Sur YouTube, les chaînes du bitcoin ont la cote

Sur YouTube, les chaînes du bitcoin ont la cote

Publié aujourd’hui à 15 h 30, mis à jour à 16 h 21

Sur le marché hautement spéculatif de la crypto-monnaie, les vidéos spécialisées rassemblent de plus en plus d’adeptes avides d’investissements rentables. Mais YouTube est également le terrain de jeu préféré des escrocs de monnaie virtuelle.

C’était une journée sombre pour Bitcoin. Dans la soirée du jeudi 21 janvier, après une augmentation de 200% entre mars et décembre 2020, la crypto-monnaie a reculé de 12% en quelques heures seulement. Le jour suivant, le soi-disant CryptoMatrix a posté une vidéo sur YouTube intitulée « Bitcoin Drops Dramately – Fear Panic Bearish Winds in the Market !! » « Le tout en majuscules. Créée par un anonyme en 2009, la première crypto-monnaie de l’histoire n’est pas institutionnellement dépendante, non réglementée et sa valeur est spéculée en partie en raison du nombre limité d’unités (21 millions) mises en circulation.

Sur ce marché de sauts et de limites verticales, le nombre d’adeptes d’influenceurs comme CryptoMatrix à lui seul continue d’augmenter. Ce dernier, qui souhaite préserver son anonymat, a dû fermer ses messages sur Twitter récemment face à l’afflux de questions telles que «comment obtenir un ticket rapide bien fait». Avec 556 000 vues par mois, Sami, fondateur du site Journalducoin, a doublé le nombre de visites sur sa chaîne en un an. Hasheur, la star de l’influent «crypto», a rassemblé 200 000 abonnés.

Le « Jean-Pierre Pernaut en cryptos »

Le "Jean-Pierre Pernaut en cryptos"

Lorsqu’il a entendu parler du bitcoin pour la première fois en 2015, Owen Simonin était un étudiant en commerce de 19 ans. «Quand j’ai compris ce que ce système pouvait faire, je ne pouvais pas dormir la nuit. J’en ai parlé toute la journée, mes amis pensaient que j’étais fou », se souvient-il. Puis il décide de partager son enthousiasme sur YouTube sous le nom de Hasheur. Tutoriels, actualités, pédagogie, ses vidéos vulgarisent un secteur qui est encore oskur.

En 2017, année où le prix du bitcoin a augmenté de 20 fois, il a conseillé à ses 5000 abonnés à l’époque de l’acheter. «Les gens sont devenus millionnaires sur les conseils d’un enfant», dit-il. Ils remercieront le garçon plus tard, quand il aura besoin de 75 000 euros pour créer sa start-up. Cinq ans plus tard, les sept sociétés d’Owen Simonin, toutes spécialisées dans les crypto-monnaies, réalisent un chiffre d’affaires total de 10 millions d’euros et emploient une quarantaine de personnes.

«Leurs opinions comptent plus que dans l’économie traditionnelle car nous sommes dans un nouveau marché où les gens ont peu d’opinions, ils choisissent des experts. Stéphane Ifrah, PDG d’une société de services commerciaux

Il reste 69,31% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Sur YouTube, les chaînes du bitcoin ont la cote
4.9 (98%) 32 votes