Le monde de la cryptomonnaie s’insurge de cette réglementation

Le monde de la cryptomonnaie s’insurge de cette réglementation

L’encadrement réglementaire des cryptomonnaies reste et restera l’une des limites les plus profondes à l’expansion de la finance décentralisée. Cette semaine, la plateforme d’échange américaine Coinbase s’est fait épingler par la Security and Exchange Commission (SEC) pour un nouveau produit d’épargne planifié pour le mois prochain.

Du haut de ses plus de 68 millions de clients, Coinbase comptait lancer un nouveau produit d’épargne basé sur un stablecoin, offrant aux utilisateurs la possibilité d’accéder à jusqu’à 4 % d’intérêts en prêtant leurs capitaux. La plateforme garantira la valeur initiale pour chaque prêteur. Malheureusement, cela n’a pas suffi à la SEC pour donner son feu vert, qui souhaite maintenant empêcher le produit d’être lancé.

L’épargne en cryptomonnaie pointée du doigt

L’épargne en cryptomonnaie pointée du doigt

Beaucoup de possesseurs de cryptomonnaies ne le savent pas encore, mais certaines applications de la finance décentralisée (DeFi) proposent la possibilité d’utiliser leurs fonds en devise numérique pour toucher des intérêts. Le système, pour le client, s’apparente à celui d’une banque et par conséquent, il a de quoi le rivaliser.

Ce qu’il se passe avec @coinbase est super intéressant.

Le gendarme boursier américain veut empêcher la plateforme de distribuer un produit (basé sur un stablecoin) qui rapporte 4% par an à ses clients.

Pourquoi ? Pas sûr qu’un tel produit plaise aux acteurs traditionnels… https://t.co/z292OutlDv

— Raphaël Bloch (@Raph_Bloch) September 8, 2021

Parc conséquent, le monde de la cryptomonnaie a vivement réagi à l’annonce. En premier plan, le PDG et cofondateur de Coinbase lui-même. « Certains comportements vraiment rudimentaires de la SEC se sont présentés récemment », annonçait Brian Armstrong sur Twitter, le 8 septembre. Dans un long fil de commentaires, il exprimait à sa communauté son incompréhension et son désaccord avec les récentes décisions du gendarme financier.

« Un tas de grandes entreprises de crypto proposent [des solutions d’épargne avec rendement] depuis des années. Coinbase est arrivé récemment et nous avons annoncé que nous lancerions notre propre version. […] Il est logique que si vous souhaitez prêter vos fonds, vous puissiez obtenir un rendement » disait-il, avant d’ajouter que « la SEC était le seul régulateur qui a refusé de me rencontrer. ‘Nous ne rencontrons aucune société de cryptographie’ me disaient-ils. C’était juste après que nous soyons devenus la première entreprise de cryptographie à entrer en bourse aux États-Unis ». 

Sans explications

Sans explications

En poursuivant, le cofondateur de Coinbase évoquait les différents documents ordonnés par la SEC afin de se conformer à la loi et pouvoir lancer leur produit baptisé « Lend » le mois prochain. Selon lui, la société aurait coopéré en bonne et due forme, jusqu’à ce que le gendarme réfute une nouvelle fois le projet, les menaçant de poursuites s’ils comptaient se lancer, « sans explications sur les raisons de l’interdiction », s’insurgeait Brian Armstrong.

Un article publié par l’agence Reuters confirmait le silence de la SEC. Un porte-parole du gendarme financier américain déclarait que l’agence « ne commente pas l’existence ou non d’une éventuelle enquête ».

La situation n’est pas près de se débloquer. « Lend », annonçé en juin dernier, devra certainement se plier et suspendre la liste d’attente pour profiter du produit basé sur l’USD Coin, un stablecoin indexé comme son nom l’indique, sur le dollar américain. En bourse, Coinbase perdait 4,2 % mardi à Wall Street, 3,2 % mercredi, et près de 6 % sur les cinq dernières séances.

 Zéro frais de dépôt (virement)

 Plus large choix de crypto-monnaies (>100)

 Acheter du Bitcoin / Ether facilement

 Une app mobile simple et intuitive

 Ouvrir un compte en 19 secondes

 10$ de Bitcoin offerts (cash back)

Le monde de la cryptomonnaie s’insurge de cette réglementation
4.9 (98%) 32 votes