SMCP : en forte progression, un broker rehausse son conseil

(CercleFinance.com) – Le titre SMCP gagne près de 7% à Paris, profitant d’une analyse de Jefferies qui a rehaussé son conseil sur le titre, passant de ‘conserver’ à ‘achat’, et relevé son objectif de cours à 9,4 euros, contre 6,5 euros précédemment.

L’analyste met en avant la sortie attendue -et imminente- de l’actionnaire en difficulté, Shandong Ruyi, qui détient 54% du capital. Par conséquent, ce retrait supprime un vent contraire qui avait rehaussé le profil de risque de SMCP depuis son introduction en bourse.

Le broker a donc supprimé la décote qu’il avait appliquée sur le titre.

Jefferies rappelle par ailleurs que SMCP disposes de quatre marques fortes sur les réseaux sociaux et performantes dans le digital.

La direction de SMCP anticipe des ventes 2023 10% supérieures au niveau de 2019 et une marge EBIT d’environ 10,5% en 2023. Le broker est un peu plus prudent et mise sur une hausse des ventes de +5% par rapport à 2019 (+4% pour le consensus).

Fresnillo : bien orienté après un relèvement de broker

Connectez-vous pour conserver cet article et le lire plus tard.

(CercleFinance.com) – Fresnillo s’adjuge près de 3% à Londres, soutenu par des propos favorables d’UBS qui relève sa recommandation de ‘vente’ à ‘neutre’ sur le titre de la compagnie minière mexicaine spécialisée dans les métaux précieux.

‘Après un certain nombre d’années de mauvaises performances opérationnelles qui entraînent un déclassement, le risque de nouvelles déceptions est à notre avis sensiblement plus faible’, juge le broker qui rehausse son objectif de cours de 750 à 825 pence.

Copyright (c) 2021 Cercle Finance. Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu’une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l’utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Signaler le commentaire

Signaler le commentaire

Renault : Gagne 2%, un broker maintient son conseil

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par

Les données collectées sont indispensables à ces traitements et sont destinées aux services concernés de BFM Bourse et, le cas échéant, de ses prestataires. Elles sont conservées pendant la durée du traitement et/ou pour la durée des traitements spécifiques auxquels vous aurez consenti et/ou pour les durées légales de conservation.
Les DCP pourront être traitées par le personnel habilité de BFM Bourse, de ses sous-traitants, partenaires ou prestataires. Si les données collectées font l’objet d’un transfert hors UE et que des traitements y sont effectués, ceux-ci se feront alors, conformément à la Réglementation, sur la base d’une décision d’adéquation de la Commission européenne ou de « clauses contractuelles types ».

BFM Bourse responsable du traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel pour la gestion de ses relations avec ses clients et prospects.

En application de la règlementation relative à la protection des données personnelles, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation et de portabilité qui s’exerce : ici
Consultez notre politique de confidentialité des données : ici

La Chine interdit le minage de cryptomonnaies

« Liste négative ». C’est le nom donné à la Chine à « la liste des secteurs, des domaines et des entreprises restreints ou interdits aux investisseurs ». Seuls les entreprises et les secteurs qui n’apparaissent pas dans cette liste sont donc ouverts à des investissements. Dans cette liste, 120 secteurs sont concernés par ces restrictions ou interdictions, et cette année, l’État chinois a décidé d’ajouter le « minage » ou « mining », ce procédé d’extraction de cryptomonnaies.

Une décision qui n’a rien de surprenant puisque la Chine est en guerre contre les activités liées à la cryptomonnaie pour des raisons financières et environnementales, et il y a quelques jours Pékin avait déjà interdit à toutes les institutions financières, aux sociétés de paiement et aux plateformes Internet d’autoriser le commerce des cryptomonnaies comme le Bitcoin.

Face aux mesures du gouvernement chinois, Bitmain stoppe son activité en Chine, et se concentre sur les exportations. © Bitmain

Des sociétés chinoises touchées

Des sociétés chinoises touchées

Concrètement, qu’est-ce que cela signifie ? D’abord, il faut préciser que c’est un projet qui doit être étudié jusqu’au 14 octobre, et ensuite la « liste négative » sera définitive. Mais il ne fait aucun doute que l’activité de minage y sera prohibée et que les investisseurs devront se tourner vers d’autres activités pour faire des affaires en Chine. Cela touche d’ailleurs des entreprises locales.

Un exemple avec Bitmain, une société chinoise qui conçoit des processeurs et des systèmes dédiés à l’extraction de cryptomonnaies : ce lundi, elle a annoncé qu’elle stoppait son activité en « Chine continentale » à partir d’aujourd’hui. Pour les clients qui avaient déjà acheté des produits, le fabricant leur proposera des solutions alternatives. En revanche, Bitmain continuera de fournir des plateformes de minage de cryptographie aux utilisateurs du monde entier, y compris à Taïwan et à Hong Kong.

Elon Musk investit 1,5 milliard de dollars dans le bitcoin !

Elon Musk s’invite sur le marché délirant des NFT en chanson !

SpaceX : une première mission financée par la cryptomonnaie dogecoin

L’électricité solaire, une énergie rayonnante

Mille et une facettes du carbone

CAC 40, Orange, Engie, Bitcoin, Solana… : au programme de la newsletter Momentum

Le CAC 40 a bien résisté, cette semaine, malgré des craintes persistantes et des tensions sur l’inflation et les taux. Les publications de résultats ont été jusqu’ici globalement favorables. Les abonnés de Momentum, la newsletter Bourse premium de Capital, ont pu réaliser de nombreuses plus-values.

Après une mauvaise entame de semaine, le CAC 40 est parvenu à la clôturer sur un léger gain. Il faut dire que le bal des publications des comptes trimestriels n’a pas déçu, jusqu’ici, à quelques exceptions près. “Les premières impressions sont positives avec plus de 80% des entreprises qui enregistrent des résultats supérieurs aux attentes aux Etats-Unis, chiffre au-dessus de la moyenne historique”, relève Edmond de Rothschild. En Chine, “Pékin a envoyé un signal clair en se disant prêt à laisser temporairement de côté les objectifs climatiques pour réagir face à l’impact grandissant sur la croissance chinoise de la remontée des prix de l’énergie, qui engendre également des coupures de production”, souligne par ailleurs l’établissement financier.

De plus, sur le front de l’immobilier, Evergrande a échappé, pour l’instant, à la faillite et a obtenu un répit, tandis que la banque centrale chinoise a cherché à rassurer, en jugeant que la situation “était gérable et que la crise systémique serait évitée”, ajoute-t-il. Mais le spectre de l’inflation inquiète, au vu de l’envolée des prix de l’énergie et des conséquences des contraintes d’approvisionnement sur les coûts de production. Ainsi, les taux d’intérêt à 10 ans ont repris du poil de la bête, se hissant à 1,7% aux Etats-Unis et à presque 0% en Allemagne. Des mouvements dont les abonnés de Momentum, la newsletter premium de Capital sur la Bourse et les cryptomonnaies, ont pu profiter.

>> A lire aussi – L’envolée des taux des obligations ne fait que commencer, la Bourse va souffrir !

Cette semaine, nous avons jaugé les perspectives du CAC 40, du DAX 30, et celles de nombreux métaux précieux (or, argent, platine…). Sur le front des actions, nous avons livré – entre autres – nos anticipations sur Derichebourg, Orange, Engie, Neoen, GL Events, Maurel & Prom… à la hausse comme à la baisse. Sur les cryptomonnaies, notre prudence récente sur le Bitcoin a payé ! Et notre anticipation sur Solana s’est rapidement concrétisée. Parmi les motifs de satisfaction, des valeurs comme Median Technologies, Coinbase ou McPhy Energy ont décollé ces derniers temps.

>> A lire aussi – Bourse : 23 erreurs à ne surtout pas commettre

Découvrez de nombreuses analyses (techniques, financières et économiques) dans Momentum, la newsletter premium de Capital sur la Bourse. Des scénarios (sur actions, indices, or, cryptomonnaies, devises…), l’essentiel de l’actualité à retenir… Chaque jour, à 12h30, dans votre boîte e-mail pour seulement 6,90 euros par mois. Et en ce moment, avec le code promo CAPITAL30J, profitez d’un mois d’essai gratuit. Pour vous abonner, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

>> Achetez et vendez vos placements (actions, cryptomonnaies, or…) au bon moment grâce à Momentum, la newsletter de Capital sur l’analyse technique

35 débatteurs en ligne35 en ligne

Faut-il investir en Bourse maintenant ?

L investissement en Bourse, c est croire en l Homme, en sa créativité, c est croire en l Entreprise qui est le lieu de la création de Richesse.
C est …Lire plus

Non je suis dubitatif devait la valeur des indices et l’état des économies respectives.
Bien sûr nous connaissons les raisons de ces spreads, les ra …Lire plus

CryptoEats, l’application qui n’existait pas : une arnaque à 500 000 dollars

La nouvelle application de livraison, qui proposait aux utilisateurs de passer leurs achats en cryptomonnaies, s’est évanouie dans la nature quelques heures après la mise en vente de ses premiers jetons sur une plateforme financière. L’arnaque avait été savamment orchestrée, mobilisant influenceurs et articles de presse, raconte Vice.

La campagne de lancement de la nouvelle application de livraison CryptoEats, au service uniquement monnayable en cryptomonnaies, comprenait vidéos d’influenceurs, produits dérivés, articles de presse et soirée de lancement avec exposition des vélos arborant le logo de la marque. Malgré cette machine de communication parfaitement rodée, la société CryptoEats a brusquement disparu dans la nature quelques heures après avoir annoncé son entrée sur le marché, raconte Vice.

Après la mise en vente de ses premiers jetons sur des plateformes de cryptomonnaies, le week-end des 16 et 17 octobre, le portefeuille de l’application CryptoEats a transféré environ 500 000 dollars sur divers portefeuilles et celle-ci “a complètement disparu d’Internet”, ajoute le site d’information américain. Les comptes Instagram, Telegram ou Twitter de la fausse entreprise ont été fermés, en même temps que son site Internet, et son adresse mail a été suspendue.

“Rien de tout cela n’était vrai”

“Rien de tout cela n’était vrai”

Dans un communiqué de presse diffusé par la fausse start-up sur le site Yahoo Finance, les pseudo-entrepreneurs affirmaient avoir levé huit millions de dollars de financement, note Vice. Ils affirmaient également que le fondateur de l’entreprise, un certain Wade Phillips, s’était associé aux chaînes de restaurants Nando’s et McDonald’s, et qu’il avait embauché “une armée de livreurs” qui permettrait à CryptoEats de concurrencer Uber Eats et Deliveroo.

L’application se montrait également particulièrement soucieuse des bonnes conditions de travail des livreurs, promettant des cotisations de retraite et des salaires garantis. Un service de livraison de café en cinq minutes était disponible pour les utilisateurs, ainsi qu’une option pour être livré par différents restaurants en une même commande.

“Rien de tout cela n’était vrai et Wade Phillips ne semble pas exister”, conclut le site d’information, qui relève que de nombreux influenceurs se sont laissé avoir et ont promu la chaîne factice, revêtant notamment ses uniformes sur des photos et vidéos de promotion.

Le Bitcoin s’impose sur le marché de la beauté

De plus en plus d’industries, et notamment celles de la beauté, tendent à adopter les cryptomonnaies.

Elon Musk a annoncé que Tesla accepterait bientôt le Bitcoin comme moyen de paiement, mais les marques de beauté l’avaient déjà fait depuis un petit moment. Et oui, c’est fait, les cryptomonnaies sont arrivées dans le monde de la beauté. Zoom sur le phénomène !

L’arrivée des cryptomonnaies dans l’industrie de la beauté

L’arrivée des cryptomonnaies dans l’industrie de la beauté

En janvier, Wake Skincare a annoncé qu’elle accepterait, elle aussi, la cryptomonnaie comme méthode de paiement sur son site web. Rendre les options de paiement Bitcoin et Ethereum disponibles en utilisant Coinbase dans sa caisse Shopify, la marque a rejoint une large gamme d’étiquettes capitalisant sur le boom de la cryptomonnaie.

Pour celles qui ont l’habitude d’acheter de la crypto monnaie, c’est une très bonne nouvelle car le paiement via monnaie virtuelle apporte différents avantages.

Beaucoup plus commun, cependant, est l’utilisation de cryptomonnaies pour un programme de récompenses. Lolli est une plateforme qui donne des portions de Bitcoin comme récompenses d’achats en ligne plutôt que de l’argent. Avec plus de 1000 marchands, les partenaires du programme comprennent Sephora, Ulta, Glossier, Too Faced, E.L.F, Fenty Beauty, Space NK, Amorepacific, L’Occitane et EM Cosmetics, entre autres.

Que peut-on acheter aujourd’hui avec les cryptomonnaies ?

Que peut-on acheter aujourd’hui avec les cryptomonnaies ?

Actuellement, il est possible de payer différents produits, offres ou services avec les cryptomonnaies. Pour vous donner une idée de ce que vous pouvez payer avec le Bitcoin, voici une petite liste non exhaustive :

Vous l’aurez compris, il est possible d’acheter de nombreuses choses avec le Bitcoin aujourd’hui. Et si de plus en plus de personnes l’utilise, c’est parce qu’il offre des transactions totalement sécurisées et anonymes. De plus, il permet de ne pas passer par une banque, ce qui peut être un véritable avantage de nos jours. Alors, prête à vous lancer dans l’aventure crypto ?

3,4 millions USD ont disparu du portefeuille d’une plateforme d’échange de cryptomonnaies en Afrique du Sud

(Agence Ecofin) – Les risques d’escroquerie sur les plateformes de cryptomonnaies sont réels. En 2020, les fondateurs de la plateforme sud-africaine Africrypt ont disparu avec plus de 4 milliards de dollars.

iCE3, une plateforme sud-africaine d’échange de cryptomonnaies, pourrait avoir perdu 54 bitcoins, d’une valeur de 3,4 millions de dollars, et plusieurs autres petites devises numériques. C’est du moins ce qu’a indiqué le jeudi 21 octobre le liquidateur provisoire de la société, Dewald Breytenbach de National Liquidators. D’après les registres de l’échange, ce dernier s’attendait à trouver 76 BTC, mais il n’en a retrouvé que 22.

Après avoir accusé son fournisseur autrichien de technologies Merkeleon d’être à l’origine des anomalies dans ses portefeuilles de Bitcoins et de Litecoins, iCE3 a ensuite suspendu les dépôts et les échanges de toutes les monnaies numériques sur sa plateforme. La bourse, en liquidation depuis avril, a ensuite supprimé ses pages sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter, ce qui a entrainé une panique parmi ses utilisateurs.

« iCE3 et son fondateur Gareth Grobler supposaient qu’il s’agissait d’un partenariat, alors que Merkeleon avait une compréhension totalement différente. Grobler dit avoir développé le logiciel sur lequel la bourse fonctionnait, tandis que Merkeleon s’occupait de l’administration, pour laquelle il facturait iCE3 chaque mois », a expliqué Dewald Breytenbach.

Face à cette situation, le liquidateur provisoire a pris contact avec la firme autrichienne pour en savoir davantage sur la situation qui prévaut et il espère obtenir plus d’informations sur les monnaies numériques manquantes. Merkeleon devrait également fournir une comptabilité complète de toutes les monnaies numériques qu’elle administre.

Pour rappel, les arnaques sont légion dans le monde des cryptos et l’Afrique du Sud a récemment fait face à l’affaire Africrypt, plateforme d’échange des frères Ameer et Raees Cajee. Ils se sont volatilisés avec 69 000 Bitcoins, soit près de 4 milliards de dollars.

Cryptomonnaies : l’Afrique considérée comme le prochain marché frontière

Un « Monthly Insight » par Concerto

L’#Afrique est considérée par beaucoup comme le prochain marché frontière pour les #cryptomonnaies mais quelle est la situation précisément ?

L’#Afrique est considérée par beaucoup comme le prochain marché frontière pour les #cryptomonnaies mais quelle est la situation précisément ?

Le Kenya, le Nigéria, l’Afrique du Sud et la Tanzanie comptent parmi les pays où les taux d’adoption sont les plus élevés au monde selon le Global Crypto Adoption Index. Dans la majorité des pays du continent, il y a une absence de réglementation sur les crypto-actifs et les activités connexes. Jusqu’ici, rares sont les gouvernements qui ont formulé une position politique, juridique et réglementaire officielle sur ces questions. En même temps, nombre d’entre eux ont commencé à introduire leurs propres monnaies numériques de banque centrale (CBDC). C’est le cas du #Nigéria avec le e-Naira et du #Ghana avec le e-Cedi, tandis que d’autres pays comme #Madagascar ou la #Tunisie ont lancé des études à ce sujet. Alors que le marché africain des crypto-monnaies se développe rapidement, leur usage se politise également. Depuis quelques années, les organisation de la société civile, les partis d’opposition et les associations de jeunes ont de plus en plus recours aux crypto-monnaies pour financer leurs activités. Au Nigeria, #EndSARS, le mouvement de protestation contre les violences policières a été en partie financé par des bitcoins.

En mai 2021, les membres fondateurs du mouvement #FixTheCountry au Ghana – un mouvement de protestation mené par des jeunes et initié sur Twitter – ont mis en place un système de dons par crypto-monnaies pour financer leurs activités. Dans un contexte de tensions sociales accrues en raison des difficultés économiques causées par la COVID-19 et de défiance croissante à l’égard des banques centrales, les discussions sur la place et la légitimité des crypto-monnaies vont occuper une place importante dans le débat public.

Ces discussions, souvent influencées par le calendrier électoral, pourraient conduire les gouvernements africains à adopter des réglementations plus strictes sur le sujet.                                   Si vous êtes intéressés par des #recherches et #analyses sur la #fintech en #Afrique, contactez Concerto !

Le point commun stressant des cryptomonnaies Ripple (XRP), Polkadot (DOT) et Stellar (XLM)

Le trading n’a pas que du bon – Le trading de cryptos peut entraîner des effets psychologiques négatifs, notamment l’anxiété et la perte de sommeil. Une récente étude montre que les détenteurs de XRP, de DOT et de XLM sont les propriétaires de cryptos « les plus anxieux ». Bitcoin (BTC) s’en sort bien cette fois.

Les cryptos qui rendent insomniaque

Les cryptos qui rendent insomniaque

Tous les traders de cryptomonnaies (ou presque) ont déjà expérimenté une nuit ou deux sans sommeil, les yeux rivés sur des graphiques, en espérant que le cours suivent de nébuleuses intuitions. Souvent la caractéristique d’un comportement de débutant, qui navigue à vue, sans stop loss ni plan stratégique bien défini.

Déterminé à explorer les habitudes actuelles des investisseurs et l’impact que le trading cryptographique 24/7 peut avoir sur la santé mentale, The Sleep Judge a interrogé plus de 1 000 Américains et a découvert quelles cryptos causent le plus d’anxiété.

Les résultats ont révélé à quelle fréquence les Américains vérifient leurs investissements cryptos et comment le trading affecte leur sommeil et leurs relations.

Le portrait d’un investisseur crypto

Le portrait d'un investisseur crypto

Selon l’enquête, la génération la plus investie dans les cryptomonnaies était la génération X, avec 70 % des répondants nés de 1965 à 1980 s’identifiant comme investisseurs en cryptos. Les baby-boomers et les milléniaux ne sont pas trop loin derrière avec respectivement 68 et 67 %.

Le fossé entre les générations est devenu évident lorsque nous avons posé des questions sur les raisons d’investir dans les cryptos. Les générations plus âgées ont principalement investi pour épargner pour leur retraite, tandis que les jeunes américains cherchaient à gagner de l’argent rapidement.

Bien qu’actuellement, le groupe le moins investi dans les actifs numérique, la génération Z, se tourne de plus en plus vers les monnaies numériques, peut-être en raison d’une méfiance signalée à l’égard des institutions d’investissement. La génération Z et certains jeunes de la génération Y ont également une vision positive de la technologie derrière la crypto. Ils se sentent déconnectés des investissements traditionnels et ont trouvé un sens de la communauté parmi les autres traders de cryptos.

Les habitudes des investisseurs en cryptos

Les habitudes des investisseurs en cryptos

Selon les résultats, la plupart des investisseurs cryptos vérifient leurs investissements chaque semaine. Cependant, 50 % de la génération Z (1995 à 2010), seraient les plus susceptibles de vérifier le marché quotidiennement.

Il semble également exister une corrélation entre le montant d’argent que les gens ont investi dans les cryptos et la qualité de leur sommeil chaque nuit. Ceux qui ont investi moins de 1 000 dollars ont étonnamment déclaré moins d’heures de sommeil par nuit que ceux ayant investi plus de 1 000 dollars. Un décalage démontrant à quel point nous ne sommes pas égaux face à l’investissement et la résistance au risque et à l’incertitude.

>> Le Bitcoin fluctue, c’est aussi pour ça qu’on l’aime ! Embarquez sur la plateforme de référence FTX <<

Les problèmes de santé et de relation

Les problèmes de santé et de relation

L’investissement crypto peut-il affecter plus que votre sommeil ? La conclusion de l’étude a également examiné les effets du trading crypto sur la santé mentale et les relations des investisseurs. En le répartissant par type de cryptos, les détenteurs de bitcoins (BTC) seraient à la fois les moins anxieux et les moins déprimés par rapport aux autres détenteurs de cryptos. Les traders de Ripple (XRP), de Stellar (XLM) et de Polkadot (DOT) ont déclaré se sentir les plus anxieux et déprimés.

Que les répondants aient investi ou non dans les cryptos ne semble pas avoir beaucoup d’effet sur leur satisfaction à l’égard des relations avec les collègues. La seule différence significative était que les investisseurs non-cryptos étaient plus susceptibles de se dire extrêmement satisfaits de leurs relations avec leurs collègues.

En raison de sa nature 24/7, le trading crypto peut dériver en dépendance pour certaines personnes, de la même manière que les jeux d’argent. Selon des recherches récentes, les mouvements extrêmes sur les marchés cryptos peuvent causer des problèmes de santé mentale, tels que le stress, l’anxiété et la dépression. Cela affecte, non seulement le sommeil, mais aussi les relations personnelles et professionnelles. Si vous vous trouvez aux prises avec l’un de ces problèmes, veuillez contacter un professionnel de la santé ou essayer de réduire votre temps passé devant l’écran. Retrouvez la méthodologie et les limites de l’étude complète ici !

Le marché des cryptomonnaies reste un milieu complexe, qui comporte des risques auxquels de nombreuses personnes consentent pour diverses raisons. Certains cherchent à épargner pour leur retraite, tandis que d’autres espèrent gagner rapidement de l’argent. Trader trop et trop souvent peut entraîner des effets psychologiques négatifs, notamment des relations tendues et une perte de sommeil ou une qualité de sommeil réduite. Pour gagner du temps, retrouvez les actualités Bitcoin et cryptomonnaies de la semaine en format résumé !

Vous voulez vous éviter le moindre stress ? Achetez du Bitcoin maintenant, stockez-le et revenez dans 5 ans, en octobre 2026. Pour ne pas rater l’opportunité d’une vie, Inscrivez-vous sans attendre sur la plateforme d’exchange crypto de référence FTX et bénéficiez d’une réduction à vie sur vos frais de trading (lien affilié, voir conditions sur site officiel).

Scandale Bitcoin du siècle – Les victimes de Mt Gox sous une imminente pluie de millions ?

Stocker ses cryptomonnaies sur une plateforme d’échange peut s’avérer extrêmement dangereux. Spécialement lorsque celle-ci est la victime d’un hack et que les procédures judiciaires pour récupérer les fonds ne cessent de tirer en longueur. Où bien s’agirait-il finalement de la technique ultime pour garder ses bitcoins sans céder à la tentation de la revente ? 

MtGox : l’enfer du hack

MtGox : l’enfer du hack

MtGox a longtemps été la plateforme de référence en matière d’achat et de vente de cryptomonnaies. Lancée en 2010, MtGox était l’une des seules plateformes à permettre aux utilisateurs d’échanger leurs cryptomonnaies, à une époque où le Bitcoin ne valait que quelques centimes de dollars. 

Malheureusement, la plateforme est contrainte de fermer ses portes en 2014 suite à une faille de sécurité ayant entraîné la perte de 850 000 BTC, soit 460 millions de dollars, un énorme pactole déjà à l’époque, mais qui est évalué désormais à plus de 50 milliards de dollars. 

Une procédure judiciaire a par la suite été initiée au Japon, pays de domiciliation de la plateforme d’échange. Celle-ci vise à utiliser les 150 000 BTC restant dans les caisses de la plateforme (soit un peu plus de 9 milliards de dollars au cours actuel) pour rembourser en partie les quelque 24 000 utilisateurs lésés. 

En juin 2018, la cour de justice de Tokyo a approuvé un plan de réhabilitation mené par Nobuaki Kobayashi, l’administrateur des fonds restants. Par la suite, les utilisateurs victimes ont été amenés à voter concernant ce plan en février 2021, afin de l’approuver ou non.

>> Jusqu’à 100€ offerts à l’inscription pour bien commencer votre aventure crypto ? Swissborg n’attend plus que vous ! <<

Affaire Mt Gox : Une fin heureuse pour une affaire sans fin ?

Affaire Mt Gox : Une fin heureuse pour une affaire sans fin ?

Comme nous avons pu le voir, cette affaire dure depuis maintenant 8 longues années, pendant lesquels les utilisateurs lésés n’ont pu voir la couleur de leurs précieux bitcoins.

Or, mercredi 20 octobre, ces derniers ont eu le plaisir de recevoir une lettre de la part de M. Kobayashi leur annonçant que 99% des votants avaient voté en faveur du plan de réhabilitation. 

« Le Fiduciaire chargé de la réhabilitation a le plaisir d’annoncer que lors d’une réunion des créanciers qui s’est tenu ce jour aujourd’hui au Tribunal de district de Tokyo, le projet de plan de réhabilitation déposé par le Fiduciaire de réhabilitation auprès du Tribunal de district de Tokyo le 15 février 2021 a été approuvé par une grande majorité des créanciers de réhabilitation (c’est-à-dire qu’environ 99 % des créanciers de réhabilitation votants ont voté pour le projet de plan de réhabilitation). »

Le message explique également que les utilisateurs lésés seront amenés à transmettre leurs informations bancaires dans les mois à venir pour recevoir leur dû. 

Cependant, les paiements ne commenceront pas avant au moins un mois, une fois que l’ordre sera devenu “définitif et contraignant”.

« Selon la situation, l’ordre de confirmation devrait devenir définitif et contraignant dans environ un mois à compter d’aujourd’hui. » 

Après 8 longues années de batailles judiciaires et de désespoirs, les utilisateurs de MtGox n’ont jamais été aussi près de récupérer une partie de leurs fonds. Malheureusement, ce n’est pas le cas de l’ensemble des hacks qui surviennent dans l’écosystème crypto. Par exemple, les utilisateurs d’Indexed Finance sont toujours en attente d’un signe de vie de l’attaquant. 

Amateur de Bitcoin et de crypto ? Jusqu’à 100€ en cryptomonnaies vous attendent (sous réserve d’un dépôt minimum de 50€) ! Profitez de cette offre, tout en soutenant le travail du Journal du Coin en utilisant ce lien affilié pour vous inscrire sur la plateforme de référence Swissborg (voir conditions de l’offre sur le site officiel).

PLF 2022 : Vers une modification de la fiscalité des cryptomonnaies ?

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2022, plusieurs amendements ont été déposés par les députés, visant à modifier le régime fiscal des cryptomonnaies type bitcoins. La commission des finances en a retenu deux, qui seront prochainement débattus par l’Assemblée nationale.

Le premier prévoit d’aligner le régime des plus-values de cession d’actifs numériques sur celui des opérations de Bourse. Objectif, éviter que les particuliers qui vendent des cryptomonnaies soient imposés comme des professionnels. Aujourd’hui, ceux qui en vendent occasionnellement sont soumis au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30 % sur leurs gains, alors que ceux qui en vendent de manière habituelle relèvent des bénéfices commerciaux (BIC) et peuvent être taxés a plus de 60 %. Mais le caractère habituel des ventes, apprécié en fonction de leur fréquence et de leur montant, n’est pas adapté aux cryptomonnaies. A compter de l’an prochain, si cet amendement est adopté dans le PLF 2022, seuls ceux qui font véritablement leur métier de l’achat-revente de cryptomonnaies seront imposés à plein. Et ce, dans la catégorie des bénéfices non commerciaux (BNC). Les autres resteront soumis au PFU.

Le second amendement prévoit d’autoriser les détenteurs de cryptomonnaies qui en cèdent de manière occasionnelle à renoncer à l’impôt de 12,8 % inclus dans le PFU de 30 %, et à opter pour l’application du barème progressif de l’impôt. S’il est adopté, cela permettra aux contribuables non imposables ou imposés à 11 % de payer moins d’impôt sur leurs gains de cession de cryptoactifs. Reste à savoir si ces deux amendements seront ou non validés et intègreront le PLF 2022…

Un Nordiste achetait des lingots d’or avec les bénéfices (non déclarés) de ses spéculations en cryptomonnaie

Plusieurs millions d’euros sont en jeu et un homme de 43 ans est en cause. Une affaire hors norme de blanchiment a été mise au jour par les gendarmes après plusieurs mois d’enquête, dans le Cambrésis. Les enquêteurs ont saisi au domicile du suspect ce lundi 18 octobre un million et demi d’euros de « crypto-actifs », une monnaie virtuelle. 

« Je ne déclare pas tous mes revenus, sinon c’est la ruine ! » 

"Je ne déclare pas tous mes revenus, sinon c'est la ruine !" 

Ils ont également saisi près de 10 kilos d’or en lingots et plus de 250 pièces d’or et d’argent, d’une valeur totale estimée à 500.000 euros. L’homme fraudait depuis des mois selon une mécanique bien huilée. Il est en ce moment incarcéré pour des délits routiers et c’est d’ailleurs lors d’une audition devant les magistrats à propos de ces délits routiers qu’il s’est trahi.

Alors qu’il a été condamné pour conduite en état alcoolique et sans point sur son permis, il se retrouve devant le juge d’application des peines le 13 décembre 2019 pour étudier un aménagement de sa peine en jours amende. Questionné sur son train de vie, le quadragénaire lâche alors cette phrase : « Je ne déclare pas tous mes revenus, sinon c’est la ruine ! » 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d’intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Intrigués, les magistrats l’interrogent et ses explications deviennent soudainement confuses. Cet homme, qui se dit courtier en bourse, spécule avec les cryptomonnaies, ce qui est tout à fait légal. Ce qui l’est moins, c’est que le suspect « oublie » de déclarer les bénéfices. Avec les sommes empochées, il commande sur Internet des lingots d’or, qu’il va ensuite revendre en Belgique avec sa femme, pour toucher de l’argent liquide.

Ce système de blanchiment fonctionnait depuis des mois, entre deux condamnations pour des délits routiers. L’affaire est inédite pour Rémi Schwartz, procureur de la République de Cambrai, habitué pourtant dans son secteur à voir passer beaucoup d’argent liquide, alors que de nombreux trafics transitent par l’Autoroute A2.

L’enquête se poursuit, avant une mise en examen.

Les cryptomonnaies débarquent bientôt dans les stades de la NBA grâce au partenariat conclu avec Coinbase

A l’occasion de son 75e anniversaire, la NBA a décidé d’engager plusieurs partenariats devant lui permettre de moderniser davantage ses différentes ligues. Devenues incontournables dans l’économie mondiale depuis quelques années, les cryptomonnaies joueront un rôle clé dans cette petite révolution. C’est dans cette optique que la NBA vient d’annoncer un partenariat imminent avec Coinbase. La plus grande cryptoexchange des États-Unis sera chargée de promouvoir les actifs cryptographiques auprès de tous les acteurs de la ligue nord-américaine de basketball. 

Éduquer les fans et les athlètes sur les nombreux avantages des cryptomonnaies

Éduquer les fans et les athlètes sur les nombreux avantages des cryptomonnaies

Dans un communiqué officiel, la NBA a présenté les missions qui seraient celles de Coinbase et les attentes de la ligue. L’exchange deviendra notamment le partenaire exclusif pour la gestion de toutes les plateformes de cryptomonnaie de la NBA. « L’accord, qui marque le premier partenariat de plateforme de cryptomonnaie pour chaque ligue (NBA, WNBA, G League, 2K League et USA Basketball) , consistera en un contenu unique, des innovations, des activations et des expériences de Coinbase pour éduquer les fans sur les avancées croissantes qui se produisent à travers la cryptoéconomie », précise ainsi le communiqué.

Première vice-présidente des opérations marketing de la NBA, Kerry Tatlock compte sur ce partenariat pour booster les expériences interactives entre athlètes et fans des ligues de la NBA. « Nous sommes impatients de collaborer avec Coinbase pour offrir aux fans de nouvelles façons de s’engager avec la ligue et entre eux, tout en améliorant l’expérience des fans qui sont déjà des utilisateurs de Coinbase » a-t-elle déclaré. Du côté de Coinbase, ce sera l’occasion de faire la promotion des cryptomonnaies comme moyen de paiement dans l’économie de la NBA.

Des cryptomonnaies pour payer les entrées au stade et les produits dérivés de la NBA

Des cryptomonnaies pour payer les entrées au stade et les produits dérivés de la NBA

Plusieurs initiatives isolées au sein de la NBA se consacrent déjà à l’adoption des cryptomonnaies comme moyen de paiement. Après avoir accepté de vendre les tickets d’entrée à son stade pour du bitcoin en 2014, les Sacramento Kings  songent désormais à s’en servir pour payer leurs joueurs. Un partenariat conclu entre BitPay et les Dallas Mavericks en 2019 permet aux fans de l’équipe d’acheter leurs billets pour la saison avec du bitcoin.

Pas plus tard que cette année, le propriétaire de la franchise Mark Cuban a fait savoir que les fans pourraient désormais payer leur entrée et les produits dérivés des Mavericks avec du Dogecoin. L’annonce suscita beaucoup d’enthousiasme auprès des fans puisqu’elle a permis à la franchise de recevoir plus de 20 000 transactions en Dogecoin d’après M. Cuban.

La pratique pourrait rapidement s’étendre aux autres équipes de la ligue à la faveur du présent partenariat qui la lie à Coinbase. Cette dernière en profitera d’ailleurs pour démocratiser davantage l’utilisation des cryptomonnaies et conforter sa position sur le marché cryptographique américain.

Derrière la signature générique « Rédaction TCT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

Gagnez des Revenus Passifs avec les Cryptomonnaies avec ces 3 Stratégies

Les cryptomonnaies sont réputées pour leur très grande volatilité, qui a permis à certains investisseurs de devenir riches, et qui en a ruiné d’autres. Mais savez-vous que la spéculation sur les variations sauvages des cryptomonnaies n’est pas le seul moyen de gagner de l’argent sur le marché des devises numériques ?

En effet, comme c’est le cas avec certains produits de la finance traditionnelle, il est possible de gagner des revenus passifs grâce aux cryptomonnaies, en prenant bien moins de risque qu’avec le trading actif. Dans cet article, nous allons donc vous en dire davantage sur les meilleurs moyens de générer des revenus passifs avec les cryptomonnaies.

Staking proof-of-stake (PoS)

Staking proof-of-stake (PoS)

Le “Proof of Stake” est un type de mécanisme de consensus de blockchain conçu pour permettre aux participants du réseau de s’accorder sur les nouvelles données entrant dans la blockchain. Notez que les blockchains permettent la mise en place de réseaux ouverts et décentralisés où les participants contribuent à la gouvernance et aux processus de validation des transactions.

Certains réseaux de blockchains exigent des utilisateurs qu’ils déposent ou engagent leurs ressources financières sur le réseau. Dans ce cas, la blockchain sélectionne les validateurs parmi un groupe d’utilisateurs qui ont misé une somme déterminée de son actif numérique natif. En retour, les validateurs gagnent des intérêts sur les fonds mis en jeu pour avoir contribué à la validité du réseau. Ce mécanisme de validation est ce qu’on appelle le “proof of stake”. Il permet aux détenteurs de générer un revenu passif. Cela constitue une incitation à détenir la cryptomonnaie à long terme pour les investisseurs.

Retrouvez ci-dessous quelques cryptomonnaies de premier plan fonctionnant sur ce principe, et avec lesquelles le staking est donc possible :

Comptes Crypto qui produisent des intérêts

Comptes Crypto qui produisent des intérêts

Les détenteurs peuvent profiter des comptes de crypto-monnaies porteurs d’intérêts pour gagner des intérêts fixes sur leurs actifs numériques inactifs. Imaginez que vous placez de l’argent sur un compte bancaire rémunéré. La seule différence est que ce service ne prend en charge que les dépôts en crypto-monnaies. Au lieu de détenir des actifs numériques dans vos portefeuilles, vous pouvez les déposer sur ces comptes et recevoir des gains quotidiens, hebdomadaires, mensuels ou annuels, en fonction des taux d’intérêt prédéfinis. Les fournisseurs de services de crypto qui proposent de tels produits sont notamment :

Le prêt crypto sur marge

Le prêt crypto sur marge

Enfin, vous pourriez prêter vos crypto-actifs à des traders intéressés par l’utilisation de fonds empruntés pour négocier. Ces traders amplifient leur position de trading avec des fonds empruntés et remboursent les prêts avec des intérêts.

Notez que ce sont les plateformes d’échange de cryptomonnaies telles que Coinbase ou encore Binance qui proposent ce genre de services, et qui s’occupent de toute la gestion. Il suffit alors de déposer vos cryptomonnaies sur un compte spécial sur une de ces plateformes afin de commencer à toucher des intérêts régulièrement.

Il existe de nombreuses cryptomonnaies, y compris le Bitcoin, avec lesquelles il est possible de gagner des revenus passifs de cette manière.

Enfin, n’oubliez pas que dans tous les cas, la première étape avant de pouvoir toucher des revenus passifs sur le marché crypto est d’acheter des cryptomonnaies !

Bitcoin4 Fournisseurs avec vos critèresMéthodes de PaiementCarte de créditGiropayNetellerPayPalTransfert SepaSkrillSofortErgonomieTrès bienBonMoyenneMauvaisSupportTrès bienBonMoyenneMauvaisSélection de monnaies1 Ou mieux114 Nouveaux utilisateurs aujourd’hui Pour € 1000 Vous obtenez0.0192BTCCe qu’on aimeCryptos & Crypto CFDFonds SécurisésWallet Crypto GratuitFraisSécuritéSélection de monnaies114 Nouveaux utilisateurs aujourd’huiPour €1000 Vous obtenez0.0192 BTC67% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent en négociant des CFD avec ce fournisseur.Pour € 1000 Vous obtenez0.0190BTCCe qu’on aimePlateforme facile pour débutantsSignaux de trading gratuitsApplication iOS & AndroidFraisSécuritéSélection de monnaiesPour €1000 Vous obtenez0.0190 BTC70.48% des investisseurs particuliers perdent de l’argent en tradant les CFD avec ce fournisseurPour € 1000 Vous obtenez0.0192BTCCe qu’on aimeTarifs TransparentsPlateforme IntuitiveEffet de Levier 500FraisSécuritéSélection de monnaiesPour €1000 Vous obtenez0.0192 BTC67% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent en négociant des CFD avec ce fournisseur.Pour € 1000 Vous obtenez0.0191BTCCe qu’on aimeBroker RéglementéMaintes Fois Primés+20 ans d’ExpérienceFraisSécuritéSélection de monnaiesFonctionnalitésPour €1000 Vous obtenez0.0191 BTC83 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l’argent

4 Fournisseurs avec vos critères

114 Nouveaux utilisateurs aujourd’hui

114 Nouveaux utilisateurs aujourd’hui

67% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent en négociant des CFD avec ce fournisseur.

70.48% des investisseurs particuliers perdent de l’argent en tradant les CFD avec ce fournisseur

67% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent en négociant des CFD avec ce fournisseur.

83 % des comptes des investisseurs particuliers perdent de l’argent

Au Sri Lanka, la Banque Centrale invite les détenteurs de cryptomonnaies à assumer les risques liés à leur utilisation

ven 22 Oct 2021 ▪ 10h00 ▪

4
min de lecture – par
Luc Jose Adjinacou

Les commerçants sri lankais profitent de l’absence d’un cadre réglementaire autour des cryptomonnaies dans le pays pour les accepter comme moyen de paiement. Si la pratique n’a rien d’illégal vu le contexte juridique local, elle expose cependant la population à des cas de fraudes. Consciente de cette réalité, la Banque Centrale du pays invite chacun à assumer les risques qui sont liés à l’utilisation des cryptomonnaies dans les échanges commerciaux.

Aucun recours juridique possible en cas de conflits autour d’une transaction d’actifs numériques

Aucun recours juridique possible en cas de conflits autour d’une transaction d’actifs numériques

En avril dernier, la Banque Centrale du Sri Lanka mettait en garde la population contre les dangers auxquels elle s’exposait en détenant de la cryptomonnaie. L’institution s’opposait à leur utilisation en raison de la spéculation non contrôlée des marchés cryptographiques et des ramifications possibles avec des activités illicites. Elle avait mis l’accent sur la forte probabilité de voir émerger des cas de fraudes, mais aussi le financement du terrorisme. Ces deux points constituants des infractions des lois en vigueur dans le pays, la banque recommanda fortement à la population de s’abstenir d’effectuer des transactions à partir d’actifs cryptographiques.

Constatant que sa sensibilisation n’avait pas eu l’effet escompté, elle a décidé de mettre les utilisateurs des cryptomonnaies face à leurs responsabilités. « Notre politique sur les cryptomonnaies n’a pas changé. Nous sommes toujours sur la même politique. Si certaines sections mènent leurs affaires via la cryptomonnaie, elles doivent également prendre les risques qui y sont associés » a ainsi déclaré le Ajith Nivard Cabraal, le gouverneur de la Banque centrale. Son adjointe, Yvette Fernando, a tenu à rappeler aux détenteurs de cryptomonnaies qu’il n’y avait toujours pas de lois spécifiques régissant l’utilisation de ces actifs dans le pays. Ces derniers ne pourront donc lancer aucun recours juridique en cas de conflits impliquant ce type de transactions. 

Bientôt un cadre juridique autour des cryptomonnaies afin d’attirer les investisseurs

Bientôt un cadre juridique autour des cryptomonnaies afin d’attirer les investisseurs

Si le Sri Lanka n’a pas encore légalisé les cryptomonnaies sur son territoire à l’image du Salvador ou de l’Ukraine, la donne pourrait rapidement changer. En effet, un comité regroupant des professionnels des secteurs public et privé a vu le jour au début du mois pour débattre de la question. Il sera chargé de produire un rapport sur la nécessité de doter le pays d’un cadre juridique permettant aux entreprises de la cryptosphère d’investir légalement dans le pays. Avec la dernière sortie de la Banque Centrale, on devine facilement qu’elle n’est pas favorable à la réalisation d’un tel projet.

Le gouvernement et la Banque Centrale du Sri Lanka ne s’entendent pas encore sur la posture à adopter face aux cryptomonnaies même si tous les deux tiennent à imposer leurs règles à l’industrie cryptographique locale. Certains pays comme la Chine ont d’ores et déjà affirmé leur volonté d’interdire les cryptomonnaies en déclarant illégales toutes les transactions et activités en lien avec celles-ci.

Ce hamster négocie des cryptomonnaies en courant dans sa roue… Et ça marche !

Avez-vous déjà vu un hamster investisseur ? Laissez-nous donc vous présenter Mr. Goxx. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce petit rongeur tout mignon est un redoutable financier sur les réseaux sociaux. Oui, vous avez bien lu.

En tournant dans sa roue et en passant à travers des tunnels dans sa cage, Mr. Goxx réalise des investissements financiers et fait grossir son portefeuille de cryptomonnaies.

La route tourne pour Mr. Goxx

La route tourne pour Mr. Goxx

En Allemagne, le hamster Mr. Goxx a la belle vie. Depuis le 12 juin 2021, il s’est lancé dans la finance et les cryptomonnaies. Et ses exploits boursiers peuvent être admirés en direct sur Twitch par ses 14,300 abonnés, ou sur Twitter par 17,500 twittos.

Depuis son lancement dans l’aventure des cryptomonnaies, le fondateur et PDG à fourrure de Goxx Capital décide des achats et des ventes de ses différentes cryptomonnaies en courant joyeusement dans la roue de sa cage et en traversant des tunnels.

Pour savoir quels investissements réaliser ou encore quelle cryptomonnaie acheter ou vendre, Mr. Goxx a un bureau spécial : une deuxième cage aménagée pour ses activités financières. Il commence par grimper dans la “roue de l’intention”. Il gambade pour choisir une de ses trente cryptomonnaies : Ether, Tron, XPR ou encore Cardano.

Ensuite, le trader poilu emprunte l’un des deux tunnels de décision pour choisir s’il va acheter ou vendre ladite cryptomonnaie par incréments de 20 centimes d’euros.

Alors oui, vu comme ça, c’est clairement du pifomètre et on l’admet, ce hamster investisseur n’a rien d’un véritable génie de la finance. N’empêche que depuis le mois de juin, Mr. Goxx a fait grossir son portefeuille de cryptomonnaies de 24%, d’après les dires de son propriétaire sur Twitter.

Une performance financière impressionnante, meilleure même que le S&P 500 ou encore que le Nasdaq. Eh oui, en seulement cinq mois, le portefeuille du hamster investisseur est passé de 335 dollars à 500 euros en septembre… Avant de redescendre un peu comme l’ensemble du marché. Mais un bénéfice reste un bénéficie. Non ?

Si le propriétaire de Mr. Goxx a bien précisé qu’il s’agissait juste de divertissement, les conseils financiers du mignon PDG de Goxx Capital semblent plus pertinents qu’on ne l’aurait imaginé…

Le titan de l’investissement Pimco commence à s’intéresser aux cryptomonnaies Par Investing.com

CryptomonnaiesIl y a 6 heures (22/10/2021 12:12)

Investing.com – Le géant Pimco prévoit d’investir progressivement dans les cryptomonnaies, qui selon le fonds ont le potentiel de perturber l’industrie financière.

Le fonds suit la tendance actuelle selon laquelle les institutionnels se voient obligés de prendre en considération les cryptos dans leurs portefeuilles et souvent à la demande de leurs clients. Ces derniers souhaitant s’exposer au fort potentiel de croissance des cryptomonnaies.

Une approche prudente envers les cryptos

Une approche prudente envers les cryptos

En effet, le fond iconique a décidé d’inclure les cryptos dans ses stratégies d’investissement. « Maintenant, nous envisageons de négocier potentiellement certaines crypto-monnaies dans le cadre de nos stratégies de suivi des tendances ou de nos stratégies axées sur les quant, puis de faire plus de travail sur le côté fondamental ».

Pimco reste cependant prudent et compte intégrer les monde des cryptos progressivement. « Il s’agira donc d’un processus graduel au cours duquel nous avons passé beaucoup de temps sur le plan de la diligence interne à parler aux investisseurs. Et nous ferons des pas de bébé dans un domaine qui se développe rapidement. »

Ses commentaires sont intervenus alors que le a atteint un nouveau sommet historique mercredi, après le lancement réussi du premier fonds négocié en bourse de contrats à terme sur le bitcoin aux États-Unis. Ce lancement est largement considéré comme une étape importante pour le secteur naissant de la crypto-monnaie, qui fait depuis longtemps pression pour que les monnaies numériques soient mieux acceptées à Wall Street.

Pimco a déclaré que certains de leurs portefeuilles négocient déjà des titres liés à la crypto-monnaie. « Nous négocions dans une perspective de valeur relative. Nous ne prenons donc pas d’exposition directionnelle, mais nous cherchons à tirer parti des erreurs de prix entre le produit en espèces, la fiducie populaire qui se négocie sur la bourse, puis les contrats à terme « .

Le fond explique que sa démarche ira en s’élargissant vers d’autres actifs et vers une exposition directe. « C’était donc un point de départ pour nous dans un segment très étroit de notre activité ».

De plus en plus d’institutions ont commencé à embrasser les cryptos

De plus en plus d'institutions ont commencé à embrasser les cryptos

De grandes sociétés financières, dont PayPal (NASDAQ:) et Fidelity, se sont lancées dans les crypto-monnaies, tandis que des sociétés comme Square (NYSE:) et MicroStrategy ont acheté des bitcoins.

Morgan Stanley (NYSE:) a été la première des banques à proposer des fonds en bitcoins à ses clients, et Goldman Sachs (NYSE:) a rapidement suivi avec une annonce de son côté.

Pimco croit au potentiel des cryptos pour changer la donne sur le marché. « Il faut comprendre la finance décentralisée, parce qu’elle sera perturbatrice et qu’elle pourrait très bien perturber notre secteur, en particulier notre activité ».

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Worldcoin distribue des coins gratuitement pour promouvoir les cryptomonnaies Par Investing.com

CryptomonnaiesIl y a 6 heures (22/10/2021 12:56)

Investing.com – Les efforts des acteurs de l’industrie crypto pour se rapprocher du grand public se multiplient avec la forte croissance de la popularité des cryptomonnaies.

En plus des institutionnels qui ont les moyens de s’exposer aux cryptos, de nombreux particuliers restent sur le côté. De ce fait, les grands de la crypto mettent en place des initiatives pour les inclure dans cette révolution.

Un projet pour rapprocher les cryptos du grand public

Un projet pour rapprocher les cryptos du grand public

Financée par des poids lourds de la crypto, Worldcoin a révélé son projet de distribuer des jetons gratuits pour accélérer l’adoption de la crypto à l’échelle mondiale.

Ce projet est réalisable grâce à un soutien de 25 millions de dollars de la part d’Andreessen Horowitz, Coinbase (NASDAQ:) Ventures, 1confirmation, Blockchange et Day One Ventures.

Cofondé par Alex Blania, Sam Altman et Max Novendstern, Worldcoin a vu la participation de plus de 100 000 personnes du monde entier pendant sa période de test et vise à atteindre plus d’un milliard de personnes d’ici deux ans. À titre de comparaison, il y a plus de 300 millions d’utilisateurs de crypto-monnaies dans le monde à partir de 2021.

Le cofondateur et PDG de Worldcoin, Alex Blania, a déclaré qu’il a commencé à travailler sur le projet avec son partenaire au début de 2020. « Sam pensait que nous pourrions vraiment changer le monde pour le mieux si nous pouvions lancer une nouvelle crypto-monnaie, détenue collectivement et distribuée à l’échelle mondiale ».

Une nouvelle crypto à prendre en considération

Une nouvelle crypto à prendre en considération

Worldcoin est une crypto-monnaie mise en œuvre en tant que couche deux au-dessus de la blockchain , où n’importe qui peut créer des comptes, soumettre des transactions et participer au processus de validation. Le lancement de son réseau principal est prévu pour l’année prochaine.

La nature inclusive de son écosystème, la distribution de pièces gratuites et les incitations pour les nouvelles inscriptions sont trois leviers pour stimuler l’adoption de la crypto-monnaie, a expliqué Blania. L’inscription à Worldcoin ne nécessite aucune ressource financière préalable.

Une distribution atypique et des inquiétudes autour de la protection des données personnelles

Une distribution atypique et des inquiétudes autour de la protection des données personnelles

La distribution de coins se fera par un scan de l’iris du demandeur avec un matériel personnalisé appelé Orb. Des entrepreneurs indépendants du monde entier feront fonctionner ces appareils en tant qu' »opérateurs Orb ». Blania explique que ces opérateurs sont récompensés pour chaque utilisateur qu’ils inscrivent à Worldcoin.

L’utilisation d’un scanner oculaire a cependant fait rugir les personnes inquiétes de l’utilisation et la protection des données personnelles collectées. Selon Worldcoin, l’Orbe convertira le scan de l’œil d’une personne en un code numérique afin que l’image originale « n’ait pas besoin d’être stockée ou téléchargée. »

Le système sous-jacent ne reliera pas ce code numérique aux portefeuilles ou aux transactions des utilisateurs afin de préserver la confidentialité. Les utilisateurs peuvent également participer au réseau Worldcoin sans fournir de scan oculaire, mais ils ne pourront pas réclamer de pièces gratuites.

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Le géant financier PIMCO se joint à la course aux cryptomonnaies

Fondé en 1971, PIMCO est l’un des plus grands gestionnaires d’actifs au monde. Les actifs sous gestion de l’entreprise s’élevaient ainsi à 2 200 milliards de dollars au 31 décembre 2020. Désormais, le géant de l’investissement envisage de trader du Bitcoin (BTC) et d’autres cryptomonnaies.

Un géant institutionnel de plus dans la course aux cryptos

Un géant institutionnel de plus dans la course aux cryptos

Pimco (ou Pacific Investment Management Company), une société d’investissement de 2 200 milliards de dollars, pourrait potentiellement commencer à négocier des cryptomonnaies, a confirmé à CNBC le directeur des investissements de la société, Daniel Ivascyn.

La société envisage désormais de « négocier certaines cryptomonnaies dans le cadre de nos stratégies de suivi des tendances ou de nos stratégies axées sur les quantifications, puis de travailler davantage sur le côté fondamental » selon l’intéressé.

Dans une interview accordée à CNBC mercredi, le directeur des investissements a confirmé que PIMCO était déjà exposé à des “titres liés à des cryptomonnaies” via divers portefeuilles de hedge funds. Il a déclaré que la société prévoyait d’augmenter progressivement son exposition à la classe d’actifs. Il a en outre expliqué :

« Ce sera un processus graduel au cours duquel nous avons passer beaucoup de temps sur le plan de la diligence interne à parler aux investisseurs. Et nous ferons de petits pas dans un domaine en pleine croissance. »

>> Prêt à rentrer dans le crypto-game ? Swissborg vous attend et vous offre jusqu”à 100 euros <<

Déjà un pied dedans ?

La société négocie déjà des titres liés au marché crypto, profitant des écarts de prix qui existent naturellement entre les différents produits dérivés du marché. La société reste très vague cependant quant a son implication concrète dans les actifs numériques.

Ivascyn a également déclaré que l’entreprise prêtait attention à la finance décentralisée, la décrivant comme « perturbatrice ».

« En tant que tel, Pimco pense à des scénarios dans lesquels cela pourrait nous amener à nous assurer que nous sommes prêts à faire face à un environnement en évolution rapide qui offre une proposition de valeur assez importante, en particulier pour les jeunes générations ou la nouvelle génération de la communauté des investisseurs. »

Avec plus de 2 000 milliards de dollars sous gestion, Pimco est l’un des plus grands acteurs du monde de l’investissement et son entrée dans la cryptosphère pourrait amener un levier supplémentaire en faveur du Bitcoin.Hasard ou coïncidence ? Les commentaires de Daniel Ivascyn sont intervenus peu de temps après que le bitcoin ait dépassé son sommet historique des 66 000 $. Par ailleurs, le lancement du premier ETF basé sur des contrats à terme de bitcoin n’y est pas pour rien : le premier ETF Bitcoin a mis le feu à la Bourse de New York dès le premier jour.

Pendant que de grandes manœuvres crypto s’exécutent à l’échelle de la planète, mettez en place votre propre stratégie d’investissement ! Pour vous y aider, une offre exceptionnelle vous attend : jusqu’à 100€ en cryptomonnaies offerts lors de votre inscription sur la plateforme Swissborg (lien affilié, pour un dépôt minimum de 50€)

Cryptomonnaie : le bitcoin atteint un nouveau record historique

Le bitcoin a franchi un nouveau cap, mercredi, en dépassant les 66 000 dollars, son plus haut niveau depuis sa création en 2009, après des mois de fluctuations. Un pas supplémentaire vers sa démocratisation.

Bonne nouvelle pour les investisseurs. Le cours du bitcoin s’envolait mercredi 20 octobre à plus de 66 000 dollars, porté par le lancement d’un produit financier à Wall Street lié à la cryptomonnaie. Une étape historique pour sa démocratisation.

La cryptomonnaie, qui s’échangeait pour moins d’un dollar il y a 12 ans, culminait en cours de séance à 66 273 dollars vers 14 h GMT (16 h à Paris), en hausse de plus de 50 % sur un mois et de plus de 450 % sur un an.

Le bitcoin profite depuis un mois du lancement du premier fonds indiciel (ETF) lié à son cours à la Bourse de New York, dont les échanges ont commencé mardi : les investisseurs espèrent que de nouveaux fonds vont pouvoir se lancer sur le marché de la cryptomonnaie en utilisant ce nouveau produit financier régulé.

La première séance d’échanges semble avoir été un succès, puisque l’ETF a connu 24,4 millions d’échanges et fini en nette hausse.

« Cela prouve qu’il y a un appétit fort pour une exposition au bitcoin », commente Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets, qui remarque cependant que l’achat de cet ETF ne représente pas un investissement direct dans le bitcoin.

En achetant des parts de ce nouvel ETF, les investisseurs ne vont pas miser directement sur des bitcoins. Leur argent sera placé sur des contrats à terme liés au bitcoin.

L’aspect indirect de ce placement était fondamental aux yeux du régulateur américain des marchés, la SEC, qui a régulièrement alerté sur l’importante volatilité du bitcoin.

Les régulateurs peinent en effet à se positionner sur le sujet des cryptomonnaies, dont le réseau décentralisé est difficile à contrôler.

De nombreux grands noms de la tech et de la finance à Wall Street ont, en revanche, annoncé de nouveaux projets liés aux cryptomonnaies dans les douze derniers mois.

Il y a un an, le 21 octobre 2020, le géant des paiements en ligne Paypal avait donné le coup d’envoi de la hausse des cours en lançant un service d’achat, de vente et de paiement par cryptomonnaie.

Facebook lance son premier portefeuille pour les cryptomonnaies

Facebook n’a toujours pas lancé Diem, sa cryptomonnaie, mais la branche financière du réseau social prépare le terrain et teste en ce moment même Novi, son portefeuille numérique pour les cryptomonnaies.

Facebook est né en 2004, dans le campus d’Harvard. Nous sommes nombreux à connaître l’histoire derrière la création de ce géant d’Internet, encore aujourd’hui le plus puissant et le plus utilisé des réseaux sociaux. Mais là où Google, Microsoft, Apple et même Amazon proposent de très nombreux produits et solutions à leurs clients, Facebook s’est toujours concentré sur son réseau social. Avec le rachat de WhatsApp et d’Instagram, le groupe Facebook s’était toujours cantonné à ce qu’il savait faire : les réseaux sociaux.

Alors en 2019, quand le groupe présentait au monde Libra, sa propre cryptomonnaie, tout le monde était sous le choc. Mais depuis, rien n’avance comme le géant le voudrait. En effet, depuis l’annonce la crypto a été bloquée par de nombreux gouvernements. Toujours pas lancée, cette monnaie virtuelle a eu le temps, en deux ans, de changer de nom, devenant Diem. Le portefeuille de stockage des cryptomonnaies, qui était lui baptisé Calibra lors de l’annonce est devenu Novi depuis.

Un échange test entre les US et le Guatemala

Un échange test entre les US et le Guatemala

Disponible depuis quelques jours aux États-Unis et au Guatemala, ce portefeuille doit permettre de stocker plus facilement des monnaies virtuelles, une tâche qui a pu être compliquée à une époque, mais qui est aujourd’hui assez simple, tant les offres se bousculent pour garder vos Bitcoins et autres Ethereum. En attendant le lancement de Diem, qui semble donc possible dans les prochains mois, le portefeuille Novi devrait lui accueillir le stablecoin USDP (dit Pax Dollar). Cette première monnaie virtuelle est le fruit d’un partenariat avec Paxos et Coinbase, qui en fait pour le moment la seule cryptomonnaie disponible sur le portefeuille de Facebook.

Cette première cryptomonnaie devrait faire office de test. En effet, le stablecoin pourrait être très utile dans l’envoi de fonds entre les deux pays cibles, que sont les États-Unis et le Guatemala. Historiquement, beaucoup d’argent circule entre les deux pays, les investissements privés arrivant depuis les États-Unis contribuant à 14 % du PIB du petit pays d’Amérique Centrale.

Le Diem toujours dans le viseur

Le Diem toujours dans le viseur

L’utilisation d’un stablecoin dans ce genre de situation pourrait permettre aux utilisateurs de s’affranchir de plusieurs frais de change et de douane. Une alternative très intéressante donc pour les travailleurs d’origine guatémaltèques qui envoient régulièrement de l’argent à leurs proches ou amis restés dans la petite république hispanophone.

Pour David Marcus, patron de la branche financière de Facebook, l’idée derrière ce test est avant tout de préparer l’arrivée de Diem de la meilleure manière possible. L’idée d’une cryptomonnaie dont Facebook serait propriétaire n’est toujours pas exclue, alors que le projet mène à recueillir les dernières autorisations nécessaires. Toujours selon Marcus, le principal avantage de Novi sera son niveau de frais très faible voir nul. « Une fois que nous aurons une base de clients solide, nous proposerons des paiements marchands moins chers et réaliserons un profit sur les services marchands », promet le chef de Facebook Financial.

Le fonds de pension public américain verse 25 millions de dollars dans Bitcoin et Ether | Cryptomonnaie

L’intérêt institutionnel pour les crypto-monnaies continue de croître alors qu’un fonds de pension américain effectue des achats substantiels de Bitcoin et d’Ether, les principales crypto-monnaies ayant récemment atteint des sommets historiques.

La crypto est devenue une classe d’actifs que le fonds « ne pouvait pas ignorer »

La crypto est devenue une classe d'actifs que le fonds "ne pouvait pas ignorer"

Houston Fire and Relief Fund (HFRRF), qui compte plus de 4 milliards de dollars d’actifs, a récemment investi 25 millions de dollars dans Bitcoin et Ether via le New York Digital Investment Group (NYDIG), une filiale de la société. La gestion.

Le directeur des investissements de HFRRF, Ajit Singh, a déclaré qu’un investissement récent dans les deux principales crypto-monnaies sous la capitalisation boursière était un outil de gestion des risques et avait un rendement attendu positif avec peu de corrélation avec toutes les autres.

Singh a ajouté qu’il préférait les jetons directs au lieu d’investir dans des produits liés aux contrats à terme. Il s’attend à ce qu’avec une adoption plus institutionnelle sur le marché de la crypto-monnaie, il y ait une augmentation de l’élan qui se développe pour l’offre et la demande. Il a également déclaré que le maintien des actifs physiques donne au fonds le potentiel de générer des revenus.

La société a fait des recherches sur la nouvelle classe d’actifs avant d’ajouter Bitcoin et Ether à son portefeuille d’investissement. Singh a conclu que les crypto-monnaies sont devenues une classe d’actifs que le fonds « ne pouvait plus ignorer ».

Les stratèges de JPMorgan Chase & amp; Co. pense que les problèmes d’inflation ont été le principal moteur du rallye de la crypto-monnaie, poussant Bitcoin et Ether à des sommets historiques au lieu du battage médiatique généré par la première collecte de fonds BTC trading (ETF) aux États-Unis. .

Les stratèges ont ajouté que la perception de Bitcoin comme une meilleure couverture contre l’inflation de l’or est la principale raison de la récente vague de crypto-monnaie, car les investisseurs se sont éloignés des ETF d’or pour financer BTC à partir du troisième trimestre.

Le prix de l’Ethereum dépasse le sommet historique

Le prix de l’Ethereum cherche à rester fort après son nouveau sommet historique atteint le 21 octobre. Le modèle dominant de tête et d’épaules inversées prédit une augmentation de 25% par rapport à la ligne de cou du modèle graphique, avec un objectif haussier à 4 639 $.

La première ligne de défense du prix Ethereum se situe sur la ligne de tendance de support pour 3 974 $. Un autre support émergera au niveau de retracement de 78,6% de Fibonacci à 3 793 $. En dépensant en dessous de ce niveau, l’ETH pourrait marquer le col du modèle technique pour 3 690 $.

Graphique ETH / USDT sur 12 heures

Cependant, les perspectives haussières seraient déraillées si le prix de l’Ethereum tombait à 50 en moyenne mobile sur douze heures (SMA) de 50 et à 100 SMA sur douze heures à 3 545 $ et 3 463 $, respectivement.

Le prix de l’Ethereum doit dépasser le niveau de résistance à 4 369 $ pour mettre l’objectif haussier sur le radar.

Médiatisation de la cryptomonnaie : la solution pour dissiper les doutes

En annonçant la création du Bitcoin en 2008, Satoshi Nakamoto vient d’inaugurer l’ère des crypto-monnaies. Sans tiers de confiance, ces monnaies électroniques ont donc commencé à intéresser le public. Cependant, les critiques du projet l’ont rapidement discrédité pour limiter sa vulgarisation sur le marché financier. Mais malgré tout, cette révolution s’est perpétuée grâce à l’altruisme des initiateurs. D’ailleurs, les médias étaient appelés à attirer les plus sceptiques. Pour y parvenir, ils traitent tous les paramètres complexes liés au sujet. Alors, que pouvez-vous apprendre sur les crypto-monnaies à travers les médias de masse ? Centre!

La notoriété avérée du Bitcoin : un signe de crédibilité

La notoriété avérée du Bitcoin : un signe de crédibilité

Emissions radio, débats télévisés, podcasts, réseaux sociaux et articles web : tous les canaux médiatiques sont désormais utilisés pour discuter des crypto-monnaies. Grâce à cette communication efficace, de nombreux investisseurs sont prêts à acheter du bitcoin. De plus, le nombre de détenteurs de portefeuilles dédiés est estimé à plus de 20 millions en Europe et aux États-Unis. Un chiffre qui en dit long sur la popularité de cette crypto-monnaie, à travers sa monnaie symbolique. De plus, la ruée vers ces monnaies dématérialisées démontre également la confiance des utilisateurs. Tout cela a été possible grâce au soutien de nombreux débats dans la presse et les réseaux sociaux. Quels sujets sont abordés lors de ces discussions ?

Le principe de fonctionnement des crypto-monnaies

Le principe de fonctionnement des crypto-monnaies

Avant de commencer à trader ou à utiliser des crypto-monnaies, vous devez vous familiariser avec ses principes de base. Les acteurs des médias ont compris cette réalité, c’est pourquoi ce sujet est fortement développé par les organes de presse et les sites spécialisés. À de telles occasions, les utilisateurs apprennent que les monnaies électroniques fonctionnent sur la base de « contrats intelligents », de transactions synchronisées et de minage. Une meilleure connaissance de ces leviers a également permis aux décideurs publics de légaliser l’existence des cryptomonnaies.

Caractéristiques de la crypto-monnaie

Caractéristiques de la crypto-monnaie

En plus des règles régissant le fonctionnement des crypto-monnaies, les utilisateurs cherchent de bonnes raisons pour les adopter. Les médias de masse jouent également un rôle prépondérant dans ce domaine. En effet, de nombreuses publications traitent des caractéristiques de ces monnaies. Ainsi, en suivant les reportages télévisés et en lisant les communiqués de presse, les internautes découvrent que Bitcoin, Dogecoin et Ethereum sont immunisés contre les manipulations. De plus, toutes les transactions avec ces devises sont anonymes et les dépenses sont illimitées. Par ailleurs, les productions médiatiques ont également permis de comprendre que ces moyens d’échange sont universels. Ce sont des avantages qui ont été révélés et qui ont suscité un intérêt généralisé pour la blockchain.

Commerce de crypto-monnaie

Commerce de crypto-monnaie

Lors des retraits ultérieurs que les États-Unis ont décrété pour contenir la pandémie de coronavirus, beaucoup ont commencé à investir en bourse. Cependant, peu d’entre eux étaient au courant des opportunités de s’engager dans le trading de crypto-monnaie. Divers magazines sur le sujet ont permis de vulgariser cette option. Il s’agit de spéculer sur les prix de cette monnaie virtuelle via une plateforme spécialisée ou un compte CFD. Cependant, les sites d’actualités s’efforcent également de publier des sites de crypto-monnaie interdits. L’objectif est de protéger les investisseurs contre d’éventuelles fraudes. Par conséquent, les médias veillent également sur les intérêts des utilisateurs.

Que réserve la saison Altcoin à LINK, ZAP et ADA ? | Cryptomonnaie

Il y a des signes qu’une saison Altcoin approche sur le marché des crypto-monnaies. La « haute saison », où la plupart des devises élevées apparaissent dans leurs paires BTC et USD, est généralement dérivée d’une augmentation significative du prix du BTC et du prix s’arrête ou diminue.

Maintenant que Bitcoin a atteint un nouveau sommet historique et devrait atteindre 100 000 $ d’ici la fin de l’année, les analystes prédisent que la haute saison commencera en fait plus tard au quatrième trimestre et au premier trimestre de 2022.

ZAP / USD en hausse alors que les bénéfices affluent vers les Altcoins

ZAP / USD en hausse alors que les bénéfices affluent vers les Altcoins

Le ZAP a chuté par rapport au dollar américain au cours de la première quinzaine de septembre. Cependant, à la fin du mois, le couple avait regagné tout le terrain perdu. Le sentiment général reste haussier et une clôture au-dessus de 0,0460 $ pourrait déclencher un rebond à 0,0758 $ et étendre la reprise de la tab à 0,0822 $.

La moyenne mobile (MA 200) à 0,0822 $ sera un objectif viable pour ZAP/USD. Rebondir avec une vague d’action haussière de la haute saison. Cependant, le niveau de résistance de 0,0758 $ peut créer une résistance pour le taux de cette session et de la suivante.

Le biais à court terme de ZAP demeure parmi les traders, mais une cassure ferme de 0,0460 $ est nécessaire pour confirmer le signal de renversement du graphique journalier.

À plus long terme, compte tenu de la forte utilisation de ZAP et des performances des autres jetons DeFi, il est difficile de ne pas être extrêmement optimiste sur ce jeton, surtout si vous négociez actuellement en dessous de 0,05 $.

LINK / USD est au-dessus des MA fixes, globalement neutre

LINK / USD est au-dessus des MA fixes, globalement neutre

Chainlink (LINK) continue d’être limité à une fourchette, ce qui se reflète également dans l’aplatissement des pentes des moyennes mobiles 50 et 200. Les indicateurs techniques confirment le biais neutre car le RSI est au-dessus des niveaux 50.

La paire pourrait renforcer son élan positif au-dessus du plus haut actuel, à 28,57 $. Le prochain niveau de résistance au-dessus du niveau de 32,12 $ pourrait osciller autour de 36,35 $, agissant comme le haut de gamme dans la zone de consolidation récente.

Au-dessus de ce niveau, les cibles pourraient se situer entre 44,37 $ et 52,99 $ (le plus haut historique pour le témoin). Cependant, si les prix ne dépassent pas la fourchette, le risque chuterait à nouveau, avec les MA 50 et 200 à 26,89 $ et 27,47 $ respectivement. Encore plus bas, le prochain support à voir pourrait être détecté près de 23,53 $ et 20,81 $. Ne pas dépasser ces limites pourrait amener les commerçants à prendre l’avantage.

ADA / USD se consolide, limité entre les moyennes mobiles

ADA / USD se consolide, limité entre les moyennes mobiles

Cardano (ADA) trace actuellement un tracé latéral, entre les moyennes mobiles de 50 et 200 après s’être retiré de ses sommets historiques de 3,16 $. Le RSI dépasse les 50 niveaux neutres. Dans un scénario positif, la résistance immédiate pourrait venir de la MA 50 à la barrière des 2,32 $.

Dépassant ce niveau et le niveau de 2,50$, la paire ADA/USD pourrait atteindre un plus haut de 2,82$ avant de défier le niveau psychologique de 3$. Sinon, une baisse de prix pourrait faire face à une zone de blocage améliorée de 1,89 $ à 1,76 $, qui contient également le MA 200.

Conclusion

Alors que Bitcoin continue de croître, un grand nombre de commerçants et d’investisseurs devraient réaliser des bénéfices et réinvestir dans des devises élevées, car ils offrent des rendements plus élevés que le BTC, en particulier une fois que 100 000 $ sont cassés.

ZAP semble bien placé pour tirer parti de ce flux de bénéfices BTC vers des devises élevées car ses fondamentaux semblent très solides et le témoignage reste gravement sous-évalué par presque toutes les mesures.

ADA et LINK sont deux autres jetons qui attireront également leur juste part d’intérêt la saison prochaine Altcoin, bien qu’à court terme, l’analyse technique suggère que des plans relativement seront échangés, en particulier contre le rallye Bitcoin en cours.

Top 4 des meilleures chaînes YouTube de cryptomonnaie

Je gagne en échangeant des crypto-monnaies quand on est débutant, est-ce possible ?

Soyons honnêtes : il est très difficile de gagner de l’argent en trading quand on est débutant. Choisir, s’inscrire et utiliser un courtier en ligne sont des choses difficiles à comprendre, surtout quand on n’a pas de compagnie. De plus, la plupart des plateformes de trading de crypto-monnaies sont très conviviales et donc particulièrement compliquées pour les débutants. Face à tous ces problèmes, il existe des plateformes comme Immediate Edge qui offrent un support dans le trading de Bitcoin et de certaines autres crypto-monnaies de manière simple, rapide et surtout fiable.

Pourquoi ce type de plateforme convient-il aux débutants ?

Pourquoi ce type de plateforme convient-il aux débutants ?

Ces plates-formes sont divers outils qui permettent aux débutants d’accéder facilement aux plates-formes traditionnelles et de s’y familiariser. Le trading vous permet de gagner de l’argent passivement en attendant que le marché évolue dans la direction souhaitée. Mais pour cela, vous avez besoin d’accéder aux plateformes de courtiers.

C’est ce que propose Immediate Edge, vous aidant à vous connecter facilement à des courtiers du monde entier qui sont disponibles 24h / 24 et 7j / 7 tout en fournissant des conseils étape par étape pour un trading facile.

Rejoindre cette plateforme, c’est aussi rejoindre sa communauté de plusieurs milliers de personnes qui a déjà utilisé avec succès cette plateforme. En tant que débutant, ces solutions sont parfaites pour atteindre facilement un marché en croissance sans se sentir perdu et facilitent la connexion avec d’autres utilisateurs sur la plate-forme.

L’avantage immédiat fonctionne-t-il ?

L'avantage immédiat fonctionne-t-il ?

Tout d’abord, vous devez savoir qu’il est impossible d’être gagnant dans toutes les positions. En effet, les traders gagnants multiplient leurs positions et points d’entrée pour égaliser le prix d’achat moyen d’un actif et ainsi réduire le risque.

Par conséquent, cela nécessite de surveiller l’évolution du marché et de prévoir ses mouvements. La bonne nouvelle est que les crypto-monnaies sont un jeune marché émergent. A terme, le marché des crypto-monnaies devrait donc continuer à croître proportionnellement à son adoption.

Immediate Edge propose donc un accompagnement gagnant pour aider tous les nouveaux arrivants à s’inscrire et profiter rapidement de la croissance exponentielle de ce marché. L’utilisateur peut ainsi se positionner facilement, intelligemment et efficacement en fonction des évolutions du marché. Cependant, nous devons être conscients que cela ne gagne pas toujours. Parfois, il faut être patient et attendre un renversement du marché pour gagner de l’argent.

Comment démarrer avec l’Edge Immédiat ?

Comment démarrer avec l'Edge Immédiat ?

Afin de rejoindre la communauté Immediate Edge et bénéficier d’un support de trading, la promesse de simplicité est respectée.

L’inscription est très simple car elle ne nécessite que votre nom, votre numéro de téléphone et votre adresse e-mail.

Une fois inscrit, la promesse de prise en charge est pleinement respectée. Vous serez contacté par un conseiller professionnel qui sera chargé de vous expliquer point par point comment s’inscrire auprès du courtier et comment commencer à trader.

Ce service est particulièrement précieux pour un débutant en trading qui souhaite obtenir un accompagnement clair dans ses débuts. Cela vous aide également à éviter les erreurs de débutant qui peuvent être très coûteuses. Et si vous avez une question qui vous vient par l’intermédiaire du courtier, vous pouvez la poser à tout moment sur la plateforme.

Enfin, sachez que pour vous lancer il vous suffit de réaliser un investissement initial de 250 €. Ce montant est relativement faible, mais grâce aux effets de levier, vous pourrez rapidement multiplier vos gains. Alors n’attendez plus et découvrez ce service dès maintenant !

Soyez conscient des risques

Soyez conscient des risques

Les crypto-monnaies et le trading rapportent généralement de l’argent, mais comportent également certains risques. Comme pour tout outil spéculatif, n’oubliez pas que vous risquez de perdre votre mise initiale. Les principes de l’investissement responsable sont les mêmes que partout, et vous ne devez investir que l’argent que vous pouvez vous permettre de perdre.

Économie

Le SMIC sera porté de 100 francs à 4.100 francs par mois et le salaire de référence après un stage de deux ans de 50 francs à 4.150 francs par mois, précise Coop (archive) (© KEYSTONE / JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Coop augmentera ses salaires de 0,8% en 2022. Le groupe de distribution bâlois et ses partenaires sociaux se sont mis d’accord sur une nouvelle convention collective de travail (CCT), prolongée pour quatre ans.

Le salaire minimum passera de 100 francs à 4.100 francs par mois et le salaire de référence après une période d’études de deux ans de 50 francs à 4.150 francs par mois, a indiqué Coop dans un communiqué vendredi. Tous les salaires inférieurs à 4 400 francs par mois bénéficieront d’une augmentation de 40 francs, soit environ 1% pour les salaires les plus bas. Les salaires plus élevés seront ajustés individuellement.

Les salaires de référence après une formation initiale de trois ou quatre ans, qui sont respectivement de 4.200 et 4.300 francs, « sont ancrés à la CCT », selon un communiqué.

Toutes les salariées, quelle que soit leur ancienneté, « bénéficient désormais du congé maternité forfaitaire de 18 semaines au lieu des 14 semaines légales, rémunérées à 100 % du salaire brut normal ».

Les rémunérations versées aux employés assurant des services de garde ont été augmentées. Des mesures « qui affectent l’égalité et l’apprentissage tout au long de la vie » ont également été convenues. Le nouvel accord, qui entrera en vigueur début 2022, concerne quelque 37’000 travailleurs en Suisse.

Cet article a été posté automatiquement. Sources : ats/awp

Économie

Au cours de la période sous revue, le chiffre d’affaires a augmenté de 18,2% à CHF 6,86 milliards. Les acquisitions ont contribué à la croissance de 1,3 % et la croissance organique de 16,8 % (archives). (© KEYSTONE / WALTER BIERI)

Sika reste sur la piste des records. Malgré les effets de la crise et les problèmes d’approvisionnement qui en ont résulté, le chiffre d’affaires a fortement progressé sur les neuf premiers mois de l’année et le résultat a augmenté d’un bon tiers.

Au cours de la période sous revue, le chiffre d’affaires a augmenté de 18,2% à 6,86 milliards de francs, a indiqué Sika jeudi soir. Les acquisitions ont contribué à la croissance à hauteur de 1,3 %, la croissance organique est donc de 16,8 %. Par rapport à la période correspondante de 2019, c’est-à-dire avant la pandémie, la croissance organique a été de 10,2 %.

Bénéfice net de 765 millions

La forte augmentation des coûts des matières premières a eu un impact sur le groupe de Zoug. Cela a abaissé la marge brute à 52,6 % contre 54,6 % un an plus tôt.

Dans le même temps, les volumes importants, l’augmentation des prix et l’efficacité ont permis de réaliser des économies d’échelle. Le bénéfice d’exploitation d’Ebit a augmenté de près d’un tiers pour atteindre un nouveau record de CHF 1 054,0 millions. Le bénéfice net a augmenté de 36,3% à 765,1 millions de francs.

Les données sont globalement conformes aux attentes des analystes. Le consensus AWP était de 6,87 milliards de PLN pour les revenus, de 1057 millions de PLN pour l’EBIT et de 766 millions de PLN pour le bénéfice net.

La pandémie a eu un impact significatif sur la conduite des affaires dans toutes les régions. Sika a noté que les blocages persistants dans certaines parties de l’Asie entravent les chaînes d’approvisionnement mondiales. Cependant, le groupe a gagné des parts de marché dans toutes les régions grâce à sa forte position de marché et ses produits innovants.

Objectifs confirmés

Pour toute l’année 2021, Sika continue de prévoir une augmentation de 13 à 17 % des revenus en devises locales. L’EBIT devrait croître plus que proportionnellement au chiffre d’affaires, avec une marge atteignant 15 % pour la première fois, malgré l’environnement difficile des prix des matières premières et les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement.

Sika a également réaffirmé ses objectifs à moyen terme dans le cadre de la « Stratégie 2023 ». Le chiffre d’affaires devrait croître de 6 à 8 % par an et la marge Ebit de 15 à 18 %.

De plus, Patricia Heidtman a été nommée « Chief Innovation and Sustainability Officer » avec un siège au conseil d’administration. Mme Heidtmann fait partie du groupe depuis 1998, plus récemment en tant que « responsable de la technologie pour les systèmes thermoplastiques de base ».

Le nouveau directeur remplace Frank Hoefflin, qui reprend le nouveau rôle de « Head Operations, Quality and EHS » et rapportera directement au CEO.

Cet article a été posté automatiquement. Sources : ats/awp

Économie

D’après cette recherche (archive), on se souvient plus de Whitney Houston, décédée en février 2012, que d’Hugo Chavez. (© KEYSTONE/AP/Michael Probst)

Des chercheurs de l’EPFL et des collègues américains ont tenté de distinguer les personnalités dont on se souvenait après la mort de celles qui étaient oubliées. Les artistes se portent bien.

Cléopâtre, Gengis Khan et Elvis sont quelques-unes des figures historiques qui ont survécu dans les livres d’histoire et la mémoire collective. Mais qu’en est-il des autres personnalités publiques plus récentes et selon quels critères sont-elles mémorisées ?

C’est ce que des scientifiques du Data Science Laboratory (dlab) de l’Université polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont tenté de découvrir, en collaboration avec des collègues de l’Université de Stanford (États-Unis).

Les chercheurs ont examiné plus de 2 000 personnalités publiques décédées entre 2009 et 2014. Ils ont analysé la fréquence quotidienne avec laquelle ils ont été mentionnés dans la presse grand public et sur Twitter au cours de l’année précédant leur décès et des suivantes.

Quatre modèles

Selon ce travail, publié dans la revue américaine PNAS, l’étude a révélé quatre modèles de mémoire post-mortem : pic, silence, montée et descente.

« Le schéma le plus courant affecte environ la moitié des gens. On n’en parle pas beaucoup avant de mourir. il n’y a même pas de notice nécrologique dans la plupart des journaux, explique le professeur adjoint Robert West, responsable de l’étude et auteur principal.

« Un huitième des personnes atteint leur apogée lorsqu’elles meurent, puis se stabilisent à un niveau supérieur à celui de leur vie. Le repos atteint son maximum lorsqu’il meurt, puis retombe à un niveau inférieur à celui de la vie. Ils sont souvent politiques. par exemple, des personnages ou des athlètes qui ne font plus la une des journaux », ajoute le spécialiste, cité jeudi dans un communiqué de l’EPFL.

« Donc, vous avez quelques personnes très célèbres et la plupart ne le sont pas. En fait, vous ne vous souvenez que d’une poignée de célébrités », poursuit-elle.

Artistes en particulier

Qui sont ces gens dont la renommée grandit après la mort ? Premièrement, si vous mourez jeune, vous obtiendrez probablement plus d’attention à court terme, comme vous le feriez avec une mort non naturelle. Cependant, l’étude a révélé que la plus grande augmentation moyenne de l’attention à long terme concernait les artistes, car ils créent un patrimoine culturel qui leur survivra.

« Par exemple, Whitney Houston et Hugo Chavez ont été placés dans le groupe échantillon et le jour de leur mort, ils ont tous deux atteint un sommet parce que les gens se souvenaient d’eux. L’année suivante, c’était une autre histoire : l’ascension de Whitney Houston a duré un an, tandis qu’Hugo Chavez est entré le modèle d’automne », note Robert West.

Le chercheur s’est également étonné de la cohérence des mentions entre la presse grand public et les réseaux sociaux, et le fait que les premiers semblent jouer un rôle supplémentaire par rapport aux seconds.

La presse grand public répond à la fois à la curiosité des lecteurs, par exemple en rendant compte de la mort spectaculaire d’un jeune homme, mais agit également comme gardienne de la mémoire collective lorsqu’une personne âgée ou un dirigeant exceptionnel décède après une vie réussie. Twitter joue les deux rôles, mais dans une moindre mesure.

Tu n’as pas à chercher la gloire

À l’avenir, Robert West et son équipe veulent étudier l’impact des circonstances du décès et déterminer si elles affectent la façon dont nous nous souvenons d’une personne. Ils s’intéressent également à la façon dont on se souvient des gens, bien que cela soit beaucoup plus difficile à mesurer.

« Cette étude montre que la célébrité est rare et ne vaut probablement pas la peine d’être recherchée, car même si vous y mettez le maximum d’efforts – et les personnes de ce groupe de données sont probablement parmi celles qui font le maximum d’efforts, cela ne dure pas » – conclut le chercheur.

Cet article a été posté automatiquement. Source : ats

Le marché haussier du Bitcoin a encore beaucoup de vapeur, suggèrent les indicateurs | Cryptomonnaie

Bitcoin a gagné plus de 40% ce mois-ci, atteignant un nouveau record historique de 66 879 $, sur la base des attentes selon lesquelles le fonds négocié en bourse (ETF) ProShares récemment coté et lié aux contrats à terme de crypto-monnaie apportera plus d’argent sur le marché.

Ces gains importants amènent souvent les investisseurs à juger si la fête est bientôt terminée, en particulier lorsque des indicateurs techniques populaires tels que l’indice de force relative (RSI) signalent des conditions de surachat, telles que le bitcoin.

Cependant, les métriques de la blockchain telles que le MVRV Z-score et l’indicateur graphique moins connu, le Mayer Multiple, montrent que la course des traders a encore beaucoup de dynamisme.

Le score Z de la valeur marchande à la valeur réalisée (MVRV), qui mesure l’écart de la valeur marchande par rapport à la valeur réalisée et est utilisé pour évaluer les conditions sous-évaluées et surévaluées, a doublé pour atteindre 3,91 ce ce mois-ci. Cependant, la valeur est loin de la zone rouge au-dessus de 5,00 qui marque historiquement la dernière étape d’un marché haussier.

La valeur marchande représente la valeur totale du réseau de crypto-monnaie et est calculée en multipliant l’offre totale en circulation par le dernier prix négocié. Pendant ce temps, la valeur de réalisation est calculée en valorisant chaque pièce au prix auquel elle a été déplacée pour la dernière fois.

Bien que les valorisations boursières du bitcoin ne soient pas bon marché, elles ne semblent pas non plus trop élevées, avec la possibilité d’une augmentation des prix.

« Lorsque la valeur de marché est nettement supérieure à la valeur de réalisation, elle a historiquement montré des pics de marché (zone rouge), tandis que l’inverse a montré des bas de marché (zone verte) », a déclaré la société d’analyse Glassnode blockchain sur l’indicateur MVRV Z-score.

Le Mayer Multiple, qui mesure l’écart entre le prix du bitcoin et sa moyenne mobile (MA) sur 200 jours, montre également que le marché haussier est loin d’avoir atteint son pic. Bien que la jauge ait atteint un sommet de cinq mois à 1,39, elle est bien en deçà du seuil de 2,4, au-dessus duquel le marché haussier avait précédemment culminé.

Les deux indicateurs confirment les attentes des analystes selon lesquelles le prix continuera de grimper à environ 100 000 $ dans les prochains mois. Cela dit, cela peut ne pas être une course en douceur, et les crypto-monnaies peuvent voir des baisses de prix en fonction du niveau d’effet de levier sur le marché.

Les crypto-monnaies restent vulnérables aux risques macroéconomiques et aux risques potentiels sur les marchés traditionnels.

Selon Reuters, les marchés pensent de plus en plus que la Réserve fédérale américaine se sentira bientôt obligée de réduire les mesures de relance plus agressives pour contenir l’inflation. « Les traders américains s’attendent désormais à une hausse complète des taux lors de la réunion de politique de la Fed en septembre de l’année prochaine. Mais d’ici là, la banque centrale de Nouvelle-Zélande sera multipliée par cinq, trois fois pour le Canada et quatre fois pour le Royaume-Uni », a déclaré le rapport Bloomberg.

Si les marchés commencent à prendre des paris plus agressifs sur une hausse des taux de la Fed, les actifs à risque, y compris le bitcoin, pourraient faire face à une pression de vente.

Bitcoin: les longs doivent s’arrêter en dessous de 60000 | Cryptomonnaie

Le nouveau plus haut historique de Bitcoin à 67000 suivi d’une clôture plus basse n’est pas le signal haussier auquel nous nous attendions !!! EN THÉORIE, NOUS AVONS MAINTENANT UN DOUBLE SIGNAL DE PLUS VENDU PARCE QUE NOUS N’ATTENDONS PAS TOUT LE TEMPS AU-DESSUS DU TOP.

Ondulation nous avons écrit : premier support long à 10750/700 travaillant sur le rebond à 11400 et 11600 mais nous luttons.

Nous avons certainement lutté car les prix ont inversé le support de la ligne à 10700/750.

Ethereum a culminé pour la journée exactement au plus haut historique de 4355/85. La résistance a été clairement rejetée avec des prix inchangés le jour où nous avons plongé à 4010. CELA LAISSE UN DOUBLE RISQUE SIGNIFICATIF SI NOUS NE FERMONS PAS LA SEMAINE AU-DESSUS DE 4400.

Analyse quotidienne

Analyse quotidienne

Bitcoin atteint 67 000 pour un nouveau record historique, mais l’euphorie n’a pas duré car nous avons testé le premier support à 63100/63000 comme prévu, mais a dépassé 62 000. Les traders doivent faire mieux sur le deuxième support à 60700/500. Les longs devraient s’arrêter en dessous de 60 000. Une cassure en dessous vise 58.000. C’est la dernière ligne de défense pour les commerçants. Une cassure en dessous le week-end est un signal de vente à long terme.

Ripple est long au premier support à 10700/750, recible à 11000, 11400 et 11600. Attendez-vous à une forte résistance à 12020/12100. Une cassure pourrait viser 11300/11400.

Premier support à 10700/750. Support le plus important de la semaine à 10250/10200. Rester ici permet de garder les commerçants sous contrôle. Une cassure en-dessous est un signal de vente fort ciblant initialement le plus bas 9700/9600. Sur une cassure en dessous, je m’attendrais à de grosses pertes. Nous devrions initialement viser 8600. Cela peut retarder le premier test et nous pourrions également voir un rebond décent. Cependant, je manquerais de résistance sur ce rebond, m’attendant à ce que le support finisse par casser pour un autre signal de vente significatif.

Ethereum, nous avons un double signal de vente maximum. Acheter au support est plus risqué maintenant, mais voici les niveaux si vous voulez essayer de scalper lors d’un rebond. Premier support à 4000/3980. Une cassure sous les cibles à 3880, donc un meilleur support à 3770/30. Un rebond décent est attendu à partir d’ici, peut-être jusqu’à 3950. Les achats devraient s’arrêter en dessous de 3670. Une cassure baissière est un signal de vente visant le fort support 3570/50 à 3380/40. Les longs devraient s’arrêter en dessous de 3300.

Les traders devraient voir une clôture hebdomadaire au-dessus du plus haut historique à 4355/85 pour éliminer le risque d’un double signal de vente au-dessus maintenant.

Graphique

Crypto: la chaîne de cinémas AMC pourrait émettre sa propre cryptomonnaie Par Investing.com

il y a 1 heure (22.10.2021 16:06)

Investing.com – AMC Entertainment Holdings a annoncé, par l’intermédiaire de son PDG, la sortie de sa propre crypto-monnaie.

Adam Aron, PDG de la société basée à Leawood, a déclaré que la société devenait « hyperactive » en matière de crypto-monnaie, ajoutant que l’idée était l’une des nombreuses sur lesquelles travaillait la chaîne de cinéma géante.

Ouvert aux cryptos

Ouvert aux cryptos

Une telle décision ferait d’AMC, le plus grand opérateur de théâtre au monde, à la fois un acheteur de crypto-crédit et un émetteur.

Plus tôt cette année, Aron a annoncé que les cinéphiles d’AMC seraient autorisés à acheter des billets et des concessions avec Bitcoin d’ici la fin de l’année. Il a ensuite annoncé sur Twitter (NYSE 🙂 que la société envisageait, dans le, en plus.

AMC est sauvé par les investisseurs

La technologie a été l’un des principaux moteurs de l’histoire d’AMC ces dernières années. Ses gains depuis le début de l’année sont de 1,828%, grâce en grande partie à la hausse des commerçants Memes.

Ces petits investisseurs de détail ont peut-être sauvé AMC de l’insolvabilité au plus fort de la pandémie. Leur intérêt pour l’action – ainsi que pour d’autres sociétés notables, dont GameStop – a contribué à faire grimper les prix.

Le transfert de titre permet à AMC de réduire sa dette et de lever des capitaux pour survivre à la fermeture prolongée des cinémas et au manque de contenu d’Hollywood.

Après avoir chuté à 2,27 $ par action en mars 2020, les actions AMC sont passées à 62,55 $ en juin 2021 et ont clôturé à 39,24 $ jeudi.

La capitalisation de la marque de l’entreprise s’élève à 20,14 milliards de dollars et a dépassé la barre des 10 milliards de dollars pour la première fois en mai. Avant que les mèmes n’augmentent, AMC n’avait dépassé sa capitalisation boursière que de 3 milliards de dollars depuis juin 2017.

Responsabilité : Fusion Media vous rappelle que les données de ce site Web ne sont pas nécessairement exactes en temps réel. Tous les CFD (actions, indices, contrats à terme) et les prix du forex ne sont pas fournis par les bourses, mais plutôt par les teneurs de marché, et par conséquent les prix peuvent ne pas être corrects et peuvent différer du prix actuel du marché, ce qui signifie que les prix sont indicatifs et ne conviennent pas à des fins de trading . . . Par conséquent, Fusion Media n’assume aucune responsabilité pour les pertes commerciales que vous pourriez subir en raison de l’utilisation de ces données.

Fusion Media ou toute personne impliquée avec Fusion Media n’acceptera aucune responsabilité pour les pertes ou dommages résultant de la confiance accordée aux informations, y compris les données, les citations, les graphiques et les signaux d’achat / vente sur ce site Web. Étant donné w.e. Entièrement informé des risques et des coûts liés à la négociation sur les marchés financiers, c’est l’une des formes d’investissement les plus risquées.

La cryptomonnaie XRP de Ripple à la traîne par rapport au Bitcoin

Publié le 21 octobre 2021 à 19:11

Le prix de la crypto-monnaie XRP restaure l’optimisme alors que les taureaux Ripple se renforcent pour redémarrer la récupération

Le prix de la crypto-monnaie XRP restaure l'optimisme alors que les taureaux Ripple se renforcent pour redémarrer la récupération

Le prix de la crypto-monnaie XRP de Ripple est à la traîne par rapport aux autres crypto-monnaies puisque Bitcoin a depuis longtemps commencé sa manifestation avec des plus bas plus élevés.

L’incapacité des taureaux à faire monter les prix jusqu’au prix XRP a provoqué une baisse de 10 % le 18 octobre. Lisez également : Salesforce.com Equity Notice (NYSE : CRM) : les actions valent la peine de supporter une crise économique. Cependant, un indicateur crucial suggère que Ripple a peut-être atteint un plus bas niveau.

Le prix de la crypto-monnaie XRP a chuté de 14% par rapport à son sommet mensuel de 1,18 $ USD le 16 octobre, marquant la ligne de tendance à la tendance baissière du schéma dominant. Alors que Ripple (XRP) est sur le point de chuter en dessous de 1 $, un indicateur technique clé suggère que le faible swing pourrait avoir fixé le fonds local pour le moment.

Le prix XRP imprime l’arrière-plan local

Le prix de la crypto-monnaie XRP est verrouillé dans un canal descendant parallèle sur le graphique de 4 heures alors que le prix continue d’enregistrer des hauts et des bas. Voir l’article : L’échange indien de crypto-monnaie CoinSwitch Kuber collecte 260 millions de dollars.

Le modèle technique suggère que la crypto-monnaie XRP de Ripple peut osciller entre les limites supérieure et inférieure du canal avant de révéler des intentions directionnelles plus importantes. Après être tombé au-dessus de la ligne de tendance baissière du modèle graphique, le prix XRP marquerait probablement la ligne de tendance au-dessus de 1,17 $ ensuite.

Le premier obstacle au prix de la crypto-monnaie XRP de Ripple se situe à la limite médiane du schéma de carte dominant à 1,09 $, ce qui correspond à la moyenne mobile simple de quatre heures (SMA). Un autre obstacle apparaîtra au niveau de 50% de Fibonacci à 1,13 $ USD, qui se situe près de SMA-20 et SMA-50 sur le graphique en 4 heures.

Le dernier barrage routier peut atteindre la ligne de résistance donnée par l’IRM à 1,14 $ avant que le prix de la crypto-monnaie XRP puisse signaler sa destination haussière aussi bas que 1,17 $. Si les ordres d’achat maximum devaient être passés, Ripple pourrait passer au-dessus du canal parallèle, marquant le niveau de retracement de Fibonacci de 61,8% à 1,19 $ USD. Si les taureaux parviennent à faire passer ce niveau en support, le jeton XRP peut cibler 1,28 $ USD, là où la ligne de rupture, le niveau 78,6 de Fibonacci et la ligne de tendance baissière se rencontrent.

Cependant, si la pression des ventes augmente, le prix XRP peut représenter des niveaux de support clés avant de révéler des objectifs plus élevés. La première ligne de défense pour Ripple se situe au niveau de retracement de Fibonacci de 38,2% à 1,06 $, ce qui est conforme à la ligne d’aide fournie par IRM.

D’autres lignes de défense pourraient émerger dans la moyenne mobile SMA-200 sur le graphique en 4 heures à 1,04 $, suivie par la tendance à la hausse qui s’est formée depuis le 20 juillet à 1,03 $. Trancher en dessous de cette position pendant plusieurs mois pourrait poser des problèmes aux taureaux, mais la dernière clause de support apparaîtra sur la ligne de tendance baissière du canal parallèle à 1,01 $ USD.

Tant que les taureaux Ripple peuvent surmonter le schéma technique général, le billet peut continuer à baisser jusqu’à ce que le prix XRP révèle des intentions directionnelles définies.

Après des études d’économie, Olivier s’oriente vers un cursus informatique. Conjuguez désormais ces deux pôles d’intérêt, à la tête de la section Fintech de Miroir Mag.

Facebook lance son premier portefeuille pour les cryptomonnaies

Facebook n’a pas encore lancé Diem, sa crypto-monnaie, mais la branche financière du réseau social prépare le terrain et teste actuellement Novi, son portefeuille de crypto-monnaie numérique.

Facebook est né en 2004 sur le campus de Harvard. Beaucoup d’entre nous connaissent l’histoire de la montée en puissance de ce géant de l’Internet, qui est encore aujourd’hui le site de réseautage social le plus puissant et le plus utilisé. Mais là où Google, Microsoft, Apple ou encore Amazon proposent à leurs clients autant de produits et de solutions, Facebook a toujours mis l’accent sur son réseau social. Après l’acquisition de WhatsApp et d’Instagram, le groupe Facebook s’est toujours concentré sur ce qu’il pouvait faire : les réseaux sociaux.

Ainsi, en 2019, lorsque le groupe a présenté Libra, sa propre crypto-monnaie au monde, tout le monde a été choqué. Mais depuis, rien ne s’est passé comme le géant l’aurait souhaité. En effet, depuis son annonce, la crypto a été bloquée par de nombreux gouvernements. Cette monnaie virtuelle, qui n’a pas encore été lancée, a réussi à changer de nom en deux ans pour devenir Diem. Le portefeuille de crypto-monnaie, qui s’appelait Calibra au moment de son annonce, est depuis devenu Novi.

Échange d’essai entre les États-Unis et le Guatemala

Échange d'essai entre les États-Unis et le Guatemala

Disponible quelques jours aux États-Unis et au Guatemala, ce portefeuille devrait permettre de stocker plus facilement des monnaies virtuelles, ce qui était compliqué auparavant, mais est maintenant assez simple car les offres poussent à la préservation de vos Bitcoins et autres Ethereum. En prévision du lancement de Diem, qui semble possible dans les prochains mois, le portefeuille de Novi devrait accueillir le stablecoin de l’USDP (connu sous le nom de Pax Dollar). Cette première monnaie virtuelle est le résultat d’un partenariat avec Paxos et Coinbase, ce qui en fait actuellement la seule crypto-monnaie disponible sur le portefeuille de Facebook.

Cette première crypto-monnaie devrait servir de test. En fait, le stablecoin peut être très utile pour transférer des fonds entre deux pays de destination, les États-Unis et le Guatemala. Historiquement, beaucoup d’argent a circulé entre les deux pays, les investissements privés des États-Unis représentant 14 % du PIB de ce petit pays d’Amérique centrale.

Diem est toujours en vue

L’utilisation d’un stablecoin dans cette situation peut faire économiser aux utilisateurs beaucoup de frais de change et de douane. Une alternative très intéressante pour les travailleurs d’origine guatémaltèque qui envoient régulièrement de l’argent à leurs proches ou amis dans une petite république hispanophone.

Pour David Marcus, directeur financier de Facebook, l’idée derrière ce test est avant tout de se préparer au mieux à l’arrivée de Diem. L’idée d’une crypto-monnaie détenue par Facebook n’a pas encore été écartée, le projet aboutissant aux dernières autorisations nécessaires. Cependant, selon Marcus, le principal avantage de Novi sera des frais très faibles voire nuls. « Une fois que nous aurons une clientèle solide, nous proposerons des paiements moins chers aux commerçants et gagnerons de l’argent auprès des commerçants », promet le patron de Facebook Financial.

Solvay : dans le vert avec des propos de broker | Zone bourse



Accueil ZonebourseActionsBelgiqueEuronext BruxellesSolvay SAActualitésSynthèse    SOLB   BE0003470755






(SOLB)



Ajouter à ma liste






  Rapport
















 Temps réel Euronext Bruxelles – 21/10 17:35:21

103.6
EUR
 


-1.57%













19/10SOLVAY : l’innovation accélère dans les batteries EVCF

14/10Le point sur les changements de recommandations à ParisRE

07/10BOURSE DE PARIS : Tout va mieux !






SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté SynthèseToute l’actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse


























27/07/2021 | 16:14







































Solvay se hisse dans le vert avec un gain de moins de 1%, aidé par Credit Suisse qui réaffirme son opinion ‘surperformance’ et remonte son objectif de cours de 110 à 121 euros, dans le sillage d’estimations d’EBITDA rehaussées de 3% en moyenne sur 2021-22.’Nous pensons que Solvay représente l’une des expositions les moins chères à la chimie européenne’, juge le broker, qui met en avant notamment un levier opérationnel supérieur à la moyenne et le potentiel pour un désendettement financier accéléré.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.







































Réagir à cet article

Réagir le premier

Publier






Toute l’actualité sur SOLVAY SA

19/10SOLVAY : l’innovation accélère dans les batteries EVCF

14/10Le point sur les changements de recommandations à ParisRE

07/10BOURSE DE PARIS : Tout va mieux !

07/10EN DIRECT DES MARCHES : Veolia, Vivendi, GM, Twitter, Emerson, Vonovia, Sika, Gaussin, Aup..

29/09SOLVAY : participe à l’Exposition universelle de DubaïCF

28/09SOLVAY : une solution de recyclage pour le PVDCCF

27/09SOLVAY : certification ‘Gold’ pour le site brésilienCF

16/09Solvay achève l’installation d’une nouvelle capacité de production de composites thermo..MT

16/09SOLVAY : accroît sa capacité de production aux Etats-UnisCF

15/09ILHAM KADRI : Bluebell demande la destitution de la directrice générale de SolvayRE

Plus d’actualités

Recommandations des analystes sur SOLVAY SA

27/07SOLVAY : Credit Suisse remonte son objectif de coursCF

06/05AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Iberdrola, Logitech, Valneva, ITM Power, Solvay, Adecco, Hugo B..

25/02SOLVAY : Credit Suisse relève son objectifCF

Plus de recommandations






Données financières

CA 2021

9 566 M
11 136 M

Résultat net 2021

641 M
746 M

Dette nette 2021

3 482 M
4 053 M

PER 2021
15,6x

Rendement 2021
3,69%

Capitalisation

10 857 M
12 643 M

VE / CA 2021
1,50x

VE / CA 2022
1,40x

Nbr Employés
23 000

Flottant
66,7%

Plus de Données financières


Graphique SOLVAY SA



Durée :


Période :









Graphique plein écran

Tendances analyse technique SOLVAY SA

Court TermeMoyen TermeLong TermeTendancesNeutreBaissièreHaussière

Analyse technique

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Données financières

Consensus

VenteAchat

Recommandation moyenne
ACCUMULER

Nombre d’Analystes
19

Dernier Cours de Cloture

105,25 €

Objectif de cours Moyen

123,18 €

Ecart / Objectif Moyen

17,0%

Consensus



Révisions de BNA

Plus de Révisions des Estimations

Dirigeants et Administrateurs







Ilham Kadri
CEO & Non-Independent Director
Karim Hajjar
Chief Financial Officer
Nicolas Jacques Boël
Chairman
Philippe Warny
Head-Research, Development & Technology
Hervé François André Coppens d’Eeckenbrugge
Independent Director

Plus d’informations sur la société

Secteur et Concurrence

Var. 1janvCapi. (M$)

SOLVAY SA8.64%12 643

SAUDI BASIC INDUSTRIES CORPORATION31.76%106 852

AIR LIQUIDE7.14%79 150

WANHUA CHEMICAL GROUP CO., LTD.18.73%53 085

GANFENG LITHIUM CO., LTD.69.17%36 392

LYONDELLBASELL INDUSTRIES N.V.8.51%33 271

Plus de Résultats





Solvay se hisse dans le vert avec un gain de moins de 1%, aidé par Credit Suisse qui réaffirme son opinion ‘surperformance’ et remonte son objectif de cours de 110 à 121 euros, dans le sillage d’estimations d’EBITDA rehaussées de 3% en moyenne sur 2021-22.’Nous pensons que Solvay représente l’une des expositions les moins chères à la chimie européenne’, juge le broker, qui met en avant notamment un levier opérationnel supérieur à la moyenne et le potentiel pour un désendettement financier accéléré.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Solvay se hisse dans le vert avec un gain de moins de 1%, aidé par Credit Suisse qui réaffirme son opinion ‘surperformance’ et remonte son objectif de cours de 110 à 121 euros, dans le sillage d’estimations d’EBITDA rehaussées de 3% en moyenne sur 2021-22.

‘Nous pensons que Solvay représente l’une des expositions les moins chères à la chimie européenne’, juge le broker, qui met en avant notamment un levier opérationnel supérieur à la moyenne et le potentiel pour un désendettement financier accéléré.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Durée :


Période :

Tendances analyse technique SOLVAY SA

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Révisions des Estimations

Plus d’informations sur la société

Rapport de marché Data Broker avec distribution de base de fabrication, zone de vente et type de produit 2021 à 2026

Le rapport de marché Data Broker 2021 fournit des stratégies de développement futures, des entreprises clés, une possibilité de concurrence, une analyse des défis majeurs. Les rapports élaborent le taux d’expansion du marché Data Broker et ont soutenu l’analyse de profil d’entreprise la plus élevée. Ce rapport fournit une analyse approfondie, la taille du marché et une évaluation pour le segment en développement du marché Data Broker. Le rapport de marché Data Broker vous aidera à prendre des décisions d’experts, à reconnaître les opportunités, à planifier des tactiques professionnelles efficaces, à planifier de nouveaux programmes, à analyser les moteurs et les contraintes et à vous donner une vision des prévisions du marché de Data Broker.

Obtenez un exemple de copie du rapport sur www.industryresearch.co/enquiry/request-sample/15087001

Les principaux objectifs du rapport Data Broker sont :
• Analyser les ouvertures du marché pour les parties prenantes en trouvant les segments à forte croissance.
• Pour analyser à dessein chaque sous-marché en ce qui concerne la tendance de croissance individuelle et leur influence sur le marché
• Analyser les croissances concurrentielles telles que les expansions, les accords, les lancements de nouveaux produits et les acquisitions sur le marché
• Étudier le profil détaillé des principaux acteurs et analyser largement leurs stratégies de croissance.
• Pour analyser l’impact de covid-19 sur l’industrie Data Broker

Pour comprendre comment l’impact de COVID-19 est couvert dans ce rapport : www.industryresearch.co/enquiry/request-covid19/15087001

Acteurs clés du marché Data Broker :
HG Data Company
Ignite Technologies
TowerData Inc.
TransUnion LLC
IHS Markit and Morningstar
Fair Isaac Corporation (FICO)
Lifelock
Moody’s Corporation
IBM Corporation
Nielson Holdings PLC
Oracle Corporation
Equifax
H.I.G. Capital
CoreLogic
Qlik Technologies Inc.
Alibaba Group Holdings Limited
Bloomberg L.P
Wolters Kluver N.V.
RELX Group Plc.
PeekYou LLC
Thomson Reuters Corporation
Datasift Inc.
Acxiom Corporation
Experian Plc

Réponses aux questions clés dans le rapport d’étude de marché mondial Data Broker
• Quelle sera la taille du marché par type, application et fabricants
• Quelle sera la production et la consommation de Data Broker par régions ?
• Quels types de profils de fabricants, prévisions de production, prévisions de consommation étudiés dans le rapport ?
• Comment les clients en amont, chaîne industrielle et clients en aval analysent-ils le rapport ?
• Quels sont les opportunités et les défis, les menaces et les facteurs affectant l’industrie ?
• Quelles sont les principales conclusions de l’industrie Data Broker ?

Renseignez-vous ou partagez vos questions le cas échéant avant l’achat de ce rapport – www.industryresearch.co/enquiry/pre-order-enquiry/15087001

Marché par types :
Les données de consommation
Les données structurées
Big Data
données de marketing en ligne
Autre informations

Marché par applications :
Vente au détail
Gouvernement / Secteur public
Immobilier
Fabrication
Médias et divertissement
BFSI
Informatique et télécommunications
Soins de santé
Autres

Achetez ce rapport (prix 3460 USD pour une licence utilisateur unique) – www.industryresearch.co/purchase/15087001

Table des matières détaillée du rapport sur le marché mondial Data Broker 2021 par principaux acteurs, types, applications, pays, taille du marché, prévisions jusqu’en 2026
Table des matières

1 Aperçu du rapport
1.1 Portée de l’étude
1.2 Segments de marché clés
1.3 Scénario de réglementation par région/pays
1.4 Scénario d’investissement sur le marché Stratégique
1.5 Analyse du marché par type
1.5.1 Part de marché mondiale de Data Broker par type (2020-2026)
1.6 Marché par application
1.6.1 Part de marché mondiale de Data Broker par application (2020-2026)

2. Tendances de croissance du marché mondial
2.1 Tendances de l’industrie
2.1.1 Analyse SWOT
2.1.2 Analyse des cinq forces de Porter
2.2 Analyse du marché potentiel et du potentiel de croissance
2.3 Actualités et politiques de l’industrie par régions
2.3.1 Nouvelles de l’industrie
2.3.2 Politiques de l’industrie

3 Chaîne de valeur du marché Data Broker
3.1 Statut de la chaîne de valeur
3.2 Analyse de la structure des coûts de fabrication Data Broker
3.2.1 Analyse du processus de production
3.2.2 Structure des coûts de fabrication de Data Broker
3.2.3 Coût du travail de Data Broker
3.3 Analyse du modèle de vente et de marketing
3.4 Analyse des principaux clients en aval (par région)
…….
13 Prévisions du marché Data Broker par régions (2020-2026)
13.1 Ventes, revenus et taux de croissance mondiaux de Data Broker (2020-2026)
13.2 Prévisions du marché Data Broker par régions (2020-2026)
13.3 Prévisions du marché Data Broker par types (2020-2026)
13.4 Prévisions du marché Data Broker par applications (2020-2026)

Hugo Boss : dans le vert, un broker relève sa cible

Hugo Boss progresse de près de 2% à Francfort, profitant d’une analyse de Stifel qui maintient son conseil à ‘conserver’ sur le titre, avec un objectif de cours relevé de 56 à 60 euros. Le groupe international de mode a en effet pré-annoncé des ventes de 755 ME au titre du 3e trimestre ainsi qu’un EBIT de 85 ME, des données qui surpassent les attentes, les ventes profitant d’une dynamique favorable en Europe et dans les Amériques.Dans ce contexte, Hugo Boss relève sa guidance et anticipe désormais une hausse des ventes de 40% (corrigée des effets de change) en 2021, contre de 30 à 35% précédemment. L’EBIT 2021 est attendu entre 175 et 200 ME, contre entre 125 et 175 ME dans la précédente guidance. Par conséquent, Stifel table aussi sur une hausse des ventes de 40% en 2021 et relève ses estimations d’EBIT 2022/23 de 5%.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Hugo Boss progresse de près de 2% à Francfort, profitant d’une analyse de Stifel qui maintient son conseil à ‘conserver’ sur le titre, avec un objectif de cours relevé de 56 à 60 euros.

Le groupe international de mode a en effet pré-annoncé des ventes de 755 ME au titre du 3e trimestre ainsi qu’un EBIT de 85 ME, des données qui surpassent les attentes, les ventes profitant d’une dynamique favorable en Europe et dans les Amériques.

Dans ce contexte, Hugo Boss relève sa guidance et anticipe désormais une hausse des ventes de 40% (corrigée des effets de change) en 2021, contre de 30 à 35% précédemment. L’EBIT 2021 est attendu entre 175 et 200 ME, contre entre 125 et 175 ME dans la précédente guidance.

Par conséquent, Stifel table aussi sur une hausse des ventes de 40% en 2021 et relève ses estimations d’EBIT 2022/23 de 5%.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

BROKER AIR CARGO SERVICES – Annonce légale Constitution SASU – Le Parisien

Date de publication : 20/10/2021

Type d’annonce : Constitution SASU

Par ASSP en date du 20/10/2021, il a été constitué une SASU dénommée :

Sigle : BACS Siège social : 24 RUE DE CLICHY 75009 PARIS Capital : 25000 € Objet social : services aérien au sol, commission de transport Président : M EVRARD Charles Marie demeurant 14 rue Honoré de Balzac 95270 LUZARCHES élu pour une durée illimitée Durée : 99 ans à compter de son immatriculation au RCS de PARIS.

Les formalités de publicité sont nécessaires à la validité des actes
conformément à la Loi n°55-4 du 4 janvier 1955 et au décret n°2012-1547 du 28 décembre 2012. Toutefois, la
personne mentionnée dans l’annonce peut demander son déréférencement auprès des moteurs de recherche.

Crypto : Le co-fondateur de PayPal, Peter Thiel, a trop peu investi dans le Bitcoin



Derniers articles de Crypto



                Derniers articles de Crypto

De plus en plus d’entreprises incluent les cryptomonnaies dans leur trésorerie d’entreprise. La tendance amorcée par les

La cryptomonnaie attire visiblement des individus de tous les horizons. Certains pays ont même tenté de

La SEC (security of exchange comission) permet désormais aux investisseurs de traders des ETF Bitcoin. Cet

De nouveaux sommets sont atteints par l’actif contre plusieurs devises fiduciaires, en revanche, l’intérêt général des

Cardano est en tête d’affiche puisque le projet pointe à la quatrième position des capitalisations boursières.

Le Pakistan ne va pas interdire le bitcoin (BTC) et d’autres cryptomonnaies

Le ministre d’État aux Affaires parlementaires, Ali Muhammad Khan, s’est entretenu hier au Pakistan avec des représentants de l’Assemblée nationale. Le responsable a déclaré que si le pays décidait de suivre la voie de l’introduction de la cryptomonnaie et du développement de cette industrie, le gouvernement ne ferait pas obstacle.

Discussion sur les problèmes de cryptomonnaie

Discussion sur les problèmes de cryptomonnaie

Selon Daily Times, une réunion a eu lieu mercredi, au cours de laquelle Ali Muhammad Khan a déclaré à l’Assemblée nationale que le bitcoin (BTC), comme d’autres cryptoactifs, est un nouveau concept. Il a ajouté que le gouvernement n’avait pas l’intention de faire obstacle au développement de l’industrie crypto.

Interrogé sur le cadre réglementaire qui n’a pas encore été mis en place dans le pays, Khan a déclaré que les autorités ne s’y opposaient pas, mais que la Banque d’État du Pakistan (SBP) avait certaines conditions. Selon le ministre, cette question a été renvoyée à la Commission des Finances, où elle sera examinée. Ali Muhammad Khan a ajouté que les autorités n’étaient pas opposées à ce que les jeunes aient la possibilité d’investir de l’argent grâce aux nouvelles technologies.

Autres sujets de l’entretien

Autres sujets de l’entretien

Après avoir discuté la cryptomonnaie, le ministre a répondu à d’autres questions soulevées par les représentants de l’Assemblée nationale. Les discussions ont porté sur la hausse des prix du blé et les engagements des provinces en matière de collecte de fonds pour les populations tribales. Ali Muhammad a proposé de renvoyer ces questions à la Commission des Finances.

À la fin du discours, Khan a ajouté que des travaux sur deux tunnels, une centrale électrique souterraine et d’autres éléments d’infrastructure, étaient en cours dans le pays. La construction de l’usine électromécanique, dont les travaux ont débuté en novembre 2019, se poursuit également.

Il est agréable d’observer que des pays comme le Pakistan ne se développent pas seulement, mais envisagent également d’introduire la cryptomonnaie. Même si le pays n’adopte pas le bitcoin en tant que moyen de paiement officiel, il ne sera certainement pas contre le fait que la population y investisse.

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

Fonds de pension en Bitcoin – L’Australie en pionnière ?

Une pension en cryptomonnaies – Ce fonds de pension australien souhaite s’exposer aux cryptomonnaies. L’un de ses dirigeants évoque l’importance d’une réglementation et d’une infrastructure mature, pour inciter les super-fonds à plonger dans la cryptosphère.  

Fonds de pension et cryptomonnaies : les ambitions de Queensland Investment Corporation 

Fonds de pension et cryptomonnaies : les ambitions de Queensland Investment Corporation 

Le head of currencies de Queensland Investment Corporation (QIC), Stuart Simmons, indique dans un article du 14 octobre 2021 au Financial Times que les grands fonds de pension voudront probablement s’exposer aux cryptomonnaies à mesure que le secteur gagnera en maturité en termes de réglementation et d’infrastructure :

« À mesure que le cadre continue de se développer, les super fonds pourraient finalement simplement répondre à la demande des utilisateurs en facilitant l’investissement dans les crypto. »

QIC est le 5ème plus grand fonds de pension australien et gère environ 92,4 milliards de dollars australiens. Simmons a confirmé que QIC explore actuellement les cryptomonnaies et  prévoirait donc d’investir dans ces dernières.

L’adoption des cryptomonnaies par les institutionnels ne cesse d’augmenter. Le feu vert donné par la SEC américaine pour un fonds négociés en bourse sur les contrats à terme sur Bitcoin est un autre grand pas en avant dans ce sens.

>> Marre de rater les pépites ? Le JDC vous offre un pass VIP pour une IEO prometteuse <<

Ces fonds de pension nord-américains qui s’exposent aux cryptomonnaies

Ces fonds de pension nord-américains qui s’exposent aux cryptomonnaies

QIC rejoint donc les rangs des autres fonds de pension affichant leur intérêt pour les cryptomonnaies. Deux fonds de pension américains, le Fairfax County Police Officers Retirement System et le Fairfax County Employees Retirement System, avaient en effet également annoncé en septembre 2021, leur intention d’investir 50 millions de dollars dans le fonds principal de Parataxis Capital Management qui achète des  cryptomonnaies et trade des produits dérivés de ces dernières.

Le 2ième plus grand fonds de pension du Canada, CDPQ, a également investi récemment dans les cryptomonnaies en codirigeant un tour de financement de 400 millions de dollars pour la plateforme de prêt crypto Celsius Network.

Les cryptomonnaies ont de plus en plus la cote auprès des investisseurs australiens, et même auprès d’un public relativement âgé. Les fonds de pension ne sont pas les seuls gros investisseurs à avoir compris les opportunités offertes par les cryptomonnaies. Même une entreprise comme Tesla a décidé d’en tirer profit, et a réalisé un milliard de dollars de bénéfice sur son investissement en Bitcoin (BTC).

Vous êtes à un bond de kangourou d’être un investisseur privilégié ! Le Journal du Coin vous offre des tickets d’entrée VIP pour l’IEO de Jet Protocol sur Ascendex ! Rejoignez la vente privée de la plateforme de référence et anticipez la tendance avant tout le monde en vous inscrivant dès maintenant (détails et conditions dans cet article dédié).

Australie : nouvelles recommandations pour la réglementation des cryptomonnaies

L’Australie souhaite se doter d’une législation sur les cryptomonnaies

L’Australie souhaite se doter d’une législation sur les cryptomonnaies

Légiférer les actifs numériques aura été l’une des thématiques centrales de l’année 2021. Parmi les pays s’étant intéressés au sujet, il y a l’Australie et un comité sénatorial vient justement de publier, après un an de travaux, son rapport final.

Le comité sénatorial en question est intitulé Australia as a Technology and Financial Centre, démontrant l’objectif de faire du pays un centre financier et technologique d’envergure. Parmi les finalités du rapport, nous trouvons la volonté de donner un cadre clair pour les acteurs locaux du secteur des actifs numériques.

Le rapport en question est en fait le troisième et est considéré comme le rapport final. Il donne ainsi les conclusions du comité. Après avoir identifié les problèmes rencontrés par les acteurs de la sphère des cryptomonnaies et de la blockchain, le document propose 12 recommandations.

Ces dernières ont pour objectif de résoudre les problèmes liés à l’absence d’une législation claire relative aux actifs numériques et à la blockchain dans le pays. Le comité souhaite notamment prendre exemple sur ce qu’il considère comme les pays moteurs dans ce domaine, citant explicitement Singapour et le Royaume-Uni

👉 Suivez toute l’actu liée à la régulation des cryptomonnaies

Des recommandations variées pour les acteurs du secteur des cryptomonnaies

Des recommandations variées pour les acteurs du secteur des cryptomonnaies

Parmi les 12 recommandations, on y trouve des éléments que l’on retrouve ailleurs dans le monde, comme la création d’un statut PSAN à la sauce australienne, la caractérisation et la définition de chaque type de token (token de gouvernance, security token, etc.) ou encore l’application des règles relatives à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme (LCB-FT).

Plus étonnant, le comité sénatorial propose que le gouvernement australien crée une nouvelle structure semblable à une organisation autonome décentralisée (DAO).

Côté fiscalité, le régime doit être simplifié pour que l’impôt sur les plus-values ne s’applique que lorsqu’une transaction résulte en un gain ou perte en capital « clairement définissable ». Une proposition très intéressante serait d’octroyer un abattement de 10 % aux mineurs utilisant leur propre énergie renouvelable pour exercer leur activité.

Une autre recommandation non dénuée d’intérêt serait d’accompagner les entreprises du secteur n’arrivant pas à ouvrir un compte bancaire (de-banked). Une problématique qui est malheureusement bien connue en France.

On retrouve également le projet de monnaie numérique de banque centrale (MNBC) que mène actuellement l’Australie avec d’autres pays. Le comité interroge sur sa viabilité et sur la réduction de la dépendance avec le secteur bancaire privé.

👉 À lire – L’Australie, la Malaisie, Singapour et l’Afrique du Sud testent un système commun de MNBC

Ces recommandations doivent être transposées dans une loi pour être applicables

Ces recommandations doivent être transposées dans une loi pour être applicables

Les recommandations ont été déposées par le comité sénatorial et vont désormais être soumises à l’approbation du Sénat australien.

Elles feront l’objet d’un débat et aboutiront à un projet de loi soumis au vote des deux chambres législatives de l’Australie, la chambre basse et la chambre haute. Cryptoast vous tiendra au courant au moment où le projet de loi sera promulgué.

L’Australie n’est pas le premier pays à appeler à une législation plus claire relative aux actifs numériques. Dernièrement, c’est l’Afrique du Sud qui a appelé à une réglementation progressive du secteur. D’autres pays et institutions mènent la danse quant aux MNBC, dont la Banque centrale européenne, ainsi que la France et la Suisse pour le projet Jura.

Au moment où le Bitcoin (BTC) et d’autres cryptomonnaies battent leurs records, il y a fort à parier que la réglementation liée aux crypto-actifs va rester d’actualité de longs mois.

👉 À lire – La France et la Suisse expérimentent des monnaies numériques pour les paiements transfrontaliers

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

Ce qu’il faut savoir sur les liens d’affiliation. Cette page présente des actifs, des produits ou des services relatifs aux investissements. Certains liens présents dans cet article sont affiliés. Cela signifie que si vous achetez un produit ou que vous vous inscrivez sur un site depuis cet article, notre partenaire nous reverse une commission. Cela nous permet de continuer à vous proposer des contenus originaux et utiles. Il n’y a aucune incidence vous concernant et vous pouvez même obtenir un bonus en utilisant nos liens.

Les investissements dans les crypto-monnaies sont risqués. Cryptoast n’est pas responsable de la qualité des produits ou services présentés sur cette page et ne pourrait être tenu responsable, directement ou indirectement, par tout dommage ou perte causé suite à l’utilisation d’un bien ou service mis en avant dans cet article. Les investissements liés aux crypto-actifs sont risqués par nature, les lecteurs doivent faire leurs propres recherches avant d’entreprendre toute action et n’investir que dans les limites de leurs capacités financières. Cet article ne constitue pas un conseil en investissement.

A propos de l’auteur : Benjamin Allouch

Anciennement juriste spécialisé en droit des données personnelles et du numérique, je me suis très vite intéressé au Bitcoin, à la technologie blockchain et à leurs implications juridiques. Je suis aujourd’hui consultant indépendant et rédacteur dans le domaine des cryptomonnaies et de la blockchain.Tous les articles de Benjamin Allouch.

Ethereum et Bitcoin : Quarles pour une réglementation modérée des crypto-monnaies Par Investing.com

Merci d’essayer une autre recherche

Investing.com – La capitalisation boursière du , de l’ & Co a été multipliée par plus de dix au cours des dix-huit derniers mois, a déclaré lundi Randal Quarles, membre de la Fed et ancien vice-président de la Réserve fédérale américaine.

S’exprimant lors d’une conférence à Madrid, M. Quarles a prévenu que « la réglementation, la surveillance et le contrôle » des cryptomonnaies et des monnaies stables étaient nécessaires. C’était le seul moyen d’éviter que ces produits ne deviennent des « problèmes systémiques » s’ils « passent entre les mailles du filet de la réglementation ».

« Ces actifs numériques sont-ils des monnaies ? Ou des titres ? Ou des dépôts ? Ils ne rentrent tout simplement pas dans nos cases réglementaires, et ils opèrent dans l’éther numérique où ils peuvent facilement traverser les frontières nationales », a poursuivi M. Quarles.

Toutefois, les crypto-monnaies et la technologie qui les accompagne ne devraient pas faire l’objet d’une répression trop importante. Traduit librement, Quarles appelle à une crypto-régulation mesurée.

« Nous devons veiller à ce que nos approches en matière de réglementation et de surveillance répondent de manière adéquate aux risques tout en préservant les avantages que l’innovation peut apporter. »

Le chef de la Fed, Jay Powell, avait encore récemment déclaré que la Fed ne cherchait pas à interdire les crypto-monnaies. Toutefois, il a déclaré qu’une réglementation des cybermonnaies serait judicieuse.

Le PDG de JPMorgan (NYSE:), Jamie Dimon, a déclaré lors d’une récente interview avec le PDG d’Axios, Jim VandeHei, que les régulateurs allaient « réglementer le marché à l’extrême ».

Bitcoin, Ethereum et autres doivent être réglementés, a déclaré M. Dimon, qui est connu pour son attitude dédaigneuse à l’égard des cybermonnaies. « Ils doivent le faire », a-t-il déclaré dans une interview avec VandeHei. « Vous ne pouvez pas réglementer tout ce qu’une banque fait en termes de transactions monétaires sans réglementer ce que vous appelleriez de l’argent », comme les cryptomonnaies.

« Vous pouvez l’appeler une sécurité ou un actif ou quelque chose comme ça, mais si les gens en abusent pour l’évasion fiscale, le trafic d’êtres humains et les ransomwares, il faut le réglementer, que cela vous plaise ou non », a-t-il ajouté.

Lire Aussi

Lire Aussi

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

La Crypto Dogelon (Dogecoin + Elon Musk) à prendre au sérieux après +170% en 48h? Par Investing.com

Merci d’essayer une autre recherche

CryptomonnaiesIl y a 15 heures (21/10/2021 03:28)

Investing.com – Le succès du , pour lequel a été inventée la catégorie des « Meme Coins », a motivé de nombreux projets similaires de cryptomonnaies sans réel objectif, également appelées shitcoins. En d’autres termes, des cryptomonnaies purement spéculatives.

Le est sans doute l’exemple le plus connu de « copie du Dogecoin ». Le suite à un tweet de Musk, est un autre exemple.

Mais un autre ersatz du DOGE attire l’attention ces derniers jours : Le Dogelon, (Dogelon Mars de son nom complet) dont le nom provient de la contraction de « Dogecoin » et « Elon Musk », le patron de Tesla (NASDAQ:), connu pour ses tweets qui font souvent trembler le marché des cryptomonnaies.

D’ailleurs, le symbole de la cryptomonnaie Dogelon est tout simplement « ELON »…

Le Dogelon Mars, une énième crypto-blague

Le Dogelon Mars, une énième crypto-blague

Actuellement à la 257ème place du classement des plus importantes cryptomonnaies, avec une capitalisation de 266 millions de Dollars, cette cryptomonnaie fait donc partie du top 3% des plus importantes monnaies numériques, sachant que le marché en propose plus de 11.000.

Cependant, cela n’est en aucun cas inciter les investisseurs à prendre le Dogelon (ELON) au sérieux.

En effet, la page de présentation officielle de la crypto Dogelon sur le site internet du projet annonce clairement la couleur : Cette cryptomonnaie n’est rien d’autre qu’une blague :

« En l’an 2420, le jeune Dogelon Mars est né sur les magnifiques sables rouges de Mars où il vivra paisiblement aux côtés de sa famille. Ensemble, ils travaillent dur pour faire de leur colonie en expansion un centre technologique qui apportera la prospérité à toute la galaxie. Ce développement se poursuivit jusqu’à l’arrivée redoutée des Annihilateurs qui chassèrent le jeune Dogelon Mars à travers le temps et l’espace, où il trouva refuge sur la planète Terre et commença un nouveau voyage.

Dogelon sait que pour contribuer à l’évolution technologique de l’humanité, il doit d’abord créer une monnaie intergalactique, utilisable par tous les peuples et toutes les civilisations et qui s’intègre à la technologie spatiale de l’ère à venir. Ensuite, avec les amis qu’il s’est fait en cours de route, il cherchera à recoloniser Mars pour en faire le centre de prospérité qu’elle a toujours été censée être. Alors que son voyage à travers l’univers était sur le point de commencer, il a laissé au peuple de la Terre une dernière transmission :

Je suis Dogelon. Dogelon Mars. Rejoins-moi et ensemble nous atteindrons les étoiles. »

Et malgré ce « projet » qui n’a rien de réel, la hausse de la crypto Dogelon ces derniers jours était de son côté réellement palpable.

Dogelon explose de 168% en 2 jours

Dogelon explose de 168% en 2 jours

La crypto Dogelon valait en effet 0.00002670$ dimanche matin et a ensuite explosé jusqu’à un pic à 0.0000007167$ mardi soir, soit une hausse de 168% en un peu plus de 48h.

Depuis, la crypto Dogelon s’est cependant désynchronisée du rallye généralisé des cryptomonnaies, affichant un recul de plus de 10% depuis hier, et de 33% depuis le pic de mardi soir. Dogelon Mars conserve cependant de solides gains depuis le début de la semaine.

La question est donc de savoir s’il faut investir sur le Dogelon Mars. La réponse est : Bien sûr que non ! Ce genre de cryptomonnaies à la faible liquidité sont souvent contrôlées par une poignée de traders spécialistes du pump and dump, quand elles n’évoluent pas tout simplement au gré des tweets d’Elon Musk et autres rumeurs.

Lire Aussi

Lire Aussi

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

La plateforme de cryptomonnaies FTX désormais valorisée 25 G$US

FTX Trading, dont le siège est situé aux Bahamas, avait déjà réalisé une levée de fonds d’un milliard de dollars américains en juillet auprès du fonds souverain de Singapour, Temasek. (Photo: 123RF)

New York — La plateforme d’échanges de cryptomonnaies FTX Trading a réalisé une nouvelle levée de fonds de 420 millions de dollars américains, ce qui valorise la start-up à 25 milliards $US, nouveau signe de l’appétit pour ce secteur en pleine croissance.

Quelque 69 investisseurs différents ont participé à ce nouveau tour de table, selon un communiqué publié jeudi, parmi lesquels le fonds de pension des enseignants de la province canadienne d’Ontario, au Canada, illustration de la popularité grandissante des cryptomonnaies bien au-delà du cercle des amateurs de nouvelles technologies.

FTX Trading, dont le siège est situé aux Bahamas, avait déjà réalisé une levée de fonds d’un milliard de dollars américains en juillet auprès du fonds souverain de Singapour, Temasek.

Créé il y a à peine plus de deux ans, en mai 2019, FTX revendique désormais un volume d’échanges quotidien de 14 milliards $US sur sa plateforme. Le site spécialisé CryptoCompare estime le volume d’échanges des dernières 24 heures à 4,7 G$US, ce qui situe FTX à la sixième position des plateformes de cryptomonnaies.

La société n’a pas souhaité communiquer à l’AFP le nombre des utilisateurs de la plateforme, dont FTX dit qu’il a progressé de 48% depuis la dernière levée de fonds il y a trois mois. Elle a aussi refusé d’en dire davantage sur l’actionnariat et de donner une liste des principaux actionnaires.

Après avoir créé une entité de droit américain, FTX US, le groupe a racheté, en septembre, une plateforme d’échanges de produits dérivés sur les cryptoactifs, LedgerX. Cette dernière est enregistrée auprès du régulateur des marchés à terme, la CFTC, un élément important pour FTX qui entend fonctionner en entité régulée dans un espace qui l’est encore peu.

Les autorités de nombreux pays et des investisseurs réclament un canevas réglementaire plus clair et mieux défini pour encadrer le fonctionnement des acteurs du secteur.

FTX a aussi récemment lancé sa propre plateforme d’échanges de NFT, des certificats d’authenticité qui attestent de la propriété d’un objet numérique, dont le marché a explosé cette année.

La plateforme d’échanges de cryptoactifs la plus populaire aux États-Unis, Coinbase, est entrée en Bourse en avril dernier et pèse aujourd’hui 82 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Début septembre, le directeur général du numéro un mondial du secteur, le Chinois Binance, a indiqué que la plateforme espérait introduire en Bourse sa filiale américaine dans les trois ans.

À la faveur du lancement, mardi, d’un nouveau produit d’investissement qui permet de placer facilement son argent sur un support lié au bitcoin, la cryptomonnaie vedette a battu un record mercredi, atteignant 66 976 dollars.

Facebook teste enfin son portefeuille de crypto-monnaies Novi

Facebook teste enfin son portefeuille de crypto-monnaies Novi

Facebook, croyez-le ou non, est présent dans le secteur des cryptomonnaies depuis plus de deux ans maintenant. La société a d’abord annoncé sa cryptomonnaie « Libra » il y a quelques années, mais elle n’a pas été vue dans la nature depuis. Libra a ensuite été rebaptisée Diem. Hier, le responsable des paiements de Facebook, David Marcus, a annoncé (sur Twitter, hein ?) que Facebook lançait un petit test pilote de son portefeuille de cryptomonnaie Novi aux États-Unis et au Guatemala.

Le programme pilote permettra aux utilisateurs d’envoyer et de recevoir de l’argent « instantanément, en toute sécurité et sans frais » à l’aide de la cryptomonnaie stable (stablecoin) Paxos, en partenariat avec Coinbase.

La société indique qu’elle réalise un du portefeuille Novi pour « tester les fonctions de base » et pour tester ses « capacités opérationnelles en matière de service clientèle et de conformité ». « Nous espérons également que cela démontrera un nouveau cas d’utilisation des monnaies stables (en tant qu’instrument de paiement) au-delà de la façon dont elles sont généralement utilisées aujourd’hui », a écrit Marcus sur Twitter.

Remittances are a critical way to achieve financial inclusion. Today, we’re rolling out a small pilot of the @Novi digital wallet app in two countries—the US and Guatemala. People can send and receive money instantly, securely, and with no fees. 1/8

—David Marcus (@davidmarcus) October 19, 2021

Cette nouvelle s’inscrit dans le cadre du projet de Facebook de renommer sa marque. L’entreprise semble avancer dans ses projets de lancement d’une nouvelle cryptomonnaie et de construction d’une nouvelle direction avec le lancement d’un nouveau métavers, qui serait prévu pour le 28 octobre. Cependant, le portefeuille Novi ne sera pas lancé avec la cryptomonnaie Diem.

Comme indiqué précédemment, Novi utilisera un stablecoin connu sous le nom de « Pax Dollar (USDP) ». Marcus affirme que cette monnaie « fonctionne avec succès depuis plus de trois ans et possède d’importants attributs en matière de réglementation et de protection des consommateurs ». En outre, Marcus a également déclaré que Facebook a établi un partenariat avec Coinbase pour le test pilote.

Des sénateurs septiques

Des sénateurs septiques

Cependant, les sénateurs américains ne sont pas très heureux de cet ambitieux projet. Washington s’attire des critiques sur l’ensemble du projet de cryptomonnaie. Dans une lettre adressée mardi au PDG Mark Zuckerberg, les sénateurs ont déclaré que « l’on ne pouvait pas faire confiance à Facebook pour gérer les cryptomonnaies alors que sa capacité actuelle à gérer les risques et à assurer la sécurité des consommateurs s’est révélée totalement insuffisante », rapporte The Verge.

Dans une déclaration à The Verge et Engadget, un porte-parole de Novi a déclaré : « Nous sommes impatients de répondre à la lettre du Comité ». Cependant, Marcus a continué à dire que Facebook lancera la cryptomonnaie Diem. « Je veux vraiment être clair sur le fait que notre soutien à Diem n’a pas changé et que nous avons l’intention de lancer Novi avec Diem une fois qu’il aura reçu l’approbation réglementaire et sera mis en ligne », a-t-il écrit sur Twitter.

Coinhouse propose un livret d’épargne en cryptomonnaies avec un rendement de 5% garanti trois mois

C’est une première en France. Coinhouse lance un livret d’épargne en cryptomonnaies offrant une garantie de rendement de 5%. Un moyen pour le courtier d’essayer de concurrencer les livrets d’épargne traditionnels, alors que le Livret A n’offre qu’une maigre rémunération de 0,5%, inférieure à l’inflation, et les contrats d’assurance vie en euros de 1,28% en 2020, selon l’ACPR. « Nous essayons de répliquer des choses que les gens connaissent, c’est-à-dire des produits similaires à ceux qu’on trouve dans une banque traditionnelle, mais agrémentés de sous-jacents cryptos », a confié Romain Saguy, directeur commercial chez Coinhouse, à la newsletter spécialisée « 21 Millions ».

En revanche, ce livret ne sera pas accessible à l’épargnant lambda. Si les frais d’entrée, de sortie et de gestion sont nuls, le montant investi au départ doit être de minimum 50 000 dollars, soit près de 43 000 euros. Mais Coinhouse prévoit d’abaisser plus tard ce seuil à 5 000 dollars (4 290 euros environ), quand ce produit aura séduit un certain nombre de clients. Autre bémol de ce placement, sa rémunération de 5% est garantie seulement pour une durée de trois mois. « Tous les trimestres, le taux peut être révisé en fonction des conditions de marché », précise « 21 Millions ».

À lire aussi — Minage, blockchain… mieux comprendre le bitcoin et l’univers crypto à travers 11 termes techniques

En outre, il n’est pas possible de récupérer à tout moment son argent comme sur un Livret A. Les fonds investis restent bloqués pendant les trois premiers mois. Ils sont convertis en USDT, le principal stablecoin adossé au dollar, avant d’être placés dans diverses applications de finance décentralisée (DeFi), ainsi que des services plus centralisés (CeFi) et des plateformes d’échange de cryptomonnaies. Prochainement, les fonds de ce nouveau livret devraient aussi être investis en bitcoins et en ethers.

Le produit de Coinhouse s’adresse aux épargnants mais aussi aux entreprises qui souhaitent placer une partie de leur trésorerie en dollars. La startup spécialisée dans les cryptomonnaies compte par ailleurs lancer en 2022 un compte bancaire en euros, avec une carte de paiement associée. Telle une véritable banque. Lancée en 2014 et régulée par l’Autorité des marchés financiers (AMF), elle revendique 500 000 clients aujourd’hui, selon « 21 Millions », dont 100 000 actifs lors du dernier mois.

Avant elle, la startup française StackinSat proposait déjà un plan épargne bitcoin, mais sans garantie offerte sur le rendement et limité à la principale cryptomonnaie.

À lire aussi — Le bitcoin atteint un nouveau record et vaut désormais plus de 65 000 $

Crypto : Quels sont les avantages pour les entreprises à ajouter des actifs dans leur trésorerie d’entreprise ?

De plus en plus d’entreprises intègrent la crypto-monnaie dans leur trésorerie. La tendance amorcée par les principales places boursières pour 2020 est à la hausse. Quels que soient le type d’entreprise, la taille et le marché, les entreprises mettent en œuvre des actions pour aider chaque entreprise à se développer et à investir, en opérant avec beaucoup d’argent.

La crypto-monnaie fait son entrée dans les entreprises

La crypto-monnaie fait son entrée dans les entreprises

Le 11 août 2020, MicroStrategy est devenue la première société cotée en bourse à acheter du Bitcoin. Aujourd’hui, la société possède près de 109 000 bitcoins, représentant 75 % de ses réserves de bilan. Alors que MicroStrategy et d’autres sociétés cotées en bourse comme Tesla et Square, ou des pays comme El Salvador incluent également Bitcoin, les gros investissements en capital et la crypto-monnaie ne se limitent pas aux entreprises Fortune 500 dans les pays en développement.

Le groupe Ikea investit également dans la crypto-monnaie, tout comme l’association des trésoriers d’entreprises. Geely Auto Group, le plus grand actionnaire de la marque automobile Volvo, entre également en jeu avec une vision pour l’intégration d’applications et de véhicules décentralisés en Chine à l’avenir, tout en contribuant également à la cryptographie de sa trésorerie.

La crypto-monnaie, un moyen de paiement adopté par les entreprises et les clients ?

La crypto-monnaie, un moyen de paiement adopté par les entreprises et les clients ?

Dans une étude récente, Fidelity Digital Assets a révélé que sept investisseurs institutionnels sur dix prévoient d’investir dans des actifs numériques au cours des cinq prochaines années. L’étude confirme également que 52% des entreprises interrogées en Europe, en Asie et aux États-Unis investissent actuellement dans des actifs numériques. Les entreprises poursuivent certainement cet objectif et elles doivent donc conserver des actifs numériques dans leurs réserves si elles prévoient de servir quotidiennement leurs clients avec de la crypto-monnaie.

Dans une autre étude, la Commission européenne estime que les entreprises au niveau du continent combleront un déficit de financement de 25 à 30 milliards d’euros avec des actifs numériques. Les gestionnaires de fortune se mobilisent également, Goldman Sachs estime que 15% d’entre eux dans le monde possèdent des actifs de crypto-monnaie.

Un peu moins de 10 % des personnes interrogées en Europe, en Afrique et en Asie possèdent des actifs numériques, mais ces chiffres devraient augmenter rapidement dans les années à venir. Dans l’ensemble, 42 % des personnes interrogées déclarent investir déjà dans les actifs numériques et l’investissement dans les métaux précieux vient ensuite.

Pourquoi est-ce une bonne idée d’avoir des actifs dans une trésorerie d’entreprise?

Pourquoi est-ce une bonne idée d'avoir des actifs dans une trésorerie d'entreprise?

La même étude, décrite ci-dessus, souligne que les personnes interrogées utilisent les actifs traditionnels, les métaux précieux et les devises comme moyen de diversifier les investissements et de protéger le capital contre une éventuelle appréciation future des devises. Mais il y a d’autres raisons de croire que c’est une bonne idée d’avoir des actifs cryptographiques dans le cadre d’un trésor d’entreprise, comme une couverture contre la dégradation et l’inflation.

Même 13 ans après l’avènement du Bitcoin, la classe d’actifs crypto est encore mûre.

En plus de bénéficier de l’appréciation et de la tarification des actifs, les organisations bénéficient également du fait que 40% des clients cryptos ciblés dépensent au moins deux fois plus qu’un client crypto avec une carte de crédit traditionnelle.

Les crypto-actifs et les blockchains permettent également la transparence, les activités de partage des revenus et les transferts d’argent en temps réel. Ils offrent plus de contrôle sur le capital et permettent aux entreprises de gérer les risques avec les investissements numériques.

Le prix du MATIC continue de se consolider, une cassure vers 3 $ probable | Cryptomonnaie

L’action des prix de MATIC a échoué par rapport à ses pairs – mais cela est sur le point de changer. Il dominait autrefois l’espace de spéculation des médias sociaux et des crypto-monnaies. Cependant, il y a des signes que l’attention revient sur MATIC.

L’étiquette de prix matic pour l’année haut de gamme, est à l’envers tout le temps

L'étiquette de prix matic pour l'année haut de gamme, est à l'envers tout le temps

Le prix MATIC est sur le point d’une cassure majeure s’il peut maintenir sa structure de support à court terme. Sur le graphique hebdomadaire Ichimoku, le retracement de Fibonacci à 50 % et le Kijun-Sen partagent le même prix à 1,53 $. Juste en dessous se trouve le Tenkan-Sen à 1,40 $. Les vendeurs se sont vu refuser l’entrée sous Tenkan-Sen parce que les acheteurs entrent et soutiennent MATIC.

Extension de Fibonacci tirée du creux du swing du 23 juillet de 0,62 $ au 10 septembre Le sommet du swing de 1,80 $ projette un niveau d’expansion de 100 % de Fibonacci à 3 $. Au-delà du niveau de 100 % se trouve l’expansion de Fibonacci de 161,8 % à 5,60 $. Une certaine pression de vente à court terme est attendue autour du niveau de 3,00 $ avant de tester plus haut vers 5,60 $.

L’oscillateur indique que toute cassure est susceptible d’être soutenue. L’indice de force relative continue de ping-pong entre les niveaux de survente de 55 et 65 alors que l’indice composite s’approche du croisement haussier de la moyenne mobile lente.

Graphique Ichimoku hebdomadaire MATIC/USDT

Si les vendeurs à découvert veulent annuler la prochaine cassure haussière, ils devront pousser pour une clôture nette en dessous de la clôture hebdomadaire du chandelier du 24 septembre à 1,13 $. Jusque-là, le prix MATIC est sur le point de se rallier au marché plus large des crypto-monnaies.

Fin de la semaine de la crypto : l’industrie célèbre l’approbation de l’ETF Bitcoin |

Dans un moment d’eaux faibles pour l’industrie de la crypto-monnaie, la Securities and Exchange Commission a donné son feu vert au financement des échanges Bitcoin américains pour commencer à négocier. Négociant sous le symbole boursier BITO, les fonds ProShare permettent aux investisseurs d’acheter du Bitcoin sans réellement acheter sur un échange cryptographique. L’ETF a affiché une hausse quotidienne à 2,59% pour clôturer à 41,94 $ par action le premier jour de cotation.

Le lancement est l’aboutissement d’une campagne vieille de près de dix ans menée par l’industrie des ETF. La SEC a rejeté la demande à l’avance, citant des inquiétudes concernant l’insuffisance de liquidités et le fait que l’extrême volatilité de la BTC peut entraîner de lourdes pertes pour les investisseurs de détail.

Pendant ce temps, Grayscale, le plus grand gestionnaire d’actifs numériques au monde, a proposé des ETF au comptant basés sur le bitcoin. Les ETF en niveaux de gris seront adossés à d’autres unités de crypto-monnaie, pas au-delà de l’avenir.

Les banques centrales se méfient du bitcoin car il peut démanteler le système bancaire mondial. Ainsi, le sous-gouverneur de la Banque d’Angleterre, Jon Cunliffe, a averti que la croissance du marché des crypto-monnaies « d’environ 200 % en 2021 » pourrait constituer une menace pour le système financier si elle n’était pas réglementée.

L’approbation de l’ETF Bitcoin est considérée comme un tremplin pour que la crypto-monnaie devienne une industrie financière plus traditionnelle.

L’adoption de Bitcoin a augmenté de 881% en 2021 par rapport à l’année précédente. Actuellement, environ 15 000 entreprises dans le monde acceptent les paiements BTC, et 2 000 d’entre elles sont des sociétés basées aux États-Unis.

BTC atteint ATH – Jusqu’où peut-il aller ?

BTC atteint ATH - Jusqu'où peut-il aller ?

La poussée initiale du BTC la semaine dernière (11-17 octobre) est le résultat de la prise de positions importantes par les traders avant le prochain feu vert de la SEC aux ETF cryptographiques.

Cette semaine, Bitcoin a atteint 66 974 $ mercredi, battant le précédent record de 64 888 $. Ce record coïncide avec les débuts de l’ETF Bitcoin. La capitalisation boursière totale de la crypto a atteint mercredi un sommet supérieur à 2,63 billions de dollars.

Au cours de la semaine dernière, le prix BTC a augmenté de 12,2%, le prix hebdomadaire le plus bas atteignant 54 155,4 $. La valeur hebdomadaire la plus élevée de 62 892,8 $ a légèrement touché vendredi. L’excellent crypto a affiché son plafond hebdomadaire le plus élevé jamais enregistré – 61 511,0 $.

Les analystes prédisent un fort rallye sur le reste de 2021. Certains plus loin dans les prévisions, promettant une « bonne année » en 2022. Ainsi, Willy Woo, créateur de la ressource de données Woobull a noté que la baisse de l’offre couplée à la part du lion de celui-ci reste disponible ce qui crée un signal haussier fort.

Selon les analystes de TechDev crypto, le cycle de marché actuel culminera à la mi-décembre. Sur la base des estimations, le bitcoin atteindra 70 000 $ la semaine prochaine, puis il passera à 90 000 $ en novembre, suivi d’un recul à 60 000 $. Ensuite, nous verrons une « accélération parabolique » jusqu’au sommet de 250 000 $.

Sur la base de tous ces signaux et bases, je dirais qu’après la percée attendue de l’ATH, BTC semble se diriger vers 70 000 $. De plus, un retrait peut survenir. Il est très probable que nous atteindrons le niveau de 72 000 $ à 80 000 $ d’ici la fin de l’année. Cependant, il existe toujours un niveau élevé d’incertitude, les prix étant la réaction la plus forte aux nouvelles de la réglementation du bitcoin. Supposons que si la Suisse entre enfin dans sa constitution, nous pouvons même nous attendre à 100 000 $ d’ici la fin de 2021. Nous devons surveiller attentivement les progrès.

ETH suit les traces de Bitcoin

Le rallye mené par BTC a également déclenché une hausse des prix des ETH. Ethereum a augmenté de 12,21% pour clôturer la semaine dernière à 3 844,69 $. La volatilité la semaine dernière a atteint son plus haut à 3 967,43 $ vendredi et un plus bas à 3 381,43 $ lundi.

Cette semaine, l’ETH a dépassé les 4 000 $ après que Bitcoin a atteint un nouveau sommet historique. Il va probablement casser son ATH dans longtemps. Sa tendance est certainement curieuse, avec des prix ETH plus élevés qui devraient suivre.

Au moment d’écrire ces lignes, l’ETH se négocie à 4 288,64 $ avec une capitalisation boursière de 505,70 milliards de dollars.

Autres crypto-monnaies gagnantes

Zcash est un meilleur altcoin qui augmente le plus au cours de la semaine du 11 au 17 octobre.

ZEC a atteint un sommet hebdomadaire de 140,85 $ dimanche, avant de clôturer à 137,45 $ avec un bénéfice hebdomadaire de 14,94 % et une capitalisation boursière de 1,61 milliard.

Cette semaine, ZEС a continué d’augmenter, s’échangeant à 153,91 $ avec une capitalisation boursière de 1,98 milliard de dollars au moment de la rédaction.

Sur la base d’une analyse technique, le prix ZEC devrait se consolider au-dessus de 140,75 $ d’ici la fin de cette année. Le prix le plus élevé de Zcash en novembre 2021 est projeté à 139,20 $, le prix le plus bas étant de 123,73 $.

Pendant ce temps, Litecoin a affiché un gain de 5,08 % la semaine dernière, clôturant à 183 730 $ dimanche. Le plus bas hebdomadaire était de 166 560 $, tandis que le point culminant de 192,83 $ a été atteint vendredi au milieu d’un rallye de la crypto au-delà du tableau.

Au moment d’écrire ces lignes, LTC se négocie à 210,19 $ avec une capitalisation boursière de 14,48 milliards de dollars.

Étoiles montantes potentielles de l’altcoin

Alors que Bitcoin et Ethereum dominent le marché des crypto-monnaies, d’autres pièces sont bien accueillies par les passionnés de crypto-monnaie pour leurs mouvements de prix et leurs fondamentaux. Polkadot (DOT): Polkadot est l’un des meilleurs choix parmi les commerçants et les investisseurs. Les prix du DOT ont augmenté de 464,45% par rapport à la couverture de l’année dernière.

Maintenant, la pièce se dirige vers son plus haut historique de 49,35 $, qui semble atteindre bientôt.

Solana est également considérée comme un nouveau venu, planant au-dessus de son niveau de support de 151 $. La pièce se négociait à 192,14 $ au moment de la rédaction, avec une capitalisation boursière de 57,72 milliards de dollars.

Doge est une autre monnaie populaire. La même pièce est proche de la résistance à 0,28 $ avec d’autres niveaux de résistance autour de 0,3 $. Doge s’échangeait à 0,2561 $ au moment de la rédaction, avec une capitalisation boursière de 33,75 milliards de dollars.

SHIBA tente de voler la vedette depuis début octobre. Il a réussi à éliminer son rival Doge après que le PDG de Tesla, Elon Musk, a installé une silhouette ressemblant à un lapin tenant une fusée, souvent considérée comme un symbole de mème « vers la lune » dans l’espace crypto. SHIB a bondi de plus de 22% après le tweet.

La résistance des pièces de monnaie reste autour du niveau de 0,000029 $ tandis que le niveau de support est d’environ 0,000026 $. Cependant, le plus haut historique de 0,00003791 $ est encore loin du niveau actuel. SHIB s’échangeait à 0,00002847 $ au moment de la rédaction, avec une capitalisation boursière de 11,25 milliards de dollars.

Faites vos propres recherches

Il y a beaucoup de battage médiatique autour de l’espace crypto et des opinions d’experts mixtes. Avoir une bonne dose de scepticisme et être crypto-curieux est crucial. Tenez-vous en à votre stratégie d’investissement habituelle et assurez-vous de bien comprendre tous les risques.

Les analystes affirment que Cardano surpassera Bitcoin et Ethereum compte tenu de l’évolutivité

Charles Hoskinson, fondateur de Cardano, a travaillé pour atténuer la négativité et l’incertitude de Cardano et de l’écosystème de la crypto-monnaie. Hoskinson diffuse depuis l’Afrique du Sud et partage des opportunités potentielles pour la Fondation Cardano.

Les analystes s’attendent à ce que Cardano surpasse Bitcoin avec des mises à jour de l’écosystème

Les analystes s'attendent à ce que Cardano surpasse Bitcoin avec des mises à jour de l'écosystème

Dans sa récente émission depuis l’Afrique, Charles Hoskinson a expliqué à quel point l’incertitude croissante dans les crypto-monnaies l’intriguait. Hoskinson pense que Cardano a atteint chaque étape de sa feuille de route.

Le réseau Cardano n’a jamais subi de panne et le fondateur rassure les utilisateurs sur les projets en cours de l’ADA. Cardano se concentre sur l’amélioration de l’évolutivité.

Le lancement de Plutus Application Backend (PAB) est configuré pour fournir une évolutivité sur le réseau. Il est attendu plus tard ce mois-ci. Une fois que Cardano aura amélioré l’évolutivité, davantage d’utilisateurs devraient rejoindre le réseau.

Cardano travaille sur un autre développement passionnant de feuille de route, la solution de mise à l’échelle Hydra Layer 2. Avec Plutus, Mamba Pool, Atala Prism et Mithral, ​​le développement d’Hydra est en cours.

Quatorze équipes travaillent sur différents éléments de l’écosystème Cardano. Hydra doit traiter efficacement les transactions du réseau Cardano. Étant donné que la plupart des transactions seront traitées en dehors de la chaîne, Hydra utilisera la blockchain Cardano pour sécuriser le règlement.

Le protocole Hydra fait actuellement l’objet de tests approfondis.

Malgré les mises à jour à venir de l’écosystème Cardano, la capitalisation boursière d’ADA a diminué et l’altcoin ne se classe plus parmi les trois premières crypto-monnaies. Le pourcentage de jetons ADA impliqués reste stable au-dessus de 70%; les analystes sont optimistes sur l’altcoin car l’offre en circulation reste relativement faible.

Il y a une augmentation des investissements institutionnels dans l’ADA. Plus de 3 millions de dollars de capital ont été investis dans des fonds basés sur ADA au cours de la semaine dernière, selon un rapport de Coinshares.

Austin Hilton, analyste de crypto-monnaie et YouTuber, a fixé un objectif de 15 $ pour le prix ADA. États Hilton,

Cardano pourrait toucher 15 $ d’ici la fin de cette corrida que nous examinons tous. Il devrait se terminer dans une certaine période de février-mars.

Les analystes de Netcost-Security ont évalué la tendance des prix de l’ADA et ont prédit que le prix de l’altcoin est destiné à la prise de bénéfices. Les analystes ont fixé un objectif de 1,70 $ pour l’altcoin.

AVAX présentera une opportunité d’achat avant de grimper à 125 $ | Cryptomonnaie

Le prix AVAX est tombé à l’origine sous le coin haussier précédent le 29 septembre. Depuis, AVAX a décliné avant d’entrer dans sa zone de consolidation actuelle. Cependant, étant donné le rallye de Bitcoin vers de nouveaux sommets historiques, AVAX souhaite mettre fin à la consolidation et entrer dans une nouvelle phase de push-up.

Le prix d’AVAX semble prêt à sortir du nuage pour atteindre un nouveau record historique de 125 $

Le prix d'AVAX semble prêt à sortir du nuage pour atteindre un nouveau record historique de 125 $

Le prix AVAX semblait que la tendance baissière du coin haussier se poursuivrait, mais a plutôt trouvé un support. Tenkan-Sen et le retracement 38,2% de Fibonacci de 55 $ ont trouvé des acheteurs pour empêcher AVAX de descendre plus bas. Il semble maintenant que les acheteurs peuvent revenir pour soutenir AVAX encore plus à mesure qu’ils s’élèvent et atteignent de nouveaux sommets.

L’indice de force relative est un signe qu’AVAX a peut-être trouvé un nouveau plus bas. Les deux niveaux de survente sur le marché de la viande bovine, 40 et 50, ont servi de support et renforcé les foyers confirmés. Idéalement, les traders aimeraient voir AVAX clôturer avec le Chikou Span au-dessus des chandeliers – cela ne se produirait pas avant qu’AVAX ne clôture à 67 $. Une entrée agressive peut se produire à 62 $ lorsqu’il y a une clôture quotidienne sur le nuage. Le nouveau sommet attendu pour cette cassure est au niveau de 125 $.

Graphique Ichimoku journalier AVAX / USDT

Bien qu’il s’agisse actuellement d’un événement peu probable, c’est une opportunité pour les traders d’invalider le scénario haussier ci-dessus. Certains analystes peuvent percevoir l’action actuelle des prix AVAX comme un indicateur baissier. Dans ce cas, les vendeurs à découvert sont susceptibles de reprendre le contrôle de ce marché si AVAX clôture à 53 $ ou moins.

AMC n’exclut pas de lancer sa propre cryptomonnaie

21/10/2021 16:28

| Savant

AMC, le premier plateau de cinéma américain, qui avait été l’un des principaux bénéficiaires de la phase euphorique du « stock de mèmes » de Wall Street, …

AMC, le premier plateau de cinéma américain, qui avait été l'un des principaux bénéficiaires de la phase euphorique du « stock de mèmes » de Wall Street, ...

| 38

|

Pas de vote sur cette actualité

AMC, la principale chaîne de cinéma américaine qui a été l’un des grands bénéficiaires de la « phase meme » euphorique à Wall Street, …

AMC, la grande chaîne de cinéma américaine qui a largement bénéficié de l’euphorie des auto-actions de Wall Street, poursuit son enthousiasme. Adam Aron, le directeur général de l’affaire, a déclaré à CNBC que la société devenait hyperactive dans l’espace des crypto-monnaies. En août, AMC a annoncé son intention d’accepter le bitcoin pour l’achat de billets et les repas avant la fin de l’année. Aron a ensuite indiqué le mois dernier que la chaîne pourrait accepter plusieurs autres « crypto-monnaies » comme moyen de paiement. Le titre, qui a déjà augmenté de plus de 1800 % cette année, se poursuit jeudi, tandis que la direction d’AMC explore même la possibilité de créer sa propre monnaie numérique. « Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles AMC pourrait devenir une crypto-monnaie à succès », a déclaré Aron…

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont issus des meilleures sources, bien que Boursier.com ne puisse en garantir l’exhaustivité ou la fiabilité. Ce contenu n’a aucune valeur contractuelle et ne constitue en aucun cas une offre de vente ou une demande d’achat de titres ou d’instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne pourra être engagée en cas d’erreur, d’abandon ou d’investissement abusif.

Veuillez remplir le captcha pour pouvoir voter

Impossible de valider la réponse, veuillez réessayer

Le comité du Sénat australien fait 12 recommandations pour la réglementation de la cryptomonnaie |

Le comité espère que ses recommandations placeront les pays sur les mêmes normes que les «grandes juridictions», dont Singapour et le Royaume-Uni

Le comité restreint du Sénat australien a soumis son dernier rapport sur les examens au cours des années de l’approche du pays en matière de réglementation de la crypto et de la blockchain, cherchant des conseils, pour la première, un cadre clair pour le secteur des actifs numériques nationaux.

La commission « L’Australie en tant que centre de technologie et de finance », qui a soumis son premier rapport en novembre 2020 et un deuxième en avril de cette année, a achevé mardi son troisième et dernier rapport. Le document décrit les problèmes identifiés par les principaux participants de l’industrie et comprend 12 recommandations pour résoudre les problèmes liés au manque de réglementations crypto et blockchain dans le pays.

La réglementation de la crypto-monnaie et de la technologie blockchain en Australie est souvent apparue fragmentée et s’est effondrée, essayant d’appliquer des lois qui existent depuis des années aux nouvelles technologies.

La fiscalité des crypto-monnaies, par exemple, lorsqu’elle est considérée comme une plus-value, « complique » inévitablement la mise en œuvre de projets de crypto-monnaie par rapport à des juridictions concurrentes comme Singapour qui ont « des lois et réglementations fiscales privilégiées. Elle n’a pas de CGT », le comité a entendu des témoins .

Le sénateur du Parti libéral Andrew Bragg, qui préside le comité et soutient l’innovation numérique et l’innovation réglementaire, pense que l’Australie sera en concurrence avec Singapour, le Royaume-Uni et les États-Unis dans son approche des technologies de crypto et de blockchain.

« L’Australie peut être un leader des actifs numériques », a déclaré Bragg. « Cela signifie que les Australiens peuvent accéder à de nouvelles options avec des prix plus bas. Cela signifie que les Australiens peuvent avoir plus de contrôle sur leur fortune financière plutôt que de dépendre d’interminables intermédiaires. »

Des recommandations, mais pas encore une loi

Des recommandations, mais pas encore une loi

Les recommandations vont de la mise en œuvre d’un régime de licence pour les échanges cryptographiques à la constitution de gardes ou de dépôts pour les actifs numériques avec des normes minimales dans le cadre du portefeuille financier.

Le comité a également recommandé que le gouvernement australien établisse une nouvelle structure d’entreprise d’organisation autonome décentralisée (DAO).

« Les réglementations AML / CTF et les directives du Groupe d’action financière devraient trouver un équilibre entre une gestion appropriée des risques, sans appliquer les règles de voyage d’une manière qui mette en danger les opérations commerciales légitimes des actifs numériques », a déclaré le comité dans son rapport DAO. .

La question du dégoulottage, à laquelle sont actuellement confrontées les entreprises locales de crypto-monnaie par les grandes banques, a également été discutée et a déclaré qu’il comprenait les difficultés rencontrées par chaque effort pour rendre la question publique, devait être le cas. C’est-à-dire, lorsque le comité a entendu le mois dernier, les a mis sur liste noire. contre d’autres banques. .

Le mois dernier, le comité a entendu plusieurs plaintes de grandes institutions financières, y compris certaines des plus grandes banques du pays, refusant ou résiliant des services aux sociétés locales de crypto-monnaie et de transfert d’argent.

Le comité n’a écouté que peu ou pas de raisons invoquées pour justifier le « débancage » avec des banques « anti-concurrentielles » car elles « n’aiment pas qu’il y ait cette concurrence sur ce bitcoin et d’autres crypto-monnaies ».

Le comité a recommandé que le Trésor procède à un « examen de la politique » de l’indépendance de la monnaie numérique des banques centrales de détail du pays, afin de réduire la dépendance vis-à-vis du secteur bancaire privé.

Après avoir été présentées par la commission, les recommandations font désormais l’objet d’une action au Sénat, où elles seront à nouveau débattues jusqu’au moment de son débat sur les projets de loi qui seront votés en chambre basse et en chambre haute.

Profitez de 87% de réduction sur la formation au bitcoin et aux cryptomonnaies

Depuis sa création en 2009, le bitcoin a eu une histoire commerciale imprévisible. La crypto-monnaie a connu de nombreux changements au cours de sa courte durée de vie. Auparavant, les bitcoins étaient échangés pour rien. La première hausse des prix réels a eu lieu en juillet 2010, lorsque la valeur du bitcoin est passée de 0,0008 $ à 0,08 $ par pièce. Mais, aujourd’hui, c’est devenu un actif d’investissement qui a fait + 1,320% de 2016 à 2017 ! Udemy offre une remise spéciale de 87% sur ce cours dans un temps limité, alors n’hésitez pas !

Si vous vous sentez dépassé par l’idée d’entrer dans le monde des crypto-monnaies, ce tutoriel vous aidera à trouver de bonnes idées pour vous détendre. Vous gagnerez en confiance et en connaissances sur les informations et l’utilisation de base du bitcoin.

Ce que vous apprendrez dans ce cours :

Bénéficiez d’une bonne stratégie sur les formations bitcoin et crypto-monnaie © fox17, Adobe Stock

La cryptomonnaie de Facebook s’assure le soutien de Coinbase et Paxos (USDP)

Le portefeuille de Facebook arrive – Le projet crypto de Facebook a subi de nombreux changements depuis l’annonce des portefeuilles stablecoin Libra et Calibra en juin 2019. Nommés respectivement « Diem » et « Novi », ces projets avancent également quelque peu, dispersant la colère des directeurs financiers du monde. . Pourtant, le développement du portefeuille Novi se poursuit et les 2 équipes du secteur de la cryptographie semblent maintenant aider.

Facebook et sa crypto : une histoire pleine d’obstacles

Facebook et sa crypto : une histoire pleine d'obstacles

Depuis que les premiers articles ont semblé être annoncés en août dernier, le portefeuille de Novi – qui devrait servir de support au stablecoin Diem lancé par Facebook – devrait être opérationnel.

Le chemin jusqu’ici n’a cependant pas été facile, car l’hégémonie du réseau social mondial, avec près de 3 milliards d’utilisateurs, a immédiatement suscité l’indignation des gouvernements et des gestionnaires de l’économie mondiale. .

Les craintes d’instabilité financière dans leur économie, créées par cette possible monnaie utilisée par une entreprise privée, ont mis beaucoup d’armes dans les grandes roues de la part des gouvernements et de leurs gardes du corps.

Plus de 2 ans plus tard pourtant, le projet semble sur le point de voir le jour, puisque le projet pilote de Novi va enfin démarrer, grâce au soutien des grandes équipes Coinbase et Paxos.

& gt; & gt; Fatigué de l’absence de tissu? JDC vous offre une carte d’espoir IEO VIP & lt;

Le nouveau portefeuille fait ses débuts, mais jusqu’à présent sans Diem

Le nouveau portefeuille fait ses débuts, mais jusqu'à présent sans Diem

Comme indiqué séparément par Cointelegaph, Facebook a lancé ses premiers tests Novi en raison des capacités de gestion de portefeuille intéressantes de Coinbase Custody pour la gestion des clés privées.

À partir du mardi 26 octobre, un petit nombre d’utilisateurs pourront télécharger l’application pour smartphone Novi Wallet pour les appareils iOS ou Android. Ils pourront alors faire confiance à leur portefeuille numérique, à l’aide d’une carte bancaire, avec l’USDP, par exemple, stablecoin dollar émis par Paxos.

En prévision de l’arrivée possible de Diem, l’USDP choisirait Facebook pour ses fonctionnalités clés en termes de respect des règles et de protection des clients.

« La phase pilote évaluera les fonctionnalités de base du portefeuille [Novi] et démontrera ses capacités de performance, en particulier celles liées au service client et à la conformité. Novi est également conçu pour fonctionner avec d’autres portefeuilles numériques. JE… « 

Pour le moment, Facebook semble être sur la bonne voie pour agrandir sa maison pour lancer son propre système de crypto-monnaie. Sachant que la devise forte est désormais la préoccupation première des managers, les réseaux sociaux ne méritent pourtant pas la moindre erreur.

Le Journal du Coin vous offre des billets d’entrée VIP au Jet Protocol IEO à Ascendex ! Rejoignez les ventes spéciales de la plateforme de référence et prévisualisez les changements avant tout le monde en vous inscrivant dès maintenant (détails et conditions dans cet article).

Après Dogecoin, AMC s’imagine en émetteur de cryptomonnaie

Hyperactif sur la crypto, AMC enseigne de nombreux projets dans ce domaine. Selon le directeur général, il pourrait même émettre une crypto-monnaie distincte.

On peut dire que la chaîne de cinéma américaine n’a pas fait grand-chose pour elle ces derniers temps. La clé de sa popularité est maintenant la crypto-monnaie. En septembre, son manager a lancé un sondage sur Twitter.

Du coup, des millions de vues sur les réseaux sociaux et une application incontestée privilégient le support Dogecoin. Depuis début octobre, il est donc possible de payer par DOGE AMC.

DOGE, BTC… et pièce AMC ?

DOGE, BTC... et pièce AMC ?

La société prendra également en charge de nombreuses crypto-monnaies dans un proche avenir, y compris Bitcoin. Ces annonces ont valu à AMC beaucoup d’attention médiatique. Son réalisateur, Adam Aron, était le 20 octobre sur CNBC.

Occasion pour le dirigeant d’échanger sur les ambitions futures de l’entreprise dans le domaine des crypto-monnaies. Le commandant entend, en effet, traverser la vague actuelle. Divers projets sont à l’étude.

« Nous avons fait beaucoup de bruit ces derniers mois à propos de notre augmentation des crypto-monnaies », a déclaré Adam Aron. Il est donc peu probable que cette tâche ralentisse, même si le directeur général est toujours clair sur les véritables intentions d’AMC.

Ceux-ci incluent, le lancement possible de la crypto-monnaie elle-même. « Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles AMC pourrait être un producteur de crypto-monnaie à succès », fait valoir Aron.

5 à 6 projets crypto sont en préparation

5 à 6 projets crypto sont en préparation

C’est l’espoir de l’entreprise, mais pas le seul. Le leader d’AMC déclare qu' »une demi-douzaine d’idées » sont actuellement en cours de développement dans l’environnement cryptographique.

De plus, d’autres efforts doivent être accomplis. En août, AMC a annoncé son intention de mettre en place l’infrastructure nécessaire aux paiements Bitcoin. Cela, il a un partenaire, BitPay.

Mais les options de paiement ne s’arrêtent pas avec Bitcoin et Dogecoin. La société prévoit également de soutenir les achats d’Ethereum, de Litecoin et de Bitcoin Cash. Reste à savoir si l’utilisateur sera réellement dans les salles obscures.

Comme d’autres sociétés de cryptographie, AMC peut également espérer capitaliser sur l’intérêt actuel des investisseurs pour ces actifs. Comme le souligne Bloomberg, les entreprises généralement cotées, qu’elles soient directement impliquées ou non dans ce domaine, bénéficient d’une très forte hausse de leur cours de bourse.

Econocom : en fort recul, un broker abaisse son conseil

Econocom cède plus de 8% à Bruxelles, pénalisé par une analyse de Oddo qui abaisse sa note sur le titre, passant de ‘neutre’ à ‘sous-performance’, et réduit également son objectif de cours à 2,8 euros, contre 3,7 euros précédemment.Econocom a publié hier soir un chiffre d’affaires de 560 ME au titre du 3e trimestre, soit une baisse organique de 4% par rapport à la même période un an plus tôt, alors qu’Oddo tablait sur une croissance organique de 2,7%.L’activité trimestrielle a été lourdement impactée par la pénurie de composants, juge le broker. L’activité Product & Solutions décroche même de 22% après un début d’année réussi (+15% au 1er trimestre puis +4% au 2e trimestre).Dans ce contexte, le groupe s’abstient de livrer des guidances chiffrées. Oddo rapporte que le management s’est montré prudent pour le 4e trimestre. L’analyste estime que ‘la situation devrait progressivement se normaliser courant 2022’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Econocom cède plus de 8% à Bruxelles, pénalisé par une analyse de Oddo qui abaisse sa note sur le titre, passant de ‘neutre’ à ‘sous-performance’, et réduit également son objectif de cours à 2,8 euros, contre 3,7 euros précédemment.

Econocom a publié hier soir un chiffre d’affaires de 560 ME au titre du 3e trimestre, soit une baisse organique de 4% par rapport à la même période un an plus tôt, alors qu’Oddo tablait sur une croissance organique de 2,7%.L’activité trimestrielle a été lourdement impactée par la pénurie de composants, juge le broker. L’activité Product & Solutions décroche même de 22% après un début d’année réussi (+15% au 1er trimestre puis +4% au 2e trimestre).

Dans ce contexte, le groupe s’abstient de livrer des guidances chiffrées. Oddo rapporte que le management s’est montré prudent pour le 4e trimestre. L’analyste estime que ‘la situation devrait progressivement se normaliser courant 2022’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Interparfums: le titre bondit de 10% soutenu par un broker

(CercleFinance.com) – Interparfums gagne près de 10% à Paris, alors que ce matin, Oddo soulignait que les derniers chiffres des ventes aux détails aux USA faisaient ressortir une hausse de 0,7% à fin août, avec un vif rebond par rapport à juillet sur les ventes discrétionnaires.

‘Il nous semble plus réaliste d’anticiper un T3 à au moins 126 MEe (+13%), là où nous attendions auparavant, plutôt une stabilité (rappel : S1 : +91%). Pour l’ensemble de l’année 2021, mais aussi pour 2002, nous avons relevé nos projections. Nous retenons désormais un CA de 512 MEe, soit +39%e au lieu de +32% auparavant.

‘Compte tenu de bons volumes, nous pensons que l’objectif de MOP (actuellement guidée à ‘ autour de 15% ‘), est trop conservateur. Nous tablons plutôt sur une MOP 2021 de 17,7% malgré une hausse des budgets publicitaires : 113 MEe vs 72 MEe en 2020 ‘ rajoute le bureau d’analyses.Oddo indique que son objectif de cours à 12 mois ressort inchangé à 63 E. L’analyste confirme son conseil à Surperformance sur la valeur.

Copyright © 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.












Hugo Boss : dans le vert, un broker relève sa cible

(CercleFinance.com) – Hugo Boss progresse de près de 2% à Francfort, profitant d’une analyse de Stifel qui maintient son conseil à ‘conserver’ sur le titre, avec un objectif de cours relevé de 56 à 60 euros.

Le groupe international de mode a en effet pré-annoncé des ventes de 755 ME au titre du 3e trimestre ainsi qu’un EBIT de 85 ME, des données qui surpassent les attentes, les ventes profitant d’une dynamique favorable en Europe et dans les Amériques.

Dans ce contexte, Hugo Boss relève sa guidance et anticipe désormais une hausse des ventes de 40% (corrigée des effets de change) en 2021, contre de 30 à 35% précédemment. L’EBIT 2021 est attendu entre 175 et 200 ME, contre entre 125 et 175 ME dans la précédente guidance.

Par conséquent, Stifel table aussi sur une hausse des ventes de 40% en 2021 et relève ses estimations d’EBIT 2022/23 de 5%.

ArcelorMittal : le titre grimpe après un relèvement de broker

(CercleFinance.com) – Le titre ArcelorMittal s’inscrit en nette hausse jeudi à la Bourse de Paris suite à un relèvement de recommandation des analystes de Credit Suisse.

Le broker est passé de ‘neutre’ à ‘surperformance’ sur le titre du sidérurgiste, avec un objectif de cours lui aussi rehaussé, de 34 à 42 dollars.

Selon le courtier, la récente faiblesse du cours de Bourse représente un point d’entrée intéressant pour se positionner sur un groupe qui devrait générer un flux de trésorerie disponible de quelque 17,5 milliards de dollars au cours des trois prochaines années, ce qui représente l’équivalent d’environ 61% de sa capitalisation boursière actuelle.

A la mi-journée, l’action du producteur d’acier grimpait de presque 2,8%, surperformant largement son indice sectoriel de référence, le STOXX Europe 600 Basic Materials.

Lonza : soutenu par un relèvement de broker



Accueil ZonebourseActionsSuisseSwiss ExchangeLonza Group AGActualitésSynthèse    LONN   CH0013841017






(LONN)



Ajouter à ma liste






  Rapport
















 Temps Différé Swiss Exchange – 20/10 17:30:36

734.8
CHF
 


+1.66%













13:11LONZA : soutenu par un relèvement de brokerCF

11:00LONZA : UBS relève sa recommandationCF

09:05BOURSE DE PARIS : Où il est question de résultats d’entreprises, de bitcoin et de Métavers






SynthèseCotationsGraphiquesActualitésNotationsAgendaSociétéFinancesConsensusRévisionsDérivésFondsCommunauté SynthèseToute l’actualitéReco analystesAutres languesCommuniquésPublications officiellesActualités du secteurAnalyses Zonebourse


























20/10/2021 | 13:11







































Lonza gagne près de 3% à Zurich, soutenu par des propos d’UBS qui relève sa recommandation de ‘neutre’ à ‘achat’ avec un objectif de cours remonté de 610 à 830 francs suisses sur le titre du groupe helvétique de chimie et de pharmacie.Dans le résumé de sa note, le broker explique qu’il voit ‘une croissance à deux chiffres s’étendre bien au-delà du cycle stratégique de 2024, même sans la maladie d’Alzheimer et l’ARNm qui offrent un potentiel de hausse supplémentaire’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.







































Réagir à cet article

Réagir le premier

Publier






Toute l’actualité sur LONZA GROUP AG

13:11LONZA : soutenu par un relèvement de brokerCF

11:00LONZA : UBS relève sa recommandationCF

09:05BOURSE DE PARIS : Où il est question de résultats d’entreprises, de bitcoin et de Métavers

08:25AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Alstom, Danone, Ubisoft, Lonza, Philips, Boohoo, Gurit…

19/10BOURSE DE PARIS : Tout le monde se lève pour Danone ?

19/10AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Air France-KLM, Ipsen, JCDexaux, Umicore, Prosus, Aston Martin,..

12/10Lonza précise ses objectifs de croissanceAW

12/10Lonza révise ses objectifs financiers à moyen terme grâce à une forte dynamique commerc..MT

12/10Lonza se concentre sur l’expansion à long terme avec de nouveaux objectifs stratégiques..MT

12/10Lonza boudé par les investisseurs après sa nouvelle feuille de routeAW

Plus d’actualités

Recommandations des analystes sur LONZA GROUP AG

11:00LONZA : UBS relève sa recommandationCF

08:25AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Alstom, Danone, Ubisoft, Lonza, Philips, Boohoo, Gurit…

19/10AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Air France-KLM, Ipsen, JCDexaux, Umicore, Prosus, Aston Martin,..

Plus de recommandations






Données financières

CA 2021

5 174 M
5 598 M
4 814 M

Résultat net 2021

738 M
798 M
686 M

Tréso. nette 2021

569 M
616 M
529 M

PER 2021
72,3x

Rendement 2021
0,42%

Capitalisation

53 692 M
58 240 M
49 955 M

VE / CA 2021
10,3x

VE / CA 2022
9,05x

Nbr Employés
14 405

Flottant
99,7%

Plus de Données financières


Graphique LONZA GROUP AG



Durée :


Période :









Graphique plein écran

Tendances analyse technique LONZA GROUP AG

Court TermeMoyen TermeLong TermeTendancesBaissièreHaussièreHaussière

Analyse technique

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Données financières

Consensus

VenteAchat

Recommandation moyenne
ACCUMULER

Nombre d’Analystes
22

Dernier Cours de Cloture

722,80 CHF

Objectif de cours Moyen

789,56 CHF

Ecart / Objectif Moyen

9,24%

Consensus



Révisions de BNA

Plus de Révisions des Estimations

Dirigeants et Administrateurs







Pierre-Alain Ruffieux
Chief Executive Officer
Rodolfo Savitzky
Chief Financial Officer
Albert M. Baehny
Chairman
Werner J. Bauer
Independent Director
Barbara May Richmond
No-Executive Independent Director

Plus d’informations sur la société

Secteur et Concurrence

Var. 1janvCapi. (M$)

LONZA GROUP AG27.07%58 240

MODERNA, INC.219.34%134 660

IQVIA HOLDINGS INC.38.99%47 715

SEAGEN INC.-0.54%31 691

CELLTRION, INC.-39.28%25 332

ALNYLAM PHARMACEUTICALS, INC.58.95%24 553

Plus de Résultats





Lonza gagne près de 3% à Zurich, soutenu par des propos d’UBS qui relève sa recommandation de ‘neutre’ à ‘achat’ avec un objectif de cours remonté de 610 à 830 francs suisses sur le titre du groupe helvétique de chimie et de pharmacie.Dans le résumé de sa note, le broker explique qu’il voit ‘une croissance à deux chiffres s’étendre bien au-delà du cycle stratégique de 2024, même sans la maladie d’Alzheimer et l’ARNm qui offrent un potentiel de hausse supplémentaire’.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Lonza gagne près de 3% à Zurich, soutenu par des propos d’UBS qui relève sa recommandation de ‘neutre’ à ‘achat’ avec un objectif de cours remonté de 610 à 830 francs suisses sur le titre du groupe helvétique de chimie et de pharmacie.

Dans le résumé de sa note, le broker explique qu’il voit ‘une croissance à deux chiffres s’étendre bien au-delà du cycle stratégique de 2024, même sans la maladie d’Alzheimer et l’ARNm qui offrent un potentiel de hausse supplémentaire’.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Durée :


Période :

Tendances analyse technique LONZA GROUP AG

Evolution du Compte de Résultat

Plus de Révisions des Estimations

Plus d’informations sur la société

Sur YouTube, de faux directs de l’événement Apple pour extorquer des cryptomonnaies

Des petits malins ont profité de la conférence Apple « Unleashed » d’hier soir pour démarrer un faux stream sur YouTube servant à organiser une arnaque aux cryptomonnaies. En se connectant, on trouvait un tableau expliquant qu’Apple se lançait sur le marché du Bitcoin et de l’Ethereum : en envoyant une certaine somme, l’entreprise était censée renvoyer le double ! Évidemment, c’était une arnaque et les personnes tombant dans le panneau n’ont jamais rien reçu de la part « d’Apple ».

Si l’arnaque est grossière, le flux a tout de même réussi à attirer simultanément 30 000 spectateurs. Diffusé un peu avant le début de l’événement officiel, il était facilement à portée des internautes curieux à la recherche de la véritable chaîne d’Apple. La vidéo a été mise en avant par les algorithmes de YouTube grâce à l’utilisation de mots clefs tels que « New AirPods », « Pro Mac mini » ou encore « Redesigned MacBook Pro ». Le compte émetteur a été supprimé après le signalement de nombreux utilisateurs.

Ce n’est pas la première fois que l’on voit ce genre d’arnaque : lors du keynote du mois dernier, une vidéo similaire avait été lancée diffusant un tableau de « cadeaux » à côté d’une interview de Tim Cook. Généralement, les vidéos incitent à se rendre sur un site bidon créé pour l’occasion (apple2021.com, apple-special-event.com etc.) invitant à envoyer des cryptomonnaies. Dans le doute, rappelons tout de même qu’Apple ne fait pas de dons de Bitcoin à des gens au hasard sur internet.

Les nouveaux produits d’investissement disruptifs de Coinhouse : au programme de la newsletter 21 Millions

Recevez chaque jeudi des décryptages exclusifs et l’analyse des meilleurs experts pour maximiser vos profits en cryptomonnaies.

Recevez chaque jeudi des décryptages exclusifs et l'analyse des meilleurs experts pour maximiser vos profits en cryptomonnaies.

21 Millions Premium est une newsletter hebdomadaire à haute valeur ajoutée expliquée simplement. Elle est destinée aux investisseurs et convient aux néophytes comme aux spécialistes. Pour seulement 6,90 euros par mois et sans engagement, recevez chaque semaine des analyses exclusives pour comprendre les grands enjeux, des analyses des cours fournies par des experts financiers reconnus, des tests de services cryptos et un résumé des actualités incontournables. Au programme cette semaine :

1 – Exclusif : les nouveaux produits d’investissement disruptifs de Coinhouse

Qu’il semble loin le petit guichet parisien où les clients de l’ex-Maison du Bitcoin se présentaient en personne pour acheter leurs premières cryptomonnaies. Le courtier est désormais une plateforme 100% en ligne et présente une série de produits disruptifs pour concurrencer les banques et la finance traditionnelle. Parmi eux, un “Livret crypto” au rendement garanti qui devrait séduire les particuliers et les entreprises déçus par les placements traditionnels. Vous saurez tout sur la stratégie de l’entreprise qui se rêve en tiers de confiance de référence du Web 3.

>> Notre service – Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à notre plateforme d’achat de vente en ligne partenaire

2 – L’analyse des cours : record historique du Bitcoin en ligne de mire

Le record de 64.800 dollars touché par le Bitcoin le 14 avril 2021 est à quelques encablures d’être battu. Dans le cas où l’étalon du secteur s’envolerait vers une nouvelle découverte de prix, il est indispensable pour les investisseurs de savoir comment profiter de ce mouvement. À quoi faut-il s’attendre ? Qu’est-ce qui se passera pour les altcoins ? Comment savoir lorsque vous pourrez profiter de la reprise de ces derniers ? Notre analyste Vincent Ganne répondra à toutes ces questions.

3 – Ce qu’il fallait retenir de la semaine

Nous avons sélectionné et recoupé les principaux événements des sept derniers jours. Soyez à la pointe de l’actualité crypto en retenant l’essentiel.

>> Cliquez ici pour vous abonner à 21 Millions Premium

Vous avez ouvert cette page un peu tard et souhaitez lire l’un de ces articles déjà parus ? Pas de problème : tous les nouveaux abonnés Premium reçoivent automatiquement la dernière édition parue et peuvent accéder aux archives sur notre site. Une question ? Envoyez-nous un e-mail à 21millions@prismamedia.com

25 débatteurs en ligne25 en ligne

Faut-il freiner le développement des cryptomonnaies ?

Les objets spéculatif sont créés pour faire de la spéculation.

La fameuse tracabilite du bitcoin ne sert même pas à identifier l’argent sale qui ach …Lire plus

Coinbase va rentrer en Bourse: tout est dit.
Je ne dis pas que ça me plaît et ça fait un peu peur mais l’heure n est plus au freinage.
De plus, une m …Lire plus

Blockchain.com lance le commerce des cryptomonnaies aux Etats-Unis

Blockchain.com a annoncé que les produits de courtage et de dépôt sont désormais accessibles à environ 900 000 résidents du Dakota du Sud. En fait, cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’objectif de la société de fournir un accès aux cryptomonnaies dans le Midwest.

Le bitcoin a dépassé les 60 000 dollars. De fait, Brooks Wallace de Blockchain.com a déclaré que le site continue de rendre les cryptomonnaies facilement accessibles à tous. Quelques jours après son lancement dans le Dakota du Sud, le nombre d’utilisateurs a augmenté de 2 000 %. Ces chiffres témoignent du besoin intense de transactions.

Blockchain.com poursuit sur sa lancée dans le Midwest

Blockchain.com poursuit sur sa lancée dans le Midwest

Cette décision fait suite au déploiement du produit dans l’Iowa, l’Oklahoma, la Floride et le Dakota du Nord depuis un certain temps. En outre, Blockchain.com a ouvert ses portes dans le Delaware, l’Alaska, l’Oregon, l’Illinois, le Nouveau-Mexique et le New Hampshire. Désormais, cette plateforme de cryptomonnaie est disponible dans 30 États. En outre, elle prévoit d’étendre ses services aux 50 autres États en obtenant des licences individuelles.

Blockchain.com possède une capitalisation de 5,2 milliards de dollars et a reçu des fonds de plus 500 millions de dollars auprès de macro-investisseurs de premier plan. Ce qui explique pourquoi cette plateforme connaît un véritable tournant dans son évolution.

Par ailleurs, l’entreprise héberge une place de marché institutionnelle florissante avec plus de 36 millions de membres authentifiés dans près de 200 pays. Ces membres gèrent, vendent, échangent et stockent des crypto-actifs en utilisant son portefeuille sans garde, son système d’échange ultra-rapide et son célèbre explorateur de blockchain.

Blockchain.com : la plateforme de cryptomonnaies de confiance

Blockchain.com : la plateforme de cryptomonnaies de confiance

Blockchain.com Institutional Markets constitue une plateforme offrant des services complets en matière de cryptomonnaies. Elle travaille avec des entreprises et des clients institutionnels spécialisés dans les cryptomonnaies. De plus, elle offre des solutions de prêt, de négociation et de conservation adaptées à tous types de besoins. Elle aide également des millions d’adeptes dans le monde à accéder aux cryptomonnaies en toute sécurité.

Blockchain.com a commencé comme un pionnier de l’infrastructure clé pour la communauté bitcoin. Tout d’abord, avec un explorateur de blockchain qui permettait à quiconque d’examiner les transactions et d’étudier la blockchain. En outre, la société propose une API autorisant les entreprises à exploiter le bitcoin. Elle a également fourni le portefeuille de cryptomonnaies le plus utilisé rendant le contrôle total de l’argent à tout moment.

Grâce à l’utilisation de la technologie blockchain, la plateforme révolutionne le secteur des services financiers à 14 millions de dollars. Elle a levé plus de 500 millions de dollars de fonds auprès d’investisseurs mondiaux de premier plan. 

Les cryptomonnaies menacent la stabilité de l’économie réelle

L’appétit pour les monnaies basées sur la blockchain a explosé pendant le confinement, la valeur de ces cryptoactifs ayant été multipliée par dix en un an. Le Fonds monétaire international (FMI) s’en inquiète, l’ampleur du phénomène pouvant faire peser un risque sur la stabilité économique, notamment dans les pays émergents. Le FMI recommande de renforcer la surveillance internationale de ces cryptoactifs.

Bitcoin, ethereum, stable coin de Facebook… Ces monnaies à l’appellation exotique se sont développées à grande vitesse ces dernières années. Au point d’inquiéter le Fonds monétaire international (FMI) qui, dans son « Rapport sur la stabilité financière dans le monde », consacre un chapitre entier au risque posé par ces actifs numériques basés sur une blockchain. Le FMI estime que la valeur totale des cryptoactifs en circulation dans le monde a été multipliée par dix en un an et a dépassé les 2000 milliards de dollars en septembre dernier.

Le bitcoin, la plus célèbre des monnaies échangées au travers d’une blockchain, a notamment fait l’objet d’une intense spéculation pendant les phases de confinement. Après avoir été multipliée par quatre en 2020, la valeur d’un bitcoin a atteint les 40 000 dollars en janvier 2021, et a poursuivi son ascension pour dépasser les 60 000 dollars en milieu d’année. Extrêmement volatile, son cours ne cesse cependant de fluctuer.

Le FMI souligne le manque de transparence et de gouvernance de ces cryptoactifs. Et pour cause, une blockchain fonctionne comme un registre partagé dans lequel chaque maillon de la chaîne inscrit une information codée, le tout formant un code ineffaçable. Aucune autorité centrale n’intervient pour réguler les flux. Les défenseurs de la blockchain estiment justement que cette caractéristique assure la transparence et se félicitent du fait qu’il n’y ait pas de gouvernance centralisée.

Le risque est pourtant bien présent. Le FMI cite notamment les fortes fluctuations de ces actifs ou encore les nombreuses affaires de piratage informatique. De même, l’anonymat des utilisateurs permet les transactions illicites et induit la mauvaise réputation des dispositifs comme le bitcoin. Pire, les économistes de l’institution internationale pointe le risque pour les particuliers achetant des monnaies virtuelles. Ils ont recensé quelque 16 000 cryptoactifs ayant été créés. Sur ces 16 000, il n’en reste aujourd’hui plus que 9 000 et les disparitions ne sont pas toujours expliquées…

Risque pour l’économie

Risque pour l’économie

Le FMI craint que l’ampleur du phénomène puisse se transmettre à l’économie réelle et la déstabiliser. Les courroies de transmission entre les monnaies virtuelles et le monde réel se trouvent notamment au niveau des banques centrales, qui sont les organismes régulant la monnaie. Les banques centrales ont notamment pour mission de garantir la stabilité des prix, le niveau de l’inflation ou encore les taux d’intérêt. La généralisation des cryptoactifs pourrait limiter cette capacité d’action des banques centrales et poser de sérieux risques pour l’économie, particulièrement dans les pays émergents où ils se sont fortement développés. Le FMI avait déjà alerté sur ce risque lorsque le Salvador a décidé, l’été dernier, de faire du bitcoin sa monnaie nationale.

Pour tenter de contenir le phénomène, le FMI conseille en premier lieu de renforcer la coopération entre les pays afin de mieux surveiller les évolutions de l’écosystème des cryptoactifs, mais aussi de renforcer leurs réglementations pour limiter le risque. Mais son conseil principal consiste à inciter les autorités publiques à adopter elles-mêmes les monnaies numériques. De nombreuses banques centrales, comme la Banque de France et la Banque centrale européenne, travaillent en effet à la mise en place de monnaies numériques en utilisant la technologie de la blockchain. Il ne s’agit bien sûr pas pour elles de se positionner sur le marché des cryptoactifs, mais bien de fluidifier les échanges de monnaies nationales, avec des dispositifs numériques plus rapides et plus fiables.

Réglementation des crypto-monnaies dans le monde

La crypto-monnaie encore orpheline & # xD;

La popularité actuellement croissante de la crypto-monnaie montre que cette nouvelle forme de transaction financière, qui comprend des logiciels personnalisés tels que Bitcoin Profit, est de plus en plus demandée par de nombreux investisseurs. Malgré cette cote de popularité, certains pays hésitent encore à le reconnaître sur leur territoire à des fins réglementaires. D’autres en revanche, qui courent le risque de légaliser les échanges cryptographiques, présentent également des approches différentes.

& # xD;

Des pays comme les États-Unis, qui ont un niveau de représentation élevé en matière de crypto-monnaies, n’ont pas encore développé de cadre réglementaire spécifique pour l’utilisation de cette monnaie. & # xD;

Dans d’autres pays, la réglementation est appliquée à un niveau différent, c’est-à-dire que les crypto-monnaies sont soumises à différents critères de classification et de traitement fiscal dans le monde entier.

& # xD;

● Les États-Unis & # xD;

Les États-Unis sont l’un des pays au monde avec le plus grand nombre d’investisseurs en crypto-monnaie. Cependant, ces investisseurs semblent opérer dans un environnement illégal car le pays n’a pas encore spécifiquement réglementé la classe d’actifs. Des institutions comme la Securities and Exchange Commission (SEC) classent les crypto-monnaies comme des valeurs mobilières lorsque la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) désigne le Bitcoin (BTCUSD) comme une marchandise et que le Département du Trésor l’identifie comme une devise. & # xD;

& # xD;

Les échanges de crypto-monnaie aux États-Unis sont soumis au Banking Secrecy Act (BSA) et doivent être enregistrés auprès du Financial Crimes Enforcement Network (FinCEN). Il va de soi qu’ils doivent respecter les engagements de lutte contre le blanchiment d’argent (LAB) et le financement du terrorisme (CFT).

Le prix du XRP manque de conviction haussière vers 1,25 $ | Cryptomonnaie

Le prix Ripple (XRP) a commencé à s’estomper un peu la semaine dernière, mais dimanche et lundi ont tous deux fourni des niveaux d’entrée irrésistibles aux traders autour de 1 $. de la semaine.

Une baisse du prix du XRP au-dessus de 1,10 $ pourrait entraîner un gain supplémentaire de 13% en seulement un ou deux jours

Une baisse du prix du XRP au-dessus de 1,10 $ pourrait entraîner un gain supplémentaire de 13% en seulement un ou deux jours

Le prix du XRP a subi une légère pression de vente la semaine dernière, car les marchés mondiaux ont globalement souffert des échanges de reflation et de stagflation. Cependant, alors que ces inquiétudes se sont dissipées et que la saison des résultats affiche déjà quelques bonnes surprises, les investisseurs sont de nouveau sous les projecteurs et l’appétit pour le risque est revenu. Ajoutez à cela l’attention des médias autour de l’ETF Bitcoin lancé mardi, qui donne un vent positif aux crypto-monnaies mondiales, et les perspectives pour cette semaine s’annoncent bien meilleures.

Le prix du XRP a poussé les investisseurs à acheter 1 $ dimanche et lundi. Avec de nouveaux tests de la ligne de tendance ascendante verte, de la moyenne mobile simple (SMA) à 200 jours et de l’effet psychologique du niveau de 1 $, les traders ont vu les étoiles parfaitement alignées pour augmenter leurs mises sur XRP. Alors que le prix XRP s’ouvre aujourd’hui près de la SMA de 55 jours et tente de franchir 1,10 $ plus haut, les traders cherchent à pousser l’action des prix vers 1,25 $.

Le prix du XRP fera probablement face à une prise de bénéfices intrajournalière d’environ 1,25 $. Après cela, le niveau de 1,20 $ devient important, car une trop grande prise de bénéfices pourrait faire baisser le prix du XRP sans rebondir. Un mouvement au-dessus de 1,25 $ ciblerait les commerçants et rebondirait sur la ligne de tendance ascendante verte et peut-être 1,42 $, car davantage d’acheteurs veulent sauter sur la hausse.

Lorsque les bénéfices déçoivent ou que le sentiment du marché montre à nouveau des signes de stagflation, attendez-vous à des prises de bénéfices rapides et à des liquidations de positions. Si tel est le cas, le prix du XRP pourrait briser la ligne de tendance ascendante verte et le SMA de 200 jours pour baisser vers 0,84 $.

Le trading de la cryptomonnaie –

Lorsque nous parlons de crypto-monnaie, nous parlons d’argent réel qui fonctionne indépendamment des gouvernements et des banques. Ce dernier peut être vendu ou vendu comme n’importe quelle autre devise physique. Il existe de nombreux plis sur le marché, et chacun a ses propres caractéristiques et usages.

Il est tout de même important de savoir que ceux à forte capitalisation boursière sont minoritaires sur la période. C’est par exemple le cas du bitcoin, du ripple, du Litecoin et de l’Ethereum. Dans cette section, vous découvrirez le trading de crypto-monnaie.

Qu’est-ce que le trading de crypto-monnaie ?

Qu'est-ce que le trading de crypto-monnaie ?

Le trading de crypto-monnaie est similaire au trading à des prix en argent réel en utilisant un compte de trading CFD. Vous pouvez également le faire en achetant Bitcoin Profit, pour profiter des inconvénients. Vous avez de nombreuses plateformes disponibles pour cela.

Cependant, il est important de noter que vous ne devriez pas embaucher une entreprise comme celle-ci sans une formation appropriée. Le domaine de la monnaie électronique est difficile à appréhender et les consultants le trouvent difficilement sans conseils adéquats. Vous pouvez demander conseil à plusieurs experts en ondes.

Comment trader la crypto-monnaie sur les CFD ?

Comment trader la crypto-monnaie sur les CFD ?

Tout d’abord, vous devez savoir que les produits CFD sont fabriqués. Cela vous permettra de négocier sur les prix de l’immobilier sans avoir à faire votre propre investissement. Si vous pensez que la valeur de la crypto-monnaie peut augmenter, vous vous forcez à acheter. C’est ce que signifie être « grand ». Il vous donne des conseils solides et fiables.

Si vous savez qu’il va s’effondrer, vous allez vendre. On parle de short. Voici quelques conseils pour vous aider à démarrer. Une autre chose que vous devez savoir est que les produits CFD sont conçus. C’est pour cette raison que vous n’avez qu’à collecter une partie de votre capitale. C’est ce qu’on appelle une couverture.

Cela vous permet d’avoir un accès complet aux marchés. Ainsi, vos gains et vos pertes sont calculés en fonction de votre localisation globale. La bonne nouvelle est que cette opportunité augmente vos revenus. Notez que la perte est exacerbée.

Acheter et vendre des crypto-monnaies via des plateformes de trading

Acheter et vendre des crypto-monnaies via des plateformes de trading

Lorsque vous avez de l’argent réel grâce à l’échange, vous achetez l’argent lui-même. Pour ce faire, vous devez ouvrir un compte sur la plateforme en question. Ce n’est qu’alors que vous bloquez toute la zone.

Cela vous permet de stocker vos tokens dans votre portefeuille électronique. Ce dernier restera en sécurité jusqu’à ce que vous décidiez de le vendre, quel que soit le nombre de fois. Notez cependant que les plateformes marketing ne fonctionnent pas exactement de la même manière.

C’est la raison pour laquelle il est important de connaître avec une certaine expertise chaque plateforme de trading de crypto-monnaie. Vous apprendrez alors à saisir les informations qui vous aideront plus tard. Certains de ces sites Web ont une limite de dépôt, ainsi que des frais d’utilisation du compte. Prenez cela au sérieux, car vous pouvez gagner beaucoup d’argent.

Vous disposez désormais de toutes les informations dont vous avez besoin si vous souhaitez commencer à vendre des produits financiers électroniques. Notez que ces informations ne sont pas suffisantes à cette fin. Pensez donc à faire de l’exercice avant de commencer. Ceci est important pour ceux qui veulent avoir une bonne expérience

Cryptomonnaie – Le bitcoin atteint les 65’000 dollars

Le bitcoin croît à plus de 450% d’année en année. Mercredi environ 60.000 Suisses français.

Bitcoin a augmenté de plus de 450% d’une année sur l’autre. Mercredi, il était d’environ 60 000 francs suisses.

Bitcoin a augmenté de plus de 450% d'une année sur l'autre. Mercredi, il était d'environ 60 000 francs suisses.

La crypto-monnaie commence à se développer.

Le cours du bitcoin a atteint mercredi un nouveau plus haut, à plus de 65 000 dollars (quelque 59 845 francs), dopé par l’annonce d’une monnaie de Wall Street liée à la crypto-monnaie, un jalon important pour sa démocratie.

La crypto-monnaie, qui se négocie depuis moins d’un quart de siècle, est montée pendant les heures de cotation à 65 490 dollars vers 15 h 45, soit plus de 50 % l’après-midi et plus de 450% par an.

Un succès

Le bitcoin est rentable sur le mois depuis le lancement du premier fonds indiciel (ETF) lié à son cours à la Bourse de New York, dont la cotation a débuté mardi : les investisseurs espèrent que la nouvelle devise pourra entrer sur le marché des crypto-monnaies avec le l’utilisation de ce nouveau produit réglementé.

La première session de négociation a semblé progressive, car l’ETF s’est échangé à 24,4 millions et a fini très haut. « Cela prouve qu’il existe une forte demande d’exposition au bitcoin », a déclaré Fawad Razaqzada, chercheur chez ThinkMarkets, notant toutefois que la vente de cet ETF ne représente pas un investissement dans le bitcoin.

De nouveaux projets

En achetant des actions de ce nouvel ETF, les investisseurs n’investiront plus d’argent dans des bitcoins. Leur argent sera investi dans des contrats à terme liés au bitcoin. Le défaut de fournir cela a été noté aux yeux du marché réglementaire américain, la SEC, qui a souvent mis en garde contre la valeur élevée du bitcoin.

Les régulateurs peinent à s’organiser sur la question de la dette, ce qui rend difficile la régulation de leurs communications. Cependant, bon nombre des plus grands noms de la technologie et de la finance à Wall Street ont lancé de nouveaux projets liés à la crypto-monnaie au cours des douze derniers mois.

L’année dernière, le 21 octobre 2020, le site Paypal a commencé à augmenter les prix en introduisant le service d’achat, de vente et de paiement de crypto-monnaie.

Facebook teste son portefeuille numérique, prémisse de sa cryptomonnaie Diem

Facebook lance un essai avec son portefeuille numérique Novi, qui permet aux gens d’envoyer et de recevoir de l’argent directement et sans frais supplémentaires. Avec ce projet, Facebook souhaite mettre en place un réseau mondial de paiement qui lui permettrait de développer significativement ses services financiers. L’essai se déroulera à petite échelle aux États-Unis et au Guatemala.

Selon Facebook, il y a 1,7 milliard de personnes dans le monde qui n’ont pas accès à un compte bancaire et le système financier actuel est en panne. Avec Novi, n’importe qui peut organiser ses affaires bancaires de manière sécurisée et peu coûteuse, précise le réseau social. Facebook testera si tous les systèmes Novi fonctionnent, tels que les fonctionnalités de base et le service client. Pour ce test, Facebook s’associera à la plateforme de crypto-monnaie Coinbase et à la société de blockchain Paxos.

Dollar de la paix

Dollar de la paix

Selon David Marcus, directeur de Novi, le portefeuille est testé avec le Pax Dollar, une crypto-monnaie liée au dollar américain. Cela signifie que la monnaie est adossée à de l’argent « réel ». Les utilisateurs peuvent acheter le Pax Dollar via leur compte Novi, que Novi conserve avec Coinbase. Ensuite, les utilisateurs de Novi peuvent envoyer et recevoir la pièce à d’autres utilisateurs de Novi. Ces utilisateurs peuvent retirer immédiatement le montant qu’ils reçoivent avec leur devise locale.

Novi fait partie du plan controversé de Facebook pour une monnaie numérique mondiale. Les régulateurs l’ont critiqué parce qu’ils estimaient que cela pourrait saper l’influence de la banque centrale, entraînant une instabilité financière. Facebook a repris le projet de crypto-monnaie plus tôt cette année sous le nom de Diem. Facebook s’associe à une banque pour émettre la crypto-monnaie, qui est indexée sur le dollar américain. Le portefeuille numérique a également changé de nom : au lieu de Calibra, il a été renommé Novi.

Facebook indique dans son communiqué qu’il souhaite à terme intégrer Novi au réseau de cryptage Diem. On ne sait pas encore quand Facebook prévoit de lancer le portefeuille numérique à l’échelle mondiale.

Modèles : BTC/USD, ETH/USD | Cryptomonnaie

BTC / USD a franchi le niveau de 64 000 $

BTC / USD a franchi le niveau de 64 000 $

La crypto-monnaie Bitcoin a augmenté de 56% par rapport au dollar américain depuis le 30 septembre. La paire de crypto-monnaies a franchi la barre des 64 000 $ lors de la session asiatique de mercredi.

Les indicateurs techniques suggèrent des signaux d’achat sur les graphiques 4H, journaliers et hebdomadaires. Très probablement, les acheteurs pourraient continuer à faire monter le taux de change lors des séances de bourse suivantes.

Cependant, le niveau de résistance à 65 000 $ peut fournir une résistance au taux de change BTC/USD à court terme.

Les traders ETH / USD peuvent gagner

La paire de crypto-monnaie ETH/USD a rebondi depuis un niveau de support à 2 801,2 le 30 septembre. En conséquence, le deuxième chiffrement mondial a augmenté de 38,98 % depuis début octobre.

Les indicateurs techniques suggèrent que la crypto-monnaie Ethereum pourrait continuer à augmenter. Les traders optimistes peuvent atteindre le niveau de 5 000 $ lors des sessions de trading suivantes.

Cependant, le niveau de résistance à 4218.7 peut fournir une résistance pour le taux de change à court terme.

Cryptomonnaies: l’AFRO est-elle le futur « Bitcoin de l’Afrique »?

Dans le monde, près de 4 adultes sur 10 n’ont pas de compte bancaire et les deux tiers ont un téléphone portable. La plupart d’entre eux vivent sur le continent africain, notamment en Afrique subsaharienne. « C’est tout un continent qui vit de l’argent et qui évolue dans un nouveau monde grâce au numérique, explique Roland Coutas, membre de la Fondation AFRO. « Je pense qu’à cause de la blockchain, l’Afrique passera directement d’un système non bancaire à une monnaie numérique. »

Roland Coutas, serial entrepreneur et investisseur, est un pionnier d’Internet en France et en Europe. Après avoir fondé Travelprice en 2002, racheté par le britannique Lastminute.com pour 49,6 millions d’euros, il a repris la direction de Telemarket (Les Galeries Lafayette), un service de téléachat. Aujourd’hui, elle investit dans le projet AFRO, une crypto-monnaie panafricaine créée en 2017 qui vise à démocratiser les transactions en monnaie numérique.

« AFRO est un bitcoin africain »

"AFRO est un bitcoin africain"

La blockchain AFRO a été lancée en 2017 en utilisant la chaîne Dash, mais devrait évoluer. « Nous passons actuellement à une nouvelle technologie qui est une blockchain Binance qui sera mise à jour. » La part de Binance dans l’activité totale en Afrique a vraiment augmenté de manière significative depuis l’année dernière, rapporte le rapport Chainalysis sur la géographie des crypto-monnaies pour 2020.

La Fondation AFRO, une ONG basée à Genève qui rassemble des personnalités et des professionnels africains et internationaux, gère les crypto-monnaies. « AFRO est la première monnaie numérique panafricaine. C’est du bitcoin africain », ajoute Roland Coutas. « Cette monnaie n’est pas destinée à remplacer d’autres monnaies, mais à coexister avec celles existantes », explique-t-il. « 750 milliards d’AFRO ont été émis en 2018, mais la grande majorité se trouve dans 54 portefeuilles censés appartenir à tous les pays africains. Cette masse monétaire appartient aux pays africains. « 

Quel est l’avenir d’AFRO ?

Quel est l'avenir d'AFRO ?

Si parmi les 54 pays africains, AFRO n’est désormais officiellement reconnu que par la Côte d’Ivoire, Roland Coutas estime que la vulgarisation des crypto-monnaies et des blockchains va propulser cette monnaie numérique à travers l’Afrique. « Depuis 2017, nous avons construit les fondations d’AFRO. Aujourd’hui, la blockchain est en vogue et est considérée comme un élément de stabilité et de développement économique. La commercialisation va commencer maintenant. « 

En Afrique, l’essor des crypto-monnaies a permis l’émergence d’acteurs locaux, comme Akoin, lancé par le chanteur sénégalais Akon, ou Nurucoin, destiné aux entreprises de e-commerce, lancé en 2018 au Kenya. Bitcoin reste la principale crypto-monnaie du continent. L’été dernier, l’Afrique est devenue le plus grand utilisateur de bitcoin, s’échangeant 18 millions de dollars en P2P. Le Kenya, le Nigeria et le Togo sont les pays qui aiment le plus cette crypto-monnaie.

L’investisseur Michael Burry révèle qu’il a lui même acheté de la cryptomonnaie

| Publié le

19 octobre 2021 à 17h36

| Mis à jour

20 octobre 2021 à 8h50

La technologie

Michael Burry a récemment indiqué dans un tweet qu’il parierait contre les crypto-monnaies. Cependant, le célèbre investisseur de « The Big Short », qui a été l’un des premiers à spéculer sur la crise imminente des prêts hypothécaires à risque, a clairement indiqué qu’il ne pariait pas sur un crash de la crypto-monnaie et avait même acheté des jetons. dans un récent courriel publié sur le site CNBC.

« Je n’ai pas du tout vendu de crypto-monnaies à découvert. Je ne me suis pas soucié des crypto-monnaies, à l’exception d’une participation – en fait, j’ai acheté des crypto-monnaies que je pense être de » meilleures crypto-monnaies « , a déclaré l’homme d’affaires. Michael Burry, qui est également le Le patron de Scion Asset Management, a demandé comment vendre des crypto-monnaies sur Twitter parce qu’il voulait souligner son inquiétude concernant le marché : « Je pense que les crypto-monnaies sont dans une bulle et la plupart de ceux qui y participent ne le comprennent pas pleinement », a-t-il déclaré à CNBC.

& gt; & gt; Investissez dans les crypto-monnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à la plateforme d’achat et de vente en ligne Coinhouse

Recevez nos dernières actualités

Recevez nos dernières actualités

Quelles sont les trois générations des cryptomonnaies ?

Bitcoin, Ethereum, Solana, ces trois monnaies correspondant à trois générations différentes de cryptomonnaies. Chaque génération tente de corriger les imperfections de la précédente : consommation électrique exponentielle, coûts et délais de transaction excessifs…

Les trois générations de crypto-monnaies sont les suivantes : Bitcoin, smart contracts et blockchains optimisés.

Génération 1 : Bitcoin

Génération 1 : Bitcoin

Pour les crypto-monnaies, tout a commencé avec l’apparition du Bitcoin, tel qu’il a été défini dans un livre blanc écrit par un homme du nom de Satoshi Nakamoto et publié le 31 octobre 2008 sur le forum Cryptography Mailing List.

Parmi les principes énoncés par Nakamoto à propos de Bitcoin figurait l’absence de banque centrale. Celui-ci est remplacé par un mécanisme de confiance appelé blockchain, l’équivalent d’un registre comptable horodaté. Chaque transaction jamais effectuée en Bitcoin est enregistrée pour toujours dans la blockchain. Et il est partagé entre tous les utilisateurs de Bitcoin, ce qui le rend infalsifiable, puisque chacun en a une copie, que ce soit sur son ordinateur personnel ou sur la bourse (place de marché) où sont stockés leurs Bitcoins.

Nakamoto a également prévu un mécanisme de validation de la blockchain (mining) par des utilisateurs spécifiques appelés « mineurs », dont la tâche est de vérifier que chaque transaction est valide, grâce à des calculs basés sur la cryptologie. Une fois qu’un mineur effectue cette opération, il met à jour la blockchain. Il fournit alors ce que l’on appelle une « preuve de travail ».

La blockchain telle que définie par Nakamoto a connu ses premières limites en 2017. L’explosion de la demande pour cette crypto-monnaie s’est traduite par un très fort ralentissement de la gestion des transactions et des coûts de minage très élevés. Une évolution appelée SegWit a été réalisée afin d’augmenter la taille de la blockchain Bitcoin.

Malgré ce développement, la taille de la blockchain Bitcoin n’a cessé de croître. Il mesurait près de 360 ​​Go début octobre 2021 et il faut en moyenne dix minutes pour qu’une transaction soit validée. Le résultat est une consommation électrique énorme – proche de la consommation électrique totale d’un pays comme la Belgique ou le Chili à la fois. Parmi les solutions trouvées figure le Lightning Network qui permet de ne pas valider les transactions une par une mais une série de transactions entre deux utilisateurs.

2e génération : les contrats intelligents

2e génération : les contrats intelligents

Fin 2013, Vitalik Buterin a publié le Livre blanc d’une nouvelle crypto-monnaie appelée Ethereum. Le facteur majeur qu’il a ensuite introduit était celui du smart contract, c’est-à-dire la possibilité de faire une monnaie programmable.

Ethereum a été proposé à la communauté des passionnés de cryptomonnaies en janvier 2014, puis officiellement mis en ligne le 30 juillet 2015. Il a ainsi matérialisé ce qui pourrait être une monnaie associée à un smart contract.

Dans le sillage d’Ethereum, un très grand nombre de tokens (devises) sont apparus, chacun basé sur la blockchain Ethereum, ses spécificités étant définies par un smart contract : Bancor (BNT), Augur (REP), Status (SNT)…

Mieux encore, Ethereum a donné naissance à toute une série d’applications innovantes et regroupées sous le terme DeFi (finance décentralisée) qui, là encore, exploitent la blockchain Ethereum. Des applications telles que Aave (prêt et emprunt), Uniswap (échange décentralisé), Sushiswap (investissement financier) ont ainsi fait leur apparition.

D’une certaine manière, Ethereum est devenu victime de son propre succès. Les transactions sur sa blockchain sont devenues si nombreuses que les frais facturés par les mineurs ont « explosé ». Il est courant de payer plusieurs dizaines d’euros pour le traitement d’une transaction, et parfois ce nombre est passé à une centaine d’euros. De plus, le temps de traitement des transactions dure facilement cinq minutes et peut se compter en heures. Quant à la taille de la blockchain Ethereum, elle était déjà de 991,56 Go à fin septembre 2021.

En clair, ces préoccupations liées à la blockchain Ethereum ont conduit de nombreux passionnés de crypto-monnaie à migrer vers des solutions de 3ème génération, impliquant des blockchains plus agiles. Ethereum a également entrepris sa transformation. Une V2 a commencé à être déployée et elle vise à résoudre les problèmes évoqués ci-dessus.

3ème génération : chaînes de blocs optimisées

3ème génération : chaînes de blocs optimisées

Ainsi, Bitcoin, Ethereum et les devises apparues dans leur sillage ont également connu des problèmes liés à leur croissance. La troisième grande étape est représentée par l’apparition de nouvelles monnaies basées sur un système de validation plus souple. Une des solutions trouvées a été de remplacer « preuve de travail » par « preuve d’enjeu ».

La preuve d’enjeu suppose de déléguer la gestion d’une monnaie à un nombre très limité de délégués élus par la communauté constituée autour de cette monnaie. Par exemple, la devise EOS repose sur 21 participants qui sont responsables de la blockchain. Si le travail de validation n’est pas fait comme il se doit, ces délégués sont désavoués par le réseau et remplacés par d’autres délégués.

La deuxième grande nouveauté de cette 3ème génération est l’apparition de blockchains plus agiles et donc rapides à gérer.

Certaines de ces petites monnaies blockchain incluent :

D’autres devises récentes prennent le parti de rendre la blockchain plus facile à utiliser avec des innovations internes. Ainsi, Iota repose sur un système de validation différent de celui de la blockchain – chaque utilisateur valide deux autres utilisateurs, chacun d’eux en validant deux autres, etc. Polkadot, quant à lui, utilise un système de partitionnement blockchain pour accélérer le traitement.

Dans la même veine, certaines nouvelles blockchains comme Solana et Polygon sont conçues pour pouvoir traiter des transactions à une vitesse de quelques millisecondes, avec des frais de l’ordre du centime d’euro. Le résultat est toute une gamme de nouvelles applications DeFi avec des performances et un coût ultra-faibles.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Abonnez-vous à la newsletter La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez forcément. Toutes nos newsletters

Cryptomonnaie : le Bitcoin grimpe, le tracker (ETF) fait des débuts remarqués en Bourse

Le premier fonds d’investissement indexé Bitcoin (ETF) américain a fait ses débuts à Wall Street mardi, alimentant la croissance de la crypto-monnaie, car de nombreux acteurs de la crypto voient le nouveau produit comme un outil pour vulgariser les monnaies numériques. Le ProShares Bitcoin Strategy ETF ou BITO, dit fonds indiciel ou ETF (stock exchange fund), c’est-à-dire un fonds d’investissement dont les actions peuvent être achetées ou vendues à tout moment, a fini à 4 95% à 41,98 $ par action, selon aux chiffres définitifs après la clôture.

Selon les calculs de Bloomberg News, environ 23,9 millions d’actions d’une valeur supérieure au milliard de dollars estimé ont changé de mains. L’arrivée de ce nouveau fonds a fait monter le prix du bitcoin ces derniers jours. La reine de la crypto-monnaie a atteint mardi son plus haut de six mois, dépassant les 64 000 $ et se dirigeant vers son sommet historique de 64 870 $, qui a été atteint en avril. Signe de l’importance de l’apparition de ce produit financier lié aux monnaies numériques les plus populaires, les dirigeants de ProShares, la société qui a lancé ce véhicule d’investissement, sont venus à la Bourse de New York pour passer un appel, qui a symbolisé l’ouverture du marché.

Lors de l’achat d’actions de ce nouvel ETF, les investisseurs ne parient pas directement sur le bitcoin. Leur argent est placé dans des contrats à terme liés au bitcoin. L’aspect indirect de ce dépôt était fondamental aux yeux du régulateur américain du marché, la SEC, qui mettait régulièrement en garde contre la volatilité importante du bitcoin. « Avant d’investir dans un fonds qui détient des contrats à terme sur bitcoins, assurez-vous – vous avez soigneusement examiné les risques et les récompenses », a prévenu un agent de police boursier dans un tweet la semaine dernière, qui ne s’est toutefois pas opposé à l’enregistrement de ce nouvel ETF.

À ce jour, la SEC a systématiquement rejeté tous les enregistrements déposés auprès d’elle depuis le premier en 2013.

Des ETF indexés sur le bitcoin existent déjà au Canada, en Asie et sur le marché américain lui-même, où plusieurs fonds répliquent, via plusieurs canaux, l’évolution des crypto-monnaies ou des entreprises de ce secteur.Cependant, un fonds lancé par ProShares est considéré comme un produit de consommation directement lié à bitcoin disponible sur le marché américain, dont le domaine financier est de loin le plus important au monde. De nombreux spécialistes du secteur ont relativisé le lancement de ce produit sur le marché, estimant que les investisseurs qui souhaitaient s’exposer au bitcoin avaient déjà la possibilité de l’acheter très facilement.

« Ce n’est pas une solution définitive, mais c’est une bonne solution temporaire », a commenté Nicholas Colas, co-fondateur de DataTrek. Pour lui, la vraie révolution a été le lancement des contrats à terme bitcoin en 2017, sur lesquels repose le nouveau fonds introduit mardi.

Interrogé mardi sur CNBC, le président de la SEC, Gary Gensler, a également lié le fonds ProShares à des contrats à terme et a souligné qu’ils étaient réglementés avec succès pendant quatre ans. Cependant, même si l’exposition au bitcoin n’est qu’indirecte, « cela reste une classe d’actifs hautement spéculative », a-t-il insisté, « et les téléspectateurs doivent le comprendre. Le même aspect de volatilité et de spéculation existe toujours dans (ce produit). Suite au record d’avril, le bitcoin né en 2009 a perdu plus de la moitié de sa valeur avant de rebondir.

Pour Art Hogan de National Securities, l’arrivée de ce nouveau produit financier « était certainement l’une des plus attendues et elle a poussé la crypto-monnaie vers le haut », a déclaré l’analyste. « Mais souvent quand on voit une telle attente, il y a un mouvement à la baisse, reflétant une motivation comme : + on achète sur les potins mais on vend quand la nouvelle arrive », a-t-il prévenu.

& gt; & gt; Notre service – Investissez dans des crypto-monnaies (Bitcoin, Ethereum, etc.) via notre plateforme d’achat et de vente en ligne partenaire

Pour Nicholas Colas, le nouvel ETF « est plus un produit pour les investisseurs institutionnels que pour les particuliers » qui « ont déjà trouvé leur chemin » vers les crypto-monnaies principalement via de nombreuses plateformes d’échange existantes, dont la plus célèbre Coinbase.

De nombreuses autres sociétés d’investissement cherchent déjà à percer une brèche ouverte, y compris Grayscale, qui détient le fonds d’investissement lié au bitcoin le plus populaire à ce jour. L’ETF de stratégie Bitcoin Valkyrie de Valkyrie Investments pourrait, à son tour, devenir public dans les prochains jours.

Courtier en bourse : l’idéal allié pour sécuriser son épargne !

 Quels sont les critères pour sélectionner son courtier ?

L’investissement est l’un des moyens sûrs et efficaces pour booster le rendement de ses économies. Plus sûr encore, c’est l’investissement en bourse. Depuis qu’ils ont vu le jour, les intermédiaires en bourse sont de plus en plus nombreux compte tenu de la croissance et de l’efficacité du marché boursier. Parmi cet ensemble de brokers, vous devez absolument tenir compte de certains critères pour sélectionner votre courtier en bourse. Nous vous les dévoilons ici et maintenant.

Un courtier boursier pour quel rôle ?

Lorsque vous entendez broker, sachez qu’il s’agit d’un intermédiaire en assurance, en immobilier ou tout simplement en bourse. Celui dont il est question ici est le courtier en bourse, un intermédiaire ayant à charge d’alléger la tâche aux clients vis-à-vis de fournisseurs de prestations.

Traditionnellement, il avait pour mission d’exécuter les ordres des clients. Cela lui était possible grâce à ses connaissances en analyses financières qui lui permettaient de renseigner ses clients sur les risques et faisabilités de leurs investissements. Le courtier en bourse, personne physique, existe toujours et permet aux investisseurs de réaliser de bonnes opérations. Cependant, sa fiabilité est de plus en plus discutée et son accessibilité, de moins en moins accentuée.

Avec le développement du numérique, les intermédiaires en bourse sont devenus des brokers en ligne qui sont des sociétés de courtage dont les principales missions consistent au :

• Traitement d’ordres de bourse des clients à l’achat comme à la vente ;• Évaluation et suivi des coûts du marché grâce aux performants outils de travail.

Envie de confier vos investissements à un courtier en bourse sans craindre la perte de votre investissement ? Vous devez impérativement considérer les critères ci-après dans votre choix.

Choisir son broker boursier en considérant son sérieux et sa fiabilité

Étant donné que c’est par l’entremise du professionnel de courtage en bourse que votre investissement se positionnera sur les meilleurs secteurs boursiers possible, vous devez avant tout veiller à son professionnalisme. À cet effet, vous devez vous poser les questions suivantes :

• A-t-il reçu son agrément ?• Est-il immatriculé ?• Est-il enregistré ?

Le sérieux et la fiabilité d’un courtier en bourse sont vérifiés lorsqu’il répond à la problématique relative à l’agrément ou à la licence qu’il doit avoir avant d’exercer. De même qu’un établissement financier doit obtenir une licence bancaire avant d’être considéré comme une banque, un professionnel du courtage en bourse doit disposer d’un numéro d’agrément AMF avant tout exercice de ladite fonction. En plus de cet agrément, il doit présenter des garanties prouvant sa bonne gestion des comptes clients. En dépit de ces deux conditions, la règlementation des intermédiaires en bourse exige que la société de courtage détienne une licence bancaire. Cette licence permet au courtier en bourse de facilement gagner du terrain sur les marchés boursiers.

Faire le bon choix en fonction de la transparence des prix respectifs des brokers

Si vous avez à cœur de rentabiliser votre investissement, vous ne devriez pas vous fier au premier venu puisqu’il vous faudra le rémunérer. Ses tarifs doivent être transparents ainsi que la manière dont il est rémunéré. Faites attention aux commissions qu’il reçoit sur les opérations boursières, car le prix peut être revu à la hausse compte tenu de l’importance de l’investissement ou du type de placement.

Il existe un type de courtier en bourse classique qui adopte parfois un plancher minimal pour les tarifs d’investissement par an. D’autres professionnels viennent bouleverser le marché ; ce sont les courtiers en ligne. Ces derniers mènent une guerre sans fin pour faire profiter les investisseurs des coûts les plus bas possible. N’hésitez pas à visiter plus de sites en ligne pour bénéficier de prix totalement réduits.

Choisir le meilleur broker en fonction de ses infrastructures et outils financiers

Le broker en bourse que vous choisirez doit disposer d’un certain nombre de technologies de pointe pour la gestion et le suivi des comptes. Le courtier en bourse doit pouvoir s’adapter aux évolutions technologiques en vous procurant des interfaces de gestion performantes et innovantes. Elles doivent être intuitives et adaptables à votre smartphone ou tablette.

Certains courtiers en bourses développent leur propre modèle gestionnaire en concevant des applications mobiles grâce à la digitalisation de nombreux process. Ces derniers permettent à leurs clients d’avoir accès à leur compte en toute autonomie et en tout temps. En s’octroyant un design intuitif et ergonomique, ils permettent à leurs clients de gérer leur portefeuille depuis leur mobile et de suivre le cours du marché boursier.

Grâce à ses infrastructures de pointe, le courtier en bourse aide ses clients à suivre en temps réel leur épargne ; un facteur de taille à considérer dans le choix du parfait professionnel en courtage.

Adidas : cède plus de 1%, un broker abaisse sa cible

Adidas a cédé un peu plus de 1% à Francfort, pénalisé par une analyse de Stifel qui réitère sa recommandation ‘achat’ sur Adidas mais avec un objectif de cours abaissé de 354 à 350 euros.Le broker s’attend à ce que le groupe atteigne la borne basse de la plupart de ses objectifs pour 2021 en dépit des pressions de coûts et d’un déclin des ventes en Asie, mais il se dit plus prudent concernant l’exercice 2022.’Le principal moteur pour l’action serait une amélioration des conditions de marché en Chine’, estime Stifel, qui juge les objectifs 2025 atteignables, car les inefficiences logistiques devraient selon lui se normaliser à un moment donné.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Adidas a cédé un peu plus de 1% à Francfort, pénalisé par une analyse de Stifel qui réitère sa recommandation ‘achat’ sur Adidas mais avec un objectif de cours abaissé de 354 à 350 euros.

Le broker s’attend à ce que le groupe atteigne la borne basse de la plupart de ses objectifs pour 2021 en dépit des pressions de coûts et d’un déclin des ventes en Asie, mais il se dit plus prudent concernant l’exercice 2022.

‘Le principal moteur pour l’action serait une amélioration des conditions de marché en Chine’, estime Stifel, qui juge les objectifs 2025 atteignables, car les inefficiences logistiques devraient selon lui se normaliser à un moment donné.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Walt Disney (-3%) victime d’un broker et de reports de sorties de films

18/10/2021 22:06
| Boursier
| 224
|
Aucun vote sur cette news

L’analyste de la banque britannique Kannan Venkateshwar est ainsi passé de surpondérer (achat) à neutre (conserver) sur Disney, avec un objectif de cours revu de 210$ à 175$.

L'analyste de la banque britannique Kannan Venkateshwar est ainsi passé de surpondérer (achat) à neutre (conserver) sur Disney, avec un objectif de cours revu de 210$ à 175$.

L’action Walt Disney a abandonné lundi 3% à 171,17$ en clôture à Wall Street, après une dégradation du dossier du géant américain des loisirs par la banque Barclays.

L’analyste de la banque britannique, Kannan Venkateshwar, est ainsi passé de surpondérer (achat) à neutre (conserver) sur Disney, avec un objectif de cours revu de 210$ à 175$. Il justifie sa décision par un « ralentissement significatif » de la croissance du groupe malgré le lancement de nombreux films de ses franchises et du lancement de Star+, une extension de Disney+, sa plateforme de vidéo en streaming (SVoD) par abonnement.

Pour l’analyste, la tâche de Disney sera « difficile » s’il veut atteindre ses objectifs de long terme d’abonnés à Disney+ et à ses autres services de SVoD.

Report de plusieurs films Marvel et d’Indiana Jones 5

Pour ne rien arranger, le groupe a annoncé lundi le report pour plusieurs mois de la sortie de plusieurs films des studios Marvel, et a même repoussé à 2023 celle du prochain « Indiana Jones ».

La commercialisation du prochain épisode de la série « Doctor Strange » a ainsi été décalée au 6 mai 2022 au lieu du 25 mars, ce qui a amené Disney à ajuster aussi les sorties des films d’autres super-héros Marvel prévues en 2022. Le prochain « Thor » sortira le 8 juillet au lieu du 6 mai et le prochain « Black Panther » le 11 novembre au lieu de juillet.

Le cinquième épisode de la saga « Indiana Jones », avec Harrison Ford, sera pour sa part dans les salles le 30 juin 2023 et non pas le 29 juillet prochain. L’acteur de 79 ans s’est blessé à une épaule en juin pendant le tournage et il n’a repris que récemment.

Situation difficile en Chine face à la censure

Les studios hollywoodiens ont dû à plusieurs reprises modifier les calendriers de sortie des films depuis le début de la pandémie de COVID-19. En outre, le groupe fait face à une situation très compliquée en Chine, où plusieurs de ses films ont aussi vu leurs sortie chahutée sur fond de polémiques, selon le ‘Wall Street Journal’.

Le quotidien américain écrivait il y a une semaine que la sortie d »Eternals’, un film Marvel, est prévue en novembre dans le monde, mais que l’incertitude entoure sa sortie en Chine, après que la réalisatrice chinoise du film, Chloé Zhao, a récemment été critiquée pour ses commentaires concernant la Chine remontant à 2013.

Outre ‘Eternals’, un autre film Marvel ‘Shang-Chi et la Légende des Dix Anneaux’, n’a pas encore obtenu le feu vert pour sa sortie chinoise, en raison de commentaires faits en 2017 par l’acteur principal du film, Simu Liu, qui avait désigné la Chine comme un pays où les gens mourraient de famine. En 2020, le film ‘Mulan’ avait reçu un accueil très froid en Chine, où le film a cumulé les polémiques.

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l’exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n’ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d’achat de valeurs mobilières ou d’instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d’erreur, d’omission ou d’investissement inopportun.

Reworld media : Forte hausse du titre, un broker en soutien

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par

Les données collectées sont indispensables à ces traitements et sont destinées aux services concernés de BFM Bourse et, le cas échéant, de ses prestataires. Elles sont conservées pendant la durée du traitement et/ou pour la durée des traitements spécifiques auxquels vous aurez consenti et/ou pour les durées légales de conservation.
Les DCP pourront être traitées par le personnel habilité de BFM Bourse, de ses sous-traitants, partenaires ou prestataires. Si les données collectées font l’objet d’un transfert hors UE et que des traitements y sont effectués, ceux-ci se feront alors, conformément à la Réglementation, sur la base d’une décision d’adéquation de la Commission européenne ou de « clauses contractuelles types ».

BFM Bourse responsable du traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel pour la gestion de ses relations avec ses clients et prospects.

En application de la règlementation relative à la protection des données personnelles, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation et de portabilité qui s’exerce : ici
Consultez notre politique de confidentialité des données : ici

AstraZeneca : Dans le vert avec le soutien d’un broker

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par

Les données collectées sont indispensables à ces traitements et sont destinées aux services concernés de BFM Bourse et, le cas échéant, de ses prestataires. Elles sont conservées pendant la durée du traitement et/ou pour la durée des traitements spécifiques auxquels vous aurez consenti et/ou pour les durées légales de conservation.
Les DCP pourront être traitées par le personnel habilité de BFM Bourse, de ses sous-traitants, partenaires ou prestataires. Si les données collectées font l’objet d’un transfert hors UE et que des traitements y sont effectués, ceux-ci se feront alors, conformément à la Réglementation, sur la base d’une décision d’adéquation de la Commission européenne ou de « clauses contractuelles types ».

BFM Bourse responsable du traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel pour la gestion de ses relations avec ses clients et prospects.

En application de la règlementation relative à la protection des données personnelles, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation et de portabilité qui s’exerce : ici
Consultez notre politique de confidentialité des données : ici

Binance a dépassé la barre des 400 000 Africains formés aux cryptomonnaies – AITN

Le géant mondial de l’échange de cryptomonnaie, Binance, progresse rapidement dans sa mission éducative en Afrique. Depuis le mois d’août où elle affichait un total de 350 000 Africains formés sur les bases du domaine, plus de 50 000 personnes supplémentaires ont pu profiter de ses Masterclass. 

Son programme éducatif gratuit est en train de contribuer à l’adoption des cryptomonnaies sur le continent. Il couvre de multiples sujets, allant de la protection des utilisateurs à la construction de carrières dans la technologie blockchain. Dispensés sous forme de webinaires, les enseignements ont bénéficié à des mineurs en herbe aux quatre coins de l’Afrique. La plus récente s’est tenue en swahili pour les passionnés de crypto en Tanzanie et dans la grande région de l’Afrique de l’Est.

Dans la zone francophone, ce sont les villes d’Abidjan en Côte d’Ivoire, de Dakar au Sénégal, de Douala au Cameroun et de Cotonou au Bénin ont été choisies. En plus des cours gratuits, l’opportunité avait été offerte aux apprenants de remporter 500 dollars, soit environ 280 000 FCFA.

Vladimir Poutine est-il vraiment prêt à accepter les cryptomonnaies en tant que moyen de paiement ?

Les cryptomonnaies « ont le droit d’exister »

Les cryptomonnaies « ont le droit d'exister »

Cette semaine se déroulait la semaine russe de l’énergie, un forum international organisé du 13 au 16 octobre à Moscou. Parmi les intervenants, on retrouvait bien évidemment le président de la Russie, Vladimir Poutine. Suite à une question d’un journaliste sur l’éventualité de régler des contrats pétroliers en cryptomonnaies, la réponse du président russe a été quelque peu surprenante.

En effet, Vladimir Poutine a étonnamment fait part de sa tolérance envers les cryptomonnaies. Selon lui, les actifs numériques et notamment le Bitcoin (BTC) « ont le droit d’exister et peuvent être utilisées comme moyen de paiement ».

Toutefois, ne nous montrons pas trop enthousiastes trop vite, car cette réponse est une approbation encore très timide. Le président russe a très vite nuancé son propos en expliquant qu’« il était encore trop prématuré » de considérer les cryptomonnaies comme moyen de paiement pour faire du commerce.

« Pour transférer des fonds d’un endroit à un autre, oui, mais pour faire du commerce de pétrole, ou d’autres matières premières et sources d’énergie, il me semble trop tôt pour en parler pour le moment, » a expliqué Vladimir Poutine.

Depuis les sanctions imposées à la Russie en 2014, Vladimir Poutine n’a eu de cesse de chercher des alternatives au paiement en dollars pour le commerce international. Alors que la Chine s’est clairement positionnée à l’encontre des cryptomonnaies et que les États-Unis lancent actuellement une vaste investigation du secteur, il sera intéressant de suivre le positionnement qu’adoptera la Russie.

👉  Pour aller plus loin – Le président Erdogan estime que la Turquie est « en guerre contre les cryptomonnaies »

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

A propos de l’auteur : Lilian Aliaga

Rédacteur freelance situé entre Paris et Toulouse. Je souhaite partager ma passion pour l’univers des cryptomonnaies au plus grand nombre. Je m’intéresse également à l’analyse technique et au trading.Tous les articles de Lilian Aliaga.

Binance, Coinbase, Kucoin… Quels sont les meilleures plateformes d’échange de crypto ?

Publié par SamirRah
le 19 octobre 2021 à 16h00.

Vous souhaitez entrer dans le mondes des cryptomonnaies, mais ne savez pas quelle porte franchir ? Vous avez de la chance, Melty vous a dressé la liste des meilleures plateformes d’échange du secteur !

Vous souhaitez entrer dans le mondes des cryptomonnaies, mais ne savez pas quelle porte franchir ? Vous avez de la chance, Melty vous a dressé la liste des meilleures plateformes d'échange du secteur !

Le Bitcoin et son cours qui ne cesse encore d’exploser ont tendance à attirer de nombreuses personnes. Malheureusement quand on est novice, il est quelques fois compliqué de s’orienter dans la forêt de plateformes qui se proposent à nous. Il est ainsi parfois nécessaire d’avoir un petit guide d’orientation avant de pouvoir se jeter sur les dernières hype comme le FLOKI. Retrouvez ci-dessous les plus grandes (et les meilleures) plateformes cryptomonnaies.

Coinbase

Coinbase, c’est la base – sans mauvais jeu de mot -. Il s’agit de la plateforme la plus souvent utilisée par les débutants pour son interface aisée, ainsi que pour ses garanties en sécurité. Elle est aussi connue pour être entrée en bourse, ce qui lui donne un gage de solidité supplémentaire. Malheureusement, Coinbase est aussi connue pour ses frais assez élevés, ainsi que pour le nombre restreint de cryptomonnaies disponibles sur sa plateforme.

Binance

LA plateforme sûrement la plus prisée dans le monde des cryptomonnaies. Binance est une sorte de passage obligé quand on commence un peu à s’y connaître, étant à la fois un des exchanges les plus mainstream mais aussi celui où l’on peut retrouver de très nombreuses cryptomonnaies à acheter/vendre. Binance met aussi à la disposition de ses utilisateurs un nombre conséquents d’outils de trading – mais conseillés seulement aux professionnels, attention !

Kucoin

KuCoin, c’est la plateforme de ceux qui cherchent les bons plans dans les crypto, celles qui n’ont pas encore explosé, avec un potentiel important. Si les garanties de sécurité sont moindres que sur les plateformes ci-dessous, on retrouve beaucoup plus de cryptomonnaies sur KuCoin, même si quelques fois le volume pour les transactions peut être très faible (ce qui est important pour ceux qui aiment trader).

Bitcoin

Bitcoin

XMR, XVG… Quelles sont les meilleures cryptos pour garder l’anonymat ?

Le Bitcoin retrouve les 60 000 $, vers un bull run de fin d’année ?

Elon Musk encore à l’origine de l’explosion de cryptomonnaies

Le Bitcoin doit remplacer la cocaïne pour ce sénateur colombien

Bitcoin : Les cryptos veulent « réduire le pouvoir des gouvernements » pour Elon Musk

Si vous n’avez pas profité du Shiba Inu, voici le mème coin à ne pas rater

Changement de la fiscalité des cryptomonnaies (bitcoin et consorts) : vers une moindre pression fiscale dès 2022 ?

Publié le lundi 18 octobre 2021 par Denis Lapalus

Fiscalité des cryptomonnaies en 2022

Fiscalité des cryptomonnaies en 2022

Pour la majorité des spéculateurs amateurs, la fiscalité des cryptomonnaies (bitcoin, ethereum, litecoin, dogecoin, etc. est simple, les plus-values réalisées sur les cryptomonnaies sont traitées comme tout autre actif financier, à savoir application de la Flat Tax, dès le premier euro. L’option d’une intégration des plus-values à la catégorie des traitements et salaires n’est, pour l’instant, pas possible pour les plus-values réalisées via les transactions portant sur les cryptomonnaies. Pour les contribuables dont l’activité principale reste la spéculation sur les cryptomonnaies, la fiscalité est différente. Ces derniers sont imposés via la catégorie bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Et là évidemment, les BIC sont imposés selon le barème de l’IR. D’après quelques députés, cette forte taxation pousserait certains contribuables à quitter leur résidence fiscale française afin de trouver des pays plus accueillants pour ce type d’activité (activité de minages notamment). Aucun chiffre n’est cité, et de notre côté, cela nous paraît plus qu’étrange. Chacun sait que la fiscalité en France évolue sans cesse, et que changer de pays de résidence fiscal uniquement dans le but de régler moins d’impôt, est un jeu pour lequel, seuls les gagnants sont ceux qui n’ont pas joué.

Comment savoir si l’on est considéré comme investisseur professionnel par le fisc ?

Comment savoir si l’on est considéré comme investisseur professionnel par le fisc ?

C’est très simple. Le fisc applique la même règle que pour toute autre activité. Si la majorité de vos revenus provient de vos transactions sur les cryptomonnaies, vous êtes considéré comme un professionnel. De ce fait, vos plus-values sont des revenus de la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC), après abattement, soumises au barème de l’IR. CSG et CRDS viendront également amoindrir vos bénéfices. Alors évidemment, pour les jeunes actifs, il arrive que leurs gains sur les cryptomonnaies dépassent leurs salaires. Et de ce fait, c’est la mauvaise surprise. Ils se retrouvent avec un taux marginal d’imposition bien élevé, et une grande partie des plus-values réalisées sur les cryptos tombent dans les caisses de l’Etat. C’est pourquoi, certains députés, attentionnés vis à vis de ces contribuables influençant largement les réseaux sociaux, ont multiplié les amendements allant vers une moindre pression fiscale sur les cryptos.

Un barème fiscal spécifique pour les cryptomonnaies ?

Un amendement d’ores et déjà adopté, car logique, vise à alléger la taxation des plus-values réalisées sur les cryptomonnaies par les Français les plus modestes. À la place du prélèvement forfaitaire unique (PFU), jugés pénalisant pour les contribuables déclarant moins de 25.711 euros par an, il sera possible d’opter pour le barème progressif du régime général. L’idée est de proposer le même dispositif que pour les plus-values réalisées lors de la cession de valeurs mobilières. Les contribuables déclarant moins de 10.084 euros par an pourraient bénéficier d’une taxation de 17,2% sur leurs plus-values et ceux déclarant moins de 25.710 euros pourraient être soumis à un prélèvement de 28,2%.

Fiscalité des cryptoactifs, le plus probable en 2023…

Fiscalité des cryptoactifs, le plus probable en 2023...

Pour ce qui concerne la fiscalité portant sur les plus-values des crypotactifs, elle serait calquée sur l’imposition des opérations boursières mais pavant le 1er janvier 2023, histoire que les services fiscaux adaptent leur moulinette.

Une question, un commentaire?

Sur le même sujet

Fiscalité 2021 des cryptomonnaies (bitcoin, ethereum, litecoin, dogecoin, etc.)

NOUVEAUTÉ !Les plus-values réalisées en 2021 sur les cryptomonnaies sont imposables, dès le premier euro. Les règles d’imposition diffèrent selon l’activité principale du contribuable pour s’établir de 30% à plus (…)

FCPR : fiscalité 2021 des dividendes et des plus-values

Fiscalité 2021 des Fonds Communs de Placements à Risques. Le FCPR ne permet aucune déduction fiscale lors de la souscription. En revanche, après la période de placement (de 5 années minimum), les (…)

Fiscalité bourse 2021 : dividendes et plus-values

Les plus-values boursières ainsi que les dividendes sont imposables et soumis aux prélèvements sociaux. Certains comptes-titres à fiscalité réduite, tels que le PEA, PEA-PME, PEA jeune permettent de (…)

Bitcoin : vif regain de la spéculation à l’annonce des annonces des premières approbations d’ETF Bitcoin aux USA

Pour une fois, la France est en avance sur les USA en matière d’investissement financier. Le premier ETF Bitcoin a d’ores et déjà été agréé par l’AMF en France. La SEC, son équivalent (…)

Bitcoin à plus de 62000 dollars, second opus, octobre rouge : le mea-culpa d’un conseiller financier

NOUVEAUTÉ !Jamais le cours du Bitcoin ne dépassera de nouveau les 60.000$ ! Comment cette chose qui n’a aucune valeur peut avoir un tel prix ? Cet ancien conseiller en gestion de patrimoine reconnaît avoir (…)

Impôt : Bitcoin, ethereum, litecoin, ripple… Que faut-il déclarer ? Quels formulaires utiliser ?

Vous pensiez être tranquille en investissant sur le bitcoin ? C’est loupé ! La seule détention d’actifs numériques (le bitcoin en fait partie) est à déclarer aux services fiscaux. Vos plus-values (…)

Changement de la fiscalité des cryptomonnaies… : à lire également

Taxation des plus-values professionnelles lors de la vente d’un fonds de commerce : relèvement du plafond de l’exonération à 500.000 euros en 2022

La loi de Finances 2022 est favorable aux petites entreprises, aux indépendants, ainsi qu’aux commerçants, partant en retraite ou non. Ainsi, alors que le marché des fonds de commerce n’en a pas fini (…)

2017-2022 : investisseurs immobiliers et retraités, les plus grands perdants du quinquennat Macron ?

L’heure du bilan approche. La campagne pour l’élection présidentielle de 2022 débute. Si certains Français estiment que le quinquennat Macron leur a été favorable, d’autres, à l’instar des particuliers (…)

Linxea et ENTOURAGE GESTION annoncent la sortie d’une nouvelle SOFICA innovante et exclusive : ENTOURAGE SOFICA

LINXEA, leader de l’épargne en ligne, et ENTOURAGE GESTION, société de conseil et d’investissement fondée par Julien Delajoux, Matthias Nicodème et Hubert Caillard, s’associent dans le lancement d’une (…)

Pandora Papers / Fraude fiscale : la DGFiP en charge de vérifier les dossiers fiscaux des 600 Français cités

Le nouveau scandale financier des Pandora Papers a bel et bien des impacts directs. Les dossiers fiscaux des résidents fiscaux en France, cités parmi la liste de détenteurs de sociétés offshore, (…)

Revenus luxembourgeois 2021 : les résidents fiscaux français peuvent encore bénéficier de l’ancienne convention fiscale avec le Luxembourg

La nouvelle convention fiscale avec le Luxembourg en vigueur change la donne concernant l’imposition des revenus luxembourgeois pour les résidents fiscaux français. Le gouvernement français indique (…)

Impôt / régimes frontaliers : les accords COVID sont reconduits jusqu’à fin 2021 (Allemagne, Belgique, Italie, Luxembourg, Suisse)

Les accords amiables concernant l’imposition des travailleurs frontaliers et transfrontaliers, conclus avec l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, le Luxembourg et la Suisse dans le contexte de la (…)

Changement de la fiscalité des cryptomonnaies… : Mots-clés relatifs à l’article

La société de cryptomonnaies Bakkt est désormais cotée à la bourse de New York

mar 19 Oct 2021 ▪ 15h30 ▪

4
min de lecture – par
Luc Jose Adjinacou

Pour les investisseurs institutionnels, il existe plusieurs manières de s’exposer aux cryptomonnaies en dehors de l’achat direct des actifs. Celle qui consiste à posséder des actions d’une société cryptographique cotée en bourse est un exemple parmi tant d’autres. Le nombre de sociétés offrant cette exposition indirecte aux cryptomonnaies vient de s’augmenter pour le plus grand bonheur des investisseurs américains. Société mère de la Bourse de New York, l’Intercontinental Exchange officialisera ce jour la cotation en bourse de Bakkt.

Une entrée en Bourse qui fait suite à la fusion de Bakkt avec VPC Impact Acquisition Holdings

Une entrée en Bourse qui fait suite à la fusion de Bakkt avec VPC Impact Acquisition Holdings

Créé en 2018 comme société dépositaire de cryptomonnaies, Bakkt a réussi à s’imposer auprès des investisseurs institutionnels. Elle détient pour le compte de ces derniers des bitcoins dans un portefeuille hors ligne totalement sécurisé. Sa stratégie a ensuite été de développer un réseau devant faciliter l’utilisation des cryptomonnaies dans la vie courante. La société s’est ainsi associée à Visa pour lancer une carte de débit devant servir à effectuer des règlements à partir d’actifs cryptographiques. Bakkt dispose également d’une application qui permet à ses utilisateurs de payer plusieurs sortes d’articles avec du bitcoin. Pour finir, elle s’est également dotée d’un fonds d’investissement direct dans le bitcoin.

Il y a une semaine, Bakkt a annoncé un partenariat avec Google dans l’objectif de créer une série de services autour des cryptomonnaies. Celles-ci concernent notamment l’utilisation de sa carte de débit VISA pour réaliser des paiements en cryptomonnaies via Google Play. La société vient de parachever son expansion sur les marchés cryptographiques en fusionnant avec VPC Impact Acquisition Holdings. Cette opération aura finalement permis à la nouvelle société d’être propulsée sur les marchés boursiers via la bourse de New York. Ses actions commenceront à se négocier ce jour sous le ticker BKKT.

Bakkt entre dans une nouvelle dimension aux côtés d’entreprises comme Coinbase

Bakkt entre dans une nouvelle dimension aux côtés d’entreprises comme Coinbase

L’entrée en bourse de Bakkt lui permet d’entrer dans une nouvelle dimension au sein de l’écosystème des sociétés cryptographiques. Plus grande cryptoexchange des États-Unis, Coinbase a été introduite en bourse en avril dernier par l’intermédiaire de la Nasdaq. La nouvelle avait alors suscité un grand enthousiasme dans le rang des investisseurs.

En acquérant des actions de Coinbase, ces derniers peuvent en effet s’exposer indirectement aux cryptomonnaies. La valeur des actions de la société est dorénavant affectée par la volatilité des actifs cryptographiques majeurs comme le bitcoin. Cette possibilité s’offre désormais aux investisseurs de Bakkt qui devra travailler à augmenter sa part de marché au sein de la cryptosphère.

Désormais coté en bourse, Bakkt pourra compter sur une meilleure trésorerie afin de réaliser son principal objectif qui est de créer des applications grand public pour les cryptomonnaies. Avant cette opération d’envergure, la société avait su faire parler d’elle grâce aux records établis par ses contrats à terme sur le bitcoin.

Les pirates se servent désormais des NFTs pour voler des cryptomonnaies sur OpenSea

mar 19 Oct 2021 ▪ 10h30 ▪

4
min de lecture – par
Luc Jose Adjinacou

Après la DeFi, les NFTs représentent la nouvelle attraction des marchés cryptographiques avec un marché hautement spéculatif qui ne cessent de croitre. Cette croissance a naturellement attiré l’attention des pirates informatiques qui y ont vu le parfait cheval de Troie pour leurs attaques. Un rapport du Check Point Research vient de dévoiler que les NFTs ont servi à pirater les comptes de plusieurs utilisateurs sur le marché d’OpenSea. Explications. 

L’Airdrop de NFT comme porte d’accès aux portefeuilles des utilisateurs d’OpenSea

L’Airdrop de NFT comme porte d’accès aux portefeuilles des utilisateurs d’OpenSea

Pour réaliser leur coup, les pirates se sont servis d’un Airdrop de NFT afin de tirer profit d’une faille de sécurité au niveau du protocole d’OpenSea. Celle-ci leur a notamment permis d’y charger un fichier SVG qui renfermait une commande malveillante. En transférant gratuitement des NFT à leurs victimes, ces dernières reçoivent un message leur demandant une signature afin de se connecter à leur portefeuille. Ravies de bénéficier d’un Airdrop, les victimes autorisent donc l’accès à leurs portefeuilles sans se douter qu’ils laissaient ainsi entrer le loup dans la bergerie. Si ce type de demande ne correspond pas au mode opératoire officiel d’OpenSea pour valider une transaction, les victimes n’y voient que du feu.

Le domaine de l’opération ayant permis de leur transférer les NFTs provenant apparemment d’OpenSea, les victimes sont naturellement amenées à approuver la demande de connexion à leur compte. En effet, la faille de sécurité exploitée par les pirates informatiques leur a permis de lancer les transactions depuis le sous-domaine de stockage d’OpenSea. La combine sera finalement découverte par les membres Check Point Research qui en informeront aussitôt l’équipe technique de la place de marché de NFTs. Cette dernière aura eu besoin de tout juste une heure pour corriger les failles de sécurité pour mettre fin aux vols de cryptomonnaies.

Ouverture prochaine d’une enquête sur les arnaques utilisant ce mode opératoire

Ouverture prochaine d’une enquête sur les arnaques utilisant ce mode opératoire

Fort heureusement pour OpenSea, aucun vol de cryptomonnaies n’a été rapporté cette fois-ci à la suite de la faille dans son programme. Au début du mois, la plateforme avait été la cible d’une attaque ayant permis au créateur du projet Evolved Apes de soutirer 798 ETH aux utilisateurs via une fausse offre de NFT. L’équipe d’OpenSea a assuré dans une déclaration officielle qu’elle avait pris les mesures nécessaires pour empêcher qu’une telle vulnérabilité ne soit possible à l’avenir.

Elle a tout de même tenu à appeler ses utilisateurs à plus de vigilance au moment de valider une demande de transaction depuis leurs comptes. En raison de l’importance des potentiels dommages, le piratage de portefeuilles cryptographiques par l’intermédiaire d’un Airdrop de NFT devrait faire l’objet d’une enquête plus approfondie.

La multiplication des cas d’arnaques, en particulier sur OpenSea, pourrait rapidement constituer un frein à l’adoption des NFT si rien n’est fait. Ces dernières ont d’ailleurs poussé Steam à bannir de sa plateforme les jeux basés sur la technologie blockchain et les NFT.

Le lobby des crypto-monnaies demande aux régulateurs américains de ne pas soumettre les monnaies stables à de nouvelles règles.

Les monnaies stables – des jetons numériques généralement adossés à des réserves de dollars ou à des actifs allant de l’or à d’autres cryptomonnaies – ont explosé pendant la pandémie de COVID-19.

En conséquence, le groupe de travail du président sur les marchés financiers – qui comprend les principaux régulateurs américains, y compris le Trésor et la Réserve fédérale – se concentre sur eux dans le cadre d’efforts plus larges pour freiner la crypto.

Le groupe devrait publier dans les prochains mois un rapport détaillant les risques et les opportunités des stablecoins.

Dans une lettre adressée au groupe et consultée par Reuters, la Chambre de commerce numérique de Washington a déclaré que les monnaies stables axées sur le commerce de détail et rattachées au dollar ne devraient pas être soumises à un nouvel ensemble de règles « simplement parce qu’une nouvelle technologie est déployée ».

Les monnaies stables « ne sont pas à une échelle significative pour mériter un régime réglementaire distinct et obligatoire », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elles devraient être traitées comme d’autres outils de paiement numérique axés sur le détail, et non comme un produit d’investissement.

Parmi les membres de la Chambre figurent les banques de Wall Street Goldman Sachs Inc Group et Citigroup Inc, ainsi que des sociétés de crypto-monnaies telles que Circle, qui émet la deuxième monnaie stable la plus importante, USD Coin. La société Tether, constituée à Hong Kong, qui émet le plus grand stablecoin, ne fait pas partie du groupe.

Selon ses partisans, les stablecoins pourraient révolutionner les paiements en évitant la volatilité du bitcoin tout en proposant les mêmes avantages de rapidité et de faible coût. Mais elles sont plus largement utilisées pour le crypto trading que pour les paiements, et leur taille croissante attire l’attention des chiens de garde financiers.

La réglementation actuelle est inégale dans le monde. La taille et la nature des réserves détenues par les émetteurs de stablecoins ne sont généralement pas soumises à la même surveillance que les réserves détenues par les banques commerciales.

La valeur de Tether est passée de 15 milliards de dollars il y a un an à 69 milliards de dollars, selon CoinMarketCap. USD Coin a également grimpé en flèche au cours de la même période, approchant les 33 milliards de dollars contre seulement 2,7 milliards de dollars.

Les régulateurs mondiaux ont déclaré ce mois-ci que les monnaies stables devraient se conformer aux mêmes garanties que leurs concurrents plus traditionnels dans le domaine des paiements.

Aux États-Unis, les monnaies stables sont soumises à un patchwork de règles étatiques ainsi qu’à la surveillance de certaines agences fédérales.

En juillet, la secrétaire d’État au Trésor, Janet Yellen, a déclaré aux régulateurs que le gouvernement devait agir rapidement pour établir un cadre réglementaire pour les monnaies stables.

Opposée à un nouvel ensemble de règles, la chambre a également demandé que les entreprises américaines de stablecoins « bien réglementées » aient accès à l’infrastructure de paiement de la Réserve fédérale.

Une femme de 77 ans a perdu 34 000 dollars après avoir été victime d’une arnaque aux cryptomonnaies

mar 19 Oct 2021 ▪ 11h00 ▪

4
min de lecture – par
Luc Jose Adjinacou

Véritable fléau au sein de la cryptosphère, les arnaques aux cryptomonnaies n’en finissent pas de se multiplier profitant de la naïveté de nombreuses victimes rêvant de fortunes. Ces dernières se voient en effet proposer des plans de rémunérations élevées avec le bitcoin comme principal appât. Ce schéma classique a permis à une société fictive d’escroquer une Canadienne âgée de 77 ans dans la cité de Kelowna en Colombie-Britannique. La victime affirme avoir perdu au total 34 000 dollars en pensant investir dans la cryptomonnaie.

Un placement qui aurait permis à la victime de rembourser ses dettes

Un placement qui aurait permis à la victime de rembourser ses dettes

Avec un mari souffrant qui multiplie les séjours à l’hôpital, Lynda Krauza âgée de 77 ans s’en est remis à l’aide de ses enfants pour assumer ses différentes charges. Désireuse de leur rembourser ce qu’elle considère comme des emprunts, Mme Krauza décide d’investir dans le bitcoin. Elle va alors identifier un site proposant des placements dans la cryptomonnaie et y ouvrir un compte. Une fois cette étape finalisée, Mme Krauza va recevoir de nombreux appels téléphoniques provenant des représentants de la fausse société cryptographique. Convaincue par ces derniers, elle va effectuer un dépôt de  dollars sur son compte afin de réaliser son premier investissement.

Progressivement, les arnaqueurs vont demander à Mme Krauza d’augmenter son investissement allant jusqu’à lui suggérer de contacter sa banque afin d’obtenir plus de crédit. A plusieurs reprises, la victime va alors transférer des sommes de 3 000 dollars de son compte bancaire vers le prétendu portefeuille de bitcoins. Intriguée par le nombre d’appels journaliers que recevait sa mère, sa fille Colleen Greer décide de s’intéresser davantage au fameux site proposant l’investissement. Répondant un jour aux appels de la société, elle va exiger que celle-ci valide un retrait de fonds au profit de Mme Krauza. Il s’agira malheureusement du dernier entretien entre les deux parties, les arnaqueurs ayant pris la peine de bloquer tous les contacts permettant de les retrouver.

Une enquête difficile à cause de l’anonymat qu’offrent les transferts de bitcoin

Une enquête difficile à cause de l’anonymat qu’offrent les transferts de bitcoin

 « C’est tout ce que j’avais. Ils ont même pris mon chèque de pension. Certaines personnes traitent les gens pire que des animaux. Ils vous prennent jusqu’au dernier centime que vous avez» a ainsi déclaré Mme Krauza qui a signalé l’arnaque au service des fraudes de sa banque. Informée de l’affaire, la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) a confirmé qu’elle avait lancé une enquête pour retrouver les arnaqueurs. 

Responsable des communications de la GRC, Solana Paré a reconnu que les escroqueries prenant pour cible les personnes du troisième âge devenaient courantes dans le pays. «  Le transfert de bitcoins offre aux fraudeurs une protection et un anonymat vis-à-vis de leurs victimes. Les fraudeurs peuvent accéder aux cryptomonnaies de n’importe où dans le monde, ce qui rend encore plus difficile leur poursuite, même s’ils peuvent être identifiés »a-t-elle assurée.

Les particuliers désirant investir dans les cryptomonnaies devraient prendre la peine de mieux se renseigner sur les sociétés cryptographiques qui proposent ce type de service.  Ce manque de rigueur constitue d’ailleurs la première faiblesse dont abusent les structures fictives qui ternissent l’image du secteur.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

Russie : bientôt des tarifs d’électricité spéciaux pour les mineurs de cryptomonnaies ?

Les mineurs de Russie bientôt forcés de payer leur électricité plus cher ?

Les mineurs de Russie bientôt forcés de payer leur électricité plus cher ?

C’est l’éventualité qu’a évoquée Nikolai Shulginov, le ministre de l’Énergie, au cours de la Semaine russe de l’énergie qui s’est achevée récemment. Il estime que les mineurs de Bitcoin (BTC) et de cryptomonnaies en général ne devraient pas pouvoir profiter de tarifs compétitifs pour leur activité, et laisser l’électricité la moins chère aux autres consommateurs de Russie.

Selon Shulginov, les mineurs pourraient avoir une influence considérable sur le réseau électrique :

« Nous ne pouvons pas laisser les mineurs exploiter la situation et l’aggraver, au détriment des tarifs réduits proposés pour la population. Sans cela, il faudrait augmenter le volume des subventions, ce qui est inacceptable. »

Les mineurs augmenteraient la charge sur le réseau électrique, et le risque d’accident dans les centrales électriques selon un responsable du Complexe des carburants et de l’énergie. En Sibérie, dans la région de l’Oblast d’Irkoutsk, la consommation électrique aurait ainsi explosé cette année de +160 % On note que cette région est proche de la Chine, qui a justement interdit le mining de cryptomonnaies récemment.

👉 À lire à ce sujet – Edward Snowden : « Le Bitcoin (BTC) est plus fort après l’interdiction des cryptomonnaies en Chine »

Après la Chine, la Russie ?

Après la Chine, la Russie ?

La Russie envisage donc de faire grimper la facture pour les mineurs de cryptomonnaies, afin de favoriser la population plutôt que cette industrie. Cette éventuelle mesure n’arrive pas par hasard. Depuis que la Chine a fait la chasse aux mineurs cet été, ceux-ci se sont exportés dans d’autres pays, dont la Russie.

Selon les dernières données dont nous disposons, la Russie figure ainsi parmi les territoires qui ont le plus bénéficié de l’exode chinois : 11 % du hashrate mondial du Bitcoin provenait ainsi du pays en août dernier. Il s’agit désormais du troisième territoire le plus important pour le mining, après les États-Unis et le Kazakhstan :

Évolution du hashrate du Bitcoin par pays. Source : CBECI.org

👉 Pour en apprendre plus – Bitcoin (BTC) : la majorité du hashrate provient désormais des États-Unis

L’industrie du mining attire l’attention des gouvernements

L’industrie du mining attire l’attention des gouvernements

C’est en tout cas une tendance globale à laquelle on assiste en ce moment. Les gouvernements et régulateurs ont tourné leur regard vers l’industrie du mining, et les attitudes varient d’une région à l’autre. En Chine et en Russie, on aura ainsi tendance à vouloir freiner les mineurs.

Mais dans d’autres pays, on compte plutôt sur le minage. Le plus « crypto-friendly » d’entre eux, le Salvador, a ainsi commencé à miner du Bitcoin avec l’énergie des volcans du pays.

Aux États-Unis, l’attitude est moins maximaliste, mais des idées émergent : il y a quelques jours le sénateur Ted Cruz estimait que les ressources énergétiques du Texas pouvaient représenter une opportunité pour Bitcoin. On notera aussi que le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait incité en septembre les habitants du pays à miner de la cryptomonnaie.

Le secteur du mining vogue donc comme à son habitude entre une certaine convoitise et une méfiance de la part des politiques. La sévérité russe est-elle le bon choix ? L’avenir nous le dira.

👉 Retrouvez toute l’actualité du mining

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

A propos de l’auteur : Marine Debelloir

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.Tous les articles de Marine Debelloir.

NYM, un Internet libre grâce aux cryptomonnaies ? Les secrets d’un des projets les plus attendus de l’année

Nym Protocol est un projet développé par la société Nym Technologies, basée à Neuchâtel. Le mixnet de Nym vise à profondément modifier les rapports de l’internaute au Web, en lui offrant non plus une myriade de smart contracts… mais un retour aux sources et aux valeurs des fondateurs de l’Internet, en lui garantissant le respect total et indiscutable de sa vie privée. Ainsi le protocole assure protection et confidentialité des données confiées par ses utilisateurs, à la manière d’un navigateur TOR survitaminé aux cryptomonnaies.

Cet article vous est proposé dans le cadre d’une campagne de communication éducative et soutenue par NYM.

Sur les traces de vos précieuses data

Sur les traces de vos précieuses data

Vous le savez nécessairement, au quotidien, nous laissons tous – bien involontairement – une multitude de traces sur le Net : qu’il s’agisse de vos dernières commandes sur Amazon, de l’historique des vidéos que vous avez regardées la semaine dernière sur Youtube ou encore de la dernière série que vous dévorée sur Netflix (pas mal, Squid Game, pas vrai ?), difficile de ne pas saisir l’ampleur du problème auquel notre génération ultra-connectée se retrouve confrontée. Ainsi, que vous le vouliez ou non, par le simple fait de ne pas vivre reclus dans une grotte en Ardèche, vous offrez gratuitement et sans contrepartie tous les jours à des multinationales bien trop curieuses une foultitude de données vous concernant… et ces datas peuvent permettre bien malheureusement de nourrir une véritable économie de la surveillance.

Mais, vous l’aurez deviné, le but de cet article n’est pas de vous expliquer par le menu à quel point votre vie privée serait délibérément scrutée, découpée et partagée à votre insu par de méchants géants du numérique, véritables despotes numériques face auxquels vous ne pourriez rien faire. Car, non, vous n’êtes pas impuissants face à cette situation déplorable : qu’ils s’appellent Palantir, Experian ou encore Axciom, ces datas brokers qui vivent sur votre dos pensent bien avoir l’avantage… Mais c’était sans compter sur Nym. Alors, pourquoi ce protocole en particulier pourrait-il bien renverser la table, et contribuer à redonner au Web ses lettres de noblesse, entre idéaux de liberté, de décentralisation, et de vie privée préservée ? On vous explique !

Découvrez sans attendre l’équipe de choc qui veut faire de Nym l’infrastructure du Web de demain ! >>

NYM, une infrastructure blockchain dédiée au contrôle de ses données personnelles

NYM, une infrastructure blockchain dédiée au contrôle de ses données personnelles

Vous l’aurez compris : il n’est pas question de se laisser balader par les firmes qui se sont attribuées le monopole du Net… et de son monitoring permanent. Et parce que ces géants ont depuis longtemps compris qu’il suffisait de se reposer sur un bon paquet d’habitudes et d’outils sur lesquels nous nous reposons au quotidien, ils pensent avoir déjà triomphé. Mais ce n’est pas parce qu’ils s’appuient sur de petits espions qu’on connaît très bien (comme votre téléviseur connecté, votre dernier Apple ou votre mobile) et qu’on fait semblant de ne plus voir tant ils nous paraissent désormais indispensables qu’il faudrait baisser les bras et leur laisser la victoire. C’est donc bien ici qu’entre en jeu le protocole Nym : et s’il était possible d’utiliser un Internet libéré de tous ces faux-semblants, lesquels ne visent qu’à récolter à vos dépens le plus possible de données, afin de faire de plus en plus de bénéfices… sans que vous n’en tiriez rien qu’une chute lente vers une société se transformant petit à petit en triste dystopie totalitaire ?

Avec Nym, le paradigme change : voici venue l’heure du Web décentralisé, qui ne zieute pas par dessus votre épaule en permanence, et qui vous fournit un accès à l’Internet sans le contrôler, ni le censurer… et encore moins vous obliger à demander continuellement l’autorisation que l’on vous respecte, tout simplement. L’idée part d’un constat simple : pourquoi diable votre fournisseur d’accès à Internet devrait-il pouvoir s’arroger tous les droits sur vous, et avec lui toute la joyeuse ribambelle de profiteurs numériques qui se régalent de votre navigation ? Nym veut chambouler la manière dont on vous donne accès au Web : explications.

Fonctionnement du NYM Protocol

Fonctionnement du NYM Protocol

Le protocole Nym intègre deux outils cryptographiques complexes : un mixnet et un système d’authentification unique en son genre (anonymous credential) , dont nous discuterons plus en détails en suivant. C’est grâce à cet ingénieux système que Nym permet d’offrir une protection au réseau qu’il héberge : le mixnet permet de protéger les métadonnées qui y circuleront (qu’il s’agisse d’une simple navigation ou de l’utilisation d’applications spécifiques), les camouflant savamment afin de fournir une navigation bien plus respectueuse de votre vie privée que celle que vous connaissez aujourd’hui avec un simple VPN (vous laissant toujours à la merci de la société qui vous le fournit) ou même avec le fameux réseau anonymisant TOR. De son côté, l’anonymous credential autorise l’utilisation d’une forme d’identité numérique unique pour naviguer sur le Net, mais sans que les utilisateurs ne doivent en contrepartie crier par dessus les toits tout ce qui les concerne de près ou de loin.

De plus, et comme vous allez le découvrir, chaque utilisateur pourra à loisir trouver un rôle au sein du réseau, et ainsi contribuer s’il le souhaite à sa sécurisation.

Toutefois, répétons-le encore, cette décentralisation n’est naturellement pas l’objectif ultime de Nym. Le big picture consiste bien à fournir une interface privative entre le monde réel et vous, gravant dans le marbre cryptographique la confidentialité de vos données sensibles. 

Vous voulez vous impliquer dans le projet Nym ? Rendez-vous sur leur Telegram ! >>

Les apports de Nym, comparativement aux solutions classiques comme Tor ou I2P

Nous vous en parlions en début d’article : il existe certes déjà d’autres solutions pour qui veut se donner du mal et tenter d’échapper à la surveillance généralisée qui s’est emparée du monde du numérique. Pour autant, Nym possède bien plusieurs atouts de taille face à ces dinosaures bien connus : TOR, pour ne citer que lui, souffre ainsi du modèle économique propre à ses noeuds : à l’heure actuelle, opérer un noeud du réseau TOR se fait essentiellement à titre gratuit et bénévole, à la manière d’un noeud du réseau Bitcoin. Force est de constater que si ce modèle séduit tout naturellement ceux qui perçoivent directement l’intérêt d’utiliser ces deux outils, il est bien moins efficace pour inciter de parfaits débutants ou de simples utilisateurs non technophiles à se lancer. A contrario, et comme nous l’avons vu, le réseau Nym repose sur un système incitatif fort, doté d’une cryptomonnaie qui rémunère ceux qui lui permettent d’exister et de contribuer à sa manière à une véritable contre-attaque menée sur les flots tumultueux du Web mondial.

De plus, le nombre de noeuds sécurisant le réseau Tor a la fâcheuse tendance à ne pas vraiment grandir ces dernières années… pire, différentes attaques bien loin d’être restées théoriques ont été décrites et observées sur le réseau, menées par des acteurs non identifiés (dont certains Etats peu scrupuleux des droits de l’Homme) mais qui ont un but très simple : démasquer les utilisateurs du navigateur privatif le plus célèbre du monde.

Avec Nym, au revoir ces faiblesses, et bonjour le véritable Web3 !

L’authentification en toute discrétion : bienvenue aux anonymous credentials

Les développeurs de Nym ont eu une idée très pratique pour permettre la création d’un Web décentralisé et libre : faire tomber la principale barrière à l’entrée habituellement dressée face aux utilisateurs du Web 2.0, à savoir l’authentification. Et pour ce faire, ils l’ont simplement réinventée, en s’appuyant sur des protocoles robustes développés pour apporter confidentialité, randomisation et disponibilité à un réseau basé sur un mixnet et une blockchain.  Ainsi, alliant anonymisation, discrétion et résistance vitale à la censure, cette architecture (appelée Coconut) libère les potentialités d’un nouvel Internet où la confidentialité des utilisateurs est reine.

En résumé, pour permettre permettre aux utilisateurs d’interagir avec le protocole Nym, NYM propose l’équivalent d’une carte d’identité numérique anonymisante : pour interagir avec le réseau Nym, chaque utilisateur utilisera un profil pseudonymique, permettant de s’identifier et de payer pour une bande passante donnée, et aussi de se connecter à d’autres profils sous pseudos (en l’espèce, et comme nous le verrons en suivant, aux différents acteurs du réseau qui constitueront son infrastructure). De cette façon, grâce au mixnet protecteur que nous allons voir tout de suite, il sera impossible de faire le lien entre un utilisateur de Nym et son usage réel de la bande passante en question, lui permettant de naviguer l’esprit tranquille.

Cet élément central autorise ainsi l’équipe de Nym à développer de nouvelles fonctionnalités qui ouvriront, à n’en pas douter, un nouvel horizon aux internautes soucieux de leur privacy trop souvent vilipendée.

Le principe du mixnet : Internet, au nez et à la barbe des petits curieux

A l’aide de cette authentification renforcée et d’un nouveau genre, il devient alors possible pour Nym de s’appuyer sur un nouveau modèle de réseau : le mixnet. A l’aide des anonymous credentials, un utilisateur peut prouver son droit d’utiliser le réseau Nym et consommer de la bande passante, sans rien dévoiler le concernant, et en maintenant totalement dissociées sa navigation et son identité réelle.

Une fois connecté, c’est la structure-même du mixnet de Nym qui lui assurera tranquillité et discrétion : Nym repose sur un modèle particulier de routage source (source routing), où les paquets de données échangés avec le réseau se retrouvent mixés au sein du réseau public Nym et de ses noeuds distribués.

Les paquets sont chiffrés à l’aide du format Sphinx, offrant une résilience et une sécurité à toute épreuve : ces paquets sont donc encapsulés et échangés anonymement sur le réseau, protégeant jalousement le trafic des utilisateurs de Nym.

Ce semblant de mixage de données vise la même finalité qu’un mixage de bitcoins, que vous connaissez mieux : il s’agit de perdre tout œil indiscret qui tenterait de suivre et d’intercepter ce trafic public.

Un autre avantage du mixnet est sa capacité à scaler facilement et avec relativement peu de limites : il s’agira alors simplement d’augmenter le nombre de mixnodes qui contribueront à le sécuriser.

L’utilisation d’un nouveau mécanisme de consensus : le Proof of Mixing

Pour fonctionner et rémunérer les opérateurs de noeuds, Nym utilise naturellement sa propre cryptomonnaie – le NYM, bien que cette dernière ne soit pas à proprement parler à considérer comme telle. En effet, le jeton NYM n’aura pas pour but premier de servir de moyen d’échange ou de transfert de valeur particulièrement rapide ou novateur, mais bel et bien d’autoriser un échange libre et non censurable de valeur afin de faire survivre le réseau NYM même dans les pires conditions. C’est pourquoi son utilité première se limitera bien à son échange sur le réseau NYM, et à sa conversion ensuite en dehors du réseau sur les principales plateformes de change de la cryptosphère afin de lui donner toute sa puissance économique. En effet, la blockchain Nym se veut aussi interopérable avec les autres principales blockchains (Bitcoin ou Zcash, par exemple), et ne veut donc pas se limiter à sa propre cryptomonnaie native.

Le NYM est donc le moteur de la révolution portée par le réseau éponyme : il faudra en détenir pour pouvoir prouver son droit à l’utiliser, et les participants au réseau en gagneront au fil de leur participation à sa sécurisation.

Les opérateurs du réseau seront invités à staker tout ou partie de leurs NYM, et les autres participants pourront également leur déléguer leur propre cagnotte de NYM. Ce mécanisme sera le simple miroir de la confiance que les utilisateurs du réseau accordent à leurs opérateurs, et un certain nombre de mécanismes sont prévus pour s’assurer de la sincérité et de la bonne conduite de ces acteurs vitaux pour le protocole.

L’équipe de Nym s’est donné bien du mal pour créer et proposer ce qu’il convient bien d’appeler une petite révolution dans l’univers de la navigation web et des cryptomonnaies, grâce à la combinaison de mécanismes d’authentification et de chiffrage particulièrement novateurs, mais aussi du fait de son modèle économique diablement incitatif. Pour qui veut bien entrevoir les perspectives offertes par cette nouvelle mouture du Web, Nym ouvre la voie aux développeurs les plus affutés pour contribuer à la création d’un futur respectueux de la confidentialité et de la vie privée des internautes.

Vous voilà désormais un peu mieux sensibilité à l’importance de sécuriser votre vie intimité – fut-elle virtuelle – et à la manière dont Nym peux vous assister dans cette quête. Pour appréhender encore un peu mieux le projet, et pourquoi pas y participer, rendez-vous sur le Telegram de Nym !

Bitcoin Vs. JPMorgan : Un pari à $10 Millions sur les cryptomonnaies

Cet article a été rédigé exclusivement pour Investing.com.

Observer le cours du peut donner le vertige. En 2021, la crypto-monnaie a atteint un niveau record de 65 520 dollars le 14 avril, lorsque Coinbase Global (NASDAQ:), la bourse de crypto-monnaies, est devenue publique sur le NASDAQ.

Le bitcoin a eu l’habitude d’atteindre de nouveaux sommets à des occasions qui élèvent sa stature en tant qu’actif grand public. Le premier mouvement parabolique a eu lieu fin 2017, lorsque le CME a listé pour la première fois des contrats à terme sur le bitcoin. La cotation de COIN a été un autre événement majeur dans la courte histoire du bitcoin.

Presque tout le monde a une opinion sur le bitcoin et les crypto-monnaies. Elon Musk, le fondateur et PDG de Tesla (NASDAQ:) et SpaceX, a adopté la classe d’actifs. Ses tweets ont provoqué des achats et des ventes dans les cryptomonnaies qu’il suit. Et ses entreprises ont acheté des cryptomonnaies au cours de l’année dernière.

Jack Dorsey, le fondateur de Square (NYSE:) et de Twitter (NYSE:), les sociétés de paiement et de médias sociaux, a déclaré que le bitcoin finirait par « unir le monde ».

D’autre part, Warren Buffett, le PDG de Berkshire Hathaway Inc Class A (NYSE:), souvent appelé « l’Oracle d’Omaha » et considéré comme le plus grand investisseur de valeur de notre époque, a qualifié le bitcoin de « mort-aux-rats financière au carré ». Son associé, Charlie Munger, a déclaré que le bitcoin était « dégoûtant » et « contraire aux intérêts de la civilisation ».

Jamie Dimon, le PDG de la première banque américaine, JP Morgan Chase (NYSE:JPM), n’est pas non plus un fan des cryptos. La semaine dernière, un ancien cadre de la Chase, aujourd’hui entrepreneur en crypto-monnaies, a proposé un pari opposant les actions JP Morgan et le bitcoin, avec 10 millions de dollars à la clé.

Jamie Dimon pense toujours que le bitcoin n’a pas de valeur

Jamie Dimon pense toujours que le bitcoin n'a pas de valeur

Il y a quelques années à peine, en décembre 2019, Jamie Dimon a qualifié le bitcoin de « fraude ». Il a déclaré :

« C’est pire que les bulbes de tulipes. Ça ne se terminera pas bien. Quelqu’un va se faire tuer. Ce n’est tout simplement pas une chose réelle, elle finira par être fermée. »

Dans le même temps, les contrats à terme sur le bitcoin se sont échangés dans une fourchette allant de 6 420 à 7 965 dollars par jeton.

Le graphique ci-dessus montre qu’à 63 180 dollars, la principale crypto-monnaie était près de huit fois plus élevée le 15 octobre 2021.

La semaine dernière, Dimon est revenu sur son point de vue, en déclarant :

« Je pense personnellement que le bitcoin ne vaut rien, mais je ne veux pas être un porte-parole. Je m’en fiche, cela ne fait aucune différence pour moi. Je ne pense pas que les gens devraient fumer des cigarettes. Nos clients sont des adultes, ils ne sont pas d’accord. C’est ce qui fait les marchés. S’ils veulent avoir accès à l’achat et à la vente de bitcoins… nous pouvons leur donner un accès légitime et propre. »

Un opposant parmi d’autres ; beaucoup de messages d’avertissement

Un opposant parmi d'autres ; beaucoup de messages d'avertissement

L’Oracle (NYSE:) d’Omaha et son acolyte Charlie Munger n’ont pas faibli dans leur dégoût pour les crypto-monnaies. L’avertissement le plus récent est venu du gestionnaire de fonds spéculatifs Ray Dalio, qui a prévenu que si le bitcoin connaît un réel succès, les régulateurs le « tueront ».

Le milliardaire et fondateur du plus grand fonds spéculatif du monde, Bridgewater Associates, était assez catégorique lorsqu’il a déclaré :

« Je pense qu’au bout du compte, si le succès est au rendez-vous, ils le tueront et ils essaieront de le tuer. Et je pense qu’ils le tueront parce qu’ils ont les moyens de le faire ».

Les régulateurs s’intéressent de plus près à la réglementation des crypto-monnaies, mais ont envoyé des messages contradictoires. Début octobre, le président de la SEC, Gary Gensler, a déclaré au Congrès qu’il souhaitait que les plateformes de crypto-monnaies s’enregistrent auprès de la SEC pour « protéger le public ».

Il a également fait part de son soutien à un produit ETF sur le bitcoin basé sur des contrats à terme. L’ETF basé sur des contrats à terme, qui s’appellera ProShares Bitcoin Strategy Fund et qui devrait être négocié sous le ticker BITO, devrait commencer à se négocier cette semaine.

Cependant, le chef de l’autorité de réglementation américaine n’a pas été cohérent. Tout en affirmant que les États-Unis n’interdiront pas les crypto-monnaies comme la Chine, il a fait remarquer que les crypto-monnaies lui rappelaient les banques sauvages aux États-Unis entre 1837 et 1863 et qu’il ne voyait pas les crypto-monnaies durer longtemps.

Jack Dorsey, Elon Musk et bien d’autres ne sont pas d’accord.

Le président de CoinShares lance un défi

Le président de CoinShares lance un défi

Daniel Masters a été un trader pétrolier prospère chez JP Morgan et Phibro Energy. Il a dirigé un fonds spéculatif, Global Advisors, avant d’être mordu par le virus de la cryptographie. J’ai travaillé avec Danny chez Phibro et pendant une brève période avant le 11 septembre chez Global Advisors. J’ai beaucoup de respect pour lui et pour sa transformation visionnaire dans l’arène des crypto-monnaies.

Danny est le président exécutif de CoinShares, un pionnier de l’investissement dans les actifs numériques. Danny a travaillé sous la direction de Jamie Dimon lorsqu’il dirigeait l’activité de négoce de de JP Morgan.

La semaine dernière, le 11 octobre, Danny a répondu aux derniers commentaires de M. Dimon par un message sur LinkedIn :

Le défi de Danny me rappelle le moment où le négociant en obligations John Meriwether et le chef de Salomon Brothers, John Gutfreund, son patron, ont tenté de se livrer à une main de poker menteur d’un million de dollars au cours des années 1980.

Les contrats à terme sur le bitcoin étant à 57 885 dollars et les actions de JPM à 166,64 dollars le 11 octobre, Danny a proposé un pari de 10 millions de dollars selon lequel le bitcoin surpasserait les actions de JPM à la fermeture des bureaux le 11 octobre 2022. Michael Lewis a décrit le pari proposé dans les années 1980 dans son livre « Liar’s Poker », l’appelant :

« Une main, un million, pas de larmes. »

Depuis que Danny a jeté le gant la semaine dernière, j’ai vérifié, mais jusqu’à présent, M. Dimon n’a pas répondu. Pourtant, depuis le 11 octobre, le bitcoin a progressé de 9,15 % au 15 octobre. Alors que l’action de JPM était au niveau de 166,61 $ le 15 octobre, le titre était légèrement plus bas.

L’action du prix dit tout

L'action du prix dit tout

Les opinions sont comme, eh bien, vous savez… tout le monde en a une. Néanmoins, les marchés règlent tous les différends ; ils sont le juge ultime de la juste valeur. Le prix d’un actif est toujours le prix correct, car il correspond au niveau que les acheteurs sont prêts à payer et que les vendeurs sont prêts à vendre dans un environnement transparent, le marché.

Les tendances des marchés reflètent le sentiment, qui est la principale force déterminant si un prix évolue à la hausse ou à la baisse. Le bitcoin et de nombreuses autres crypto-monnaies peuvent avoir de nombreux opposants, mais il est difficile de contester la tendance des prix au cours des onze dernières années.

L’évolution du cours n’a pas besoin d’explication : le bitcoin est un taureau.

En 2004, le livre de James Surowiecki, The Wisdom of Crowds (La sagesse des foules), affirmait que la majorité est plus intelligente que la minorité et soulignait comment la sagesse collective façonne les entreprises, les économies, les sociétés et les nations. L’ascension du bitcoin est l’incarnation du travail de Surowiecki.

De nombreux « experts » peuvent détester le bitcoin et les 12 800 cryptomonnaies, mais pas la foule.

Protéger le statu quo, supplier les régulateurs d’agir

Protéger le statu quo, supplier les régulateurs d'agir

L’argent est un sujet émotionnel pour la plupart des gens. Pour les gouvernements, il est la racine du contrôle.

La masse monétaire est un outil essentiel pour maintenir le pouvoir. La Chine a interdit les crypto-monnaies parce que c’est un gouvernement autocratique. Aux États-Unis et en Europe, ce n’est pas si facile car la base de la démocratie est que les individus ont le pouvoir de choisir les fonctionnaires qui déterminent la politique.

Les fonctionnaires du Trésor, les banquiers centraux et les dirigeants élus des États-Unis sont confrontés à un dilemme. Le statu quo leur permet de contrôler la masse monétaire. Les crypto-monnaies remettent en question ce contrôle, en rendant le pouvoir de l’argent à la sagesse collective des individus.

Janet Yellen, secrétaire d’État au Trésor américain, et Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne, ont exprimé leurs inquiétudes quant aux utilisations néfastes des cryptomonnaies dans les ransomwares et autres activités illégales. Cependant, la préoccupation sous-jacente est leur contrôle de la masse monétaire et le pouvoir qui en résulte.

Les commentaires les plus récents en faveur du statu quo proviennent de Threadneedle Street, le siège de la Banque d’Angleterre. Jon Cunliffe, responsable adjoint de la stabilité financière de la banque centrale britannique, a déclaré à propos des crypto-monnaies qu’elles « constituent une menace en croissance rapide pour l’économie mondiale. » Il a également déclaré :

« Les régulateurs internationaux et dans de nombreuses juridictions ont commencé le travail. Il faut le poursuivre de toute urgence. »

M. Cunliffe s’inquiète du fait qu' »un effondrement massif des prix des crypto-actifs, similaire à ce que nous avons vu dans les valeurs technologiques et les subprimes, est certainement un scénario plausible. » Il ajoute :

« La majeure partie de ces actifs n’ont pas de valeur intrinsèque et sont vulnérables à des corrections de prix majeures. »

Quand les responsables gouvernementaux vont-ils dire la vérité et exprimer leurs craintes sous-jacentes que les cryptos suppriment l’un des outils de gouvernement les plus puissants, le contrôle de la masse monétaire ?

Je parierais que Jamie Dimon ignore le pari proposé par Danny Master. La tendance est toujours votre amie, et Jamie Dimon est suffisamment intelligent pour savoir que parier contre le bitcoin va à l’encontre de la sagesse de la foule.

Ethereum, Polkadot, Avalanche… Voici 5 blockchains parmi les plus prometteuses

Les cryptomonnaies connaissent un boom sans précédent depuis le début de l’année. Chacune d’elle repose sur une blockchain, une technologie décentralisée de stockage et de transmission d’informations, sur laquelle peut notamment s’effectuer des transactions. Certaines blockchains sont plus ou moins évoluées. Un nombre limité d’entre elles sert de support pour réaliser des applications, notamment de finance décentralisée, à travers principalement de « contrats intelligents » (« smart contracts » en anglais).

On parle alors de blockchains d’infrastructure, selon Julien Moretto, analyste chez le courtier en cryptomonnaies Coinhouse. Nous en avons retenues cinq parmi elles qui apparaissent particulièrement prometteuses, au regard de ce qu’elle propose sur le plan technologique, du nombre de développeurs qui s’activent autour d’elles pour mettre au point de nouvelles fonctionnalités et de l’évolution du cours des cryptomonnaies qui leur sont associées depuis un an.

À lire aussi — Minage, blockchain… mieux comprendre le bitcoin et l’univers crypto à travers 11 termes techniques

Bien qu’elle soit la première blockchain créée au monde, Bitcoin ne permet guère de développer d’applications et ne fait pas partie de notre sélection, contrairement à Ethereum, dont la cryptomonnaie l’ether est la deuxième en matière de capitalisation boursière. Solana (Sol), Cardano (Ada), Avalanche (Avax) et Polkadot (Dot) proposent également des infrastructures technologiques plus ou moins abouties, dont certaines peuvent apparaître comme de potentiels concurrentes d’Ethereum.

Ethereum écrase toujours la concurrence

Ethereum écrase toujours la concurrence

Fondée en juillet 2015, Ethereum est aujourd’hui la blockchain la plus utilisée pour développer tout un tas de projets, d’applications de finance décentralisée ou de jetons non-fongibles (NFT). Déjà fonctionnelle, elle héberge par exemple le projet Sorare, qui a fait l’objet d’une levée de fonds record pour la tech française de 580 millions d’euros, et permet de collectionner des cartes à l’effigie de joueurs de football.

La problème d’Ethereum est que son réseau commence aujourd’hui à saturer, les transactions et l’interaction avec les « smart contracts » deviennent plus coûteuses et lentes. Ces contrats intelligents sont des protocoles informatiques permettant l’exécution automatique d’un contrat dont les termes et les conditions sont inscrits dans la blockchain, réputée infalsifiable.

À lire aussi — Comment les mises à jour d’Ethereum pourraient propulser l’ether encore plus haut

Pour remédier à cette situation, une grande mise à jour doit intervenir sur le réseau Ethereum au cours des prochains mois, pour donner naissance à Ethereum 2.0. La blockchain passera ainsi de la preuve de travail à la preuve d’enjeu.

Le système de la preuve de travail est très consommateur en électricité, dans la mesure où il engage l’ensemble des machines du réseau qui cherchent toutes au même moment à résoudre des équations mathématiques très complexes pour miner de nouveaux blocs sur la blockchain. Ce processus de minage permet de sécuriser le réseau et de valider les transactions et opérations effectuées dessus.

La preuve d’enjeu doit de son côté permettre de réduire la consommation d’énergie et de fluidifier le réseau. Les mineurs mettent en jeu leurs jetons de cryptomonnaies pour obtenir le droit de valider des transactions avec leurs machines — des processeurs de type Asic — en échange de quoi ils perçoivent des commissions. Ce système évite de faire travailler en même temps toutes les machines du réseau. Si un mineur tentait de s’accaparer les fonds, il perdrait la totalité de ses jetons mis en jeu. De quoi dissuader toute tentative malveillante.

Valeur d’Ethereum : un ether vaut 3 263 euros, à 16h mardi 19 octobre 2021, soit un cours en hausse de 913% sur un an, selon la plateforme CoinGecko. La capitalisation de la cryptomonnaie atteint 384,83 milliards d’euros.

Cardano peine à se montrer pleinement opérationnelle

Cardano peine à se montrer pleinement opérationnelle

La blockchain Cardano, lancée en septembre 2017 par Charles Hoskinson, soit deux ans après Ethereum qu’il a co-créée, présente la particularité de fonctionner sous la forme de deux couches. Elle s’apparente à un mélange entre Bitcoin et Ethereum. Une couche est réservée aux règlements et permet d’enregistrer les transactions, avec un nombre de jetons Ada émis limités, comme pour le bitcoin dont la quantité en circulation est programmée à 21 millions, ni plus ni moins. Et une deuxième couche dédiée aux calculs doit contenir les « contrats intelligents ».

Une récente mise à jour, au mois de septembre, devait rendre cette seconde couche véritablement opérationnelle pour accueillir des smart contracts. « Le but était de faire passer un cap à cette blockchain et de commencer à développer pas mal d’applications dessus. Mais il y a toujours un souci sur la possibilité d’interagir à plusieurs au sein d’un smart contract », précise Julien Moretto. Les contrats intelligents restent donc encore très rares sur Cardano, qui peine à faire ses preuves, sans que cela n’affecte vraiment le cours de sa cryptomonnaie Ada.

Cette blockchain présente en revanche l’avantage de fonctionner déjà avec une preuve d’enjeu, ce qui limite sa consommation en électricité comparé à Ethereum et Bitcoin.

Valeur de Cardano : un jeton Ada vaut 1,82 euro, soit un cours en hausse de 1 885% sur un an. La capitalisation de la cryptomonnaie atteint 58 ,33 milliards d’euros au total.

Avalanche veut devenir « l’internet de la finance »

Avalanche veut devenir "l'internet de la finance"

Avalanche est issue de la société Ava Labs, cofondée en 2019 par Emin Gün Sirer, un informaticien professeur à l’université de Cornell, dans l’Etat de New York, ainsi que les chercheurs Kevin Sekniqi et Maofan « Ted » Yin, spécialisés dans les systèmes distribués et la cryptographie. « Cette blockchain est plus jeune, il y a donc moins de certitudes la concernant », relève Julien Moretto. Son principal atout est sa rapidité, comparé notamment à Ethereum. Elle permet de traiter des transactions en moins d’une seconde.

Avalanche ambitionne de construire « l’internet de la finance ». Un vaste programme que son architecture complexe et souple à la fois doit rendre possible. « Cette blockchain permet de mettre au point des applications sans que son fonctionnement soit trop compliqué en matière de code, ce qui permet d’attirer les développeurs », souligne l’analyste. Elle héberge déjà des contrats intelligents et veut faciliter l’essor de la finance décentralisée, avec des produits de rendement opérationnels.

Son architecture comprend différents sous-réseaux distincts, avec comme Cardano un mécanisme de preuve d’enjeu pour valider les transactions, auquel s’ajoute un « protocole de consensus » baptisé « Snow », renforçant sa sécurité.

Valeur d’Avalanche : un jeton Avax vaut 48,75 euros, soit un cours en hausse de 1 284% sur un an. La capitalisation de la cryptomonnaie atteint 10, 75 milliards d’euros au total.

À lire aussi — Un millionnaire de 24 ans explique pourquoi il faut investir dans la crypto Avalanche

Solana se distingue par sa rapidité

Solana se distingue par sa rapidité

Officiellement lancée en 2020 après trois ans de développement, par des anciens de l’équipementier télécom américain Qualcomm, Solana fonctionne aussi avec la preuve d’enjeu. La blockchain, qui a levé 314 millions de dollars (269,6 millions d’euros) en juin, vante notamment sa rapidité. « Elle revendique 50 000 transactions par seconde, quand le réseau Ethereum ne peut en assurer que 15 par seconde aujourd’hui et Bitcoin seulement 7 », détaille Julien Moretto. Une efficacité qui serait même supérieure aux réseaux Visa et Mastercard et qui en ferait la blockchain la plus rapide au monde.

« Il faudra toutefois voir ce que donnera le réseau Solana quand beaucoup plus de monde l’utilisera », pointe l’analyste de Coinhouse. Solana dispose en plus d’un système innovant de proof of history (preuve d’historique), qui permet d’établir un ordre clair et vérifiable pour les transactions au sein de la blockchain, ce qui accroîtrait fortement ses performances et son débit.

Solana se montre déjà fonctionnelle pour des applications de finance décentralisée et les jetons non-fongibles (NFT). Le site Solonart répertorie par exemple les NFT qui peuvent s’échanger sur cette blockchain. De plus, elle bénéficie du soutien de Sam Bankman-Fried, le fondateur de la plateforme d’échange de crytpomonnaies FTX. Très populaire au sein de l’écosystème crypto et sur les réseaux sociaux, il a choisi la blockchain pour son projet « Serum » d’échanges décentralisés.

Valeur de Solana : un Sol vaut 133,61 euros, soit un cours en hausse de 7 011% sur un an. La capitalisation de la cryptomonnaie atteint 40,27 milliards d’euros au total.

À lire aussi — Solana et Cardano, ces deux cryptomonnaies qui pourraient faire de l’ombre à Ethereum

Polkadot, la blockchain des blockchains

Polkadot, la blockchain des blockchains

Polkadot est un projet de méta-blockchain, avec pour objectif de construire une blockchain permettant de créer des connexions et interactions entre les diverses blockchains déjà existantes, sans devoir faire appel à un intermédiaire. Pour passer du Sol à l’ether par exemple, il n’y aura pas besoin de recourir à une plateforme d’échanges de cryptomonnaies comme Binance ou Coinbase.

« Cela fonctionnera toujours selon le principe d’une blockchain avec un contrat intelligent, le code qui fera la loi, et le tout restera décentralisé », explique Julien Moretto. Lancé à l’automne 2017 par Gavin Wood, co-fondateur d’Ethereum, ce projet est notamment porté par la Web3 Foundation, qui cherche à promouvoir les protocoles pour les logiciels décentralisés. Polkadot est encore en phase de pré-développement et doit faire ses preuves.

« Des ‘parachains’ doivent sortir en novembre sur Polkadot, comme de nouvelles blockchains qui vont graviter autour de cette infrastructure, pour tester si tout fonctionne bien. Ce doit être une première pierre avant l’ancrage de blockchains plus importantes », précise l’analyste. Parmi les principaux concurrents de Polkadot, on peut notamment citer la blockchain Cosmos.

Valeur de Polkadot : un Dot vaut 34,66 euros, soit un cours en hausse de 893% sur un an, à 16h mardi 19 octobre 2021, toujours selon la plateforme CoinGecko. La capitalisation de la cryptomonnaie atteint 36 ,18 milliards d’euros au total.

À lire aussi — Le minage de bitcoin serait tombé à zéro en Chine pour s’exporter notamment aux Etats-Unis

Recevez nos dernières news

Chaque jour, l’essentiel de l’actualité Business Insider

Recevez nos dernières news

Pourquoi les cryptomonnaies sont dans le viseur des États-Unis

C’est une alerte sérieuse qu’a voulu donner le département du Trésor américain, l’instance chargée des questions économiques et financières de l’Oncle Sam. Dans un communiqué, le ministère a expliqué que les cryptomonnaies pouvaient potentiellement remettre en question l’efficacité du système des sanctions qui vise à empêcher des personnes ou des entités étrangères de menacer les intérêts américains ou de bafouer les droits de l’homme dans leur pays.

Le bitcoin est « extrêmement inefficace » selon la secrétaire américaine au Trésor

Le bitcoin est « extrêmement inefficace » selon la secrétaire américaine au Trésor

Repris par nos confrères du journal Capital, le Trésor explique ainsi :

Si les sanctions restent un outil politique essentiel et efficace, elles sont également confrontées à de nouveaux défis, notamment les risques croissants liés aux nouveaux systèmes de paiement, l’utilisation croissante des actifs numériques et les cybercriminels. Les innovations technologiques telles que les monnaies numériques, les plateformes de paiement alternatives et les nouvelles façons de cacher les transactions transfrontalières réduisent toutes potentiellement l’efficacité des sanctions américaines.

L’instance ajoute : « Ces technologies offrent aux acteurs malveillants des opportunités de détenir et de transférer des fonds en dehors du système financier traditionnel basé sur le dollar ». Dès lors et en l’absence de contrôle, le Trésor craint que les cryptomonnaies ne nuisent à l’efficacité des sanctions. L’idée est donc de « travailler avec des partenaires et des alliés pour moderniser et renforcer cet outil essentiel ».

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que ce ministère monte au créneau pour dénoncer les potentiels dangers des cryptomonnaies. En février dernier, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a estimé que le bitcoin est « extrêmement inefficace » pour mener des transactions et qu’il est régulièrement utilisé « pour la finance illicite ».

Elle précisait alors que « la quantité d’énergie consommée pour traiter ces transactions est stupéfiante. C’est un actif hautement spéculatif (…) Je m’inquiète des pertes potentielles que les investisseurs pourraient subir ».

Bitcoin : le verrou du fonds indiciel indexé sur la cryptomonnaie va sauter aux Etats-Unis

Malgré l’interdiction de la Chine d’échanger ou de produire les jetons du bitcoin – alors que l’Empire du Milieu comptait pas moins des deux-tiers de sa fabrication en 2019 – la doyenne des cryptomonnaies résiste. Elle fait même mieux que cela. Le bitcoin flirte lundi 18 octobre avec son record atteint en avril 2021, en pleine crise sanitaire et de confiance vis-à-vis des marchés traditionnels secoués par les effets du Covid. Six mois plus tard, proche des 64.800 dollars (à plus de 62.000 dollars lundi), le cours de l’actif numérique est dopé par le lancement du premier fonds indiciel (ETF) adossé à des contrats à terme sur le bitcoin, et adoubé par la SEC (Security and Exchange Commission), selon les informations de l’agence Bloomberg.

Alors que le bitcoin, qui s’échange de manière décentralisée grâce à la blockchain via des plateformes en ligne, n’est pour l’instant régi pas aucune règles de la finance traditionnelle, l’approbation de la SEC est donc une validation notoire de l’actif aux yeux des investisseurs, notamment institutionnels. D’autant que depuis 2013, la SEC a toujours refusé les multiples dossiers de création de ces fonds cotés en Bourse qui répliquent le cours de cet actif créé au lendemain de la crise financière de 2008. En 2017, la Bourse de Chicago (CBOE et le CME Chicago Mercantile Exchange) s’était aussi ouverte à la cotation de contrats à terme sur le bitcoin – avant de finalement reculer deux ans plus tard.

Dirigée par Gary Gensler, un fin connaisseur des cryptomonnaies qui temporise face à des élus prônant plus de régulation, la SEC a ainsi publié vendredi le prospectus d’enregistrement du fonds « ProSharesBitcoin Strategy ETF ». Sauf objection de dernière minute, la cotation de ce nouveau fonds pourrait débuter mardi.

Ses produits indiciels négociés en Bourse visent à refléter la performance d’un indice directement lié au prix du bitcoin, ou de l’autre cryptomonnaie leader l’ethereum.

Aussi, les règles en vigueur aux Etats-Unis en matière d’ETF n’obligent pas la SEC à donner un feu vert formel à un nouveau fonds, tout lancement devenant possible en l’absence d’objection du gendarme de Wall Street dans un délai de 75 jours.

En pleine inflation, le marché américain est porteur

En pleine inflation, le marché américain est porteur

Surtout, aux Etats-Unis, les investisseurs voient un marché porteur. D’abord, la possession de bitcoin, chez les détenteurs de cryptomonnaies, y est particulièrement bien représentée. La première des cryptomonnaies, dont la valorisation a atteint jusqu’à 1 trillion de dollars, est détenue par 81% parmi les aficionados de cryptomonnaies, selon un sondage réalisé en mars 2021 par TradingPlatforms.com.

En plus de cette notoriété grandissante, la Chine a ouvert un boulevard aux Etats-Unis en intensifiant sa lutte aussi bien contre les transactions en bitcoins que contre leur fabrication dans des fermes numériques grâce à la résolution d’équations complexes par des milliers d’ordinateurs (le minage).

« Quand vous vous apprêtez à investir à long terme dans un pays et à y accumuler des richesses, vous voulez être certain que tout ne sera pas volé par l’Etat », explique David Yermack, expert en cryptomonnaies à l’université de New York cité par l’AFP.

Ensuite, et à contrario, la confiance dans l’économie réelle se fragilise. L’inflation aux Etats-Unis s’est établie à 5,4% sur un an en septembre, les prix augmentant de 0,4% sur un mois, un peu plus que ce que les analystes anticipaient (+0,3%).

Dès lors, pour éviter les déséquilibres monétaires, la Banque centrale a publié le compte-rendu (les « minutes ») de sa dernière réunion, qui montre qu’elle est prête à diminuer ses achats d’actifs à la mi-novembre ou mi-décembre.

Dans ce contexte, le cours du bitcoin s’est ainsi envolé de 40% sur un mois.

Les fonds indiciels en Europe

Les fonds indiciels en Europe

L’Europe a aussi commencé à voir apparaître ces nouveaux fonds. Les quatre premiers émetteurs de ces fonds cryptos indiciels sur Euronext sont ainsi ETC Group, VanEck, 21Shares et WisdomTree. Ces actifs s’appuie sur des ETF (Exchange Traded Funds), ou fonds indiciels, qui dupliquent de façon passive un indice, et des ETN (Exchange traded note), un titre de dette qui réplique la performance d’un indice sous-jacent.

De même, l’été dernier, l’Autorité française des marchés financiers (AMF) approuvait en août un fonds indiciel ETF lié au bitcoin lancé par le gestionnaire Melanion Capital.

Suivez La Tribune
Partageons les informations économiques, recevez nos newsletters

La Société Générale s’intéresse au stockage de cryptomonnaies

Cryptomonnaies

19 Oct 2021 – 14:58

Le rapprochement entre l’économie traditionnelle et le secteur des cryptomonnaies n’est plus à démontrer. Et ce qui devait arriver est en train de se produire en cette année charnière de bullrun du Bitcoin. Car la présumée « arnaque » dont étaient accusées ces monnaies numériques est devenue plus rentable et solide que celle (présumée ?) des banques officielles. Et ces dernières sont en train de jouer des coudes pour tenter de se positionner sur un marché qu’elles ne voulaient même pas toucher avec un bâton il y a encore quelques mois. Une accélération qui semble s’être emparée des cadres de la Société Générale (SocGen) qui s’agite dans tous les sens pour ne pas risquer de rater ce train en marche.

Il semble qu’un vent d’innovation ait tout bouleversé dans les bureaux de la Société Générale. Cette banque française qui représente à elle seule le retard national de ce secteur dans le domaine des cryptomonnaies. Mais dont les récentes décisions laissent penser qu’un tournant est en train de s’opérer sur ce sujet délicat. Un retournement qui fait sourire en même temps qu’il agace. Car l’arrivée de ces acteurs de la finance traditionnelle pourrait bien tout changer à terme. Mais cette collision était néanmoins inévitable.

Nul doute que la récente approbation d’un ETF sur le Bitcoin par la Securities and Exchange Commission est un tournant historique. De ceux qui vont faire pencher la balance dans le sens d’un déversement de fonds institutionnels dans le secteur des cryptomonnaies. Tout cela avec une DeFi qui attise les convoitises d’investisseurs avides de profiter de ses rendements records. Et des banques dont les clients exigent de plus en plus une exposition aux cryptomonnaies qui leur était jusque là refusée. Un manque que la Société Générale a visiblement décidé de combler.

La Société Générale s’intéresse au stockage de cryptomonnaies

La Société Générale s’intéresse au stockage de cryptomonnaies

Une stratégie qui n’est pour le moment alimenté que par des bruits de couloirs. Mais qui semble indiquer que la Société Générale est en train de chercher à se positionner dans le secteur du stockage de cryptomonnaies. Cela en réalisant l’acquisition d’une entreprise déjà active dans le domaine. Ou si cela n’est pas possible, sous la forme d’une participation significative dans l’une d’entre elles. Une opération qui a visiblement déjà pris la forme d’une demande de proposition (RFP) officielle. Cela afin de faire connaître ses ambitions auprès d’acteurs capables d’assurer la garde de clés privées, mais également de fournir des services de trading.

Et selon l’une des sources de cette actualité, la Société Générale aurait des vues plus précises sur deux entreprises suisses en particulier. La première répondant au nom de Metaco et déjà associée à la banque BBVA dans le cadre de la mise en place de son service de stockage de cryptomonnaies. Et la seconde du nom de Taurus qui a également assisté d’autres structures bancaires dans ce type de projets. Mais bien évidemment, personne n’est là pour confirmer ou infirmer quoi que ce soit sur le sujet.

Une recherche qui pourrait s’avérer difficile. En particulier depuis que le géant Paypal a acquis la structure Curv, leader dans ce type de services. Une opération qui a eu pour conséquence immédiate de la rendre indisponible sur un marché en manque d’options disponibles. Et qui a même obligé ses anciens clients à trouver en urgence d’autres alternatives dans un secteur encore en grande partie à construire.

Hugh B.

Passionné par l’univers des cryptomonnaies. J’attache une grande importance à la vulgarisation pour rendre les choses compréhensibles et accessibles à tous.
Mes articles ne sont pas des conseils financiers. DYOR !

Condensé de L’actu Crypto

Condensé de L'actu Crypto

Recevez le top 3 de l’actualité crypto chaque dimanche

Les cryptomonnaies affaiblissent les sanctions économiques de Washington, selon le Trésor

Washington juge nécessaire de moderniser son système de sanctions économiques et financières, dont l’efficacité est affaiblie notamment par le développement des cryptomonnaies, a indiqué lundi le Trésor américain, à l’issue du passage en revue de ces mesures par l’administration Biden. «Si les sanctions restent un outil politique essentiel et efficace, elles sont également confrontées à de nouveaux défis, notamment les risques croissants liés aux nouveaux systèmes de paiement, l’utilisation croissante des actifs numériques et les cybercriminels», dit le Trésor dans un communiqué.

À lire aussiLa pression monte autour des plateformes cryptos

Les sanctions prises par le Trésor visent à empêcher des personnes ou entités étrangères, accusées par exemple de menacer la sécurité américaine ou d’entraver les droits humains dans leur propre pays, d’avoir accès au système bancaire et financier américain. Mais «les innovations technologiques telles que les monnaies numériques, les plateformes de paiement alternatives et les nouvelles façons de cacher les transactions transfrontalières réduisent toutes potentiellement l’efficacité des sanctions américaines», détaille dans son rapport le Trésor, équivalent du ministère de l’Économie et des Finances.

«Ces technologies offrent aux acteurs malveillants des opportunités de détenir et de transférer des fonds en dehors du système financier traditionnel basé sur le dollar», est-il encore précisé. «Nous sommes conscients du risque que ces actifs numériques et systèmes de paiement puissent nuire à l’efficacité de nos sanctions s’ils ne sont pas contrôlés», ajoute le Trésor.

Le secrétaire adjoint au Trésor Wally Adeyemo doit être entendu par la commission bancaire du Sénat sur ce sujet mardi à 10H00 (14H00 GMT). «Le Trésor doit moderniser son infrastructure de sanctions, sa technologie et ses effectifs pour s’adapter à l’évolution des menaces des cybercriminels, des rançongiciels et autres», devrait-il souligner d’après son discours publié lundi soir. Il relèvera également l’importance d’agir, «quand c’est possible», en «coordination et collaboration avec (les) alliés» des États-Unis. Wally Adeyemo indiquera également qu’«à la lumière de l’interconnexion croissante de la finance mondiale, du commerce et des chaînes d’approvisionnement, il est essentiel que le Trésor utilise un cadre rigoureux pour orienter ses recommandations sur l’imposition de sanctions économiques et financières».

Les États-Unis ont largement accru leur recours aux sanctions économiques depuis les attaques du 11 septembre 2001. Le nombre de sanctions a été multiplié par 10 en 20 ans, selon ce rapport, passant de 912 en 2000 à 9.421 en 2021. «Les sanctions sont un outil fondamentalement important pour faire avancer nos intérêts de sécurité nationale», avait déclaré Wally Adeyemo dans le communiqué du Trésor. «Nous nous engageons à travailler avec des partenaires et des alliés pour moderniser et renforcer cet outil essentiel».

Cryptomonnaies : après Sorare, Atomico entre au capital du français SheeldMarket

Quand un particulier veut acheter ou vendre des cryptomonnaies, il lui suffit d’ouvrir un compte sur une plateforme spécialisée. Quand un investisseur institutionnel veut faire la même chose, ce n’est pas du tout la même histoire. Pour échanger de gros volumes de cryptomonnaies, il faut trouver assez de liquidités et donc ouvrir plusieurs comptes.

Des acteurs se sont glissés sur ce créneau juteux, comme le français SheeldMarket. Fondée en 2019, la jeune pousse permet aux fonds d’investissement, banques, grandes entreprises et professionnels de la finance de se connecter facilement à l’univers crypto.

« Nous simplifions tout le parcours avec l’ouverture d’un seul compte, un processus de dépôt et une source de données de reporting. Nous répartissons nous-mêmes les flux sur le marché pour obtenir le meilleur prix », résume Oliver Yates, cofondateur et dirigeant de la start-up, qui prend une commission par opération ainsi que des frais pour la conservation des cryptomonnaies.

Des milliards de dollars de cryptomonnaies

Des milliards de dollars de cryptomonnaies

SheeldMarket est connecté aux dix plateformes les plus importantes du monde, celles qui détiennent le plus de liquidités, comme les asiatiques Binance et Huobi ou encore les américains Coinbase Pro et Kraken. Ces acteurs permettent aussi à SheeldMarket de couvrir un large panel de cryptomonnaies, pas seulement les stars bitcoin et ethereum .

La start-up ne communique pas sur les noms ni le nombre de ses clients, mais assure que certains échangent quelques millions par mois tandis que d’autres en brassent plusieurs milliards par trimestre. « Nous avons beaucoup de hedge funds, gestionnaires actifs, entreprises de minage [qui sécurisent et valident les transactions de cryptomonnaies, NDLR] », précise Oliver Yates.

Environ 70 % de ses clients se situent en Amérique du Nord et en Asie. Rien d’étonnant puisque les institutions financières européennes restent encore très frileuses sur la question des cryptomonnaies. Pourtant, la France a créé un cadre légal pour les acteurs des cryptos avec l’enregistrement obligatoire en tant que « prestataire de services sur actifs numériques » (PSAN) auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). SheeldMarket a d’ailleurs été l’un des premiers acteurs à obtenir ce Graal en octobre 2020.

10 millions de dollars levés en série A

10 millions de dollars levés en série A

Ce tampon est aussi obligatoire pour les acteurs étrangers qui souhaitent opérer en France. SheeldMarket compte d’ailleurs parmi ses concurrents les acteurs spécialisés SFOX, Talos et surtout Coinbase, qui a développé sa propre offre à la suite du rachat du courtier Tagomi en 2020. Mais aucun d’eux n’a obtenu pour l’instant l’enregistrement PSAN.

Pour se faire une place, SheeldMarket vient de boucler une levée de fonds de 10 millions de dollars en série A, un an après son tour de table de 1 million d’euros. Cette opération est menée par le fonds de capital-risque britannique Atomico, qui a récemment investi dans Sorare et son jeu de fantasy football utilisant sur les NFT, ces jetons uniques et traçables basés sur la blockchain. Le fonds Semantic et les business angels Pascal Gauthier (patron de Ledger) et Alexis Bonillo (cofondateur de Zenly) font leur entrée au capital aux côtés des investisseurs existants (Axeleo Capital, Draper Dragon, Kima Ventures et Acequia Capital).

Vers la finance décentralisée

Vers la finance décentralisée

Ce nouveau financement permettra à la jeune pousse de développer d’autres produits liés aux cryptomonnaies. En bref : faire de la finance décentralisée, appelée plus communément la « DeFi ». Cet écosystème regroupe des produits et services financiers basés sur la blockchain, comme le « staking » qui consiste à immobiliser des cryptos afin d’obtenir des intérêts.

« Nous pensons que dans sept ou huit ans, l’infrastructure financière technologique sera sur la ‘DeFi’. C’est pourquoi nous voulons être l’API qui permettra aux investisseurs institutionnels de se connecter à la finance décentralisée », indique le dirigeant. Le marché de la « DeFi » pèse aujourd’hui près de 90 milliards de dollars, soit 350 % de plus qu’il y a un an.

Prédiction de prix Litecoin: LTC sur le point de casser 26% | Cryptomonnaie

Le prix du Litecoin est à l’avant-dernière étape d’une formation technique qui catalysera une hausse rapide. LTC doit supprimer un obstacle critique pour démarrer une course aux niveaux vus pour la dernière fois il y a plus d’un mois.

Le prix du litecoin augmente

Le prix du litecoin augmente

Le prix du Litecoin suit une tendance à la hausse lente mais régulière depuis le 13 octobre et approche d’un tournant. Du 7 septembre au 19 octobre, LTC a mis en place trois minimums d’inclinaison distincts. La centrale est plus profonde que celles de chaque côté et forme la tête. En revanche, ceux des deux côtés de profondeurs comparables sont appelés épaules. Pris ensemble, cette action sur les prix est connue sous le nom de tête et épaules.

Une ligne de tendance tracée à travers les sommets de ces bas à bascule entraîne une ligne de cou ou une résistance horizontale à 191,20 $. Cette formation technique permet une augmentation de 26%, déterminée en ajoutant la distance entre le décolleté et le point le plus bas de la tête. Si vous ajoutez cette métrique au point de rupture de 191,20 $, un objectif de 243,07 $ est affiché.

Bien que cet objectif de prix théorique pour le Litecoin soit plausible après avoir réalisé une clôture décisive au-dessus de la ligne de cou, il devra faire face à des obstacles de 212,26 $ et 232,68 $ avant d’atteindre son objectif. Par conséquent, le prix du Litecoin devrait briser ces blocages pour atteindre une hausse de 26% à 243,07 $.

En revanche, le prix du Litecoin ne pourra pas dépasser 191,20$ par rapport à sa position actuelle. Les investisseurs doivent s’attendre à ce que LTC réessaye les plus bas de support de 176,68 $ ou 170,48 $ avant de casser la ligne de cou.

Si le prix du Litecoin ne monte pas à 165,28 $, cela mettra en péril la reprise. Un minimum plus bas en dessous de cette barrière mettra les traders dans une position difficile et invalidera la thèse haussière. Dans cette situation, LTC est susceptible de chuter et de réessayer 158,14 $ ou d’autres planchers de support.

Cryptomonnaie: comment la prohibition de la Chine rend-elle service aux États-Unis?

https://fr.sputniknews.com/20211019/crypto-monnaie-comment-la-prohibition-de-la-chine-rend-elle-service-aux-etats-unis-1052222813.html

Crypto-monnaie : comment l’interdiction de la Chine aide-t-elle les États-Unis ?

Crypto-monnaie : comment l’interdiction de la Chine aide-t-elle les États-Unis ?

Le 24 septembre, la Chine a interdit toute transaction de crypto-monnaie. Cette décision de la Banque centrale de Chine a eu les effets du … 10.19.2021, Spoutnik France

/ html / head / meta [@ name = ‘og: title’] / @ content

/ html / head / meta [@ name = ‘og: description’] / @ content

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/103970/76/1039707639_0:192:2048:1344_1920x0_80_0_0_cc0bdd6fcab7becabf4eb76ad7591baf.jpg

Pourtant, moins d’un mois après l’interdiction par la Chine des transactions impliquant des crypto-actifs, le Bitcoin, qui détient près de 44% de la capitalisation boursière du marché, voit à nouveau son prix s’envoler. Les Etats-Unis s’emparent, au grand dam du pouvoir chinois, du monopole de la production mondiale de Bitcoin après sa décision d’abandonner le secteur, l’empire du milieu, qui a longtemps été le leader mondial de la monnaie virtuelle, est renversé par les Etats-Unis, dont Les activités de minage (opération de création de nouvelles unités de compte pour la cybersécurité) ont enregistré une hausse de 428% depuis que la campagne anti-crypto-monnaie menée par Pékin bat son plein. le malheur des uns fait le bonheur des autres, la Chine, dont l’interdiction des transactions en monnaie virtuelle visait à freiner la prolifération des investissements et empêcher la levée de fonds illicites puis faire un cadeau inattendu au gouvernement. rival de toujours, les États-Unis, qui se sont empressés d’autoriser l’ETF Bitcoin. La décision de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur américain des marchés financiers, approuve désormais un indice des fonds d’investissement Bitcoin qui permettra aux investisseurs de spéculer sur le prix de la crypto-monnaie et ainsi ouvrir la voie à la démocratisation de la monnaie virtuelle. Interdiction de la crypto-monnaie. La décision de Pékin pourrait constituer un cadeau vénéneux, étant donné la forte volatilité et la spéculation qui dominent le monde des crypto-actifs, dont le minage pose également le problème d’une consommation électrique excessive, la crypto-monnaie est habituée à des mouvements de prix violents. En 12 mois, le prix du Bitcoin est passé d’environ 10 000 $ en septembre 2020 à un sommet de près de 65 000 $ en avril, avant qu’une forte correction ne ramène les prix en dessous de 30 000 $ en juin.

https://cdnnfr1.img.sputniknews.com/img/103970/76/1039707639_0:0:2048:1536_1920x0_80_0_0_ec73026fac7118a3c8d5535eb3d43b77.jpg

États-Unis, Chine, crypto-monnaie

16:06 19.10.2021 (Mise à jour: 16:11 19.10.2021)

Le 24 septembre, la Chine a interdit toute transaction de crypto-monnaie. Cette décision de la Banque centrale de Chine a surpris les milieux financiers internationaux, faisant chuter le prix de la monnaie virtuelle, notamment du Bitcoin, qui a perdu 6,2% de sa valeur à 41 941 $.

Pourtant, moins d’un mois après l’interdiction par la Chine des transactions impliquant des crypto-actifs, le Bitcoin, qui détient près de 44% de la capitalisation boursière du marché, a vu son prix de nouveau augmenter.

Dans la foulée, les États-Unis se sont emparés, au grand dam du prix chinois, du monopole de la production mondiale de Bitcoin.

Après sa décision de quitter le secteur, l’Empire du Milieu, qui a longtemps été le leader mondial de la monnaie virtuelle, est renversé par les États-Unis, dont les activités minières (opération de création de nouvelles unités de compte crypto-monnaie) ont progressé de 428% depuis Pékin. La campagne anti-crypto-monnaie battait son plein.

Alors que le malheur des uns fait le bonheur des autres, la Chine, dont l’interdiction des transactions en monnaie virtuelle visait à freiner la prolifération des investissements et freiner la levée de fonds illicites, a fait un cadeau inattendu à son éternel rival, les Etats-Unis, qui rapide à autoriser l’ETF Bitcoin.

La décision de la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur américain des marchés financiers, approuve désormais un fonds d’investissement indiciel Bitcoin qui permettra aux investisseurs de spéculer sur le prix de la crypto-monnaie et ainsi ouvrir la voie à une démocratisation des devises virtuelles.

Alors qu’un nouvel ordre monétaire international prend forme, il reste à voir les véritables motivations qui ont conduit la Chine à interdire la crypto-monnaie.

La décision de Pékin pourrait potentiellement constituer un cadeau empoisonné, compte tenu de la forte volatilité et spéculation qui domine le monde des crypto-actifs, dont le minage pose également le problème d’une consommation électrique excessive.

Le marché des crypto-monnaies est habitué aux mouvements de prix violents. En 12 mois, le prix du Bitcoin est passé d’environ 10 000 $ en septembre 2020 à un sommet de près de 65 000 $ en avril, avant qu’une forte correction ne ramène les prix en dessous de 30 000 $ en juin.

Les Etats-Unis, nouvelle Terre promise du minage de cryptomonnaies suite à l’exode de Chine

Le géant de la crypto-monnaie basé à Hong Kong, BIT Mining, a annoncé qu’il cesserait ses activités en Chine après que le pays a adopté de nouvelles règles interdisant cette pratique.

Les mineurs quittent la Chine

Les mineurs quittent la Chine

« La suspension du service aux utilisateurs de BTC.com en Chine continentale pourrait avoir un impact négatif sur les états financiers consolidés de la société », a déclaré BIT Mining. « Cependant, la société estime que sa croissance sur les marchés mondiaux aidera à compenser la perte d’activité en Chine continentale. À l’avenir, la société prévoit d’intensifier ses opérations et d’accélérer son développement mondial. « 

En mai, le vice-Premier ministre chinois Liu Ta a déclaré que le pays devait adopter une position plus ferme sur les crypto-monnaies. Sa déclaration a entraîné la faillite de plusieurs opérateurs de minage de crypto-monnaie, rapporte Reuters.

La filiale d’échange de crypto-monnaie Huobi Huobi Mall a annoncé qu’elle suspendrait ses opérations locales plus tôt cette année, et l’opérateur minier HashCow a cessé d’acheter de nouvelles plateformes de bitcoins. BTC.TOP a également décidé de fermer en Chine.

Merveille à Rockdale, Texas

Merveille à Rockdale, Texas

Récemment, des chercheurs ont estimé que la Chine est responsable de plus de 75 % de la capacité de hachage ou des calculs du bitcoin, car elle a accès à du matériel et à une énergie bon marché. Le Wall Street Journal note que l’exploitation minière est soutenue par les centrales hydroélectriques du Sichuan et du Yunnan et le charbon du Xinjiang et de la Mongolie intérieure.

Le mois dernier, la Banque populaire de Chine a réitéré sa position sur les crypto-monnaies en publiant une note interdisant les transactions de crypto-monnaie et interdisant la fourniture de services aux Chinois en devises étrangères. Kim Grauer, directeur de recherche à la société d’analyse blockchain Chainalsysis, a déclaré à ZDNet que la répression de ces acteurs entraînerait des mineurs massifs en Chine en plus des opérations minières à grande échelle en Chine.

« Nous assistons déjà à cette émigration, car le taux de hachage global du bitcoin a chuté de plus de 50% et est inférieur au pic d’avant la répression. Certains prédisent une augmentation au Kazakhstan voisin, tandis que d’autres pensent même que certaines parties de l’Amérique du Nord verront un afflux de mineurs. Il est tout simplement trop tôt pour le savoir à partir de nos données « , dit-il. Cela pourrait donner aux États-Unis une énorme opportunité d’être le foyer des crypto-monnaies du futur. « 

Et les premiers bénéficiaires de la déportation américaine apparaissent déjà. Rien que dans la petite ville de Rockdale, au Texas, un immense chantier au vent illustre le rôle central que les Américains entendent jouer dans les crypto-monnaies, médiatise l’AFP. La plus grande ferme de bitcoins du pays compte déjà plus de 100 000 ordinateurs dans trois bâtiments de 350 mètres de long et d’une capacité de 750 mégawatts. Dans quelques mois, ils seront sept.

Le minage de Bitcoin a plus que doublé aux États-Unis entre mai et août

Le minage de Bitcoin a plus que doublé aux États-Unis entre mai et août

Parce que l’électricité bon marché au Texas est un atout clé pour ces opérations énergivores, en plus d’un environnement propice aux affaires et d’une main-d’œuvre qualifiée, a déclaré Chad Everett Harris, PDG et co-fondateur de Whinstone, propriétaire de Rockdale Farm. . « Tous les leaders dans ce domaine veulent venir au Texas ! », sourit-il depuis l’une des casernes provisoires de son site d’usine, bouchon fermé.

Originaire de la Nouvelle-Orléans, il a commencé à miner à domicile en janvier 2018 avec un ordinateur qui lui rapportait 60 dollars par jour, et a vendu en mai dernier sa ferme pour 651 millions d’euros à la société américaine Riot Blockchain.

Les données publiées l’année dernière par l’Université de Cambridge ont montré que l’extraction de bitcoins en provenance des États-Unis avait plus que doublé entre mai et août, portant la part de l’Amérique à 35,4% de l’activité mondiale.

La montée en puissance de la capacité minière américaine alimente également les critiques sur ses coûts environnementaux. Selon l’Université de Cambridge, l’exploitation minière de Bitcoin utilise autant d’électricité chaque année que l’ensemble des Philippines.