FXCM Forex Broker Fraud ‘No Dealing Desk’ Forbidden in the United States

Il y a à peine un peu plus d’un an maintenant, un énorme scandale dans l’industrie du Forex éclatait au grand jour. L’un des plus important forex broker, FXCM, se faisait bannir des États-Unis pour un dossier de fraude digne d’un film d’Hollywood.

Le 6 février 2017 – La  U.S. Commodity Futures Trading Commission (CFTC) ordonnait à Forex Capital Markets, LLC (FXCM), sa société mère, FXCM Holdings, LLC et ses partenaires fondateurs, Dror Niv et William Ahdout, de payer une amende de 7 millions de dollars pour la fraude des clients de la société. Voir 

La CFTC avait découvert que le broker de détail avait un intérêt non divulgué à l’égard du teneur de marché Effex qui gagnait constamment la plus grande part du volume de négociation de FXCM et prenait donc des positions face à ses clients de détail et “ont utilisé des dispositifs, des stratagèmes et des artifices pour frauder“.

“Entre le 4 septembre 2009 et au moins jusqu’en 2014, FXCM a engagé des sollicitations fausses et trompeuses à ses clients particuliers de détail en cachant sa relation avec son plus important teneur de marché et en affirmant que sa plateforme “No Dealing Desk” n’avait aucun conflit d’intérêts avec ses clients.”

D’ailleurs, nous avions publié le vidéo promotionnel qui ventait les avantages de son fameux modèle “No Dealing Desk”, sans savoir à l’époque que l’information était fausse et trompeuse. Vous pouvez donc réentendre FXCM venter son modèle ”No Dealing Desk” pendant qu’au même moment FXCM opérait  un stratagème pour frauder ses client américains.

Suivant l’ordre de la CFTC, la National Futures Association (NFA) a également stipulé que les fondateurs du groupe, William Ahdout et Dror (Drew) Niv, ainsi que FXCM, ont été contraints de se retirer de NFA, faisant également l’objet d’une interdiction permanente. Ces mesures sont entrées en vigueur le 21 février 2017.

La NFA a accepté l’offre de règlement de FXCM, et les personnes susmentionnées n’ont ni admis ni nié les allégations énoncées dans l’ordonnance. Dans le cadre du règlement, FXCM a accepté de retirer son enregistrement et de ne jamais chercher à s’inscrire à nouveau auprès de la CFTC, l’interdisant dorénavant d’opérer aux États-Unis.

How FXCM defrauded its customers

How FXCM defrauded its customers

En 2009, FXCM a formulé un plan pour créer un système de trading algorithmique utilisant un programme informatique FXCM qui pourrait faire des marchés aux clients de FXCM et ainsi remplacer ou concurrencer les teneurs de marché indépendants sur la plateforme “No Dealing Desk” de FXCM.

Bien que FXCM ait finalement dérivé le système de trading algorithmique en tant que nouvelle société, en réalité la société est restée étroitement alignée sur FXCM, selon la commission. Ce teneur de marché, Effex, a reçu des privilèges de négociation spéciaux, a bénéficié d’un prêt sans intérêt accordé par FXCM, a travaillé à partir des bureaux de FXCM et a utilisé les employés de FXCM pour mener ses affaires, selon la U.S. Commodity Futures Trading Commission.

Contrairement à ces déclarations, la CFTC a constaté que FXCM avait un intérêt non divulgué à l’égard du teneur de marché qui «gagnait» toujours la plus grande part du volume de négociation de FXCM et prenait ainsi des positions vis-à-vis des clients de détail.

La CFTC constate que FXCM et le teneur de marché ont convenu que le teneur de marché Effex remettrait à FXCM environ 70% de ses revenus de la négociation sur la plate-forme de commerce de détail.

Au total, grâce à des paiements mensuels de 2010 à 2014, la société Effex a remboursé à FXCM environ 77 millions de dollars des revenus qu’elle a réalisés. Toutefois, FXCM n’a pas révélé aux clients, entre autres choses, que cette société, principale teneuse de marché de FXCM, était une société en démarrage issue de FXCM, d’après l’ordonnance.

Misrepresentation to the NFA

La CFTC a également constaté que FXCM a délibérément fait de fausses déclarations à NFA afin de dissimuler le rôle de FXCM dans la création de son principal teneur de marché ainsi que le fait que le propriétaire du teneur de marché ait été employé et directeur général de FXCM. L’Ordre constate qu’au cours d’une réunion entre le personnel de conformité de la NFA et les dirigeants de FXCM, Niv a omis de mentionner à la NFA les détails de la relation de FXCM avec le teneur de marché.

La commission tient Niv et Ahdout responsables des violations de fraude de FXCM en tant que «personnes contrôlant» qui étaient responsables, directement ou indirectement, des violations de la société. Niv est également tenu responsable des fausses déclarations à la NFA en tant que personne de contrôle qui était directement ou indirectement responsable de ces violations. FXCM Holdings est tenu pour responsable des fraudes de FXCM et des fausses déclarations en tant que mandant de FXCM, conclut également la commission.

Falsified financial statements

Falsified financial statements

Selon la plainte, au cours de la période visée par les recours collectifs, les rapports trimestriels et annuels de FXCM dénaturaient le fait que FXCM n’avait aucun intérêt dans les opérations exécutées sur sa plateforme supposément NDD. Les états financiers de FXCM auraient enfreint les règlements de la SEC et les principes comptables généralement reconnus (PCGR) pour avoir omis de divulguer l’intérêt économique de FXCM dans, la relation contractuelle et apparentée avec, et le contrôle sur la société Effex. En raison de l’incapacité de FXCM à rendre compte correctement de ses arrangements avec Effex, tous les états financiers de FXCM émis au cours de la période visée par les recours étaient faux et trompeurs.

Accusation of fraud

Accusation of fraud

Au cours de la période du recours collectif, selon la plainte, Niv, Ahdout et Lande, individuellement et de concert, directement ou indirectement, ont diffusé ou approuvé de fausses déclarations. Ces personnes sont accusés d’avoir violé l’article 10 (b) de l’Acte de 1934 et la Règle 10b-5 en ce qu’ils ont «utilisé des dispositifs, des stratagèmes et des artifices pour frauder».

Market manipulation

Market manipulation

Contrairement à l’information contenue dans les documents déposés par FXCM auprès de la SEC, la filiale américaine de FXCM a fait des démarches fausses et trompeuses auprès de ses clients et a fait de fausses déclarations à la NFA concernant sa relation avec son principal teneur de marché. “Là où, comme en l’espèce, les acteurs introduisent sur le marché un titre par ailleurs non commercialisable par la fraude, ils ont effectivement manipulé le marché”.

The individual defendants

Le groupe comprend Dror Niv, William Ahdout, Robert Lande, Ornit Niv et Eduard Yusupov. La liste comprend également Kenneth Grossman, le nouveau PDG de Global Brokerage. La liste des défendeurs comprend également tous ceux qui ont jamais signé des états comptables ou fourni d’autres informations prétendument trompeuses aux régulateurs américains.

C’est pourquoi Janelle G. Lester, qui était chef de la conformité de FXCM de décembre 2012 à environ le 20 juillet 2016, figure sur la liste des défendeurs. Le nom de David S. Sassoon, avocat général de FXCM depuis 2002 et secrétaire depuis novembre 2010, figure également parmi les accusés. La plainte stipule que chacun des défendeurs individuels: a participé directement à la gestion de la société; était directement impliqué dans les opérations quotidiennes de la Société aux niveaux les plus élevés; était au courant d’informations confidentielles exclusives.

Le 15 janvier 2015, la Banque nationale suisse a annoncé qu’elle mettait fin à une politique de soutien de l’euro contre la franchise suisse, faisant grimper le franc suisse de près de 41% par rapport à l’euro. Le même jour, FXCM a annoncé une perte de 225 millions de dollars due à cette volatilité et les actionnaires de FXCM ont perdu près de 90% de leur valeur en trois jours de bourse. Cette plainte pour fraude en matière de valeurs mobilières pose la question de savoir si les dirigeants ont divulgué équitablement les risques potentiels pour leur entreprise en raison de la volatilité soudaine du marché.

Mega Trial against FXCM

Le «méga procès» est un recours collectif fédéral pour le compte d’une catégorie composée de toutes les personnes et entités ayant acheté ou autrement acquis des titres de la société FXCM cotés en bourse, y compris des billets convertibles à 2,25% échéant en 2018 et des actions ordinaires de catégorie A 2012 au 6 février 2017 (la «Période du Groupe»).

Les plaignants dans le “méga procès” contre Global Brokerage Inc (NASDAQ: GLBR), anciennement connu sous le nom FXCM Inc, ont déposé au mois de juin 2017 une plainte modifiée contre le broker forex et 18 autres défendeurs, y compris les directeurs et les cadres supérieurs du service de courtage.

La plainte allègue (entre autres) que Dror Niv, William Ahdout et Robert Lande “ont utilisé des dispositifs, des stratagèmes et des artifices pour frauder”.

La plainte, vue par FinanceFeeds, fait des allégations de fraude, de manipulation de marché et de dépôt de faux états financiers auprès des régulateurs.

Tout d’abord, un rappel rapide sur la façon dont le «méga procès» a été formé. Il a été lancé sur la base de quatre actions initiales qui ont finalement été consolidées. Ces quatre actions comprennent: Khoury c. FXCM Inc. (no 17-cv-916), Zhao c. FXCM Inc. (no 17-cv-955), Blinn c. FXCM Inc. (no 17-cv-) 1028), et 683 Capital Partners, LP c. Global Brokerage, Inc. (n ° 17-cv-2506).

Le «méga procès» a 683 Capital Partners, LP et Shipco Transport Inc. à titre de plaignants principaux, alors que Sergey Regukh et Brian Armstrong sont nommés demandeurs. Les demandeurs ont acheté des titres FXCM au cours de la période visée par le recours collectif et ont été endommagés lorsque les autorités de réglementation américaines ont annoncé les résultats de février, ce qui a entraîné l’effondrement des cours de ces titres.

Plusieurs autres recours collctifs sont en processus contre la société FXCM et les dénouements restent à suivre.

Article de référence par ZeroHedge en anglais sur le même sujet » Voir

FXCM Forex Broker Fraud ‘No Dealing Desk’ Forbidden in the United States
4.9 (98%) 32 votes