 2021, là où la société table désormais sur plus de 400 millions.

Le bureau d’études note que Covivio a relevé sa guidance dans un contexte d’accélération de la reprise sur les hôtels, en marge de l’annonce de revenus à neuf mois qui restent pénalisés par la faiblesse du secteur hôtelier.

‘Les données du troisième trimestre traduisent néanmoins une nette accélération de la reprise mais l’incertitude demeure quant à la clientèle d’affaires’, souligne l’analyste, pointant en outre un taux d’occupation des bureaux intact sur trois mois.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Engie : le titre dans le vert, un broker relève sa cible

(CercleFinance.com) – Engie progresse de plus de 1% à Paris, profitant notamment d’une analyse de Oddo BHF qui maintient sa note de ‘surperformance’ sur le titre, avec un objectif de cours relevé de 16 à 17 euros.

Le bureau d’analyses souligne la bonne performance des résultats d’Engie à neuf mois, avec un EBITDA et un EBIT en ligne avec ses attentes et celles du consensus.

Porté par ces performances et par l’amélioration des conditions de marché, Engie a révisé une nouvelle fois à la hausse ses prévisions pour 2021, avec un EBITDA attendu désormais dans une fourchette comprise entre 10,8 et 11,2 MdsE (vs 10,2-10,6 MdsE auparavant), un EBIT entre 6,1 à 6,5 MdsE (vs 5,5-5,9 MdsE auparavant) et le résultat net récurrent entre 3 et 3,2 MdsE (vs 2,5-2,7 MdsE auparavant).

Par conséquent, Oddo révise à son tour ses prévisions et attend désormais un EBITDA 2021 de 11 MdsE (vs 10,4 MdsE), un EBIT de 6,3 MdsE (vs 5,7 MdsE) et un RN de 3,1 MdsE (vs 2,6 MdsE).

Et ces relèvements d’objectifs pourraient se poursuivre à l’occasion de la publication des résultats annuels le 15 février prochain avec la prise en compte des nouveaux prix de marché capté par le groupe.

Volkswagen : pénalisé par une dégradation de broker



Accueil ZonebourseActionsAllemagneXetraVolkswagen AGActualitésSynthèse    VOW3   DE0007664039






(VOW3)



Ajouter à ma liste






  Rapport
















 Temps réel estimé Tradegate – 17/11 19:27:10

186.15
EUR
 
-1.26%













17:42Audi, filiale de Volkswagen, pourrait décider d’un partenariat avec McLaren en 2022MT

16:21CANADA : l’inflation à 4,7% en octobre, plu forte progression depuis février 2003AW

16:16Wall Street évolue dans le rouge, un oeil sur la distribution et l’inflationAW






SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté SynthèseToute l’actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse


























08/11/2021 | 16:18







































Volkswagen recule de 2% à Francfort, pénalisé par une dégradation d’opinion de ‘achat’ à ‘sous-performance’ chez Jefferies avec un objectif de cours ramené de 270 à 170 euros sur le titre du constructeur automobile allemand.Le broker considère que ‘les références constantes à Tesla du PDG Diess sont devenues contre-productives, mettant en évidence des vulnérabilités plutôt que des solutions imaginatives’, et que posséder le titre Volkswagen ‘semble désormais peu attrayant’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.







































Réagir à cet article

Réagir le premier

Publier






Toute l’actualité sur VOLKSWAGEN AG

17:42Audi, filiale de Volkswagen, pourrait décider d’un partenariat avec McLaren en 2022MT

16:21CANADA : l’inflation à 4,7% en octobre, plu forte progression depuis février 2003AW

16:16Wall Street évolue dans le rouge, un oeil sur la distribution et l’inflationAW

11:47PLANÈTE BOURSE : La revue de presse du mercredi 17 novembre 2021

09:01BOURSE DE PARIS : Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel mais on est haut là, non ?

08:29EN DIRECT DES MARCHES : Vinci, GTT, Volkswagen, Tesla, Experian, Activision, Gensight…

08:02AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Dassault Systèmes, Volkswagen, Richemont, Ahold, Sixt, Home24, ..

06:41Départ du responsable de Volkswagen pour la ChineMT

16/11Lucid dépasse Ford à Wall Street et Rivian éclipse VolkswagenAW

16/11Wall Street finit dans le vert, rassurée par la santé du consommateur américainAW

Plus d’actualités

Recommandations des analystes sur VOLKSWAGEN AG

08:02AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Dassault Systèmes, Volkswagen, Richemont, Ahold, Sixt, Home24, ..

12/11VOLKSWAGEN VORZÜGE : NorldLB toujours à l’achatZD

08/11VOLKSWAGEN : Jefferies n’est plus à achatCF

Plus de recommandations






Données financières

CA 2021

248 Mrd
280 Mrd

Résultat net 2021

13 796 M
15 592 M

Tréso. nette 2021

30 044 M
33 955 M

PER 2021
6,87x

Rendement 2021
3,98%

Capitalisation

122 Mrd
139 Mrd

VE / CA 2021
0,37x

VE / CA 2022
0,32x

Nbr Employés
645 318

Flottant
56,8%

Plus de Données financières


Graphique VOLKSWAGEN AG



Durée :


Période :









Graphique plein écran

Tendances analyse technique VOLKSWAGEN AG

Court TermeMoyen TermeLong TermeTendancesBaissièreBaissièreHaussière

Analyse technique

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Données financières

Consensus

VenteAchat

Recommandation moyenne
ACHETER

Nombre d’Analystes
23

Dernier Cours de Cloture

188,52 €

Objectif de cours Moyen

257,18 €

Ecart / Objectif Moyen

36,4%

Consensus



Révisions de BNA

Plus de Révisions des Estimations

Dirigeants et Administrateurs







Herbert Diess
Chairman-Management Board
Arno Antlitz
Head-Finance & Information Technology
Hans Dieter Pötsch
Chairman-Supervisory Board
Thomas Schmall-von Westerholt
Head-Technology
Kurt Michels
Chief Compliance Officer

Plus d’informations sur la société

Secteur et Concurrence

Var. 1janvCapi. (M$)

VOLKSWAGEN AG23.68%138 692

TOYOTA MOTOR CORPORATION34.57%260 325

DAIMLER AG54.37%108 560

GENERAL MOTORS COMPANY51.22%91 424

FORD MOTOR COMPANY125.14%79 365

GREAT WALL MOTOR COMPANY LIMITED25.94%69 490

Plus de Résultats





Volkswagen recule de 2% à Francfort, pénalisé par une dégradation d’opinion de ‘achat’ à ‘sous-performance’ chez Jefferies avec un objectif de cours ramené de 270 à 170 euros sur le titre du constructeur automobile allemand.Le broker considère que ‘les références constantes à Tesla du PDG Diess sont devenues contre-productives, mettant en évidence des vulnérabilités plutôt que des solutions imaginatives’, et que posséder le titre Volkswagen ‘semble désormais peu attrayant’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Volkswagen recule de 2% à Francfort, pénalisé par une dégradation d’opinion de ‘achat’ à ‘sous-performance’ chez Jefferies avec un objectif de cours ramené de 270 à 170 euros sur le titre du constructeur automobile allemand.

Le broker considère que ‘les références constantes à Tesla du PDG Diess sont devenues contre-productives, mettant en évidence des vulnérabilités plutôt que des solutions imaginatives’, et que posséder le titre Volkswagen ‘semble désormais peu attrayant’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Durée :


Période :

Tendances analyse technique VOLKSWAGEN AG

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Révisions des Estimations

Plus d’informations sur la société

Lonza : soutenu par un relèvement de broker



Accueil ZonebourseActionsSuisseSwiss ExchangeLonza Group AGActualitésSynthèse    LONN   CH0013841017






(LONN)



Ajouter à ma liste






  Rapport
















 Temps Différé Swiss Exchange – 17/11 17:31:41

740.2
CHF
 


+0.33%













14:22Lonza sélectionné par Bluejay pour un anti-hépatite B expérimentalAW

09:01BOURSE DE PARIS : Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel mais on est haut là, non ?

08:29EN DIRECT DES MARCHES : Vinci, GTT, Volkswagen, Tesla, Experian, Activision, Gensight…






SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté SynthèseToute l’actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse






























20/10/2021 | 13:11







































Lonza gagne près de 3% à Zurich, soutenu par des propos d’UBS qui relève sa recommandation de ‘neutre’ à ‘achat’ avec un objectif de cours remonté de 610 à 830 francs suisses sur le titre du groupe helvétique de chimie et de pharmacie.Dans le résumé de sa note, le broker explique qu’il voit ‘une croissance à deux chiffres s’étendre bien au-delà du cycle stratégique de 2024, même sans la maladie d’Alzheimer et l’ARNm qui offrent un potentiel de hausse supplémentaire’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.







































Réagir à cet article

Réagir le premier

Publier






Toute l’actualité sur LONZA GROUP AG

14:22Lonza sélectionné par Bluejay pour un anti-hépatite B expérimentalAW

09:01BOURSE DE PARIS : Les arbres ne montent pas jusqu’au ciel mais on est haut là, non ?

08:29EN DIRECT DES MARCHES : Vinci, GTT, Volkswagen, Tesla, Experian, Activision, Gensight…

04:45Lonza renforce les capacités du laboratoire de développement microbien sur son site sui..MT

10/11Lonza JV Bacthera, Seres vont produire conjointement un traitement potentiel contre les..MT

10/11Lonza remporte un nouveau contrat pour son site de ViègeAW

10/11CORONAVIRUS : l’OMS attend avec impatience la seconde génération de vaccinsAW

09/11Moderna demande l’autorisation de son vaccin pour les 6-11 ans en EuropeAW

08/11VACCINS ARN : risque de myocardite et péricardite confirmé mais peu fréquentAW

05/11Cepsa étudie la possibilité de vendre des produits chimiques pour financer l’énergie pr..ZR

Plus d’actualités

Recommandations des analystes sur LONZA GROUP AG

20/10LONZA : UBS relève sa recommandationCF

20/10AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Alstom, Danone, Ubisoft, Lonza, Philips, Boohoo, Gurit…

19/10AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Air France-KLM, Ipsen, JCDexaux, Umicore, Prosus, Aston Martin,..

Plus de recommandations






Données financières

CA 2021

5 174 M
5 563 M
4 918 M

Résultat net 2021

738 M
793 M
701 M

Tréso. nette 2021

569 M
612 M
541 M

PER 2021
73,8x

Rendement 2021
0,42%

Capitalisation

54 806 M
58 946 M
52 099 M

VE / CA 2021
10,5x

VE / CA 2022
9,24x

Nbr Employés
14 405

Flottant
99,7%

Plus de Données financières


Graphique LONZA GROUP AG



Durée :


Période :









Graphique plein écran

Tendances analyse technique LONZA GROUP AG

Court TermeMoyen TermeLong TermeTendancesNeutreHaussièreHaussière

Analyse technique

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Données financières

Consensus

VenteAchat

Recommandation moyenne
ACCUMULER

Nombre d’Analystes
22

Dernier Cours de Cloture

737,80 CHF

Objectif de cours Moyen

789,56 CHF

Ecart / Objectif Moyen

7,02%

Consensus



Révisions de BNA

Plus de Révisions des Estimations

Dirigeants et Administrateurs







Pierre-Alain Ruffieux
Chief Executive Officer
Rodolfo Savitzky
Chief Financial Officer
Albert M. Baehny
Chairman
Werner J. Bauer
Independent Director
Barbara May Richmond
No-Executive Independent Director

Plus d’informations sur la société

Secteur et Concurrence

Var. 1janvCapi. (M$)

LONZA GROUP AG29.71%58 995

MODERNA, INC.124.26%95 309

IQVIA HOLDINGS INC.49.32%48 106

SEAGEN INC.4.15%33 404

CELLTRION, INC.-36.21%26 472

ICON PUBLIC LIMITED COMPANY46.46%22 966

Plus de Résultats





Lonza gagne près de 3% à Zurich, soutenu par des propos d’UBS qui relève sa recommandation de ‘neutre’ à ‘achat’ avec un objectif de cours remonté de 610 à 830 francs suisses sur le titre du groupe helvétique de chimie et de pharmacie.Dans le résumé de sa note, le broker explique qu’il voit ‘une croissance à deux chiffres s’étendre bien au-delà du cycle stratégique de 2024, même sans la maladie d’Alzheimer et l’ARNm qui offrent un potentiel de hausse supplémentaire’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Lonza gagne près de 3% à Zurich, soutenu par des propos d’UBS qui relève sa recommandation de ‘neutre’ à ‘achat’ avec un objectif de cours remonté de 610 à 830 francs suisses sur le titre du groupe helvétique de chimie et de pharmacie.

Dans le résumé de sa note, le broker explique qu’il voit ‘une croissance à deux chiffres s’étendre bien au-delà du cycle stratégique de 2024, même sans la maladie d’Alzheimer et l’ARNm qui offrent un potentiel de hausse supplémentaire’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Durée :


Période :

Tendances analyse technique LONZA GROUP AG

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Révisions des Estimations

Plus d’informations sur la société

EssilorLuxottica : dans le vert, un broker relève sa cible

EssilorLuxottica gagne près de 3% à Paris, porté par une analyse d’Oddo BHF qui réitère son opinion ‘surperformance’ sur le titre avec un objectif de cours porté de 179 à 186 euros, jugeant que la perspective de court terme reste favorable pour le géant franco-italien de l’optique.S’il reconnait que le titre a déjà remarquablement performé sur 2021, le bureau d’études souligne que son quatrième trimestre a bien démarré et estime que le début 2022 pourrait bénéficier de bases de comparaison favorables. ‘En outre, le groupe va maintenant pouvoir se lancer dans le chantier de l’intégration de GrandVision’, ajoute-t-il, précisant que ses hypothèses concernant GV ‘ne sont pas d’un optimisme béat et pourraient être rehaussées’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

EssilorLuxottica gagne près de 3% à Paris, porté par une analyse d’Oddo BHF qui réitère son opinion ‘surperformance’ sur le titre avec un objectif de cours porté de 179 à 186 euros, jugeant que la perspective de court terme reste favorable pour le géant franco-italien de l’optique.

S’il reconnait que le titre a déjà remarquablement performé sur 2021, le bureau d’études souligne que son quatrième trimestre a bien démarré et estime que le début 2022 pourrait bénéficier de bases de comparaison favorables.

‘En outre, le groupe va maintenant pouvoir se lancer dans le chantier de l’intégration de GrandVision’, ajoute-t-il, précisant que ses hypothèses concernant GV ‘ne sont pas d’un optimisme béat et pourraient être rehaussées’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Rémy Cointreau : soutenu par un relèvement de broker



Accueil ZonebourseActionsFranceEuronext ParisRémy CointreauActualitésSynthèse    RCO   FR0000130395






(RCO)



Ajouter à ma liste






  Rapport
















 Temps réel Euronext Paris – 17/11 17:35:20

191
EUR
 


+2.14%













12:26REMY COINTREAU : parmi les plus fortes hausse du SBF 120 à la mi-séance du mercredi 17 novembre 2021AO

16/11Nouveaux achats dans le portefeuille Investisseur Europe PEA

16/11REMY COINTREAU : Bruichladdich dévoile le premier whisky biodynamique d’ÉcossePU






SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté SynthèseToute l’actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse






























15/11/2021 | 16:11







































Rémy Cointreau gagne plus de 2% avec le soutien de propos de Barclays qui relève sa recommandation à ‘surpondérer’ avec un objectif de cours de 234 euros, estimant que la division cognac peut générer une croissance à moyen terme de 10%.Tout en reconnaissant que ‘Rémy Cointreau est une action chère, beaucoup diront trop chère’, le broker souligne qu’elle ‘continue de surprendre positivement car l’algorithme de croissance décrit par la société est trop conservateur’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.







































Réagir à cet article

Réagir le premier

Publier






Toute l’actualité sur RÉMY COINTREAU

12:26REMY COINTREAU : parmi les plus fortes hausse du SBF 120 à la mi-séance du mercredi 17 nov..AO

16/11Nouveaux achats dans le portefeuille Investisseur Europe PEA

16/11REMY COINTREAU : Bruichladdich dévoile le premier whisky biodynamique d’ÉcossePU

15/11RÉMY COINTREAU : soutenu par un relèvement de brokerCF

15/11RÉMY COINTREAU : plus forte hausse du SBF 120 à la mi-séance du lundi 15 novembre 2021AO

15/11RÉMY COINTREAU : Barclays relève sa recommandationCF

15/11RÉMY COINTREAU : Barclays passe à SurpondérerAO

15/11Nouvelle séance de pause sur les actions européennesRE

15/11BOURSE DE PARIS : On dirait que la Chine se réveille

15/11Rémy cointreau gagne 2,6% après le relèvement de recommandation de barclays à « surpondé..RE

Plus d’actualités

Recommandations des analystes sur RÉMY COINTREAU

15/11RÉMY COINTREAU : Barclays relève sa recommandationCF

15/11AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Alstom, Rémy Cointreau, Chargeurs, Logitech, Delivery Hero, Ape..

25/10AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Air Liquide, Rexel, Rémy Cointreau, Virbac, Inficon, Zur Rose, ..

Plus de recommandations






Données financières

CA 2022

1 256 M
1 419 M

Résultat net 2022

175 M
198 M

Dette nette 2022

406 M
458 M

PER 2022
55,3x

Rendement 2022
0,98%

Capitalisation

9 306 M
10 554 M

VE / CA 2022
7,73x

VE / CA 2023
7,05x

Nbr Employés

Flottant
42,1%

Plus de Données financières


Graphique RÉMY COINTREAU



Durée :


Période :









Graphique plein écran

Tendances analyse technique RÉMY COINTREAU

Court TermeMoyen TermeLong TermeTendancesHaussièreHaussièreHaussière

Analyse technique

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Données financières

Consensus

VenteAchat

Recommandation moyenne
ALLEGER

Nombre d’Analystes
22

Dernier Cours de Cloture

187,00 €

Objectif de cours Moyen

168,96 €

Ecart / Objectif Moyen

-9,65%

Consensus



Révisions de BNA

Plus de Révisions des Estimations

Dirigeants et Administrateurs







Eric Vallat
Chief Executive Officer
Luca Calogero Pietro Marotta
Chief Financial Officer
Marc Hériard-Dubreuil
Chairman
Patrick Marchand
Operations Director
Jacques-Étienne de T’Serclaes
Independent Director

Plus d’informations sur la société

Secteur et Concurrence

Var. 1janvCapi. (M$)

RÉMY COINTREAU22.78%10 506

DIAGEO PLC34.21%118 615

PERNOD RICARD34.63%62 978

BROWN-FORMAN CORPORATION-9.52%33 665

THAI BEVERAGE PUBLIC COMPANY LIMITED0.00%13 660

EMPERADOR INC.81.78%5 761

Plus de Résultats





Rémy Cointreau gagne plus de 2% avec le soutien de propos de Barclays qui relève sa recommandation à ‘surpondérer’ avec un objectif de cours de 234 euros, estimant que la division cognac peut générer une croissance à moyen terme de 10%.Tout en reconnaissant que ‘Rémy Cointreau est une action chère, beaucoup diront trop chère’, le broker souligne qu’elle ‘continue de surprendre positivement car l’algorithme de croissance décrit par la société est trop conservateur’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Rémy Cointreau gagne plus de 2% avec le soutien de propos de Barclays qui relève sa recommandation à ‘surpondérer’ avec un objectif de cours de 234 euros, estimant que la division cognac peut générer une croissance à moyen terme de 10%.

Tout en reconnaissant que ‘Rémy Cointreau est une action chère, beaucoup diront trop chère’, le broker souligne qu’elle ‘continue de surprendre positivement car l’algorithme de croissance décrit par la société est trop conservateur’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Durée :


Période :

Tendances analyse technique RÉMY COINTREAU

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Révisions des Estimations

Plus d’informations sur la société

Continental : dans le vert, un broker relève sa cible

Continental gagne plus de 1% à Francfort, profitant d’une analyse de Stifel qui réaffirme sa recommandation ‘achat’ sur le titre avec un objectif de cours rehaussé de 114 à 119 euros, abaissant d’environ 6% son estimation d’EBIT ajusté du groupe pour 2021, mais laissant ses estimations 2022-23 globalement inchangées.’Selon nous, Continental demeure l’un des équipementiers les moins appréciés pour jouer une reprise des volumes à venir du fait de ses nombreuses pièces mobiles et d’une visibilité basse sur les coûts’, estime le broker.Stifel pense néanmoins que ‘la combinaison d’un sentiment et de résultats proches du plus bas offre du potentiel de reprise à la fois pour les résultats et les multiples, à mesure que les volumes s’améliorent et que les excès de coûts s’inversent avec la normalisation logistique’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Continental gagne plus de 1% à Francfort, profitant d’une analyse de Stifel qui réaffirme sa recommandation ‘achat’ sur le titre avec un objectif de cours rehaussé de 114 à 119 euros, abaissant d’environ 6% son estimation d’EBIT ajusté du groupe pour 2021, mais laissant ses estimations 2022-23 globalement inchangées.

‘Selon nous, Continental demeure l’un des équipementiers les moins appréciés pour jouer une reprise des volumes à venir du fait de ses nombreuses pièces mobiles et d’une visibilité basse sur les coûts’, estime le broker.

Stifel pense néanmoins que ‘la combinaison d’un sentiment et de résultats proches du plus bas offre du potentiel de reprise à la fois pour les résultats et les multiples, à mesure que les volumes s’améliorent et que les excès de coûts s’inversent avec la normalisation logistique’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

RWE : dans le vert avec des propos positifs de broker

RWE gagne près de 1% et surperforme ainsi légèrement la tendance à Francfort, avec des propos favorables d’UBS qui réaffirme sa recommandation ‘achat’ et son objectif de cours de 39 euros sur le titre du groupe énergétique allemand.Au lendemain de sa journée investisseurs, le broker explique y voir une réunion ‘bien organisée et utile, fixant de nouveaux objectifs importants’. Selon lui, ‘des prévisions molles pour 2023 sont compensées par de solides perspectives à horizon 2030’.De même, Oddo BHF réaffirme son opinion ‘surperformance’ sur RWE avec un objectif de cours relevé de 40 à 41 euros, après prise en compte du plan d’investissement plus ambitieux présenté par le groupe lors de sa journée investisseurs.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

RWE gagne près de 1% et surperforme ainsi légèrement la tendance à Francfort, avec des propos favorables d’UBS qui réaffirme sa recommandation ‘achat’ et son objectif de cours de 39 euros sur le titre du groupe énergétique allemand.

Au lendemain de sa journée investisseurs, le broker explique y voir une réunion ‘bien organisée et utile, fixant de nouveaux objectifs importants’. Selon lui, ‘des prévisions molles pour 2023 sont compensées par de solides perspectives à horizon 2030’.

De même, Oddo BHF réaffirme son opinion ‘surperformance’ sur RWE avec un objectif de cours relevé de 40 à 41 euros, après prise en compte du plan d’investissement plus ambitieux présenté par le groupe lors de sa journée investisseurs.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Interparfums : Le titre cède 2%, un broker ajuste sa cible

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par

Les données collectées sont indispensables à ces traitements et sont destinées aux services concernés de BFM Bourse et, le cas échéant, de ses prestataires. Elles sont conservées pendant la durée du traitement et/ou pour la durée des traitements spécifiques auxquels vous aurez consenti et/ou pour les durées légales de conservation.
Les DCP pourront être traitées par le personnel habilité de BFM Bourse, de ses sous-traitants, partenaires ou prestataires. Si les données collectées font l’objet d’un transfert hors UE et que des traitements y sont effectués, ceux-ci se feront alors, conformément à la Réglementation, sur la base d’une décision d’adéquation de la Commission européenne ou de « clauses contractuelles types ».

BFM Bourse responsable du traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel pour la gestion de ses relations avec ses clients et prospects.

En application de la règlementation relative à la protection des données personnelles, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation et de portabilité qui s’exerce : ici
Consultez notre politique de confidentialité des données : ici

Nord : Deux millions en cryptomonnaie et en or, retrouvés chez un couple du Cambrésis

Une caverne d’Ali Baba quasi virtuelle. Les gendarmes de la brigade de recherches de Cambrai, dans le Nord, ont mis la main, la semaine dernière, sur un pactole hors norme lors de perquisitions. Elles ont permis de saisir, chez un couple et aux domiciles de membres de leur entourage, dans le Cambrésis, 1,5 million d’euros de
crypto-actifs, ainsi que 10 kg d’or en lingots, et plus de 250 pièces d’or et d’argent, pour un montant total estimé à 500.000 euros.

Les mis en cause, un homme de 43 ans et une femme de 47 ans, sont soupçonnés de blanchiment de fraude fiscale grâce au mécanisme singulier qu’ils avaient mis en place. Les gains étaient obtenus en spéculant sur des plateformes de courtage en cryptomonnaie – ce qui est autorisé – mais ils n’ont jamais été déclarés, ce qui l’est moins.

Un mode opératoire singulier

Un mode opératoire singulier

Le couple a été placé en garde à vue quarante-huit heures, avant d’être relâché. En fin presque. Le mari est, en effet, incarcéré depuis 2019 pour conduite en état d’ivresse et sans permis.

Ce sont les cybergendarmes de la section de recherches de Villeneuve-d’Ascq, spécialisés dans le domaine financier, qui ont mis le doigt sur le mode opératoire des transferts d’argent mis en place par le duo. Dans cette mission, ils ont été épaulés par un autre service de gendarmerie : la cellule régionale des avoirs criminels du Nord.

Un niveau de vie disproportionné

Un niveau de vie disproportionné

L’enquête démarre fin 2019. « A l’époque, le principal mis en cause est entendu par un magistrat dans le cadre de son contentieux routier. Cet homme fait alors état d’un niveau de vie disproportionné au regard de ses activités déclarées, ce qui a éveillé l’attention », raconte la gendarmerie, dans un communiqué.

Rapidement, les investigations confirment que l’intéressé est propriétaire avec son épouse de cinq maisons et de dépôts d’espèces et crypto-actifs, sans rapport avec leurs revenus officiels.

« Les cyberenquêteurs finissent par établir que d’importants achats d’or sont réalisés sur le Web en bitcoins et livrés physiquement à son domicile. Ils découvrent également que l’or est ensuite revendu à l’étranger, notamment dans des boutiques en Belgique », ajoute la gendarmerie. Le mis en cause est soupçonné d’avoir agi en prison avec la complicité de sa femme.

Enquête sur le Darknet

Enquête sur le Darknet

Mais d’où viennent les bitcoins et comment le réseau s’est mis en place ? C’est ce que les cybergendarmes continuent de chercher sans privilégier d’hypothèse. « L’intérêt de cette affaire est qu’elle nous permet d’accrocher un endroit souterrain du Web qu’on appelle le Darknet où ont lieu des transactions illicites », complète une source.

L’enquête se poursuit pour tenter d’exploiter les supports numériques saisis lors des perquisitions et mettre au jour toutes les transactions.

Bitcoin : Quand s’achèvera le bull run des cryptomonnaies ?

Publié par SamirRah
le 5 novembre 2021 à 17h00.

Les cryptomonnaies connaissent un fort cycle haussier depuis maintenant un an et demi. Et la question qui se pose de plus en plus est : quand s’arrêtera-t-il ?

Les cryptomonnaies connaissent un fort cycle haussier depuis maintenant un an et demi. Et la question qui se pose de plus en plus est : quand s'arrêtera-t-il ?

Tout a une fin, et même les hype les plus folles, comme on peut le voir actuellement avec le Shiba Inu. Et dans le monde des cryptos, le cycle haussier sans précédent que vivent les monnaies numériques commence à interroger : quand cela s’arrêtera-t-il. Il faut dire que depuis mars 2020, les cours se sont relevés après chaque correction, et même après la très violente ayant eu lieu en mai dernier. Retrouvez ci-dessous deux scénarios possibles de fin de bull run.

Une dernière folie de fin d’année ?

La dernière explosion de bulle dans la crypto date de décembre 2017-janvier 2018 lorsque le Bitcoin avait atteint son ATH (All Time High) puis que derrière, les altcoins avaient atteint des sommets en quelques semaines, avant de très brutalement s’effondrer. Il n’est pas exclu que ce précédent reste en tête de nombreux investisseurs, et que par mimétisme, nombre de personnes revendent leurs actifs au tout début 2022 de peur d’être pris par une correction. Une sorte de prophétie auto-réalisatrice !

La fin du Covid, ou la fin de la hype ?

Le nouveau cycle haussier date du début de la crise du Covid-19, en mars 2020. Depuis, le monde vit avec un certain nombre de restrictions qui, si elles ont tendance à s’assouplir, réduisent les mouvements et les perspectives. Notre temps d’écran s’est alors considérablement accru, et l’esprit d’entreprise et de risque s’est tourné vers le virtuel. Il n’est alors pas étonnant que l’argent continue d’affluer encore et encore dans les cryptos. Lorsque la crise sera enfin derrière nous, et que l’horizon des investisseurs se tournera beaucoup plus vers l’extérieur, ne peut-on pas imaginer une très forte chute d’intérêt pour les cryptos, entraînant à sa suite une panique, puis un éclatement de la bulle ?

Bitcoin

Bitcoin

Le Bitcoin retrouve les 60 000 $, vers un bull run de fin d’année ?

Bitcoin : le marché des cryptomonnaies atteint les 3000 milliards de dollars

Le Bitcoin atteint un nouveau cours historique !

Bitcoin : ce milliardaire regrette d’avoir loupé le coche

Bitcoin : des hackers s’emparent de 24 millions de dollars avec le… copier-coller

Le Bitcoin doit remplacer la cocaïne pour ce sénateur colombien

Les Etats-Unis, nouvelle Terre promise du minage de cryptomonnaies suite à l’exode de Chine

Le géant de l’extraction de cryptomonnaies BIT Mining, basé à Hong Kong, a annoncé mettre fin à ses activités en Chine, après que le pays a adopté de nouvelles réglementations interdisant cette pratique.

Les mineurs quittent la Chine

Les mineurs quittent la Chine

« L’arrêt du service de BTC.com pour les utilisateurs de Chine continentale peut avoir un impact négatif sur les états financiers consolidés de la société », indique BIT Mining. « Toutefois, l’entreprise estime que sa croissance sur les marchés mondiaux contribuera à compenser la perte d’activité en Chine continentale. A l’avenir, la société prévoit d’intensifier ses efforts d’expansion commerciale et d’accélérer son développement mondial. »

En mai, le vice-premier ministre chinois, Liu He, affirmait que le pays devait adopter une position plus ferme contre les cryptomonnaies. Sa déclaration a conduit plusieurs opérateurs de minage de cryptomonnaies à cesser leurs activités, selon Reuters.

La filiale de la bourse de cryptomonnaies Huobi Huobi Mall a annoncé suspendre ses activités locales au début de l’année, et l’opérateur de minage HashCow a cessé d’acheter de nouvelles plateformes de bitcoins. BTC.TOP a également décidé d’arrêter ses activités en Chine.

Miracle à Rockdale, Texas

Miracle à Rockdale, Texas

Des chercheurs ont récemment estimé que la Chine était à l’origine de plus de 75 % de la puissance de hachage ou des calculs du bitcoin, grâce à son accès au matériel et à de l’énergie bon marché. Le Wall Street Journal note que l’exploitation minière est soutenue par les centres hydroélectriques du Sichuan et du Yunnan, ainsi que par le charbon du Xinjiang et de la Mongolie intérieure.

Le mois dernier, la banque centrale chinoise a réitéré sa position sur les cryptomonnaies, en publiant un mémo qui interdit les transactions en cryptomonnaies et interdit aux bourses étrangères de fournir des services aux Chinois. Kim Grauer, directrice de recherche à la société d’analyse de blockchain Chainalsysis, explique à ZDNet que la répression sur ces acteurs incite les mineurs individuels qui étaient basés en Chine, en plus des grandes opérations minières commerciales qui s’y trouvent, à fuir en masse vers d’autres lieux.

« Nous pouvons déjà observer cet exode, car le taux de hachage global du bitcoin a chuté de plus de 50 % et reste inférieur à son pic d’avant la répression. Certains prédisent une hausse au Kazakhstan voisin, tandis que d’autres pensent même que certaines régions d’Amérique du Nord verront un afflux de mineurs. Sur la base de nos données, il est tout simplement trop tôt pour le savoir », indique-t-elle. « Il est difficile de prédire ce que la position dure de la Chine contre le minage signifie pour le plus grand écosystème de cryptomonnaies, mais beaucoup pensent que cela aura un impact sur la volatilité du marché pour les investisseurs, tandis que d’autres soutiennent que si des mesures bien réfléchies sont prises, cela pourrait présenter une énorme opportunité pour les Etats-Unis d’être le foyer de l’avenir de la cryptomonnaie. »

Et déjà, les premiers bénéficiaires américains de cet exode voient le jour. Dans la petite ville de Rockdale, au Texas, un immense chantier balayé par les vents illustre à lui seul le rôle central qu’entendent jouer les Américains dans les cryptomonnaies, rapporte l’AFP. Avec une capacité de 750 mégawatts, la plus grande ferme de bitcoins du pays compte déjà plus de 100 000 ordinateurs dans trois bâtiments de 350 mètres de long. Dans quelques mois, ils seront sept.

Le minage de bitcoins a plus que doublé aux Etats-Unis entre mai et août dernier

Le minage de bitcoins a plus que doublé aux Etats-Unis entre mai et août dernier

Car pour effectuer ces opérations énergivores, l’électricité bon marché du Texas constitue son atout maître, en plus de son environnement pro-business et de sa main-d’œuvre qualifiée, d’après Chad Everett Harris, PDG et cocréateur de Whinstone, propriétaire de la ferme de Rockdale. « Tous les leaders de cette industrie veulent venir au Texas ! », sourit-il depuis un des baraquements provisoires de son usine-chantier, casquette vissée sur la tête.

Originaire de La Nouvelle-Orléans, il a commencé à miner de chez lui en janvier 2018, avec un ordinateur qui lui rapportait 60 dollars par jour, et a revendu sa ferme 651 millions d’euros en mai dernier à l’entreprise américaine Riot Blockchain.

Mercredi dernier, des données publiées par l’université de Cambridge montraient que le minage de bitcoins avait plus que doublé aux Etats-Unis entre mai et août dernier, amenant la part américaine à 35,4 % de l’activité mondiale.

La montée en puissance américaine dans le minage attise aussi les critiques contre son coût environnemental. Chaque année, le minage de bitcoins consomme autant d’électricité que l’ensemble des Philippines, d’après l’université de Cambridge.

Avez-vous intérêt à ouvrir un Livret Crypto à la place de votre Livret A ?

Les cryptomonnaies, souvent pointées du doigt par les investisseurs averses au risque pour leur volatilité, vont-elles réussir l’impossible ? Car s’il “n’y a pas de rendement sans risque”, le “Livret Crypto” lancé le 21 octobre par Coinhouse présente des caractéristiques à même de mettre à mal le fameux adage. Comme annoncé par 21 Millions, la newsletter de référence sur l’univers crypto, ce produit d’épargne offre un taux garanti annualisé de 5%, “sans équivalent sur le marché”, selon la principale plateforme d’achat et de conservation de cryptomonnaies dans l’Hexagone. Coinhouse promet par ailleurs une transparence totale : aucuns frais prélevés sur les versements ni à la sortie, tout comme en cours de vie du placement (frais de gestion). Rendement garanti, absence de frais… le “Livret Crypto” a, à première vue, tout du produit miracle. De quoi en faire une alternative crédible à votre Livret A qui ne vous rapporte presque plus rien (0,5%), voire vous fait perdre de l’argent une fois l’inflation prise en compte (1,5% en 2021 selon la Banque de France) ? Focus sur 5 critères qui doivent vous aider à trancher.

>> Notre service – Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à notre plateforme d’achat de vente en ligne partenaire

Rendement : avantage au Livret Crypto

Rendement : avantage au Livret Crypto

Nul besoin d’avoir la bosse des maths pour le remarquer : 5% de rendement, c’est mieux que 0,5%. C’est même 10 fois mieux que le taux du Livret A depuis le 1er février 2020, pour être exact. Mais attention, cette rémunération n’est pas gravée dans le marbre et peut être modifiée “tous les trimestres, en fonction des conditions de marché”, précise 21 Millions. Les fonds déposés sur le Livret Crypto sont en effet convertis en Tether (USDT), le principal stablecoin dollar, soit une cryptomonnaie indexée au cours du billet vert. Ils sont ensuite envoyés sur des services cryptos tiers, c’est-à-dire “placés dans différentes applications décentralisées (Uniswap, Curve, Compound, Aave, Cream et SushiSwap), des services plus centralisés (Celsius, Genesis, Swissborg, Nexo, Tesseract, Gemini, BlockFi et Just Mining), des plateformes d’échange (FTX et Deribit), voire du staking (une solution qui consiste à immobiliser des cryptos dans un protocole afin d’assurer sa sécurité en échange de rendement)”, énumère 21 Millions.

>> A lire aussi – Livret A, LDDS, LEP, Livret jeune : avez-vous intérêt à y souscrire ?

Risques : capital garanti sur le Livret A, pas sur le Livret Crypto

Risques : capital garanti sur le Livret A, pas sur le Livret Crypto

Qui dit alternative au Livret A, dit produit intégralement sécurisé, capital et intérêts inclus. Si le livret défiscalisé est totalement sans risque, difficile d’en dire autant du Livret Crypto USDT. Les fonds convertis en dollars étant investis dans des protocoles tiers, tout défaut de ces derniers peut aboutir à une perte en capital. A l’inverse, la rémunération est, elle, garantie : “Si Coinhouse ne parvient pas récupérer 5% de rendement, il assume la perte”, note 21 Millions. Traduction : vous pouvez, malgré la garantie du taux, ne retrouver qu’une infime partie de votre mise à la sortie.

>> A lire aussi – Cours, risques, sécurité… êtes-vous prêt à investir dans le Bitcoin ?

Fiscalité : exonération pour le Livret A, abattement pour les cryptos

Fiscalité : exonération pour le Livret A, abattement pour les cryptos

C’est bien connu, le taux du Livret A est net de fiscalité, ce produit d’épargne étant totalement exonéré d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux (17,2%). S’il n’en va pas de même pour les cryptomonnaies – les plus-values étant soumises au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% -, cette taxation n’est pas une fatalité. Ce serait en effet omettre l’abattement de 305 euros sur les plus-values issues des cessions de cryptos. C’est seulement en dépassant ce montant annuel de gains que vous devrez vous acquitter d’une taxe de 30%, pour un rendement net d’impôt de 3,5% – sur la base d’un taux garanti à 5%. Sous ce seuil de revenus, vous n’aurez rien à payer.

Détail utile : Coinhouse verse les intérêts sous la forme du stablecoin USDT. Vous serez taxé sur vos intérêts seulement lorsque vous convertirez ces derniers en euros sonnants et trébuchants (via Coinhouse ou un autre courtier).

>> A lire aussi – Emploi à domicile, pourboires, Bitcoin… les 5 mesures phares du PLF 2022

Accessibilité : avantage au Livret A

Accessibilité : avantage au Livret A

Avec un versement minimum de 10 euros à l’ouverture, et même de 1,5 euro à la Banque postale, le Livret A offre une souplesse totale à son détenteur. Le plafond est quant à lui borné à 22.950 euros. Le Livret Crypto ne peut en revanche se targuer de ces qualités de placement grand public, avec un ticket d’entrée de 50.000 dollars – soit 43.060 euros à l’heure où ces lignes sont écrites. “Coinhouse prévoit de rapidement descendre ce seuil à 5.000 USDT (4.306 euros) lorsque le produit aura trouvé sa vitesse de croisière”, fait cependant savoir 21 Millions. Aucun plafond de dépôts n’est en revanche imposé.

Liquidité : avantage au Livret A

Liquidité : avantage au Livret A

Les retraits sont possibles à tout moment, en temps réel, sur un Livret A. Seul critère à respecter : laisser un minimum sur le produit d’épargne, fixé au montant du ticket d’entrée, soit 10 euros ou 1,5 euro à la Banque postale, des montants qui correspondent aussi aux retraits minimums. Côté Livret Crypto, chaque investisseur doit attendre au moins 3 mois pour récupérer ses fonds, ou l’issue des périodes suivantes, soit toutes les 13 semaines.

Résultat : il n’y a qu’un seul Livret A

Si les rendements promis sur le Livret Crypto ont de quoi faire saliver, ils ne doivent pas vous faire oublier que ce produit s’avère bien plus contraignant que le Livret A. Le blocage des sommes investies et son accès pour l’heure réservé aux épargnants disposant de plus de deux fois le plafond du Livret A restent deux écueils d’importance pour les détenteurs d’un livret d’épargne défiscalisé. Car c’est surtout la disponibilité du Livret A – qui en fait un parfait compte courant rémunéré – qui a de quoi séduire les épargnants. Un attrait dont ne jouit pas le Livret Crypto. Ce dernier semble toutefois destiné à devenir un bon produit de diversification pour les investisseurs effrayés par la volatilité du Bitcoin, pour ne citer que lui… une fois son plafond de versement abaissé à un niveau plus accessible.

>> Découvrez 21 Millions, notre newsletter destinée aux investisseurs en cryptomonnaies

Les cryptomonnaies à la sauce chinoise : opération séduction pour le yuan numérique

Les MNBC, prochaine révolution ? – Ce n’est plus un secret pour personne. La Chine et les cryptomonnaies ne font pas bon ménage. Le pays, après avoir initié, maintenu et réaffirmé sa politique répressive envers les cryptos, a fait place à sa monnaie numérique de banque centrale (MNBC).

L’engouement préalable à la sortie du yuan numérique en Chine

L'engouement préalable à la sortie du yuan numérique en Chine

Rappelons que la MNBC en Chine, le yuan numérique (e-CNY), en est encore à sa phase d’expérimentation. Toutefois, à l’occasion d’une conférence qui s’est tenue à la Fintech Week organisée à Hong Kong, le directeur général de l’Institut de la monnaie numérique de la Banque populaire de Chine, Mu Changchun, a annoncé des résultats très encourageants.

En effet, Mu Changchun a déclaré qu’environ 140 millions de wallets destinés au e-CNY ont été ouverts depuis le début des essais. Dans les faits, environ 10 % de la population chinoise disposerait déjà de son portefeuille de yuan numérique.

En outre, ce dernier a souligné que plus d’1,5 million de commerçants acceptent d’ores et déjà les paiements en e-CNY. Au 27 octobre 2021,le montant global des transactions en yuan numérique avoisinait les 62 milliards de yuans chinois (environ 9,7 milliards de dollars).

Enfin, Mu Changchun a affirmé que, pour l’heure, aucune date n’avait été arrêtée s’agissant du lancement officiel pour l’e-CNY.

>> Trader du bitcoin et des cryptomonnaies sans vous ruiner ça vous tente ? Ascendex vous ouvre les bras <<

La voie s’ouvre pour les MNBC

La voie s'ouvre pour les MNBC

Tout au long de l’année 2021, plusieurs pays ont annoncé travailler sur des projets de MNBC. En quête de modernisation des systèmes financiers et d’un moyen pour faire barrage au marché des actifs numériques, la plupart des États ont entamé une réflexion sur la création de ce type de monnaie.

D’ailleurs, certains sont passés à la pratique en lançant récemment leur MNBC. Par exemple, la Banque centrale du Nigéria vient de lancer officiellement l’eNaira. Du côté de l’Europe, l’euro numérique ne semble pas prêt de voir le jour, dès lors que le groupe consultatif qui vient d’être constitué ne comporte aucun membre issu du monde des cryptomonnaies.

Les banques centrales se tournent vers les MNBC, notamment dans la perspective d’améliorer leur rentabilité grâce à la réduction des charges opérationnelles créées par les opérations interbancaires. Côté consommateurs, les MNBC offrent une volatilité mesurée et une sécurité accrue par rapport aux cryptomonnaies. En outre, les MNBC sont gage d’un certain libéralisme économique pour les populations des pays émergents.

À la fin du mois d’octobre, le Parlement indien avait indiqué se pencher sur une réglementation applicable aux devises numériques officielles. L’Inde sera peut-être le prochain pays à rejoindre le cercle des MNBC.

Il y a peu de chance que la banque chinoise vous propose un airdrop de crypto… Fort heureusement, si vous lisez ceci, il n’est peut-être pas trop tard pour profiter d’une offre exceptionnelle réservée par Ascendex aux 400 premiers utilisateurs qui s’inscriront sur cette plateforme d’exchange réputée ! Outre bénéficier de 10% de réduction sur leurs frais de trading, un airdrop de 5$ supplémentaire vous sera offert (lien affilié, sous réserve de trader au moins 100$, voir conditions sur site).

Bitcoin : est-il déjà trop tard pour en acheter ?

INTERVIEW – Le cours du bitcoin, cryptomonnaie la plus populaire du monde, ne cesse d’affoler les compteurs. Peut-on encore investir ? À l’occasion de la sortie de la deuxième édition de « Bitcoin et les cryptomonnaies pour les nuls », Daniel Ichbiah, co-auteur du livre, répond à LCI.

Propos recueillis par Idèr Nabili – 2021-11-09T09:05:00.000+01:00

Son cours ne cesse de flamber et d’affoler ses détenteurs. Le bitcoin, la cryptomonnaie la plus connue de la planète, a dépassé le 20 octobre dernier son plus haut historique, à plus de 66.000 dollars. Près de 13 ans après sa création, cette monnaie dématérialisée a vu sa valeur flamber en quelques années, puisqu’elle n’atteignait même pas les 20.000 dollars fin 2017. Toutefois, les près de 19 millions de bitcoins en circulation restent volatiles : en juin dernier, le cours de cette cryptomonnaie était descendu sous les 30.000 dollars, une chute soudaine contre laquelle rien ne la protège.

Cette semaine, Daniel Ichbiah et Jean-Martial Lefranc publient Bitcoin et les cryptomonnaies pour les nuls (Éditions First), une manière pour eux d’expliquer l’univers du bitcoin et de ses concurrents au grand public. À quoi le bitcoin sert-il ? Faut-il le privilégier à d’autres cryptomonnaies ? N’est-il pas trop tard pour en acheter ? Daniel Ichbiah, journaliste, écrivain, et co-auteur du livre, nous éclaire.

Si un Français achète du bitcoin, à quoi va-t-il lui servir ?

Dans beaucoup de pays, notamment en Amérique du Sud, la monnaie locale vaut tellement peu que la population s’est tournée vers les cryptomonnaies, avec quoi il est possible de réaliser des achats. En France, le bitcoin va surtout permettre de réaliser un placement sur le long terme. Celui-ci sera beaucoup plus rentable que tout autre placement, du fait de la rareté du bitcoin. Cette cryptomonnaie a été conçue pour qu’il n’y en ait que 21 millions d’unités, sur le modèle de l’or ou du diamant, chers parce que rares. Et le Bitcoin sera encore plus rare que prévu. En effet, 20 millions auront été produits en 2024, mais une partie a déjà été perdue.

Les cryptomonnaies représentent la possibilité de ne plus dépendre des banques

Pour sécuriser son portefeuille bitcoin, l’utilisateur possède une clé privée : l’équivalent d’une clé pour un coffre. Or, environ un tiers des possesseurs de bitcoin l’ont perdue, par exemple parce qu’ils ont changé d’ordinateur ou par oubli. Avec ces pertes, le bitcoin devient de plus en plus rare… donc de plus en plus cher.

Justement, le bitcoin ne valait que quelques centimes il y a dix ans. Fin 2017, il était évalué à 19.500 dollars, puis 10.000 mi-2019, et actuellement plus de 60.000… Pourquoi le cours est-il si volatile ?

La loi de l’offre et de la demande s’applique. Beaucoup de monde se précipite sur les cryptomonnaies, notamment le bitcoin, en se disant qu’ils vont gagner de l’argent facilement. Or, il n’y a pas d’argent facile, sauf pour les personnes extrêmement spécialisées qui passent leur temps à surveiller les cours, les spéculateurs. Le cours est effectivement très variable. Lorsque beaucoup de monde veut en acheter, la valeur augmente, et inversement. Donc il faut mettre en garde le particulier attiré par ce type de marché : qu’il n’hypothèque pas sa maison pour du bitcoin. Il faut être prêt à gagner et à perdre.

Lire aussi

La valeur du bitcoin a atteint un niveau record ces derniers jours. Est-il trop tard pour en acheter ?

Non. D’autres cryptomonnaies peuvent sembler alléchantes, mais sur le long terme, le bitcoin ne peut que monter, à moins que des monnaies alternatives prennent le dessus. Toutefois, cela implique de ne pas céder aux situations de panique. Cette année par exemple, sa valeur était tombée à 30.000 dollars.

Cela signifie qu’il faut privilégier le bitcoin aux autres cryptomonnaies ?

Pas forcément. Beaucoup d’initiatives se développent, comme l’achat d’une fraction d’éolienne ou d’appartement. Cela permet ensuite de gagner une partie du rendement de l’énergie produite ou du loyer. Sans les cryptomonnaies, ces projets ne pourraient pas exister. Nous sommes face à une libération du système financier. Les cryptomonnaies représentent aussi la possibilité de ne plus dépendre des banques. C’est une révolution fondamentale.

Au point de remplacer les banques traditionnelles ?

Les deux vont cohabiter. Il y aura toujours des banques, mais avec un système parallèle de cryptomonnaies : quand Internet est arrivé, cela n’a pas tué le livre. Une partie de la population aimera toujours aller dans une banque, avoir un conseiller… Les cryptomonnaies deviendront aussi importantes que le MP3 l’a été dans la musique par rapport au CD. Les banques américaines elles-mêmes commencent à s’approprier les cryptomonnaies. La banque centrale européenne est même en train de créer une monnaie numérique, un euro numérique, dont le cours ne bougera pas. Le grand public veut quelque chose de simple, les banques ne vont pas se laisser périr.

Propos recueillis par Idèr Nabili

Sur le même sujet

Sur le même sujet

Pourquoi le Bitcoin revient-il à son plus haut niveau et jusqu’où pourrait-il aller ?

Il dépasse les 30.000 dollars pour la 1re fois : jusqu’où le Bitcoin peut-il encore monter ?

La valeur du bitcoin poursuit sa hausse et atteint des niveaux records

Il atteint des sommets puis trébuche : le Bitcoin, une nouvelle valeur refuge qui reste… instable

Bitcoin : 3 questions pour comprendre la dégringolade de la cryptomonnaie

La baisse du cours du bitcoin risque-t-elle de ruiner des millions de particuliers ?

Les articles les plus lus

Les articles les plus lus

Les vaccinés occupent-ils vraiment la majorité des places à l’hôpital ?

EN DIRECT – « La vaccination ne suffira pas », alerte Jean-François Delfraissy : suivez son interview sur LCI

Covid-19 : la France pourrait atteindre « 1000 hospitalisations par jour d’ici janvier », alerte Olivier Véran

Troisième dose pour les 50-64 ans : ce qu’il faut savoir

Céline Dion malade : de quoi souffre-t-elle vraiment ?

Le Bitcoin et l’Ethereum sont dans le Top 3 des cryptomonnaies les plus polluantes

  Le Bitcoin et l’Ethereum font partie des cryptomonnaies les plus polluantes. C’est en tout cas ce que révèle la dernière étude baptisée “Global Impact of Crypto Trading” de la plateforme Forex Suggest.

Comme vous le savez, les cryptomonnaies sont devenues en l’espace de quelques années seulement l’un des actifs les plus discutés et disputés dans le monde de l’investissement. La faute notamment à l’explosion du cours de Bitcoin qui vient d’atteindre les 68 000 dollars, un record absolu. La bonne santé du BTC a permis à d’autres devises numériques de briller, à l’image de l’Ethereum ou encore du Bitcoin Cash, une cryptomonnaie dérivée du Bitcoin.

À l’heure actuelle, le marché des cryptomonnaies dépasse les 3000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Néanmoins et ce n’est un secret pour personne, le minage de cryptomonnaies est un processus qui nécessite une quantité importante d’énergie, notamment pour résoudre des problèmes algorithmiques complexes pour générer des tokens et enregistrer les transactions effectuées dans la Blockchain.

Dans une nouvelle étude baptisée “Global Impact of Crypto Trading”, la plateforme de trading Forex Suggest s’est penchée sur l’impact environnemental du minage des principales cryptomonnaies. Il faut dire que de plus en plus d’acteurs de l’industrie, bancaires ou d’institutions étatiques ont fait part de leur inquiétude à ce sujet, à l’image d’Elon Musk et Tesla qui avaient choisi de ne plus accepter le Bitcoin comme moyen de paiement, tant que les mineurs n’utiliseront pas une quantité suffisante d’énergies propres pour le miner (avant de se raviser devant les avancées effectuées dans ce domaine).

À lire également : Le Bitcoin consomme 0,5% de l’électricité au monde, 7x plus que Google !

Le Bitcoin et l’Ethereum, les cryptos les plus populaires… et les plus polluantes

Le Bitcoin et l'Ethereum, les cryptos les plus populaires… et les plus polluantes

Sans surprise, l’étude dévoile que le Bitcoin est la cryptomonnaie la plus polluante et la plus consommatrice d’énergie, avec 707 kWh par transaction. Soit l’équivalent de 480 kg de CO2 émis pour chaque transaction. Ainsi et en 2020 seulement, l’exploitation du Bitcoin a produit pas moins de 59,9 millions de tonnes de CO2. Comme le précise Forex Suggest, il faudrait planter 299,6 millions d’arbres pour compenser ces émissions.

On retrouve en seconde position l’Ethereum, avec 62,5 kWh par transaction, soit 42 kg de CO2. Sur l’année 2020, l’Ethereum a donc représenté 16,6 millions de tonnes de C02 et nécessiterait donc la plantation de 84,3 millions d’arbres pour contrebalancer cet impact environnemental. Enfin, on trouve sur la dernière marche du podium le Bitcoin Cash, avec 19,957 kWh par transaction, soit 12,7 kg de CO2.

“Malheureusement, il apparaît que les deux cryptomonnaies les plus populaires, le Bitcoin et l’Ethereum, sont également les plus gourmandes en énergie. Cela n’est pas de bon augure pour l’environnement et pourrait amener les investisseurs à s’inquiéter d’une éventuelle réglementation sur l’exploitation minière de ces grands pollueurs sur leur territoire, ce qui pourrait avoir de graves répercussions sur les marchés des cryptomonnaies”, craint Forex Suggest.

Demandez nos derniers articles !

Bitcoin : qu’est-ce que c’est, comment investir et gagner de l’argent

Vous entendez souvent parler de Bitcoin, de Blockchain et de cryptomonnaie mais vous n’avez aucune idée de comment ça marche ? Vous ne savez pas non plus en quoi consiste une monnaie virtuelle ni ce que ça implique ? C’est le moment de tout savoir sur le Bitcoin et son fonctionnement !

Cryptomonnaies : des pirates attaquent les serveurs d’Alibaba pour miner du Monero

Alibaba est devenue la cible de plusieurs pirates qui utilisent ses serveurs pour miner du Monero. Complètement intraçable, la cryptomonnaie est particulièrement prisée par les hackers. Même constat pour la firme chinoise, qui offre plusieurs fonctionnalités de gestion des données…

Bitcoin : l’Inde va interdire toutes les transactions en cryptomonnaies

L’Inde s’apprête à interdire toutes les transactions en Bitcoin et en cryptomonnaies. Comme la Chine, le gouvernement indien souhaite éviter que les cryptodevises soient utilisées comme moyen de paiement. La détention de crypto-actifs resterait cependant autorisée.  Si certains pays adoptent…

Le cours du Bitcoin s’effondre, plus de 200 milliards de dollars disparaissent du marché

Le cours du Bitcoin, la cryptomonnaie la plus importante et la plus connue au monde, est passé sous la barre des 60 000 dollars mardi, après s’être effondré de plus de 12 % depuis le record de 69 000 dollars atteint…

Bitcoin : cette mise à jour améliore la confidentialité et la sécurité de la cryptomonnaie

Bitcoin vient de recevoir une importante mise à jour. Intitulée Taproot, cette mise à niveau très attendue permet d’améliorer la sécurité et la confidentialité des transactions sur la blockchain tout en réduisant le coût des transferts. Surtout, elle facilite la…

Le PDG d’Apple Tim Cook révèle détenir du Bitcoin et de l’Ethereum

Tim Cook, l’actuel PDG d’Apple, détient du Bitcoin et de l’Ethereum. Lors d’une interview, le dirigeant d’entreprise a révélé s’intéresser au secteur des cryptomonnaies à titre personnel depuis quelques temps. En dépit de son intérêt, Tim Cook n’envisage pas d’y…

Le cours du Bitcoin a dépassé les 68 000 dollars, un nouveau record pour la cryptomonnaie

Le cours du Bitcoin vient de passer la barre des 68 000 dollars. Craignant le retour de l’inflation dans le sillage de la pandémie de Covid-19, des milliers d’investisseurs ont investi dans la reine des cryptomonnaies. Après ce nouveau record,…

Elon Musk change son nom sur Twitter et inspire une nouvelle cryptomonnaie

Elon Musk vient de changer son nom sur Twitter pour “Lorde Hedge”. En référence au nouveau nom du milliardaire, des internautes ont lancé une nouvelle cryptomonnaie sur la blockchain Ethereum, le EdgeElon. Les créateurs du token espèrent récolter des bénéfices en…

Le marché des cryptomonnaies vient de dépasser les 3 000 milliards de dollars

Le marché des cryptomonnaies enchaîne les records ! Porté par la hausse du Bitcoin, le marché des devises numériques a atteint les 3 000 milliards de dollars de capitalisation. La plupart des altcoins, dont l’Ether, profitent de cette tendance haussière….

Bitcoin : la cryptomonnaie bientôt enseignée dans les écoles de New York ?

Eric Adams, le nouveau maire de New York, est un fervent défenseur des cryptomonnaies et il le fait savoir. Après avoir annoncé qu’il souhaitait toucher ses trois premiers salaires en Bitcoin, l’élu a annoncé sa volonté de développer des programmes…

La menace qui pourrait détruire le Bitcoin et toutes les crypto-monnaies

Les récentes avancées de l’informatique quantique peuvent menacer la sécurité des crypto-monnaies et mettre en danger les fonds de leurs utilisateurs.

Le professeur Jian-Wei Pan, créateur de l’ordinateur quantique le plus puissant du monde et scientifique décrit par le magazine Nature comme le « père du quantique« , affirme que cette technologie est encore à quatre ou cinq ans d’être réellement disponible.

Pour vous donner une idée de la puissance de calcul dont nous parlons, l’un des ordinateurs quantiques de Jian-Wei Pan, le Jiuzhang 2, est capable de calculer en une milliseconde des tâches que l’ordinateur conventionnel le plus rapide du monde mettrait 30 trillions d’années à accomplir. Si ce que dit le professeur est vrai, dans cinq ans, il sera temps de revoir tous les systèmes de sécurité dont disposent actuellement les crypto-monnaies, car ils seront trop vulnérables pour résister aux futures attaques.

Les crypto-monnaies sont protégées par une technologie de cryptographie à clé publique. Ce système ultra-sécurisé fonctionne en combinant une clé publique que tout le monde peut avoir avec une clé privée que seul l’utilisateur peut avoir. Mais si les ordinateurs quantiques comme celui de Jian-Wei Pan atteignent le potentiel qu’ils promettent, ils pourront craquer les cryptomonnaies à clé publique, bouleversant ainsi le monde des crypto-monnaies.

« Lorsque l’informatique quantique sera suffisamment puissante, toutes les garanties de sécurité disparaîtront« , déclare Dawn Song, professeur à l’université de Californie à Berkeley, lors d’une conférence pour Collective[i] Forecast. « Lorsque la cryptographie à clé publique tombe en panne, les utilisateurs peuvent perdre leurs fonds et tout le système s’effondre. »

Il est temps de réinventer la sécurité des crypto-monnaies

Il est temps de réinventer la sécurité des crypto-monnaies

Face à cette menace, plusieurs entreprises et institutions gouvernementales s’efforcent déjà de trouver de nouveaux outils de sécurité capables de rivaliser avec la puissance de calcul des ordinateurs quantiques. Comme le rapporte cet article de « Cnet », parmi eux figurent le National Institute of Standards and Technology (NIST) du gouvernement américain et des entreprises telles que le projet Ethereum et Cambridge Quantum Computing, qui travaillent sur des méthodes permettant de garantir la sécurité des réseaux blockchain actuels.

D’autres, comme Quantum Resistant Ledger, la Fondation Hyperledger et Bitcoin Post Quantum, créent de nouvelles crypto-monnaies et Blockchain conçues spécifiquement pour résister à l’assaut des ordinateurs quantiques.

Le fait que de nombreuses crypto-monnaies actuelles soient de conception décentralisée rend difficile la mise à jour rapide de leur sécurité en cas d’attaque. Selon Andersen Cheng, PDG de Post Quantum, une société de cryptage post-quantique, en cas d’attaque : « Ce seront les monnaies véritablement décentralisées qui seront touchées si leurs communautés sont trop lentes et désorganisées pour agir« .

La Chine et les États-Unis pourraient déjà être à l’affût.

La Chine et les États-Unis pourraient déjà être à l’affût.

Les deux pays sont en tête de la course mondiale à l’informatique quantique, bien que la Chine ait une nette avance pour le moment. Selon les estimations des deux pays, il faudra encore cinq à dix ans pour réaliser un ordinateur quantique fonctionnel. Entre de mauvaises mains, ces ordinateurs peuvent être très dangereux.

Selon Dustin Moody, mathématicien au NIST, « la menace qu’un État-nation adverse crée un grand ordinateur quantique [suffisamment puissant] et puisse accéder à vos informations est réelle« . Moody ajoute que « la menace est qu’ils copient vos données cryptées et les stockent jusqu’à ce qu’ils aient l’ordinateur quantique« .

Les cryptomonnaies menacent la stabilité de l’économie réelle

L’appétit pour les monnaies basées sur la blockchain a explosé pendant le confinement, la valeur de ces cryptoactifs ayant été multipliée par dix en un an. Le Fonds monétaire international (FMI) s’en inquiète, l’ampleur du phénomène pouvant faire peser un risque sur la stabilité économique, notamment dans les pays émergents. Le FMI recommande de renforcer la surveillance internationale de ces cryptoactifs.

Bitcoin, ethereum, stable coin de Facebook… Ces monnaies à l’appellation exotique se sont développées à grande vitesse ces dernières années. Au point d’inquiéter le Fonds monétaire international (FMI) qui, dans son « Rapport sur la stabilité financière dans le monde », consacre un chapitre entier au risque posé par ces actifs numériques basés sur une blockchain. Le FMI estime que la valeur totale des cryptoactifs en circulation dans le monde a été multipliée par dix en un an et a dépassé les 2000 milliards de dollars en septembre dernier.

Le bitcoin, la plus célèbre des monnaies échangées au travers d’une blockchain, a notamment fait l’objet d’une intense spéculation pendant les phases de confinement. Après avoir été multipliée par quatre en 2020, la valeur d’un bitcoin a atteint les 40 000 dollars en janvier 2021, et a poursuivi son ascension pour dépasser les 60 000 dollars en milieu d’année. Extrêmement volatile, son cours ne cesse cependant de fluctuer.

Le FMI souligne le manque de transparence et de gouvernance de ces cryptoactifs. Et pour cause, une blockchain fonctionne comme un registre partagé dans lequel chaque maillon de la chaîne inscrit une information codée, le tout formant un code ineffaçable. Aucune autorité centrale n’intervient pour réguler les flux. Les défenseurs de la blockchain estiment justement que cette caractéristique assure la transparence et se félicitent du fait qu’il n’y ait pas de gouvernance centralisée.

Le risque est pourtant bien présent. Le FMI cite notamment les fortes fluctuations de ces actifs ou encore les nombreuses affaires de piratage informatique. De même, l’anonymat des utilisateurs permet les transactions illicites et induit la mauvaise réputation des dispositifs comme le bitcoin. Pire, les économistes de l’institution internationale pointe le risque pour les particuliers achetant des monnaies virtuelles. Ils ont recensé quelque 16 000 cryptoactifs ayant été créés. Sur ces 16 000, il n’en reste aujourd’hui plus que 9 000 et les disparitions ne sont pas toujours expliquées…

Risque pour l’économie

Risque pour l’économie

Le FMI craint que l’ampleur du phénomène puisse se transmettre à l’économie réelle et la déstabiliser. Les courroies de transmission entre les monnaies virtuelles et le monde réel se trouvent notamment au niveau des banques centrales, qui sont les organismes régulant la monnaie. Les banques centrales ont notamment pour mission de garantir la stabilité des prix, le niveau de l’inflation ou encore les taux d’intérêt. La généralisation des cryptoactifs pourrait limiter cette capacité d’action des banques centrales et poser de sérieux risques pour l’économie, particulièrement dans les pays émergents où ils se sont fortement développés. Le FMI avait déjà alerté sur ce risque lorsque le Salvador a décidé, l’été dernier, de faire du bitcoin sa monnaie nationale.

Pour tenter de contenir le phénomène, le FMI conseille en premier lieu de renforcer la coopération entre les pays afin de mieux surveiller les évolutions de l’écosystème des cryptoactifs, mais aussi de renforcer leurs réglementations pour limiter le risque. Mais son conseil principal consiste à inciter les autorités publiques à adopter elles-mêmes les monnaies numériques. De nombreuses banques centrales, comme la Banque de France et la Banque centrale européenne, travaillent en effet à la mise en place de monnaies numériques en utilisant la technologie de la blockchain. Il ne s’agit bien sûr pas pour elles de se positionner sur le marché des cryptoactifs, mais bien de fluidifier les échanges de monnaies nationales, avec des dispositifs numériques plus rapides et plus fiables.

Facebook lance son premier portefeuille pour les cryptomonnaies

Facebook n’a toujours pas lancé Diem, sa cryptomonnaie, mais la branche financière du réseau social prépare le terrain et teste en ce moment même Novi, son portefeuille numérique pour les cryptomonnaies.

Facebook est né en 2004, dans le campus d’Harvard. Nous sommes nombreux à connaître l’histoire derrière la création de ce géant d’Internet, encore aujourd’hui le plus puissant et le plus utilisé des réseaux sociaux. Mais là où Google, Microsoft, Apple et même Amazon proposent de très nombreux produits et solutions à leurs clients, Facebook s’est toujours concentré sur son réseau social. Avec le rachat de WhatsApp et d’Instagram, le groupe Facebook s’était toujours cantonné à ce qu’il savait faire : les réseaux sociaux.

Alors en 2019, quand le groupe présentait au monde Libra, sa propre cryptomonnaie, tout le monde était sous le choc. Mais depuis, rien n’avance comme le géant le voudrait. En effet, depuis l’annonce la crypto a été bloquée par de nombreux gouvernements. Toujours pas lancée, cette monnaie virtuelle a eu le temps, en deux ans, de changer de nom, devenant Diem. Le portefeuille de stockage des cryptomonnaies, qui était lui baptisé Calibra lors de l’annonce est devenu Novi depuis.

Un échange test entre les US et le Guatemala

Disponible depuis quelques jours aux États-Unis et au Guatemala, ce portefeuille doit permettre de stocker plus facilement des monnaies virtuelles, une tâche qui a pu être compliquée à une époque, mais qui est aujourd’hui assez simple, tant les offres se bousculent pour garder vos Bitcoins et autres Ethereum. En attendant le lancement de Diem, qui semble donc possible dans les prochains mois, le portefeuille Novi devrait lui accueillir le stablecoin USDP (dit Pax Dollar). Cette première monnaie virtuelle est le fruit d’un partenariat avec Paxos et Coinbase, qui en fait pour le moment la seule cryptomonnaie disponible sur le portefeuille de Facebook.

Cette première cryptomonnaie devrait faire office de test. En effet, le stablecoin pourrait être très utile dans l’envoi de fonds entre les deux pays cibles, que sont les États-Unis et le Guatemala. Historiquement, beaucoup d’argent circule entre les deux pays, les investissements privés arrivant depuis les États-Unis contribuant à 14 % du PIB du petit pays d’Amérique Centrale.

Le Diem toujours dans le viseur

Le Diem toujours dans le viseur

L’utilisation d’un stablecoin dans ce genre de situation pourrait permettre aux utilisateurs de s’affranchir de plusieurs frais de change et de douane. Une alternative très intéressante donc pour les travailleurs d’origine guatémaltèques qui envoient régulièrement de l’argent à leurs proches ou amis restés dans la petite république hispanophone.

Pour David Marcus, patron de la branche financière de Facebook, l’idée derrière ce test est avant tout de préparer l’arrivée de Diem de la meilleure manière possible. L’idée d’une cryptomonnaie dont Facebook serait propriétaire n’est toujours pas exclue, alors que le projet mène à recueillir les dernières autorisations nécessaires. Toujours selon Marcus, le principal avantage de Novi sera son niveau de frais très faible voir nul. « Une fois que nous aurons une base de clients solide, nous proposerons des paiements marchands moins chers et réaliserons un profit sur les services marchands », promet le chef de Facebook Financial.

Les banques et commerçants du réseau Mastercard peuvent désormais proposer des services de cryptomonnaies

Toutes les banques et les entreprises qui travaillent sur le circuit Mastercard pourront désormais proposer des services liés aux cryptomonnaies. Mastercard a en effet annoncé avoir signé un accord avec la société Bakkt pour proposer des options de cryptomonnaies à la disposition des commerçants et des banques de son réseau de paiement. Les clients de
Mastercard pourront dorénavant permettre aux consommateurs d’acheter, de vendre et de détenir des
cryptomonnaies. Bakkt de son côté s’occupera de toute l’infrastructure informatique qui permettra au service de fonctionner.

Mastercard intégrera également les cryptomonnaies dans ses solutions de fidélisation, permettant à ses partenaires d’offrir des cryptomonnaies comme récompenses. Les consommateurs pourront gagner et dépenser des récompenses en cryptomonnaies au lieu de points de fidélité traditionnels. Ils pourront ensuite les convertir de manière transparente en cryptomonnaies pour payer leurs achats.

Il est important de noter que la décision d’inclure ou non des services de cryptomonnaie devra être prise individuellement par chaque entité. Il faudra attendre pour savoir combien se joindront à l’initiative.

Un nouveau pas pour la démocratisation des cryptomonnaies

Mastercard est l’un des prestataires de carte de crédit les plus populaires au monde. Il coopère avec plus de 20.000 banques et des millions de commerçants. Les derniers chiffres officiels indiquent qu’il y aurait 2,8 milliards de cartes Mastercard en circulation. Ce nouvel accord risque donc fortement de favoriser la popularité des monnaies numériques auprès des consommateurs. Cette nouvelle intervient quelques jours après que le Bitcoin, qui reste toujours la cryptomonnaie la plus répandue, ait établi un nouveau record historique de 67.000 dollars.

« Nous sommes incroyablement enthousiastes à l’idée de nous associer à Mastercard pour proposer des services de fidélisation en cryptomonnaies à des millions de consommateurs », a déclaré Nancy Gordon, vice-présidente exécutive chez Bakkt. « Alors que les marques et les commerçants cherchent à séduire les jeunes consommateurs et leurs préférences en matière de transactions, ces nouvelles offres représentent une occasion unique de satisfaire la demande croissante de flexibilité en matière de crypto, de paiement et de récompenses. »

Tim Cook possède des cryptomonnaies et s’y intéresse depuis un moment

Celle là, on ne l’avait pas vu venir. Tim Cook possède des cryptomonnaies, a-t-il révélé durant une conférence DealBook du New York Times. « Je pense qu’il est raisonnable d’en avoir dans un portfolio [d’investissements] diversifié » a raconté le CEO d’Apple qui prévient tout de suite : « Je ne donne de conseils d’investissement à personne ! ». Mais dans un marché de la crypto aussi volatile, ces paroles devraient pousser les feux sous les cours qui sont actuellement au sommet.

Tim Cook a aussi indiqué qu’il s’intéressait aux cryptos depuis un moment, un intérêt purement personnel. Lui qui se présente comme un grand défenseur de l’environnement, il est tout de même bien singulier de le voir s’investir dans des actifs dont la création nécessite autant d’énergie et représente une menace pour l’environnement. Mais on n’est plus à une contradiction près avec Apple et ses dirigeants.

Apple milite à la fois pour et contre un projet de loi environnemental majeur aux États-Unis

Le patron d’Apple a aussi laissé entendre que le constructeur réfléchissait à la possibilité de pouvoir acheter ses produits avec des cryptos, mais que ce n’est pas quelque chose qui allait arriver à court terme. L’entreprise n’a pas l’intention d’investir dans le secteur comme Tesla l’a fait avec le bitcoin en début d’année.

« [En tant que CEO], je n’irais pas investir dans les cryptos non pas parce que je n’investirais pas mon propre argent dans les cryptos [ce qu’il a fait], mais parce que je ne pense pas que les gens qui achètent des actions d’Apple veuillent être exposés aux cryptos. S’ils veulent le faire, ils peuvent investir directement dans les cryptomonnaies par d’autres moyens ».

La banque Qonto autorise désormais ses clients à investir dans les cryptomonnaies

Qonto change d’avis sur les cryptos

Après plusieurs années de refus, la banque des entreprises Qonto accepte désormais que ses clients investissent leur trésorerie en cryptomonnaies. Nous pouvons lire sur le site :

« Chez Qonto, l’utilisation de cryptomonnaie est possible, mais réglementée. En effet, nous n’acceptons pas toutes les activités ni toutes les transactions. »

Ainsi, la banque précise plusieurs conditions à respecter. Il est possible d’investir dans les cryptomonnaies à condition de passer par une plateforme autorisée au préalable par Qonto.

Ainsi, le prestataire doit être domicilié soit aux États-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni ou en France. De plus, la société doit être enregistrée en tant que Prestataire de Service sur Actifs Numérique (PSAN) auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). En effet, le PSAN est obligatoire pour exercer légalement certaines activités en lien avec le marché des cryptomonnaies en France.

Concrètement, Qonto tolère les interactions avec des prestataires tels que Coinhouse, LGO Europe, Paymium et StackinSat. L’exchange Bitpanda, enregistré PSAN mais basé en Autriche, est quand à lui exclu des conditions énoncées par la banque. Nicolas Louvet, CEO de Coinhouse, a déclaré :

« Nous sommes ravis chez Coinhouse que Qonto, l’une des plus belles Fintech françaises, ait changé d’avis et accepte à présent que ses clients investissent en cryptomonnaies. C’est le sens de l’histoire et toutes les banques vont faire de même. »

Et les sociétés cryptos ?

Et les sociétés cryptos ?

Le changement de position de Qonto ne concerne pas les startups ayant des activités liées aux cryptomonnaies. Ainsi, la banque française se réserve le droit d’ouvrir ou non un compte pro à ce type de société.

À noter que la banque autorise, en revanche, l’ouverture d’un un compte pro si l’activité ne concerne pas seulement les cryptomonnaies ou si celle-ci correspond à du conseil (crypto/blockchain).

👉 À lire sur le même sujet : France : Binance souhaite obtenir le statut de PSAN « dans les 6 à 12 mois »

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

A propos de l’auteur : Florent David

Engagé dans l’écosystème crypto depuis 2017. Je m’intéresse particulièrement à la finance décentralisée (DeFi), Ethereum 2.0 et les tokens non fongibles (NFTs).Tous les articles de Florent David.

Le gouvernement du Zanzibar envisage d’adopter les cryptomonnaies

Le Zanzibar étudie la possibilité d’adopter les cryptomonnaies

Le Zanzibar étudie la possibilité d'adopter les cryptomonnaies

Le Zanzibar, un archipel tanzanien localisé au large des côtes de l’Afrique de l’Est, envisage activement d’adopter les cryptomonnaies. Le ministre de l’Économie du Zanzibar, Mudrick Soraga, affirme que le gouvernement sollicite actuellement l’avis de nombreux acteurs du secteur et de certaines institutions financières, rapporte l’agence de presse tanzanienne The Citizen.

« Nous sollicitons des points de vue sur la question avant de décider si c’est viable ou non. Vous ne pouvez pas prendre une telle décision sans obtenir l’avis des parties prenantes, y compris les banques et les ministères des Finances et des Affaires étrangères », explique Mudrick Soraga.

Visiblement, le projet est activement discuté par les membres du gouvernement tanzanien. Dans le cadre de ses consultations, le ministre de l’Économie s’est récemment entretenu avec Joe Chuene, un représentant de la firme Hypertech. Le représentant du groupe technologique n’a pas caché son enthousiasme concernant l’adoption des devises numériques au Zanzibar.

« Le volume élevé des transactions de la cryptomonnaie dominante a démontré l’efficacité de l’actif. Il est grand temps que le gouvernement révolutionnaire de Zanzibar l’adopte », déclare Joe Chuene.

Même son de cloche du côté de Haji Semboja, professeur d’économie de l’Université d’État de Zanzibar. Interrogé sur la question par le gouvernement, l’économiste a estimé que l’adoption des cryptomonnaies serait une bonne chose pour l’archipel tanzanien.

Pour justifier sa position, il explique que l’économie du Zanzibar est majoritairement basée sur les services. L’adoption des cryptomonnaies devrait ainsi profiter aux nombreuses entreprises du secteur tertiaire implantées sur le territoire. Mudrick Soraga a également récolté l’avis d’Abdulmajid Nsekela, président de l’Association des banquiers de Tanzanie.

« Nous devons commencer à tirer des leçons d’autres pays sur le fonctionnement de cette technologie. Pour que la cryptomonnaie soit efficace, nous aurons besoin de politiques pour la cryptomonnaie », estime Abdulmajid Nsekela.

Sans surprise, les institutions bancaires du pays militent pour l’adoption d’un cadre réglementaire qui permettra d’encadrer les monnaies numériques. Dans cette optique, Samia Suluhu Hassan, la présidente récemment élue de la République unie de Tanzanie, a demandé à la banque centrale de la nation d’ouvrir la voie aux crypto-actifs. D’après la dirigeante, la cryptomonnaie représente l’avenir de la finance. L’exhortation de la présidente est survenue peu après l’annonce de l’adoption du Bitcoin comme monnaie légale au Salvador.

« Je sais que tous les pays, y compris la Tanzanie, n’ont pas accepté ou commencé à suivre cette direction. Toutefois, je demande à la Banque centrale de commencer à travailler sur ces développements. La Banque centrale doit être prête pour le changement et ne pas se laisser surprendre », déclarait Samia Suluhu Hassan en juin dernier.

👉 Lire aussi : L’utilisation de Binance explose en Afrique

Les pays d’Afrique se tournent vers les cryptomonnaies

Les pays d'Afrique se tournent vers les cryptomonnaies

En miroir du Zanzibar, de nombreux pays du continent africain se tournent vers les cryptomonnaies. C’est notamment le cas du Zimbabwe. Le gouvernement du Zimbabwe est actuellement occupé à évaluer les avantages et les inconvénients de l’utilisation de cryptomonnaies sur son territoire. Comme le Zanzibar, ce pays de l’Afrique australe s’est entretenu avec plusieurs acteurs du secteur des crypto-actifs.

Même son de cloche en Amérique du Sud. Inspirés par l’exemple du Salvador, plusieurs nations s’intéressent de près au secteur des cryptomonnaies. Citons l’exemple du Panama, qui pourrait reconnaître les cryptos comme moyen de paiement, ou du Brésil, où un député souhaite autoriser le versement des salaires en devises numériques.

Les cryptomonnaies sont particulièrement populaires en Afrique. D’après un rapport de Chainalysis, les marchés cryptos du continent ont en effet progressé de +1 200 % depuis l’année dernière. Cette hausse est surtout due à l’explosion des transferts en pair à pair (P2P).

Pour la population africaine, le Bitcoin (BTC) et les cryptomonnaies représentent une planche de salut contre l’inflation des monnaies fiat. De plus, on rappellera que le taux de bancarisation moyen de l’Afrique ne dépasse pas les 15,7%, malgré une forte hausse au cours des 15 dernières années. Dans certains pays, comme la Mauritanie, moins de 6 % de la population possède un compte bancaire.

👉 Sur le même sujet – Le créateur de Cardano assure que d’autres pays vont imiter le Salvador et adopter le Bitcoin (BTC)

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n’y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n’est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l’utilisation d’un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l’auteur : Florian Bayard

A propos de l’auteur : Florian Bayard

Via un chèque de 700 millions de dollars, les cryptomonnaies s’invitent en NBA : « Un accord historique s’étendant…

Le Staples Center, enceinte emblématique des Los Angeles Lakers, va être rebaptisé Crypto.com Arena, ont annoncé la plateforme de cryptomonnaies éponyme et le propriétaire des lieux AEG, qui ont conclu un accord pour un montant record estimé à 700 millions de dollars.

« Crypto.com, plateforme de cryptomonnaies à la croissance la plus rapide au monde, et AEG (Anschutz Entertainment Group), leader mondial du sport et du divertissement en direct, ont conclu un accord historique s’étendant sur 20 ans pour les droits d’appellation du Staples Center, qui, à compter du 25 décembre, sera connue sous le nom de Crypto.com Arena », indique le communiqué conjoint.

La salle du Downtown de L.A., d’une capacité de 20 000 places, accueille depuis son ouverture en 1999 les matches à domicile des Lakers, des Clippers, qui évoluent également en NBA, des Kings, engagés en NHL (hockey sur glace), et des Sparks qui jouent en WNBA (basket féminin).

Des concerts d’artistes majeurs y ont lieu, ainsi que des événements annuels prestigieux comme les Grammy Awards.

Un montant record pour une telle transaction

Un montant record pour une telle transaction

Cet accord a été conclu pour un montant de 700 millions de dollars (619 millions d’euros), rapporte le Financial Times, précisant que la transaction se fera en argent réel et non en cryptomonnaie. Ce qui serait un record pour ce type de partenariat. Il y a 22 ans, la firme de bureautique Staples avait payé 120 millions de dollars pour apposer son nom sur la façade de la salle.

Crypto.com, également lié au Paris Saint-Germain, aux Philadelphia 76ers ou encore à l’Ultimate Fighting Championship, principale ligue professionnelle d’arts martiaux mixtes (MMA), est une société basée à Singapour qui se consacre à la promotion de l’utilisation des cryptomonnaies telles que le bitcoin, à une grande échelle.

« Dans quelques années, les gens repenseront à cette journée et se diront que c’est à ce moment-là que les cryptomonnaies ont traversé le cosmos et sont entrées dans le courant dominant », s’est emballé son directeur général, Kris Marszalek, dans les colonnes du FT. »Il peut y avoir une certaine résistance initiale à l’idée du changement (de nom), je pense que c’est tout à fait naturel. Mais nous sommes prêts à travailler avec la communauté locale et à lui prouver qu’il s’agit d’un changement pour le meilleur, pour L.A. et pour les fans. »

Alors que le changement de nom prendra effet à Noël, la signalisation physique de la salle ne changerait qu’en juin 2022.

Aux États-Unis, les cryptomonnaies arrivent dans les salles de cinéma

La chaîne de cinémas AMC accepte désormais les paiements par cryptomonnaies. Bitcoin, ethereum et litecoin sont concernés.

Alors que les salles de cinéma françaises font face à une baisse de fréquentation, leurs homologues américaines ont peut-être trouvé une parade. Proche de la faillite lors de la crise sanitaire, la chaîne de cinémas AMC propose désormais d’acheter ses billets en ligne en payant avec des cryptomonnaies. AMC Entertainement, anciennement connu sous le nom AMC Theatres, s’est imposée comme l’une des plus grandes chaînes de salles de cinéma des États-Unis et a décidé de surfer sur la vague. Ces cryptomonnaies rejoignent d’autres solutions comme Apple Pay ou Google Pay et semblent déjà s’attirer les faveurs des cinéphiles, comme l’explique le PDG du groupe.

Big newsflash! As promised, many new ways NOW to pay online at AMC.  We proudly now accept: drumroll, please… Bitcoin, Ethereum, Bitcoin Cash, Litecoin. Also Apple Pay, Google Pay, PayPal. Incredibly, they already account for 14% of our total online transactions! Dogecoin next. pic.twitter.com/a7pqYBm7HB

« Grande nouvelle ! Comme promis, de nombreuses nouvelles façons de payer en ligne chez AMC. Nous sommes fiers d’accepter, roulement de tambour, s’il vous plaît… : Bitcoin, Ethereum, Bitcoin Cash, Litecoin. Mais aussi Apple Pay, Google Pay, PayPal. Chose incroyable, ils représentent déjà 14 % du total de nos transactions en ligne ! », assure Adam Aron. Pour le groupe AMC, il ne s’agit pas simplement d’une opération de communication, mais d’une tentative de relancer la fréquentation, rapporte Les Échos.

Dogecoin et shiba inu, AMC vise aussi les cryptos parodiques

Dogecoin et shiba inu, AMC vise aussi les cryptos parodiques

En effet, le secteur a été fortement pénalisé par la pandémie et la mise en place de nouvelles mesures sanitaires. Il doit également faire face à la concurrence croissante des offres de services de streaming vidéo telles que Netflix ou Disney+. La décision des cinémas AMC pourrait ainsi lui permettre de cibler un public assez jeune et friand de monnaies virtuelles. De plus, le directeur général du groupe a confié sur Twitter qu’il prévoyait d’accepter les paiements en dogecoin. Représentative de la culture Internet, cette cryptomonnaie parodique a gagné en popularité et intéresse notamment Elon Musk. Le fantasque PDG de Tesla évoque régulièrement la cryptomonnaie mème sur Twitter.

Une autre cryptomonnaie, le shiba inu, intéresse également les cinémas AMC. Présentée comme la rivale du dogecoin, cette crypto mème sera acceptée par le groupe d’ici deux à quatre mois. Comme pour les autres monnaies virtuelles, la firme se concentre sur les paiements en ligne et tient à rassurer les investisseurs sur leur prise en charge. « Nous accepterons les cryptomonnaies, mais nous ne les compterons pas dans notre bilan et, par conséquent, nous ne serons pas confrontés à des risques bilanciels accrus », précise Adam Aron.

Actif sur les réseaux sociaux, le dirigeant est à la tête d’un groupe sauvé de la faillite par les boursicoteurs. La chaîne de cinémas a traversé une véritable tempête ces derniers mois et a été sauvée par des alliées inattendues. En pleine affaire GameStop, les membres du forum r/wallstreetbets de Reddit sont venus en aide au groupe en faisant flamber l’action d’AMC. Sur les réseaux sociaux, le hashtag #SaveAMC a également vu le jour et le géant des salles de cinéma a depuis retrouvé des ambitions.

La Chine accentue ses efforts contre le minage de cryptomonnaies

BRÈVE // Après avoir ciblé le minage de cryptomonnaies chez les particuliers, Pékin s’attaque désormais aux opérations à échelle industrielle et aux projets étatiques en la matière. Ces efforts font partie d’une campagne anti-crypto plus large.

Pékin enclenche une nouvelle phase de sa campagne contre les cryptomonnaies en s’attaquant cette fois-ci au minage à échelle industrielle (particulièrement du bitcoin) et aux projets en la matière d’entités appartenant à l’État, selon Nikkei. Les autorités chinoises avaient lancé une nouvelle campagne anti-crypto au printemps 2021, dénonçant leur caractère spéculatif. Peu après, le vice-Premier ministre Liu He avait annoncé d’autres démarches visant le minage et les échanges du bitcoin dans le pays. Il s’agissait de limiter la « transmission de risques individuels » à l’échelle de la société et de « maintenir la stabilité » du taux de change du yuan « à un niveau raisonnable et équilibré ». Aujourd’hui, Pékin justifie l’accentuation de ses efforts anti-minage, notamment par son souhait de créer une économie à faible production de carbone. Notons qu’en parallèle, les autorités mènent aussi une campagne de reprise de contrôle des technologies financières dans le pays, tout en développant son propre yuan numérique. En pleine COP26, la Chine a par ailleurs récemment fait accroître sa production de charbon avec la réouverture de mines dans le pays.