Fin peu glorieuse pour la cryptomonnaie MPK

Fin peu glorieuse pour la cryptomonnaie MPK

Quatre ans après avoir lancé sa crypto-monnaie avec l’approbation de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et après avoir levé plusieurs millions de dollars auprès de nombreux Québécois, l’impact finance a été annoncé vendredi, sur la page de ‘Son Facebook, qui abandonnait son projet. investisseurs.

• À lire aussi: les startups profitent de la folie du bitcoin

« En raison de la situation, il n’y aura malheureusement aucun remboursement des sommes investies dans MPK [la crypto-monnaie d’Impak] », a déclaré le PDG d’Impak, Tima Gros, dans un communiqué.

Lancé en 2017 par le Montréalais Paul Allard, impact finance a demandé de l’argent pour lancer une plateforme d’échange et une crypto-monnaie appelée «impact currency» (MPK). Nous sommes censés avoir trouvé des produits verts et québécois qui correspondent aux valeurs de justice sociale et environnementale de l’entreprise.

M. Allard – qui est toujours l’actionnaire majoritaire de la finance d’impact selon le Registre des entreprises du Québec – a fait de fréquentes apparitions ces dernières années pour parler d’un «impact social et environnemental positif».

Des personnalités connues, comme l’actrice Caroline Dhavernas et l’ancien joueur de hockey Georges Laraque, avaient participé à des films promotionnels pour Impak à ses débuts.

Cependant, le site des marchands qui était censé permettre aux détenteurs de MPK d’acheter des produits ne verrait jamais le jour, a-t-on appris vendredi.

«Le projet a été interrompu car le capital levé lors de la première émission de jetons s’est avéré insuffisant pour poursuivre le développement de la plateforme prévue. De plus, Impact n’a pas pu trouver suffisamment de capital supplémentaire pour compenser», a déclaré Tima Gros, qui est également l’épouse de Paul Allard.

Impact poursuit en disant qu’il s’agit d’un «pivot» pour devenir une «agence indépendante de notation d’impact».

Mais qu’est-il arrivé aux millions recueillis? Vendredi, ni Paul Allard ni Tima Gros n’ont répondu à nos nombreux appels. Le MAE a, pour sa part, souligné qu’il ferait des observations « dès que possible ».

Fin peu glorieuse pour la cryptomonnaie MPK
4.9 (98%) 32 votes