Ucar : gagne près de 3%, un broker relève sa cible




































30/08/2021 | 17:08







































Ucar gagne près de 3% à Paris, porté par une analyse d’Euroland Corporate qui maintient sa recommandation ‘accumuler’ sur le titre avec un objectif de cours rehaussé de 13 à 18,5 euros, après la publication par la société de son chiffre d’affaires pour le premier semestre 2021, en fin de semaine dernière.’Malgré un marché de la location de voitures toujours en baisse de 50% par rapport à 2019, Ucar bénéficie de son positionnement de loueur de proximité et enregistre une baisse maîtrisée du CA location et services aux réseaux’, souligne l’analyste.Le bureau d’études pointe aussi qu’Ucar a accéléré la mise sur le marché de voitures particulières afin de faire face à la pénurie de voitures à laquelle les loueurs sont confrontés, lui permettant ainsi d’accroître son parc de véhicules. Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.







































Réagir à cet article

Réagir le premier

Publier






Toute l’actualité sur UCAR

08/09UCAR : C’est la rentrée chez UCAR !PU

31/08BOURSE DE PARIS : Les GAFAM vous saluent bien

31/08AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Safran, Geberit, Philips, BMW, Infineon, Rovi, Stora Enso, Ucar..

30/08UCAR : gagne près de 3%, un broker relève sa cibleCF

30/08UCAR : Euroland Corporate rehausse sa cibleCF

27/08UCAR : Chiffre d’affaires 30 juin 2021PU

27/08BOURSE DE PARIS : Rendez-vous avec vous savez qui

27/08EN DIRECT DES MARCHES : Engie, Apple, Nivdia, Microsoft, Peloton, Plastivaloire, Quantum G..

27/08UCAR : hausse de 56% du CA au 1er semestreCF

26/08UCAR : Chiffre d’affaires au 30 juin 2021PU

Recommandations des analystes sur UCAR

31/08AVIS D’ANALYSTES DU JOUR : Safran, Geberit, Philips, BMW, Infineon, Rovi, Stora Enso, Ucar..

30/08UCAR : Euroland Corporate rehausse sa cibleCF

03/05UCAR : Euroland Corporate rehausse sa cibleCF







Données financières

CA 2020

25,1 M
29,4 M

Résultat net 2020

-1,90 M
-2,23 M

Dette nette 2020

0,30 M
0,35 M

PER 2020
-21,3x

Rendement 2020

Capitalisation

38,2 M
44,8 M

VE / CA 2020
1,54x

VE / CA 2021
1,22x

Nbr Employés
78

Flottant
100%



Graphique UCAR



Durée :


Période :









Tendances analyse technique UCAR

Court TermeMoyen TermeLong TermeTendancesHaussièreHaussièreHaussière

Evolution du Compte de Résultat

Consensus

VenteAchat

Recommandation moyenne
CONSERVER

Nombre d’Analystes
1

Dernier Cours de Cloture

23,60 €

Objectif de cours Moyen

14,00 €

Ecart / Objectif Moyen

-40,7%




Révisions de BNA

Dirigeants et Administrateurs







Jean-Claude Puerto-Salavert
Chairman & Chief Executive Officer
Fabien Froger
Chief Financial Officer & Administrative Officer
Joézèr Lebrun
Director-Information Systems
François Pierson
Director
Orietta Capezzuto
Director

Secteur et Concurrence

Var. 1janvCapi. (M$)

UCAR139.59%45

SERVICE CORPORATION INTERNATIONAL24.68%10 259

HOMESERVE PLC-10.10%4 237

FRONTDOOR, INC.-15.71%3 629

WW INTERNATIONAL, INC.-21.15%1 344

DUSKIN CO., LTD.-5.29%1 213






Ucar gagne près de 3% à Paris, porté par une analyse d’Euroland Corporate qui maintient sa recommandation ‘accumuler’ sur le titre avec un objectif de cours rehaussé de 13 à 18,5 euros, après la publication par la société de son chiffre d’affaires pour le premier semestre 2021, en fin de semaine dernière.’Malgré un marché de la location de voitures toujours en baisse de 50% par rapport à 2019, Ucar bénéficie de son positionnement de loueur de proximité et enregistre une baisse maîtrisée du CA location et services aux réseaux’, souligne l’analyste.Le bureau d’études pointe aussi qu’Ucar a accéléré la mise sur le marché de voitures particulières afin de faire face à la pénurie de voitures à laquelle les loueurs sont confrontés, lui permettant ainsi d’accroître son parc de véhicules. Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Ucar gagne près de 3% à Paris, porté par une analyse d’Euroland Corporate qui maintient sa recommandation ‘accumuler’ sur le titre avec un objectif de cours rehaussé de 13 à 18,5 euros, après la publication par la société de son chiffre d’affaires pour le premier semestre 2021, en fin de semaine dernière.

‘Malgré un marché de la location de voitures toujours en baisse de 50% par rapport à 2019, Ucar bénéficie de son positionnement de loueur de proximité et enregistre une baisse maîtrisée du CA location et services aux réseaux’, souligne l’analyste.

Le bureau d’études pointe aussi qu’Ucar a accéléré la mise sur le marché de voitures particulières afin de faire face à la pénurie de voitures à laquelle les loueurs sont confrontés, lui permettant ainsi d’accroître son parc de véhicules.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Durée :


Période :

Tendances analyse technique UCAR

Evolution du Compte de Résultat

Mauna Kea : cède 1%, un broker abaisse sa cible

(CercleFinance.com) – Mauna Kea cède un peu plus de 1% à Paris, alors que ce matin, Oddo a réduit son objectif de cours sur le titre de 2,5 à 2 euros (tout en maintenant sa note de ‘surperformance’) à la suite de l’annonce d’une augmentation de capital de 12.5 ME réservée souscrite par J&J Innovation et Armistice Master Fund.

‘En intégrant les 11,5 ME de produit net de ce financement, Mauna Kea se retrouve avec une visibilité financière confortable de 12 mois jusqu’à la fin du T3 2022’, analyse Oddo.

L’opération financière conduit toutefois à une dilution mécanique de l’objectif de cours de 19%.

Par ailleurs, Mauna Kea a annoncé hier un nouveau contrat avec J&J afin de poursuivre leur collaboration et d’avancer dans la validation de Cellvizio.

Qui sont les meilleurs brokers en France ?

Publié le 8 sept. 2021 à 11:00Mis à jour le 8 sept. 2021 à 12:02

Rendez-vous incontournable pour les professionnels de marché, le sondage Institutional Investor (II Research, ex-Extel) vient de paraître. Il distingue les meilleurs acteurs de la place en matière d’analyse, de courtage. Ce classement a recueilli l’opinion de plus de 5.000 gérants ou analystes « buy-side » (ceux qui assistent les gérants dans leur prise de décision).

Depuis que la réglementation européenne MIFID 2 , il y a trois ans, a imposé de découpler les tarifs de l’exécution des ordres et la recherche, figurer dans le Top 5 de ce classement est devenu particulièrement important. Autrefois considérée comme un bien public, l’analyse financière a donc un prix. Cela a changé profondément la donne pour les relations entre les brokers et leurs clients. Pour mieux négocier avec les gestionnaires d’actifs qui paient pour utiliser la recherche, il est préférable d’être bien classé.

Sopra Steria : cède 4%, pénalisé par l’avis d’un broker

(CercleFinance.com) – Sopra Steria lâche près de 4% à Paris, pénalisé par une analyse de Stifel qui a initié une couverture du titre avec une recommandation ‘vente’ et un objectif de cours de 155 euros.

Le broker juge que l’objectif d’une marge d’OPBA d’environ 10% en 2023 est ‘trop optimiste et susceptible d’être repoussé une nouvelle fois’.

‘Nous considérons aussi le consensus comme trop offensif sur la marge pour 2023’, ajoute Stifel, dont la propre prévision de 8,2% à cet horizon est inférieure de 150 points de base à l’anticipation moyenne du marché.

Stifel se dit en outre prudent quant à la future stratégie M&A de Sopra Steria, notant que le multiple VE /CA moyen payé pour ses acquisitions depuis 2015 est supérieur d’environ 80% à celui du groupe, sans effet positif visible sur sa croissance du CA et ses marges.

Lvmh : Dans le vert après l’analyse favorable d’un broker

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par

Les données collectées sont indispensables à ces traitements et sont destinées aux services concernés de BFM Bourse et, le cas échéant, de ses prestataires. Elles sont conservées pendant la durée du traitement et/ou pour la durée des traitements spécifiques auxquels vous aurez consenti et/ou pour les durées légales de conservation.
Les DCP pourront être traitées par le personnel habilité de BFM Bourse, de ses sous-traitants, partenaires ou prestataires. Si les données collectées font l’objet d’un transfert hors UE et que des traitements y sont effectués, ceux-ci se feront alors, conformément à la Réglementation, sur la base d’une décision d’adéquation de la Commission européenne ou de « clauses contractuelles types ».

BFM Bourse responsable du traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel pour la gestion de ses relations avec ses clients et prospects.

En application de la règlementation relative à la protection des données personnelles, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation et de portabilité qui s’exerce : ici
Consultez notre politique de confidentialité des données : ici

Evergrande préoccupe toujours les marchés | Nike chute | Les cryptomonnaies en pleine déconfiture

Au menu ce lundi

Au menu ce lundi

C’est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. La semaine prochaine va démarrer calmement côté agenda. Les investisseurs s’intéresseront notamment aux chiffres sur la masse monétaire en zone euro. 

> Le programme du lundi 27 septembre 

Wall Street termine en ordre dispersé, Nike baisse

Wall Street termine en ordre dispersé, Nike baisse

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé ce vendredi, le S&P 500 inscrivant une légère hausse, Facebook ayant compensé la baisse de Nike. Le Dow Jones a gagné 0,1% à 34 798 points. Le S&P 500 a pris 0,15% à 4 455,48 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 0,03% à 15 047,70 points.

Nike a pesé sur le Dow Jones et le S&P 500 après que le groupe américain a averti d’un risque de pénuries pendant la période cruciale des fêtes de fin d’année, citant des problèmes dans la chaîne d’approvisionnement. Facebook et Tesla ont été en revanche stimulé le S&P 500. « Les investisseurs institutionnels craignent que la hausse des taux d’intérêt fasse baisser le multiple des actions de croissance, mais les investisseurs particuliers aiment tout simplement leurs actions de croissance, celles qu’ils connaissent et dont les bénéfices restent solides, » a déclaré Rick Meckler, associé du cabinet Cherry Lane Investments.

Alors que le marché avait paru rassuré ces derniers jours quant au risque limité de contagion au système financier d’un éventuel défaut d’Evergrande, le non-paiement, selon des sources, des intérêts d’un emprunt obligataire à certains créanciers à la date butoir de jeudi a ravivé les craintes des investisseurs. Aux valeurs, le détaillant de chaussures Foot Locker a fortement chuté, dans le sillage de l’annonce de Nike. Les actions des entreprises liées aux crypto-monnaies Coinbase Global, MicroStrategy, Riot Blockchain et Marathon Patent Group ont chuté après que la banque centrale chinoise a émis une interdiction sur le commerce et le minage de crypto-monnaies.

Les marchés US terminent sans direction

Les marchés US terminent sans direction

Le Dow Jones a pris 0,10% à 34.798 points.

Le Nasdaq a perdu 0,03% à 15.047,70 points.

Le S&P 500 a avancé de 0,15% à 4.455,48 points.

Le Brent clôture à son plus haut depuis 2018, l’offre manque

Le Brent clôture à son plus haut depuis 2018, l'offre manque

Les cours du pétrole ont clôturé en hausse pour la quatrième séance d’affilée ce vendredi, le Brent atteignant même un plus haut en près de trois ans, dans un marché où l’offre va rester durablement insuffisante et la demande est en hausse.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a terminé à 78,09 dollars à Londres, en hausse de 1,08% ou 84 cents par rapport à la clôture de jeudi. C’est son plus haut niveau en clôture depuis le 22 octobre 2018. A New York, le baril de WTI américain pour livraison le même mois a lui aussi progressé, de 0,92% ou 68 cents, pour finir à 73,98 dollars.

Les marchés ont franchi deux obstacles majeurs cette semaine

Les marchés ont franchi deux obstacles majeurs cette semaine

REVUE HEBDO | Les investisseurs semblent avoir digéré l’annonce d’une réduction prochaine des achats d’actifs de la Fed et la déroute du géant immobilier chinois Evergrande. Retour sur une semaine mouvementée sur les marchés. 

Galapagos a fondu de 43,43% en 2021

Performance depuis le début de l’année

Les chiffres sont susceptibles d’évoluer à la marge.

Semaine difficile pour Aperam et les biotechs du Bel 20

Performance sur la semaine écoulée

Les chiffres sont susceptibles d’évoluer à la marge.

Quelles actions privilégier dans l’ère post-Merkel?

ANALYSE | La crainte d’une plus forte intervention des pouvoirs publics donne aux investisseurs allemands un sentiment un peu étrange. La meilleure protection contre les turbulences politiques ne devrait pas venir du désormais très large indice phare allemand, mais des indices de « mid et small caps ». 

Lire | Quelles actions privilégier dans l’ère post-Merkel?

Paris et Amsterdam dans le dur

Les principaux marchés d’Europe ont terminé en repli à la fin de la séance.En repli à la clôture de la séance, le CAC 40 a observé une perte de 0,95% à 6.638,46 points. L’indice AEX a trébuché de 1,14% à 791,45 points. À 4.138,92 points, le Bel 20 a baissé de 0,8%.

Les indices européens

Les chiffres sont susceptibles d’évoluer à la marge.

Quatre titres du Bel 20 terminent dans la bonne direction

L’indice Bel 20 a cédé du terrain, à hauteur de 0,8% pour se fixer à 4.138,92 points. Des 20 actions qui le composent, 4 étaient en hausse et 16 en baisse.

Top / Flop du Bel 20

Les chiffres sont susceptibles d’évoluer à la marge.

Europe | Closing Bell

BEL 20: -0,82% AEX: -1,01% CAC 40: -0,93% DAX: -0,70% FTSE 100: -0,31% STOXX 600 EUROPE: -0,84% 

Les rendements obligataires grimpent encore

La hausse des rendements des obligations d’État de la zone euro s’est poursuivie vendredi, le rendement de référence de l’Allemagne atteignant son plus haut niveau depuis le début du mois de juillet.

Le rendement allemand à 10 ans a même connu sa plus forte hausse depuis février jeudi, après que la banque centrale de Norvège soit devenue la première grande banque centrale à resserrer sa politique monétaire et que la Banque d’Angleterre ait déclaré que les arguments en faveur d’une hausse des taux d’intérêt « semblaient s’être renforcés. » 

« Une semaine d’action des banques centrales nous a montré que les décideurs politiques sont prêts à s’orienter vers une réduction des politiques monétaires souples introduites pendant la pandémie », ont écrit les analystes d’ING dans une note aux clients.

L’anticipation d’un resserrement de la politique des banques centrales incite généralement les investisseurs à vendre des obligations d’État, ce qui signifie que leurs prix baissent et que les rendements augmentent.

Les cryptomonnaies en rouge vif

Les tensions sur l’offre poussent le Brent à un sommet de trois ans

Le cours du Brent, la référence pétrolière en Europe, évoluait vendredi à son plus haut depuis octobre 2018, stimulé par une offre restreinte d’or noir notamment aux États-Unis, qui peine à satisfaire une demande solide.  

Peu avant 17 heures, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a atteint 77,87 dollars à Londres, une première depuis le 29 octobre 2018. Celui de WTI, la référence américaine, cotait dans le même temps 73,71 dollars. 

Le marché pétrolier se dirige vers une troisième performance hebdomadaire positive d’affilée. 

Où en est la Fed avec sa future monnaie numérique?

La présidente de la Réserve fédérale de Cleveland, Loretta Mester, a déclaré qu’elle était ouverte à l’idée d’une éventuelle monnaie numérique de la banque centrale américaine, ajoutant qu’elle souhaitait que les responsables politiques réfléchissent à la manière dont cette mesure pourrait affecter la stabilité financière et le système bancaire.

« En fait, à ce stade, je suis ouverte d’esprit », a indiqué Loretta Lester lors d’un événement organisé par l’Ohio Bankers League.

Un document de travail sur le sujet, qui devrait être publié prochainement par la Fed, exposera les coûts et les avantages et invitera le public à formuler des commentaires, a précisé la présidente Mester, ajoutant qu’il sera important de susciter un large consensus au sein du public et du gouvernement avant d’aller de l’avant. 

L’immo américain se reprend

Les ventes de logements neufs aux États-Unis ont augmenté de 1,5 % pour atteindre un taux annuel corrigé des variations saisonnières de 740.000 unités le mois dernier, indique le département US du Commerce. Le rythme des ventes de juillet a été révisé à la hausse à 729.000 unités par rapport aux 708.000 unités annoncées précédemment.

Les économistes interrogés par Reuters avaient prévu que les ventes de logements neufs, qui ne représentent qu’une fraction des ventes de logements aux États-Unis, augmenteraient à un taux de 714.000 unités.

Le bois se dégonfle

Depuis quelques semaines, la forte augmentation du prix du bois suscitait de grandes inquiétudes sur les marchés et, notamment, dans le secteur de la construction. Mais aujourd’hui, nous constatons que le prix du bois est à nouveau 60% moins élevé que son récent sommet. Il est même revenu aux niveaux d’avant crise. 

« Les prix ont grimpé en flèche, la demande étant tirée vers le haut par les entreprises qui ont tenté de devancer les hausses de prix. Ce qui a créé une spirale ascendante des prix qui s’est auto-renforcée », observe l’économiste Joey Politano sur son compte Twitter. 

Changement de direction à Wall Street

Le Dow Jones et le S&P 500 remontent dans le vert après une ouverture négative, profitant de la remontée des valeurs financières et des titres plus cycliques. 

Vers 16h05, les deux indices gagnaient 0,2%. 

Wall Street tente de résister à la vague Evergrande

La Bourse de New York a ouvert en baisse vendredi, affecté par le réveil des incertitudes sur le sort du géant chinois de l’immobilier Evergrande, qui incite les investisseurs à la prudence.

Vers 15h50, l’indice Dow Jones perdait 0,03% et le S&P 500 0,22%. Le Nasdaq Composite cédait pour sa part 0,62% (93,71 points) à 14.958.54 points.

Alors que le marché avait paru rassuré ces derniers jours quant au risque limité de contagion au système financier d’un éventuel défaut d’Evergrande, le non-paiement, selon des sources, des intérêts d’un emprunt obligataire à certains créanciers à la date butoir de jeudi a ravivé les craintes des investisseurs.

Sur le plan sectoriel, seuls quatre des principaux indices du S&P-500 sont dans le vert. L’indice des banques (+0,32%) est l’un des rares à afficher des gains significatifs à la faveur de la remontée des rendements obligataires.

Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans progresse de trois points de base à 1,4406%, toujours soutenus par la perspective d’un resserrement progressif de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Son président, Jerome Powell, doit intervenir à 16 heures, heure belge, lors d’un débat organisé par l’institution sur la reprise économique post-pandémie.

Nike: -6%

Quinze minutes après les premiers échanges, l’action Nike perdaient 6,56% pour redescendre sous les 150 dollars. Les investisseurs reprennent leurs billes alors que l’équipementier sportifs a revu à la baisse ses ambitions de ventes en raison de la fermeture temporaire de plusieurs sites au Vitenam pour cause de Covid. 

La valeur avait attiré beaucoup de monde à Wall Street ces derniers mois. Le groupe a vu ses ventes grimper au cours des trimestres précédents grâce à la réouverture progressive des magasins. Le cours de Nike avait même pulvérisé son record historique le mois dernier. Il évolue à présent à près de 10% de son sommet. 

Nike n’est pas le seul à être attaqué en bourse. Ses concurrents, qui sont également très présents au Vietnam, voient leurs actions décliner ce vendredi. À la Bourse de Francfort, Adidas et Puma perdent plus de 2%. 

Wall Street | Opening bell

Dow Jones: -0,31% S&P 500: -0,39% Nasdaq Composite: -0,60% 

Le point sur la tendance

Trente minutes avant le début de la séance à Wall Street, les marchés actions reculaient, sans effacer leurs gains de la semaine, scrutant l’évolution de la situation financière de géant chinois de l’immobilier Evergrande, tandis que le cours du bitcoin était de nouveau touché par le régulateur chinois.

En Europe, vers 15 heures, heure belge, le Bel 20 lâchait 0,66% avec seulement trois valeurs dans le vert: KBC (+1,16%), Ageas (+0,63%) et Colruyt (+0,06%). Paris perdait au même instant 1,06%, Londres 0,48%, Francfort 0,80% et Milan 0,41%.

Wall Street devrait suivre la même tendance à l’ouverture, alors que la place boursière avait nettement progressé la veille. Le contrat à terme du Dow Jones lâchait 0,42%, celui sur le S&P 500 0,54% et celui sur le Nasdaq 0,66%. 

Credit Suisse et son exposition à Evergrande

Credit Suisse, qui était autrefois le principal souscripteur international d’obligations Evergrande, a vendu la totalité de son exposition au promoteur immobilier chinois en difficulté à la fin de l’année dernière, selon des sources proches du dossier interrogées par nos confrères du Financial Times.

Au cours des dix dernières années, Credit Suisse a contribué à la mise en place d’obligations en dollars d’une valeur de 4,6 milliards de dollars pour Evergrande, soit environ 13% du total, d’après les données de Dealogic. Cependant, le Credit Suisse n’a pas souscrit de dette depuis deux ans, après s’être inquiété des finances du promoteur. Sur les obligations que Credit Suisse a arrangées, au moins 4,2 milliards de dollars sont encore en circulation. 

Pour Elon Musk, la pénurie sera de courte durée

Elon Musk, le patron du constructeur de véhicules électriques Tesla, a estimé que la pénurie de semi-conducteurs devrait se résorber prochainement, grâce à de nouvelles usines de puces qui sortent de terre.

Cette crise devrait se résoudre « à court terme », a-t-il assuré lors d’une intervention à distance lors de la Italian Tech Week à Turin, qui réunit depuis jeudi des start-up, fonds d’investissement et entrepreneurs du monde de la technologie. « Il y a beaucoup d’usines de fabrication de puces qui sont en train d’être construites », a fait valoir le multimilliardaire, ajoutant que cette augmentation des capacités devrait permettre de « fournir des puces d’ici l’année prochaine ».

Nouveau tour de vis des autorités chinoies sur les cryptomonnaies

EQT chute fortement en raison d’une enquête du régulateur suédois

Le géant suédois du capital-investissement EQT plonge de 7% à la Bourse de Stockholm alors que le régulateur suédois lance une enquête sur les retards dans la publication d’informations. EQT a déclaré la semaine dernière qu’il était en dialogue avec le régulateur au sujet d’une communication concernant une révision de la structure de lock-up pour les associés d’EQT et la vente d’actions suite à cette révision.

Wall Street est attendue dans le rouge

Wall Street est attendue dans le rouge, les incertitudes liées au sort du géant immobilier chinois Evergrande freinant une nouvelle fois l’appétit pour le risque au lendemain d’une séance faste.

→ Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en repli de 0,23% pour le Dow Jones, de 0,34% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,46% pour le Nasdaq.

Nike craint le pire pour ses ventes de Noël en raison de fermetures d’usines

Le plus grand fabricant d’articles de sport au monde a un gros caillou dans la chaussure. Nike 

 souffre de la fermeture de ses usines au Vietnam, lit-on dans son rapport trimestriel publié jeudi soir. Certaines usines étaient déjà à l’arrêt et à présent pratiquement tous les sites sont au point mort.

En conséquence, Nike a réduit ses ambitions pour le reste de son exercice 2021/2022 qui s’achève en mai prochain. Jusqu’ici, l’équipementier visait une croissance à deux chiffres de ses ventes sur un an. Nike prévoit désormais une croissance à un seul chiffre pour l’ensemble de son exercice.

UPDATE | Briefing actions belges

Conseil d’achat sur une biotech | Avis de brokers sur Telenet, AB InBev, Ahold Delhaize, Van de Velde et VGP (+Briefing)

Les principales valeurs à suivre à Wall Street

* NIKE a abaissé, jeudi, ses prévisions de ventes pour l’exercice 2021-2022 et mis en garde contre un risque de pénuries pendant la période clé des fêtes de fin d’année en raison de tensions dans ses chaînes d’approvisionnement, qui favorisent la hausse de ses coûts. L’action reculait de 3,3% dans les échanges après la clôture de Wall Street.

* MCDONALD’S a annoncé, jeudi, une relance de son programme de rachat d’actions de 15 milliards de dollars (12,7 milliards d’euros), suspendu l’an dernier, et une hausse de 7% du dividende trimestriel versé aux actionnaires à la faveur d’un redressement de son activité.

* GENERAL MOTORS, FORD, CARPARTS, APPLE, MICROSOFT, INTEL, AMD, MICRON, APPLIED MATERIALS – La Maison-Blanche a demandé jeudi aux constructeurs automobiles, aux fabricants de puces et à d’autres groupes du secteur de lui fournir des informations sur la crise en cours des semi-conducteurs qui perturbe la production du secteur automobile américain.

* TWITTER a annoncé jeudi qu’il permettrait à ses utilisateurs de verser un pourboire en bitcoin aux créateurs de contenus sur sa plate-forme et qu’il lancerait un fonds pour rémunérer certains utilisateurs hébergeant des « salles de discussion » audio sur Spaces, son espace de conversation en direct.

* PFIZER, BIONTECH – Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) se sont prononcés vendredi en faveur de l’administration d’une dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 des deux laboratoires chez les personnes âgées de 65 ans et plus, ainsi que chez certains adultes présentant des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie. Cette décision intervient après qu’un comité des CDC a refusé la veille de recommander une dose de rappel du vaccin pour certaines professions jugées à risque, comme les enseignants.

Les quatre prochaines étapes pour Mithra

La banque centrale chinoise juge illégales toutes les transactions en cryptomonnaies

La banque centrale de Chine s’est engagée à réprimer les activités illégales de trading de cryptomonnaie, interdisant aux bourses étrangères de fournir des services aux investisseurs continentaux via internet. La Banque populaire de Chine a également déclaré qu’elle interdirait aux institutions financières, aux sociétés de paiement et aux sociétés internet de faciliter le trading des cryptomonnaies, et renforcerait la surveillance des risques liés à de telles activités.

En réaction, le bitcoin chute vers les 43.000 dollars.

Kepler Cheuvreux à l’achat sur Oxurion

L’action Oxurion 

 a fortement baissé ces derniers mois, passant de 2,6 euros en juin à 1,8 euro aujourd’hui. Kepler Cheuvreux a donc adapté son modèle et cherche de possibles catalyseurs pour un rebond. « Nous prenons en compte l’augmentation de capital attendue dans les conditions actuelles du marché, qui diluera fortement les actionnaires existants, et soulignons l’importance des données de la partie A de l’essai de phase II en cours avec le THR-149 ».

La recommandation passe à « acheter » avec un objectif de cours fixé à 2,50 euros.

Entrée en bourse réussie pour le TINC français

Le fonds d’investissement dédié aux infrastructures Antin 

 démarre en trombe à la Bourse de Paris: l’action gagne plus de 25% après être entrée à 24 euros l’unité.

Le fonds – qui investit dans des infrastructures de secteurs, comme l’énergie, l’environnement, les transports ou les télécommunications – a levé 550 millions d’euros dans le cadre de son introduction en bourse. Selon lui, il s’agit de « la plus importante IPO en 2021 sur Euronext à Paris, avec une forte demande émanant d’investisseurs institutionnels de premier plan, en France et à l’étranger ». Le fonds indique que l’opération « a rencontré un vif succès » et que « le montant des fonds levés par l’émission d’actions nouvelles s’élève à environ 350 millions d’euros ».

Kering met fin à la fourrure animale dans toutes les collections du groupe

Les deux dernières marques du groupe de luxe Kering 

 à utiliser de la fourrure animale, Saint Laurent et Brioni, y renonceront à compter des collections de l’automne 2022, a annoncé le groupe dans un communiqué.

Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable de Kering, explique à l’AFP: « Nous considérons qu’abattre des animaux qui ne seront pas mangés strictement pour utiliser leur fourrure ne correspond pas au luxe moderne, qui doit être éthique, en phase avec son époque et les questions de société ». Quant aux « standards liés au bien-être animal » publiés par le groupe en 2019, ils « continueront d’être rigoureusement appliqués, s’agissant des autres fibres et matières animales », dit-elle. « Dans le luxe on est influenceur, on lance les tendances, donc on considère que cela fait partie de notre responsabilité de faire avancer les choses ».

Allemagne: le climat des affaires continue de se dégrader

Le climat des affaires en Allemagne s’est de nouveau dégradé en septembre, en raison, notamment, des tensions sur les chaînes d’approvisionnement, montre l’enquête mensuelle de l’institut d’études économiques Ifo. Son indice du climat des affaires a reculé à 98,8, après 99,6 (révisé) en août alors que les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 98,9.

La composante du jugement des chefs d’entreprise sur leurs conditions actuelles d’activité a reculé à 100,4, après 101,4 et celle de leurs anticipations a baissé à 97,3, contre 97,8 (révisé).

Faut-il craindre une bulle verte?

Ce n’est qu’une « box » de deux pages dans un rapport trimestriel qui en compte plus de 80. Mais ce sont deux pages qui font du bruit. Deux chercheurs de la Banque des règlements internationaux (BRI), la banque des banques centrales, évoquent le risque croissant d’une bulle verte sur les marchés financiers.

Selon certaines estimations citées par la BRI, les investissements dans les actifs verts au sens large ont augmenté de près d’un tiers entre 2016 et 2020 pour atteindre 35.000 milliards de dollars. Ils constituent 36% de l’ensemble des actifs gérés par les professionnels de l’investissement.

KBCS relève considérablement son TP pour Van de Velde

Après les très bons résultats semestriels, le momentum de Van de Velde 

 s’est amélioré, constate Guy Sips, analyste chez KBC Securities. Il pense que cela peut continuer ainsi si l’acteur américain du capital-investissement Carlyle met à exécution son projet de vendre la chaîne de lingerie néerlandaise Hunkemöller. Son objectif de cours passe de 28 à 36,5 euros.

La rémunération du CEO de GBL revue

Ian Gallienne, CEO de GBL 

, percevra un salaire de base de 1,2 million d’euros par an dans le cadre de la nouvelle politique de rémunération. À cela s’ajoute une rémunération variable en fonction d' »objectifs précis et quantifiables » que le conseil d’administration détermine, tant annuels que pluriannuels. Le CEO perçoit également des stock-options et des jetons de présence.

Voici le briefing actions belges

Avis de brokers sur AB InBev, Ahold Delhaize, Van de Velde et VGP | Mithra déçoit (+Briefing)

Les principales baisses/hausses en Europe

La Bourse de Bruxelles en repli à l’ouverture

Aperam (-0,81%), Ageas (-0,5%) ou encore Solvay (-0,47%) font décliner l’indice Bel 20, qui baisse de 0,14%, à 4.166,89 points. Parmi les valeurs mieux orientées, on peut citer UCB (+0,36%), AB InBev (+0,23%) et Argenx (+0,15%). Des 20 actions qui le composent, 4 sont en hausse et 16 en baisse.

Top / Flop du Bel 20

Rédigé par Quotebot le 24/09/2021 à 09h01

| OPENING BELL |

AvH augmente sa participation dans Medikabazaar

Ackermans & van Haaren 

 a participé à un nouveau tour de table chez le fournisseur indien de matériel médical Medikbazaar. Dans ce tour, Medikabazaar a levé 75 millions de dollars (64 millions d’euros) auprès des actionnaires existants et nouveaux.

AvH a investi 10 millions d’euros et voit sa participation directe dans Medikabazaar passer de 5,4 à 8,7%. La participation totale d’AvH sera de 11,1%, car le groupe d’investissement anversois participe également, par l’intermédiaire de deux fonds, à la société indienne de technologie de la santé B2B. Il s’agit du fonds HealthQuad I, dont AvH contrôle 36,3%, et du fonds HealthQuad II (22,1%). Lire le communiqué

Vers une ouverture sans tendance en Europe

Les principales bourses européennes sont attendues proches de l’équilibre ce vendredi, les interrogations sur le sort du géant immobilier chinois Evergrande incitant de nouveau les investisseurs à la prudence au lendemain d’une séance lors de laquelle le regain d’appétit pour le risque a favorisé une hausse soutenue des actions et des rendements obligataires.

→ Les contrats à terme suggèrent une quasi-stabilité pour le CAC 40 à Paris et le Dax à Francfort, comme pour l’EuroStoxx 50, tandis que le FTSE à Londres, qui a sous-performé jeudi, pourrait gagner 0,18%.

Possible faillite d’Evergrande: l’exposition de la zone euro « serait limitée », selon Lagarde

La présidente de la banque centrale européenne, Christine Lagarde, a relativisé l’impact qu’aurait une possible faillite du géant immobilier chinois ultra-endetté Evergrande pour la zone euro. « J’ai des souvenirs très vifs des derniers développements boursiers en Chine qui ont eu une incidence à travers le monde », mais « en Europe et dans la zone euro en particulier, l’exposition directe serait limitée », a déclaré la Française dans une interview donnée à la chaîne CNBC.

« Pour le moment, ce que nous voyons, c’est un impact et une exposition centrés sur la Chine », a-t-elle ajouté, tandis que la BCE observe de près la situation, étant donné l’interconnexion des marchés financiers sur la planète.

Mercedes-Benz va devenir actionnaire d’ACC, filiale de Total et Stellantis

Le constructeur allemand de berlines de luxe Mercedes-Benz (Daimler 

) a annoncé qu’il allait prendre 33% du capital d’Automotive Cells Company (ACC), coentreprise de Total 

 et Stellantis 

 pour la fabrication de batteries. Le fabriquant « devient actionnaire à droits égaux » aux côtés des deux groupes français et obtiendra deux sièges sur six au conseil de surveillance de l’entreprise.

Il investira dans les prochaines années une somme « inférieure à un milliard d’euros » dans le développement des capacités de production de cellules de batteries en Europe. Lire le communiqué

L’estétrol pas efficace contre le Covid-19

Dans un communiqué séparé, Mithra 

 indique que l’estétrol, qui a été testé lors d’un essai clinique visant à démontrer son éventuelle efficacité contre le Covid-19, n’a pas montré de différences par rapport au placebo sur le critère d’évaluation primaire de l’étude.

Si la société souligne qu’elle continue à explorer en profondeur les données, elle précise qu’à ce stade, elle « n’envisage pas de mener d’autres développements cliniques dans ce domaine ». L’estétrol est un œstrogène naturel à la base de la pilule Estelle et du produit Donesta.

Mithra a déjà récolté 6 millions d’euros avec les ventes de la pilule Estelle

Mithra 

 a déjà engrangé quelque 6,3 millions d’euros des premières ventes et livraisons commerciales de sa pilule contraceptive Estelle, a indiqué, ce vendredi, le spécialiste liégeois de la santé féminine à l’occasion de la publication des résultats du premier semestre de l’année.

Si les ventes de la pilule Estelle semblent bien parties, le chiffre d’affaires pour les premiers mois est néanmoins resté modeste, à 12,1 millions d’euros, un montant néanmoins plus important que pour la période précédente (2,5 millions) et supérieur au consensus des analystes (5 millions). L’ebitda est resté quasiment stable à -31,9 millions d’euros, contre -30 millions d’euros au premier semestre, « malgré l’augmentation des dépenses de R&D ».

Evergrande pique à nouveau du nez en bourse

Les inquiétudes autour d’Evergrande n’ont visiblement pas disparu: l’action perd près de 10% à la Bourse de Hong Kong au lendemain de son rebond de 17,62%.

Pour mémoire, le promoteur immobilier doit encore payer la somme astronomique de 669 millions de dollars rien qu’en intérêts d’ici à la fin de cette année.

Les marchés européens attendus dans le rouge

Cofinimmo fait construire une nouvelle maison de repos en Finlande

La société immobilière Cofinimmo 

 a annoncé, jeudi après la clôture des marchés européens, l’acquisition de la société qui développe actuellement une maison de repos et de soins de 68 lits à Turku, sur la côte sud-ouest de la Finlande. La valeur conventionnelle du bien pour le calcul du prix des actions s’élève à environ 15 millions d’euros. Le bien est déjà pré-loué. Lien vers le communiqué

Nouvelle direction chez Radial, filiale de Bpost

Bpost 

 a annoncé jeudi soir quelques changements de direction. Le plus frappant est qu’Ilias Simpson prendra sa retraite à la fin de cette année en tant que PDG des activités Colis & Logistique en Amérique du Nord, alias Radial US. La direction sera reprise « avec effet immédiat » par Laura Ritchey, la COO de Radial US, et par Gary Crowe, le CFO de Radial US. Simpson restera chez Radial jusqu’à la fin de l’année « pour organiser le transfert et le pic de fin d’année avec Laura Ritchey et Gary Crowe ».

« Alors que nous évoluons en un groupe international, nous devons prendre conscience que le groupe bpost a différents secteurs d’activité, chacun à des stades différents, avec des besoins de leadership différents (transformer, étendre, construire). C’est pourquoi nous constituons une organisation qui suit cette stratégie, et qui s’inscrit dans un contexte de planification de la succession au niveau du Comité Exécutif du groupe », explique Dirk Tirez, CEO du groupe bpost, dans le communiqué.

Orange Belgium lance sa deuxième marque

Cette année, l’opérateur Orange 

 fête déjà ses 25 ans d’activité en Belgique. Arrivée sur notre marché sous le nom de Mobistar, la marque française est désormais bien installée. Aujourd’hui, les compteurs de l’opérateur affichent 3 millions de clients et environ un quart du marché mobile dans sa poche. Une belle présence donc, mais qui ne suffit visiblement pas à ravir ses dirigeants. À l’occasion du demi jubilé, les dirigeants de l’opérateur ont donc présenté leur plan pour continuer à grandir. Cela passera par Hey!, une marque uniquement digitale, créée pour le marché belge.

La priorité est mise sur le prix et l’offre visera en priorité le marché déjà attaqué depuis longtemps par Mobile Vikings et Scarlet. « Mais nous considérons qu’il y a encore de la place », assure-t-on du côté d’Orange. Pour l’heure, aucun objectif chiffré n’est avancé.

Japon: les prix à la consommation ont stagné en août

Les prix à la consommation au Japon ont stagné en août sur un an après douze mois consécutifs de recul, encore bien loin cependant de l’objectif de croissance de 2% fixé par la Banque du Japon (BoJ). Cette croissance nulle des prix à la consommation (hors produits frais) est conforme aux estimations du consensus d’économistes sondés par l’agence Bloomberg, après -0,2% en juillet.

En excluant également l’énergie, dont les tarifs ont progressé de 2,5% sur un an, les prix à la consommation ont cependant reculé de 0,5% le mois dernier, selon les données du ministère des Affaires intérieures. Ils ont notamment été soutenus par des hausses des prix dans les secteurs de la culture et des divertissements (+3,7%) et de l’ameublement (+2,9%).

Les analystes tablent sur une légère inflation dans les prochains mois, encouragée aussi par l’allègement des mesures sanitaires dans le pays. La BoJ avait relevé en juillet ses prévisions d’inflation, tablant sur une augmentation des prix de 0,6% pour l’exercice 2021/22 commencé le 1er avril, et de +0,9% en 2022/23.

Good morning!

Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le « Market Live » de L’Echo, l’endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l’actualité économique et financière de ce vendredi 24 septembre 2021.

La Bourse de New York a fini en nette hausse jeudi, au lendemain des annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed), laquelle semble avoir rassuré les investisseurs avec sa position sur le « tapering » et sur le relèvement des taux d’intérêt. L’indice Dow Jones a gagné 1,48%, ou 506,50 points, à 34.764,82 points. Le S&P-500, plus large, a pris 53,34 points, soit 1,21%, à 4.448,98 points. Le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 155,40 points (1,04%), à 15.052,24 points.

La tendance est inégale ce matin sur les places asiatiques: le Nikkei 225 bondit de 2,02% à Tokyo, tandis que le Hang Seng cède 0,03% à Hong Kong et l’indice composite de la Bourse de Shanghai perd 0,07%.

Le Nigeria va lancer une version numérique de sa monnaie, le eNaira

Son voisin ouest-africain le Ghana teste comme nouveau moyen d’échange le e-Cedi depuis le mois de septembre.

Le Nigeria va lancer le 1er octobre une version numérique de sa monnaie, le eNaira, sa Banque centrale cherchant à surfer sur la vague de popularité des cryptomonnaies, qui gagne la première économie du continent africain.

Le Nigeria, qui a conclu un partenariat avec une entreprise étrangère du secteur de la « fintech », fera figure de pionnier en Afrique, tout comme son voisin ouest-africain le Ghana qui teste comme nouveau moyen d’échange son e-Cedi depuis le mois de septembre.

Les banques centrales à travers le monde explorent des façons de créer des versions numériques de leurs monnaie face à la croissance des paiements effectués sur la toile et à l’intérêt suscité par les cryptomonnaies, qui échappent à tout contrôle étatique ou des régulateurs mondiaux.

Le Nigeria est le 3e pays pays utilisateur de monnaies virtuelles dans le monde

Le Nigeria est le 3e pays pays utilisateur de monnaies virtuelles dans le monde

Dans le pays le plus peuplé d’Afrique, les cryptomonnaies sont déjà très utilisées. En 2020, le géant ouest-africain de 200 millions d’habitants a été classé troisième utilisateur de monnaies virtuelles au monde après les Etats-Unis et la Russie, selon une étude du cabinet de recherche spécialisé Statista.

« Les Nigérians investissent dans les cryptomonnaies pour économiser ou pour sortir leurs fonds en dehors du pays », explique Ayodeji Ebo, responsable des investissements dans la société financière Chapel Hill Denham, basée à Lagos, la capitale économique.

Les monnaies virtuelles créées et régulées par les banques centrales sont appelés CBDC, tandis que les cryptomonnaies échappent elles à tout contrôle des gouvernements.

La Chine est devenue la première économie majeure à avoir lancé la version test d’une monnaie numérique l’année dernière. Depuis, au moins cinq pays ont lancé leur monnaies virtuelles, selon le groupe de réflexion américain Atlantic Council.

Certains pays africains, comme le Kenya ou l’Afrique du Sud s’intéressent aux CBDC, mais le Nigeria et le Ghana sont les plus avancés.

CBDC

La Banque du Ghana s’est associée avec l’entreprise allemande Giesecke+Devrient (G+D) pour tester le e-Cedi. Le projet fait partie d’un projet plus large visant à numériser l’économie et les administrations du pays.

Le Nigeria a lui sélectionné l’entreprise Bitt Inc, basée à la Barbade, qui a déjà lancé de telles devises virtuelles dans plusieurs pays caribéens.

A partir du 1er octobre, les Nigérians pourront ainsi télécharger l’application eNaira et alimenter leurs portefeuilles mobiles en utilisant leurs comptes bancaires existants.

Mais même si le eNaira sera émis par la banque centrale et suivra le taux de change officiel, cette monnaie devrait « servir uniquement à faciliter des transactions », souligne M. Ebo.

Cryptomonnaies interdites

Il est ainsi peu probable que cette monnaie numérique atténue l’intérêt des Nigérians pour les cryptomonnaies, dans lesquelles ils voient surtout une échappatoire à la faiblesse du naira sur le marché parallèle des changes.

La jeunesse nigériane cherche à sécuriser ses économies face à un naira qui ne cesse de se déprécier et veut générer de nouvelles sources de revenus alors que le chômage et l’inflation la frappent très durement.

Depuis quelques années, la Banque centrale du Nigeria s’inquiète de l’impact des cryptomonnaies sur son économie, arguant notamment qu’elles sont utilisées pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Au début de l’année, elle a rappelé aux institutions financières « qu’utiliser des cryptomonnaies était interdit », et leur a ordonné la fermeture immédiate des comptes les utilisant.

Transactions en cryptomonnaies vers l’international

Transactions en cryptomonnaies vers l'international

Mais en dépit de cette interdiction, de nombreux Nigérians continuent d’utiliser les cryptomonnaies notamment pour faciliter leurs transactions avec l’international.

Pour le gouverneur de la Banque centrale, l’économie du Nigeria devrait bénéficier du eNaira, grâce à l’amélioration du commerce avec l’étranger et l’efficacité des envois de fonds.

De nombreux Nigérians installés à l’étranger s’éloignent des canaux officiels pour envoyer de l’argent au pays, privilégiant de plus en plus les transactions en cryptomonnaie, considérées comme plus rapides et plus efficaces.

Mais le eNaira ne suscite pas le même enthousiasme partout. Certains analystes remettent déjà en question son modèle de fonctionnement, affirmant que le Nigeria utilise déjà une multitude de canaux de paiement électronique, notamment les services bancaires en ligne et les applications mobiles.

Sale temps pour les cryptomonnaies en Chine

Plusieurs agences et régulateurs financiers chinois se sont unis vendredi pour durcir les restrictions liées aux monnaies virtuelles dans le pays. Ces réglementations inédites de par leur ampleur menacent l’avenir des devises numériques dans l’Empire du Milieu.

Mauvaise journée pour les investisseurs et autres promoteurs des cryptomonnaies. La Chine en croisade depuis quelques mois contre cette devise vantée comme celle du futur, a décidé d’y aller encore plus fort dans le durcissement des réglementations. C’est en effet désormais illégal pour toute entreprise de faciliter des transactions dans cette devise numérique dans le pays. Les firmes étrangères basées à Pékin sont notamment interdites de proposer des services en cryptomonnaies en Chine, au risque de se voir durement sanctionner.

Le Conseil national de développement et de réforme (NDRC) a en outre déclaré qu’il lancerait prochainement une répression nationale contre l’extraction de cette devise dont le minage est interdit depuis mai dans le pays par le Conseil d’État.

Ce n’est pas la première fois que Pékin bande des muscles face aux cryptomonnaies. Depuis 2013 et de façon cyclique, le pays communiste a émis plusieurs restrictions à l’encontre des devises virtuelles ces dernières années. En vain, puisque les acteurs du secteur en plein boom mondial trouvent chaque fois les moyens de passer entre les mailles du filet. D’où la dureté des directives de ce vendredi portée par une dizaine d’agences et de régulateurs différents.

L’enjeu est de taille pour l’État chinois qui, au-delà de ses réserves envers les cryptomonnaies réputées pour servir dans des activités illicites, travaille à créer sa propre monnaie virtuelle. Baptisée yuan numérique et actuellement en phase de test dans certaines villes chinoises, elle vise à terme à s’imposer dans les échanges commerciaux en Chine et si possible à l’extérieur du pays, selon la feuille de route tracée par le Parti communiste chinois.

D’ici-là, Pékin a donc tout intérêt à faire disparaître les cryptomonnaies des échanges sur son territoire. C’est l’autre sens de la répression actuelle et ses effets sont palpables. Le bitcoin, plus célèbre des cryptodevises a ainsi chuté de plus de 9% plus tôt vendredi avant de remonter à 6% vers midi. Les actions liées à la blockchain, portefeuille numérique dont dépend le bitcoin, ont également subi les contrecoups du nouveau tour de vis des autorités chinoises. Mais dans une moindre mesure que lors de l’épisode de mai. Signe de la résilience de ce marché déterminé à s’imposer envers et contre tout ?

Environ 5.000 nouvelles cryptomonnaies en un an (d’après une enquête)

Ces douze derniers mois, près de 5.000 nouvelles cryptomonnaies auraient été lancées sur le marché. C’est ce que précise la plateforme irlandaise d’échange de monnaies virtuelles Cryptoparrot, sur la base d’une enquête. Au total, d’après les enquêteurs, on dénombrerait donc actuellement plus de 12.000 monnaies numériques différentes.

Selon Cryptoparrot, il s’agit d’une réponse au marché croissant des devises numériques et à l’intérêt grandissant des grands investisseurs pour les cryptomonnaies. Entre 2017 et 2020, on avait d’ailleurs déjà observé une forte hausse dans le nombre de nouvelles monnaies virtuelles.

La plateforme irlandaise déclare que la croissance du marché est remarquable, car il y a plus de dix ans, il n’existait que le bitcoin. Cryptoparrot ajoute qu’à un moment donné, la valeur totale de l’ensemble des cryptomonnaies a atteint un pic de 2.000 milliards de dollars (soit environ 1.700 milliards d’euros). Notons que d’après les enquêteurs, de nombreuses monnaies font un flop à cause du manque d’intérêt du public et des investisseurs.

Selon Cryptoparrot, il s’agit d’une réponse au marché croissant des devises numériques et à l’intérêt grandissant des grands investisseurs pour les cryptomonnaies. Entre 2017 et 2020, on avait d’ailleurs déjà observé une forte hausse dans le nombre de nouvelles monnaies virtuelles.La plateforme irlandaise déclare que la croissance du marché est remarquable, car il y a plus de dix ans, il n’existait que le bitcoin. Cryptoparrot ajoute qu’à un moment donné, la valeur totale de l’ensemble des cryptomonnaies a atteint un pic de 2.000 milliards de dollars (soit environ 1.700 milliards d’euros). Notons que d’après les enquêteurs, de nombreuses monnaies font un flop à cause du manque d’intérêt du public et des investisseurs.

Chine: la Banque centrale juge illégales toutes les transactions en cryptomonnaies

La Banque centrale chinoise a jugé ce vendredi 24 septembre que toutes les transactions financières impliquant des cryptomonnaies étaient illégales, la dernière d’une série de décisions visant à lutter contre ce phénomène. «Les activités commerciales liées aux monnaies virtuelles sont des activités financières illégales», a déclaré la Banque centrale dans un communiqué en ligne, en ajoutant qu’elles «mettaient sérieusement en difficulté la sécurité des actifs des personnes».

Telex : La Chine interdit les transactions de cryptomonnaies, Sunday lève 100 M$, Contrat fibre à 500 M€ pour la RATP, Google toujours plus accessible

– Sunday lève 100 millions de dollars pour booster sa solution de paiement QR Code. La société, lancée en 2021 par le groupe de restauration Big Mamma et basée à Atlanta, a annoncé une seconde levée de 100 millions d’euros après une première en avril 2021 de 24 millions de dollars. Son produit permet notamment aux clients de restaurants de payer directement en scannant le QR Code. La start-up annonce par ailleurs avoir équipé plus de 1 500 restaurateurs et plus d’un million de clients ont déjà utilisé sa solution pour payer à table. Un développement à l’international est prévu dans les mois à venir.

– La RATP empoche un contrat de 500 millions d’euros « pour développer et exploiter les infrastructures de fibre optique au sein du futur métro du Grand Paris » comme le précise le communiqué du groupe. D’une durée de 25 ans, le contrat est ambitieux : quatre nouvelles lignes de métro automatisées, un prolongement de la ligne 14, le tout d’ici 2030. A travers ce chantier, la RATP compte faciliter le déploiement de la couverture mobile au sein du Grand Paris Express. Ce contrat va par ailleurs permettre la création de plus d’une trentaine d’emplois directs au sein des équipes de la filiale RATP Solutions Ville.

– Google mise sur la reconnaissance faciale pour l’accessibilité. Elle permet d’aider les utilisateurs souffrant de troubles de la parole et de la motricité à naviguer sur leurs appareils et à communiquer avec les autres. Les fonctionnalités, disponibles sous Android, appelées Camera Switches et Project Activate, utilisent la caméra frontale d’un smartphone et l’apprentissage automatique pour détecter les expressions du visage (sourire, mouvement des yeux…). Avec par exemple la possibilité de parcourir des éléments affichés sur un écran d’un simple coup d’oeil à gauche. Ces fonctionnalités font partie d’un ensemble de mises à jour du système d’exploitation annoncées cette semaine.

– La Chine interdit les transactions de cryptomonnaies. La banque centrale chinoise a considéré que les échanges impliquant des cryptomonnaies étaient dorénavant jugés illégaux. Cela signifie que les clients et les plateformes s’exposent à des sanctions pénales. La décision a eu pour effet de chahuter le cours du bitcoin et d’autres cryptomonnaies. Pour expliquer ce tour de vis, les autorités mettent en avant la lutte contre le blanchiment d’argent, mais des analystes évoquent aussi la volonté de Pékin de vouloir imposer sa propre monnaie virtuelle.

Une erreur dans l’article? Proposez-nous une correction

Crypto-monnaies : dans quels pays sont-elles légales et où sont-elles interdites ?

La Chine et le Salvador sont aux antipodes : alors que les Asiatiques ont interdit toute transaction liée aux crypto-monnaies, les Centraméricains sont devenus le premier pays à reconnaître le bitcoin comme une monnaie légale. Mais entre ces deux extrêmes, il existe un certain nombre de situations intermédiaires qui soulèvent les questions suivantes dans quels pays les crypto-monnaies sont légales.

À l’exception du Salvador, les crypto-monnaies sont des actifs financiers non réglementés, elles n’ont donc pas le statut de monnaie légale et ne sont pas non plus adossées à des banques centrales.

Toutefois, de nombreux pays autorisent – ou du moins n’interdisent pas explicitement – les parties privées, y compris les banques, à effectuer des transactions en crypto-monnaies ; d’autres limitent les opérations au commerce, tandis qu’une bonne partie interdit également le minage.

Pays où une ou plusieurs crypto-monnaies sont légales

Pays où une ou plusieurs crypto-monnaies sont légales

Le Salvador est devenu le premier pays à déclarer le bitcoin comme monnaie 100% légale. Le Salvador est le seul pays au monde à avoir reconnu le bitcoin comme une monnaie en circulation légale, c’est-à-dire qu’il a la même norme que le colón, comme on appelle la monnaie locale. La mesure n’est toutefois limitée qu’à cette crypto-monnaie.

Pays où les transactions privées avec des crypto-monnaies sont autorisées.

Pays où les transactions privées avec des crypto-monnaies sont autorisées.

Ces pays n’interdisent pas explicitement les transactions en crypto-monnaies, mais la plupart de leurs gouvernements ne les encouragent pas non plus, et mettent même en garde les acheteurs contre les risques de volatilité que présentent ces monnaies. Les pays et territoires qui n’interdisent pas les transactions en crypto-monnaies sont, entre autres, l’Allemagne, la France, le Brésil, l’Espagne, le Mexique, Israël et les États-Unis.

Albanie
Chypre
Hong Kong
Macédoine du Nord
République tchèque

Allemagne
Corée du Sud
Hongrie
Malte
Roumanie

Angola
Costa Rica
Inde
Mauritanie
Singapour

Argentine
Croatie
Irlande
Mexique
Afrique du Sud

Australie
Danemark
Islande
Namibie
Suède

Autriche
Slovénie
Israël
Nicaragua
Suisse

Belgique
Espagne
Italie
Norvège
Thaïlande

Bélarus
États-Unis d’Amérique
Jamaïque
Nouvelle-Zélande
Tanzanie

Bosnie-Herzégovine
Estonie
Japon
Pays-Bas, République de Corée
Trinité-et-Tobago

Brésil
Philippines
Kirghizistan
Pakistan
Ouzbékistan

Brunei
Finlande
Liban
Pologne
Venezuela

Bulgarie
France
Lituanie
Portugal
Zimbabwe

Chili
Grèce
Luxembourg
Royaume-Uni

Pays avec des restrictions bancaires sur les crypto-monnaies

Pays avec des restrictions bancaires sur les crypto-monnaies

Dans ces pays et territoires, seules les transactions en bitcoins sont limitées, mais il est expressément interdit aux banques de participer à ce marché. Il s’agit notamment du Canada, de la Colombie et de l’Équateur. D’autres pays, comme le Vietnam et l’Arabie saoudite, interdisent le bitcoin comme moyen de paiement.

Pays où les crypto-monnaies sont illégales

Pays où les crypto-monnaies sont illégales

Un dernier groupe est constitué par les pays et territoires où tous les types de transactions avec des cryptomonnaies  sont interdites. Ce groupe comprend la Chine et l’Algérie, qui a interdit tout type de monnaie depuis 2014.

Algérie
Bolivie
Chine
Égypte
Maroc
Népal

Prédiction de prix MATIC: Polygon porte l’objectif de 0,95 $ | Cryptomonnaie

L’action des prix de MATIC a donné aux traders une légère reprise mercredi avec des gains impressionnants en pourcentage à deux chiffres pour la journée. Cependant, la clôture quotidienne était inférieure à celle du Tenkan-Sen et un avertissement le rallye de mercredi était plus susceptible de faire rebondir un chat mort. C’est-à-dire que la baisse devrait se poursuivre.

Le prix MATIC doit contenir 1,15$ ou des prix nominaux inférieurs à 1$

Le prix MATIC doit contenir 1,15$ ou des prix nominaux inférieurs à 1$

Le prix de MATIC est confronté à une résistance à court terme contre deux niveaux de résistance intenses qui divisent la zone de valeur de 1,25 $ : le Tenkan-Sen quotidien et un objectif de volume élevé dans le profil de volume. Les traders ont une dernière zone de support pour éviter une montée en flèche en dessous du niveau de 1 $. Le Cloud Bottom (Senkou Span B) et le deuxième nœud à volume élevé pour 2021 existent dans la zone de 1,165 $ qui doit être maintenue comme support pour éviter un tomber.

L’objectif à court terme pour les traders est le prix de 61,8% de Fibonacci et l’extension de 61,8% de Fibonacci à 0,95 $, mais il peut ne pas prendre en charge. Au lieu de cela, le prix MATIC pourrait rapidement tomber à un objectif de volume élevé, et l’extension 100% Fibonacci divise la zone de valeur de 0,65 $. Le profil de volume est mince entre 0,95 $ et 0,65 $. De plus, la clôture du prix de MATIC à 0,95 $ mettrait le Chikou Span sous le nuage et créerait des conditions extrêmement baissières au sein du système Ichimoku Kinko Hyo.

Graphique Ichimoku journalier MATIC / USDT

Si les commerçants souhaitent arracher le contrôle aux commerçants, ils devront clôturer le prix MATIC au-dessus de 1,2765 $ à court terme et éventuellement au-dessus de 1,54 $ à court terme. Si les acheteurs fermaient le prix de MATIC n’importe où au-dessus du nuage (1,465 $ ou plus), la menace d’une dynamique baissière à court terme serait probablement invalide.

Vous aimez cet article ? Aidez-nous avec vos commentaires en remplissant ce sondage :

Bitcoin devrait se rallier après l’expiration des options de septembre: sondage Deribit | Cryptomonnaie

Les commerçants s’attendent à ce que le bitcoin augmente après les élections de fin de mois de vendredi, a montré un sondage Twitter réalisé jeudi par Deribit, la plus grande bourse d’options de crypto au monde.

Près de 50% des 517 votes étaient en faveur de «UpOnly», ou la crypto-monnaie a prolongé son rebond par rapport aux récents creux de près de 40 000 $. Pendant ce temps, 21% ont voté pour « Nuke » – indiquant des prix plus bas. Un total de 74 200 contrats d’options bitcoin d’une valeur de 3,3 milliards de dollars doivent expirer aujourd’hui. Deribit à lui seul arrange près de 65 000 contrats à 08h30 UTC, l’heure d’expiration définie à la bourse dominante.

La plupart des intérêts ouverts sont concentrés dans les options d’achat d’exercice les plus élevées et expireront sans valeur.

Cette année, le marché des options a gagné en notoriété, avec des échecs de certification bitcoin sur le point d’expirer et de revenir à une tendance plus élevée après l’événement. Cette tendance a été observée au cours des quatre premiers mois de l’année et en août.

Certains analystes affirment que le marché des options est encore suffisamment petit pour avoir un impact significatif sur le prix au comptant. L’option mondiale de Bitcoin jeudi était d’environ 500 millions de dollars, soit seulement 1,25% du volume du marché au comptant de 40 milliards de dollars, selon les sources de données Skew et CoinGecko.

Bitcoin se négocie actuellement en grande partie inchangé ce jour-là à près de 44 900 $ au milieu de signes de stabilité sur les marchés traditionnels. L’indice S&P 500 a clôturé au-dessus de la moyenne mobile de base à 50 jours jeudi.

Les vendeurs d’Elrond pousseront 145 $ si EGLD ne parvient pas à percer | Cryptomonnaie

Erond Price possède l’une des meilleures cartes à dessin et la meilleure crypto-monnaie de tout l’espace crypto. L’ensemble de la situation doit être réglé avec la continuité incontestable de la continuité au sein du système Isimim Kinko Hyo existant – mais la conformité des consommateurs n’a pas encore eu lieu.

Le prix d’Elrond est confronté à une faible part des acheteurs après un important rallye de trois jours

Le prix d'Elrond est confronté à une faible part des acheteurs après un important rallye de trois jours

Le prix d’Erond obligera les traders à sécuriser une zone de support importante entre 218 $ et 225 $. Le retracement de Fibonacci à 38,2%, Tenkan-Sen et Kijun-Sen partagent tous deux cette zone précieuse. Il devrait être difficile pour les fournisseurs de tomber en deçà de ce domaine d’assistance.

En tant que tel, la réponse des clients après une solide réunion de trois jours était problématique. Cela est particulièrement vrai si une si forte surprise avec la Chine a vu le prix d’Erond gagner du soutien contre Kijun-Sen, puis éclater avec une fermeture sur Tenkan-Sen. Mais les consommateurs restent calmes.

Graphique Ichimoku journalier EGLD / USDT

Si le prix d’Erond est poussé en dessous de la zone de rencontre entre 218 $ et 225 $, la zone cible pour les commerçants est de 145 $. 145 $ l’a 2021 Volume-Point-Of-Control, 100% Fibonacci Extension et Senkou Span A. Il Il y a de fortes chances que cela se produise car le drapeau du trader est présent sur le Freedom Strength Index et les bandes Optex sont loin d’être les plus populaires.

Pour éliminer toute pression sous le prix d’Erond, les traders doivent se rapprocher des 259 $ les plus élevés de la Chine. Et encore une fois, l’indice de composition devrait également protéger contre l’incertitude.

Vous aimez cet article ? Aidez-nous avec votre réponse en remplissant ce sondage :

Un iPad détruit pour deux transactions: la cryptomonnaie crée une montagne de e-déchets

Quoi que nous tenions pour acquis de son véritable avantage pour l’espèce humaine, ce n’est un secret pour personne que le bitcoin est un monstre avide d’énergie. Le coût du minage, et donc la mise en place d’un calcul permanent effectué par sa création et sa circonférence, est pensé pour fonctionner avec l’ensemble des ordinateurs.

Il suffit de provoquer une panne d’électricité en raison d’activités sauvages, de rouvrir les anciennes centrales électriques incendiées ou de se tourner vers le nucléaire pour tenter de se venger de l’environnement.

Mais si ce problème énergétique est souvent présenté, il y a une chose dont on ne parle pas : la bictoïne provoque des éruptions volcaniques.

Selon Quartz, qui a publié un article publié dans la revue Resources, Conservation and Recycling, la richesse qui peut être obtenue grâce à l’exploitation minière a créé une concurrence entre les mineurs, qui peuvent tirer un réel avantage en utilisant des moteurs plus récents plus rapidement que leurs homologues. .

Plus rapide, plus polluant

Plus rapide, plus polluant

Selon les auteurs, Alex de Vries et Christian Stoll, l’âge moyen d’un processeur dans une machine dédiée au minage de bitcoins est de 1,3 an : ne pas le changer signifie souvent une perte d’argent coûteuse. Qualité mathématique.

Au total, selon deux chercheurs, le BTC à son niveau actuel générera 30 700 tonnes de déchets par an, similaire à ce qu’un pays comme les Pays-Bas déverse dans ses champs. Donc deux transactions équivaudraient à endommager l’iPad : le chiffre est énorme et effrayant.

Comme Quartz nous le rappelle encore, les déchets sont les plus rapides au monde, avec +21% entre 2014 et 2019, année où la capacité totale des box technologiques a atteint 53,6 millions de tonnes.

Donc Bitcoin n’aidera pas à éliminer la catastrophe des déchets électroniques, qui est aussi une catastrophe sanitaire mondiale majeure, encore moins si elle est largement acceptée, comme l’a été récemment le Salvador, au point qu’elle a échoué.

C’est le deuxième problème auquel il faut s’attaquer d’urgence si l’on veut assurer la sécurité à long terme. Changer ses fonctionnalités, comme le fait Ethereum en prenant une « déclaration d’enjeu » au lieu de « preuve de performance » serait un bon début pour réduire sa demande, à la fois en termes d’énergie et de nouveaux outils.

Les experts pensent qu’Avalanche effacera Solana avec la dernière mise à jour | Cryptomonnaie

Avalanche se prépare à prendre en charge d’autres solutions de mise à l’échelle de couche 1 dans l’écosystème crypto avec sa mise à niveau Apricot Phase 4.

Avalanche vise une place dans le top 10 des crypto-monnaies et rivalise avec Solana

Avalanche vise une place dans le top 10 des crypto-monnaies et rivalise avec Solana

Avalanche a récemment mis à jour son réseau pour augmenter la vitesse des transactions blockchain. La mise à jour ‘Apricot Phase 4’ a été publiée avec succès sur la blockchain Avalanche sans aucun temps d’arrêt.

97,5% de l’engagement des validateurs a augmenté avant l’activation, ce qui indique que la communauté Avalanche et les validateurs sont prêts. Avec une concurrence croissante dans l’écosystème de la couche 1, Avalanche a préservé son temps de réponse rapide et s’est assuré qu’il n’augmente pas proportionnellement à la croissance des utilisateurs.

Ainsi, la mise à jour a permis de garantir que les transactions sur le réseau Avalanche restent relativement moins chères pour les commerçants de la communauté.

Fait intéressant, il existe des projets sur le réseau Avalanche avec des revenus de protocole compétitifs sur 7 jours. Avalanche Total Fixed Value (TVL) a augmenté de 312 millions de dollars en août pour atteindre 2,6 milliards de dollars au 14 septembre. La demande croissante de projets sur le réseau blockchain est la clé du pic de TVL.

Le plus grand échange décentralisé, les revenus du protocole de 7 jours de Trader Joe ont dépassé ceux d’Optimism, une solution de mise à l’échelle de couche deux pour le réseau Ethereum.

@ 0xGokek, un artiste NFT et commerçant de crypto-monnaie, a récemment partagé les statistiques de revenus du protocole sur Twitter.

Alors que les projets d’Avalanche ciblent une plus grande partie de l’écosystème d’applications, le réseau blockchain cherche une place dans le top 10 des crypto-monnaies par capitalisation boursière. Le jeton natif d’Avalanche, AVAX, est en concurrence directe avec les tueurs SOL, ADA et DOT d’Ethereum.

De plus, AVAX figure sur la liste des projets concurrents d’Ethereum, ce qui rend les transactions plus rapides et moins chères pour les utilisateurs dApp et les artistes / collectionneurs NFT.

L’analyste de pseudo-crypto-monnaie @AltcoinSherpa est optimiste sur le jeton. L’analyste s’est fixé un objectif de 100$ pour AVAX et croit au potentiel de croissance du principal opérateur DEX sur le réseau Avalanche, Joe.

SafeMoon reste dans une tendance baissière vers 0,000001 $ | Cryptomonnaie

Les prix de SafeMoon sont très bas sans repos. SafeMoon est l’un des pires et pires graphiques de l’espace des crypto-monnaies. À l’exception de quelques hausses de prix et de réunions incorrectes entre le 18 et le 28 août, aucun graphique horaire SafeMoon ne peut être envisagé pour la vente.

Les prix de SafeMoon continuent de baisser et restent sous contrôle

Les prix de SafeMoon continuent de baisser et restent sous contrôle

SafeMoon Price est un ancien exemple de ce à quoi ressemble le graphique Ichimoku original :

Tout le nécessaire pour une perspective baissière a été atteint sur le graphique des prix SafeMoon. Un outil offre la perspective d’une suspension temporaire de SafeMoon. L’indice multi-composants a une variation de performance constante et a cassé ses chiffres plus lents et plus rapides. Dans l’ensemble, c’est un bon signe d’un prompt rétablissement. Cependant, comme la liste de puissance limitée continue de s’affaiblir près du niveau 40, il est peu probable qu’un soutien soit possible.

Graphique journalier SafeMoon / USDT Ichimoku

Pour que les détaillants fassent cette démarche en vain, le prix SafeMoon doit revenir au plus haut niveau de la gamme de criblage de volume 2021 à 0,00003 $. Un retour de 0,000003 $ pourrait placer le prix de SafeMoon au-dessus de Tenkan-Sen, Kijun-Sen, Senkou Span A et Senkou Span B – créant des conditions qui pourraient fournir une puissance supplémentaire.

Vous aimez cet article ? Aidez-nous avec vos idées en répondant à ce sondage :

Étude de CryptoCheck – Qui sont les français qui investissent dans les cryptomonnaies ?

Une étude sur les crypto-investisseurs français, par CryptoCheck

Une étude sur les crypto-investisseurs français, par CryptoCheck

Pour la première fois en France, une étude dresse un portrait des crypto-investisseurs français. Cette étude réalisée par CryptoCheck en collaboration avec Just Mining et Cryptoast vous apporte de nombreux éléments pour mieux comprendre l’écosystème local et sa communauté.

Toutes les données collectées par CryptoCheck ont ​​été collectées auprès d’un panel de plus de 3 000 détenteurs de crypto-monnaies résidant en France, à l’aide d’un questionnaire en ligne disponible entre le 30 juillet et le 16 août 2021.

Dans ce premier article, nous nous intéressons aux critères et profils sociodémographiques typiques des cryptoinvestisseurs français.

Critères socio-démographiques

Critères socio-démographiques

Premier constat de l’étude, plus de 96% des personnes interrogées sont des hommes. Bien que la proportion de la population féminine intéressée par les crypto-monnaies augmente d’année en année, un écart important doit encore être réduit pour rééquilibrer l’équilibre.

Ces données montrent une chose : l’industrie de la crypto-monnaie présente des similitudes importantes avec le monde de la technologie et de la finance à ce niveau.

Selon une autre étude du consultant en stratégie Oliver Wyman, entre 2016 et 2019, la proportion de femmes dans les comités exécutifs des grandes sociétés de services financiers est passée de 16 % à 20 % dans le monde. Une progression remarquable qui permet d’espérer que le monde de la crypto-monnaie a encore une marge de progression importante à ce stade.

L’étude CryptoCheck met également en évidence la répartition de la crypto-communauté française dans les tranches d’âge. Sans surprise, le secteur est composé majoritairement d’une population jeune, avec plus d’un investisseur sur trois âgé de 20 à 29 ans.

De même, il est intéressant de noter que l’âge moyen du cryptoinvestisseur est d’environ 30 ans. L’écart avec l’âge moyen des investisseurs en actions est considérable, qui était d’environ 46 ans en 2020 selon l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Répartition des investisseurs français en cryptomonnaies par tranche d’âge – Source : CryptoCheck

L’étude CryptoCheck met également en évidence les catégories socioprofessionnelles les plus représentées dans l’écosystème. Près de 29 % des répondants appartiennent à la catégorie des cadres ou plus. Viennent ensuite les salariés avec 22,5% et les étudiants avec 17,7%.

👉 Nous vous invitons à télécharger l’étude CryptoCheck pour en savoir plus

Quels sont les différents profils ?

Quels sont les différents profils ?

Enfin, l’étude CryptoCheck met en lumière les motivations, l’expérience et la stratégie des cryptoinvestisseurs.

Et les motivations

La grande majorité des investisseurs, 86% d’entre eux, avouent être motivés par la valeur ajoutée potentielle offerte par l’industrie des crypto-monnaies. Cependant, ce point est aussi important que la technologie et l’innovation derrière les crypto-monnaies dans lesquelles ils investissent.

En effet, pour qu’une crypto-monnaie surpasse les autres, elle doit généralement développer un écosystème solide composé de solutions innovantes et disruptives. Il n’est donc pas si surprenant que ces deux éléments soient si importants aux yeux des cryptoinvestisseurs.

Enfin, 71% des personnes interrogées se disent sensibles aux valeurs de la blockchain, notamment la décentralisation et la transparence de cette technologie.

L’expérience

L’étude CryptoCheck souligne l’adoption massive qui a eu lieu au cours des 12 derniers mois. Près de la moitié (48%) des crypto-monnaies interrogées ont rejoint l’écosystème des crypto-monnaies au cours des 12 derniers mois.

À plus long terme, seulement 18% de l’échantillon de l’étude investit dans les crypto-monnaies depuis plus de 3 ans. Il n’est donc pas surprenant que 46% des crypto-investisseurs se considèrent comme des débutants.

Expérience des investisseurs cryptographiques français : source : CryptoCheck

La stratégie

Sans entrer dans les détails, qui font l’objet d’une partie entière de l’étude, quelle est la stratégie des investisseurs ? L’étude identifie que plus de 75 % des répondants ont une vision à long terme de leurs investissements et prévoient de ne pas séparer leurs fonds avant plusieurs années. Seulement 4% des répondants sont plutôt à court terme à ce stade.

👉 Pour voir le reste de l’étude et plus de détails, visitez le site Web de CryptoCheck

Recevez chaque dimanche un résumé de l’actualité cryptographique Et c’est tout.

À propos de l’auteur : Clément Wardzala

En tant que rédacteur en chef de Cryptoast, j’ai découvert le Bitcoin et la technologie blockchain en 2017. Depuis, j’essaie de partager du contenu qualitatif pour que l’industrie soit démocratisée par tous. Tous les articles de Clément Wardzala.

Prédiction Ethereum Pride: ETH porte un objectif de 2 200 $ | Cryptomonnaie

Le prix de l’Ethereum fait face à la même attaque que le vaste marché avec l’annonce que la Chine a officiellement rendu illégales toutes les transactions de crypto-monnaie. Le marché était parfaitement positionné pour le nouveau baissier afin de donner plus de contrôle aux vendeurs.

Le prix d’Ethereum ne dépasse pas 3 000 $

Le prix d’Ethereum semble prêt à poursuivre sa course haussière massive alors qu’il perce le nuage et clôture dans la zone de valeur de 3 100 $. Cependant, les acheteurs pourraient ne pas vouloir pousser Ethereum plus haut. Un regard sur la gamme des zones de résistance proches des niveaux de 3 200 $ à 3 300 $ donnerait à tout commerçant ou investisseur une pause dans l’achat :

Après l’échec de l’épidémie, les vendeurs ont repris le contrôle et ont cherché à pousser le prix d’Ethereum en dessous du prochain niveau de support, entre 2 500 et 2 200 dollars. L’indice de force relative montre un indicateur baissier avec un support raté du dernier niveau de survente dans un marché haussier (40). Les groupes Optex sont revenus dans le sud et seront probablement confrontés à des ventes survendues extrêmement faibles, ce qui accroît la pression des ventes à court terme.

Graphique Ichimoku journalier ETH / USD

Les traders peuvent dépasser la pression de vente à court terme, mais les limites prennent du temps. Un prix Ethereum proche de 3 600 $ ferait de chaque achat l’une des conditions nécessaires à une configuration idéale d’épidémie d’Ichimoku haussière. La seule condition manquante est la travée Chikou dans un « open space ». Pour être dans « l’espace ouvert », la travée de Chikou doit être au-dessus des chandeliers, et elle doit être libre d’entreprendre la fabrication de bougies pour les cinq à dix prochaines périodes.

Pour que la condition « open space » soit correcte, le prix d’Ethereum doit clôturer à 4 000 $, sinon les bugs devront attendre le 4 octobre lorsque la clôture du seuil « open space » reviendra. Gamme de valeur de 3 600 $.

Vous aimez cet article ? Aidez-nous en remplissant ce sondage :

Kim Kardashian vante une nouvelle cryptomonnaie, amenant une mise au point de la FCA britannique

(BFM Bourse) – Les publicités sur les crypto-monnaies devraient être plus encadrées, a demandé lundi le policier britannique des marchés FCA en utilisant l’exemple d’un récent post Instagram de l’influenceur américain Kim Kardashian.

Le secteur des crypto-monnaies attire aussi bien les investisseurs expérimentés que les amateurs, attirés par des réalisations spectaculaires. Le premier d’entre eux avec sa capitalisation, le bitcoin, a ainsi vu son prix augmenter de plus de 400% en un an et s’échangeait à nouveau à plus de 50.000 dollars lundi malgré une forte correction en milieu d’année.

Publicité sur les réseaux sociaux, comme Celui que Kim Kardashian a annoncé en juin risque de toucher certains investisseurs.

Dans un post Instagram identifié comme une publicité payante, la star de télé-réalité a demandé à ses 250 millions d’abonnés : « Et vous les cryptos ??? ». Cette publication faisait spécifiquement référence à Ethereum Max, une crypto-monnaie à ne pas confondre avec ethereum, la deuxième crypto-monnaie la plus importante au monde derrière le bitcoin, a déclaré lundi Charles Randell, chef de la Financial Conduct Authority, le policier du marché britannique.

« Je ne peux pas dire si (Ethereum Max) est une arnaque », a déclaré Charles Randell dans son discours lors d’une conférence sur la criminalité économique, soulignant néanmoins qu’il s’agissait d’un actif numérique créé. Des mois plus tôt uniquement par des développeurs anonymes. Selon lui, de nombreuses crypto-monnaies proclamées par des « influenceurs » sur les réseaux sociaux se sont déjà révélées être des packages financiers vides.

« Je tiens à être clair, ces actifs ne sont pas réglementés par la FCA » ni couverts par les mécanismes qui protègent les investisseurs britanniques, a-t-il insisté : « Si vous achetez quelqu’un, soyez prêt à perdre tout votre argent ».

Cet exemple illustre le dilemme des FCA et des régulateurs du monde entier qui luttent pour définir des limites pour une industrie de crypto-monnaie décentralisée et internationalisée.

Fin juin, la FCA avait retiré à Binance, l’une des plus grandes bourses de crypto-monnaie au monde, la licence de vente d’options ou de contrats à terme sur les crypto-monnaies britanniques.

Bien que la plate-forme ait accepté d’afficher un message d’avertissement à ses utilisateurs britanniques, ils peuvent toujours acheter des options, et la FCA a déclaré fin août que Binance « ne peut pas être réglementée efficacement ».

« Il faut accepter que la régulation du monde numérique passe par une coopération internationale avec des standards communs », a plaidé le directeur de la FCA.

L’adoption de la cryptomonnaie est un  » énorme défi « , déclare l’exécutif de la banque

L’adoption rapide de crypto-monnaies comme Bitcoin (BTC) pose un défi majeur au système financier traditionnel, a averti un chef de banque centrale chinoise.

Wen Xinxiang, directeur de la division des paiements et des règlements à la Banque populaire de Chine (PBoC), s’est dit préoccupé par la popularité croissante des crypto-monnaies et des pièces stables liées à des fiat.

Wen souligne que la valeur marchande de Bitcoin dépasse désormais 800 milliards de dollars et que la capitalisation boursière totale des pièces stables dépasse 120 milliards de dollars, et a décrit les principaux risques liés au marché des crypto-monnaies lors d’un forum de paiement et de règlement. Le 24 septembre, a rapporté le Shanghai Securities Journal.

Selon le responsable, l’un des principaux défis auxquels est confrontée la crypto-monnaie est que l’industrie est capable de fonctionner séparément du système de paiement traditionnel qui est pris en charge par les banques commerciales et les établissements de paiement. Les crypto-monnaies posent également des problèmes aux services de paiement des banques et affaiblissent le pouvoir des organisations de compensation, aurait noté Wen.

Wen a également fait valoir que le prétendu anonymat des crypto-monnaies en fait un outil attrayant pour faciliter les transactions illégales telles que le blanchiment d’argent, et a demandé que davantage de mesures soient prises pour maintenir le système financier traditionnel en concurrence avec la crypto :

« Le défi de la monnaie virtuelle est énorme. Lorsque le système financier traditionnel répond à la concurrence des grandes entreprises technologiques du secteur financier, il peut également utiliser des méthodes traditionnelles telles que la loi et la surveillance pour intensifier les efforts anti-monopole et renforcer la protection des données et de l’information.

Les remarques de Wen renforcent encore la position anti-crypto du gouvernement chinois alors que la Chine continue de sévir contre le commerce et l’exploitation de crypto-monnaie cette année alors que les autorités locales ont fermé plusieurs opérations minières et suspendu le commerce de crypto-monnaie.

Le lieutenant-gouverneur de la PBoC, Fan Yifei, a fait part de ses inquiétudes concernant les pièces stables en juillet, affirmant que le rythme de développement du système de paiement privé était « très alarmant ». Malgré le scepticisme du gouvernement chinois à l’égard des pièces stables, certains acteurs locaux expérimentent des pièces stables décentralisées liées à la monnaie numérique de la banque centrale chinoise, le yuan numérique.

Trigano : le titre s’envole, un broker relève sa cible

Trigano gagne plus de % à Paris, porté une analyse d’Oddo qui renouvelle son conseil de ‘surperformance’ sur le titre avec un objectif de cours relevé de 200 à 232 euros.Le bureau d’analyses met en avant ‘l’excellente dynamique’ du 3e trimestre, avec un chiffre d’affaires en hausse de 126% en données comparables, à 905 ME, un chiffre très supérieur à ses estimations (706 ME).L’analyste pointe aussi l’excellente visibilité sur l’exercice 2021-22 avec une demande ‘très soutenue’. Par conséquent, les capacités de production devront être revues à la hausse, estime le broker, qui s’attend également à des hausses de prix de l’ordre de 5 à 10% en raison de la montée des prix des matières premières.’Les fondamentaux sont excellents et le groupe devrait poursuivre ses opérations de croissance externe’, conclut Oddo.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Trigano gagne plus de % à Paris, porté une analyse d’Oddo qui renouvelle son conseil de ‘surperformance’ sur le titre avec un objectif de cours relevé de 200 à 232 euros.

Le bureau d’analyses met en avant ‘l’excellente dynamique’ du 3e trimestre, avec un chiffre d’affaires en hausse de 126% en données comparables, à 905 ME, un chiffre très supérieur à ses estimations (706 ME).

L’analyste pointe aussi l’excellente visibilité sur l’exercice 2021-22 avec une demande ‘très soutenue’. Par conséquent, les capacités de production devront être revues à la hausse, estime le broker, qui s’attend également à des hausses de prix de l’ordre de 5 à 10% en raison de la montée des prix des matières premières.

‘Les fondamentaux sont excellents et le groupe devrait poursuivre ses opérations de croissance externe’, conclut Oddo.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Commerzbank : dans le vert, un broker rehausse son conseil

(CercleFinance.com) – Commerzbank gagne plus de 1% à Francfort, porté par une analyse d’UBS qui a relevé mercredi sa recommandation sur le titre, qu’il fait passer de ‘vendre’ à ‘neutre’, après la sous-performance ‘significative’ du titre depuis le début de l’année.

L’intermédiaire financier fait remarquer que l’action de l’établissement bancaire allemand est inchangée depuis le 1er janvier, alors que son secteur s’est apprécié, dans le même temps, de quelque 25%.

Au sein du compartiment, seuls Standard Chartered et Credit Suisse ont fait moins bien que la banque allemande, fait-il valoir dans une note de recherche.

Mais, avec un ratio cours sur valeur comptable de 0,3x et un PER 2022 de 10x, le titre présente aujourd’hui un profil risque/rendement mieux équilibré, estime UBS, qui rehausse son objectif de cours de 4,8 à 5,3 euros.

Si l’action affiche aujourd’hui une valorisation ‘bon marché’, l’analyste souligne malgré tout que bon nombre d’incertitudes continuent d’entourer la banque allemande.

Mauna Kea : cède 1%, un broker abaisse sa cible

(CercleFinance.com) – Mauna Kea cède un peu plus de 1% à Paris, alors que ce matin, Oddo a réduit son objectif de cours sur le titre de 2,5 à 2 euros (tout en maintenant sa note de ‘surperformance’) à la suite de l’annonce d’une augmentation de capital de 12.5 ME réservée souscrite par J&J Innovation et Armistice Master Fund.

‘En intégrant les 11,5 ME de produit net de ce financement, Mauna Kea se retrouve avec une visibilité financière confortable de 12 mois jusqu’à la fin du T3 2022’, analyse Oddo.

L’opération financière conduit toutefois à une dilution mécanique de l’objectif de cours de 19%.

Par ailleurs, Mauna Kea a annoncé hier un nouveau contrat avec J&J afin de poursuivre leur collaboration et d’avancer dans la validation de Cellvizio.

Lvmh : Gagne plus de 1%, un broker soutient le titre

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par

Les données collectées sont indispensables à ces traitements et sont destinées aux services concernés de BFM Bourse et, le cas échéant, de ses prestataires. Elles sont conservées pendant la durée du traitement et/ou pour la durée des traitements spécifiques auxquels vous aurez consenti et/ou pour les durées légales de conservation.
Les DCP pourront être traitées par le personnel habilité de BFM Bourse, de ses sous-traitants, partenaires ou prestataires. Si les données collectées font l’objet d’un transfert hors UE et que des traitements y sont effectués, ceux-ci se feront alors, conformément à la Réglementation, sur la base d’une décision d’adéquation de la Commission européenne ou de « clauses contractuelles types ».

BFM Bourse responsable du traitement, met en œuvre des traitements de données à caractère personnel pour la gestion de ses relations avec ses clients et prospects.

En application de la règlementation relative à la protection des données personnelles, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, de suppression, de limitation et de portabilité qui s’exerce : ici
Consultez notre politique de confidentialité des données : ici

LVMH : dans le vert après l’analyse favorable d’un broker

LVMH gagne près de 2% à Paris, profitant d’une analyse de Stifel qui confirme sa recommandation ‘ achat ‘ sur le titre, avec un objectif de cours de 770 euros.Le broker souligne que LVMH reste l’un de ses actifs favoris, avec son modèle d’affaires éprouvé, la qualité de son portefeuille diversifié de ‘méga-marques’ et sa position de leader dans les sacs à main et la joaillerie avec Louis Vuitton, Dior ou Tiffany.Dans ce contexte, l’analyste maintient ses prévisions pour le 3e trimestre, anticipant une hausse de 21% des ventes organiques dans la division Fashion & Leather, ‘ce qui devrait être plus que suffisant pour maintenir une surperformance substantielle des ventes par rapport au marché mondial’, conclut-il.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

LVMH gagne près de 2% à Paris, profitant d’une analyse de Stifel qui confirme sa recommandation ‘ achat ‘ sur le titre, avec un objectif de cours de 770 euros.

Le broker souligne que LVMH reste l’un de ses actifs favoris, avec son modèle d’affaires éprouvé, la qualité de son portefeuille diversifié de ‘méga-marques’ et sa position de leader dans les sacs à main et la joaillerie avec Louis Vuitton, Dior ou Tiffany.

Dans ce contexte, l’analyste maintient ses prévisions pour le 3e trimestre, anticipant une hausse de 21% des ventes organiques dans la division Fashion & Leather, ‘ce qui devrait être plus que suffisant pour maintenir une surperformance substantielle des ventes par rapport au marché mondial’, conclut-il.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

La Banque centrale chinoise juge illégales toutes les transactions en cryptomonnaies

Au cours des dernières années, «le commerce et la spéculation autour du bitcoin et d’autres monnaies virtuelles se sont généralisés, perturbant l’ordre économique et financier, donnant lieu à du blanchiment d’argent, des collectes de fonds illégales, de la fraude, des systèmes pyramidaux et d’autres activités illégales et criminelles», a dénoncé la Banque centrale chinoise.

La Banque centrale chinoise a jugé vendredi que toutes les transactions financières impliquant des cryptomonnaies étaient illégales, la dernière d’une série de décisions visant à lutter contre ce phénomène.

Wall Street démarre en repli | Nike chute | Les cryptomonnaies en pleine déconfiture

L’immo américain se reprend

L'immo américain se reprend

Les ventes de logements neufs aux États-Unis ont augmenté de 1,5 % pour atteindre un taux annuel corrigé des variations saisonnières de 740.000 unités le mois dernier, indique le département US du Commerce. Le rythme des ventes de juillet a été révisé à la hausse à 729.000 unités par rapport aux 708.000 unités annoncées précédemment.

Les économistes interrogés par Reuters avaient prévu que les ventes de logements neufs, qui ne représentent qu’une fraction des ventes de logements aux États-Unis, augmenteraient à un taux de 714.000 unités.

Le bois se dégonfle

Le bois se dégonfle

Depuis quelques semaines, la forte augmentation du prix du bois suscitait de grandes inquiétudes sur les marchés et, notamment, dans le secteur de la construction. Mais aujourd’hui, nous constatons que le prix du bois est à nouveau 60% moins élevé que son récent sommet. Il est même revenu aux niveaux d’avant crise. 

« Les prix ont grimpé en flèche, la demande étant tirée vers le haut par les entreprises qui ont tenté de devancer les hausses de prix. Ce qui a créé une spirale ascendante des prix qui s’est auto-renforcée », observe l’économiste Joey Politano sur son compte Twitter. 

Changement de direction à Wall Street

Changement de direction à Wall Street

Le Dow Jones et le S&P 500 remontent dans le vert après une ouverture négative, profitant de la remontée des valeurs financières et des titres plus cycliques. 

Vers 16h05, les deux indices gagnaient 0,2%. 

Wall Street tente de résister à la vague Evergrande

Wall Street tente de résister à la vague Evergrande

La Bourse de New York a ouvert en baisse vendredi, affecté par le réveil des incertitudes sur le sort du géant chinois de l’immobilier Evergrande, qui incite les investisseurs à la prudence.

Vers 15h50, l’indice Dow Jones perdait 0,03% et le S&P 500 0,22%. Le Nasdaq Composite cédait pour sa part 0,62% (93,71 points) à 14.958.54 points.

Alors que le marché avait paru rassuré ces derniers jours quant au risque limité de contagion au système financier d’un éventuel défaut d’Evergrande, le non-paiement, selon des sources, des intérêts d’un emprunt obligataire à certains créanciers à la date butoir de jeudi a ravivé les craintes des investisseurs.

Sur le plan sectoriel, seuls quatre des principaux indices du S&P-500 sont dans le vert. L’indice des banques (+0,32%) est l’un des rares à afficher des gains significatifs à la faveur de la remontée des rendements obligataires.

Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans progresse de trois points de base à 1,4406%, toujours soutenus par la perspective d’un resserrement progressif de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Son président, Jerome Powell, doit intervenir à 16 heures, heure belge, lors d’un débat organisé par l’institution sur la reprise économique post-pandémie.

Nike: -6%

Nike: -6%

Quinze minutes après les premiers échanges, l’action Nike perdaient 6,56% pour redescendre sous les 150 dollars. Les investisseurs reprennent leurs billes alors que l’équipementier sportifs a revu à la baisse ses ambitions de ventes en raison de la fermeture temporaire de plusieurs sites au Vitenam pour cause de Covid. 

La valeur avait attiré beaucoup de monde à Wall Street ces derniers mois. Le groupe a vu ses ventes grimper au cours des trimestres précédents grâce à la réouverture progressive des magasins. Le cours de Nike avait même pulvérisé son record historique le mois dernier. Il évolue à présent à près de 10% de son sommet. 

Nike n’est pas le seul à être attaqué en bourse. Ses concurrents, qui sont également très présents au Vietnam, voient leurs actions décliner ce vendredi. À la Bourse de Francfort, Adidas et Puma perdent plus de 2%. 

Wall Street | Opening bell

Dow Jones: -0,31% S&P 500: -0,39% Nasdaq Composite: -0,60% 

Le point sur la tendance

Trente minutes avant le début de la séance à Wall Street, les marchés actions reculaient, sans effacer leurs gains de la semaine, scrutant l’évolution de la situation financière de géant chinois de l’immobilier Evergrande, tandis que le cours du bitcoin était de nouveau touché par le régulateur chinois.

En Europe, vers 15 heures, heure belge, le Bel 20 lâchait 0,66% avec seulement trois valeurs dans le vert: KBC (+1,16%), Ageas (+0,63%) et Colruyt (+0,06%). Paris perdait au même instant 1,06%, Londres 0,48%, Francfort 0,80% et Milan 0,41%.

Wall Street devrait suivre la même tendance à l’ouverture, alors que la place boursière avait nettement progressé la veille. Le contrat à terme du Dow Jones lâchait 0,42%, celui sur le S&P 500 0,54% et celui sur le Nasdaq 0,66%. 

Credit Suisse et son exposition à Evergrande

Credit Suisse, qui était autrefois le principal souscripteur international d’obligations Evergrande, a vendu la totalité de son exposition au promoteur immobilier chinois en difficulté à la fin de l’année dernière, selon des sources proches du dossier interrogées par nos confrères du Financial Times.

Au cours des dix dernières années, Credit Suisse a contribué à la mise en place d’obligations en dollars d’une valeur de 4,6 milliards de dollars pour Evergrande, soit environ 13% du total, d’après les données de Dealogic. Cependant, le Credit Suisse n’a pas souscrit de dette depuis deux ans, après s’être inquiété des finances du promoteur. Sur les obligations que Credit Suisse a arrangées, au moins 4,2 milliards de dollars sont encore en circulation. 

Pour Elon Musk, la pénurie sera de courte durée

Elon Musk, le patron du constructeur de véhicules électriques Tesla, a estimé que la pénurie de semi-conducteurs devrait se résorber prochainement, grâce à de nouvelles usines de puces qui sortent de terre.

Cette crise devrait se résoudre « à court terme », a-t-il assuré lors d’une intervention à distance lors de la Italian Tech Week à Turin, qui réunit depuis jeudi des start-up, fonds d’investissement et entrepreneurs du monde de la technologie. « Il y a beaucoup d’usines de fabrication de puces qui sont en train d’être construites », a fait valoir le multimilliardaire, ajoutant que cette augmentation des capacités devrait permettre de « fournir des puces d’ici l’année prochaine ».

Nouveau tour de vis des autorités chinoies sur les cryptomonnaies

EQT chute fortement en raison d’une enquête du régulateur suédois

Le géant suédois du capital-investissement EQT plonge de 7% à la Bourse de Stockholm alors que le régulateur suédois lance une enquête sur les retards dans la publication d’informations. EQT a déclaré la semaine dernière qu’il était en dialogue avec le régulateur au sujet d’une communication concernant une révision de la structure de lock-up pour les associés d’EQT et la vente d’actions suite à cette révision.

Wall Street est attendue dans le rouge

Wall Street est attendue dans le rouge, les incertitudes liées au sort du géant immobilier chinois Evergrande freinant une nouvelle fois l’appétit pour le risque au lendemain d’une séance faste.

→ Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en repli de 0,23% pour le Dow Jones, de 0,34% pour le Standard & Poor’s 500 et de 0,46% pour le Nasdaq.

Nike craint le pire pour ses ventes de Noël en raison de fermetures d’usines

Le plus grand fabricant d’articles de sport au monde a un gros caillou dans la chaussure. Nike 

 souffre de la fermeture de ses usines au Vietnam, lit-on dans son rapport trimestriel publié jeudi soir. Certaines usines étaient déjà à l’arrêt et à présent pratiquement tous les sites sont au point mort.

En conséquence, Nike a réduit ses ambitions pour le reste de son exercice 2021/2022 qui s’achève en mai prochain. Jusqu’ici, l’équipementier visait une croissance à deux chiffres de ses ventes sur un an. Nike prévoit désormais une croissance à un seul chiffre pour l’ensemble de son exercice.

UPDATE | Briefing actions belges

Conseil d’achat sur une biotech | Avis de brokers sur Telenet, AB InBev, Ahold Delhaize, Van de Velde et VGP (+Briefing)

Les principales valeurs à suivre à Wall Street

* NIKE a abaissé, jeudi, ses prévisions de ventes pour l’exercice 2021-2022 et mis en garde contre un risque de pénuries pendant la période clé des fêtes de fin d’année en raison de tensions dans ses chaînes d’approvisionnement, qui favorisent la hausse de ses coûts. L’action reculait de 3,3% dans les échanges après la clôture de Wall Street.

* MCDONALD’S a annoncé, jeudi, une relance de son programme de rachat d’actions de 15 milliards de dollars (12,7 milliards d’euros), suspendu l’an dernier, et une hausse de 7% du dividende trimestriel versé aux actionnaires à la faveur d’un redressement de son activité.

* GENERAL MOTORS, FORD, CARPARTS, APPLE, MICROSOFT, INTEL, AMD, MICRON, APPLIED MATERIALS – La Maison-Blanche a demandé jeudi aux constructeurs automobiles, aux fabricants de puces et à d’autres groupes du secteur de lui fournir des informations sur la crise en cours des semi-conducteurs qui perturbe la production du secteur automobile américain.

* TWITTER a annoncé jeudi qu’il permettrait à ses utilisateurs de verser un pourboire en bitcoin aux créateurs de contenus sur sa plate-forme et qu’il lancerait un fonds pour rémunérer certains utilisateurs hébergeant des « salles de discussion » audio sur Spaces, son espace de conversation en direct.

* PFIZER, BIONTECH – Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) se sont prononcés vendredi en faveur de l’administration d’une dose de rappel du vaccin contre le Covid-19 des deux laboratoires chez les personnes âgées de 65 ans et plus, ainsi que chez certains adultes présentant des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie. Cette décision intervient après qu’un comité des CDC a refusé la veille de recommander une dose de rappel du vaccin pour certaines professions jugées à risque, comme les enseignants.

Les quatre prochaines étapes pour Mithra

La banque centrale chinoise juge illégales toutes les transactions en cryptomonnaies

La banque centrale de Chine s’est engagée à réprimer les activités illégales de trading de cryptomonnaie, interdisant aux bourses étrangères de fournir des services aux investisseurs continentaux via internet. La Banque populaire de Chine a également déclaré qu’elle interdirait aux institutions financières, aux sociétés de paiement et aux sociétés internet de faciliter le trading des cryptomonnaies, et renforcerait la surveillance des risques liés à de telles activités.

En réaction, le bitcoin chute vers les 43.000 dollars.

Kepler Cheuvreux à l’achat sur Oxurion

L’action Oxurion 

 a fortement baissé ces derniers mois, passant de 2,6 euros en juin à 1,8 euro aujourd’hui. Kepler Cheuvreux a donc adapté son modèle et cherche de possibles catalyseurs pour un rebond. « Nous prenons en compte l’augmentation de capital attendue dans les conditions actuelles du marché, qui diluera fortement les actionnaires existants, et soulignons l’importance des données de la partie A de l’essai de phase II en cours avec le THR-149 ».

La recommandation passe à « acheter » avec un objectif de cours fixé à 2,50 euros.

Entrée en bourse réussie pour le TINC français

Le fonds d’investissement dédié aux infrastructures Antin 

 démarre en trombe à la Bourse de Paris: l’action gagne plus de 25% après être entrée à 24 euros l’unité.

Le fonds – qui investit dans des infrastructures de secteurs, comme l’énergie, l’environnement, les transports ou les télécommunications – a levé 550 millions d’euros dans le cadre de son introduction en bourse. Selon lui, il s’agit de « la plus importante IPO en 2021 sur Euronext à Paris, avec une forte demande émanant d’investisseurs institutionnels de premier plan, en France et à l’étranger ». Le fonds indique que l’opération « a rencontré un vif succès » et que « le montant des fonds levés par l’émission d’actions nouvelles s’élève à environ 350 millions d’euros ».

Kering met fin à la fourrure animale dans toutes les collections du groupe

Les deux dernières marques du groupe de luxe Kering 

 à utiliser de la fourrure animale, Saint Laurent et Brioni, y renonceront à compter des collections de l’automne 2022, a annoncé le groupe dans un communiqué.

Marie-Claire Daveu, directrice du développement durable de Kering, explique à l’AFP: « Nous considérons qu’abattre des animaux qui ne seront pas mangés strictement pour utiliser leur fourrure ne correspond pas au luxe moderne, qui doit être éthique, en phase avec son époque et les questions de société ». Quant aux « standards liés au bien-être animal » publiés par le groupe en 2019, ils « continueront d’être rigoureusement appliqués, s’agissant des autres fibres et matières animales », dit-elle. « Dans le luxe on est influenceur, on lance les tendances, donc on considère que cela fait partie de notre responsabilité de faire avancer les choses ».

Allemagne: le climat des affaires continue de se dégrader

Le climat des affaires en Allemagne s’est de nouveau dégradé en septembre, en raison, notamment, des tensions sur les chaînes d’approvisionnement, montre l’enquête mensuelle de l’institut d’études économiques Ifo. Son indice du climat des affaires a reculé à 98,8, après 99,6 (révisé) en août alors que les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 98,9.

La composante du jugement des chefs d’entreprise sur leurs conditions actuelles d’activité a reculé à 100,4, après 101,4 et celle de leurs anticipations a baissé à 97,3, contre 97,8 (révisé).

Faut-il craindre une bulle verte?

Ce n’est qu’une « box » de deux pages dans un rapport trimestriel qui en compte plus de 80. Mais ce sont deux pages qui font du bruit. Deux chercheurs de la Banque des règlements internationaux (BRI), la banque des banques centrales, évoquent le risque croissant d’une bulle verte sur les marchés financiers.

Selon certaines estimations citées par la BRI, les investissements dans les actifs verts au sens large ont augmenté de près d’un tiers entre 2016 et 2020 pour atteindre 35.000 milliards de dollars. Ils constituent 36% de l’ensemble des actifs gérés par les professionnels de l’investissement.

KBCS relève considérablement son TP pour Van de Velde

Après les très bons résultats semestriels, le momentum de Van de Velde 

 s’est amélioré, constate Guy Sips, analyste chez KBC Securities. Il pense que cela peut continuer ainsi si l’acteur américain du capital-investissement Carlyle met à exécution son projet de vendre la chaîne de lingerie néerlandaise Hunkemöller. Son objectif de cours passe de 28 à 36,5 euros.

La rémunération du CEO de GBL revue

Ian Gallienne, CEO de GBL 

, percevra un salaire de base de 1,2 million d’euros par an dans le cadre de la nouvelle politique de rémunération. À cela s’ajoute une rémunération variable en fonction d' »objectifs précis et quantifiables » que le conseil d’administration détermine, tant annuels que pluriannuels. Le CEO perçoit également des stock-options et des jetons de présence.

Voici le briefing actions belges

Avis de brokers sur AB InBev, Ahold Delhaize, Van de Velde et VGP | Mithra déçoit (+Briefing)

Les principales baisses/hausses en Europe

La Bourse de Bruxelles en repli à l’ouverture

Aperam (-0,81%), Ageas (-0,5%) ou encore Solvay (-0,47%) font décliner l’indice Bel 20, qui baisse de 0,14%, à 4.166,89 points. Parmi les valeurs mieux orientées, on peut citer UCB (+0,36%), AB InBev (+0,23%) et Argenx (+0,15%). Des 20 actions qui le composent, 4 sont en hausse et 16 en baisse.

Top / Flop du Bel 20

Rédigé par Quotebot le 24/09/2021 à 09h01

| OPENING BELL |

AvH augmente sa participation dans Medikabazaar

Ackermans & van Haaren 

 a participé à un nouveau tour de table chez le fournisseur indien de matériel médical Medikbazaar. Dans ce tour, Medikabazaar a levé 75 millions de dollars (64 millions d’euros) auprès des actionnaires existants et nouveaux.

AvH a investi 10 millions d’euros et voit sa participation directe dans Medikabazaar passer de 5,4 à 8,7%. La participation totale d’AvH sera de 11,1%, car le groupe d’investissement anversois participe également, par l’intermédiaire de deux fonds, à la société indienne de technologie de la santé B2B. Il s’agit du fonds HealthQuad I, dont AvH contrôle 36,3%, et du fonds HealthQuad II (22,1%). Lire le communiqué

Vers une ouverture sans tendance en Europe

Les principales bourses européennes sont attendues proches de l’équilibre ce vendredi, les interrogations sur le sort du géant immobilier chinois Evergrande incitant de nouveau les investisseurs à la prudence au lendemain d’une séance lors de laquelle le regain d’appétit pour le risque a favorisé une hausse soutenue des actions et des rendements obligataires.

→ Les contrats à terme suggèrent une quasi-stabilité pour le CAC 40 à Paris et le Dax à Francfort, comme pour l’EuroStoxx 50, tandis que le FTSE à Londres, qui a sous-performé jeudi, pourrait gagner 0,18%.

Possible faillite d’Evergrande: l’exposition de la zone euro « serait limitée », selon Lagarde

La présidente de la banque centrale européenne, Christine Lagarde, a relativisé l’impact qu’aurait une possible faillite du géant immobilier chinois ultra-endetté Evergrande pour la zone euro. « J’ai des souvenirs très vifs des derniers développements boursiers en Chine qui ont eu une incidence à travers le monde », mais « en Europe et dans la zone euro en particulier, l’exposition directe serait limitée », a déclaré la Française dans une interview donnée à la chaîne CNBC.

« Pour le moment, ce que nous voyons, c’est un impact et une exposition centrés sur la Chine », a-t-elle ajouté, tandis que la BCE observe de près la situation, étant donné l’interconnexion des marchés financiers sur la planète.

Mercedes-Benz va devenir actionnaire d’ACC, filiale de Total et Stellantis

Le constructeur allemand de berlines de luxe Mercedes-Benz (Daimler 

) a annoncé qu’il allait prendre 33% du capital d’Automotive Cells Company (ACC), coentreprise de Total 

 et Stellantis 

 pour la fabrication de batteries. Le fabriquant « devient actionnaire à droits égaux » aux côtés des deux groupes français et obtiendra deux sièges sur six au conseil de surveillance de l’entreprise.

Il investira dans les prochaines années une somme « inférieure à un milliard d’euros » dans le développement des capacités de production de cellules de batteries en Europe. Lire le communiqué

L’estétrol pas efficace contre le Covid-19

Dans un communiqué séparé, Mithra 

 indique que l’estétrol, qui a été testé lors d’un essai clinique visant à démontrer son éventuelle efficacité contre le Covid-19, n’a pas montré de différences par rapport au placebo sur le critère d’évaluation primaire de l’étude.

Si la société souligne qu’elle continue à explorer en profondeur les données, elle précise qu’à ce stade, elle « n’envisage pas de mener d’autres développements cliniques dans ce domaine ». L’estétrol est un œstrogène naturel à la base de la pilule Estelle et du produit Donesta.

Mithra a déjà récolté 6 millions d’euros avec les ventes de la pilule Estelle

Mithra 

 a déjà engrangé quelque 6,3 millions d’euros des premières ventes et livraisons commerciales de sa pilule contraceptive Estelle, a indiqué, ce vendredi, le spécialiste liégeois de la santé féminine à l’occasion de la publication des résultats du premier semestre de l’année.

Si les ventes de la pilule Estelle semblent bien parties, le chiffre d’affaires pour les premiers mois est néanmoins resté modeste, à 12,1 millions d’euros, un montant néanmoins plus important que pour la période précédente (2,5 millions) et supérieur au consensus des analystes (5 millions). L’ebitda est resté quasiment stable à -31,9 millions d’euros, contre -30 millions d’euros au premier semestre, « malgré l’augmentation des dépenses de R&D ».

Evergrande pique à nouveau du nez en bourse

Les inquiétudes autour d’Evergrande n’ont visiblement pas disparu: l’action perd près de 10% à la Bourse de Hong Kong au lendemain de son rebond de 17,62%.

Pour mémoire, le promoteur immobilier doit encore payer la somme astronomique de 669 millions de dollars rien qu’en intérêts d’ici à la fin de cette année.

Les marchés européens attendus dans le rouge

Cofinimmo fait construire une nouvelle maison de repos en Finlande

La société immobilière Cofinimmo 

 a annoncé, jeudi après la clôture des marchés européens, l’acquisition de la société qui développe actuellement une maison de repos et de soins de 68 lits à Turku, sur la côte sud-ouest de la Finlande. La valeur conventionnelle du bien pour le calcul du prix des actions s’élève à environ 15 millions d’euros. Le bien est déjà pré-loué. Lien vers le communiqué

Nouvelle direction chez Radial, filiale de Bpost

Bpost 

 a annoncé jeudi soir quelques changements de direction. Le plus frappant est qu’Ilias Simpson prendra sa retraite à la fin de cette année en tant que PDG des activités Colis & Logistique en Amérique du Nord, alias Radial US. La direction sera reprise « avec effet immédiat » par Laura Ritchey, la COO de Radial US, et par Gary Crowe, le CFO de Radial US. Simpson restera chez Radial jusqu’à la fin de l’année « pour organiser le transfert et le pic de fin d’année avec Laura Ritchey et Gary Crowe ».

« Alors que nous évoluons en un groupe international, nous devons prendre conscience que le groupe bpost a différents secteurs d’activité, chacun à des stades différents, avec des besoins de leadership différents (transformer, étendre, construire). C’est pourquoi nous constituons une organisation qui suit cette stratégie, et qui s’inscrit dans un contexte de planification de la succession au niveau du Comité Exécutif du groupe », explique Dirk Tirez, CEO du groupe bpost, dans le communiqué.

Orange Belgium lance sa deuxième marque

Cette année, l’opérateur Orange 

 fête déjà ses 25 ans d’activité en Belgique. Arrivée sur notre marché sous le nom de Mobistar, la marque française est désormais bien installée. Aujourd’hui, les compteurs de l’opérateur affichent 3 millions de clients et environ un quart du marché mobile dans sa poche. Une belle présence donc, mais qui ne suffit visiblement pas à ravir ses dirigeants. À l’occasion du demi jubilé, les dirigeants de l’opérateur ont donc présenté leur plan pour continuer à grandir. Cela passera par Hey!, une marque uniquement digitale, créée pour le marché belge.

La priorité est mise sur le prix et l’offre visera en priorité le marché déjà attaqué depuis longtemps par Mobile Vikings et Scarlet. « Mais nous considérons qu’il y a encore de la place », assure-t-on du côté d’Orange. Pour l’heure, aucun objectif chiffré n’est avancé.

Japon: les prix à la consommation ont stagné en août

Les prix à la consommation au Japon ont stagné en août sur un an après douze mois consécutifs de recul, encore bien loin cependant de l’objectif de croissance de 2% fixé par la Banque du Japon (BoJ). Cette croissance nulle des prix à la consommation (hors produits frais) est conforme aux estimations du consensus d’économistes sondés par l’agence Bloomberg, après -0,2% en juillet.

En excluant également l’énergie, dont les tarifs ont progressé de 2,5% sur un an, les prix à la consommation ont cependant reculé de 0,5% le mois dernier, selon les données du ministère des Affaires intérieures. Ils ont notamment été soutenus par des hausses des prix dans les secteurs de la culture et des divertissements (+3,7%) et de l’ameublement (+2,9%).

Les analystes tablent sur une légère inflation dans les prochains mois, encouragée aussi par l’allègement des mesures sanitaires dans le pays. La BoJ avait relevé en juillet ses prévisions d’inflation, tablant sur une augmentation des prix de 0,6% pour l’exercice 2021/22 commencé le 1er avril, et de +0,9% en 2022/23.

Good morning!

Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le « Market Live » de L’Echo, l’endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l’actualité économique et financière de ce vendredi 24 septembre 2021.

La Bourse de New York a fini en nette hausse jeudi, au lendemain des annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed), laquelle semble avoir rassuré les investisseurs avec sa position sur le « tapering » et sur le relèvement des taux d’intérêt. L’indice Dow Jones a gagné 1,48%, ou 506,50 points, à 34.764,82 points. Le S&P-500, plus large, a pris 53,34 points, soit 1,21%, à 4.448,98 points. Le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 155,40 points (1,04%), à 15.052,24 points.

La tendance est inégale ce matin sur les places asiatiques: le Nikkei 225 bondit de 2,02% à Tokyo, tandis que le Hang Seng cède 0,03% à Hong Kong et l’indice composite de la Bourse de Shanghai perd 0,07%.

Bitcoin (BTC): Joe Biden aggrave la pression exercée sur les cryptomonnaies

23 Sep. 2021 – 19h30 4 min de lecture – par Thomas Poirier

Ce n’est pas un secret que le gouvernement américain lutte activement contre les cryptomonnaies depuis très longtemps. L’exemple le plus flagrant de cet impact est la politique de la Securities and Exchange Commission américaine (SEC) et de son chef connu Gary Gensler, que toute la société crypto accuse de la réticence constante à l’égard des règles du marché des cryptomonnaies. 

Biden propose un nouveau candidat pour le poste d’Office of the Comptroller of the Currency (OCC)

Aujourd’hui, le président américain Joe Biden a commencé à faire pression sur les monnaies numériques. Selon les dernières informations, il veut nommer Saule Omarova à un poste clé dans le secteur économique du pays.

Cette professeure de droit s’est déjà fait connaître parmi des cercles larges pour ses prises de position sur l’avenir de l’économie américaine. D’après elle, le gouvernement doit accroître considérablement son rôle dans les secteurs bancaire et financier. Mais surtout, Saule Omarova a une vision fortement négative de toutes les cryptomonnaies et de tout ce qui s’y rapporte. Dans le même temps, avant que Biden n’attire son attention, Saule Omarova avait déclaré à plusieurs reprises que, tôt ou tard, elle changerait complètement l’ensemble du secteur bancaire des Etats-Unis.

Selon une source proche de Bloomberg, dès la semaine prochaine, Saule Omarova prendra sa place à l’Office of the Comptroller of the Currency (OCC), ce qui signifie qu’elle aura un impact important sur l’économie américaine, car cette organisation est chargée de superviser toutes les institutions financières du pays, telles que JPMorgan Chase & Co, Bank of America Corp et Citigroup Inc.

Il va sans dire que tout le monde s’attend à ce qu’une telle personnalité renforce une grande partie des réglementations et des lois du pays concernant le secteur financier, ainsi qu’un contrôle accru sur Wall Street. Toutefois, à ce stade, la situation est encore ambiguë, car il n’est pas certain que l’administration présidentielle américaine continuera à soutenir Saule Omarova, étant donné sa position selon laquelle le banking de consommation devrait être transféré du secteur privé à la Réserve fédérale américaine (Fed).

Saule Biden a l’intention d’agir contre le marché des cryptomonnaies

Saule Biden a l’intention d’agir contre le marché des cryptomonnaies

Comme mentionné précédemment, Saule Omarova est connue pour ses critiques de l’espace crypto. D’après elle, le marché des actifs numériques développe les faiblesses existantes du système financier du pays. Elle a également souligné que les cryptomonnaies causent d’énormes dommages à l’économie traditionnelle, qu’elles sont trop peu sûres et qu’elles peuvent être utilisées pour l’évasion fiscale et d’autres activités illégales, tant par des particuliers que par des entreprises entières.

Toutefois, ce candidat de Biden doit encore être confirmé par le Sénat avant d’obtenir le poste convoité. Malgré la solidarité du Sénat avec Saule sur de nombreuses questions, les démocrates ne détiennent toujours qu’une faible majorité. En outre, étant donné que ses actions seront dirigées contre le secteur bancaire privé, les représentants de ce dernier s’opposent probablement à ce qu’elle obtienne ce nouveau poste.

Il y a déjà eu de nombreux candidats au poste d’OCC, dont certains ont également été proposés par l’administration de Biden, mais ils ont tous échoué. 

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

La banque centrale chinoise veut sévir contre le commerce des cryptomonnaies.

La banque centrale de Chine a promis vendredi de réprimer les activités illégales de commerce de cryptomonnaies, en interdisant aux bourses étrangères de fournir des services aux investisseurs du continent via Internet.

La Banque populaire de Chine a également déclaré qu’elle interdirait aux institutions financières, aux sociétés de paiement et aux entreprises Internet de faciliter le commerce des cryptomonnaies, et qu’elle renforcerait la surveillance des risques liés à ces activités.

Le régulateur britannique assure que « les investisseurs risquent de tout perdre à cause des cryptomonnaies »

La FCA tacle à nouveau les cryptomonnaies

La FCA tacle à nouveau les cryptomonnaies

La Financial Conduct Authority (FCA), le régulateur financier du Royaume-Uni, s’est à nouveau fermement opposée aux cryptomonnaies. Dans un discours déclamé ce 22 septembre 2021, le PDG de l’instance, Nikil Rathi, a confirmé l’hostilité systémique de l’organisme vis-à-vis du secteur des devises numériques.

« Nous avons averti à plusieurs reprises que les investisseurs dans ces produits (NDLR : les cryptomonnaies) doivent être prêts à perdre tout leur argent », a déclaré Nikil Rathi lors d’une prise de parole à Londres.

Sans évoquer nommément le secteur des devises numériques, le dirigeant de la FCA a poursuivi en annonçant des mesures plus strictes contre le blanchiment d’argent. Nikil Rathi estime que l’instance a été « trop souvent critiquée pour avoir agi lentement ou avec trop d’aversion pour le risque », et que la donne va désormais changer.

Le régulateur britannique réitère une position adoptée en 2017. Cette année-là, la FCA avait publié une longue diatribe à l’encontre des devises numériques comme le Bitcoin (BTC). L’organisme y résumait la cryptomonnaie à un actif spéculatif susceptible de mettre en danger les investisseurs imprudents.

« Une cryptomonnaie est une monnaie numérique qui n’est pas émise ou adossée à une banque centrale ou à un gouvernement. Elles ont connu une volatilité importante des prix au cours de la dernière année, ce qui, combiné à l’effet de levier, vous expose au risque de subir des pertes importantes et potentiellement de perdre plus que ce que vous avez investi », mettait en garde la FCA en 2017.

👉 Sur le même sujet : la FCA incite les entreprises cryptos britanniques à s’enregistrer au plus vite

Le régulateur britannique continue de réprimer le secteur des cryptomonnaies

Le régulateur britannique continue de réprimer le secteur des cryptomonnaies

Au cours des dernières années, la Financial Conduct Authority s’est plusieurs fois attaquée au secteur des cryptomonnaies. Le gendarme financier britannique a multiplié les enquêtes visant les monnaies décentralisées depuis 2019. Plus récemment, l’organisme a interdit à Binance UK d’opérer sur le territoire britannique. Paradoxalement, la FCA estime qu’une régulation excessive des cryptomonnaies n’est pas souhaitable.

Pour l’instance de régulation, les cryptomonnaies ne sont cependant rien de plus que des actifs spéculatifs qui risquent de ruiner les investisseurs. Notez pourtant que le secteur des monnaies numériques continue de brasser de plus en plus d’argent d’année en année. D’après les données de CoinMarketCap, la valorisation du marché des cryptomonnaies frôle les 2 000 milliards de dollars, soit le double de sa valeur en début d’année. En parallèle, le livre sterling continue de perdre de la valeur. D’après la Banque d’Angleterre (BoE), l’inflation au Royaume-Uni devrait atteindre les 4% d’ici la fin de l’année 2021.

👉 Sur le même thème : Au Royaume-Uni aussi, les régulations freinent le développement de l’industrie des cryptomonnaies

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

A propos de l’auteur : Florian Bayard

A propos de l’auteur : Florian Bayard

Empêcher les hackers d’accéder aux cryptomonnaies, une ambition suisse?

Publié jeudi 23 septembre 2021 à 17:18

Les récents piratages informatiques de la commune de Rolle, des entreprises Comparis ou encore Odlo, ont des conséquences politiques en Suisse. Et elles pourraient être majeures. Jeudi, le conseiller national Roger Nordmann (VD/PS) a déposé une motion visant à empêcher notamment les hackers d’utiliser de manière anonyme les cryptomonnaies. Le but, c’est qu’ils ne puissent plus accéder en toute impunité aux rançons qu’ils obtiennent de leurs victimes. Une idée difficile à concrétiser, avertissent des experts.

Dans sa motion (21.4068), Roger Nordmann interpelle le Conseil fédéral avec trois pistes principales. D’abord, il demande une identification obligatoire des ayants droit économiques des cryptomonnaies basées en Suisse. Ensuite, d’interdire l’utilisation en Suisse de cryptomonnaies qui ne garantissent pas l’identification de l’ayant droit. Enfin, d’interdire aux banques et aux institutions financières d’effectuer des transactions avec des cryptomonnaies dont l’identification du bénéficiaire effectif n’est pas garantie.

«Secret pas absolu»

«Secret pas absolu»

Aujourd’hui, il est possible de suivre les mouvements des bitcoins et d’autres cryptomonnaies en ligne. Mais pas d’identifier leurs propriétaires. Pour Roger Nordmann, «les cryptomonnaies ne peuvent pas devenir la place financière de la criminalité organisée. Le secret des cryptomonnaies ne peut pas être absolu. Il faut que les autorités pénales puissent remonter la chaîne des transactions et identifier les ayants droit économiques. Sinon, les cryptomonnaies vont devenir des «dark-currencies» et menacer les fondements de l’Etat de droit.»

Carlo Lombardini, avocat au barreau de Genève et professeur associé à l’Université de Lausanne, estime que «c’est une bonne idée, même si elle est utopiste». Il estime que cette motion «est nécessaire parce qu’il faut lancer le débat, cela permet de sensibiliser la place financière». Mais l’expert avertit: «Ce n’est pas simplement une question d’ayant droit économique mais également de titulaire de l’adresse utilisée. Les cryptomonnaies permettent un anonymat total de l’utilisateur. Il y a certes une transparence des mouvements mais on ignore qui les fait.» Carlo Lombardini ajoute que «les problèmes techniques sont innombrables, compte tenu du fait qu’on est en présence d’un réseau décentralisé – il n’est donc pas possible de parler de domicile –, qui n’est localisé nulle part et qui est accessible à partir d’un téléphone.»

«Irréaliste»

«Irréaliste»

Fedor Poskriakov, avocat chez Lenz & Staehelin et spécialiste des cryptomonnaies, est sceptique. «Tout d’abord, une cryptomonnaie n’a pas de domicile. L’on peut certes penser aux entités ou personnes qui font évoluer ou contribuent à une cryptomonnaie, mais en général ces entités ou personnes n’ont aucun contrôle sur les transactions, donc les obliger à identifier tous les ayants droit économiques serait irréaliste et n’aurait pas tellement de fondement juridique.» L’avocat poursuit: «Comme le Conseil fédéral l’a déjà relevé dans ses réponses à divers postulats ou motions en relation avec les cryptomonnaies, le régime actuel de la loi sur la lutte contre le blanchiment d’argent (LBA) est déjà satisfaisant dans le sens que les intermédiaires financiers doivent procéder aux vérifications, notamment à l’identification de l’ayant droit économique, également en cas de transactions en cryptomonnaies dans lesquelles l’intermédiaire financier intervient.»

Selon Fedor Poskriakov, «ce système permet déjà de s’assurer que le système financier suisse ne sera pas «contaminé» par des fonds provenant d’activités criminelles qui seraient ensuite blanchis à travers des transactions passant par des cryptomonnaies.»

Interdire des cryptomonnaies empêchant toute traçabilité semble tout aussi difficile, selon l’avocat: «Ce serait irréaliste, et infondé en termes de restrictions à la liberté économique, sachant que ces «Anonymity-Enhanced Cryptocurrencies (AEC) n’ont pas une utilité que pour des criminels. Une interdiction aux intermédiaires financiers d’être impliqués dans des transactions avec des AEC pourrait – à tout le moins en théorie – être envisagée, mais devrait être justifiée par un risque sérieux et quantifié pour la stabilité ou l’intégrité du système financier et se heurterait à des obstacles pratiques et des difficultés sous l’angle de la sécurité juridique, car il faudra clairement définir les valeurs patrimoniales interdites.»

A l’avant-garde

A l’avant-garde

Cela ne décourage pas Roger Nordmann. «Il ne s’agit pas d’interdire des cryptomonnaies en Suisse, mais de poser un standard légal d’identification. Si la Suisse le fait, il sera possible de développer en avant-garde des cryptomonnaies honnêtes. Ce sera un grand atout pour notre place financière.» Le conseiller national note par ailleurs qu’en «contournant les standards ordinaires de la place financière en matière de lutte anti-blanchiment, certaines cryptomonnaies deviennent une concurrence déloyale pour les banques.»

A voir si cette motion sera suivie d’effets. Selon le site spécialisé Finews, la Finma, l’autorité de régulation des marchés suisses, a récemment adressé un message aux fournisseurs suisses de cryptomonnaies: Ils doivent prendre immédiatement des mesures supplémentaires pour empêcher les criminels d’utiliser ces actifs numériques. En parallèle, les Etats-Unis ont commencé à sanctionner, mardi, des plateformes d’échange utilisées par des hackers.

Offensive diplomatique

En parallèle, Roger Nordmann demande que la Suisse agisse au niveau international: «Il est évident qu’il faudra une coordination internationale pour cadrer les cryptomonnaies. La Suisse étant une place financière de premier plan, elle doit s’engager aux avant-postes pour établir un accord international. C’est la raison pour laquelle je demande une offensive diplomatique dans ce sens.»

Pékin serre encore la vis sur les cryptomonnaies

Le gouvernement chinois a encore durci, vendredi, sa politique de répression à l’encontre des plateformes de négociation de cryptomonnaies en se dotant d’un dispositif visant à éradiquer les activités «illégales» entourant les échanges de bitcoins et autres devises virtuelles. Pékin a également…

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Pas encore abonné à L’AGEFI Quotidien, découvrez nos offres

Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Cryptomonnaies, NFT. Histoires parallèles

Publié le 23 sept. 2021 à 17:51Mis à jour le 23 sept. 2021 à 19:06

Si le passé n’offre pas toujours la meilleure explication de l’avenir, les rapprochements peuvent parfois être confondants. Les experts de Morgan Stanley observent, à partir de l’étude la plateforme d’échange Crypto.com, que la croissance des utilisateurs de cryptoactifs présente une forte similarité avec celle de l’adoption d’Internet, quoique marginalement plus forte et moins volatile sur la période 2016-2021.

Les 221 millions de détenteurs de portefeuilles de cryptomonnaies et de jetons non fongibles (NFT), à fin juin d’après Crypto.com – nonobstant le biais de l’agrégation des données de 24 plateformes -, sont plus nombreux que les internautes en 1998. Si les courbes se prolongeaient, ils seraient un demi-milliard en 2025, un milliard avant 2030. Toute ressemblance avec l’histoire d’une bulle qui porte le même nom serait évidemment fortuite.

Décoder le monde d’après

Décoder le monde d’après

Chaque jour, la rédaction des Echos vous apporte une information fiable en temps réel. Elle vous donne les clés pour décrypter l’actualité et anticiper les conséquences de la crise actuelle sur les entreprises et les marchés. Comment évolue la situation sanitaire ? Quelles nouvelles mesures prépare le gouvernement ? Le climat des affaires s’améliore-t-il en France et à l’étranger ?Vous pouvez compter sur nos 200 journalistes pour répondre à ces questions et sur les analyses de nos meilleures signatures et de contributeurs de renom pour éclairer vos réflexions.

Les traders Solana peuvent pousser SOL à 81 $ | Cryptomonnaie

Le prix de Solana s’échangeait principalement latéralement lors de la séance de bourse de jeudi. Les traders continuent d’avoir du mal à franchir la résistance à court terme en éliminant tout signe de faiblesse en dessous de 144 $. Les deux côtés du marché sont très proches de conditions qui généreraient une cassure importante.

Le prix de Solana s’attend à ce que les vendeurs poussent Solana en dessous de 100 $ si les concessionnaires ne détiennent pas 144 $

Le prix de Solana s'attend à ce que les vendeurs poussent Solana en dessous de 100 $ si les concessionnaires ne détiennent pas 144 $

Solana pice est à un point d’inflexion. Les traders et les traders sont positionnés presque uniformément pour générer une tendance qui se dirigera vers de nouveaux plus hauts ou plus bas historiques en dessous de 100$.

Deux extensions de Fibonacci partagent des niveaux de 161,8% entre 81 $ et 79 $, ce qui est juste au-dessus de Senkou Span B (76 $) et du retracement de Fibonacci 61,8% (79 $). Une grande concentration de ces fourchettes de prix agit souvent comme un aimant, avertissant que le prix de Solana peut avoir un retracement plus profond avant de monter.

Graphique Ichimoku journalier SOL / USDT

Pour que les traders annulent tout sentiment baissier à court terme et confirment une reprise du mouvement haussier précédent, le prix de Solana doit sortir du Kijun-Sen et clôturer au-dessus de ce niveau (154 $). Si cela se produit, toutes les autres conditions avec le système Ichimoku se produiront avec une poursuite haussière.

La seule considération dont les traders doivent être conscients est l’absence d’extrêmes dans les oscillateurs et toute divergence haussière régulière ou cachée. Il existe une réelle possibilité que l’action actuelle des prix ne soit rien de plus qu’un rebond de chat mort et devrait servir d’avertissement que de nouveaux creux sont probables.

Aimez-vous cet article? Aidez-nous avec vos commentaires en remplissant ce sondage :

Nancy | Arnaque à la cryptomonnaie : l’ex-espion luxembourgeois casse son image de fuyard en cavale et espère quitter la prison de Nancy

Ni smoking ni pistolet Walther PPK. C’est en jean et baskets blanches que Frank Schneider, ancien numéro 3 des services secrets luxembourgeois, a pris en charge jeudi la chambre de l’instruction de Nancy. Le mythe de l’espionnage de James Bond est atteint. La cinquantaine, d’une politesse toute ronde et douce, l’homme n’a pas non plus l’air d’un délinquant dangereux. Au lieu de cela, il a le profil sérieux d’un président de chambre de commerce et d’industrie.

Il se définit comme quelqu’un dont la profession est de « gérer la situation ». Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a un travail difficile pour lui. La « situation » lui a en effet dangereusement échappé depuis le 29 avril. Ce jour-là, il a été interpellé par la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) de Metz juste avant la frontière luxembourgeoise. « J’ai été arrêté comme terroriste devant ma femme et mon fils de 13 ans. Je n’avais aucune idée de ce que c’était et je ne savais même pas que c’était la police », explique Frank Schneider. Les super flics du BIS ont en fait agi sur la base d’un mandat d’arrêt international émis par les États-Unis.

L’ancien agent secret luxembourgeois devenu business est, en effet, soupçonné par la justice américaine d’être impliqué dans l’affaire OneCoin, une énorme arnaque à la crypto-monnaie. Cependant, il n’est pas censuré en France.

L’enjeu lors de l’audience de lundi à Nancy n’était donc pas de le juger, mais de valider ou non son extradition vers les Etats-Unis pour y être jugé. Mais son avocat a déposé une longue requête la veille de s’opposer à sa remise aux autorités américaines, et la chambre de l’instruction n’a pas eu le temps de l’examiner. Elle a donc reporté le débat sur l’extradition au 18 novembre.

processus de justice américain

processus de justice américain

Il restait un autre point à trancher : s’il fallait ou non garder Frank Schneider derrière les barreaux. « La prison est difficile. La nuit, je ne peux pas dormir. Il y a un bruit infernal. Il m’est impossible de travailler ma défense », s’est défendu le Luxembourgeois de 50 ans.

Lui aussi, et surtout, a tenté de briser l’image de délinquant en fuite que les États-Unis lui avaient collée. « Les Américains savaient parfaitement où il se trouvait (à Joudreville, dans le Pays-Haut, dans une résidence qu’il possède depuis 1996), mais ils ont décidé de créer les conditions pour le présenter comme un fugitif », accuse son avocat parisien, I Emmanuel Marsigny.

Ce dernier tire des balles rouges sur la justice américaine. Et plus particulièrement au sujet du procureur de New York qui aurait retenu aux autorités françaises l’existence d’un rendez-vous avec Schneider en avril 2020 et finalement annulé pour cause de Covid. Cette rencontre avortée démontrerait que le Luxembourgeois n’était en fait pas un fugitif.

« Nous ne sommes pas là pour juger la justice américaine », réagit le procureur général, qui appelle au maintien en détention de l’ex-espion. Et c’est pour éviter toute tentation de s’évader pour échapper aux 40 ans d’emprisonnement auxquels il s’expose aux États-Unis.

La chambre de l’instruction rendra sa décision le 18 novembre. Mais elle penche pour un lancement sous bracelet électronique. Elle a demandé aux services pénitentiaires de vérifier si c’était faisable.

Le saut dans la cryptomonnaie… 2ème partie

Connaître le nom de la principale crypto-monnaie, savoir où et comment l’acheter, la stocker, la convertir en actifs ou comment la vendre à profit n’est pas la partie principale de l’utilisation de cette monnaie virtuelle.

La plateforme d’échange sur laquelle vous effectuerez ces opérations n’est pas une banque de dépôt. A ce niveau.

Vous ne pourrez pas utiliser votre carte CB, déposer ou retirer de l’argent si vous ne l’avez pas stocké dans votre portefeuille.

Mais c’est l’une des planètes de la galaxie.

D’autres parties qui génèrent des richesses ou des pertes liées à celles précédemment construites dans leur ensemble, sont les mastodontes, les blockchains qui génèrent de la crypto-monnaie et en particulier les plateformes qui proposent des produits financiers basés sur des montages mystérieux et dangereux. …

Publié par ordinateur mais surtout basé sur des schémas pyramidaux inspirés de la théorie de l’abondance de Ponzi, parfois dans des mines d’or ou de pierres précieuses… alors oui ça peut rapporter gros mais il y a ceux qui sont heureux et ceux qui sont moins chanceux quand le système s’effondre et pour diverses raisons, à commencer par la suspension des paiements jusqu’au départ de l’initiative du projet qui disparaît en laissant les investisseurs.

D’autant plus que nombre d’entre eux opèrent en dehors du dispositif réglementaire de la zone concernée… sans garantie définitive !

L’incident a été soit surveillé, soit fait l’objet d’une descente de police judiciaire ou autrement… arrêté par l’administration pendant l’enquête… nombreux défilés, construction d’autres plateformes qui proposent le même ou presque le même produit, le temps de l’enquête… et le temps pour lever des fonds d’une plateforme à une autre plateforme.

Les compteurs qui marquent le revenu quotidien des investisseurs s’arrêtent… pendant ce temps… si on va récupérer ou non les actions et les profits que l’on n’a pas eu le temps de déplacer ? … C’est la question.

Tant de choses à comprendre avant de sauter… une petite prière à St Antoine ne sert à rien…

Ce n’est pas l’esprit français de prendre ce risque qu’ils préfèrent les caisses d’épargne… à 0,50%.

Mais comme on le sait les banques n’hésitent pas parfois à tester le système avec vos dépôts que vous seul n’osez pas exposer ce risque… pourquoi feraient-ils ça pour vous ? Peut-être.

Sans doute, qui sait, car ils vous rapportent des avantages fiscaux dans les paradis fiscaux.

Les anglo-saxons et les asiatiques sont plus dynamiques dans ce domaine.

Le Qatar est également de la partie et va bientôt inonder le marché… la communauté sportive est visée… Le PSG a à lui seul la crypto-monnaie vendue à 26 € le jeton. (Jeton Fan Saint-Germain €..)

Le contrat MESSI est en partie discuté sur la crypto-monnaie… je pensais qu’il était temps d’en profiter avant la Coupe du monde… qui créerait ces galaxies.

Pas étonnant que ce soit dans ces régions que ces galaxies s’installent.

Deux millions de Français utiliseront ou devront traiter avec la crypto-monnaie sous une forme ou une autre.

De quoi motiver les membres du Comité des Finances et les hauts fonctionnaires à modifier les règles fiscales périodiques et à modifier les formulaires spéciaux de saisie et de restitution de ses impôts IR.

Cela a été une telle reconnaissance et/ou acceptation que les choses seront ouvertes de cette manière malgré le faux cul des positions politiques.

En attendant, je vous le donne, ça bourdonne dans l’ambiance naturelle du temps et des saisons…

Pas sûr que le tri de vos déchets soit compensé… mais gardez cet acte immobile.

Vous recevrez une grande satisfaction personnelle… après tout… c’est un comportement simple et naturel comme les réflexes.

Comment investir dans la cryptomonnaie –

Vous souhaitez investir dans la crypto-monnaie ? Ce n’est pas une mauvaise idée, car c’est une tendance qui porte ses fruits aujourd’hui. Cependant, il faut savoir qu’il est important d’être outillé pour démarrer un tel travail. En effet, bien que d’autres personnes aient réussi à investir dans la monnaie virtuelle, gardez à l’esprit que ce n’est pas toujours le cas.

Il est très facile de perdre tout l’argent sur cet investissement si vous n’avez pas les bonnes méthodes. Si vous voulez réussir à investir dans la crypto-monnaie, vous êtes au bon endroit. Dans cet article, vous avez la possibilité d’apprendre quelques bons conseils. Cela vous aidera à avancer la tête haute, mais sans rêves. En raison de la précipitation, vous pouvez avoir une mauvaise expérience avec la monnaie électronique.

Choisissez le meilleur courtier en ligne pour investir dans la crypto-monnaie

Choisissez le meilleur courtier en ligne pour investir dans la crypto-monnaie

L’une des premières choses que vous devez faire pour réussir à investir dans les crypto-monnaies est de choisir un bon courtier en ligne. C’est l’une des premières étapes pour mettre toutes les cartes de votre côté. Il est possible de trouver plusieurs de ces sites aujourd’hui.

C’est par exemple le cas de Bitcoin Prime, qui peut vous donner des idées à ce niveau. Soit dans le cadre du Bitcoin, qui est l’une des monnaies électroniques les plus populaires, soit dans d’autres. Commencez toujours à travailler avec un courtier en ligne professionnel.

Ce dernier vous aide à avoir tous les outils dont vous avez besoin pour réussir. Ce dernier vous apprendra d’abord qu’il est important de suivre une formation poussée dans ce domaine. A noter qu’il peut s’agir d’une personne physique ou d’une plateforme en ligne. Dans l’ensemble, vous devez donner suffisamment d’importance au professionnalisme. N’hésitez pas à faire des sondages pour faire le bon choix.

Ouvrir un compte de trading de crypto-monnaie

Ouvrir un compte de trading de crypto-monnaie

Évidemment, il est nécessaire d’avoir une plateforme pour investir en monnaie virtuelle. N’oubliez pas qu’en passant par les places de marché, vous avez la possibilité de choisir parmi une large gamme de crypto-monnaies.

Ce n’est pas du tout difficile à faire, car le processus est presque le même partout. Il vous suffit de vous rendre sur le site officiel du site sélectionné. Il vous suffit de trouver le bouton « Rejoindre maintenant » ou « Échanger maintenant ».

Vous serez alors redirigé vers une page où il vous sera demandé de saisir vos informations personnelles. Suivez simplement la procédure en remplissant les champs requis. Vous pouvez également prendre le raccourci en vous connectant via Gmail ou Facebook si vous avez des comptes à ce niveau. Par conséquent, vous bénéficierez du compte.

Sécurisez votre compte pour gagner de l’argent en crypto-monnaie

Sécurisez votre compte pour gagner de l'argent en crypto-monnaie

A ce niveau, tout dépend de chaque plateforme de trading en ligne. Il vous sera demandé de payer un certain montant. Il est également important de savoir que la plupart des plateformes vous obligent à déposer votre argent en dollars. Certains acceptent l’euro. Mais il est possible de convertir votre devise lors du dépôt.

Assurez-vous également de choisir le mode de paiement approprié en fonction de ce qui est proposé sur le site Web en question. Mais on vous propose généralement le paiement par Visa, Mastercard, Maestro et autres cartes de crédit. Il est également possible de payer via PayPal, Skrill et Neteller.

Vous pouvez également spécifier votre compte marchand de ces manières. Gardez à l’esprit, cependant, qu’il est toujours important d’ouvrir un portefeuille pour les crypto-monnaies. Vous pouvez choisir de conserver les gains sous cette forme.

Un absolu

Un absolu

Ce sont des étapes importantes pour investir dans les crypto-monnaies. Gardez toutefois à l’esprit que si vous souhaitez conserver des crypto-monnaies, il est important de les sécuriser correctement. Il y a beaucoup d’informations sur Internet qui vous donneront des solutions à cela. Évitez d’être piraté par des pirates. Bonne chance.

Cryptojacking : tout savoir sur le minage de cryptomonnaie malveillant

Dans un monde qui continue de se numériser, de plus en plus de personnes s’engagent dans des transactions financières en ligne. Cette transformation a conduit à la naissance des crypto-monnaies. Bien que les monnaies virtuelles présentent de nombreux avantages, leur utilisation comporte également des risques, dont le cryptojacking.

Qu’est-ce que le cryptoacking ?

Qu'est-ce que le cryptoacking ?

Le cryptojacking, également connu sous le nom de cryptomining malveillant, est une menace qui s’intègre sur un ordinateur ou un appareil mobile. Cela utilise ensuite les ressources de l’appareil victime pour extraire la crypto-monnaie. C’est une menace dangereuse qui peut prendre le contrôle des navigateurs Internet et compromettre un large éventail d’appareils (ordinateurs portables, PC, smartphones, serveurs réseau, …). Avec seulement quelques lignes de code, les cryptojackers peuvent prendre le contrôle des ressources de n’importe quel ordinateur.

Conséquences : Le temps de réponse devient plus lent, la machine utilise davantage ses processeurs, les appareils surchauffent, etc. Les cryptojackers utilisent ces actifs à la fois pour voler la crypto-monnaie des portefeuilles numériques et pour permettre aux ordinateurs d’extraire des données importantes. Comme de nombreuses formes de cybercriminalité, l’argent reste le principal facteur de motivation de la menace. Mais contrairement à d’autres, le cryptojacking est conçu pour fonctionner à l’insu de la victime.

Qu’est-ce que l’extraction et l’extraction de crypto-monnaie?

Qu'est-ce que l'extraction et l'extraction de crypto-monnaie?

Les crypto-monnaies utilisent une base de données distribuée, connue sous le nom de blockchain pour fonctionner. La blockchain est régulièrement mise à jour avec des informations sur toutes les transactions qui ont eu lieu depuis la dernière mise à jour. Chaque série de transactions récentes est combinée en un bloc à l’aide d’un processus mathématique complexe.

Pour produire de nouveaux blocs, les crypto-monnaies s’appuient sur des experts pour fournir la puissance de calcul. Ces experts sont les « mineurs ». Et ils sont récompensés par des crypto-monnaies. Les plus grandes crypto-monnaies utilisent des équipes de mineurs exécutant des plates-formes informatiques dédiées pour effectuer les calculs mathématiques nécessaires. Cette activité nécessite une grande quantité d’électricité. Le réseau Bitcoin, par exemple, consomme actuellement plus de 73 TWh d’énergie par an.

L’avenir des Cryptojackers et du Cryptojacking

Les cryptojackers sont des personnes qui souhaitent profiter des avantages du minage de crypto-monnaie sans avoir à investir au début. En d’autres termes, le cryptojacker n’investit pas dans du matériel minier coûteux et contourne les grosses factures d’électricité. Les cryptojackers exploitent principalement Monero, un type de crypto-monnaie particulièrement difficile à localiser.

Le cryptojacking a tendance à augmenter proportionnellement à la valeur des crypto-monnaies, en particulier Bitcoin et Monero. Mais ces dernières années, l’activité de cryptojacking a été plus modérée. Cela s’explique en partie par la répression accrue de la fraude par les forces de l’ordre, comme l’a révélé la fermeture de Coinhive. Il s’agit d’une bibliothèque JavaScript lancée en 2017. Coinhive a permis à un site Web d’utiliser l’ordinateur client pour exploiter la crypto-monnaie Monero.

Le code de Coinhive a été rapidement abusé. Un script de minage pourrait en effet être injecté dans un site Web par un pirate informatique à l’insu du propriétaire du site. Coinhive a été fermé en 2019. Les cryptojackers sont principalement motivés par l’argent. Le minage de crypto-monnaie peut en effet être très rentable. Le cryptojacking est la manifestation criminelle du cryptomining. Cette entreprise offre un moyen illégitime, mais efficace et peu coûteux d’extraire des pièces de valeur.

Comment fonctionne le cryptoacking ?

Comment fonctionne le cryptoacking ?

Les cybercriminels piratent des appareils pour installer un logiciel de cryptojacking. Le logiciel fonctionne en arrière-plan, extrayant des crypto-monnaies ou volant des portefeuilles de devises virtuelles.

Installation du logiciel de cryptage

Pour que l’appareil d’une victime exploite secrètement une crypto-monnaie, les pirates informatiques utilisent généralement les techniques suivantes :

Dans les deux cas, le code insère le script de cryptojacking sur l’appareil, qui s’exécute en arrière-plan pendant que la victime travaille. Quelle que soit la méthode utilisée, le script effectue des problèmes mathématiques complexes sur les appareils des victimes et envoie les résultats à un serveur contrôlé par le pirate.

La baisse des performances comme seul signe des victimes

Contrairement à d’autres types de logiciels malveillants, les scripts de cryptojacking n’endommagent pas les ordinateurs ou les données des victimes. Cependant, ils volent les ressources informatiques de votre ordinateur. Pour les particuliers, les performances de traitement plus lentes sont au mieux ennuyeuses. Mais le cryptojacking est un vrai problème pour les entreprises.

En effet, les organisations disposant de nombreux systèmes cryptés engagent des dépenses supplémentaires. Ceux-ci peuvent, par exemple, être causés par le remplacement de composants ou de systèmes. Et ce, dans l’espoir de résoudre le problème de performance. Vous devez également tenir compte de l’investissement en temps pour le service informatique. De nombreux systèmes cryptés génèrent également des coûts supplémentaires sur la facture d’électricité.

Kriptomineratik kriptojackingera

Dans les premiers cas de cryptomining, certains éditeurs Web ont tenté de monétiser leur trafic en demandant aux visiteurs la permission d’exploiter des crypto-monnaies sur leur site. Ils l’ont positionné comme un commerce équitable – les visiteurs ont reçu du contenu gratuit tandis que les sites utilisaient leurs ordinateurs pour l’exploitation minière. Par exemple, sur les sites de jeux, les utilisateurs peuvent jouer gratuitement pendant un certain temps pendant que le code JavaScript recherche des pièces. Ainsi, lorsqu’ils quitteraient le site, le cryptomining serait terminé. Cette approche peut fonctionner si les sites restent transparents.La difficulté pour les utilisateurs est de savoir si les sites sont honnêtes ou non.

Les versions malveillantes du cryptomining, alias cryptojacking, ne nécessitent pas d’autorisation et continuent de fonctionner longtemps après avoir quitté le site d’origine, à l’insu des utilisateurs. Le code utilise juste assez de ressources système pour passer inaperçu. Bien que l’utilisateur pense que les fenêtres visibles du navigateur sont fermées, une fenêtre cachée reste ouverte. Souvent, il peut s’agir d’un pop-under. Ce dernier est dimensionné pour tenir sous la barre des tâches ou derrière l’horloge.

Le cryptojacking peut également infecter les appareils mobiles Android en utilisant les mêmes méthodes que celles qui ciblent les ordinateurs de bureau. Certaines attaques se produisent via un cheval de Troie caché dans une application téléchargée. Les utilisateurs peuvent également être redirigés vers un site infecté, laissant un pop-under persistant. Certains scripts de cryptojacking ont des capacités de vermifuge qui leur permettent d’infecter d’autres appareils et serveurs sur un réseau. Cela les rend plus difficiles à identifier et à supprimer. Ces scripts peuvent également vérifier si l’appareil est déjà infecté par des logiciels malveillants concurrents de cryptomining. Si un autre cryptomineur est trouvé, le script le désactive.

Quelques exemples d’attaques de cryptoacking

Voici quelques exemples de cryptojacking de premier ordre.

Le code caché dans le code du Los Angeles Times Homicide Report

En 2018, un code de cryptojacking a été découvert caché sur la page du rapport de meurtre du Los Angeles Times. Lorsque les visiteurs ont atterri sur cette page, leurs appareils ont été utilisés pour exploiter une crypto-monnaie populaire appelée Monero. La menace est passée inaperçue pendant un certain temps. La puissance de calcul utilisée par le script était très minime. En conséquence, les utilisateurs n’étaient pas en mesure de dire que leurs appareils avaient été compromis.

Attaque contre un système européen de contrôle des services d’eau

Toujours en 2018, des cryptojackers ont ciblé le réseau d’un système de surveillance des services d’eau européens. Cela a sérieusement compromis la capacité des opérateurs à gérer l’usine. Il s’agissait du premier cas connu d’attaque de cryptojacking sur un système de contrôle industriel. Selon le piratage du Los Angeles Times, le mineur générait du Monero.

Autres attentats en 2018

Au début de 2018, le mineur Coinhive s’est avéré être diffusé sur des publicités YouTube via la plate-forme DoubleClick de Google. En juillet et août 2018, une attaque de cryptojacking a infecté plus de 200 000 routeurs MikroTik au Brésil, injectant le code CoinHive dans une énorme quantité de trafic Web.

Huit applications basées sur la crypto-monnaie du Microsoft Store

En 2019, huit applications téléchargées depuis le Microsoft Store exploitaient secrètement de la crypto-monnaie avec les actifs de celui qui les avait téléchargées. Les applications devaient provenir de trois développeurs différents. Mais beaucoup soupçonnent qu’il s’agit du travail de la même organisation/personne. Lorsqu’un utilisateur a téléchargé et lancé l’une des applications, il a téléchargé sans le savoir un code JavaScript de cryptojacking. Le mineur s’activerait et commencerait à chercher Monero.

Comment détecter le cryptoacking ?

Le cryptojacking est difficile à détecter. Le processus est en fait souvent caché ou ressemble à une activité bénigne sur votre appareil. Cependant, voici trois signes à surveiller.

Diminution des performances

L’un des principaux symptômes du cryptojacking est la mauvaise performance de vos appareils informatiques. Des systèmes plus lents peuvent être le premier signe à surveiller. Si votre appareil fonctionne lentement, se bloque ou affiche des performances inhabituellement médiocres, cela devrait vous alerter. Un autre indicateur potentiel est une batterie qui se décharge plus rapidement que d’habitude.

Chauffage

Le cryptojacking est un processus gourmand en ressources qui peut provoquer une surchauffe des appareils informatiques. Cela peut endommager votre ordinateur ou raccourcir sa durée de vie. Si votre ordinateur portable ou le ventilateur de votre ordinateur fonctionne plus rapidement que d’habitude, cela peut indiquer qu’un script de cryptojacking chauffe l’appareil.

Utilisation de l’unité centrale de traitement (CPU)

Une utilisation accrue du processeur lorsque vous êtes sur un site Web avec peu ou pas de contenu multimédia pourrait être un signe que des scripts de cryptojacking sont en cours d’exécution. Vérifier l’utilisation de l’unité centrale de traitement (CPU) de votre appareil à l’aide du moniteur d’activité ou du gestionnaire de tâches est un bon test de cryptojacking. Mais lorsque votre ordinateur fonctionne à pleine puissance, le script s’exécute lentement, ce qui rend la détection plus difficile.

Comment se protéger du cryptojacking

Utilisez un bon programme de cybersécurité

Un programme complet de cybersécurité aidera à détecter les menaces à tous les niveaux. Cette solution peut fournir une protection contre les logiciels malveillants de cryptojacking. Comme pour toutes les autres précautions contre les logiciels malveillants, il est préférable d’installer la sécurité avant de devenir une victime. Les experts recommandent également d’installer les dernières mises à jour et correctifs logiciels. Ceci est pour votre système d’exploitation et toutes les applications, en particulier celles impliquant des navigateurs Web.

Soyez au courant des dernières tendances en matière de cryptoacking

Les cybercriminels peaufinent constamment le code et inventent de nouvelles méthodes de livraison pour intégrer des scripts mis à jour dans votre système informatique. Être proactif et suivre les dernières menaces de cybersécurité peut vous aider à détecter le cryptojacking sur votre réseau et vos appareils. Il aide également à prévenir d’autres types de menaces de cybersécurité.

Utilisez des extensions de navigateur conçues pour bloquer le cryptage

Les scripts de chiffrement sont souvent implémentés dans les navigateurs Web. Vous pouvez utiliser des extensions de navigateur spécialisées pour bloquer les cryptojackers sur le Web. Ces extensions comme minerBlock, No Coin et Anti Miner sont installées dans certains navigateurs populaires.

Utiliser des bloqueurs de publicités

Étant donné que les scripts de cryptojacking sont souvent livrés via des publicités en ligne, l’installation d’un bloqueur de publicités peut être un moyen efficace de les arrêter. L’utilisation d’un bloqueur de publicités comme Ad Blocker Plus peut à la fois détecter et bloquer le code de cryptojacking malveillant.

Désactiver JavaScript

Lorsque vous naviguez en ligne, la désactivation de JavaScript peut empêcher le code de cryptojacking d’infecter votre ordinateur. Cela peut casser le cryptojacking, mais cela peut vous empêcher d’utiliser certaines fonctionnalités dont vous avez besoin.

Bloquer les pages qui fournissent des crypto-monnaies

Pour empêcher le cryptojacking lorsque vous visitez des sites Web, assurez-vous que chaque site que vous visitez figure sur une liste blanche soigneusement vérifiée. Vous pouvez également mettre sur liste noire des sites connus pour le cryptojacking. Mais il peut toujours exposer votre appareil ou votre réseau à de nouvelles pages de cryptojacking.

Le cryptojacking peut sembler être un crime relativement inoffensif, car la seule chose « volée » est la puissance de l’ordinateur de la victime. Mais l’utilisation de la puissance de calcul à cette fin criminelle se fait à l’insu et sans le consentement de la victime. Et ce, au profit des criminels qui créent illégalement de l’argent. Les experts recommandent de suivre de bonnes pratiques de cybersécurité pour minimiser les risques pour tous les appareils.

Old FUD, nouvelle baisse des prix BTC | Cryptomonnaie

De vieilles nouvelles sont soudainement reprises sur les réseaux sociaux, faisant instantanément chuter les prix des crypto-monnaies.

Bitcoin (BTC) a soudainement perdu 2 000 $ en une heure le 24 septembre lorsque ce qui semblait être de vieilles nouvelles concernant une interdiction réglementaire chinoise a frappé les médias sociaux.

Graphique en chandeliers BTC/USD d’une heure (timbre binaire). Source : TradingView

Bitcoin vs Chine : ne croyez pas au « FUD »

Bitcoin vs Chine : ne croyez pas au « FUD »

Les données de Cointelegraph Markets Pro et TradingView ont suivi le BTC/USD alors qu’il a fortement chuté de 45 000 $ à près de 42 000 $.

La réaction instinctive est survenue lorsqu’une note de la banque centrale chinoise, la Banque populaire de Chine (PBoC), a commencé à circuler en ligne, criminalisant pratiquement toutes les activités de crypto-monnaie, à l’exception des avoirs.

Cependant, comme l’ont noté les commentateurs, la PBoC a initialement publié les directives mises à jour le 15 septembre, mais les a mises en ligne le vendredi 24 septembre.

Néanmoins, ce qui est maintenant devenu une source classique de pression sur les prix BTC – le « FUD » sur les interdictions chinoises – a rapidement fait des ravages sur le sentiment du marché.

« Les marchés réagissent toujours fortement au FUD. Impressionnant », répond Michaël van de Poppe, employé de Cointelegraph.

Des réactions similaires avaient eu lieu à la suite de la prétendue faillite imminente du géant chinois de l’immobilier Evergrande, qui avait longtemps été un sujet de niche avant que l’attention des médias grand public ne commence. formation sur les marchés traditionnels et crypto-monnaies.

Les altcoins souffrent d’éther à moins de 3 000 $

Les Altcoins, quant à eux, ont rejoint Bitcoin pour perdre de la valeur après le retour de l’histoire chinoise.

L’éther (ETH) était en baisse de plus de 7% au moment de la rédaction et a de nouveau perdu la ligne de support de 3 000 $.

Graphique en chandeliers ETH/USD d’une heure (timbre binaire). Source : TradingView

Les 10 principales crypto-monnaies par capitalisation boursière se sont négociées jusqu’à 9% de moins sur des périodes horaires.

Bitcoin, NFT : Twitter fait de l’œil aux cryptomonnaies et cryptoactifs

Twitter a annoncé jeudi 24 septembre plusieurs nouvelles fonctionnalités pour soutenir les créations. La société de réseautage a lancé « Tips », d’abord sur les appareils mobiles avec le système d’exploitation Apple iOS, qui permettra aux utilisateurs de revenir de la page d’historique à une plate-forme de financement participatif, telle que Patreon. Neuf fondations sont actuellement soutenues. Twitter ne prendra pas de commission sur ces frais.

& # xD;

& # xD;

Conseils sur Bitcoin & # xD;

Les détenteurs de Bitcoin pourront également financer l’application Strike, qui est disponible dans une grande partie des États-Unis, ou via un portefeuille de crypto-monnaie, grâce aux émetteurs  »Bitcoin address », un type de crypto-IBAN.

LIGA – La cryptomonnaie, nouvel eldorado du football espagnol

Les noobs devront s’y habituer : la digitalisation de l’économie du sport ouvre la voie à de nouvelles opportunités financières pour les clubs. Après la pandémie, il est vraiment crucial de trouver des solutions pour reconstituer les fonds et renforcer le lien avec les adeptes. Et dans le paquet de nouveaux outils qui changent la donne, la crypto-monnaie apparaît comme un nouvel eldorado.

En Espagne, plusieurs clubs ont déjà noué des partenariats avec des acteurs majeurs du secteur. Le Valencia FC a même sélectionné un sponsor maillot faisant la promotion de ses propres jetons pour alléger l’obligation légale d’abandonner les partenariats avec les opérateurs de paris sportifs. Peut-être que ça ne te parle pas ? C’est normal. Avec la crypto-monnaie, c’est un vocabulaire complètement obscur qu’il faut désormais assimiler avec le sentiment lancinant que si on a tout compris, c’est mal expliqué.

Avec l’augmentation des revenus numériques, les NFT deviennent par ex. Des atouts qui permettent de se rapprocher de la fan base et de reformater les contrats de partenariat. Les NFT sont des jetons non fongibles, à l’exclusion des jetons non échangeables qui correspondent à un objet numérique (GIF, fichier vidéo ou audio, image) pouvant être lié à un ou plusieurs titulaires. Leur authentification s’effectue selon un protocole blockchain, une technologie de stockage et de transfert d’informations sans qu’un organisme de contrôle lui donne sa valeur d’origine.

Griezmann, NFT et crypto : Sorare, le jeu de fantasy football à 3,7 milliards

Cette technologie blockchain est un nouvel acteur dans le monde du sponsoring sportif. De nombreux clubs et joueurs (Ronaldinho, Messi par exemple) ont leurs tokens à leur image depuis plusieurs années. Cette semaine, La Pulga a même intensifié les choses et augmenté le deal entre le PSG et une plateforme de crypto-monnaie de 25 à 30 millions. € sur 3 ans.

Connu pour la moralité et l’honnêteté

Connu pour la moralité et l'honnêteté

L’utilisation de la cryptomonnaie dans le sport tend à se démocratiser, d’autant plus que ce marché se régule et se structure, au point que les Etats-Unis suivent de près cette évolution car ces monnaies ne sont pas indexées dans les monnaies traditionnelles et peuvent à terme faire de l’ombre au dollar. De nombreux grands clubs l’ont compris en s’associant à diverses plateformes qui convertissent les tokens en sources de revenus. Ce n’est pas un hasard si Lionel Messi recevra une partie de sa prime à la signature sous cette forme et que le Real Madrid, le FC Barcelone et l’Atlético de Madrid l’ont rejoint. « Les joueurs de crypto-monnaie peuvent signer avec des clubs pour gagner en notoriété et en légitimité, mais aussi pour obtenir des accords d’exclusivité, notamment avec des devises liées à un club », explique Anthony Alyce, fondateur d’ecofoot.fr.

Fondateur de la Golden Goals Marketplace, collaborant avec plusieurs clubs de Ligue 1 et Ligue 2, Émilien Leclercq illustre la situation des clubs espagnols en ce début de saison 2020-2021 : « La loi Garzón (qui interdit le parrainage des opérateurs de paris sportifs, ndlr ) engage les clubs à développer des relais de croissance. Les NFT via la technologie blockchain apportent une contribution significative à la création de l’engagement des fans grâce à des contenus uniques édités et commercialisés par le club avec ses propres tokens ».

Griezmann, NFT et crypto : Sorare, le jeu de fantasy football à 3,7 milliards

Outre la notion d’engagement, si coûteuse pour les managers et chefs d’entreprise, c’est aussi le développement de l’exclusivité et donc de la valeur qui est au cœur de ce développement. L’objectif est de faire du profit sur la durée, quelque chose de nouveau : « Un club qui produit son propre NFT crée du contenu avec un contrat d’authenticité qui confirme que le montant utilisé tombe directement dans les caisses, détaille Émilien Leclercq. Et s’il est vendu un. ou plusieurs fois avec valeur ajoutée, le club perçoit des redevances avec un droit de suite, comme dans l’art. Cela offre donc la possibilité d’avoir un revenu perpétuel ».

Autrement dit, ce nouveau parti pris permet de réduire la part de délégation de contrats de sponsoring qui est la norme et de gagner de l’argent sur la base de fans, souvent avec le regard tourné vers l’Asie, sans intermédiaires : « C’est une des réponses à cette perte », poursuit Emilien Leclercq. Cela recouvre au moins trois aspects : les jeux avec des cartes NFT en ligne, à l’image de ce que fait Sorare (société française spécialisée dans les échanges numériques de cartes de football, qui a noué cette semaine un partenariat avec la Liga, ndlr) – bien qu’il ne s’agisse que de revenus ponctuels, l’expérience VIP avec une conversion du virtuel au physique et la notion d’art qui oblige à rassembler des passionnés de billetterie, notamment pour lutter contre le marché noir ».

Réconciliation avec les supporters

Réconciliation avec les supporters

Les fan tokens ont aussi l’avantage pour les clubs de se rapprocher de leurs followers en les impliquant dans certains choix, dont le merchandising, tout en faisant rentrer de l’argent directement dans les caisses. Dans une interview accordée à Ecofoot, Christophe Rousseau, directeur spécial Projet chez Sportfive, décrit l’opération entre supporters et clubs : « En détenant des jetons, l’onglet pourra participer à la vie de son club en contribuant à certaines décisions via un système de vote. la musique d’entrée du joueur au stade, le dessin du troisième maillot, etc. Selon les éléments soumis aux votes du club. Le jeton constitue un véritable droit de vote pour le supporter ».

Émilien Leclercq ajoute un autre aspect : « Le football NFT prend le prisme de la collection artistique et promeut une nouvelle forme de mécénat avec, par exemple, la mise en scène de joueurs avec des marques. Un contrat de licence unique ». Il reste à voir si un tel modèle en Espagne peut compenser les pertes causées par la loi Garzón pour les petits clubs.

Dans l’immédiat, si Gerard Piqué, qui a investi dans Sorare et Javier Tebas, a mis ses deux sous, cela en vaut vraiment la peine. Bien conçu, un tel projet est susceptible d’augmenter les flux de trésorerie et de conduire à une approximation significative de l’afición. Cela peut donc être un renforcement de l’identité : « Il y aura toujours un noyau attaché à son club, confirme Émilien Leclerq. On est dans une dynamique où même les petits clubs vont se lancer car il ne devient pas dépendant de tiers « que tu » progresser, mais en maîtrisant son propre contenu numérique. La vraie révolution est de publier son propre NFT et de vendre soi-même ce contenu en étant innovant ».

Cependant, nous ne savons pas encore s’il s’agit d’une tendance à long terme, ou s’il s’agit simplement d’une bulle spéculative qui est prête à exploser : « Il y a eu récemment des accords majeurs avec le sponsoring de maillots. AS Roma en Serie A., conclut Anthony Alyce Ce n’est pas un hasard si ces contrats ont été signés dans des pays où le parrainage d’opérateurs de paris sportifs est interdit, mais nous n’avons pas suffisamment de recul pour déterminer définitivement si les joueurs de crypto-monnaie pourront compenser pour le manque à gagner actuel ».

« Je ne porte pas le maillot du Barça pour être deuxième ou troisième »

Toujours décevant à Cadix, le Barça n’ira pas plus loin

Chine: la Banque centrale juge illégales toutes les transactions en cryptomonnaies, le bitcoin accuse le…

La banque centrale estime que toutes les activités de trading et de trading de crypto-monnaie sont illégales.

Une nouvelle attaque chinoise contre les crypto-monnaies. Alors que les régulateurs chinois ont pris des mesures contre les mineurs de bitcoins en juin, la Banque centrale nationale va plus loin et vient de déclarer que les transactions de crypto-monnaie sont illégales.

La banque centrale s’est engagée vendredi à réprimer l’activité illégale de commerce de crypto-monnaie en interdisant aux devises étrangères de fournir des services aux investisseurs du continent via Internet.

La banque centrale a également déclaré qu’elle interdirait aux institutions financières, aux sociétés de paiement et aux sociétés Internet de faciliter le commerce de crypto-monnaie et renforcerait sa surveillance des risques associés à de telles activités.

Une décision qui a entraîné une baisse de la valeur de diverses crypto-monnaies. Le Bitcoin a chuté de 6% (36 116 €) vendredi matin et Ethereum a chuté de plus de 9% à 2 859 $.

Un broker fan de Gimv et Brederode | Soulagement général sur Evergrande

Au menu ce jeudi

Au menu ce jeudi

C’est ici que se termine ce live, merci à tous de nos avoir suivis. Le bal des banques centrales continue ce jeudi avec la BNS, la Norges Bank, la BoE et la Banque centrale de Turquie. On attend également les indices PMI flash pour septembre.  

Wall Street finit en hausse alors que le ‘tapering’ de la Fed se précise

Wall Street finit en hausse alors que le 'tapering' de la Fed se précise

La Bourse de New York a fini en nette hausse ce mercredi alors que les investisseurs ont pris note des derniers signaux envoyés par la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a ouvert la porte à une réduction imminente de ses achats d’obligations sur les marchés. Le Dow Jones a gagné 1% à 34.258,32 points. Le S&P 500 a pris 0,95% à 4.395,64 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 1,02% à 14.896,85 points. La fin de séance à Wall Street a été agitée après le communiqué publié par la banque centrale américaine à l’issue de deux jours de réunion de politique monétaire. Dans le document, la Fed a indiqué aussi qu’elle envisageait une première hausse de taux plus tôt que prévu, alors que les indicateurs ont « continué de se renforcer ».

Suite aux annonces de la Réserve fédérale, les actions des banques américaines ont progressé. La tendance était déjà à la hausse avant le communiqué de la Fed, les marchés ayant été soulagés par l’accord conclu par le groupe chinois Evergrande avec ses créanciers pour éviter un défaut de paiement susceptible de mettre à mal l’ensemble du système financier mondial. Joseph LaVorgna, économiste en chef pour la zone Amérique chez Natixis, à New York, a estimé que la Fed pourrait adopter un resserrement moins ‘faucon’ que ne l’anticipent certains observateurs. Côté valeurs, Apple et les autres géants technologiques ont contribué à la bonne performance du S&P 500, qui a enregistré son plus fort pourcentage quotidien de gain depuis le 23 juillet. A l’inverse, FedEx a chuté de 9,1% après avoir fait était d’un bénéfice trimestriel moins important qu’attendu.

Les marchés US terminent dans le vert

Les marchés US terminent dans le vert

Le Dow Jones a pris 1% à 34.258,32 points.

Le Nasdaq a gagné 1,02% à 14.896,85 points.

Le S&P 500 a avancé de 0,95% à 4;395,64 points.

Le pétrole grimpe aidé par des stocks américains en repli

Le pétrole grimpe aidé par des stocks américains en repli

Les prix du pétrole brut ont grimpé ce mercredi, se rapprochant de leurs niveaux de clôture de la semaine dernière, stimulés par une réduction des stocks de brut aux Etats-Unis constatée par l’agence américaine d’information sur l’énergie (EIA).

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a conclu à 76,19 dollars à Londres, en hausse de 2,40% ou 1,83 dollar par rapport à la clôture de mardi. A New York, le baril de WTI pour le même mois, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, a gagné 2,46% ou 1,74 dollar à 72,23 dollars.

Wall Street consolide ses gains après la Fed, le dollar repasse en hausse

Wall Street consolide ses gains après la Fed, le dollar repasse en hausse

Les marchés d’actions américains se maintenaient en hausse après les annonces de la Fed qui se prépare à réduire ses achats d’actifs « bientôt ».

Peu après, le communiqué à 20h, le Dow Jones gagnait même jusqu’à 1,4%, le S&P 500 1,3%, tandis que le Nasdaq s’affichait en hausse de 1,2%. Au début de la conférence de presse du président de l’institution, Jerome Powell, ces indices réduisaient toutefois leur avance pour revenir sur des gains autour de 1%.

Sur le marché obligataire, le taux des bons du Trésor à 10 ans qui ont légèrement baissé de 2 points de base dans la foulée du communiqué pour se rapprocher davantage de la barre des 1,30%, avant d’ensuite inverser leur tendance pour remonter sur la barre des 1,32%.

Même évolution pour le dollar américain, qui baissait de 0,2% face à l’euro pour finalement repartir sur une forte hausse, passant de 0,850 à 0,856 euros.

Soulagement général sur Evergrande, la Fed à suivre

Les Bourses européennes ont terminé en nette hausse, saluant ainsi l’annonce par le géant immobilier chinois Evergrande d’un accord qui écarte temporairement le risque d’un défaut, alors qu’à Wall Street, la tendance est freinée par l’attente des décisions de la Réserve fédérale.

Le Bel 20 a pris 0,68% avec Aperam en tête des hausses. À Paris, le CAC 40 a gagné 1,29%. A Londres, le FTSE 100 a avancé de 1,43% et à Francfort, le Dax a pris 1,03%. L’indice EuroStoxx 50 a terminé sur une progression de 1,29%, le FTSEurofirst 300 de 0,95% et le Stoxx 600 de 0,99%.

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street était elle aussi solidement ancrée en territoire positif, le Dow Jones s’adjugeant 1,18%, le Standard & Poor’s 500 1,07% et le Nasdaq Composite 0,84%.  

AvH: +21% en 2021

Performance depuis le début de l’année

Les chiffres sont susceptibles d’évoluer à la marge.

L’Europe à la fête

À la clôture de la séance, les principaux marchés d’Europe se sont distingués par des indices globalement en hausse.Le CAC 40 parisien est monté de 1,29% à 6.637,0 points. L’indice AEX a progressé de 0,77% à 792,4 points. À 4.139,58 points, l’indice Bel 20 s’est renforcé de 0,68%.

Les indices européens

Les chiffres sont susceptibles d’évoluer à la marge.

Retour en force d’Aperam, Ageas et KBC

Le Bel 20 s’est octroyé 0,68% pour se fixer à 4.139,58 points. Des 20 actions qui le composent, 13 étaient en hausse et 6 en baisse. Une seule valeur est restée inchangée.

Top / Flop du Bel 20

Les chiffres sont susceptibles d’évoluer à la marge.

Europe | Closing Bell

BEL 20: +0,68% CAC 40: +1,29% AEX: +0,77% DAX: +0,90% FTSE 100: +1,40% Stoxx 600 Europe: +0,95% 

Le point sur la tendance

À moins d’une heure de la clôture en Europe, Wall Street et les bourses européennes évoluaient dans le vert, moins crispées par la crise autour du géant de l’immobilier chinois Evergrande, avant la décision de la Banque centrale américaine (Fed). 

 A Wall Street, le Dow Jones gagnait 1,05%, l’indice élargi S&P500 progressait de 0,87% et le Nasdaq montait de 0,70%. Chez nous, le Bel 20 prenait 0,53% avec Aperam, Ageas et KBC en tête de l’indice. La Bourse de Paris gagnait 1,25%, Londres 1,32%, Francfort 0,81% et Milan 1,21%.  

Les marchés attendent la fin de la réunion monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed). Celle-ci pourrait donner, après la clôture des marchés européens, quelques indications sur ses intentions en matière de réduction de ses achats d’actifs.  

Pour Neil Wilson, analyste chez Markets, « difficile de prendre trop de risques, l’attention étant désormais concentrée sur la déclaration du comité de politique monétaire de la Fed et la conférence de presse de son président Jerome Powell ».  

La plupart des analystes n’attendent cependant pas d’annonce ferme cette fois et tablent plutôt sur la réunion de novembre pour connaître le calendrier de l’évolution de sa politique monétaire.   

Le pétrole accélère

Les stocks américains de pétrole brut et d’essence ont diminué plus que prévu au 17 septembre. Selon, les chiffres du rapport hebdomadaire de l’Agence américaine d’information sur l’énergie, les stocks de brut se sont réduits de 3,5 millions de barils (Mb), tout comme les réserves d’essence. Les analystes prévoyaient un repli de 2,45 millions de barils pour les réserves de brut et de 1,47 Mb pour celles d’essence.

En réaction à cette information, le baril américain de WTI (West Texas Intermediate) pour livraison en novembre, la variété de référence aux États-Unis, accélérait sa hausse à New York, à 1,96% à 70,49 dollars. 

Facebook: -4%

L’action Facebook

 a glissé de 4% dans les premiers échanges. En cause, des changements dans la politique publicitaire d’Apple qui, selon le réseau social, nuisent à l’activité du groupe dirigé par Mark Zuckerberg. « Les nouvelles restrictions d’Apple sur la collecte de données pèsent sur l’activité du trimestre en cours », peut-on lire dans un billet rédigé sur le blog de Facebook. 

L’action Facebook évolue à présent autour des niveaux affichés en juillet dernier. Le groupe fera le point sur ses comptes trimestriels le mois prochain. 

D’autres champions des réseaux sociaux, comme Twitter (-2,4%) et Snap (-2,7%), sont également attaqués à Wall Street. 

BlackRock remonte

Le gestionnaire d’actifs BlackRock reprenait un peu de couleurs (+1,12% à 854,70 dollars) après avoir lâché plus de 7% en une semaine.  La société américaine de gestion financière figure parmi les plus importants détenteurs de dette libellée en dollars du promoteur immobilier chinois Evergrande. 

Un mois de septembre tout rouge pour le S&P 500

L’indice aux 500 valeurs de la Bourse de New York est en passe de terminer le mois avec ses 11 compartiments sectoriels dans le rouge, une première depuis le fameux mois de mars 2020.

Les inquiétudes concernant la possible faillite d’Evergrande expliquent en grande partie le recul affichés par tous les secteurs du S&P 500. 

Le S&P 500 a reculé de 3,7 % jusqu’à présent en septembre, plombé par une chute de plus de 7% du compartiment des matières premières. Si le S&P 500 ne parvient pas à inverser la tendance d’ici la fin du mois, il signera sa première perte mensuelle depuis janvier dernier.

Les bancaires et l’énergie aux premières loges à Wall Street

Après avoir terminé sans direction la veille, les indices américains sont repartis à la hausse ce mercredi, rejoignant leurs homologues européens grâce au réveil des valeurs financières et des titres liés au pétrole.

Dix minutes après les premiers échanges, le Dow Jones gagnait 0,5% et le S&P 500 0,40%. L’indice élargi reste sur quatre séances consécutives à la baisse. Dans le même temps, le Nasdaq prenait 0,3%. 

Les investisseurs se montrent toutefois prudent alors qu’à 20 heures, heure belge, la Fed fera le point sur ses décisions en matière de politique monétaire et sur l’agenda qu’elle compte privilégier pour commencer à réduire son soutien à l’économie US. 

Fedex: -8%

Fedex recule de 8% à l’ouverture de Wall Streeet après l’annonce mardi d’un abaissement de ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice en cours en raison d’une pénurie de main-d’oeuvre, qui provoque des ralentissements dans la livraison de colis et une hausse des coûts.

Wall Street | Opening bell

Dow Jones: +0,59% S&P 500: +0,52% Nasdaq Composite: +0,37%  

Iberdrola va investir 12 milliards de dollars dans l’éolien offshore aux États-Unis

La société espagnole Iberdrola va accèlerer la cadence dans le domaine de l’énergie verte. Elle va investir environ 12 milliards de dollars dans des parcs éoliens offshore aux États-Unis.

Iberdrola a convenu avec le gestionnaire de fonds Copenhagen Infrastructure Partners de prendre le contrôle du projet Park City Wind dans le Connecticut, d’une capacité de 804 mégawatts, et du projet Commonwealth Wind dans le Massachusetts, d’une capacité potentielle de 1.200 mégawatts.

Les États-Unis sont à la traîne par rapport à l’Europe et l’Asie sur l’éolien offshore. Le projet d’Iberdrola est le premier grand projet éolien en mer à être bouclé financièrement aux États-Unis.

L’engouement pour les SPAC disparaît progressivement

L’Irak met en garde contre la hausse de la demande de pétrole

L’Irak a averti que la demande de pétrole augmentera probablement car la crise de l’offre sur les marchés du gaz naturel oblige les consommateurs à rechercher des carburants alternatifs, faisant écho aux récentes déclarations du Nigeria, un autre membre de l’OPEP. « Il y a une nouvelle inquiétude », a déclaré le ministre irakien du Pétrole Ihsan Abdul Jabbar dans une interview.

Wall Street attendue en hausse

Wall Street est attendue en hausse, les investisseurs se montrant soulagés par l’annonce d’Evergrande concernant le paiement du coupon d’une obligation, qui éloigne les craintes d’un défaut de paiement imminent du géant chinois de la promotion immobilière.

→ Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,58% pour le Dow Jones , de 0,52% pour le S&P 500 et de 0,31% pour le Nasdaq .

UPDATE | Briefing actions belges

Conseil d’achat pour Brederode et la Gimv | Avis de broker sur Sofina et Quest for Growth | Mithra sonnée (+Briefing)

La France prévoit d’émettre à nouveau €260 mds de dettes en 2022

La France prévoit de maintenir en 2022 un montant d’émission de dette record en dépit de la nette réduction du déficit public attendu l’an prochain, a annoncé l’Agence France Trésor (AFT). Elle veut d’émettre 260 milliards d’euros d’obligations à moyen et long terme, un montant net des rachats et inchangé par rapport à 2021.

L’AFT a aussi indiqué qu’elle prévoyait d’augmenter en 2022 l’encours des titres d’État à court terme (BTF) de cinq milliards d’euros par rapport à cette année pour combler les besoins de financement.

Les principales valeurs à suivre à Wall Street

* DRAFTKINGS, MGM RESORTS – Le groupe américain de jeux et paris DraftKings a soumis mardi au groupe britannique Entain une offre de rachat de 22,4 milliards de dollars (19,10 milliards d’euros) après le rejet en début d’année de la proposition à 11 milliards de dollars de l’opérateur américain de casinos MGM Resorts.

* FEDEX recule en avant-Bourse de 4,1% après l’annonce mardi par le groupe d’un abaissement de ses prévisions pour l’ensemble de son exercice annuel en raison d’une pénurie de main d’oeuvre, qui provoque des ralentissements dans la livraison de colis et une hausse des coûts.

* LIBERTY GLOBAL a cédé à Play, filiale polonaise d’Iliad, le câblo-opérateur UPC Poland pour une valeur d’entreprise de 7,0 milliards de zlotys (1,5 milliard d’euros environ).

* GENERAL ELECTRIC – EDF a annoncé mercredi avoir ouvert des discussions avec le groupe américain sur une éventuelle transaction concernant les activités nucléaires de sa filiale GE Steam Power.

* FACEBOOK a annoncé aux opérateurs de médias australiens qu’il mettait fin aux négociations sur les accords de licences, six mois après le vote d’une loi qui oblige les plates-formes en ligne à payer pour la publication des contenus de presse, montre un courriel au secteur consulté par Reuters.

* PFIZER, BIONTECH – Les Etats-Unis prévoient de donner à plusieurs pays dans le monde 500 millions de doses supplémentaires du vaccin contre le COVID-19 mis au point par Pfizer et BioNtech, soit un total de plus d’un milliard de doses, selon une source proche du dossier.

Selon l’IFO, les pénuries ralentissent la reprise économique en Allemagne

La croissance du PIB allemand est freinée par les pénuries de matériaux, notamment de semi-conducteurs indispensables à l’industrie, et pourrait plafonner à 2,5% cette année, bien moins forte que prévue, a indiqué l’institut économique IFO dans son dernier rapport. Cet institut de référence, qui prévoyait en avril une hausse de 3,3% du PIB, estime désormais que la « forte reprise post-pandémie (…) se fait attendre » en raison des « goulots d’étranglement » dans l’industrie.

La semaine dernière, les économistes du DIW, un autre centre très écouté, avaient abaissé leurs prévisions de 3,2 à 2,1% pour l’année en cours.

Le dollar attend patiemment la fin de la réunion de la Fed

Le dollar américain reste stable face à l’euro

, les cambistes attendant sans s’affoler le résultat de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed). « L’euro reste ancré autour de 1,1720 dollar car le marché attend la Fed », commentent les analystes de Sucden. Très attendue sur l’avenir de ses rachats d’actifs, la Fed pourrait donner quelques indications sur ses intentions, mais l’annonce du calendrier de réduction de ce programme sera sans doute pour plus tard.

Les cambistes surveilleront aussi le « nuage de points », qui montre à quel moment chacun des membres du Comité monétaire pense qu’il sera judicieux de faire évoluer les taux. « Le nuage pourrait indiquer que la Fed table maintenant sur une hausse plus tôt que prévu », commente You-Na Park-Heger, analyste chez Commerzbank. Selon elle, cela pourrait permettre au dollar de se renforcer et de passer le cap de son plus haut de l’année, atteint le 20 août à 1,1664 dollar pour un euro.

EDF et GE en discussions pour le rachat de la branche nucléaire du groupe américain

EDF 

 et General Electric 

 ont annoncé à l’AFP mener des « discussions exploratoires » en vue d’un éventuel rachat, par l’énergéticien français, des « activités nucléaires de GE Steam Power ». « EDF est en cours d’analyse des conditions dans lesquelles les intérêts du groupe EDF pourraient être préservés », a déclaré un porte-parole du groupe. « Il n’y a aucune certitude quant à l’aboutissement de ces travaux et discussions exploratoires », a-t-il toutefois souligné.

Que valait le PeriNesta que Mithra met au placard?

Le bitcoin brièvement sous les 40.000 dollars

Le bitcoin a brièvement passé sous la barre symbolique des 40.000 dollars ce mercredi matin, une première depuis le mois d’août et dans un contexte de critiques croissantes des régulateurs et d’un climat général de prudence sur les marchés mondiaux.  

Mais peu avant 11 heures, la plus connue des cryptomonnaies avait déjà repris le chemin de la hausse pour s’afficher à un peu plus de 42.000 dollars. 

Le PDG de TotalEnergies visé par une enquête pour prise illégale d’intérêts

Patrick Pouyanné, le PDG de TotalEnergies 
, est visé par une enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts en sa qualité de membre du conseil d’administration de l’Ecole polytechnique, a déclaré le parquet national financier, confirmant une information dévoilée par Le Monde. « Le PNF a ouvert une enquête préliminaire au mois de mai 2021 notamment du chef de prise illégale d’intérêts suite à la réception d’une plainte déposée par les associations Anticor, Greenpeace et la Sphinx », a dit le ministère public dans un communiqué transmis à Reuters.

Cette plainte faisait suite à la décision de la prestigieuse école d’ingénieurs, en juin 2020, d’autoriser Total à s’installer à l’est du plateau de Saclay, au sud de Paris, sur le futur parc d’activités d’innovation porté par l’Établissement public d’aménagement (EPA) Paris-Saclay.

La BCE envisage d’augmenter les achats réguliers d’obligations après la fin du PEPP

La Banque centrale européenne (BCE) discutera de l’opportunité d’augmenter ses achats réguliers d’obligations à la fin de son programme de lutte contre la pandémie, a déclaré Madis Muller, gouverneur de la banque estonnienne, dans une interview accordée à Bloomberg. « Je me rends compte que ce serait un problème s’il y avait un ‘cliff effect’ très prononcé à la fin du programme d’achat d’urgence en cas de pandémie (PEPP) ».

Le point sur la séance

Les principales bourses européennes évoluent en nette hausse ce mercredi, soulagées par l’annonce d’Evergrande concernant le paiement du coupon d’une obligation, qui éloigne quelque peu les craintes d’un défaut de paiement imminent du géant chinois de la promotion immobilière (cf. post de 07h15). 

→ À Bruxelles, le Bel 20 grimpe de 0,56%. Ailleurs en Europe, l’indice CAC 40 gagne 0,69%, le Dax progresse de 0,2% et à Londres, le FTSE prend 0,86%. L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro s’adjuge 0,43%, le FTSEurofirst 300 avance de 0,58% et le Stoxx 600 est en hausse de 0,4%.

Kepler Cheuvreux fan de Brederode et Gimv

Kepler Cheuvreux est passé à l’achat sur Gimv 

 et Brederode 

« Quel semestre cela a été pour Brederode », écrit le broker. « Porté par une autre performance exceptionnelle du private equity (PE), il a enregistré une création de valeur de 22,6 % au cours des six derniers mois, du jamais vu dans le paysage des holdings belges ». Selon l’analyste, le prix actuel ne tient pas compte de la création de valeur future, tandis que Brederode a généralement réalisé un rendement de 15 % ou plus au cours des dix dernières années.

Pour Gimv, Kepler Cheuvreux a revu son modèle suite aux hausses de valorisation dans le portefeuille du holding et aux désinvestissements réalisés ces derniers mois. « Ce qui conduit à une valeur liquidative (NAV) aux alentours de 55 euros contre 49 euros en mars ».

Voici le briefing actions belges

Mithra dans les cordes | Une biotech grimpe | Aperam, star du Bel 20 (+Briefing)

Netflix acquiert la compagnie gérant les droits de Roald Dahl

Netflix 

 a annoncé l’acquisition de la compagnie gérant les droits du géant de la littérature jeunesse Roald Dahl, auteur notamment du roman « Charlie et la chocolaterie », un classique adapté deux fois au cinéma. Ce rachat, dont le montant n’a pas été dévoilé, s’appuie sur un partenariat initié il y a trois ans entre la plateforme américaine de streaming et les héritiers de l’écrivain britannique, qui a vendu plus de 300 millions de livres dans le monde, traduits dans 63 langues.

Draftkings propose 16,5 milliards de livres pour acquérir le britannique Entain

Le géant américain de jeux et paris sportifs en ligne Draftkings a proposé 16,5 milliards de livres pour acquérir son rival britannique Entain. « Draftkings offrirait 2.800 pence par action d’Entain », précise dans son communiqué l’entreprise britannique.

Entain avait confirmé mardi avoir reçu une offre de Draftkings sans en préciser le montant.

L’américain avait précédemment fait une proposition à 2.500 pence par action qui avait été rejetée, poursuit Entain, ajoutant que la dernière proposition à 2.800 pence, reçue le 19 septembre, est à hauteur de 630 pence en numéraire et le solde en actions ordinaires de classe A de Draftkings. Entain précise que l’offre n’est pas encore ferme et qu’elle devra être confirmée d’ici le 19 octobre, d’après les règles boursières britanniques. « Le conseil d’administration d’Entain examinera attentivement la proposition » ferme et annoncera sa décision en temps voulu, ajoute le communiqué. « Les actionnaires sont priés de ne pas agir pour le moment. »

Les principales baisses/hausses en Europe

| OPENING BELL |

« L’attention se tourne vers la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale »

KBCS ajuste le tir sur Mithra

KBC Securities a réduit son objectif de cours pour Mithra 

 à 33,50 euros contre 34,50 euros précédemment, en réaction à l’abandon de son produit candidat PeriNesta (cf. post de 07h31). La recommandation reste toutefois à « acheter ».

Iliad annonce le rachat de l’opérateur polonais UPC Poland

Iliad 

 a annoncé la signature d’un accord en vue de la cession, par Liberty Global, de 100% du câblo-opérateur polonais UPC Poland à Play – filiale d’Iliad – pour une valeur d’entreprise de 7,0 milliards de zlotys (1,5 milliard d’euros environ).

Après cette acquisition, Play et UPC Poland deviendront le deuxième opérateur télécom de Pologne avec, pour 2020, un chiffre d’affaires combiné de 1,96 milliard d’euros et un EbitdaaL de 697 millions d’euros, précise Iliad dans un communiqué. La finalisation de la transaction est attendue pour le premier semestre 2022.

Luc Tack continue d’acheter des actions Tessenderlo

Vendredi dernier, le CEO de Tessenderlo 

, Luc Tack, a acheté quelque 16.000 actions de sa société, au prix moyen de 33 euros l’unité (soit un montant total de 528.000 euros).

C’était son troisième achat depuis la publication des résultats trimestriels de Tessenderlo. À chaque fois, Tack a payé un prix inférieur: le 30 août, 47.500 actions achetées à 34,9 euros pièce et le 6 septembre, 30.000 actions à 34 euros pièce. Cela représente un investissement total de 3,2 millions d’euros depuis fin août.

Mithra abandonne le produit candidat PeriNesta

La biotech liégeoise Mithra 

 a annoncé mardi soir l’abandon de son produit candidat PeriNesta, destiné à soulager les effets néfastes de la périménopause tout en procurant un moyen de contraception efficace aux femmes qui quittent l’âge de procréation.

Au vu de ces discussions exploratoires, le conseil d’administration de Mithra a estimé que ce projet de développement initial de PeriNesta n’était désormais plus opportun ni prioritaire pour la société et que d’autres scénarios alternatifs basés sur la pilule Estelle et le produit Donesta pourraient permettre de cibler ce marché de la périménopause sans engager de frais de développement substantiels. Mithra prévoyait à l’origine 20 millions pour ce développement, annoncé en janvier 2019, et laisse entendre qu’un budget supplémentaire aurait été nécessaire.

Vers une ouverture prudente en Europe

La BoJ maintient sa politique monétaire inchangée

La Banque du Japon (BoJ) a sans surprise laissé inchangée sa politique monétaire ultra-accommodante, à l’issue de sa dernière réunion avant l’élection du successeur du Premier ministre japonais Yoshihide Suga à la tête du parti au pouvoir. Cette politique est caractérisée notamment par un taux négatif de 0,1% sur les dépôts des banques auprès de la BoJ et par les rachats illimités par celle-ci d’obligations publiques japonaises pour maintenir leur rendement à dix ans autour de 0%.

Dans un communiqué, la BoJ a une nouvelle fois souligné la « tendance à la reprise » de l’économie du pays, notant que celle-ci reste toutefois dans une « situation grave à cause de l’impact du coronavirus » au Japon comme à l’étranger. « Les exportations et la production manufacturière continuent d’augmenter, bien qu’elles soient partiellement affectées par des contraintes d’approvisionnement ».

Enfin une bonne nouvelle du côté d’Evergrande

La principale unité de China Evergrande Group, Hengda Real Estate Group, a annoncé qu’elle effectuerait un paiement de coupon 5,8% attaché à son obligation négociée à Shenzhen à la date prévue, le 23 septembre. Cela représente un montant total d’environ 232 millions de yuans (30,6 millions d’euros), selon les données de Refinitiv.

L’annonce intervient alors qu’Evergrande, plombé par un endettement estimé à près de 260 milliards d’euros au total, peine à céder des actifs pour honorer ses obligations financières, payer ses fournisseurs et rémunérer ses investisseurs, et une éventuelle défaillance pourrait fragiliser une bonne partie du système financier de la République populaire.

Good morning!

Bonjour à toutes et tous! Vous êtes bien sur le « Market Live » de L’Echo et nous sommes le mercredi 22 septembre 2021.

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé mardi alors que les inquiétudes sur les déboires du groupe immobilier chinois Evergrande, qui avaient provoqué un net repli la veille, et l’incertitude entourant la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) ont alimenté la prudence sur les marchés. L’indice Dow Jones a perdu 0,15%, ou 50,63 points, à 33.919,84 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 3,54 points, soit 0,08%, à 4.354,19 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 32,50 points (0,22%) à 14.746,40 points.

La tendance reste prudente sur les places asiatiques ce matin: le Nikkei 225 lâche 0,67% à Tokyo et l’indice composite de la Bourse de Shanghai perd 0,29%. À noter que la Bourse de Hong Kong est fermée en raison d’un jour férié.

« Achetez Aedifica, vendez WDP » | Avis de brokers sur Proximus, argenx et Ahold Delhaize (+Briefing)

23 septembre 2021
Aujourd’hui à
12:34

Les investisseurs ayant digéré sans difficultés l’annonce d’un prochain resserrement monétaire de la Réserve fédérale, les marchés européens sont dans le vert ce jeudi midi. Wall Street devrait suivre le mouvement.

Les principales bourses européennes évoluent en nette hausse, ce jeudi midi, les investisseurs digérant sans difficultés l’annonce d’un prochain resserrement monétaire de la Réserve fédérale (Fed). Ils ont aussi peu réagi aux indices d’activité PMI en Europe qui ont montré un net ralentissement de la croissance du secteur privé en septembre.

Wall Street devrait emboîter le pas à l’Europe à la lecture des contrats à terme sur les indices américains vers 12h30

À Bruxelles, le Bel 20

s’adjugeait 0,95% vers 12h25, l’indice des valeurs cotées étant au diapason (+0,84%).

Avec un gain de 1,6%, Umicore prend la tête du Bel 20. La biotech argenx suit (+1,5%). Un broker a relevé son objectif de cours sur la valeur.

Exane BNP Paribas a repris le suivi des trois SIR du Bel 20. Il est à l’achat sur Aedifica (+1,3%), conseille de conserver Cofinimmo (+1,3%) et de vendre WDP (+0,9%).

Toutes les valeurs de l’indice sont dans le vert. Les gains les plus modestes reviennent à Telenet (+0,2%), Sofina (+0,2%) et Solvay (+0,4%).

Hors Bel 20, Mithra se reprend un peu (+2,3%) après sa claque de mercredi. Biocartis qui a annoncé le redémarrage d’une ligne de production, gagne 3,9% et Econocom 3,2%.

Dans le bas du tableau, on épinglera la présence de Nyrstar (-3,9%), de Qrf (-3,1%) et et d’Oxurion (-2,8%).

Briefing actions belges

Briefing actions belges

>Argenx

: UBS a relevé son objectif de cours à 405 dollars, contre 400 dollars avant. La recommandation reste à « acheter ».

>Biocartis

: Degroof Petercam a placé sa recommandation et son objectif de cours à l’examen.

>WDP

: Exane BNP Paribas a repris le suivi de la valeur avec une recommandation à « sous-performer » (vendre) et un objectif de cours de 33 euros.

>Cofinimmo

: Exane BNP Paribas a repris le suivi de la valeur avec une recommandation à « neutre » et un objectif de cours de 128 euros.

>Cofinimmo s’allège en France pour mieux croître dans l’immobilier de santé. La SIR annonce la cession de 74 actifs français pour un montant total de 41 millions d’euros. Notre article.

>Aedifica

: Exane BNP Paribas a repris le suivi de la valeur avec une recommandation à « surperformer » (acheter) et un objectif de cours de 130 euros.

>Proximus

: Exane BNP Paribas a relevé son objectif de cours à 14 euros, contre 13,5 euros avant. La recommandation reste à « sous-performer » (vendre).

>Ahold Delhaize

: Citi a relevé son objectif de cours à 33,5 euros, contre 26 euros avant. La recommandation reste à « acheter ».

>Biocartis a annoncé le redémarrage de sa ligne de fabrication de cartouches « ML2 » à haut débit qui avait été suspendue suite à un incendie fin juillet. Le communiqué.

>Jean-Luc Vandebroek a été désigné comme directeur financier d’Hyloris

, une fonction qu’il a occupée chez Bone Therapeutics. Le communiqué.

>BNP Paribas Asset Management a franchi, à la baisse, le seuil des 3% dans le capital de Fagron

et détenait, à la date du 15 septembre, une participation de 2,93%.

>Theravet

a publié, mercredi après-bourse, ses résultats semestriels. Le communiqué.

>Cenergy

a publié, mercredi après-bourse, ses résultats semestriels. Le communiqué.

>À tenir à l’œil ce jeudi. Zone euro. Indicateur PMI de l’industrie et des services en septembre (10h). Bulletin économique de la BCE (10h). Royaume-Uni. Décision de la Banque d’Angleterre sur ses taux. USA. Indicateur PMI de l’industrie et des services en septembre (15h45).

LVMH : gagne plus de 1%, un broker soutient le titre

LVMH gagne un peu plus de 1% à Paris, bénéficiant d’une analyse de Barclays qui a entamé aujourd’hui un suivi du titre à ‘surpondérer’ avec un objectif de cours de 726 euros dans le cadre d’une initiation ‘positive’ sur le secteur européen du luxe.Dans sa note de recherche, le courtier estime qu’il est temps de réaliser quelques achats au sein du secteur et que LVMH, dans cette optique, remplit tous les critères importants.’Nous pensons que LVMH devrait continuer à faire mieux que son marché grâce à la dynamique favorable dans laquelle s’inscrivent ses plus grandes marques, en particulier Louis Vuitton, et grâce à son solide positionnement en Chine et aux Etats-Unis’, explique-t-il.Barclays dit également apprécier les efforts entrepris par le groupe dans l’horlogerie et la bijouterie, illustrés par la récente acquisition de Tiffany.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

LVMH gagne un peu plus de 1% à Paris, bénéficiant d’une analyse de Barclays qui a entamé aujourd’hui un suivi du titre à ‘surpondérer’ avec un objectif de cours de 726 euros dans le cadre d’une initiation ‘positive’ sur le secteur européen du luxe.

Dans sa note de recherche, le courtier estime qu’il est temps de réaliser quelques achats au sein du secteur et que LVMH, dans cette optique, remplit tous les critères importants.

‘Nous pensons que LVMH devrait continuer à faire mieux que son marché grâce à la dynamique favorable dans laquelle s’inscrivent ses plus grandes marques, en particulier Louis Vuitton, et grâce à son solide positionnement en Chine et aux Etats-Unis’, explique-t-il.

Barclays dit également apprécier les efforts entrepris par le groupe dans l’horlogerie et la bijouterie, illustrés par la récente acquisition de Tiffany.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Sopra Steria : cède 4%, pénalisé par l’avis d’un broker

Sopra Steria lâche près de 4% à Paris, pénalisé par une analyse de Stifel qui a initié une couverture du titre avec une recommandation ‘vente’ et un objectif de cours de 155 euros. Le broker juge que l’objectif d’une marge d’OPBA d’environ 10% en 2023 est ‘trop optimiste et susceptible d’être repoussé une nouvelle fois’.’Nous considérons aussi le consensus comme trop offensif sur la marge pour 2023′, ajoute Stifel, dont la propre prévision de 8,2% à cet horizon est inférieure de 150 points de base à l’anticipation moyenne du marché.Stifel se dit en outre prudent quant à la future stratégie M&A de Sopra Steria, notant que le multiple VE /CA moyen payé pour ses acquisitions depuis 2015 est supérieur d’environ 80% à celui du groupe, sans effet positif visible sur sa croissance du CA et ses marges.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Sopra Steria lâche près de 4% à Paris, pénalisé par une analyse de Stifel qui a initié une couverture du titre avec une recommandation ‘vente’ et un objectif de cours de 155 euros.

Le broker juge que l’objectif d’une marge d’OPBA d’environ 10% en 2023 est ‘trop optimiste et susceptible d’être repoussé une nouvelle fois’.

‘Nous considérons aussi le consensus comme trop offensif sur la marge pour 2023’, ajoute Stifel, dont la propre prévision de 8,2% à cet horizon est inférieure de 150 points de base à l’anticipation moyenne du marché.

Stifel se dit en outre prudent quant à la future stratégie M&A de Sopra Steria, notant que le multiple VE /CA moyen payé pour ses acquisitions depuis 2015 est supérieur d’environ 80% à celui du groupe, sans effet positif visible sur sa croissance du CA et ses marges.

Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Le guide complet du broker IronFX –

IronFX est un courtier en ligne spécialisé. Il s’est spécialisé dans les contrats sur différence ou CFD. Ce dernier est un broker reconnu qui propose plus de 200 instruments de trading. Mais ce n’est pas tout, ce broker est aussi connu pour proposer les principales devises du marché du Forex. Pour ceux qui veulent se lancer dans le monde de la bourse à l’aide d’un broker comme IronFX, il est conseillé en premier de tout connaitre sur le sujet. Et pour cela rien ne vaut les avis des utilisateurs.

Les informations de base à connaitre sur IronFX

Les informations de base à connaitre sur IronFX

Pour ce qui est des informations de base à connaitre sur IronFX, les interlocuteurs peuvent se renseigner notamment sur les forums sur le sujet du broker ainsi qu’avec l’aide d’ironfx avis. IronFx dispose de bureaux dans plus de 20 pays. Ce qui recouvre de nombreux endroits. Ce broker offre en même temps la possibilité d’investir dans des indices, des matières premières, des métaux, des actions, des contrats à terme ainsi que des paires de devises.

En ce qui concerne les nouveaux projets et les évolutions, ce broker a aussi intégré des crypto-monnaies à l’exemple du Bitcoin et du Bitcoin Cash. Il est donc possible de diversifier les investissements sur les principales plateformes utilisées dans le monde avec l’aide de ce broker. Et il est également possible de le faire à partir de multiples appareils de navigation pour des investissements sûrs.

Ce courtier présente diverses caractéristiques qui permettent de comprendre quel est le meilleur investissement, qu’il s’agisse d’investissement en CFDs, Forex, crypto-monnaies et toutes autres options possibles.

Les produits financiers IronFX

Un ironfx avis ne suffit pas pour se faire une idée concernant un broker, c’est la raison pour laquelle il est conseillé d’approfondir les recherches. Par exemple, il est important de comprendre quels produits financiers le broker propose. Dans cette logique, IronFX propose une large gamme de produits financiers pour l’investissement. Cette gamme comporte ainsi le trading sur le Forex, les métaux, les indices, les matières premières, les contrats à terme et les actions, ou encore l’addition de crypto devises à l’exemple du Bitcoin. Pour ce qui est du Forex, plusieurs milliards de dollars sont échangés quotidiennement sur le marché du Forex avec des paires de devises.

Avec IronFX, les utilisateurs peuvent accéder à ce marché 24h/24, à l’exception des week-ends. Le site web d’IronFX fournit ainsi des données concernant les spreads, les niveaux d’endettement, les swaps et les détails des contrats pour toutes les paires de devises présentes sur le marché du Forex.

Pour ce qui est de Spot Metal CFDs, avec IronFX il est possible de négocier l’or et l’argent par le biais d’une exécution au comptant. Ce type de négociation est similaire à la négociation de devises sur le marché Forex.

Le site web d’IronFX

Le site web d’IronFX

Le site web d’IronFX est une mine d’informations en ce qui concerne les données sur les conditions de négociation, les swaps et les détails des contrats CFD sur indices. Pour ce qui est des CFDs sur les matières premières au comptant, il est surtout question de transactions qui offrent la possibilité d’investir à très faible coût. En contrepartie, il est question d’un effet de levier ainsi que d’un potentiel de profits plus importants.

IronFX propose un environnement de négociation propice au développement de la variété de stratégies de négociation. Les CFD sur les contrats à terme permettent notamment de gagner des prix de marge avant une date de clôture future spécifique.

Gagnez des cryptomonnaies grâce à vos réseaux sociaux ! ATAYEN lance les tests onchain de sa plateforme SaTT

Après une ICO (Initial Coin Offering soit une une opération de financement par émission de jetons « tokens » reposant sur un dispositif d’enregistrement électronique partagé dit la « blockchain ») réussie à hauteur de 7.1 millions de dollars, Atayen dévoile la plateforme SaTT qui permet la monétisation des réseaux sociaux grâce à la blockchain.
Le projet combine le succès de la DeFi à celui du secteur de la publicité en introduisant la
notion de pool de publicité “AdPools” et de “farming de réseaux sociaux”. En effet, tout le
monde peut à présent faire la promotion de marques et produits et gagner automatiquement des cryptomonnaies grâce à ses communautés sur les réseaux sociaux.
Pour célébrer le lancement de cette révolution au service de la publicité et démontrer les
avantages de sa solution, Atayen propose une première campagne test à l’attention des
Youtubeurs.

Visant à faire la promotion du SaTT et tester la solution, un premier pool de publicité à
hauteur de 100,000,000 de SaTT est prêt à être farmé et à être partagé entre les Youtubeurs
participants. La campagne baptisée “Proof Of Concept : YouTube Challenge” vise à générer 5,000,000 de vues sur YouTube.
Ad Pool est une offre de publicité créée par une marque sous la forme d’un budget
séquestré sur la blockchain et qui peut être sollicité par un créateur de contenu en fonction
des performances d’une publication.
Post Farming désigne la monétisation de publications sur les réseaux sociaux, en farmant
un lien sur un Ad Pool, un créateur de contenu gagne automatiquement des cryptomonnaies
en fonction des vues, des likes ou des retweets, de sa publication.

Après une ICO (Initial Coin Offering soit une une opération de financement par émission de jetons « tokens » reposant sur un dispositif d’enregistrement électronique partagé dit la « blockchain ») réussie à hauteur de 7.1 millions de dollars, Atayen dévoile la plateforme SaTT qui permet la monétisation des réseaux sociaux grâce à la blockchain.

Le projet combine le succès de la DeFi à celui du secteur de la publicité en introduisant la
notion de pool de publicité “AdPools” et de “farming de réseaux sociaux”. En effet, tout le
monde peut à présent faire la promotion de marques et produits et gagner automatiquement des cryptomonnaies grâce à ses communautés sur les réseaux sociaux.
Pour célébrer le lancement de cette révolution au service de la publicité et démontrer les
avantages de sa solution, Atayen propose une première campagne test à l’attention des
Youtubeurs.

Visant à faire la promotion du SaTT et tester la solution, un premier pool de publicité à
hauteur de 100,000,000 de SaTT est prêt à être farmé et à être partagé entre les Youtubeurs
participants. La campagne baptisée “Proof Of Concept : YouTube Challenge” vise à générer 5,000,000 de vues sur YouTube.
Ad Pool est une offre de publicité créée par une marque sous la forme d’un budget
séquestré sur la blockchain et qui peut être sollicité par un créateur de contenu en fonction
des performances d’une publication.

Post Farming désigne la monétisation de publications sur les réseaux sociaux, en farmant
un lien sur un Ad Pool, un créateur de contenu gagne automatiquement des cryptomonnaies
en fonction des vues, des likes ou des retweets, de sa publication.

Face aux ransomwares, les USA sanctionnent une plateforme de cryptomonnaie

Face à la multiplication des attaques par ransomwares, des acteurs publics et privés américains de la cybersécurité ont décidé de s’unir. Cette coalition d’experts comprend ainsi des grands groupes technologiques comme Microsoft et McAfee, mais aussi des responsables du FBI, et de la Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA).

Cette année, cette nouvelle structure a dévoilé une feuille de route ambitieuse pour lutter contre la menace. Un des éléments de ce document avait retenu notre attention. Les auteurs appelaient ainsi à une régulation plus forte du secteur des cryptomonnaies. Selon eux, il faudrait en effet gêner le modèle commercial choisi par les cybercriminels pour blanchir l’argent récolté lors des attaques.

L’administration Biden prend les risques liés aux ransomwares très au sérieux

L’administration Biden prend les risques liés aux ransomwares très au sérieux

Quelques mois plus tard, le gouvernement américain semble suivre ce plan à la lettre. On a ainsi appris ce mardi que des sanctions seront appliquées contre la plateforme Suex OTC basée en République Tchèque. Selon Ouest-France, elle est accusée par les autorités d’avoir « facilité les transactions impliquant au moins huit types de rançongiciel ».

Depuis deux jours, il est donc impossible d’accéder à ses actifs aux Etats-Unis et les ressortissants américains se voient interdire les transactions sur cette dernière. Reste à voir l’efficacité de cette mesure sur la durée et si d’autres plateformes seront prochainement concernées.

On peut en tout cas voir que l’administration Biden prend le sujet des ransomwares très au sérieux. D’ailleurs le président américain a estimé qu’une cyberattaque pourrait bien déboucher sur une véritable guerre armée à l’avenir.

Dans le même ordre d’idée, le ministère de la Justice américain accorde désormais la même importance aux enquêtes sur les attaques par rançongiciel qu’à celles concernant des faits de terrorisme. Concrètement, les bureaux des procureurs de tout le pays doivent collaborer avec un groupe de travail qui a été créé à Washington. Ce dernier centralise les informations pour plus d’efficacité.

Coinbase: Bitcoin (BTC) et les autres cryptomonnaies sont-ils l’argent des criminels?

22 Sep. 2021 – 16h00 2 min de lecture – par Clément Dubois

L’exchange crypto Coinbase a réalisé une recherche qui conclut que les craintes que les actifs numériques soient utilisés pour financer des activités terroristes sont largement exagérées. 

La plateforme de traiding assure que pour toute l’année 2020, seulement 0,05% des transactions étaient affiliées à des activités terroristes. Parallèlement, le volume total des transferts de cryptomonnaies liés à une activité illégale pour la même année, représentait moins de 1% de l’activité totale des utilisateurs sur le marché des actifs numériques.

Dans le blog de l’entreprise sur Medium les représentants de l’équipe d’enquête spéciale de Coinbase ont déclaré que le secteur a parcouru un long chemin depuis l’époque de Satoshidice, Mt. Gox et Silk Road. Le volume des transactions liées à l’activité criminelle a diminué. Etant moins de 1% de l’ensemble de l’activité crypto pour l’année 2020, l’activité illicite est un problème bien plus important pour le système financier traditionnel que pour l’économie crypto. 

La recherche menée par l’exchange crypto s’est concentrée sur l’examen des efforts des organisations principales liées au financement du terrorisme au cours des dernières années.

“En évaluant les montants des fonds collectés par ces organisations, nous avons constaté qu’à ce jour c’est Hamas qui a reçu le plus de fonds. Cela est probablement dû au fait que  Hamas collecte activement des dons principalement en BTC sur son site Web et sur les canaux associés de Telegram”, – a déclaré l’exchange crypto. “A partir du mois d’août 2020 et jusqu’au mois d’août 2021, les organisations terroristes ont également commencé à recevoir des dons en Ethereum (ETH), en tokens ERC20 et en Ripple (XRP).”

Coinbase assure que l’exchange crypto américaine bloque immédiatement toutes les adresses associées et coordonne ses autres actions avec les autorités responsables de l’application des lois dès que des indices d’activité de financement du terrorisme sont identifiés.

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Bourse, Crypto, énergie, immobilier, métaux… quels placements pour le (très) long terme ? : le conseil Bour…

Bourse, cryptomonnaies, immobilier, pétrole, métaux, agriculture… Pour allier performance, protection contre les aléas et lissage des risques, l’investisseur particulier doit panacher différents types de placements. Interrogé par Capital, Christopher Dembik, directeur chez Saxo Bank, revient sur différents placements envisageables (à titre “éducatif” pas de conseil) pour un investisseur, dans le cadre d’un portefeuille (théorique) à 100 ans (ou du moins d’un patrimoine financier envisagé à long voire à très long terme). Il est censé offrir “un cadre général” en vue d’une protection contre différents aléas majeurs (inflation, remontée des taux d’intérêt à long terme, réchauffement climatique…), selon l’expert.

Alors que les cryptomonnaies sont plébiscitées par certains dans une optique de couverture contre l’inflation, Christopher Dembik juge quant à lui que certains placements alternatifs, comme les matières premières, semblent plus adaptés, à cette fin. Pour autant, si des cryptomonnaies comme le Bitcoin ou l’Ethereum ne devraient constituer qu’une faible part d’une allocation d’actifs (du fait notamment d’une volatilité extrême), elles sont à détenir “dans une optique de très long terme”, selon l’expert, qui note que sur le seul front de la technologie, il y a plus de retombées sur l’Ethereum que sur le Bitcoin. Les investisseurs institutionnels font preuve d’un engouement croissant pour la classe d’actifs et les “crypto-actifs vont jouer un rôle grandissant”, pronostique Christopher Dembik.

>> A lire aussi – Acheter des actions

Volatilité

Volatilité

Les instruments financiers liés à la volatilité, c’est-à-dire dont les cours s’apprécient quand les marchés d’actions dévissent rapidement, devraient avoir leur place dans le portefeuille. “Ces outils constituent une assurance face aux risques de turbulences sur les actions”, relève Christopher Dembik, pour qui les options sur la volatilité constituent traditionnellement les outils les plus adaptés, à privilégier.

Métaux industriels (cuivre, zinc, aluminium…)

Métaux industriels (cuivre, zinc, aluminium…)

Les cours des métaux industriels – bonne protection face à l’inflation – pourraient avoir le vent en poupe au cours des prochaines années, dans le cadre d’un probable super-cycle haussier important à cet horizon, selon Christopher Dembik. En effet, la Chine (un énorme consommateur de métaux) devrait soutenir la demande mondiale, tandis qu’en face, l’offre devrait être contrainte par un phénomène de sous-investissement, souligne l’expert. Ainsi, les actions de sociétés minières sont à considérer.

Energie

Energie

Alors qu’il y a “un risque de crunch sur le gaz en Europe, on peut s’intéresser aux valeurs liées à l’énergie”, selon Christopher Dembik, pour qui les prix du pétrole, du gaz et de l’électricité devraient être bien orientés sur les années à venir. Dans un tel contexte, les actions des sociétés pétrolières et d’autres géants de l’énergie pourraient tirer leur épingle du jeu. “Depuis 5 ans, il y a eu un sous-investissement dans les infrastructures pétrolières, ce qui tend à contraindre l’offre. Quant aux énergies renouvelables, “l’offre ne devrait pas être à la hauteur de la demande, sans compter le problème persistant de l’intermittence des énergies vertes”.

Agriculture

Agriculture

Autre véhicule de protection contre l’inflation, les matières premières agricoles ont vu leurs prix dopés par les retombées de la crise du Covid-19. Des cours qui devraient rester soutenus, sur la durée, par le phénomène du réchauffement climatique, qui pèse structurellement sur la production et donc l’offre. Les investisseurs désireux de s’y exposer pourront miser sur des certificats, ou des actions d’entreprises de l’agroalimentaire ou productrices de denrées.

Actions

Actions

Si les multiples de valorisation sur les actions se sont envolés depuis la crise financière de 2008-2009, “on compare ce qui n’est plus comparable”, juge Christopher Dembik, qui souligne que la composition actuelle du marché d’actions, très pondéré en valeurs technologiques aux Etats-Unis, est très différente de celle du début de la décennie écoulée. A moyen et long termes, les perspectives des marchés d’actions restent attrayantes, selon lui, et pas que pour les Gafa et autres valeurs technologiques…

>> Notre service – Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à notre plateforme d’achat de vente en ligne partenaire

En effet, les marchés d’actions “resteront administrés par les banques centrales, dont les politiques monétaires resteront accommodantes”, argue l’expert. “De nombreuses sociétés cotées disposent d’importantes réserves de liquidités, qui seront mises à contribution pour investir et réaliser des acquisitions. De nombreux acteurs cotés bénéficient de solides barrières à l’entrée et positions concurrentielles, voire de situations oligopolistiques. Et même en cas de crise, les chutes de cours tendent à rester limitées… et le redressement qui suit est conséquent”, souligne-t-il.

Immobilier coté

Les sociétés cotées liées à l’immobilier “offrent une bonne protection contre l’inflation (qui réduit le poids de leur endettement)”, relève Christopher Dembik. Pour autant, “attention à certaines sociétés foncières cotées (notamment américaines et asiatiques) surexposées à des zones cotières qui pourraient être inondables”, avertit-il.

Découvrez de nombreuses analyses (techniques, financières et économiques) dans Momentum, la newsletter premium de Capital sur la Bourse. Des conseils (sur actions, indices, or, cryptomonnaies, devises…), l’essentiel de l’actualité à retenir… Chaque jour, à 12h30, dans votre boîte e-mail pour seulement 6,90 euros par mois. Et en ce moment, avec le code promo CAPITAL30J, profitez d’un mois d’essai gratuit. Pour vous abonner, il suffit de cliquer sur le lien ci-dessous.

>> Achetez et vendez vos placements (actions, cryptomonnaies, or…) au bon moment grâce à Momentum, la newsletter de Capital sur l’analyse technique

La banque centrale d’Ukraine s’engage à soutenir l’adoption des cryptomonnaies

La Banque nationale d’Ukraine réagit à la loi qui encadre les cryptomonnaies

La Banque nationale d'Ukraine réagit à la loi qui encadre les cryptomonnaies

Dans un communiqué publié sur son site web, la Banque nationale d’Ukraine (BNU) s’est engagée à soutenir l’adoption des cryptomonnaies dans le pays. La banque centrale a d’abord reconnu les « nombreuses opportunités prometteuses » offertes par les devises numériques.

c La Banque nationale fera des efforts pour construire un système transparent et compréhensible de régulation étatique qui favorisera le développement et la circulation juste et efficace des actifs virtuels », déclare la Banque nationale d’Ukraine.

Parmi les opportunités principales des monnaies numériques, la banque centrale ukrainienne cite notamment « l’amélioration de l’accès aux services financiers, l’augmentation de la concurrence sur le marché des services de paiement et la promotion des investissements ».

En Ukraine, de nombreux individus ne disposent pas d’un compte bancaire. Le taux de bancarisation oscille entre 35 et 45% depuis plusieurs années. La crise économique de 2008 a fortement ralenti l’adoption des services bancaires, surtout dans les espaces ruraux, révèle une étude de 2019 réalisée par l’université de Bourgognes. 

D’après l’étude, « le recul des services financiers déclarés s’explique en partie par la défiance à l’égard de la monnaie nationale ». De nombreux Ukrainiens sont restés marqués par la dévaluation du rouble russe, largement répandu en Ukraine, et de la hryvnia, la monnaie nationale de l’Ukraine. La BNU estime visiblement que l’essor des cryptomonnaies pourrait représenter une solution au taux de bancarisation très faible de la population.

👉 Sur le même sujet : le ministère de l’Éducation d’Ukraine propose des cours sur le Bitcoin (BTC)

La banque centrale craint cependant que la cryptomonnaie remplace la devise nationale

Cependant, la Banque nationale d’Ukraine s’engage aussi à accorder « une attention particulière à la surveillance et à la minimisation des risques de prolifération » des cryptomonnaies. Pour l’organisme, l’adoption des monnaies numériques n’est pas exempte de risques. La banque craint d’abord la fuite de capitaux à l’étranger ou l’explosion du blanchiment d’argent.

Le communiqué cite aussi « le risque de substitution de la monnaie nationale ». Concrètement, la banque centrale craint que les cryptomonnaies, notamment les stablecoins, ne finissent par remplacer la devise nationale ukrainienne. Cette situation pourrait compromettre la stabilité financière du pays. L’organisme estime aussi que l’essor d’actifs comme le Bitcoin (BTC) pourrait signer la fin du système bancaire.

Dans ce contexte, la banque centrale d’Ukraine continue de travailler sur sa propre monnaie numérique de banque centrale. Une loi adoptée en juillet dernier permet en effet à l’organisme d’émettre une version numérique de la hryvnia.

Cette déclaration officielle fait suite au cadre réglementaire adopté par le Parlement ukrainien début septembre. La nation a annoncé la mise en place d’une législation qui légalise officiellement les cryptomonnaies. Jusqu’ici, les actifs numériques comme le Bitcoin (BTC) n’étaient pas interdits, mais les devises évoluaient encore dans une zone grise du droit.

Ce cadre législatif vise ouvertement à encourager l’adoption des cryptomonnaies en Ukraine. Une rumeur affirme d’ailleurs que le pays emboîtera bientôt le pays du Salvador en adoptant le Bitcoin comme monnaie légale. Dans cette optique, le président Volodymyr Zelensky aurait envoyé des délégués en visite auprès du gouvernement de Nayib Bukele, le président du Salvador.

👉 À lire sur le même sujet : les employés du gouvernement d’Ukraine détiennent 2,6 milliards de dollars en bitcoins (BTC)

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

A propos de l’auteur : Florian Bayard

A propos de l’auteur : Florian Bayard

Royaume-Uni : les utilisateurs PayPal vont pouvoir acheter et vendre des cryptomonnaies

La plateforme de paiement en ligne du géant américain va autoriser ses utilisateurs au Royaume-uni à acheter et vendre des cryptomonnaies.

Le géant américain du paiement en ligne PayPal a annoncé lundi qu’il allait autoriser pour la première fois ses utilisateurs au Royaume-Uni à acheter, détenir et vendre des cryptomonnaies via la plateforme de paiement. Ses clients pourront choisir parmi quatre types de cryptomonnaie : le bitcoin, l’ether, le litecoin et le bitcoin Cash.

Un nouvel onglet sera ajouté à la plateforme PayPal, affichant les prix des devises en temps réel et incluant des informations sur les cryptomonnaies, y compris les risques potentiels, a indiqué PayPal. Ce nouveau service commencera à être déployé cette semaine et sera disponible à la fois via l’application PayPal et le site web. Le géant du paiement en ligne a déclaré qu’il espérait que cela contribue à améliorer la compréhension du fonctionnement des cryptomonnaies.

L’accès aux cryptomonnaies

L'accès aux cryptomonnaies

La popularité des cryptomonnaies a grimpé en flèche ces dernières années, malgré leur volatilité et les inquiétudes quant à leur impact environnemental. « La pandémie a accéléré le changement numérique et l’innovation dans tous les aspects de notre vie, y compris la numérisation de l’argent et une plus grande adoption par les consommateurs des services financiers numériques », a déclaré Jose Fernandez da Ponte, vice-président et directeur général de la blockchain, de la crypto et des monnaies numériques chez PayPal. Il estime que PayPal a « l’opportunité unique et la responsabilité d’aider les personnes au Royaume-Uni à explorer la cryptomonnaie ».

« Nous nous engageons à continuer de travailler en étroite collaboration avec les régulateurs au Royaume-Uni et dans le monde, pour offrir notre soutien et contribuer de manière significative à façonner le rôle que les monnaies numériques joueront dans l’avenir de la finance et du commerce mondiaux », a-t-il ajouté.

Aux États-Unis, PayPal a lancé un service similaire, qui permet aussi aux utilisateurs d’effectuer des achats dans les entreprises participantes à l’aide de cryptomonnaies – une fonctionnalité dont la sortie n’a pas encore été confirmée au Royaume-Uni.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

PODCAST. Des buts et des cryptomonnaies

Offrez gratuitement la lecture de cet article à un proche :

« PODCAST. Des buts et des cryptomonnaies »

L’article sera disponible à la lecture pour votre bénéficiaire durant les 72h suivant l’envoi de ce formulaire, en cliquant sur le lien reçu par e-mail.

Assurez-vous que la personne à laquelle vous offrez l’article concerné accepte de communiquer son adresse e-mail à L’Express.
Les informations renseignées dans ce formulaire sont destinées au Groupe L’Express pour l’envoi de l’article sélectionné à votre proche, lequel sera informé de votre identité. Pour toute information complémentaire, consulter notre

Vous venez d’offrir à mail@mail.com l’article suivant :

« PODCAST. Des buts et des cryptomonnaies »

Une erreur est survenue. Veuillez réessayer.

Le Texas, prochain Etat à suivre l’exemple du Salvador avec Bitcoin ?

Bientôt des bitcoins texans ? – Si le Salvador a réussi le tour de force de faire plier les banques à l’adoption de Bitcoin (BTC), certaines régions du monde en rêve fortement, ou du moins leurs citoyens. Un récent sondage suggère que c’est en tout cas la volonté des Texans et de certains États Clés américains (les Swing states), qui sont de plus en plus nombreux à vouloir payer en bitcoins et cryptomonnaies.

Un tiers de ces citoyens US veulent de Bitcoin comme monnaie

Un tiers de ces citoyens US veulent de Bitcoin comme monnaie

Le magazine Newsweek a publié les résultats d’un sondage ce 20 septembre sur le souhait des citoyens de 10 États américains de voir une loi rendre les cryptomonnaies légales lors de prochaines élections. Et les réponses sont très encourageantes dans les Swing States qui, rappelons-le, sont des États très partagés (et disputés) entre les camps politiques des Républicains et des Démocrates.

Sur les 9 700 électeurs interrogés, un total global de près de 33 % des sondés soutiendrait une législation rendant Bitcoin et les cryptos comme moyen de paiement légal.

Si ce chiffre est déjà de 28 % en Arizona, il monte jusqu’à 37 % au Texas, mais aussi au Wisconsin. Des proportions qui ont probablement monté en flèche ces dernières années/mois, et qui laissent entrevoir le seuil d’une majorité à moyen terme. Il y a encore 5 ans, qui s’intéressait – ou même simplement connaissait – les cryptomonnaies ?

>> Venez faire vos premiers pas dans l’univers Bitcoin sur Binance <<

42 % veulent suivre l’exemple crypto-friendly du Wyoming

42 % veulent suivre l’exemple crypto-friendly du Wyoming

Si l’on rapporte le sondage à la population entière de l’État du Texas, cela représente près de 11 millions d’habitants prêts à soutenir une totale adoption des crypto-actifs.

Mieux encore : les personnes ont également été interrogées sur le fait d’être en faveur d’une législation similaire à celle adoptée par le Wyoming, qui désigne les cryptos comme « moyen d’échange, unité de compte ou réserve de valeur ». Cela rend notamment les transactions cryptos exemptes de taxes d’État.

Dans ce cas de figure, ce sont même 42 % des électeurs texans qui seraient prêts à voter une telle loi pour leur États. Les 50,1 % fatidiques se rapprochent !

D’autant que dans les pourcentages restants, un bon quart sont en fait des indécis, qui ne prennent pas position pour ou contre. C’est souvent d’ailleurs parce qu’ils ne connaissent pas bien les cryptomonnaies, puisque 60 % des sondés n’ont qu’à peine connaissance de l’existence du roi Bitcoin et n’ont même pas entendu parler d’Ethereum ou d’autres altcoins.

En fait, à peine un quart des électeurs pensent « bien connaître » l’univers des crypto-actifs, ce qui laisse encore un énorme travail d’éducation au fonctionnement des cryptos, surtout à leurs nombreux cas d’utilisation et avantages.

Si certaines régions des États-Unis sont au bord de l’adoption massive de Bitcoin et des cryptos, ce sont loin d’être les seules. Car après les Amériques, l’Afrique connaît également une croissance fulgurante de l’utilisation des cryptomonnaies. La poussée en avant de la crypto-adoption est mondiale.

Le temps de l’intérêt des états pour Bitcoin est venu. Et vous, que faites vous pour préparez l’avenir ? Commencez à vous familiariser avec ce monde passionnant, et n’attendez plus pour vous créer un compte sur Binance, l’exchange Bitcoin et crypto de référence (lien affilié).

Quelles applications de cryptomonnaie utiliser sur son iPhone ?

Si vous n’avez jamais acheté ou utilisé de cryptomonnaie de votre vie, cet article vous surprendra probablement. Vous y découvrirez qu’il existe déjà de nombreux types d’applications différentes pour les Bitcoins et Ripple du monde, qui peuvent être utilisées sur un iPhone ; pas seulement un portefeuille où conserver ses jetons. Voici les trois catégories les plus intéressantes, en ce qui concerne les cryptomonnaies en général.

Comprendre la variété de cryptomonnaies qui existe sur le marché

Comprendre la variété de cryptomonnaies qui existe sur le marché

Avant de vous présenter les trois applications les plus intéressantes pour les cryptomonnaies, examinons d’abord la variété de monnaies virtuelles qui existent actuellement. Trop de gens ne savent pas encore que le Bitcoin ne soit pas seul, dans son secteur. En fait, ce n’est peut-être même pas la meilleure cryptomonnaie dans laquelle investir, selon ce que vous cherchez à en tirer. L’Ether (Ethereum), par exemple, continue de gravir les échelons et a certainement une base réelle plus solide que le Bitcoin. Il est utilisé par les programmeurs pour créer plusieurs applications. Si vous voulez comprendre ce qui est disponible et la valeur de ces devises, vous pouvez les rechercher en ligne. On peut, entre autres, se pencher sur le Ripple cours, afin de voir la progression de cette monnaie, puis l’on peut continuer avec d’autres. L’important est de garder l’esprit ouvert sur les possibilités, lorsque l’on parle de cryptomonnaie.

Les différentes catégories

Les différentes catégories

Il existe une grande variété d’applications sur les cryptomonnaies, pour les iPhone. Nous avons choisi de vous présenter trois catégories, qui sont principales sur le marché.

Une plateforme d’échange (exchange)

C’est certainement l’élément le plus important, lorsque l’on achète et l’on vend de la cryptomonnaie. Il faut donc s’assurer de la fiabilité et de la sécurité de celle-ci. Par exemple, pour l’iPhone, on peut penser à une application comme Bitvavo, pour être assuré de la qualité. Entre autres, il faut vérifier, le nombre de cryptomonnaies que l’on peut y transiger. Ensuite, il faut aussi se pencher sur les méthodes de paiement disponibles, incluant les virements bancaires. De manière générale, posez-vous ces quelques questions : est-ce facile de créer un compte et de commencer à l’utiliser ? Peut-on payer en monnaies virtuelles l’apport nécessaire pour ouvrir le compte ?

Un portefeuille (wallet)

Le portefeuille est la sécurité qui vous permettra de dormir sans crainte (ou non). Comme dans la vie réelle, il existe des voleurs de cryptomonnaies. Si l’endroit où vous les conservez n’est pas tout à fait sécurisé, vous pouvez vous retrouver avec des problèmes majeurs, alors que l’on pourrait dérober vos devises. Votre portefeuille doit être considéré comme un coffre-fort ; un endroit impénétrable.

Un “lieu” pour emprunter… en cryptomonnaie

He oui, les cryptomonnaies ont fait un bout de chemin depuis leur arrivée sur le marché. Aujourd’hui, il est désormais possible d’utiliser celles-ci, comme collatéral à un emprunt de devises nationales (dollars américains, euros et autres). C’est une façon intéressante d’utiliser la cryptomonnaie.

Il est évident que de plus en plus d’applications pour iPhone seront développées, dans le futur, en ce qui concerne les cryptomonnaies. Gardez donc l’œil ouvert et cherchez celles qui vous intéressent. Mais surtout, assurez-vous d’utiliser la bonne plateforme de trading.

Le marché des cryptomonnaies aujourd’hui: Bitcoin (BTC), Ethereum (ETH), XinFin (XDC), OMG Network …

Retrouvez la nouvelle revue du marché des cryptomonnaies de Cointribune. Vous apprendrez ce qui s’est passé dernièrement et à quoi vous attendre dans l’avenir. Si vous souhaitez lire la revue précédente, cliquez ici.

Bitcoin (BTC)

Ce mercredi 22 septembre les montagnes russes se poursuivent sur le marché des cryptomonnaies. Même si cela s’est déjà produit à de nombreuses reprises, il est déprimant de constater que tous les efforts des bulls de racheter la correction des altcoins sont soudainement négligés par une nouvelle baisse du prix du Bitcoin.

La première cryptomonnaie mondiale a même franchi le niveau psychologique de 40 000 dollars ce mardi en atteignant le minimum local de 39 500 dollars qui a été toutefois assez rapidement racheté par les traders bullish. Cette nouvelle journée a cependant commencé par une bougie verte : au moment d’écrire ces lignes, Bitcoin se négocie aux alentours de 42 200 dollars.

Selon nos analystes techniques, la première cryptomonnaie se négocie actuellement au sein d’un canal local descendant. La limite supérieure de ce dernier a été tracée lors des deux tentatives de franchir le niveau de résistance qui ont abouti à l’échec. Dans l’avenir proche, le prix de l’actif est susceptible de baisser et pourrait même franchir le niveau de support de ce nouveau canal de prix. Plus globalement cependant, le prix est déjà à mi-chemin de la limite inférieure du triangle indiqué en violet sur le graphique ci-dessus. Cette limite correspond à un niveau de support technique très puissant et pourrait devenir le point de départ d’une nouvelle ascension si la tendance locale s’inverse.

Il faut tout de même préciser que la faillite du plus grand promoteur immobilier chinois Evergrande est toujours capable de sérieusement impacter le cours du Bitcoin. Si les autorités chinoises décident de laisser tomber l’entreprise ayant plus de 300 milliards de dollars de dettes, ce sera un vrai choc pour le marché financier, comme pour le marché des cryptoactifs et l’économie dans son ensemble. 

Il est quand même très intéressant de suivre l’évolution de ces événements. Au moment où la première cryptomonnaie mondiale était censée connaître une croissance incroyable, mais n’avait pas assez de force pour le faire, son prix a littéralement été obligé de chuter à cause d’un fait d’actualité qui est apparu de nulle part. Il semble que les baleines étaient au courant de ces problèmes avant qu’ils ne surviennent : en effet, ceci justifierait les grandes séries de ventes qui sont survenues dernièrement et qui étaient à l’origine des récents crashs de Bitcoin. Cette théorie expliquerait aussi le manque de volumes nécessaires pour pousser Bitcoin vers de nouveaux sommets. Les acheteurs au capital important restent tout simplement en dehors du marché en attendant que la tendance change, ce qui leur permet d’éviter les risques inutiles et d’ouvrir de nouvelles positions pour des prix beaucoup plus bas.

Il y a peu de chances que la crise autour d’Evergrande se termine mal. Il s’agit en fin de compte d’une des plus grandes entreprises de Chine, ce qui laisse supposer que l’État va faire le nécessaire pour la sauver (non pas par altruisme, mais plutôt parce que l’expérience de 2008 montre que lorsque les entreprises de cette taille font faillite, les autres acteurs, mais aussi les marchés financiers sont impactés). Ignorer cette situation serait pour les autorités chinoises équivalent à mettre en péril la stabilité de l’économie nationale et globale.On peut ainsi affirmer avec certitude que la période de volatilité accrue sur le marché des cryptoactifs prendra bientôt fin. Dès que la situation avec le géant chinois se stabilise et que les autorités font des déclarations sur les mesures de soutien, les marchés financiers vont immédiatement réagir par une vague haussière plus ou moins tangible. Il serait donc opportun d’acquérir un peu d’actifs maintenant et d’en racheter en cas de chute car ces points d’entrée semblent relativement intéressants dans la période d’incertitude que nous traversons.  Le mouvement actuel s’inscrit parfaitement dans la tendance haussière globale. Le prix varie effectivement à l’intérieur du triangle dont l’un des éléments importants est la figure chartiste appelée le « biseau descendant » ou « falling wedge » en anglais. La baisse du prix ne la contredit pas, mais la complète au contraire car l’un des éléments clés de cette figure est l’accumulation. Cette dernière se produit lorsque le prix varie entre la limite supérieure (niveau de résistance) et inférieure (niveau de support) du canal de prix qui se rétrécit au fil du temps. Ceci explique pourquoi on parle du triangle : au lieu de deux lignes parallèles qui ne se croiseront jamais, on peut observer deux limites du canal (représentées également par des lignes) qui se déplacent dans la même direction, mais qui se croiseront au bout d’un moment dû à leur nature. Cependant, la tendance globale du Bitcoin n’a pas changé. L’actif est toujours au stade de l’accumulation et dans le cas d’une nouvelle baisse, Bitcoin rencontrera plusieurs niveaux clés capables de provoquer un rebond du prix. Le premier est le niveau de 40 000 dollars que l’on vient d’évoquer. Il s’agit en effet d’un niveau de support psychologique non négligeable. Le deuxième est le niveau de 35 000 dollars qui représente la limite inférieure du triangle indiqué sur le graphique ci-dessus. Le troisième niveau se trouve aux alentours des 30 000 dollars, à la limite supérieure du canal de prix descendant en expansion (indiqué graphiquement en jaune). Enfin, le quatrième et le dernier niveau de support est celui de 20 000 dollars qui correspond à la limite inférieure du canal de trading descendant indiqué en violet. 

Le marché ne peut pas croître sans corrections, c’est pourquoi il ne faut pas considérer les chutes comme le début d’une longue crise sur le marché. Même les acheteurs les plus optimistes ont parfois besoin de fermer leurs positions et de récupérer leur bénéfice. Lorsque le marché est en baisse, au contraire, il serait judicieux d’acquérir davantage d’actifs et de les conserver jusqu’à ce que les prix ne redeviennent satisfaisants.

La récente chute actuelle du Bitcoin n’est qu’un déchargement du marché en surchauffe et une modification du rapport des forces au sein du triangle. Une fois que Bitcoin sortira de la phase d’accumulation, il poursuivra sa croissance et se rapprochera probablement du maximum de prix absolu d’ici la fin de l’année.

Il est très probable que maintenant soit le meilleur moment pour investir. Une telle occasion d’entrer sur le marché peut ne pas se présenter pendant très longtemps.

Mise à jour : selon les dernières informations, le géant chinois Evergrande effectuera des paiements de coupon aux détenteurs de ses obligations d’ici le jeudi 23 septembre. Cette nouvelle signifie que les autorités chinoises vont payer les obligataires et vont ensuite nationaliser le groupe. Il n’y aura donc pas de crise : la hausse des prix devient imminente.

Ethereum (ETH)

Ethereum (ETH)

Une situation similaire à celle du Bitcoin se développe sur le graphique de l’Ethereum. La deuxième plus grande cryptomonnaie mondiale en termes de capitalisation a abandonné les tentatives de montrer son indépendance et continue de suivre les fluctuations de son grand frère.

Au moment d’écrire ces lignes, le premier altcoin se négocie aux alentours de 2 900 dollars après avoir atteint le minimum local de 2 650 dollars qui a pourtant été très rapidement racheté par les bulls. Ethereum se trouve à mi-chemin de la limite inférieure du triangle. Lorsque cette dernière sera atteinte, la tendance locale du prix va très probablement s’inverser et l’actif rentrera dans une phase de croissance.

En revanche, une simple déclaration de soutien financier à Evergrande par les autorités chinoises suffirait pour changer la tendance actuelle. Si une telle nouvelle apparaît prochainement, Bitcoin et Ethereum ne seront même pas obligés de descendre jusqu’aux leurs niveaux de support respectifs. 

Si vous envisagez d’investir dans la deuxième cryptomonnaie, il faut le faire maintenant et lors des éventuelles corrections. Dans ce cas-là seulement vous pourrez faire un maximum de profit.

Indice de peur et de cupidité

Indice de peur et de cupidité

On a enfin atteint la peur extrême! Les traders individuels se précipitent pour se débarrasser de leurs actifs. Il n’est même pas question pour eux d’ouvrir de nouvelles positions.

La dernière fois que ce niveau de peur a été atteint, la tendance s’est soudainement inversée et le marché est entré dans une puissante phase de croissance. Ceci est lié au fait que les baleines qui accumulaient des actifs lors des récents crash en ont acquis suffisamment pour commencer à pousser les prix vers des niveaux supérieurs, tout en incitant les traders à faire des achats. Lorsque ces traders individuels commencent à ouvrir des positions dans un environnement où la pression baissière est relativement faible, les prix montent considérablement en amenant avec eux la valeur des portefeuilles des baleines.

Malheureusement, c’est précisément la manière dont fonctionne le marché des cryptoactifs. En utilisant des moyens très variés qui ressemblent parfois à de simples manipulations, les baleines poussent les poissons plus petits à effectuer des transactions qui vont dans le sens de la tendance générale. Cette tendance est ensuite inversée et les gagnants récupèrent l’argent investi par les perdants. Pour éviter que ça vous arrive, il faut être capable d’analyser la situation dans sa globalité et ne pas avoir peur d’acheter au moment où tous les autres semblent déjà avoir perdu tout espoir.

Top 10 des altcoins

Top 10 des altcoins

Les dix altcoins les plus populaires selon CoinMarketCap sont toujours dans le rouge, mais leur déclin n’est pas aussi important qu’il aurait pu être. Encore une fois, c’est une excellente occasion d’acheter les cryptoactifs les plus connus à des prix avantageux.

Binance Coin (BNB) a déjà atteint le niveau de 500 dollars, ce qui laisse supposer une forte croissance de cet actif lors du prochain bull run. Il en est de même pour Solana (SOL).

XinFin (XDC)

XinFin (XDC)

XinFin (XDC) devient le token le plus performant de ce lundi parmi les 100 cryptomonnaies les plus échangées selon CoinMarketCap. Au cours de la dernière journée, cet actif a rapporté à ses détenteurs environ 17% de profit. 

Si l’on étudie le graphique de ce token, on peut constater qu’il se déplace au sein d’un canal descendant, mais a déjà atteint son niveau de support global. Si XinFin parvient à franchir la limite supérieure du canal de prix indiqué en blanc sur le graphique ci-dessus, il faudra s’attendre à un pump significatif.

OMG Network (OMG)

L’actif le plus performant d’hier devient le perdant de ce nouveau jour. Il s’agit de OMG Network (OMG) dont le prix a baissé de plus de 17% en l’espace d’une journée.

La situation de ce token est ambiguë. D’une part, l’actif est clairement en train de tracer la figure chartiste « tasse avec anse » qui implique une croissance du prix jusqu’au dernier sommet absolu. En même temps, ce mouvement se produit au sein d’un triangle ascendant dont la sortie se fait toujours par une bougie rouge. On ne peut que constater que la future dynamique de OMG Network dépendra de l’intensité de la future croissance du marché des cryptomonnaies.

De nombreuses nouvelles positives concernant le groupe chinois Evergrande sont apparues lors de la rédaction de cette revue. Il faut savoir que c’est la situation délicate de cette entreprise qui a provoqué l’effondrement de la bourse et du marché des cryptomonnaies et que les bonnes nouvelles sont arrivées précisément au moment où l’indice de peur et de cupidité a atteint le niveau de peur extrême. Tous ces facteurs laissent supposer que la situation va bientôt radicalement changer.La correction qui a suivi la crise de Evergrande sera rachetée dans les prochains jours. Maintenant est alors très probablement la dernière chance d’acheter des cryptoactifs à des prix avantageux. Il est impossible de savoir si la crise du Bitcoin est déjà terminée, mais une chose est sûre : la baisse de la première cryptomonnaie aux alentours de 40 000 dollars, le niveau extrême de peur sur le marché des cryptoactifs et l’apparition de nouvelles positives ressemblent à des détails d’un plan bien élaboré qui est en train de rentrer dans sa phase finale.

Soyez extrêmement prudents : n’oubliez pas la gestion des risques et ne négligez pas les stop-loss.

Les cryptomonnaies développeront-elles l’économie du monde entier?

22 Sep. 2021 – 22h30 3 min de lecture – par Thomas Poirier

Noel Quinn, président-directeur général de la banque HSBC, qui gère des actifs de 3 000 milliards de dollars, a qualifié les monnaies numériques de la banque centrale de «nouvelle forme d’argent».

«Quinn a publié un article dans lequel il a déclaré que les stablecoins publics peuvent être considérés comme un moyen de paiement légal, car ils sont soutenus par les banques centrales et les gouvernements. Cela prouve leur transparence et leur stabilité, tout en évitant de nombreux risques inhérents aux stablecoins privés et aux cryptomonnaies publiques, estime Quinn.

Il voit de nombreux avantages dans les monnaies numériques publiques. Tout d’abord, ils peuvent contribuer au développement économique des pays en améliorant l’efficacité des paiements et des règlements et en réduisant leur coût. 

« Les monnaies numériques des banques centrales pourraient améliorer les politiques fiscales et monétaires des pays.Cela stimulera davantage la demande de cryptomonnaies publiques », a déclaré Quinn.

Le PDG de HSBC a également souligné les risques potentiels que les banques centrales devraient éviter lors du lancement de leurs propres monnaies numériques. Les banques centrales doivent s’assurer que leurs nouveaux produits et services sont réellement sûrs et innovants. Par exemple, les autorités publiques doivent tenir compte de l’impact de ces produits sur l’offre de crédit, l’activité du marché et la stabilité financière. En outre, les monnaies numériques émises par les banques centrales sont tenues d’assurer la confidentialité des utilisateurs et de résister aux cyberattaques.

Selon Quinn, les stablecoins publics devraient fonctionner sur la base d’un modèle à deux niveaux auquel participent les banques commerciales. Cela évitera aux banques centrales de mettre en place une nouvelle infrastructure de gestion des comptes, les banques commerciales demeurant un maillon important du secteur financier.

Quinn a déclaré qu’en tant que l’une des plus grandes institutions financières ayant une vaste expérience des paiements internationaux, HSBC continuera d’explorer le potentiel des monnaies numériques publiques. La banque coopère à ce sujet avec les banques centrales du Royaume-Uni, de la France, du Canada, de Singapour, de la Chine, de Hong Kong, de la Thaïlande et des Émirats arabes Unis, car elles explorent activement la possibilité d’émettre leur propre monnaie numérique.

À propos des cryptomonnaies, le dirigeant de HSBC a déclaré qu’il n’y avait rien de nouveau dans l’argent privé. Auparavant, Quinn avait déclaré qu’il ne considérait pas le Bitcoin comme un actif de classe en raison de son instabilité, de sorte que la banque n’envisageait pas d’offrir à ses clients des investissements dans des cryptomonnaies.

Je suis sûr que la blockchain et les cryptomonnaies représentent le futur, et je veux faire passer cette idée à tout le monde car plus il y aura de monde à croire aux cryptomonnaies, plus vite le futur arrivera.

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Pas moins de 5 000 nouvelles cryptomonnaies ont été lancées cette année

Près de 5 000 nouvelles cryptomonnaies ont été lancées sur le marché au cours des 12 derniers mois. C’est ce qu’affirme la plateforme irlandaise d’échange de pièces numériques Cryptoparrot, sur la base de recherches. Au total, il existe désormais plus de 12 000 pièces numériques différentes, selon les chercheurs. Selon Cryptoparrot, il s’agit d’une réponse au marché croissant des monnaies numériques et à l’intérêt croissant des grands investisseurs pour les cryptomonnaies. Entre 2017 et 2020, le nombre de nouvelles pièces numériques a également connu une forte croissance. Selon Cryptoparrot, la croissance du marché est remarquable, car il y a plus de dix ans, il n’y avait que le bitcoin.

La valeur totale de toutes les cryptomonnaies a atteint à un moment donné un pic de 2 000 milliards de dollars, soit l’équivalent de plus de 1 700 milliards d’euros, selon Cryptoparrot. D’ailleurs, selon les chercheurs, de nombreuses pièces de monnaie échouent également en raison du manque d’intérêt du public et des investisseurs.

Comment faire des échanges de cryptomonnaies ?

Il existe en effet une panoplie de monnaies virtuelles. Les plus populaires sont le Bitcoin, l’Ethereum, le Litecoin, le ripple et autres. Il est possible d’acheter ces différentes monnaies virtuelles avec des euros et des dollars.


Mais cela est impossible lorsqu’il s’agit d’acheter des monnaies électroniques moins connues. D’un autre côté, vous ne saviez peut-être pas qu’il est possible de faire un échange entre les différentes monnaies virtuelles. Dans cet article, vous allez découvrir par quel moyen vous pouvez le faire. Une chose est certaine, si vous souhaitez réussir dans le marché de la cryptomonnaie, il n’est pas conseillé d’investir dans une seule monnaie virtuelle.


Procédez par des exchanges pour échanger des cryptomonnaies


Lorsqu’on parle des Exchanges, il s’agit des places d’échange de cryptomonnaies. C’est l’un des premiers moyens de faire des échanges entre les différentes monnaies virtuelles. Si vous achetez des bitcoins sur Bitcoin Revolution, vous pouvez aller sur les différentes plateformes d’exchanges pour acheter d’autres cryptomonnaies. Il est tout de même important de relever que toutes ces dernières ne sont pas toujours fiables. En tant que novices, vous devez toujours vous tourner vers les plateformes les plus reconnues.


Dans cette longue liste, vous avez par exemple Binance et Kraken qui peuvent vous être d’une grande utilité. Il est tout de même important de savoir que leur interface peut s’avérer assez difficile pour des novices. Il vous suffit tout simplement de disposer d’un compte dans l’une de ces plateformes et vous pouvez démarrer votre aventure. Une autre manière de gagner est vous tourner vers des plateformes qui vous propose d’importantes réductions. Assurez-vous également de choisir une plateforme qui a une longue durée de vie.


Échangez des cryptomonnaies en faisant des envois d’une plateforme à l’autre


Lorsque vous venez d’acheter vos premiers bitcoins, ethers et autres, il vous suffit de faire des échanges entre différentes plateformes pour avoir d’autres devises. Il vous suffit premièrement de vous rendre sur la plateforme de réception et d’aller sur votre solde. Sélectionnez donc la cryptomonnaie que vous voulez déposer. Vous allez alors voir la liste de toutes les cryptomonnaies disponibles.


Cette dernière apparait sur la droite de votre écran. Vous pouvez facilement apercevoir des boutons dépôt, retrait ou alors withdraw et trade. Indiquez ce que vous souhaitez faire et vous allez être redirigé vers une autre page. Vous avez une adresse de dépôt que vous allez copier.


Par la suite, vous devez aller sur l’autre plateforme d’envoi et procéder de la même manière. Allez donc sur votre solde et cliquez cette fois sur le bouton retrait ou envoi en fonction de ce que vous voulez faire. Deux informations vont être demandées et vous devez les renseigner. Il s’agit de la quantité de crypto, que vous souhaitez retirer et l’adresse sur laquelle vous souhaitez l’envoyé. C’est à ce moment que vous collez l’adresse que vous avez copiée dans l’autre plateforme. Ne commettez surtout pas d’erreur.


Achetez une autre cryptomonnaie avec des bitcoins


Lorsque vous avez des bitcoins, vous avez la capacité d’acheter d’autres monnaies virtuelles. Pour ce faire, vous devez simplement vous rendre sur la place du marché et de sélectionner la monnaie électronique que vous souhaitez acheter.


Il vous suffit de retrouver la paire BTC/CHZ et de cliquer dessus. Vous allez être dirigé vers une autre page. Ne paniquez surtout pas, car vous n’avez pas besoin de retenir toutes les informations qui s’y trouvent.


Vous ne saviez certainement pas qu’il est possible de faire un échange entre plusieurs monnaies virtuelles. Le bouclier est donc levé. Vous avez différentes procédures pour le faire. Il vous suffit tout simplement d’être assez vigilant face à ce type de transactions. Les plateformes fiables doivent être votre priorité pour éviter des arnaques.

Le département du Trésor sanctionne une bourse d’échange de cryptomonnaies

Le département du Trésor américain a annoncé ce mardi des sanctions visant une bourse de cryptomonnaies basée en Russie, baptisée Suex. Celle-ci est accusée d’avoir facilité les transactions provenant de groupes de ransomwares (rançongiciels en français). Il s’agit de l’une des premières mesures publiques et concrètes prises par les Etats-Unis contre les groupes de rançongiciels.

La semaine dernière, le Wall Street Journal a rapporté que le département du Trésor envisageait des sanctions liées aux ransomwares, mais les responsables américains ont expliqué leurs plans en détail mardi.

L’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du département du Trésor précise que Suex doit être sanctionné pour son rôle dans la facilitation de « transactions impliquant des produits illicites provenant d’au moins huit variantes de ransomware ».

40 % de transactions douteuses

40 % de transactions douteuses

Les données montrent que plus de 40 % des transactions de la plateforme Suex impliquent des « acteurs illicites », selon le département du Trésor. Ce dernier ajoute que les bourses d’échanges de monnaie virtuelle comme Suex sont « essentielles à la rentabilité des attaques de ransomware, qui contribuent à financer d’autres activités cybercriminelles ».

Les responsables américains précisent qu’il s’agit de la première salve de sanctions contre une bourse d’échange de devises virtuelles et qu’elle a été effectuée en coordination avec le FBI. Ils rappellent néanmoins que toutes les bourses d’échanges de monnaie virtuelle ne travaillent pas avec les groupes de ransomwares, et expliquent que certaines sont exploitées à leur insu par des acteurs malveillants. Mais un certain nombre de bourses travaillent directement avec les groupes de ransomware pour augmenter leurs profits.

« En conséquence de la désignation d’aujourd’hui, tous les biens et intérêts de la cible désignée qui sont soumis à la juridiction américaine sont bloqués, et il est interdit aux citoyens américains d’effectuer des transactions avec elle. En outre, toutes les entités détenues à 50 % ou plus par une ou plusieurs personnes désignées sont également bloquées », indique le département du Trésor à propos de Suex. « En outre, les institutions financières et les personnes qui effectuent certaines transactions ou activités avec les entités et les individus sanctionnés peuvent s’exposer à des sanctions ou faire l’objet d’une action coercitive. La mesure prise aujourd’hui à l’encontre de Suex n’implique pas de lien de sanctions avec un Ransomware-as-a-Service (RaaS) ou une variante particulière. »

Une offensive plus large

Une offensive plus large

La société d’analyse de blockchain Chainalysis – qui a participé à l’enquête – indique que si Suex est enregistrée en République tchèque, elle n’y dispose pas d’un bureau physique et possède de multiples succursales à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Il existe également des succursales de Suex en Russie et au Moyen-Orient.

La bourse est devenue populaire auprès des cybercriminels parce qu’elle proposait de convertir les cryptomonnaies détenues en espèces et de faciliter l’échange de cryptomonnaies contre des actifs physiques comme des biens immobiliers, des voitures et des yachts, selon Chainalysis.

Les sanctions font partie d’une offensive plus large visant à perturber l’écosystème des rançongiciels, qui ont rapporté au moins 400 millions de dollars de rançons en 2020.

La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, souligne que les groupes de ransomware n’ont pas cessé leurs attaques contre les entreprises, les écoles et les hôpitaux ; tandis que la Maison blanche a intensifié ses efforts pour mettre fin à la vague d’incidents paralysant des centaines d’organisations. Cette semaine, une coopérative agricole américaine a été mise hors service en raison d’une attaque par ransomware. « Nous allons continuer à sévir contre les acteurs malveillants », affirme-t-elle. « Comme les cybercriminels utilisent des méthodes et des technologies de plus en plus sophistiquées, nous sommes déterminés à utiliser toute la gamme de mesures disponible, notamment des sanctions et des outils réglementaires, afin de perturber, de dissuader et de prévenir les attaques par ransomware. »

Les Etats-Unis tentent d’instituer un cadre de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme parmi les bourses d’échanges et les entreprises de monnaie virtuelle, afin de perturber la manière dont les groupes de ransomware parviennent à s’en tirer.

L’OFAC a également publié un avis actualisé invitant les entreprises à ne pas payer les rançons et exhortant les organisations à promouvoir des pratiques de cybersécurité plus strictes. L’avis demande aux organisations de contacter les agences gouvernementales américaines en cas d’attaque et de collaborer avec elles. Le gouvernement indique que, par l’intermédiaire de son réseau de lutte contre la criminalité financière, il a recueilli des informations sur les paiements effectués par les ransomwares. Le département du Trésor a utilisé la plateforme Chainalysis et les outils de la société pour mener son enquête sur Suex.

Dans le viseur de Chainalysis

Dans le viseur de Chainalysis

Gurvais Grigg, directeur technique chez Chainalysis, explique à ZDNet que l’entreprise soutient depuis longtemps les efforts des gouvernements en fournissant des informations sur la façon dont les cryptomonnaies sont utilisées par les acteurs malveillants.

« Nous suivons Suex depuis un certain temps. Nous les avons d’abord identifiés en 2019 comme faisant partie d’un groupe relativement restreint de courtiers de gré à gré qui aidait les acteurs malveillants à encaisser une grande quantité de gains mal acquis », raconte-t-il. « C’est une idée fausse courante que les cryptomonnaies sont anonymes et intraçables. Chainalysis fournit depuis longtemps des technologies aux agences gouvernementales pour les aider à enquêter sur les activités illicites utilisant des cryptomonnaies. Nos outils d’investigation ont été utilisés dans certaines des enquêtes récentes les plus médiatisées sur la cybercriminalité, notamment sur les ransomwares, les abus sexuels sur enfants, les marchés du dark net, etc. »

La société a publié un billet de blog expliquant une partie de son rôle dans l’enquête, notant que Suex a déplacé des centaines de millions de dollars de cryptomonnaies – principalement en Bitcoin, Ether et Tether – dont une grande partie provient de sources illicites et à haut risque.

« Rien qu’en bitcoin, les adresses de dépôt de Suex hébergées sur de grandes bourses d’échange ont reçu plus de 160 millions de dollars de la part de groupes de ransomware, d’escrocs et d’opérateurs de marchés clandestins sur le darknet. L’enquête de Chainalysis révèle que Suex convertit des cryptomonnaies en espèces dans des succursales physiques situées à Moscou et à Saint-Pétersbourg, et peut-être aussi dans d’autres bureaux en dehors de la Russie », souligne Chainalysis.

L’ombre de BTC-e

L'ombre de BTC-e

« Il s’avère également que Suex a reçu pour plus de 50 millions de dollars de bitcoins envoyés depuis des adresses hébergées sur la bourse de cryptomonnaies illicite BTC-e de 2018 à 2021, bien après que BTC-e a été fermée par les autorités américaines suite aux accusations de blanchiment d’argent pour le compte de cybercriminels. »

La société indique qu’en raison de la taille de Suex, sa fermeture « représentera un coup dur pour un grand nombre des plus grands acteurs malveillants opérant aujourd’hui, notamment les principaux groupes de ransomware, les escrocs et les opérateurs de marchés clandestins ».

« Suex fonctionne comme un service imbriqué : cela signifie qu’il fonctionne en utilisant des adresses hébergées par des bourses plus importantes afin d’exploiter les liquidités et les paires de négociations de ces bourses. Bien que de nombreux services imbriqués soient légitimes, certaines bourses ne les soumettent pas à des normes de conformité suffisamment élevées, ce qui signifie qu’ils peuvent être exploités pour le blanchiment d’argent », constate Chainalysis.

Selon les chercheurs de Chainalysis, il existe des liens financiers entre Suex et BTC-e. Malgré la fermeture de BTC-e en 2017, Suex a facilité des transferts au nom d’administrateurs, d’associés ou d’anciens utilisateurs de BTC-e qui « tentaient de liquider des cryptomonnaies hébergées par le service ». Certains des transferts de BTC-e ont eu lieu cette année, alors que la plateforme a été fermée il y a quatre ans.

481 millions de dollars en bitcoins ont été transférés vers Suex depuis son apparition en février 2018, dont près de 13 millions de dollars provenant de groupes de ransomware comme Ryuk, Conti, Maze et autres.

La Californie, nouvel Eldorado des cryptomonnaies aux Etats-Unis

La Californie mène la course – La Californie monte à la plus haute marche du podium dans le classement des Etats prêts à l’utilisation des cryptomonnaies aux États-Unis. Même son retard en termes de régulation sur les cryptomonnaies ne semble pas être un frein.

Une bonne note pour le major des Etats-Unis

Une bonne note pour le major des Etats-Unis

Une étude du site Crypto Head vient de révéler que la Californie arrivait à la tête des Etats prêts à l’utilisation des cryptomonnaies aux Etats-Unis.

Crypto Head a établi son classement sur la base du nombre de :

Les Etats-Unis décrochent un score moyen de 2,54 points. La Californie devance le New Jersey avec des notes respectives de 5,72 contre 5,44 sur 10. New York est en deuxième position avec 4,29 points.

Entre 2020 et 2021, la Californie a enregistré 386 100 recherches liées aux cryptomonnaies, avec 977 recherches pour 100 000 habitants, contre 934 pour New York et 912 pour le New Jersey. Elle dispose également de 2 474 ATM, contre 1 048 pour le New Jersey. En termes de projets de loi cryptos, la Californie n’en a adopté aucune, contre 8 pour New York. 

>> Le Bitcoin fluctue, c’est aussi pour ça qu’on l’aime ! Embarquez sur la plateforme de référence FTX <<

Les Etats-Unis concurrencés par les marchés émergents

Les Etats-Unis concurrencés par les marchés émergents

L’incertitude réglementaire et le projet de loi sur les infrastructures menacent l’essor de l’économie de la blockchain aux Etats-Unis. Le pays reste tout de même un leader en termes d’adoption de la cryptomonnaie. 

En 2020, les Américains totalisent 4,1 milliards de dollars de bénéfices sur leurs transactions en cryptomonnaies, loin devant les autres pays. Leurs volumes d’échange de bitcoins (BTC) dépassent ceux de l’Europe, du Nigéria et de la Chine réunis. 

En août 2021, le site de comparaison financière Finder a classé les Etats-Unis à la 26ème place sur les 27 pays, dans la liste des pays avec le plus grand nombre de résidents détenant des cryptomonnaies. Les USA se placent ainsi derrière les pays de l’Asie du sud-est et de l‘Amérique latine, les marchés émergents avec une forte dépendance aux transferts de fonds.

Qu’en est-il de l’avenir des cryptomonnaies aux USA avec la pression croissante des régulateurs ? La récente étude de Chainalysis montre déjà une domination des pays émergents en termes d’adoption des cryptomonnaies, alors que les Etats-Unis et la Chine chutent dans le classement.

Vous aussi, vivez le “California dream” avec Bitcoin ! Pour ce faire, le Journal du Coin vous conseille la plateforme FTX. En allant vous inscrire sur cet exchange crypto de référence, une réduction à vie sur vos frais de trading vous attend grâce au lien affilié du JDC.

Quelles types de cryptomonnaie existent ? – CarnetdeBord

Comme on le sait depuis quelques années maintenant, de nouvelles pièces font leur apparition sur la planète. Monnaies décentralisées qui n’appartiennent pas ou n’ont aucune affiliation ou lien avec un pays, une banque ou une entreprise.

Ainsi, ces monnaies sont volontairement décentralisées, digitales et peuvent être de très bons investissements pour un événement mondialisé qui approche. Cependant, parier sur les crypto-monnaies reste risqué, comme tout investissement, aussi bien en trading qu’en bourse par exemple. Cependant, les experts parviennent à tirer leur épingle du jeu.

De plus, ces experts misent souvent sur des crypto-monnaies connues de tous les amoureux de ce monde financier nouveau et moderne.

Explorez les crypto-monnaies les plus populaires en quelques mots et même plus… suivez-nous, nous vous expliquerons maintenant !

Bitcoin, Ethereum etc…

Bitcoin, Ethereum etc...

Le Bitcoin est évidemment la crypto-monnaie la plus répandue et la plus connue au monde. En fait, le prix du bitcoin est l’un des plus suivis. C’est cette fameuse monnaie, cette fameuse monnaie qui a secoué le monde financier ces derniers mois et années.

En effet, beaucoup ont découvert les crypto-monnaies grâce au fameux BTC, compris par lui, Bitcoin. De plus, son inventeur est encore sous pseudonyme et inconnu à l’heure actuelle. L’acquisition de bitcoin reste un investissement intéressant selon les experts.

Ensuite, Ethereum et Polkadot sont également des monnaies numériques qui ont une renommée, des milliers d’investisseurs et une certaine crédibilité.

Une dernière monnaie numérique dans ce paragraphe s’appelle Polkadot.

De nombreuses personnes ont également fait confiance et misé sur cette crypto-monnaie, en baisse par rapport aux deux premières mais qui bénéficient également d’une certaine confiance et crédibilité de la part des experts en crypto-monnaie et en finance.

Mais attention, il existe d’autres types de pièces, des shitcoins…

Shitcoin

Shitcoin

On est donc clairement dans des crypto-monnaies bas de gamme qui ont peu ou pas de valeur ajoutée en anticipation. De nombreux débutants se font alors berner en investissant dans ces monnaies numériques considérées comme « mortes ».

Nous parlons également de ces monnaies numériques pour garder à l’esprit que les pièces peuvent parfois être considérées comme des pertes. Faites vos recherches très attentivement et analysez tous les marchés, volatilité… pour investir selon votre analyse.

De conclure

De conclure

En conclusion, comme vous le verrez tout au long de cet article, diverses crypto-monnaies, toutes décentralisées et numériques, existent et prospèrent sur le web. Ainsi, les populaires Bitcoin et Ethereum sont au sommet du niveau de popularité. Polkadot est aussi une crypto-monnaie qui se porte bien en ce moment.

Cependant, comme indiqué dans le dernier paragraphe, il existe également de nombreux shitcoins, compris par cette monnaie numérique faible, qui s’effondrent déjà, échouent ou ont simplement peu ou pas de valeur réelle. C’était un mauvais investissement pour tout débutant à l’époque et il était important de le savoir aussi.

Quoi qu’il en soit, si vous voulez parier sur les crypto-monnaies, lisez-les, écoutez quelques avis d’experts, faites beaucoup de recherches par vous-même et rappelez-vous que chaque investissement comporte des risques, des gains ou des pertes…

Cryptojacking : tout savoir sur le minage de cryptomonnaie malveillant

Dans un monde qui continue de se numériser, de plus en plus de personnes sont impliquées dans des transactions financières en ligne. Cette transformation a entraîné une augmentation des crypto-monnaies. Bien que les monnaies virtuelles présentent de nombreux avantages, leur utilisation comporte également des risques, dont le cryptojacking.

Qu’est-ce que le cryptojacking ?

La détection de crypto, également connue sous le nom de crypto bombing malveillant, est une menace intégrée à un ordinateur ou à un appareil mobile. Cela utilise ensuite les ressources de l’appareil de la victime pour extraire la crypto-monnaie. C’est une menace dangereuse qui peut prendre le contrôle des navigateurs Internet et mettre en danger un large éventail d’appareils (ordinateurs portables, ordinateurs, smartphones, serveurs réseau, …). Avec seulement quelques lignes de code, les cryptojackers peuvent prendre le contrôle des ressources de n’importe quel ordinateur.

Conséquences : le temps de réponse devient plus lent, la machine utilise davantage ses processeurs, les appareils surchauffent, etc. Les voleurs de crypto utilisent ces ressources à la fois pour voler la crypto-monnaie des portefeuilles numériques et pour permettre aux ordinateurs d’extraire des données importantes. Comme de nombreuses formes de cybercriminalité, l’argent reste la principale motivation de la menace. Mais contrairement à d’autres, le cryptojacking est conçu pour fonctionner à l’insu de la victime.

Que sont les mineurs et les mineurs de crypto-monnaie ?

Que sont les mineurs et les mineurs de crypto-monnaie ?

Les crypto-monnaies utilisent une base de données distribuée, connue sous le nom de blockchain, pour fonctionner. Blockchain est régulièrement mis à jour avec des informations sur toutes les transactions qui ont eu lieu depuis la dernière mise à jour. Chaque ensemble de transactions récentes est combiné en un bloc à l’aide d’un processus mathématique complexe.

Pour produire de nouveaux blocs, les crypto-monnaies s’appuient sur des experts pour fournir de la puissance de calcul. Ces experts sont des « mineurs ». Et ils sont récompensés par des crypto-monnaies. Les plus grandes crypto-monnaies utilisent des équipes de mineurs qui exécutent des plateformes informatiques dédiées pour effectuer les calculs mathématiques nécessaires. Cette activité nécessite une grande quantité d’électricité. Le réseau Bitcoin, par exemple, consomme actuellement plus de 73 TWh d’énergie par an.

Les cryptojackers et l’avenir du cryptojacking

Les cryptojackers et l'avenir du cryptojacking

Les cryptodiscovers sont des personnes qui souhaitent profiter de l’extraction de crypto-monnaie sans avoir besoin d’investir au début. En d’autres termes, le cryptojacker n’investit pas dans du matériel minier coûteux et contourne les grosses factures d’électricité. Les découvreurs de crypto sont principalement des mineurs de Monero, un type de crypto-monnaie particulièrement difficile à retracer.

La crypto-monnaie a tendance à augmenter proportionnellement à la valeur des crypto-monnaies, en particulier Bitcoin et Monera. Mais ces dernières années, l’activité de crypto-monnaie a diminué. Cela s’explique en partie par l’intensification de la répression des fraudes par la police, révélée par la fermeture de Coinhive. Il s’agit d’une bibliothèque JavaScript lancée en 2017. Coinhive a permis au site Web d’utiliser un ordinateur client pour exploiter la crypto-monnaie Monero.

Il a rapidement été maltraité par Coinhive. Un script manuscrit pourrait en effet être téléchargé sur un site par des pirates à l’insu du propriétaire du site. Coinhive a fermé ses portes en 2019. Les cryptojackers sont principalement motivés par l’argent. Le minage de crypto-monnaie peut en effet être très lucratif. La crypto-détection est une manifestation criminelle du crypto-mining. Cette activité offre un moyen illégitime mais efficace et peu coûteux d’extraire des pièces de valeur.

Comment fonctionne le cryptojacking ?

Les cybercriminels piratent des appareils pour installer un logiciel de crypto jacking. Le logiciel fonctionne en arrière-plan, creuse des crypto-monnaies ou vole des portefeuilles de devises virtuelles.

Installation du logiciel de cryptojacking

Pour qu’un appareil victime déterre secrètement de la crypto-monnaie, les pirates utilisent généralement les techniques suivantes :

Dans les deux cas, le code place un script de cryptojacking sur l’appareil, qui s’exécute en arrière-plan pendant l’exécution de la victime. Quelle que soit la méthode utilisée, le script effectue des problèmes mathématiques complexes sur les appareils des victimes et envoie les résultats à un serveur contrôlé par le pirate.

La baisse des performances est le seul symptôme des victimes

Contrairement à d’autres types de logiciels malveillants, les scripts de cryptojacking n’endommagent pas les ordinateurs ou les données des victimes. Cependant, ils volent des ressources informatiques pour le traitement. Pour les particuliers, des performances informatiques plus lentes sont au mieux ennuyeuses. Mais le cryptojacking est un vrai problème pour les entreprises.

C’est parce que les organisations avec de nombreux systèmes crypto-connectés ont des coûts supplémentaires. Cela peut, par exemple, être causé par le remplacement de composants ou de systèmes. Et cela, dans l’espoir que vous résolvez le problème de performance. Vous devez également tenir compte de l’investissement en temps pour le service informatique. De nombreux systèmes crypto-connectés créent également des coûts supplémentaires sur la facture d’électricité.

Du cri au cryptojacking

Du cri au cryptojacking

Dans les premiers cas de dynamitage de crypto, certains éditeurs Web ont tenté de monétiser leur trafic en demandant aux visiteurs la permission d’exploiter des crypto-monnaies sur leur site Web. Ils l’ont positionné comme un échange équitable : les visiteurs ont reçu du contenu gratuit, tandis que les sites Web utilisaient leurs ordinateurs pour l’exploitation minière. Par exemple, sur les sites Web de jeux, les utilisateurs peuvent jouer gratuitement pendant un certain temps pendant que le code JavaScript recherche des pièces. Puis, lorsqu’ils quittaient le site, le dynamitage cryptographique s’arrêtait. Cette approche peut fonctionner si le site Web reste transparent. Il est difficile pour les utilisateurs de savoir si les sites Web sont équitables ou non.

Les versions malveillantes du dynamitage cryptographique, ou cryptojacking, ne nécessitent pas d’autorisation et continuent de fonctionner longtemps après avoir quitté le site Web d’origine sans que les utilisateurs le sachent. Le code n’utilise que suffisamment de ressources système pour passer inaperçu. Bien que l’utilisateur pense que les fenêtres visibles du navigateur sont fermées, la fenêtre cachée reste ouverte. Souvent, il peut s’agir d’une fenêtre contextuelle. Ce dernier est dimensionné pour tenir sous la barre des tâches ou derrière l’horloge.

La détection de crypto peut également infecter les appareils mobiles Android en utilisant les mêmes méthodes que celles qui ciblent les ordinateurs de bureau. Certaines attaques se produisent via un cheval de Troie caché dans une application téléchargée. Les utilisateurs peuvent également être redirigés vers le site infecté, laissant une fenêtre contextuelle permanente. Certains scripts de crypto jacking ont des capacités de worming qui leur permettent d’infecter d’autres appareils et serveurs sur le réseau. Cela les rend plus difficiles à identifier et à supprimer. Ces scripts peuvent également vérifier si l’appareil est déjà infecté par des logiciels malveillants concurrents de crypto-mining. Si un autre cryptominer est détecté, le script le désactive.

Quelques exemples d’attaques de cryptojacking

Voici quelques exemples de crypto jacking de haut niveau.

Code secret caché sur le rapport d’homicide du Los Angeles Times

En 2018, un code de crypto-monnaie caché sur la page du rapport sur les homicides du Los Angeles Times a été révélé. Lorsque les visiteurs sont venus sur ce site, leurs appareils ont été utilisés pour exploiter une crypto-monnaie populaire appelée Monero. La menace est restée indétectable pendant un certain temps. La puissance de calcul utilisée par le script était vraiment minime. En conséquence, les utilisateurs ne pouvaient pas dire que leurs appareils étaient compromis.

Attaque contre le système européen de contrôle du service de l’eau

Toujours en 2018, les crypto-monnaies ont ciblé le réseau du système européen de surveillance des compagnies d’eau. Cela a sérieusement affecté la capacité des opérateurs à exploiter l’usine. Il s’agissait du premier cas connu d’attaque par crypto-vol sur un système de gestion industrielle. Comme pour le piratage du Los Angeles Times, le mineur a généré Monero.

Autres attentats en 2018

Début 2018, Coinhive Miner apparaissait sur des publicités YouTube via la plate-forme DoubleClick de Google. En juillet et août 2018, une attaque de crypto-monnaie a infecté plus de 200 000 routeurs MikroTik au Brésil, injectant du code CoinHive dans une énorme quantité de trafic Web.

Huit programmes de cryptojacking développés par Microsoft Store

En 2019, huit applications téléchargées depuis un magasin Microsoft ont secrètement extrait des crypto-monnaies avec les ressources de ceux qui les ont téléchargées. Les applications devaient provenir de trois développeurs différents. Mais beaucoup soupçonnent que c’est le travail de la même organisation/personne. Lorsque l’utilisateur a téléchargé et lancé l’une des applications, il a téléchargé sans le savoir le code JavaScript pour le crypto jacking. Le mineur s’activerait et commencerait à chercher Monero.

Comment le cryptojacking est-il détecté ?

Le cryptojacking est souvent difficile à détecter. Le processus est en effet souvent caché ou ressemble à une activité bénigne sur votre appareil. Cependant, voici trois signes à surveiller.

Diminution des performances

L’un des principaux symptômes du cryptojacking est la mauvaise performance de vos appareils informatiques. Des systèmes plus lents peuvent être le premier signe à surveiller. Si votre appareil fonctionne lentement, se bloque ou affiche des performances inhabituellement médiocres, vous devez en être averti. Un autre indicateur potentiel est que la batterie se décharge plus rapidement que d’habitude.

Trop chaud

Le cryptojacking est un processus gourmand en ressources et peut provoquer une surchauffe des appareils informatiques. Cela peut endommager l’ordinateur ou raccourcir sa durée de vie. Si votre ordinateur portable ou le ventilateur de votre ordinateur fonctionne plus rapidement que d’habitude, cela peut indiquer que le script de verrouillage cryptographique chauffe l’appareil.

Utilisation de l’UC

Une utilisation accrue du processeur lorsque vous êtes sur un site Web avec peu ou pas de contenu multimédia peut être un signe que des scripts de cryptojacking sont en cours d’exécution. Vérifier l’utilisation du processeur de votre appareil à l’aide d’un moniteur d’activité ou d’un gestionnaire de tâches est un bon test de crypto-jacking. Mais lorsque votre ordinateur fonctionne à pleine puissance, le script s’exécute lentement, ce qui le rend difficile à détecter.

Comment éviter le cryptojacking

Utiliser un bon programme de sécurité

Un programme complet de cybersécurité aidera à détecter les menaces à tous les niveaux. Cette solution peut fournir une protection contre les logiciels malveillants de cryptage. Comme pour toutes les autres précautions contre les logiciels malveillants, il est préférable d’installer la sécurité avant de devenir une victime. Les experts recommandent également d’installer les dernières mises à jour et correctifs logiciels. Ceci pour votre système d’exploitation et toutes les applications, en particulier celles liées aux navigateurs Web.

Restez à l’écoute des dernières tendances en matière de cryptojacking

Les cybercriminels modifient constamment le code et conçoivent de nouvelles méthodes de livraison pour incorporer des scripts mis à jour dans votre système informatique. Être proactif et à jour avec les dernières menaces de cybersécurité peut vous aider à détecter le cryptojacking sur votre réseau et vos appareils. Il aide également à prévenir d’autres types de menaces de cybersécurité.

Utilisez une extension de navigateur conçue pour arrêter le cryptojacking

Les scripts de crypto jacking sont souvent utilisés dans les navigateurs Web. Vous pouvez utiliser des extensions de navigateur spécialisées pour bloquer les cryptojackers sur le Web. Ces extensions comme minerBlock, No Coin et Anti Miner sont installées dans certains navigateurs populaires.

Utiliser des bloqueurs de publicités

Étant donné que les scripts de cryptojacking sont souvent diffusés via des publicités en ligne, l’installation de bloqueurs de publicités peut être un moyen efficace de les arrêter. L’utilisation de bloqueurs de publicités tels que Ad Blocker Plus peut également détecter et bloquer les crypto-monnaies malveillantes.

Désactiver JavaScript

Lorsque vous naviguez sur Internet, la désactivation de JavaScript peut empêcher le code de cryptojacking d’infecter votre ordinateur. Cela peut interrompre le cryptojacking, mais peut vous empêcher d’utiliser certaines fonctionnalités dont vous avez besoin.

Bloquer les sites connus pour soumettre des scripts de cryptojacking

Pour éviter le vol de crypto lorsque vous visitez des sites Web, assurez-vous que chaque site Web que vous visitez figure sur une liste blanche soigneusement vérifiée. Vous pouvez également mettre sur liste noire des sites connus pour le cryptojacking. Mais il peut toujours exposer votre appareil ou votre réseau à de nouveaux sites de cryptojacking.

Le détournement cryptographique peut sembler être un crime relativement inoffensif, car la seule chose qui est « volée » est la puissance de l’ordinateur de la victime. Mais l’utilisation de la puissance informatique à ces fins criminelles se fait à l’insu et sans le consentement de la victime. Et en faveur des criminels qui gagnent illégalement de l’argent. Les experts recommandent d’adhérer aux bonnes pratiques de cybersécurité pour réduire les risques pour tous les appareils.

Cryptomonnaie, fantasy football, spéculation… comment la start-up française Sorare est devenue le Panini 2.0

Sorare vient de boucler la plus grosse levée de fonds de l’histoire de la « French Tech », avec 680 millions de dollars. La plateforme de football Fantasy combine des crypto-monnaies et des cartes de football à collectionner.

Sorare vient de boucler la plus grosse levée de fonds de l'histoire de la « French Tech », avec 680 millions de dollars. La plateforme de football Fantasy combine des crypto-monnaies et des cartes de football à collectionner.

Deux interpellations après l’incident entre Angers et des supporters marseillais

Nice-OM, Lens-Lille, Angers-OM : retour à trois invasions terrestres en sept jours

Metz-PSG (1-2) : classement des joueurs parisiens

« Un supporter lyonnais a jeté une chaise sur la tête » : l’histoire de Lucas, 11 ans, blessé au PSG-Lyon

« Clément Turpin peut changer d’avis » : pourquoi la VAR n’est pas intervenue aux tirs au but à PSG-Lyon

PSG-Lyon (2-1) : « Il faut prendre une décision, ça peut ou ne peut pas plaire », a confirmé Pochettino à propos du départ de Messi

Lens-Lille : des supporters lillois poursuivis pour exhibitions sexuelles

A 36 ans, Cristiano Ronaldo a tiré à plus de 32 km/h

« Un supporter lyonnais a jeté une chaise sur la tête » : l’histoire de Lucas, 11 ans, blessé au PSG-Lyon

« Clément Turpin peut changer d’avis » : pourquoi la VAR n’est pas intervenue aux tirs au but à PSG-Lyon

PSG-Lyon (2-1) : « Il faut prendre une décision, ça peut ou ne peut pas plaire », a confirmé Pochettino à propos du départ de Messi

Lens-Lille : des supporters lillois poursuivis pour exhibitions sexuelles

A 36 ans, Cristiano Ronaldo a tiré à plus de 32 km/h

Deux interpellations après l’incident entre Angers et des supporters marseillais

Jeux olympiques de Pékin 2022 : les athlètes américains doivent se faire vacciner pour Pékin

Nice-OM, Lens-Lille, Angers-OM : retour à trois invasions terrestres en sept jours

Ligue 1 : M’Baye Niang jette une pierre de Bordeaux

Ransomware : La plateforme de cryptomonnaie Suex placée sur liste noire par Washington

L’administration Biden a suivi leurs menaces. L’Office of Foreign Assets Control (OFAC), l’agence de contrôle financier dépendant du Trésor américain, a répertorié le 21 septembre Suex, Specially Designated Nationals (SDN), une plate-forme de crypto-monnaie qui a été accusée de faciliter les remboursements illégaux à la suite d’un logiciel de rançon.

Interdire l’utilisation de Suex

En conséquence, les citoyens et les entreprises américains n’ont plus le droit d’utiliser cette plate-forme pour effectuer des transactions de crypto-monnaie. Il s’agissait de l’Executive Order 13964, équivalent d’un décret présidentiel adopté par Barack Obama le 1er avril 2015, et amendé à plusieurs reprises, instaurant un tel régime de sanctions.

Lancée en février 2018, la société suex promet de convertir le caoutchouc de la crypto-monnaie en espèces et de faciliter l’échange de la crypto-monnaie contre des actifs physiques tels que des biens immobiliers, des voitures ou encore des yachts.

Succursales en Russie

Il est légalement basé en République tchèque, selon ses conditions d’utilisation. Cependant, elle n’a aucune présence physique dans ce pays. Au lieu de cela, il opère à partir de succursales à Moscou, Saint-Pétersbourg.

Suex est une plateforme de gré à gré de gré à gré. Cela signifie qu’il permet au vendeur et à l’acheteur de conclure des transactions sans avoir à passer par un intermédiaire. Ce type de marché est surtout utilisé pour les organisations qui souhaitent acheter ou convertir de grosses sommes de crypto-monnaies. C’est notamment le cas des cybercriminels.

40% des transactions sont controversées

Les acheteurs sont revenus aux crypto-monnaies | Cryptomonnaie

Le marché des crypto-monnaies rebondit avec le marché traditionnel et est même en avance sur l’échelle de croissance. Au cours des dernières 24 heures, les 10 meilleures pièces étaient dans la zone verte. La capitalisation boursière totale de la crypto-monnaie a augmenté de 120 milliards de dollars au cours de la journée. Cependant, cet indicateur reste en deçà du seuil de 2 000 milliards de dollars. Les investisseurs ont commencé à acheter assez rapidement à l’automne, signe d’une forte demande. Cependant, il faut comprendre qu’il peut s’agir d’emplois à court terme et qu’un rebond rapide des prix des crypto-monnaies peut conduire à des prises de bénéfices tout aussi rapidement.

La baisse de l’indice de dominance Bitcoin confirme la présence d’une demande généralisée de crypto-monnaies. Cet indicateur est désormais de 41,9%, reflétant l’intérêt des investisseurs pour les altcoins. Bitcoin a ajouté près de 4% au cours des dernières 24 heures et se négocie autour de 44 000 $. Néanmoins, jusqu’à présent, la pièce n’a pas réussi à compenser l’ampleur de la récente correction. Au cours des 7 derniers jours, Bitcoin a perdu environ 9%.

La peur crypto & amp; La cupidité pour Bitcoin et les grandes crypto-monnaies est de 27, un mode « peur ». L’indice BTCUSD RSI est sur le graphique journalier dans la zone neutre près de la marque « 45 », montrant une croissance modérée.

En général, on peut noter que le marché des crypto-monnaies est maintenant confronté à une incertitude quant aux perspectives d’avenir, et pendant ces périodes, les stocks de baleines BTC font de plus en plus l’objet d’une attention particulière. Indépendamment de l’indice de domination en baisse de Bitcoin, tout le monde comprend que la principale crypto-monnaie est le principal moteur du marché de la crypto.

Arcane Research, un cabinet d’analyse, constate un détournement dans les actions des « premières baleines » et des « nouvelles baleines 2020-2021 ». L’analyse de la société montre que les « nouvelles baleines » peuvent être enclines à faire des profits, tandis que les « premières baleines » préfèrent accumuler du BTC lorsque les prix baissent. Le catalyseur du marché des crypto-monnaies est peut-être les données sur les ventes actives de devises, qui sont restées inchangées depuis environ une décennie.

La communauté des crypto-monnaies spécule également que nous pourrions maintenant assister à la scission des plus grands acteurs du marché de la crypto en plusieurs camps. Les deux parties veulent maximiser leurs profits, mais dans le cas des « longues baleines », elles souhaitent également posséder autant de pièces que possible près du plafond d’émission d’actifs. Ce genre d’investisseur qui peut désormais empêcher le marché des crypto-monnaies de s’effondrer pendant les périodes de fortes corrections.

Une cryptomonnaie avec des objectifs ESG

Madagascar Time Limited a lancé $ TIME, une nouvelle crypto-monnaie axée sur les associations caritatives du monde entier.

$ TIME allie technologie et entrepreneuriat social. L’objectif de ce lancement est d’apporter un changement positif tout en offrant des divertissements et des jeux via son application, tels que « Spin the Wheel » et « Match Cards », à la communauté des passionnés, ainsi qu’à établir des ponts entre les différentes plateformes de blockchain. Pour commencer, ceux-ci incluent Ether, Binance Smart Chain et Matic ou Solana.

L’entreprise a déjà collaboré avec des associations caritatives environnementales et sociales. À ce jour, Madagascar Time a aidé à planter 20 000 arbres dans le monde grâce au projet idéal #teamtrees de MrBeast. La société a également fait don de plusieurs milliers de dollars américains à des fonds de lutte contre les incendies en Turquie et en Californie, ainsi qu’à des aides en Afghanistan et au Nigeria.

« Tout ce que nous avons planifié jusqu’à présent s’est avéré avoir un impact beaucoup plus important que prévu », a déclaré Corey Blanchette, directeur du contenu. La protection de l’environnement doit être plus qu’un simple espoir ; nous devons le faire en tant que société mondiale d’une manière durable et efficace. C’est ce qui nous a inspiré à faire du $ TIME, mais ce n’est que le début. « 

Bitcoin restera résilient à la baisse imminente de la Fed: analystes | Cryptomonnaie

Les experts en crypto-monnaie ont déclaré qu’ils ne voyaient pas le résultat imminent ou le ralentissement de son programme de relance en cas de pandémie qui augmenterait les liquidités de la Réserve fédérale en tant que gueule de bois baissière majeure sur le marché du bitcoin.

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré mercredi que la banque centrale pourrait commencer à baisser au début des trois prochains mois et terminer le programme d’ici la mi-2020.

« Le ralentissement est une question de temps, je pense qu’il a déjà été envisagé », a déclaré John Ng Pangilinan, associé directeur de Signum Capital basé à Singapour.

En mars 2020, la Fed achetait des actifs d’une valeur de 120 milliards de dollars par mois via un plan de relance monétaire connu sous le nom d’assouplissement quantitatif, ou QE. Le programme, lancé pour avoir les conséquences économiques de la pandémie de coronavirus, a déclenché une inflation sans précédent des prix des actifs. Bitcoin, à son tour, a enregistré un rallye décuplé à 64 801 $ au cours des 12 mois précédant avril 2021.

Les pourparlers changeants ont commencé à circuler au premier trimestre de cette année et ont pris de l’ampleur à la mi-mai après que les États-Unis ont signalé une inflation à des sommets de 13 ans. Bitcoin a pris un coup dans la seconde moitié de mai, passant de 58 000 $ à 30 000 $, peut-être en réponse à une plus grande possibilité de réduction de la Fed. Cette décision a coïncidé avec la décision de Tesla d’arrêter les paiements en bitcoins et les préoccupations environnementales concernant l’extraction de crypto-monnaie.

Anthony Vince, responsable mondial du commerce chez GSR, a déclaré : « Crypto ne prête pas trop d’attention à l’assouplissement quantitatif [stimulus], et il y a certainement beaucoup d’argent qui circule dans le système, même si vous cherchez à investir dans des projets. de crypto-monnaie.Actuellement.

En effet, la Fed ne fermera pas simplement l’imprimante de factures au cours des trois prochains mois, et le programme sera progressivement supprimé sur six à huit mois, en supposant qu’il n’y ait plus de chocs pour l’économie. Et tandis que la banque centrale a avancé le calendrier de la première hausse des taux d’intérêt à 2022, les coûts d’emprunt devraient rester inférieurs au pic pré-pandémique de 2% pendant une période prolongée. .

Bitcoin n’a montré aucun signe de faiblesse depuis que Powell a signalé la baisse lors de la conférence de presse de mercredi. La crypto-monnaie se négocie à 44 100 $ au moment de la publication, ce qui représente un gain de 1,3% par jour, après avoir augmenté de 7% mercredi. Il s’agit du plus gros gain sur une journée depuis le 13 août.

Du Federal Open Market Committee (FOMC), les marchés, y compris les actions, sont restés haussiers. Nous ne voyons aucun risque à court terme de se propager dans les crypto-monnaies », a déclaré Matthew Dibb, co-fondateur et COO de Stack Funds.

Trop tôt pour appeler le fond

Trop tôt pour appeler le fond

Dibb voit le bitcoin de 11% passer des plus bas récents à près de 40 000 $ avec prudence.

« Il est trop tôt pour dire [si le bitcoin a sauté] », a déclaré Dibb à CoinDesk dans un chat WhatsApp. « Nous avons vu de bons flux d’achats d’espèces au cours des dernières 24 heures après des nouvelles macro favorables. Cependant, certains craignent qu’il ne s’agisse d’un » rebond de chat mort « après ce qui était en vente et qu’il soit rapide de le sauvegarder. »

Pangilinan de Signum Capital a déclaré: « Bitcoin devrait être supérieur à 45 000 $ pour être sûr de sa fourchette de négociation en ce moment. »

Le remboursement des chats morts est une reprise temporaire des prix après une baisse substantielle provoquée par des spéculateurs confrontés à des positions baissières. Le bitcoin est passé de 49 000 $ à 40 000 $ au cours des trois jours précédant le 21 septembre, les investisseurs craignant que la crise du géant chinois de l’immobilier Evergrande ne se propage à l’économie mondiale. La Fed et les craintes renouvelées de la réglementation crypto ont ajouté à l’incertitude du marché.

La Fed est maintenant sur la touche, et les craintes d’Evergrande semblent s’estomper avec les reportages des médias selon lesquels la Chine pourrait reprendre le promoteur immobilier sans argent. Cependant, les risques réglementaires persistent et peuvent agir comme des spoilers.

« La clarté réglementaire est la principale menace pour la croissance de la crypto-monnaie en ce moment, je dirais qu’une clarté accrue permet aux institutions d’entrer sur le marché car elles ont une pile réglementaire très stricte à respecter », a déclaré Vince à propos du GSR.

Plus tôt cette semaine, le président de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis, Gary Gensler, a renouvelé son appel à réglementer l’industrie de la crypto-monnaie et a comparé les pièces stables aux jetons de poker. Les régulateurs peuvent désigner les pièces stables comme un risque systémique ou les traiter comme des titres ou des banques, selon un article du New York Times.

Les Stablecoins, ou crypto-monnaies dont la valeur est liée à un indice de référence tel que le dollar américain, sont largement utilisées pour financer l’achat de crypto-monnaies et comme garantie dans la finance décentralisée. Leur capitalisation boursière est passée de 20 milliards de dollars à plus de 100 milliards de dollars en un an. Ainsi, la répression réglementaire sur les pièces stables pose un risque à court terme pour le bitcoin et le marché plus large des crypto-monnaies.

« La plupart des nouvelles, y compris les remarques de Gensler, ont certainement affecté le sentiment à court terme de BTC », a déclaré Stack Funds Dibb. « Bien qu’il s’agisse d’une saga en cours, nous voyons également des signes prometteurs de développement réglementaire, y compris un optimisme renouvelé qu’un ETF physique ou futur pourrait bientôt recevoir le feu vert. »

« Peut-être que Dubaï deviendra une plaque tournante de la crypto-monnaie pour capitaliser sur cette incertitude et fournir un refuge », a déclaré Vince, ajoutant que le bitcoin finirait par reprendre la tendance à la hausse.

« Je vois BTC casser 50 000 $, septembre et octobre sont traditionnellement des mois très volatils alors que le marché revient de la pause estivale », a déclaré Vince.

La cryptomonnaie ATOM de Cosmos à 35 $ : décollage imminent ?

Même si les derniers jours s’annoncent chaotiques, avec une avalanche d’événements négatifs, certains atouts contre le choc sont un peu meilleurs et ils sont plus que jamais prêts à recommencer à attaquer de nouvelles performances. Parmi eux, notre cosmos bien-aimé (ATOM), qui semble être dans une configuration intéressante. Analysons-le pour y voir un peu plus clair !

L’analyse technique du jour vous est proposée en collaboration avec Le Trading du Coin et sa solution de trading algorithmique enfin accessible aux particuliers. En utilisant le code « JDC5 », bénéficiez d’une remise de 5% sur les services TDC !

L’Espace (ATOM) sur le pas de tir contre Bitcoin

L'Espace (ATOM) sur le pas de tir contre Bitcoin

Après un ATH de plus de 20 000 Satoshis, le cosmos s’est endormi dans un rectangle d’accumulation sans fin qui a duré 840 jours. Durant cette période, le cours a été projeté deux fois à la limite supérieure de son rectangle, suivi d’un mouvement à la baisse de quelques semaines. La baisse de la deuxième version a été beaucoup plus sévère, faisant qu’ATOM n’a atteint qu’un minimum de 1 415 Satoshis.

Cependant, ces dernières semaines, le cosmos a repris avec un puissant mouvement haussier qui lui a permis de casser pour la première fois la limite supérieure de son rectangle. L’instant montre un recul à ce niveau, attention à ne pas avoir une fausse éruption, conduisant à une restauration du rectangle d’accumulation ! Si ce scénario devait se produire, il faudrait espérer que le cours se maintienne au-dessus du deuxième rectangle (5 100 à 5 800 Satoshis), une ancienne zone de résistance qui a donné du fil à retordre à nos actifs.

Cependant, considérant que nous évoluons dans un marché avec une configuration fondamentalement haussière, nous pourrions nous allonger après un simple recul qui permettrait de valider ce niveau comme support avant qu’ATOM puisse repartir à la conquête du cosmos.

Espace dans une zone clé par rapport au dollar

Alors que la tendance de Cosmos était baissière au cours de la seconde moitié de 2019 et des premiers mois de 2020, elle s’est inversée assez rapidement avec des hauts et des bas toujours plus élevés. Le bleu oblique à droite montre très bien la force de cette tendance qui est devenue haussière, qui ne veut apparemment pas disparaître pour le moment.

Contre le niveau de résistance de 8,96$, ATOM a dû consolider un moment avant de casser la zone avec un mouvement fort, qui a enregistré un ATH à 32,24$. Cette zone de résistance a joué un rôle très important après le krach de May Flash, agissant comme support contre le mouvement violent à 3 reprises (ellipse verte).

À l’heure actuelle, après un nouveau sommet de 44,9 $, le cosmos semble être complètement revenu à son ancien ATH. Allons chaque jour analyser ce mouvement en détail.

Après son nouveau sommet, les événements récents ont provoqué une correction du cosmos. Son ancien rectangle d’accumulation servait de support. En effet, lorsque l’on allonge la borne haute à droite, on constate un cours parfaitement rebondi à ce niveau. Tant que ce niveau n’est pas perdu, il n’y a aucune raison de rechercher des plages inférieures pour ATOM.

De plus, il cherche à maintenir le prix au-dessus de son ancien ATH, ce qui lui a permis de ne pas être bloqué par ce niveau. Si le prix ferme ainsi, un sentiment haussier pour les actifs ATOM devrait rester intact, lui permettant potentiellement de revenir à des niveaux plus élevés.

Contre Bitcoin ou le dollar, la découverte est la même : l’ATOM de Cosmos est à un niveau clé qu’il doit absolument maintenir pour bien revenir, ce qui lui permettra de maintenir une tendance haussière pour les semaines à venir. Sinon, nous pourrions avoir un ATOM plus faible à la recherche d’anciens supporters ou au mieux essayant de se consolider pour construire de gros niveaux pour les semaines à venir.

Est-il possible d’être gagnant à chaque fois ? Que le marché soit en pleine forme, ou qu’il traverse des turbulences, Coin Trading vous propose d’augmenter vos chances de succès. En effet, Trading Du Coin permet aux particuliers d’accéder à un outil de trading algorithmique et 100% automatisé. Véritable mécanisme de tendance, cet outil a été conçu pour s’adapter aux évolutions du marché et se positionner sur les cryptomonnaies les plus dynamiques du moment. Bénéficiez d’une remise de 5% sur les offres TDC en saisissant le code JDC5 lors de votre inscription

Les cryptomonnaies renouent avec la hausse après un début de semaine mitigé

Le pire était à craindre pour le marché des crypto-monnaies après une forte correction lors de la séance de lundi. Mais plus de peur que de mal, les monnaies numériques comme d’autres actifs risqués semblent sortir du piège baissier d’Evergrande. Au moment de la rédaction, cet article écrivait que la valeur totale des crypto-monnaies a augmenté de 6,62% et est sur le point de récupérer 2 000 milliards de dollars.

La sortie de la Fed est plutôt positive pour les marchés

La sortie de la Fed est plutôt positive pour les marchés

Nous en avons parlé hier dans un article sur le bitcoin. La réunion de la Fed de mercredi a été très importante dans un marché qui a fonctionné sous l’influence de la séance de bourse de lundi. La Réserve fédérale américaine a dû calmer les marchés en réinitialisant la décision de suspendre les achats d’obligations vers novembre ou décembre.

Pour le plus grand bonheur des investisseurs, dans son communiqué du 22 septembre, la Fed n’a pris aucune décision sur les 120 milliards d’obligations achetées mensuellement, mais a même prévenu que le « rétrécissement » interviendrait bientôt si l’économie continuait.

Bien qu’aucune décision n’ait été prise, les participants pensaient généralement que tant que la reprise est sur la bonne voie, un processus de retrait progressif se terminant vers le milieu de l’année prochaine sera probablement approprié.

La Fed a également décidé de maintenir les taux d’intérêt à court terme proches de zéro pour continuer à soutenir la reprise économique. Une évolution de ces taux n’est pas attendue avant fin 2022.

Bitcoin récupère 43 000 $

Bitcoin récupère 43 000 $

Graphique quotidien – Prix Bitcoin (BTC)

La zone 40.000$-44.000$ a été présentée par plusieurs experts comme un carrefour technique crucial pour l’avenir du prix du bitcoin. Motif : Près de 40 000 $, éliminant le mouvement haussier et revenant au plus bas de 29 000 $ et près de 44 000 $ est la hausse. En fait, il semble que le bitcoin choisisse la voie haussière alors que le prix se rapproche de plus en plus de 44 000 $. Au cours des dernières 24 heures, la valeur du BTC a déjà augmenté de 4,42%.

Les taureaux doivent continuer à défendre la zone haussière dans la fourchette de 40 000 $ à 44 000 $ pour prendre le dessus sur les ours lorsque 70 000 bitcoins expirent lors de la session de vendredi. S’il parvient à atteindre cet objectif, il y aurait vraiment très peu d’obstacles à l’évolution du prix du bitcoin.

Altcoins : encore plus haussier que le bitcoin

Altcoins : encore plus haussier que le bitcoin

Les altcoins se rétablissent avec des taux de croissance beaucoup plus spectaculaires que le bitcoin. Ethereum affiche une croissance de 7,76% en 24 heures. Comme Bitcoin, Ether fera face à sa plus grande expiration alternative pour l’année. Les ours doivent donc continuer à faire pression pour que l’événement tourne en leur faveur.

Binance Coin est en hausse de 6,58% et tient bien sa 5ème place. Cardano (ADA) est en hausse de 8,22% et serait très proche de la ligne technique de 2,30 $. XRP enregistre une croissance de 2% alors qu’il tente de regagner rapidement le seuil de 1,10 $. Solana et Polkadot, les deux meilleures performances du top 10, voient leurs prix augmenter respectivement de 15% et 16%.

Acheter la trempette : les conseils de guérison

Acheter la trempette : les conseils de guérison

Beaucoup de gens achètent la baisse des crypto-monnaies. Salvador achète 150 bitcoins et porte son total de bitcoins à 700 jetons. Si l’argument d’El Salvador vous convainc, vous pouvez toujours vous référer à l’étude de Fidelity sur un échantillon de 1 100 investisseurs dans le monde. 52% d’entre eux ont actuellement du bitcoin dans leur portefeuille, et pour 2022, ce nombre pourrait augmenter car plus de 70% ont déclaré qu’ils continueraient ou achèteraient du bitcoin pour la première fois.

Il est possible qu’avec le déclin redouté d’Evergrande, de nombreuses crypto-monnaies soient disponibles à un prix raisonnable. Bitcoin coûte 20 000 $ de moins NOTE. Ethereum (1 200 $), Solana (50 $), Cardano (0,75 $) de son plus haut niveau en bourse. Alors investir ou pas ? Le choix t’appartient!

Cryptomonnaie : voici le nouveau concurrent de Coinbase et Binance

Les échanges de crypto-monnaie comme eToro, Bitpanda et Crypto.com peuvent attirer une partie de la demande du marché, Coinbase et Binance écrasent tout sur leur passage. C’était sans compter sur la présence de Robinhood, la plateforme de courtage en ligne qui s’est imposée sur les bourses américaines avec des commissions et des transactions gratuites sans frais cachés.

Le mois prochain, en octobre, Robinhood lance son premier test de portefeuille de crypto-monnaie. Selon la société, la fonctionnalité sera déployée sur tous les marchés qu’elle couvre à partir de l’année prochaine. Après de longs mois d’attente, le formulaire est enfin officiel. Avec près de 20 millions d’utilisateurs, les investissements en crypto-monnaie viennent à Robinhood. « Nous vous avons écouté », a-t-elle écrit sur Twitter le 22 septembre.

Inscrivez-vous maintenant à la liste d’attente : https://t.co/FOplKtsdul pic.twitter.com/drZpggGyZJ

– Robinhood (@RobinhoodApp) 22 septembre 2021

C’est sur Twitter que Robinhood a promis à ses utilisateurs de les tenir au courant de l’évolution du nouveau produit. Ce passage à la crypto-monnaie est attendu et la société promet de partager tous les retours de ses premiers utilisateurs. Plus de détails sur le portefeuille ont déjà été annoncés. Voici un résumé :

1) Chance de conversion externe

1) Chance de conversion externe

Robinhood a confirmé qu’il sera possible de transférer des fonds de crypto-monnaie de notre compte vers un autre portefeuille créé sur une autre plateforme. Cela dépasse l’hypothèse d’un modèle fermé comme Revolut, la néo-banque qui avait charmé ses utilisateurs avec une fonction par ex. Pour détenir des fonds en bitcoins, mais sans possibilité de les envoyer à une autre adresse BTC.

2) Réduire le nombre de places disponibles

2) Réduire le nombre de places disponibles

Les premiers utilisateurs qui ont ouvert un portefeuille Robinhood pour acheter et échanger des crypto-monnaies ne disposent pas d’un très grand choix de devises. À ses débuts, la plateforme ne proposait que Bitcoin, Ethereum et Dogecoin.

3) Sûr et crypto-monnaie

3) Sûr et crypto-monnaie

Plus tôt en septembre, Robinhood a annoncé une autre spécificité pour sa nouvelle offre de crypto-monnaie. Une solution récurrente d’épargne en crypto-monnaie se produit beaucoup comme le propose Trade Republic en bourse. L’épargne et la crypto-monnaie sont un problème complexe lorsque Coinbase a été sécurisé par la SEC il y a deux semaines avec un nouveau produit de rendement.

A noter cependant que Robinhood n’est pas encore un acteur reconnu en France. La société a atterri au Royaume-Uni, mais la France ne s’inquiète pas de ses produits de courtage en ligne, surtout pas d’un problème de réglementation. On ne sait pas si Robinhood fera un effort pour s’adapter aux marchés en Europe pour s’y installer.

Aucun frais de dépôt (virement)

Plus grand choix de crypto-monnaies (> 100)

Achetez Bitcoin / Ether facilement

Une application mobile simple et intuitive

Ouvrir un compte en 19 secondes

10$ Bitcoin offert (cash back)

Vinci : en repli limité par des propos de broker

(CercleFinance.com) – Vinci recule de 1% et surperforme ainsi légèrement le CAC40, sur fond de propos d’UBS qui réaffirme sa recommandation ‘achat’ avec un objectif de cours relevé de 105 à 107 euros sur le titre du groupe français de BTP et de concessions.

‘Nous pensons que le rapport risque-rendement est assez attractif car le trafic de passagers aériens se redresse tandis que les autoroutes et le contracting affichent déjà des performances à des niveaux élevés et normaux’, affirme le broker.

Copyright (c) 2021 Cercle Finance. Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu’une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l’utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Cette liste ne contient aucune valeur.

SES-imagotag : gagne près de 5%, un broker en soutien

(CercleFinance.com) – SES-imagotag gagne près de 5% à Paris, porté par une analyse de Stifel qui a initié la couverture du titre à ‘achat’ avec un objectif de cours de 64 euros.

L’analyste estime que SES-imagotag évolue dans un marché de niche attractif avec des perspectives de croissance portées par le dynamisme du marché américain (700 M$).

‘Avec sa position de leader (environ 50 % de parts de marché), SES-imagotag est bien placé sur le plan opérationnel pour continuer à dominer le marché dans les années à venir et atteindre 771 ME de chiffre d’affaires d’ici 2023’, souligne Stifel.

Le broker met d’ailleurs en avant ‘l’important potentiel de revalorisation du titre’.

Conseil d’achat pour Brederode et la Gimv | Avis de broker sur Sofina et Quest for Growth | Mithra sonnée (+Briefing)

22 septembre 2021
Aujourd’hui à
12:41

Une bonne nouvelle en provenance d’Evergrande donne de l’allant, ce mercredi midi, aux marchés européens dont les yeux restent rivés sur la Fed.

Les principales bourses européennes évoluent en nette hausse, ce mercredi midi, soulagées par l’annonce d’Evergrande concernant le paiement du coupon d’une obligation, qui éloigne quelque peu les craintes d’un défaut de paiement imminent du géant chinois de la promotion immobilière.

Wall Street devrait ouvrir dans le vert si l’on en croit l’état des futures sur les indices américains vers 12h30.

À Bruxelles, le Bel 20

progressait de 0,46% vers 12h30, l’indice des valeurs cotées en continu avançant plus nettement (+ 0,93%).

C’est Aperam (+3,1%) qui prend la tête au sein du Bel 20. Elle est suivie par KBC (+1,7%), Ageas (+2,4%) et Solvay (+1,4%).

UCB (-1%) est lanterne rouge. Elia abandonne 0,9% tout comme Melexis et argenx.

Hors Bel 20, la Gimv et Brederode grimpent de plus de 3,5%. Kepler recommande un achat de ces deux sociétés d’investissement. Leasinvest prend 3,8%.

Mithra, de son côté, dévisse de 9,6%. La biopharma a annoncé l’abandon d’un produit-candidat et des retards dans le recrutement pour un essai clinique de phase III. Notons encore les baisses de Nyrstar (-3,5%) et de Barco (-3,4%).

Briefing actions belges

Briefing actions belges

>Sofina

 : Kepler Cheuvreux a relevé son objectif de cours à 360 euros contre 280 euros avant. La recommandation reste à « conserver ».

>Brederode

 : Kepler Cheuvreux a relevé sa recommandation à « acheter » contre « conserver  » avant. L’objectif de cours passe de 107 euros à 127 euros.

>Gimv

 : Kepler Cheuvreux a relevé sa recommandation à « acheter » contre « conserver » avant. L’objectif de cours passe de 50 euros à 61 euros.

>Quest for Growth

 : Kepler Cheuvreux a relevé son objectif de cours à 8,4 euros contre 6,6 euros avant. La recommandation reste à « conserver ».

>BlackRock a franchi, à la baisse, le seuil des 5% dans le capital d’Umicore

et détenait une participation de 4,97% à la date du 16 septembre.

>Engie

s’apprête à rapatrier 4,3 milliards d’euros de provisions nucléaires en Belgique. En faisant fusionner ses deux sicav, Synatom, la filiale d’Engie chargée de gérer les provisions nucléaires, devient gestionnaire de 5,2 milliards d’euros. Ces derniers seront placés par l’intermédiaire de BNLF, un fonds dédié et créé l’an dernier. Notre article.

>Mithra

abandonne le produit candidat PeriNesta. La société liégeoise estime que les contacts menés avec la communauté scientifique et les agences réglementaires ont démontré que le développement de ce produit n’était plus opportun. Notre article.

>Mithra a indiqué, par ailleurs, qu’elle attendait pour fin 2021 les premiers résultats d’études de phase III menées aux Etats-Unis et en Europe testant le Donesta. Le communiqué.

>Vendredi dernier, Luc Tack a acheté quelque 16.000 actions Tessenderlo

au prix moyen de 33 euros l’unité (soit un montant total de 528.000 euros). C’était son troisième achat depuis la publication des résultats trimestriels de Tessenderlo.

>A tenir à l’œil ce mercredi. Belgique. Résultats semestriels de Cenergy. Zone euro. Confiance des consommateurs septembre 16h. USA. Décision de la Fed sur ses taux 20h. Ventes de maisons existantes.

Mauna Kea: cède 1%, un broker abaisse sa cible – EasyBourse

(CercleFinance.com) – Mauna Kea cède un peu plus de 1% à Paris, alors que ce matin, Oddo a réduit son objectif de cours sur le titre de 2,5 à 2 euros (tout en maintenant sa note de ‘surperformance’) à la suite de l’annonce d’une augmentation de capital de 12.

5 ME réservée souscrite par J&J Innovation et Armistice Master Fund.’En intégrant les 11,5 ME de produit net de ce financement, Mauna Kea se retrouve avec une visibilité financière confortable de 12 mois jusqu’à la fin du T3 2022′, analyse Oddo.L’opération financière conduit toutefois à une dilution mécanique de l’objectif de cours de 19%.

Par ailleurs, Mauna Kea a annoncé hier un nouveau contrat avec J&J afin de poursuivre leur collaboration et d’avancer dans la validation de Cellvizio.Copyright (c) 2021 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Le Nigeria va lancer une version numérique de sa monnaie, le eNaira

Le Nigeria va lancer le 1er octobre une version numérique de sa monnaie, le eNaira, sa Banque centrale cherchant à surfer sur la vague de popularité des cryptomonnaies, qui gagne la première économie du continent africain.

À lire aussiFacebook pourrait lancer un portefeuille numérique avant l’émission de sa monnaie numérique

Le Nigeria, qui a conclu un partenariat avec une entreprise étrangère du secteur de la «fintech» (technologie financière: utilisation des technologies numériques dans les secteurs financiers et bancaires), fera figure de pionnier en Afrique, tout comme son voisin ouest-africain le Ghana qui teste comme nouveau moyen d’échange son e-Cedi depuis le mois de septembre. Les banques centrales à travers le monde explorent des façons de créer des versions numériques de leurs monnaie face à la croissance des paiements effectués sur la toile et à l’intérêt suscité par les cryptomonnaies, qui échappent à tout contrôle étatique ou des régulateurs mondiaux.

Dans le pays le plus peuplé d’Afrique, les cryptomonnaies sont déjà très utilisées. En 2020, le géant ouest-africain de 200 millions d’habitants a été classé troisième utilisateur de monnaies virtuelles au monde après les Etats-Unis et la Russie, selon une étude du cabinet de recherche spécialisé Statista. «Les Nigérians investissent dans les cryptomonnaies pour économiser ou pour sortir leurs fonds en dehors du pays», explique Ayodeji Ebo, responsable des investissements dans la société financière Chapel Hill Denham, basée à Lagos, la capitale économique.

Les monnaies virtuelles créées et régulées par les banques centrales sont appelés CBDC, tandis que les cryptomonnaies échappent elles à tout contrôle des gouvernements. La Chine est devenue la première économie majeure à avoir lancé la version test d’une monnaie numérique l’année dernière. Depuis, au moins cinq pays ont lancé leur monnaies virtuelles, selon le groupe de réflexion américain Atlantic Council.

Certains pays africains, comme le Kenya ou l’Afrique du Sud s’intéressent aux CBDC, mais le Nigeria et le Ghana sont les plus avancés. La Banque du Ghana s’est associée avec l’entreprise allemande Giesecke+Devrient (G+D) pour tester le e-Cedi. Le projet fait partie d’un projet plus large visant à numériser l’économie et les administrations du pays.

Le Nigeria a lui sélectionné l’entreprise Bitt Inc, basée à la Barbade, qui a déjà lancé de telles devises virtuelles dans plusieurs pays caribéens. A partir du 1er octobre, les Nigérians pourront ainsi télécharger l’application eNaira et alimenter leurs portefeuilles mobiles en utilisant leurs comptes bancaires existants. Mais même si le eNaira sera émis par la banque centrale et suivra le taux de change officiel, cette monnaie devrait «servir uniquement à faciliter des transactions», souligne Ayodeji Ebo.

Cryptomonnaies interdites

Cryptomonnaies interdites

Il est ainsi peu probable que cette monnaie numérique atténue l’intérêt des Nigérians pour les cryptomonnaies, dans lesquelles ils voient surtout une échappatoire à la faiblesse du naira sur le marché parallèle des changes. La jeunesse nigériane cherche à sécuriser ses économies face à un naira qui ne cesse de se déprécier et veut générer de nouvelles sources de revenus alors que le chômage et l’inflation la frappent très durement.

Depuis quelques années, la Banque centrale du Nigeria s’inquiète de l’impact des cryptomonnaies sur son économie, arguant notamment qu’elles sont utilisées pour le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Au début de l’année, elle a rappelé aux institutions financières «qu’utiliser des cryptomonnaies était interdit», et leur a ordonné la fermeture immédiate des comptes les utilisant.

Mais en dépit de cette interdiction, de nombreux Nigérians continuent d’utiliser les cryptomonnaies notamment pour faciliter leurs transactions avec l’international. Pour le gouverneur de la Banque centrale, l’économie du Nigeria devrait bénéficier du eNaira, grâce à l’amélioration du commerce avec l’étranger et l’efficacité des envois de fonds.

À lire aussiL’engouement pour les monnaies numériques, un effet de mode malheureux, déplore un responsable de la Fed

De nombreux Nigérians installés à l’étranger s’éloignent des canaux officiels pour envoyer de l’argent au pays, privilégiant de plus en plus les transactions en cryptomonnaie, considérées comme plus rapides et plus efficaces. Mais le eNaira ne suscite pas le même enthousiasme partout. Certains analystes remettent déjà en question son modèle de fonctionnement, affirmant que le Nigeria utilise déjà une multitude de canaux de paiement électronique, notamment les services bancaires en ligne et les applications mobiles.

Défenseurs des investisseurs appellent la SEC à renforcer la lutte contre cryptomonnaies

21 Sep. 2021 – 19h30 3 min de lecture – par Clément Dubois

De nombreux projets crypto violent les règles de protection des investisseurs et méritent une attention accrue. Ceci est une idée, exprimée par un groupe d’organisations publiques américaines à Gary Gensler, président de la SEC.

“De nombreux projets crypto bafouent les règles de protection des investisseurs et méritent un examen plus approfondi”, – a déclaré un groupe de défenseurs des investisseurs au Président de la SEC, Gary Gensler, dans une lettre – Bloomberg Crypto (@crypto) le 20 septembre 2021

Dans une lettre, signée par la fondation d’éducation «Américains pour la réforme financière», «Fédération des consommateurs de l’Amérique» et d’autres, sont mentionnés stablecoins, le crédit crypto et des plateformes d’échanges.

«Sans réglementation substantielle, le marché des actifs numériques est né et s’est transformé en Far West. La Commission et les autres autorités financières fédérales doivent impérativement faire respecter la loi afin de mieux protéger les investisseurs et de renforcer l’intégrité et la stabilité des marchés des actifs numériques», indique le communiqué.

Selon les auteurs de la lettre, la fourniture de stablecoins, qui comprend généralement des liquidités, des papiers commerciaux et des obligations de sociétés, est similaire aux fonds du marché traditionnel et est vulnérable en cas de crise.

En ce qui concerne les deux plus grandes stablecoins liés au Dollar – Tether (USDT) et USD Coin (USDC) – ils ont noté:

«De toute évidence, les deux produits peuvent créer des risques importants pour les investisseurs et les consommateurs».

Les organisations estiment que la SEC n’a aucun sens de créer des règles distinctes pour le marché des actifs numériques. La Commission devrait «utiliser résolument» les méthodes existantes pour protéger les investisseurs.

Gensler a commencé à diriger la SEC en avril 2021. En mai, il a appelé le Congrès à clarifier la réglementation de l’industrie crypto.

En août, Gensler a mis en garde contre une réglementation accrue des stablecoins. Dans le même temps, le fonctionnaire a noté que l’Office avait besoin de pouvoirs et de ressources supplémentaires.

Le même mois, le chef de la SEC a appelé les exchanges du Bitcoin au dialogue.

Les stablecoins ont également fait l’objet d’une attention particulière du Ministère des Finances. L’Office élabore des recommandations à leurs émetteurs.

Rappelons qu’en septembre, Gensler a estimé que la réglementation était nécessaire pour la survie des cryptomonnaies.

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

35M$ dérobés au projet Vee Finance censé « simplifier l’accès aux cryptomonnaies »

Sans surprise, la liste des attaques de protocoles de la DeFi s’allonge une nouvelle fois. Une actualité qui peut permettre de confirmer que le réseau Avalanche a réussi son pari d’attirer les amateurs de cette finance décentralisée en son sein. Mais de toute évidence avec dans le lot les plus problématiques « utilisateurs » un brin malveillants à l’origine de ses détournements de fonds records. Un mouvement qui semble correspondre au récent lancement de son programme d’incitation au montant très attractif de 180 millions de dollars en AVAX. Car ce chèque n’a visiblement pas fait briller les seuls yeux des liquidity providers. Et c’est au tour du protocole Vee Finance d’annoncer la perte de 35 millions de dollars.

Le réveil a dû être difficile pour la communauté grandissante du réseau Avalanche. Cela juste au moment ou le géant du lending version DeFi Aave annonçait un vote communautaire positif pour entrer dans son écosystème. Un plébiscite à plus de 99,97% qui va prendre la forme d’une intégration très attendue. Et qui doit bénéficier d’une enveloppe de 20 millions de dollars en AVAX que ses utilisateurs pourront se partager sur une période de trois mois. Une très bonne nouvelle pour cette blockchain qui fête également aujourd’hui la toute première année de l’existence de son mainnet.

Mais une note discordante vient de bouleverser cette symphonie presque parfaite. Cela avec l’annonce d’une nouvelle attaque d’envergure qui a frappé il y a quelques heures le projet Vee Finance. Ce qui n’est malheureusement déjà plus une première pour le réseau Avalanche. Mais cette fois avec un butin annoncé par son équipe de développement – et donc officiel – qui approche les 35 millions de dollars. Une actualité toujours en cours dont la principale conséquence est la suspension de toutes les opérations de ce protocole. Car le bilan est visiblement toujours provisoire.

Vee Finance se fait voler 35 millions de dollars

Vee Finance se fait voler 35 millions de dollars

L’affaire est intervenue ce lundi 20 septembre. Et elle a été rendue officielle sur le compte Twitter du projet Vee Finance il y a quelques heures. Cela au sujet d’une attaque perpétrée contre son protocole qui aurait falsifié l’adresse de son contrat. Avec comme résultat, le détournement effectif de ce qui semble être « un total de 8804,70 ETH et 213,93 BTC ». Soit un montant équivalent à un peu plus de 35 millions de dollars au cours actuel de ces cryptomonnaies.

« L’équipe de VEE Finance a suspendu les contrats de la plateforme pour assurer la sécurité des actifs d’un plus grand nombre d’utilisateurs. Elle a également suspendu la fonction de dépôt et d’emprunt. La section Stablecoin n’est pas affectée par l’attaque. » – Vee Finance

Un coup dur pour ce tout jeune protocole qui annonçait la veille avoir atteint une TVL supérieure à 330 millions de dollars. Cela dans le cadre du lancement de son offre de « prêt DeFi pour les utilisateurs de la finance traditionnelle et crypto ». Avec comme mot d’ordre de « permettre un accès simplifié aux cryptomonnaies ». Une invitation intéressante visiblement entendue par la personne à l’origine de cette attaque. Et dont la vocation de réconcilier la finance traditionnelle avec le secteur de la DeFi semble très fortement compromise.

Une tentative pour récupérer les fonds

Une tentative pour récupérer les fonds

Mais rien ne se passe comme ailleurs dans le secteur de la DeFi. En témoigne l’expérience aussi étrange que finalement bien terminée de l’attaque historique du projet Poly Network au « butin » de 611 millions de dollars. Ces derniers restitués par l’attaquant suite à l’insistance des membre de son équipe. Avec au terme de négociations houleuses une offre d’emploi aussi improbable que le dénouement de cette affaire. Et peut-être une source d’inspiration pour les développeurs du protocole Vee Finance. Car ils annoncent – adresse Ethereum à l’appui – vouloir offrir une récompense pour la mise en évidence de ce bug.

« Cher Monsieur/Madame 0x**95BA, c’est l’équipe de VEE Finance. Nous sommes prêts à lancer un programme de primes pour le bug que vous avez identifié. Veuillez nous contacter par e-mail ou par tout autre moyen que vous préférez. » – Vee Finance

Au moment de la rédaction de cet article, la plateforme Vee Finance est toujours inaccessible pour des raisons de sécurité. Et pendant ce temps, sa cryptomonnaie VEE affiche une baisse de 42% sur les dernières 24h. Ce qui n’a rien de tellement important si l’on considère d’autres attaques ayant laissé des séquelles supérieures à 90%.

M. Biden sanctionne les bourses de cryptomonnaies en raison d’attaques de type « ransomware ».

Le département du Trésor accuse Suex OTC, S.R.O. de faciliter les transactions impliquant des produits illicites pour au moins huit variantes de ransomware, marquant ainsi sa première action de ce type contre un échange de monnaie virtuelle pour activité de ransomware.

« Les échanges comme Suex sont essentiels à la capacité des attaquants à extraire des profits des ransomwares », a déclaré Wally Adeyemo, secrétaire adjoint au Trésor, lors d’un appel avec les journalistes en prévision de l’annonce. « L’action d’aujourd’hui est un signal de notre intention d’exposer et de perturber l’infrastructure illicite qui utilise ces attaques. »

Les pirates utilisent des ransomwares pour mettre hors service des systèmes qui contrôlent tout, de la facturation des hôpitaux à la fabrication. Ils ne s’arrêtent qu’après avoir reçu de lourds paiements, généralement versés en cryptomonnaies.

Les attaques gagnent en ampleur, en sophistication et en portée, a indiqué le Trésor. En 2020, les paiements de ransomware ont atteint plus de 400 millions de dollars, soit plus de quatre fois le niveau de 2019, a déclaré Anne Neuberger, conseillère adjointe à la sécurité nationale pour la cybernétique, aux journalistes lors de l’appel.

Les responsables ont déclaré que l’administration mettait également à jour les orientations sur les sanctions pour encourager les victimes d’attaques par ransomware à partager des informations avec les forces de l’ordre.

Le Trésor a déclaré qu’une analyse des transactions connues de Suex montre que plus de 40 % d’entre elles impliquent des acteurs illicites. Si certains échanges sont exploités par de mauvais acteurs, d’autres, comme Suex, « facilitent les activités illicites pour leurs propres gains illicites », ajoute l’agence dans un communiqué.

Les sanctions, incluses dans un décret de 2015 visant les cybercriminels, bloquent l’accès de Suex à tous les biens américains et interdisent aux Américains d’effectuer des transactions avec la société.

Suex OTC est une société privée basée en République tchèque, selon Eikon de Refinitiv.

Coinbase: Bitcoin (BTC) et les autres cryptomonnaies sont-ils l’argent des criminels?

22 Sep. 2021 – 16h00 2 min de lecture – par Clément Dubois

L’exchange crypto Coinbase a réalisé une recherche qui conclut que les craintes que les actifs numériques soient utilisés pour financer des activités terroristes sont largement exagérées. 

La plateforme de traiding assure que pour toute l’année 2020, seulement 0,05% des transactions étaient affiliées à des activités terroristes. Parallèlement, le volume total des transferts de cryptomonnaies liés à une activité illégale pour la même année, représentait moins de 1% de l’activité totale des utilisateurs sur le marché des actifs numériques.

Dans le blog de l’entreprise sur Medium les représentants de l’équipe d’enquête spéciale de Coinbase ont déclaré que le secteur a parcouru un long chemin depuis l’époque de Satoshidice, Mt. Gox et Silk Road. Le volume des transactions liées à l’activité criminelle a diminué. Etant moins de 1% de l’ensemble de l’activité crypto pour l’année 2020, l’activité illicite est un problème bien plus important pour le système financier traditionnel que pour l’économie crypto. 

La recherche menée par l’exchange crypto s’est concentrée sur l’examen des efforts des organisations principales liées au financement du terrorisme au cours des dernières années.

“En évaluant les montants des fonds collectés par ces organisations, nous avons constaté qu’à ce jour c’est Hamas qui a reçu le plus de fonds. Cela est probablement dû au fait que  Hamas collecte activement des dons principalement en BTC sur son site Web et sur les canaux associés de Telegram”, – a déclaré l’exchange crypto. “A partir du mois d’août 2020 et jusqu’au mois d’août 2021, les organisations terroristes ont également commencé à recevoir des dons en Ethereum (ETH), en tokens ERC20 et en Ripple (XRP).”

Coinbase assure que l’exchange crypto américaine bloque immédiatement toutes les adresses associées et coordonne ses autres actions avec les autorités responsables de l’application des lois dès que des indices d’activité de financement du terrorisme sont identifiés.

J’aime bien la cryptomonnaie. Ça fait déjà plusieurs années que je l’étudie, mais aussi que j’y investis et que je travaille dans ce domaine. De plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaie d’être clair et net !

Les propos et opinions exprimés dans cet article n’engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d’investissement.

Washington sanctionne une plateforme de cryptomonnaies

Le gouvernement américain a annoncé mardi des sanctions contre une plateforme d’échange de cryptomonnaies qu’il accuse d’avoir facilité le versement illégal d’argent à la suite de cyberattaques au rançongiciel. Le département du Trésor a déclaré que la plateforme Suex OTC, basée en République…

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Pas encore abonné à L’AGEFI Quotidien, découvrez nos offres

Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Avalanche (AVAX) défie la Chute des Cryptomonnaies et frappe à la porte du Top 10 Par Investing.com

Merci d’essayer une autre recherche

CryptomonnaiesIl y a 11 heures (22/09/2021 04:42)

Investing.com – La cryptomonnaie est de loin la plus performante du Top 20 ce matin, et fait partie du groupe très fermé des 7 cryptomonnaies du Top 100 qui s’affichent en hausse sur 24 heures au moment de la rédaction de cet article.

Avalanche gagne en effet 8% sur 24 heures et plus de 25% sur une semaine. Cette performance lui a permis de monter à la 11 ème place des plus importantes cryptomonnaies, derrière le Dogecoin. Notons cependant qu’AVAX a encore un long chemin à parcourir avant de dépasser le DOGE, qui affiche une capitalisation de plus de 27 milliards de dollar, soit environ le double de celle d’Avalanche.

D’un point de vue technique, rappellera qu’Avalanche a marqué un record historique à 76.10$ dimanche dernier, avant de plonger jusqu’à un creux à 52.78$ hier. Actuellement à 63.5$, elle a annulé environ la moitié de la chute affichée lundi.

On notera que le retracement de 50% de la vague de hausse du 8 au 19 septembre se situe vers 55$ et semble avoir stoppé la chute d’hier. Une cassure sous ce seuil constituerait donc un signal baisser à ne pas prendre à la légère.

Mais pour l’instant, la tendance immédiate reste haussière, ce qui n’exclut pas une poursuite de la progression vers le seuil psychologique de 70$, voire un test des récents records absolus.

Rappelons pour finir que pendant qu’Avalanche accumulait les gains hier et aujourd’hui, les principales cryptomonnaies ont continué à creuser leurs pertes, le ayant par exemple fait une .

Lire Aussi

Lire Aussi

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les États-Unis sanctionnent un site de cryptomonnaies soupçonné d’héberger des pirates

Cette plateforme aurait été utilisée par des pirates russes dans des opérations de rançongiciels visant des entreprises.

Les États-Unis sont passés à l’offensive mardi contre la menace de cyberattaques en sanctionnant une plateforme d’échanges de cryptomonnaies liée à des ressortissants russes et soupçonnée d’avoir été utilisée par des pirates informatiques dans le cadre d’opérations au rançongiciel.

Les autorités américaines ont gelé les actifs de cette plateforme, baptisée SUEX et également interdit à tout ressortissant américain de l’utiliser ainsi qu’à toute société de droit américain de commercer avec elle, sous peine de sanctions.

C’est la première fois que les États-Unis sanctionnent une plateforme de cryptomonnaies. De par son aspect décentralisé, l’univers des cryptomonnaies permet de préserver un certain anonymat et est régulièrement utilisé par des organisations criminelles pour effectuer des transferts financiers et du blanchiment.

« SUEX a facilité des transactions financières portant sur le produit illicite généré par au moins huit acteurs du rançongiciel », a affirmé, dans un communiqué, le département du Trésor, qui n’a bloqué que les actifs de SUEX qui se trouvent dans des territoires sous juridiction américaine.

Une analyse des opérations menées sur SUEX a montré que plus de 40% d’entre elles « étaient liées à des acteurs illégaux », a précisé le département du Trésor.

L’attaque au rançongiciel consiste pour des pirates à s’introduire dans le réseau informatique d’une entité, puis d’en verrouiller les données. Les auteurs demandent ensuite aux responsables de l’entité de verser une rançon, le plus souvent sous forme de cryptomonnaies, en échange du déverrouillage.

Des liens avec la Russie

Des liens avec la Russie

Créée en 2018, la plateforme SUEX a été officiellement enregistrée en République tchèque. Cofondée par un ressortissant russe, elle est contrôlée par des actionnaires basés en Russie, selon plusieurs sites d’enregistrement de sociétés.

D’après plusieurs médias américains, SUEX opérerait même depuis la Russie.

Contactée par l’AFP, la société de capital investissement dont fait partie l’autre cofondateur de SUEX, de nationalité tchèque, n’a pas donné suite immédiatement.

Plusieurs attaques au rançongiciel ont fait la une des médias ces derniers mois, notamment celle qui a visé en juillet la société informatique américaine Kaseya. En attaquant cette entreprise, les pirates ont obtenu accès à plus de mille sociétés dont elle est prestataire, dans le monde entier.

Fin 2020, c’est l’éditeur de logiciels de gestion informatique SolarWinds qui avait été visé, ce qui avait affecté des organisations gouvernementales et des entreprises américaines.

Beaucoup d’attaques de grande ampleur ont été imputées à des groupes de hackeurs russophones ou agissant depuis le territoire russe. Moscou a toujours nié toute responsabilité en la matière.

Priorité pour le gouvernement américain

Priorité pour le gouvernement américain

Le gouvernement américain a, à plusieurs reprises, indiqué faire de cette question une priorité. Début juillet, le président Joe Biden a solennellement demandé à son homologue russe Vladimir Poutine d’agir contre les cyberattaques au rançongiciel.

Selon une étude publiée mardi, du cabinet d’analyse de la blockchain (ou chaîne de blocs, technologie sur laquelle est construite l’architecture des cryptomonnaies) Chainalysis, quelque 160 millions de dollars de transactions auraient été effectuées, en bitcoins, via SUEX provenant d’acteurs connus pour mener des activités illégales sur internet, notamment des attaques au rançongiciel.

Chainalysis, qui publie un rapport annuel sur la criminalité dans le monde des cryptomonnaies, affirme également avoir pu établir que SUEX opèrait bien depuis Moscou.

Pousser SUEX à fermer boutique « constituerait », selon Chainalysis, « un coup dur pour beaucoup des plus gros acteurs qui représentent une menace sur internet aujourd’hui »

« L’univers des cryptomonnaies doit se soumettre aux règles antiblanchiment »

Dans un entretien au « Monde », la commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuinness, appelle à ce que « l’anonymat des échanges ne soit plus possible ».

Face à la montée en puissance des fintech et des cryptomonnaies, Bruxelles s’attelle à renforcer son arsenal législatif, explique la commissaire européenne aux services financiers, Mairead McGuinness. Elle souligne également le rôle que peut jouer la taxonomie des activités durables déployée par la Commission pour aiguiller les investissements vers la transition écologique.

L’essor des cryptomonnaies vous inquiète-t-il ?

L’essor des cryptomonnaies vous inquiète-t-il ?

Les innovations dans ce secteur vont très vite, et nos régulations doivent suivre le rythme. L’univers des cryptomonnaies est comme un monde parallèle, où certains investissent et d’autres spéculent. L’enjeu n’est pas d’instaurer une protection des consommateurs paternaliste, mais de nous assurer que ceux plaçant leurs économies sur ces cryptomonnaies comprennent bien que, dans certains cas, il y a de grands risques. La Commission européenne a formulé trois grandes propositions pour renforcer la régulation du secteur.

L’une d’entre elles porte sur la création d’un régime pilote pour les infrastructures de marché fondées sur la technologie des « registres distribués » [DLT, une technologie sur laquelle reposent certaines cryptomonnaies, notamment]. Sous ce régime, des innovations financières pourront être développées et testées sous l’œil des régulateurs, mais sans que ceux-ci ne leur imposent des règles incompatibles avec l’utilisation de la DLT. L’idée est d’encourager l’innovation, essentielle pour garder les jeunes talents en Europe, tout en étant vigilant concernant les risques potentiels sur la stabilité financière.

Les grandes plates-formes d’échanges de cryptomonnaies ne sont pas européennes, certaines jouent à cache-cache avec les autorités financières. Comment mieux les réguler ?

En combinant les efforts des régulateurs nationaux et européens pour avoir une vision la plus complète possible du système financier dans son ensemble. Nous sommes également en train de mettre à jour nos règles de transparence des transactions financières et de lutte antiblanchiment, afin qu’elles s’appliquent au secteur des crypto-actifs, où l’anonymat des échanges ne doit plus être possible.

Le débat actuel sur le respect de la vie privée ne doit pas occulter une chose : il est dans l’intérêt public de s’assurer que ceux utilisant les cryptomonnaies le font pour des raisons légitimes. Lors des cyberattaques menées ces derniers mois, notamment contre le système de santé de certains pays membres, certaines demandes de rançon étaient exigées en cryptomonnaies, précisément parce qu’elles sont plus difficiles à tracer. Soyons clairs : la finance traditionnelle comme l’univers des cryptos doivent se soumettre aux règles antiblanchiment.

Il vous reste 53.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

Comment ne plus voir ce message ?

En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

Vous ignorez qui est l’autre personne ?

Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

Prix ​​XRP en chute libre inférieur à 1,00 $ | Cryptomonnaie

Le prix du XRP continue de montrer une extrême faiblesse alors que les traders continuent de pousser les traders à des niveaux de capitulation très proches. Le graphique Ichimoku Kinko Hyo actuel pour XRP est le graphique le plus baissier que XRP ait vu depuis mai 2021.

Le prix XRP ne prend pas en charge 1,00 $ comme support, 0,90 $ échoue également car les commerçants déchirent la structure de support haussière

Le prix XRP est à un niveau décisif. Les commerçants n’ont pas réussi à conserver l’un des prix les plus importants pour le XRP : 1,00 $. Non seulement 1,00 $ a échoué, mais les traders n’ont pas détenu 0,90 $ lors du test initial, laissant le XRP chuter à 0,86 $.

Les traders sont probablement (et devraient être) encouragés par les conditions actuelles du graphique Ichimoku. Le prix du XRP se négocie en dessous de Tenkan-Sen, Kijun-Sen et Cloud tandis que Chikou Span est en dessous du candélabre. Il s’agit du plus grand État baissier d’Ichimoku, dans lequel XRP se trouve depuis mai.

Graphique journalier XRP / USD

Le prochain prix à attaquer les traders est le retracement commun de Fibonacci à 0,69 $ ; le retracement de Fibonacci à 61,8 % et l’expansion de Fibonacci à 161,8 % ont partagé cette zone précieuse. Les traders ont une forte probabilité de pousser le prix du XRP en dessous de 0,80 $ et 0,70 $ car les traders défensifs ont gagné 1,00 $ et 0,90 $ était très anémique.

Pour que les traders retournent ce marché, le prix XRP devra rebondir au-dessus du Cloud, Tenkan-Sen et Kijun-Sen. Le Chikou Span devra également se refermer sur le candélabre. Le XRP devra s’échanger à 1,21 $ pour que la tendance basse actuelle soit éliminée.

Aimez-vous cet article? Aidez-nous avec vos commentaires en répondant à ce sondage :

Elrond forme un piège à traders anticipant une baisse de 25% | Cryptomonnaie

Le prix d’Elrond (EGLD) a augmenté après la sombre séance de bourse de lundi. Puis la correction a suivi après un ralentissement dimanche. L’action sur les prix n’a pas permis de perdre, mais les commerçants sont confrontés à des problèmes de 207. La clôture au-dessus est essentielle, sinon un piège pour les commerçants se formera et les vendeurs pourraient faire baisser le prix de l’EGLD à 161 $.

Le prix d’Elrond est décisif, et c’est aux marchands de convaincre les acheteurs douteux

Le prix d'Elrond est décisif, et c'est aux marchands de convaincre les acheteurs douteux

Le prix d’Elrond a chuté au cours du week-end après que les commerçants ont tenté de casser 300 $. Au lieu de cela, l’action des prix s’est estompée et a commencé à ressembler à un modèle de tête et d’épaules. Les vendeurs ont vu le rejet dimanche en haut de la ligne médiane et sont entrés dans le total pour une brève pression. Les commerçants ont commencé à acheter à 180 $ et ont saisi le couteau qui tombait. Pendant ce temps, le prix de l’EGLD est remonté à 208 $.

Le prix EGLD est confronté à environ 208 $, le niveau de résistance mensuel R1, et les commerçants constatent un rejet de ce niveau. Tous les autres avantages semblent être désactivés pour le moment. Les vendeurs défendent ce niveau et apportent le volume de bénéfices que les acheteurs réalisent ici. Cette situation actuelle crée des problèmes pour la tendance à la hausse du prix EGLD, car les vendeurs correspondent confortablement au volume et peuvent provoquer une décoloration.

Avec la baisse du prix d’Elrond, il y a une baisse de 161 $ des cartes car c’est le premier point de support attrayant où les vendeurs prennent des bénéfices. 161 $ n’a pas seulement une certaine pertinence historique, il a également la moyenne mobile simple (SMA) de 55 jours et une ligne de tendance orange à la hausse à court terme. Par conséquent, il y a trois bonnes raisons que les vendeurs utiliseront pour réaliser un profit, ce qui en fait un bien meilleur niveau de revenu pour les commerçants EGLD.

Avec un catalyseur positif supplémentaire, le prix d’Elrond pourrait dépasser les 207 $, convainquant les acheteurs hésitants d’entrer. Attendez-vous à ce que l’action des prix s’accélère à 250 $ à partir de là. Ce niveau correspond à la ligne médiane supérieure noire du motif tête et épaules.

Vous aimez cet article ? Aidez-nous avec vos commentaires en répondant à ce sondage :

Cryptomonnaie : le marché africain en pleine croissance | adiac-congo.com : toute l’actualité du Bassin du Congo

Selon un rapport Chainalysis publié en août dernier, six pays du continent figurent parmi les 20 premiers pays en termes de taux d’adoption numérique. Bien que le continent ait la plus petite économie de crypto-monnaie de toutes les régions étudiées par la société avec 105,6 milliards de dollars reçus au cours de cette période, il représenterait l’un des marchés mondiaux à la croissance et à la croissance les plus rapides au monde.

L’Afrique, apprend-on, détient une part importante dans le volume mondial des transactions constituées de virements de détail (7 % contre une moyenne mondiale de 5,5 %) et les virements interrégionaux représentent 96 % du marché (contre 78 % toutes régions confondues). Chainalysis suggère une plus grande adoption locale par les utilisateurs quotidiens, une hypothèse justifiée par la popularité croissante des plateformes P2P (peer-to-peer) – comme LocalBitcoins et Paxful – sur le continent, plus que dans toute autre région. Selon l’entreprise, de nombreux utilisateurs africains s’appuient sur ces plateformes, non seulement pour accéder aux crypto-monnaies, mais aussi pour transférer de l’argent et même des transactions commerciales. Les transferts interrégionaux représentent également une part plus importante du marché des crypto-monnaies en Afrique que dans toute autre région, avec 96% du volume total des transactions, contre 78% pour toutes les régions combinées.

La popularité croissante des plateformes P2P

L’une des raisons pour lesquelles les plateformes P2P sont si populaires en Afrique est que certains pays ont rendu plus difficile pour les clients d’envoyer de l’argent aux sociétés de crypto-monnaie à partir de leurs comptes bancaires, soit en adoptant des lois, soit en demandant aux banques de ne pas faciliter ces transferts.

« Binance était de loin la plate-forme la plus populaire, mais après l’interdiction de la banque centrale, beaucoup passent aux plates-formes P2P, telles que Paxful et Remitan », a déclaré Adedeji Owonibi, PDG et fondateur de la société de conseil en blockchain Convexity. Il a également précisé que la plupart des activités P2P se déroulent dans des discussions de groupe informelles sur des applications de messagerie comme Whatsapp et Telegram, plutôt que sur des plateformes conventionnelles, suggérant que le volume estimé pourrait être encore plus élevé. « Le commerce informel P2P est important au Nigeria sur Whatsapp et Telegram. « J’ai vu des jeunes et des hommes d’affaires de ces groupes effectuer des transactions de plusieurs millions de dollars avec des détaillants populaires sans ordonnance », a-t-il déclaré.

Ces nouvelles données éclairent davantage les tendances du marché africain des crypto-monnaies. Rappelons que selon le classement de la même Chainalysis sur le degré d’adoption de cette propriété dans le monde plusieurs pays africains, en l’occurrence le Kenya, le Nigeria, le Togo, l’Afrique du Sud, le Ghana ou encore la Tanzanie, sont dans le peloton de tête.

PayPal étend la prise en charge des cryptomonnaies au Royaume-Uni

Après que les États-Unis ont annoncé PayPal le lundi 23 août, permettant à leurs clients britanniques cette semaine de détenir, acheter et vendre des crypto-monnaies avec le choix de Bitcoin, Ethereum, Litecoin et Bitcoin Cash en utilisant un compte bancaire ou une carte de débit connecté.

Une offre similaire aux États-Unis

Depuis novembre de l’année dernière, les clients américains de PayPal et Venmo bénéficient d’un support de crypto-monnaie grâce à un partenariat entre la société et Paxos Trust Company. Les clients basés au Royaume-Uni peuvent désormais s’offrir la crypto-monnaie via le site Web ou l’application mobile de PayPal. Ils peuvent choisir entre des montants d’achat prédéterminés ou saisir un autre montant de leur choix à partir de 1 £. Cependant, l’achat et la vente de crypto-monnaie sont soumis à des frais de transaction et de conversion, note la société. Ces frais varient en fonction de la quantité de crypto-monnaie achetée ou vendue.

Le nouveau service ne diffère pas vraiment de l’offre américaine à une exception près. Les limites de transaction sont bonnes, a déclaré la société à TechCrunch. Au lancement, le montant maximum pour un achat unique de crypto-monnaie est de 15 000 £. Le montant maximum pour les achats sur une période de 12 mois est de 35 000 £. Aux États-Unis, la société a d’abord lancé le service avec une limite d’achat hebdomadaire de 20 000 $. Mais il a augmenté ce montant à 100 000 $ en juillet et supprimé la limite d’achat annuelle.

Un premier pas vers une offre générale ?

Selon PayPal, le Royaume-Uni est la première expansion internationale de son service de crypto-monnaie car il s’agit d’un centre de technologie financière et du deuxième plus grand marché mondial de PayPal, où il compte une base importante de consommateurs. « Depuis son lancement, nous avons constaté un engagement incroyable et soutenu de nos utilisateurs. Les consommateurs qui achètent, détiennent et vendent des crypto-monnaies sur notre plate-forme aux États-Unis se connectent deux fois plus souvent qu’auparavant », a détaillé Jose Fernandez da Ponte, vice-président et général. manager, Blockchain , Crypto et monnaies numériques chez PayPal, dans un communiqué.

Education financière : Bridge consulting met la cryptomonnaie à la portée de tous

Bitcoin, Afro, Ubuntu, Akoin, et plus encore. La crypto-monnaie change la façon dont nous finançons les transactions et les transactions qui se déroulent dans le monde entier. Dans une lettre publiée la semaine dernière sur son blog, Chainalysis rapportait que le marché des crypto-monnaies en Afrique, a augmenté de plus de 1200% du marché des crypto-monnaies entre juillet 2020 et juin 2021. En tout cas, Bridge Consulting Group, un spécialiste de premier plan dans le domaine de professionnels de la formation, a pensé à vous.

A travers « Les Matinales de Bridge Consulting », la société œuvre depuis un an pour vous transmettre, en une matinée, les compétences et connaissances de base, utiles et nécessaires à votre réussite dans vos différents domaines de professionnalisme au travail, mais aussi dans ta propre vie. La matinée chez Bridge Consulting vous propose « Les Jeudis Finance » une formation environnementale. Ces formations, simples et faciles à trouver, s’adressent à toute personne souhaitant appréhender facilement le monde de la finance à un niveau professionnel ou personnel comme les salariés d’entreprises privées, publiques ou privées, les entrepreneurs d’entreprises, les étudiants, les enseignants, les chercheurs, et autres. La prochaine session est prévue le 7 octobre 2021 à Yaoundé et le 14 octobre à Douala, sous le thème : « Comprendre la crypto-monnaie : Se concentrer sur le Bitcoin ».

Sous la houlette d’Eric Tchepannou, expert conseil Bridge auprès d’analystes Bitcoin et crypto-monnaie basés à Londres en Angleterre et de Patrick Fomethe, directeur adjoint de Bridge Advisors et consultants en financement certifiés Cosumaf, cette édition de Jeudis Money permettra aux participants de recevoir l’univers de la crypto-monnaie. A 46 ans, Eric Tchepannou profite de la crypto-monnaie depuis une bonne décennie maintenant ; sa compétence et son expérience dans ce domaine permettront aux participants d’avoir des exigences préexistantes pour investir dans la crypto-monnaie. Un autre haut fonctionnaire appelé à prendre la parole était le Dr Willy Zogo, directeur général de Droit-Média-Finance. Cet expert juridique discutera du cadre juridique autour de la crypto-monnaie dans notre cas.

Le matin, les conférenciers apprendront les fondamentaux importants de la crypto-monnaie, l’histoire, les problèmes et les avantages du Bitcoin, d’autres crypto-actifs (altcoins), l’analyse de la chaîne d’approvisionnement en termes juridiques et financiers. Et des études de cas sur Liyeplimal-Simbcoin et des exemples utiles de l’adoption du Bitcoin comme monnaie légale dans quatre pays. L’après-midi sera consacré aux aspects liés à l’investissement dans la crypto-monnaie. Pourquoi investir, risques, avantages et enjeux (pour les particuliers, les entreprises, les banques et les gouvernements), Comment investir (méthodes, techniques et outils), utilisations utiles de la gestion Bitcoin, investir dans des altcoins (options, types, portefeuilles), etc. bref, à l’issue de cette formation, la crypto-monnaie ne sera plus un mystère pour les participants. En amont de la réunion d’octobre suivant, Les Jeudis Finance ont évoqué la « mise en place de l’habilitation S.A. et S.A.S ». Ceux qui ont pensé à participer n’ont pas caché leur satisfaction.

« Au terme de la formation d’aujourd’hui, nous avons exploré de nombreuses pistes pour résoudre les difficultés auxquelles nous sommes actuellement confrontés dans la fondation du processus de nettoyage que nous avons lancé dans notre entreprise », a-t-il déclaré. Bernard Bessongol, directeur général. rapport de service, Banque Atlantique. « La rupture de la sécurité est un casse-tête chinois pour les entreprises. Dans notre cas, nous avons déjà tout fait et nous sommes maintenant à l’heure de trancher le choix entre la sécurité financière et le gestionnaire immobilier et ce séminaire nous a permis d’identifier les concept fiscal de différentes options. Cela facilitera les décisions de la haute direction », a déclaré Paul Joachim Singoue, chef du service comptabilité, First Trust.

Mais pour les réalisateurs, nous ne sommes pas moins fiers d’aider cet effort populaire d’éducation économique et financière. « En tant qu’expert des marchés financiers du numérique et des matières premières, je suis heureux d’avoir pu m’engager modestement dans l’un des projets avant qu’il n’apparaisse comme une crise des marchés financiers dans la zone Cemac. » se réjouit Armand Pouanssi Djagueu, directeur général . , Global Asset Cameroun.

« Le séminaire que nous proposons est une formation »

Au prix de ne pas croire que l’arnaque à la crypto-monnaie existe, que signifie le séminaire sur la crypto-monnaie au Cameroun aujourd’hui ?

L’arnaque est causée par une inadéquation des informations sur le sujet. D’une part, nous avons un grand nombre de praticiens qui comprennent très bien les opérations et les défis de ces nouveaux modèles technologiques, financiers, socio-économiques et autres. et inversement, beaucoup sont dans le noir et préoccupés par la cupidité, la tromperie et les promesses mythiques d’une prospérité facile.

Le séminaire que nous proposons se veut pédagogique, car nous pensons que c’est le seul moyen d’éviter ces abus et de corriger la situation. De plus, les Africains francophones sont moins disponibles par rapport aux Africains anglophones, ce qui est important à combler.

Qui sont vos coéquipiers et pourquoi devraient-ils participer à cette formation ?

La formation est pour tout le monde. Aucune autre compréhension du sujet n’est requise. Il vise à expliquer Bitcoin de manière simple, à titre de comparaison, de bon sens et de ce qui est le plus important, sans aucun cliché, tout en donnant aux participants un contexte et une base pertinente pour faciliter la compréhension.

Quel est le coût supplémentaire pour les participants ?

Le séminaire était organisé en deux parties, un groupe théorique le matin et un atelier pratique l’après-midi. Après la phase de fondation, les participants auront une introduction approfondie aux bases du Bitcoin et des crypto-monnaies. Nous discuterons également du côté investissement et nous concentrerons sur les avantages mais les risques associés à cette classe d’actifs. Ceux qui comprennent déjà le sujet seront enrichis d’un point de vue différent.

Au cours de la formation pratique, il s’agira de connaître la technologie. Nous téléchargerons et installerons les applications requises sur nos téléphones (Android / iOS) et nous nous ferons un plaisir de négocier entre nous et de vrais Bitcoins. Je pense qu’il est important que les participants développent une relation étroite avec cette technologie afin de compléter et d’équilibrer les connaissances acquises lors de la théorie des groupes. Au final, il y aura quelques livres et T-shirts Bitcoin à gagner.

Commissaire CFTC: l’agence n’a pas de ressources d’application sans le Congrès | Cryptomonnaie

« Nous ne devons pas nécessairement rechercher plus de puissance sans plusieurs sources », a déclaré Dan Berkovitz à propos des marchés des crypto-monnaies.

Dan Berkovitz, l’un des trois commissaires actuellement membres de la Commodity Futures Trade Commission des États-Unis, a déclaré que bien que l’agence soit bien adaptée pour l’avenir, les bourses et les opérations sur options, elle aura encore besoin de plus de ressources pour gérer le marché des actifs cryptographiques.

S’exprimant lors d’une réunion sur les actifs numériques avec le gestionnaire d’investissement mardi, Berkovitz a déclaré que la Future Commodity Trade Commission, ou CFTC, les actions du site de cryptographie étaient « agressives », faisant référence à une amende de 100 millions de dollars contre tous un échange BitMEX. Bien qu’il ait déclaré que l’agence avait la « capacité et l’expertise » pour continuer à gérer les actifs cryptographiques, elle n’est pas en mesure de le faire en raison de « problèmes de ressources ».

« Si le Congrès décide d’augmenter notre capacité à contrôler le marché au comptant, nous aurons certainement besoin de plus de ressources pour le faire », a déclaré Berkovitz. « Sur les marchés des crypto-monnaies, nous n’avons pas à rechercher plus de puissance sans plus de ressources. Nous sommes en chemin.

Berkovitz a noté qu’il existe une « coordination importante » entre l’agence, la Securities and Exchange Commission, le Financial Crimes Enforcement Network, la Réserve fédérale, l’Office de contrôle monétaire, la Federal Deposit Insurance Company et le département. Audit. La CFTC a travaillé avec le Financial Crimes Enforcement Network pour résoudre l’affaire contre BitMEX et s’est coordonnée avec la SEC pour enquêter sur les applications de trading de crypto-monnaie.

Berkovitz a déclaré: « Nous connaissons tous les routes sur lesquelles nous marchons. » « Je pense que la coordination est vraiment excellente. « 

Le président de la CFTC a également doublé ses commentaires en juin selon lesquels les instruments financiers de diffusion étaient plus susceptibles d’être illégaux en vertu du Commodity Exchange Act. Selon Berkovitz, il y avait un « voyeur intermédiaire » autour des projets du site DeFi qui pourraient conduire à un enregistrement CFTC.

Cinq commissions siègent normalement à la CFTC, mais l’agence a ébranlé les départs des anciens présidents Heath Tarbert en janvier et Brian Quintenz le 31 août. Berkovitz a également annoncé son intention de quitter le conseil d’administration le 15 octobre, ne laissant que le président par intérim Rostin Behnam et Dawn Stump.

Plus tôt ce mois-ci, le président Joe Biden a déclaré qu’il prévoyait de nommer Behnam pour prendre ses fonctions à titre permanent en plus de pourvoir les sièges restants, dont le professeur Kristin Johnson et un conseiller principal du département. À l’application SEC Christy Goldsmith Romero. Tout devrait être confirmé par le Sénat contrôlé par les démocrates, mais la Maison Blanche n’a pas encore annoncé un éventuel remplaçant de Berkovitz.

Un iPad détruit pour deux transactions: la cryptomonnaie crée une montagne de e-déchets

Quoi que nous pensions de sa réelle utilité pour l’espèce humaine, ce n’est un secret pour personne que le bitcoin est un monstre plein d’énergie. Extraire l’argent, et ainsi faire les calculs permanents suggérés par sa création et sa circulation, suppose le plein fonctionnement d’armées entières d’ordinateurs.

De quoi provoquer de grosses coupures d’électricité dues à des opérations sauvages, à la réouverture d’anciennes centrales au charbon et polluantes, ou au recours au nucléaire dans une vaine tentative de rédemption écologique.

Mais si ce problème énergétique est souvent présenté, il en existe un autre moins connu : le vélo crée en permanence des montagnes de déchets électroniques.

Comme Quartz, qui cite un article publié dans la revue Resources, Conservation and Recycling, l’explique, les fortunes qui peuvent être faites grâce à l’exploitation minière provoquent une concurrence minière entre les mineurs, qui peuvent gagner un réel avantage en fonctionnant plus récent et plus rapidement que ceux de leurs homologues. .

Plus rapide, plus polluant

Plus rapide, plus polluant

Selon les auteurs de l’article, Alex de Vries et Christian Stoll, la durée de vie moyenne d’un processeur dans une machine dédiée au minage de bitcoin est de 1,3 an : ne pas le changer plus souvent entraînerait une perte d’argent coûteuse. Efficacité des calculs.

Globalement, selon les deux mêmes chercheurs, le BTC à son niveau actuel générerait 30 700 tonnes de déchets électroniques chaque année, ce qui équivaut à ce qu’une nation néerlandaise jette dans ses décharges. Deux de ces transactions équivaudraient à la destruction d’un iPad : le chiffre est énorme et choquant.

Comme le rappelle encore Quartz, les déchets électroniques sont ceux qui connaissent la croissance la plus rapide au monde, avec + 21 % entre 2014 et 2019, année où le total des bacs technologiques a atteint 53,6 millions de tonnes.

Bitcoin n’aidera donc pas à éradiquer le maillage des e-déchets, qui est aussi une catastrophe sanitaire mondiale majeure, et encore moins s’il est largement adopté, comme dans le cas récent du Salvador, vers une route qui a quelque peu échoué.

Il s’agit d’un deuxième problème qui doit être résolu d’urgence pour gagner en crédibilité à long terme. Transformer son fonctionnement, comme le fait Ethereum en adoptant une « preuve de participation » au lieu de « preuve de travail » serait un bon début pour réduire ses besoins en énergie et en nouveaux matériaux.

Coinbase: le projet visant à réglementer la cryptomonnaie

22 sept. 2021 – 12:00 3 min de lecture – par Clément Dubois

Dans les prochains jours, l’échange de crypto-monnaie Coinbase pourrait offrir aux régulateurs américains des conseils sur la surveillance de l’industrie de la crypto-monnaie.

Selon le post sur Coindesk, en référence à des sources familières avec la situation, Coinbase publiera une proposition visant à réglementer l’industrie de la cryptographie dans les prochains jours. Les détails de l’offre ne sont pas encore connus, mais entre autres, la société entend se poser la question de savoir quelles crypto-monnaies peuvent être définies comme des valeurs mobilières et lesquelles ne le sont pas.

Il s’agit d’une situation controversée découlant des plans de Coinbase pour lancer un produit d’épargne haute performance pour l’USDC qui pourrait être une force motrice possible pour la préparation d’une telle proposition. Bien que la société ait négocié avec la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis pendant six mois pour lancer le produit, début septembre, l’agence a soudainement averti la plate-forme qu’elle pourrait poursuivre si Coinbase lançait le produit.

Les participants de l’industrie ont demandé à Coinbase de repousser le régulateur, mais la bourse a décidé de ne pas entrer en collision avec la SEC et a annulé le lancement du produit. Coinbase a appelé à plusieurs reprises à la création de guides et d’outils pour standardiser l’approche des échanges pour répertorier les crypto-monnaies et lancer de nouveaux produits aux États-Unis.

La société a été l’un des fondateurs du Crypto Rating Council, lancé en 2019, qui comprend des participants majeurs de l’industrie américaine de la cryptographie. Le Crypto Rating Council a présenté des règles mises à jour pour déterminer l’évaluation de la propriété numérique en mai.

En décembre de l’année dernière, le PDG de Coinbase, Brian Armstrong, a publié une série de messages sur Twitter et a été l’un des premiers à commenter les rumeurs de nouvelles réglementations sur les portefeuilles de crypto-monnaie non traditionnels en cours de rédaction par le gouvernement américain. Cet instant.

J’aime les crypto-monnaies. Je l’étudie depuis plusieurs années maintenant, mais j’y ai aussi investi et travaillé dans ce domaine. En plus, je fais des articles sur le sujet où j’essaye d’être pointu !

Les commentaires et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur seul et ne doivent pas être interprétés comme des conseils d’investissement. Faites vos propres recherches avant de prendre des décisions d’investissement.

Bitcoin teste $40K : Fin de la chute des cryptomonnaies ou nouveau crash en vue ? Par Investing.com

Veuillez essayer une autre recherche

Crypto-monnaie il y a 11 heures (22/09/2021 03:34)

Investing.com – Après être tombé en dessous de 41 000 $ de lundi soir à mardi, il a tenté de rebondir hier matin, atteignant un sommet quotidien de 43 500 $ à midi. Mais BTC et une grande partie du marché des crypto-monnaies se sont à nouveau affaiblis hier après-midi, marquant finalement de nouvelles baisses mardi soir.

Bitcoin est tombé à 39 678 $ juste avant minuit, tombant à un niveau clé de 40 000 $ pour la première fois depuis le 5 août. Au moment d’écrire ces lignes, BTC est de retour à 41 000 $, mais son indication graphique n’indique en aucun cas que la chute est terminée.

Un renversement de risque continue de tourmenter Bitcoin

Un renversement de risque continue de tourmenter Bitcoin

La prévention des risques semble une nouvelle fois être le principal facteur derrière cette récente perte de BTC/USD. En effet, la hausse du Bitcoin hier matin s’est accompagnée d’une reprise des marchés actions européens (il a par exemple clôturé à 1,5%), qui ont rebondi sur les marchés américains dans l’après-midi.

Cependant, la hausse américaine ne s’est pas maintenue et les principaux indicateurs américains ont terminé la journée dans le rouge, comme le Bitcoin.

Ce mardi, les investisseurs se pencheront de plus près sur la plus grande passerelle psychologique vers les 40 000 $ que Bitcoin a réussi à conserver malgré le test en cours.

Le BTC tombe à 5 400 $ sur une plateforme professionnelle

Le BTC tombe à 5 400 $ sur une plateforme professionnelle

Un autre facteur qui a peut-être pesé sur le bitcoin, au moins temporairement, est le fait que le réseau de données de crypto-monnaie géré par certains des plus grands acteurs de Wall Street a révélé une baisse de près de 90 % du bitcoin. Lundi, un problème pas vu ailleurs.

Cette plate-forme, appelée Pyth, est décrite par ses partisans comme une source d’informations au niveau institutionnel sur la valeur d’actifs tels que les actions et les crypto-monnaies. Les contributeurs incluent des groupes financiers tels que Jump Trading Group, DRW et FTX.

Lundi, le forum a brièvement déclaré que la valeur du bitcoin était de 5 402 $. « Les ingénieurs continuent d’enquêter sur la cause et un rapport complet est en cours de préparation », a tweeté Pyth lundi matin. Il n’y a pas d’autres textes de Pyth sur cette question.

C’est une erreur qui a attiré l’attention, étant donné que le système obtient ses données de certains commerçants très sophistiqués.

Novogratz souligne l’importance du seuil de 40 000 $ pour Bitcoin

Novogratz souligne l'importance du seuil de 40 000 $ pour Bitcoin

Dans une interview accordée à CNBC hier, le PDG de Galaxy Digital, Mike Novogratz, a également souligné l’importance de cette limite.

« Je pense que le marché s’est un peu libéré – les nouvelles chinoises ont effrayé les gens », a-t-il déclaré, notant les inquiétudes concernant le mouvement réglementaire américain.

À court terme, les « niveaux très importants à surveiller » sont de 40 000 $ pour le bitcoin et de 2 800 $ pour l’Ether (ETH), a-t-il ajouté.

« Tant que ces normes sont maintenues, je pense que le marché se porte bien », a-t-il ajouté.

Enfin, notez que si Serar passe en dessous de 40 000 $, le prochain support fiable indiqué sur le graphique journalier sera de 37 500 $, avant 35 000 $, puis la zone autour de la limite psychologique de 30 000 $.

Lire aussi

Lire aussi

Responsabilité : Fusion Media tient à vous rappeler que les informations sur ce site ne sont pas nécessairement exactes ou inexactes. Tous les CFD (actions, indices, contrats à terme) et les prix du Forex ne sont pas payés en échange mais sont établis par des teneurs de marché, de sorte que les prix peuvent ne pas être exacts et peuvent différer des prix réels du marché, ce qui signifie qu’ils sont indicatifs et ne conviennent pas aux entreprises fins. Fusion Media n’est donc pas responsable des pertes commerciales pouvant résulter de votre utilisation de ces données.

Fusion Media ou toute personne impliquée dans Fusion Media n’acceptera aucune responsabilité pour toute perte ou dommage en raison de sa confiance dans les informations, y compris les données, les citations, les graphiques et l’achat / la vente de marques de commerce sur ce site. . Veuillez être pleinement informé des risques et des coûts associés au trading sur les marchés financiers, c’est l’une des formes d’investissement les plus risquées.

Et si les NFT pouvaient (vraiment) changer les choses ? Vera, la levée de fonds en cryptomonnaie que vous ne voulez pas rater

Les jours passent et ils se ressemblent : comme vous pouvez le constater, il est désormais impossible de parcourir les colonnes de vos magazines crypto préférés sans être littéralement enseveli sous les actualités liées au fameux NFT (token for non fongible ou non fongible places ). Comme certains d’entre nous dans le Journal du Coin, si vous n’êtes pas très sensible aux illusions des baleines très riches aux poches pleines d’éther (ETH), elles dépensent des dizaines de millions de dollars en .JPEG. caillou, vous vous demandez peut-être ce que valent ces étranges NFT. Rencontrez Vera, un projet crypto qui profitera des opportunités offertes par la véritable révolution financière permise par NFT, jusqu’à oublier certaines de ces performances artistiques étranges qui ont parfois de fortes traces d’art moderne.

Cet article promotionnel vous a été présenté en collaboration avec Vera.finance.

Vera : Dites bonjour aux NFT du futur

Vera : Dites bonjour aux NFT du futur

Vera n’est donc pas un nouveau projet qui veut naviguer dans le battage médiatique du NFT, tant l’écosystème est si précieux, venant parfois proposer une série limitée d’animaux psychédéliques émis en Ethereum, parfois en Solana ou Polkadot. Non, Vera, c’est bien plus que ça : pensé et conçu par un groupe choc d’entrepreneurs avec une expérience avérée dans l’Internet des Objets (IoT), la blockchain et même le monde bancaire, le projet vise à amener le NFT dans une nouvelle dimension, le le seul qui compte vraiment… à savoir, financier, réel et dans toutes ses composantes.

L’approche de Vera va donc au-delà du simple supermarché, avec des jetons censés représenter des travaux spéciaux, copier et coller n’importe qui avec un clic droit : imaginez le monde de la blockchain, du web 3.0 et des nouveaux services financiers créés dans les crypto-monnaies est possible. , en fait, grâce à un nouveau type de NFT et à la plateforme Vera. uvres d’art classiques (comme les NFT actuels), objets de luxe divers, jetons de jeu, immobilier, droit d’auteur : vous vous en doutez, le terrain de jeu qui sera proposé à Vera et à ses utilisateurs pourrait être très cohérent et apporter de nouvelles opportunités.

C’est aussi l’objectif : lier les actifs physiques et les marchés financiers de la cryptographie en remplaçant les NFT en garantie d’un actif réel, par ex. À partir de là, de nouvelles opportunités s’ouvrent aux investisseurs curieux dans les prêts en crypto-monnaie ou les échanges de devises. Et le projet est grand, puisque sa plateforme entend collecter des NFT sur toutes les grandes blockchains du moment : Ethereum, Polygon, Polkadot, Solana ou Binance Smart Chain pourraient finir par devenir sa protection ! Mais pour faire de cette vision une réalité et réussir son aventure audacieuse, Vera a d’abord besoin de vous !

Découvrez dès maintenant le projet Vera : il est temps pour les NFT d’entrer dans l’âge adulte ! & gt; & gt;

Faites un don à ne pas manquer : qui vivra Vera !

Faites un don à ne pas manquer : qui vivra Vera !

Après avoir initialement gagné près de 3 millions de dollars du plus gros fonds d’investissement dans le cadre du NFT, Vera s’apprête donc à postuler directement auprès de sa communauté… et de vous-même !

Si vous souhaitez participer à l’aventure et espérer surement suspendre le financement du NFT devant les montagnes russes qu’attend Vera, vous pouvez le faire ce mardi 21 septembre à 15h00 : en effet Vera pourra souscrire à sa date de crypto-monnaie (IDO, Decentralized Initial Offer). Cette collecte de fonds se déroulera en direct sur la populaire plate-forme Polkastarter, et vous pouvez les aider à essayer d’obtenir une attribution de jetons VERA en $. Serez-vous tenté par ce projet et démarrer votre équipe enthousiaste avec l’intention de secouer le peu de confort qui a commencé à s’installer dans le monde NFT ?

Flexible, dynamique, mais surtout pleinement intégré dans le monde de la finance classique sur le long terme ? Si vous êtes convaincu du potentiel du NFT, le projet Vera vous parle : et pour libérer ce vieux monde financier et en faire le fameux Web 3.0, il a suffi d’une idée et d’une équipe qui ont tout changé . que les défis ne vous font pas peur ?

Commencez une aventure qui peut changer le visage de NFT : aidez Vera ! & gt; & gt;

Galapagos et argenx sous pression | Conseil relevé sur KBC | Hyloris brille (+Briefing)

21 septembre 2021
Aujourd’hui à
12:48

Les marchés européens rebondissent ce mardi midi après la nette baisse provoquée lundi par les déboires du groupe chinois Evergrande.

Les principales bourses européennes reprennent du terrain, ce mardi midi, un rebond favorisé par la remontée des cours du pétrole, même si les craintes liées aux difficultés du géant immobilier chinois Evergrande et l’attente des décisions de la Réserve fédérale risquent de limiter son ampleur.

Wall Street est attendue en hausse si l’on se fie aux futures sur les indices américains vers 12h35.

À Bruxelles, le Bel 20

s’adjugeait 0,89% vers 12h35, l’indice des valeurs cotées en continu amplifiant ses gains (+1,10%).

Avec une hausse de 2,5%, Solvay se démarque au sein de l’indice vedette. Le chimiste est suivi par GBL (+2,2%), Aperam (+2,1%) et Sofina (+2,1%). KBC, pour sa part, prend 1,9%. Un broker a relevé sa recommandation sur la valeur.

Les deux biotechs du Bel 20 sont en queue de peloton. Argenx cède 3,6% et Galapagos 2,4%.

Hors Bel 20, Hyloris progresse de 4,9%. Un de ses médicaments va être vendu dans deux pays supplémentaires. Advicenne gagne 4,8% et Picanol 4,4%.

Dans le bas du tableau, épinglons Sequana (-3,4%), Oxurion (-2,3%) et Eurocommercial (-1,9%).

Briefing actions belges

Briefing actions belges

>KBC

: Morningstar a relevé sa recommandation à « conserver », contre « vendre » avant. L’objectif de cours reste inchangé à 62,5 euros.

>Ageas

a acquis, la semaine dernière, 76.288 actions propres au prix unitaire moyen de 41,49 euros.

>GBL

a acquis, la semaine dernière, 6.775 actions propres au prix unitaire moyen de 95,27 euros.

>Xior
a gagné un appel d’offres lancé par Zaragoza Vivienda  pour développer et exploiter une résidence étudiante phare dans le centre-ville de Saragosse. La valeur totale des investissements s’élève à 26 millions d’euros. Le communiqué.

>Bone Therapeutics

a nommé Lieve Creten en tant que directrice financière par intérim, en remplacement de Jean-Luc Vandebroek. La biotech précise avoir choisi Lieve Creten pour son expertise de la finance et des fusions-acquisitions dans le secteur public comme privé. Le communiqué.

>Hyloris

signale que le Maxigesic IV a obtenu les approbations réglementaires en Corée du Sud, le quatrième marché pharmaceutique d’Asie, et au Panama. Le communiqué.

>Agfa-Gevaert

a acquis, la semaine dernière, 201.453 actions propres au prix unitaire moyen de 4,16 euros.

>Nyrstar

fait état, pour le premier semestre 2021, de revenus en hausse à près de 742.000 euros. La perte se réduit à 1,6 million d’euros, contre 5,76 millions un an auparavant. Le résultat opérationnel s’améliore à -1,59 million.

>À tenir à l’œil ce mardi. Belgique. Confiance des consommateurs en septembre (11h). France. Mise à jour des prévisions de l’OCDE sur l’économie mondiale. USA. Mises en chantier et permis de bâtir en août (14h30).

Ryanair : soutenu par des propos de broker

Connectez-vous pour conserver cet article et le lire plus tard.

(CercleFinance.com) – Ryanair gagne près de 2% à Londres, aidé par des propos de Credit Suisse qui réaffirme son opinion ‘surperformance’ tout en remontant son objectif de cours de 7% à 20,19 euros, dans le sillage d’estimations rehaussées pour la compagnie aérienne irlandaise.

Pointant notamment une ‘dynamique d’activité améliorant les perspectives à court terme’, le broker anticipe désormais une perte de 73 millions d’euros en 2022 (et non plus de 138 millions), puis des profits de 1488 millions en 2023 et de 2,5 milliards en 2026.

Copyright (c) 2021 Cercle Finance. Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu’une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l’utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.

Signaler le commentaire

Signaler le commentaire